Page d'archive 64

Système Richard Ferrand à l’Assemblée : l’opposition s’en étrangle…

 

 

 

Bah… c’est le système Brenterch ou Luraghi…

Les innombrables victimes de ces deux-là y ont toutes goûté.

Pourquoi donc n’ont-elles jamais été entendues ?

 

http://www.huffingtonpost.fr/2017/06/29/la-colere-froide-dandre-chassaigne-apres-un-tour-de-force-de-ri_a_23007535/

La colère froide d’André Chassaigne après un tour de force de Richard Ferrand

 

Le patron des députés communistes n’a pas gouté la décision de La République en marche de s’arroger toutes les vice-présidences de l’Assemblée.

 

29/06/2017 10:16 CEST | Actualisé il y a 2 heures

 

POLITIQUE – L’ambiance était électrique dans l’hémicycle. Ce n’était que la deuxième journée de la législature et pourtant les députés étaient déjà à cran en raison d’un tour de passe passe des « contructifs » appuyés par La République en marche au détriment des Républicains.

Après une suspension de séance de trois heures, la tension n’est pas retombée puisque Richard Ferrand a décidé de s’arroger tous les postes de vice-présidents de l’Assemblée pendant le temps durant lequel les Républicains boycotteront le bureau de l’institution.

Cette décision a été unanimement dénoncée par les groupes d’opposition de gauche. Notamment par André Chassaigne, patron des députés communistes, pris d’une colère froide.

Une intervention de 2’30 visible ci-dessous.

Lire aussi :

Pourquoi cette tradition instituée par Sarkozy à l’Assemblée vire au casse-tête

Récit d’un deuxième jour surréaliste à l’Assemblée nationale

Comment Solère a réussi « un hold-up institutionnel » face à Ciotti

Pour suivre les dernières actualités en direct sur Le HuffPost, cliquez ici

Tous les matins, recevez gratuitement la newsletter du HuffPost

Retrouvez-nous sur notre page Facebook

 

 

http://www.boursorama.com/actualites/razzia-de-la-republique-en-marche-sur-l-assemblee-nationale-b8bfad6175bce6061f1c56f0858bf1e8

Razzia de La République en marche sur l’Assemblée nationale

 

Reuters le 29/06/2017 à 13:44

 

Système Richard Ferrand à l'Assemblée : l'opposition s'en étrangle... dans AC ! Brest a800aa9115aadf6ce316e4d677195357-627x417

 

RAZZIA DE LA RÉPUBLIQUE EN MARCHE SUR L’ASSEMBLÉE NATIONALE

 

PARIS (Reuters) – Le groupe La République en marche (LREM), qui dispose de la majorité absolue à l’Assemblée, s’est taillé la part du lion dans les postes de responsabilité au Palais-Bourbon en s’attribuant jeudi six présidences de commissions sur huit.

Son allié du MoDem récupère de surcroît celle des Affaires étrangères avec l’élection de Marielle de Sarnez, ne laissant à l’opposition que celle de la commission des Finances.

Le groupe LREM, qui a placé l’un des siens, François de Rugy, à la présidence de l’Assemblée, a également favorisé l’élection mercredi du « constructif » Les Républicains Thierry Solère au poste de troisième questeur.

Une tradition datant de 1973 veut que les deux premiers questeurs appartiennent à la majorité et le troisième à un membre de l’opposition.

Alors qu’Eric Ciotti, un LR partisan d’une opposition frontale à la majorité, devait occuper ce poste, Thierry Solère s’est fait élire avec les voix du groupe LREM, expliquant que son groupe se situait dans une opposition « constructive ».

Cela a provoqué une vive réaction du groupe LR qui a provoqué une série de suspensions de séance et son refus de siéger au sein du bureau de l’Assemblée. Le groupe LR estime que Thierry Solère « n’appartient pas à l’opposition » et ne peut donc être ce troisième questeur.

LES « CONSTRUCTIFS » DIVISES

Les UDI du groupe « constructif » n’ont pas non plus apprécié cette candidature annoncée au dernier moment.

« Nous n’étions pas au courant. C’est scandaleux. Nous allons en discuter lundi. Nous sommes sur des plaques tectoniques qui bougent », a dit Philippe Vigier, ancien président du groupe UDI.

LR, le principal groupe d’opposition qui compte cent élus, pourrait rentrer dans le rang, un accord scellé dans la nuit de mercredi à jeudi ayant été respecté mercredi pour l’élection d’Eric Woerth (LR) à la tête de la commission des Finances.

Afin de faciliter l’élection d’Eric Woerth, acquise à la majorité relative au troisième tour de scrutin, les groupes LREM et MoDem n’ont pas participé au scrutin.

Le candidat LR a dû affronter trois autres candidats, le constructif UDI Charles de Courson, le LFI Eric Coquerel et la Nouvelle gauche Valérie Rabault, une socialiste.

Le groupe LR a exprimé son mécontentement à propos de la composition des bureaux des différentes commissions, ses candidats n’ayant pas été élus à des postes de secrétaires.

Son président, Christian Jacob, a toutefois annoncé que son groupe ne boycotterait pas le Congrès du Parlement convoqué lundi à Versailles par le chef de l’Etat, Emmanuel Macron, au contraire de ce qu’a annoncé l’UDI Jean-Christophe Lagarde.

« On n’est pas dans une attitude de blocage de quoi que ce soit », a dit Christian Jacob dans les couloirs de l’Assemblée.

« Nous participerons à tous les débats, on fera nos propositions, on fera notre travail de parlementaire mais l’exécutif de cette assemblée ne peut pas être entre les mains d’un seul parti. Ce n’est pas possible », a-t-il déclaré.

« Je fais confiance au président de la République, au président de notre assemblée pour trouver les solutions de façon à ce que l’opposition soit respectée », a-t-il ajouté.

(Emile Picy, édité par Yves Clarisse)

 

 

http://www.francetvinfo.fr/elections/bataille-des-postes-coups-de-poker-president-fantome-la-folle-nuit-de-l-assemblee-nationale-en-quatre-actes_2260493.html

Bataille des postes, coups de poker, président fantôme… La folle nuit de l’Assemblée nationale en quatre actes

 

Le groupe des Constructifs a « piqué » le poste de questeur au groupe Les Républicains, contrairement à la tradition de l’Assemblée, déclenchant une énorme pagaille dès le deuxième jour de la législature.

 

Le président du groupe La France insoumise à l\'Assemblée nationale, Jean-Luc Mélenchon, le 28 juin 2017.

Le président du groupe La France insoumise à l’Assemblée nationale, Jean-Luc Mélenchon, le 28 juin 2017. (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)

avatar

franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le 29/06/2017 | 12:56
publié le 29/06/2017 | 12:56

Coups bas, polémiques et prises de parole insurgées : les nombreux députés nouvellement élus ont bénéficié d’un apprentissage très particulier dès leur deuxième séance au Palais-Bourbon, qui s’est terminée tard dans la nuit, mercredi 28 juin. L‘Assemblée nationale devait élire son bureau : les six vice-présidents, les douze secrétaires et les trois questeurs, chargés de gérer son budget. Une séance qui relève normalement de la pure formalité. En 2012, elle avait duré cinq minutes. A 15 heures, mercredi, les députés ne se doutaient donc pas qu’ils quitteraient l’Hémicycle… à 0h35.

Tout est parti d’un coup de poker du groupe Les Constructifs (des élus de droite prêts à travailler avec Emmanuel Macron), qui ont récupéré un poste de questeur que la tradition de l’Assemblée nationale réserve en général au plus grand groupe d’opposition, donc aux Républicains. Ce qui a déclenché un boycott, une suspension de séance interminable et de nombreux coups de gueule. Récit en actes de cette folle soirée.

Acte 1 : Les Constructifs piquent un poste aux Républicains

C’est une candidature surprise qui a mis le feu aux poudres. La séance a débuté par l’élection des trois questeurs. Depuis 1973, la tradition veut que deux soient issus de la majorité et un de l’opposition, et les présidents de groupe se mettent d’accord, en amont, pour que seuls trois candidats soient présentés. Mais mercredi, outre les deux candidats de La République en marche et le Républicain Eric Ciotti, Thierry Solère, élu LR mais membre du groupe des Constructifs, se présente.

Les Républicains comptent 100 membres, ce qui en fait le principal groupe d’opposition, mais Les Constructifs, trois fois moins nombreux, raflent les voix des macronistes : Thierry Solère est largement élu, avec 306 voix contre 146 pour Eric Ciotti.

Christian Jacob, le président du groupe LR, s’insurge. Pour lui, non seulement l’Assemblée vient de rompre avec la tradition, mais elle a choisi « trois questeurs totalement acquis au gouvernement ». La position des Constructifs est au cœur du débat : ils sont officiellement inscrits comme un groupe d’opposition, mais, pour Christian Jacob, ils soutiennent la majorité, étant notamment prêts à voter la confiance au Premier ministre, Edouard Philippe. « Il n’y a plus de contrôle budgétaire dans cette maison », s’emporte le chef de file des Républicains.

Son homologue chez Les Constructifs, Franck Riester, se défend à la tribune : « La candidature du groupe Les Constructifs a vocation, au contraire, à faire en sorte que les droits de l’opposition soient respectés. Cette questure sera celle de tous les groupes de l’opposition. »

Acte 2 : Les Républicains boycottent le bureau de l’Assemblée

Après l’élection des questeurs, Christian Jacob demande une suspension de la séance et une réunion des présidents de groupe, mais aucun accord n’est trouvé. A son retour, il annonce donc que les députés Les Républicains refusent de siéger au bureau de l’Assemblée, en signe de protestation contre ce qu’il qualifie de « déni de démocratie ».

Acte 3 : un président de l’Assemblée porté disparu

Le coup d’éclat des Républicains entraîne une autre suspension de séance, à 19h45, pour définir comment élire un bureau sans le groupe LR, qui aurait dû y occuper deux places si l’on suit la tradition de l’Assemblée. Mais la suspension, qui devait durer environ une demi-heure, se prolonge sans explication, laissant les députés perplexes.

Acte 4 : la majorité s’arroge tous les postes de vice-président

Les débats reprennent trois heures plus tard, vers 22h30. En l’absence d’accord sur un retour des Républicains, La République en marche décide de présenter cinq candidats à la vice-présidence, et son allié du MoDem un, contrairement à ce qu’a annoncé le président du groupe LREM, Richard Ferrand, quelques heures plus tôt. La manœuvre assure à la majorité de remporter tous les postes.

Tollé dans l’Hémicycle. L’opposition s’insurge, et le député Les Constructifs Yves Jégo menace de déposer un recours. Pour détendre l’atmosphère, l’indépendant Jean Lassalle affirme avoir trouvé « une solution » et présente sa candidature, sous les rires des députés.

Richard Ferrand intervient alors pour défendre la démarche de la majorité et critiquer la « bouderie » des Républicains, qu’il accuse de blocage. Il promet que l’hégémonie de LREM et du MoDem n’est qu’une solution temporaire pour que l’Assemblée dispose d’un bureau en état de marche :  »Dès que Les Républicains voudront reprendre leurs responsabilités, les candidats élus céderont la place. »

Pendant ce temps, Les Républicains et Les Constructifs continuent de s’écharper. Christian Jacob demande que « les droits de l’opposition soient respectés », qualifiant le nouveau questeur des Constructifs, Thierry Solère, de « faux opposant ». Ce à quoi Franck Riester, président du groupe en question, réplique : « De quel droit, M. Jacob, êtes-vous le seul à pouvoir décider de l’appartenance à l’opposition ou à la majorité d’un groupe politique ?«  La séance se termine par un coup de gueule du vétéran de l’Assemblée André Chassaigne, président du groupe communiste, « époustouflé » par la teneur des débats.

Il ne reste que le vote, au terme duquel, sans surprise, les cinq candidats La République en marche et le candidat MoDem sont élus vice-présidents de l’Assemblée. Il est 0h30.

 

 

http://www.lcp.fr/la-politique-en-video/election-la-questure-les-udi-denoncent-les-combines-et-menacent-de-quitter-le

Election à la questure : les UDI dénoncent les « combines » et menacent de quitter le groupe Les Constructifs

 

29/06/2017

 

Les députés UDI ne savaient pas que leurs nouveaux collègues des Républicains Constructifs présenteraient la candidature de Thierry Solère à la questure de l’Assemblée nationale. Le divorce n’est pas encore consommé, mais la tension monte.

 
La nomination du bureau de l’Assemblée nationale n’en finit pas de créer des remous. Mercredi, les députés ont nommé Thierry Solère, député Les Constructifs (proche de la majorité), à la questure de l’Assemblée. Une décision qui a provoqué la colère de l’opposition puisque que ce poste devait lui revenir, conformément à la tradition. Les Républicains, qui soutenaient la candidature d’Eric Ciotti, pensaient l’obtenir.

Mais cette nomination a également provoqué une crise au sein même du groupe Les Constructifs à l’Assemblée nationale. Il est composé d’anciens députés Les Républicains favorables au gouvernement et de membres de l’UDI.

« Cette questure revient au groupe LR »

Or, comme le souligne jeudi matin le député Bertrand Pancher, les UDI Constructifs ont appris que leurs nouveaux collègues (issus des Républicains) présentaient la candidature de Thierry Solère au même moment que les députés des autres groupes, alors qu’ils étaient sur les bancs l’Assemblée nationale. Philippe Vigier, le président du groupe UDI sous la précédente législature, ne décolère pas :

Il y a eu un choix d’un candidat sans même qu’il y ait une décision de l’ensemble des parlementaires du groupe.Philippe Vigier

Philippe Vigier estime que « cette questure devait revenir au groupe Les Républicains qui sont les plus nombreux » : « C’est la tradition de cette maison. » L’élu menace, s’il n’est pas entendu prochainement, de provoquer une scission du groupe :

Nous n’en resterons pas là. Je ne resterai pas dans un groupe longtemps dans lequel il y ce genre de fonctionnement.Philippe Vigier

 

Propos recueillis par Rym Ben Ameur et Stéphanie Depierre

 

 

http://www.europe1.fr/politique/lexclusion-des-constructifs-de-lr-sera-examinee-le-11-juillet-promet-bernard-accoyer-3375143

L’exclusion des « Constructifs » de LR sera examinée le 11 juillet promet Bernard Accoyer

 

11h33, le 29 juin 2017
L'exclusion des "Constructifs" de LR sera examinée le 11 juillet promet Bernard Accoyer
Bernard Accoyer a annoncé que le sort des « Constructifs » issus de LR sera étudié le 11 juillet prochain.@ AFP

 

Bernard Accoyer a déclaré à « L’Opinion » que le sort des « Constructifs » LR sera débattu lors du prochain bureau politique.

 

Le secrétaire général des Républicains, Bernard Accoyer, a déclaré jeudi qu’une éventuelle exclusion des députés Les Républicains membres du groupe « Les Constructifs » à l’Assemblée nationale serait examinée en bureau politique le 11 juillet.

Futur débat en bureau politique. « Nous en débattrons au prochain bureau politique parce qu’ils s’étaient déjà éloignés d’eux-mêmes par leur choix, il conviendra probablement d’aller plus loin », a estimé Bernard Accoyer, invité de L’Opinion.

Il a rappelé que « 12 des parlementaires élus sous étiquette LR n’avaient pas de candidat En Marche ! en face d’eux, ils ont donc été élus ». « Ils ont rendu des remerciements au président de la République », en formant, avec l’UDI et des indépendants, le groupe des « Constructifs ».

Postes de questeurs : Accoyer dénonce un » scandale politique ». « On voit aujourd’hui qu’ils se disent d’opposition pour pouvoir disposer des postes, s’octroyer les postes de l’Assemblée qui constituent l’équilibre démocratique de l’Assemblée nationale », a poursuivi Bernard Accoyer en référence à l’élection de Thierry Solère comme questeur mercredi, aux dépens du député LR Eric Ciotti.

« C’est un vrai scandale politique », a-t-il commenté, évoquant une « décision téléguidée par l’Élysée au mépris de nos institutions ». Il a par ailleurs déclaré que le discours d’Emmanuel Macron devant le Congrès était un acte « méprisant » à l’endroit du Premier ministre.

 

 

Emmanuel Macron pape de l’Eglise de Déconnologie ?

Cette fois, ce sont des journalistes qui le suggèrent :

 

http://tempsreel.nouvelobs.com/en-direct/a-chaud/39040-presse-macron-prefere-faire-interviews-pensee-complexe.html

Macron préfère ne pas faire d’interviews car sa pensée est trop « complexe » pour ça

 

Publié le 29/06/17 à 9:57

Emmanuel Macron pape de l'Eglise de Déconnologie ? dans Insolent - Insolite 16130562

 

Emmanuel Macron s’exprimera donc devant le Parlement réuni en Congrès le 3 juillet à Versailles.

Il sera à la tribune mais restera loin des journalistes.

Une volonté d’échapper à la presse ? Non non, répond l’Elysée. En fait, de cette même source (citée par « le Monde ») « il n’y a pas de refus d’obstacle avec la presse ». Mais la « pensée complexe » du président se prête mal à l’exercice des questions-réponses… Tout simplement.

A lire > Le nouvel exécutif a-t-il un problème avec la liberté de la presse ?

+ d’infos

 

Voilà déjà la rentrée pour le cybercriminel Pascal Edouard Cyprien Luraghi…

Il l’a annoncée en date d’hier dans un nouveau dégueulis délirant intitulé « 666 666 ».

Et voilà qu’effectivement, une cyberattaque sans précédent paralyse aujourd’hui nombre d’entreprises et administrations dans plusieurs parties du monde…

On rappelle ici que dès 2011, alors qu’il jouait à SaMo_Dz et quelques autres en attaquant simultanément la plateforme de blogs OverBlog et plusieurs autres sites, notamment ceux de préfectures françaises, le malade mental extrêmement dangereux Pascal Edouard Cyprien Luraghi se vantait publiquement d’« enculer l’informatique mondiale » (sic) et bénéficiait déjà du soutien hyperactif de ses amis « islamigrés » ou islamistes.

Ses attaques de natures diverses et variées ont depuis lors bien progressé.

Par ailleurs, afin de s’éviter trop d’ennuis judiciaires, il a dû progressivement supprimer quantité de ses textes publics me concernant, puis limiter drastiquement leur production.

Pour autant, il n’est toujours pas capable de s’abstenir de toute manifestation sataniste…

Outre celles de son blog ICYP, par exemple le 19 mai dernier ou hier, je suis toujours régulièrement interpellée par diverses cyberattaques et de curieuses visites de mes blogs.

Ainsi les statistiques de Satanistique ont-elles encore parlé hier, avec le retour subit de visites en provenance d’Ukraine et certains records de lectures :

 

20 juin 2017 22:00 – 27 juin 2017 21:00

 

Graphique représentant les consultations des pages Blogger

Pages vues aujourd’hui
88
Pages vues hier
136
Pages vues le mois dernier
3 845
Historique global des pages vues
158 379
Membres

Gérer le suivi de vos propres consultations de pages

Plus »

Sources du trafic

Plus »

Participants

Graphique des pays les plus populaires parmi les lecteurs du blog

 

Pages vues par pays

Graphique des pays les plus populaires parmi les lecteurs du blog
Entrée Pages vues

France

462

États-Unis

156

Ukraine

66

Russie

17

Allemagne

12

Brésil

11

Belgique

7

Irlande

7

Nouvelle-Zélande

7

Pologne

7

Pages vues par navigateur

Entrée Pages vues

Firefox

434 (51%)

Chrome

198 (23%)

Internet Explorer

107 (12%)

Safari

78 (9%)

SamsungBrowser

8 (<1%)

GSA

5 (<1%)

CriOS

2 (<1%)

Konqueror

1 (<1%)

LibertyBrowser

1 (<1%)

Opera

1 (<1%)
Image illustrant les navigateurs les plus populaires

Pages vues par système d’exploitation

Entrée Pages vues

Windows

641 (76%)

iPhone

50 (5%)

Macintosh

41 (4%)

Linux

39 (4%)

Android

33 (3%)

Unix

23 (2%)

iPad

8 (<1%)

compatible

1 (<1%)
Image illustrant les plates-formes les plus populaires

 

 

Il est aussi notable que ce même blog est depuis longtemps frappé d’un phénomène bloquant à 666 le nombre de visites totales affiché pour un de ses articles dans la liste des dix plus lus depuis son ouverture, celui-là :

http://satanistique.blogspot.fr/2015/12/samir-bouabout-agent-de-securite-devenu.html

Le compteur attaché à cet article m’indique qu’en réalité il a été lu 865 fois depuis sa publication le 21 décembre 2015.

Effectivement, je vois régulièrement le nombre de ses visites inscrit dans le tableau des dix articles les plus lus du blog augmenter à la suite de nouvelles lectures, puis irrémédiablement redescendre à 666 sur intervention sataniste…

Voici ce tableau, attestant par ailleurs que le malade mental extrêmement dangereux Pascal Edouard Cyprien Luraghi et ses acolytes Josette Brenterch du NPA de Brest et Jean-Marc Donnadieu de Béziers n’ont pratiquement et malheureusement jamais intéressé d’autres lecteurs qu’eux-mêmes :

 

mai 2010 – juin 2017

Articles

Entrée Pages vues
6500
2025
1553
1506
1479
674
666
633
397
366

 

 

http://www.lemonde.fr/pixels/article/2017/06/27/un-virus-informatique-paralyse-entreprises-et-administrations-dans-plusieurs-parties-du-monde_5151918_4408996.html

Le virus Petya paralyse entreprises et administrations dans plusieurs parties du monde

 

L’Ukraine est le pays le plus touché, mais des entreprises comme Saint-Gobain ou le géant pétrolier russe Rosneft sont également concernées.

LE MONDE | 27.06.2017 à 16h19 • Mis à jour le 27.06.2017 à 20h12 | Par Martin Untersinger, Damien Leloup et Florian Reynaud

 

Un « ransomware » est un logiciel qui chiffre les données présentes sur un ordinateur et exige une rançon pour le rétablir.

 

Un virus informatique de type « ransomware », qui chiffre le contenu d’un ordinateur pour le rendre inutilisable jusqu’au paiement d’une rançon, a paralysé le fonctionnement de très nombreuses entreprises dans le monde, mardi 27 juin. Le virus semble être une variante d’un ransomware apparu en 2016, baptisé Petya, d’après les premières constatations des spécialistes de la sécurité informatique.

 

Les premières alertes ont été données en Ukraine, le pays le plus sévèrement touché, en début d’après-midi. Le fonctionnement de plusieurs banques, du métro, de plusieurs administrations et de l’opérateur d’énergie de la région de Kiev est largement perturbé. L’ordinateur du vice-premier ministre ukrainien a lui-même été touché, a-t-il annoncé sur Facebook :

Le premier ministre ukrainien a qualifié cette épisode de « sans précédent » tout en précisant que « les systèmes vitaux [du pays] n’ont pas été affectés ». Le système de contrôle automatisé des radiations de la centrale de Tchernobyl a cependant été affecté par le virus, forçant l’autorité de surveillance à revenir à des contrôles manuels, selon l’agence chargée du contrôle de la zone d’exclusion autour de la centrale.

Selon une première analyse effectuée par le spécialiste Kaspersky, 60 % des ordinateurs infectés se trouvent en Ukraine, et 30 % en Russie.

Ordinateurs totalement inutilisables

Ailleurs dans le monde, plusieurs entreprises majeures, dont le géant du bâtiment Saint-Gobain, le pétrolier russe Rosneft, le groupe publicitaire britannique WPP, ou encore le poids lourd danois du transport maritime Maersk ont confirmé être victimes d’« attaques informatiques » paralysant en partie ou totalement leurs services.

C’est le cas notamment du géant pharmaceutique Merck, qui a fait savoir sur Twitter que son réseau informatique était ciblé par l’attaque « mondiale ». Selon le site spécialisé Motherboard, des bureaux du cabinet d’avocat DLA Piper ont également été visés.

En France, le géant des matériaux Saint-Gobain (170 000 salariés) a confirmé avoir été touché par « une cyberattaque », qui a notamment provoqué une panne de son système e-mail. La SNCF a également dit « subir l’attaque en cours » niant toutefois en être « victime », a insisté le porte-parole du groupe soulignant que les opérations de l’entreprise ferroviaire n’étaient pas affectées.

« Le niveau de cette attaque est sans précédent », a indiqué le secrétaire d’Etat au numérique Mounir Mahjoubi. Il a cependant vanté la solidité du web français : « les entreprises les plus importantes et les services publics les plus importants sont protégés par des systèmes de haut niveau », a-t-il déclaré.

Le virus Petya touche la partie du disque dur qui contient les logiciels utilisés au démarrage de l’ordinateur, le rendant totalement inutilisable, là où la plupart des ransomwares habituels se « contentent » de bloquer l’accès aux documents personnels.

Une faille de sécurité connue soupçonnée

« Nous constatons actuellement plusieurs milliers de tentatives d’infection, un rythme comparable à celui des premières heures de déploiement de Wannacry [un virus qui s’était propagé de façon spectaculaire le 19 mai] », a déclaré Costin Raiu, de l’entreprise Kasperksy, interrogé par Forbes.

Selon plusieurs entreprises de sécurité informatique, cette souche de Petya utilise EternalBlue, un outil issu de la NSA, la puissante agence de renseignement américaine. C’était lui qui était déjà responsable de la propagation éclair du rançongiciel WannaCry, en mai. La faille qu’il utilise est pourtant corrigée depuis le mois d’avril par Microsoft, ce qui signifie que les machines touchées par cette dernière variante de Petya n’étaient vraisemblablement pas mises à jour.

En revanche, selon un bulletin émis mardi en fin d’après-midi par le centre d’alerte de l’Agence nationale de sécurité des systèmes d’information (Anssi), le garde du corps numérique de l’Etat, le vecteur de diffusion demeure « inconnu » à ce stade. Cependant, il précise que Petya pourrait, outre les postes de travail, toucher également les serveurs.

Lire aussi :   Qui est Lazarus, le groupe de pirates dont l’ombre plane sur le rançongiciel WannaCry ?

Le logiciel demande aux victimes de payer une rançon en bitcoins, une monnaie virtuelle, pour pouvoir débloquer leur ordinateur. La cible devait ensuite envoyer un e-mail à une adresse indiquée avec un identifiant spécifique pour prouver qu’il avait bien payé la rançon et donc récupérer l’accès à son système. Le fournisseur e-mail utilisé par le ou les rançonneurs, Posteo, a précisé sur son site avoir fermé l’adresse incriminée. Ce qui signifie que, même si une victime choisit de payer la rançon, elle ne pourra plus récupérer l’accès à son ordinateur.

Europol, l’agence de coordination policière de l’Union européenne, est en train de prendre langue avec les unités de cybercriminalité des Etats membres, afin d’évaluer la portée de la contagion, a expliqué un porte-parole de l’agence, sollicité par Le Monde.

Le virus Wannacry avait paralysé de nombreuses administrations et entreprises un peu partout dans le monde. Sa progression avait été stoppée de manière presque accidentelle par un chercheur en sécurité informatique qui avait découvert par hasard un mécanisme d’arrêt d’urgence dans le code du logiciel, stoppant sa propagation, avant que Microsoft ne publie plusieurs correctifs de sécurité.

 

Nathalie Kosciusko-Morizet, la femme qui chuchote à l’oreille de Vincent Debraize..

C’est ce que tente de nous vendre le spécialiste en marketing, adepte avéré de l’Eglise de Déconnologie…

Je disais dimanche qu’à l’en croire, NKM avait dû simuler son malaise, mais c’est bien ce qu’il soutient de manière explicite, entre autres choses qualifiées de « n’importe quoi » par la victime.

Et bien entendu, tous ses copains de Champignolles font bloc autour de leur Konducator…

Que se serait-il donc passé s’il n’avait fait l’erreur de s’en prendre à une «personne chargée d’une mission de service public» ?

Probablement l’affaire aurait-elle été traitée comme l’ont toujours été les miennes, c’est-à-dire qu’à chaque fois la « justice » n’a retenu que les inventions délirantes de mon agresseur à mon encontre en dépit de tous les éléments de preuve dont elle disposait.

Je rappelle ici qu’en ce qui me concerne, cela perdure depuis bien plus de vingt ans et que mes très nombreux agresseurs ont toujours été liés entre eux : l’un d’eux a commencé un jour, et tous ses copains ou groupes de copains ont suivi les uns après les autres en utilisant les mêmes procédés.

Non seulement la « justice » française a toujours catégoriquement refusé d’engager des poursuites contre ces délinquants et criminels, mais elle encourage toutes leurs exactions à mon encontre et y participe elle-même sans aucun problème.

Il faut bien dire que j’ai beaucoup de torts, notamment ceux-ci : je suis une femme, je suis ingénieur, et je suis Bretonne. Je cumule à mort…

 

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2017/06/19/01016-20170619ARTFIG00170-salut-nazi-insultes-chuchotees-le-maire-livre-sa-version-de-l-altercation-avec-nkm.php

«Salut nazi», «insultes chuchotées» : le maire livre sa version de l’altercation avec NKM

 

  • Par Stéphane Kovacs
  • Mis à jour le 19/06/2017 à 16:43
  • Publié le 19/06/2017 à 14:11

 

Une photo de l'altercation, jeudi, entre NKM et Vincent Debraize, place Maubert, à Paris.
 

VIDÉO – Présenté en comparution immédiate ce lundi après-midi, Vincent Debraize a obtenu un renvoi pour mieux préparer sa défense.

Il devait être présenté au tribunal ce lundi après-midi, en comparution immédiate, pour violences et outrage «sur une personne chargée d’une mission de service public». Vincent Debraize, l’agresseur présumé de Nathalie Kosciusko-Morizet, aura finalement quelques semaines supplémentaires pour préparer sa défense. «Au regard du fait qu’il a passé plus de 20 heures en garde à vue et une nuit au dépôt», explique son avocat, Me Antoine Lachenaud, l’affaire a été renvoyée au 11 juillet. Le suspect a été placé sous contrôle judiciaire: il lui est interdit d’entrer en contact avec NKM et de paraître à proximité de son domicile. Le moins que l’on puisse dire est que la version de Vincent Debraize diffère totalement de celle de l’ancienne ministre. «C’est elle qui a été insultante, assure son avocat. À aucun moment, il n’a entendu la frapper».

Placé en garde à vue samedi, ce chef d’entreprise de 55 ans, maire d’une petite commune de Normandie «a reconnu avoir insulté» la candidate LR, battue aux législatives à Paris, lors d’«une altercation» jeudi sur un marché de la capitale, mais a contesté «tout contact physique», selon une source proche de l’enquête. L’ancienne ministre, qui avait été brièvement hospitalisée après avoir perdu connaissance, s’est vu reconnaître deux jours d’incapacité totale de travail.

«Bobo de droite» ou «bobo de merde»?

Samedi, à la veille du second tour des législatives, Vincent Debraize, maire sans étiquette de Champignolles (Eure), s’était rendu à la convocation des policiers. Dans l’après-midi, les enquêteurs ont entendu son récit et celui de Nathalie Kosciusko-Morizet lors d’une confrontation. Mais leurs versions s’opposent: «Il a reconnu avoir insulté NKM, avoir arraché les tracts et les avoir jetés en sa direction, rapporte une source proche de l’enquête. En revanche, il nie tout contact physique et avoir bousculé» la candidate LR, comme cette dernière l’affirme. Une photo montre la candidate en train de lever sa main droite, masquant sa bouche de ses tracts.

«A deux reprises, elle lui a dit ‘Dégage connard’, raconte Me Lachenaud. Mais c’était presque en chuchotant…» C’est sans doute pour cela qu’aucun membre de l’équipe de la candidate n’a dit avoir entendu ces insultes. «Il a ensuite repoussé les tracts, se sentant visé, insulté en tout cas, poursuit l’avocat. Et elle s’est auto-heurtée avec les mains. À aucun moment il n’a voulu la frapper. Elle a dû faire une baisse de tension…» «M. Debraize reconnaît avoir dit ‘bobo de droite’ mais pas ‘bobo de merde’: pour nous il n’y a pas d’insultes», estime encore Me Lachenaud. En tout cas, martèle-t-il , «il s’agit bien d’«une altercation suivie d’un malaise», comme les médias l’ont écrit dès le début. Sans doute après l’intervention de l’équipe de la candidate, ça s’est transformé en agression…»

Mais l’homme est tout de même parti «en courant vers le métro», selon des témoins, sans se préoccuper de la candidate qui gisait sur le trottoir, sans connaissance. «C’est parce que trois personnes, assez corpulentes et musclées, l’ont poursuivi en proférant des menaces comme ‘On va lui péter la gueule!’, rétorque l’avocat. Il y en a même un qui a levé le bras en lançant ‘Heil Hitler!’. Et j’ai la photo de sa chemise déchirée par l’un de ses poursuivants dans le métro». Me Lachenaud a beau marteler que «tous les éléments sont cohérents», les témoins entendus dimanche par les enquêteurs n’ont pas la même version. «Un salut nazi, un jeudi de marché place Maubert, ça ne serait pas passé inaperçu!», s’exclame l’un d’entre eux.

«Pas de salut nazi»

Présente sur les lieux, une journaliste de l’AFP est formelle: «Jamais il n’y a eu de salut nazi, ni quelque chose que l’on aurait pu prendre pour un salut nazi, souligne-t-elle. En revanche, j’ai bien entendu, comme des passants que j’ai interviewés, l’agresseur dire ‘bobo de merde’. Une photo de l’AFP le montre en train de regarder tranquillement NKM par terre. Puis il s’en est allé, sans que personne ne crie ‘on va lui péter la gueule!’».

Lors de la confrontation, NKM s’est écrié: «C’est n’importe quoi!». Pour l’avocat de la candidate, Me Xavier Autain, «l’agresseur essaie de justifier un comportement injustifiable. C’est une agression caractérisée contre une élue de la République. On espère que la justice traitera ce dossier avec toute la fermeté nécessaire».

 

https://www.marianne.net/politique/l-agresseur-presume-de-nkm-l-accuse-de-simulation

L’agresseur présumé de NKM l’accuse de « simulation »

Par Pascal Marie

Publié le 19/06/2017 à 17:30
Vincent Debraize, ce maire auteur d’agression présumée contre Nathalie Kosciusko-Morizet, était jugé en comparution immédiate ce lundi 19 juin au Palais de justice de Paris. Sa défense a demandé un délai pour préparer le procès, tout en profitant de l’espace médiatique pour livrer une version bien différente de celle de l’élue de Paris.

Face au juge qui énonce les faits qui lui sont reprochés, « violences ayant entraîné une incapacité totale de travail inférieure à huit jours sur personne chargée d’une mission de service public » et « outrage », Vincent Debraize reste droit, imperturbable. Mais lorsqu’il commence à s’exprimer, sa voix laisse transparaître une pointe d’émotion et une fatigue difficile à dissimuler. Éreinté par 48 heures de garde à vue, ce maire accusé d’avoir agressé Nathalie Kosciusko-Morizet a, sans surprise, demandé un délai pour préparer sa défense. La décision est donc renvoyée au 11 juillet, Vincent Debraize étant en attendant placé sous contrôle judiciaire avec interdiction de contacter l’ancienne candidate à la mairie de Paris.

« Dégage connard ! »

L’agression présumée de Nathalie Kosciusko-Morizet, vendredi 16 juin sur un marché du Vème arrondissement de la capitale, et surtout les images de la candidate aux législatives, étendue au sol, l’air hagard, sont encore dans les esprits. Les avocats du prévenu ont profité de l’espace médiatique, en amont de l’audience, pour exposer la version de leur client. Vincent Debraize affirme avoir traité NKM de « bobo de droite » (des témoignages relatent plutôt les termes « bobo de merde ») en lui intimant, entre autres, de « retourner dans l’Essonne », il a en revanche réfuté tout « contact physique », et accuse même NKM de s’être rendue coupable de « simulation ».

« Mon client a vu NKM sourire au moment de sa chute », affirme même l’un de ses deux défenseurs, Me Lachenaud, avant de refaire l’historique de cette fameuse matinée sur le marché de la place Maubert. « Mon client faisait ses courses comme tout un chacun (Vincent Debraize réside dans le Vème arrondissement), quand une discussion animée a éclaté avec l’équipe de campagne de NKM. L’intéressée est alors arrivée et a voulu dialoguer à son tour. Le ton est monté et NKM a alors brandi les tracts près du visage de mon client, de manière extrêmement rapprochée », assure-t-il, en insistant bien sur ce dernier point.

« Il a bien vu qu’elle était tombée par terre »

Me Lachenaud assure par ailleurs que Vincent Debraize n’aurait pas été le seul à user de mots fleuris. Selon la version du prévenu, NKM lui adresse alors un « Dégage connard ! ». C’est là que tout aurait basculé. Le photographe de l’AFP qui a assisté à la scène avait pour sa part livré sa version aux médias , allant plus que loin que les avocats de Vincent Debraize : « Un moment donné, NKM a pris les tracts qu’elle avait en main et elle les a montrés au niveau de son visage (…) Lui les saisit, il prend les tracts de la main de NKM et fait un revers de la main avec les tracts vers le visage de Nathalie Kosciusko-Morizet. Elle, à ce moment-là, met sa main devant son visage pour se protéger et les tracts heurtant sa main de manière assez violente, elle reçoit sa propre main dans sa figure. Suite à quoi, elle fait un pas ou deux en arrière et elle s’effondre. Et l’agresseur a bien vu qu’elle était tombée par terre (…) et il s’en va sans courir, en marchant. »

S’ensuivra une courte hospitalisation et deux jours d’interruption temporaire de travail pour NKM, qui confiera la gestion de la fin de sa campagne à sa suppléante.

Les avocats de la défense sont aussi revenus sur le départ au pas de course de leur client. Une fuite, pour des témoins de la scène. « Il ne s’agit en aucun cas d’une fuite, selon Me Lachenaud. Mon client a été pris à partie par trois hommes, les entendant même dire « On va se le faire ! » Il a réagi comme tout le monde l’aurait fait dans une situation pareille, il a pris ses jambes à son cou ». Vincent Debraize se fera « arracher sa chemise » par un homme qui l’avait suivi dans le métro, affirme toujours son avocat.

Durant l’audience, Me Lachenaud et Me Ader s’se sont évertués à rappeler le profil de leur client. En couple depuis 27 ans, le maire du village de Champignolles (bien que résident du Vème arrondissement parisien) affiche un casier judiciaire vierge et s’est présenté de lui-même aux forces de l’ordre. Les avocats de la défense ont demandé « la relaxe et la disqualification des faits ».

« Je ne le quitte plus depuis deux jours, regrette Me Lachenaud. Mon client subit un véritable périple judiciaire. Il sort de 48 heures de garde à vue et doit encore rester vingt heures au dépôt. Il est quand même très surprenant que cela aille aussi loin pour deux jours d’ITT. Tout cela est lié à des motifs électoraux ».

Arrivé quelques minutes après le terme de l’audience, l’avocat de NKM s’est contenté de répéter que « les faits avaient été considérés comme suffisamment graves » pour qu’une telle procédure soit enclenchée et que les accusations d’insulte avancées par Vincent Debraize contre NKM (le fameux « Dégage connard ») ne « figuraient pas dans le dossier ».

Vincent Debraize s’exprimera en personne lors d’une conférence de presse, mercredi 21 juin à 17 heures depuis le cabinet de Me Lachenaud. « Cette affaire aurait dû être jugée par un tribunal de police, nous allons demander la relaxe et la disqualification des faits », a annoncé Me Ader.

 

http://www.lereveilnormand.fr/2017/06/19/vincent-debraize-le-maire-soupconne-d-avoir-agresse-nkm-est-juge-cette-apres-midi/

Vincent Debraize, le maire soupçonné d’avoir agressé NKM sera jugé le 11 juillet

 

Il a été entendu le 17 juin 2017 pour l’agression de NKM. Vincent Debraize, maire de Champignolles dans l’Eure sera jugé le 11 juillet.

 

20/06/2017 à 06:33 par hugo.blin

Vincent Debraize, maire de Champignolles (photo d'archives Réveil Normand) -
Vincent Debraize, maire de Champignolles (photo d’archives Réveil Normand) –

 

Vincent Debraize souhaite rétablir sa vérité. C’est ce que martelait son avocat, Maître Antoine Lachenaud quand nous l’avons contacté dimanche 18 juin. Le maire de Champignolles devait donner hier une conférence de presse devant sa mairie pour revenir sur l’affaire de l’agression présumée de NKM, chose qui ne s’est pas produite en raison de la poursuite de la garde à vue commencée samedi 17 juin pour l’agression de la députée de Paris Nathalie Kosciuzko-Morizet.

Jugé pour violences et outrage

L’agresseur présumé de Nathalie Kosciusko-Morizet sera présenté au tribunal à Paris, lundi 19 juin 2017, dans l’après-midi, pour y être jugé en comparution immédiate pour violences et outrage « sur une personne chargée d’une mission de service public », a appris l’AFP de source judiciaire. Les faits se sont produits jeudi 15 juin. Placé en garde à vue samedi 18 juin, Vincent Debraize, 55 ans, « a reconnu avoir insulté » la candidate LR, lors de leur altercation jeudi 15 juin sur un marché de la capitale, mais a contesté « tout contact physique », selon une source proche de l’enquête. Dès lors, Vincent Debraize risque jusqu’à trois ans de prison et 45 000 € d’amende

Jugé le 11 juillet

Le procès de l’agresseur présumé de Nathalie Kosciusko-Morizet a été renvoyé au 11 juillet, a décidé lundi le tribunal correctionnel de Paris qui devait le juger en comparution immédiate dans l’après-midi.

Le suspect, Vincent Debraize, qui a demandé un délai pour préparer sa défense, a été placé sous contrôle judiciaire d’ici à sa prochaine comparution: il lui est interdit d’entrer en contact avec NKM et de paraître à proximité du domicile de la candidate LR battue dimanche aux législatives, selon l’AFP

Confronté à NKM

D’après l’AFP, Vincent Debraize a été confronté à Nathalie Kosciuzko-Morizet dans l’après-midi de samedi. « Mais il nie les faits » de violences et les accusations d’agression verbales, a déclaré Xavier Autain, l’avocat de NKM qui ajoute : « c’est une agression grave sur une élue de la République et j’espère une réponse de l’institution judiciaire à la hauteur. »

Expliquer sa version des faits

La candidate avait été hospitalisée après cette altercation puis était restée en observation.

Le maire de Champignolles estime de son côté que « la presse a monté l’affaire en épingle ». Pour lui, il ne s’agirait « pas d’une agression mais d’une altercation ».

Commentant le traitement médiatique de l’affaire, Maître Lachenaud, son avocat, considère que les faits parus dans la presse (notamment nationale) sont inexacts. « Nous apporterons au jugement des faits plus détaillés », en donnant une autre version de la réalité qui pourrait bien changer la vision globale de la scène. Il précise que son client n’a « rien à se reprocher ». Déplorant que dans cette affaire seuls « NKM et l’hôpital aient pu s’exprimer », la garde à vue de Vincent Debraize étant intervenue et ayant été prolongée, elle l’a empêchée de donner sa version des faits. « Il est déterminé », précise son avocat.

A Champignolles, le conseil fait bloc autour du maire Vincent Debraize

On notait un absent dimanche 18 juin à la traditionnelle messe à l’église de Champignolles pour la Saint-Jean célébrée par le Père Délogé : le maire Vincent Debraize toujours en garde à vue à Paris. Après cette affaire qui a mis la plus petite commune de l’Eure sous les feux des projecteurs : « Nous avons songé tout d’abord à annuler la messe mais pour Vincent, qui est très attaché à cette tradition qu’il perpétue depuis qu’il a été élu en 2008, et qui constitue un jour de fête pour notre commune, nous l’avons maintenue. Je pense que nous avons bien fait. Au conseil, nous restons solidaires de notre maire et lui apportons tout notre soutien dans les moments difficiles qu’il doit traverser », a confié le 1er adjoint Jean-Louis Hermier. Peu de commentaires sur cette affaire qui agite les médias depuis quelques jours chez les habitants. « No, comment, on ne sait pas ce qui s’est vraiment passé à Paris, on ne peut donc pas juger », a seulement consenti à dire l’ancien maire Claude Poulain. Même son de cloche du côté d’un habitant qui a estimé qu’« On le présente dans les médias comme quelqu’un d’agité, voir violent, ce qui est loin du personnage que l’on connaît. Qui a des convictions, certes, mais qui aime le débat. C’est un Maire très apprécié et proche des gens » a témoigné un conseiller. Tristesse donc, du côté de l’équipe municipale qui fait bloc autour du 1er magistrat. « Ce que l’on souhaite avant tout c’est qu’on le laisse s’exprimer et qu’il puisse apporter sa vérité sur cette histoire ».

Le Reveil Normand avec Actu.fr

 

Richard Ferrand : trois petits tours et puis s’en va…

Et pouf !

Ouf…

 

Am, stram, gram,

Pic et pic et colégram,

Bour et bour et ratatam,

Am, stram, gram ;

Pic ! monsieur ;

Pic ! madame ;

Pique nique-douille,

C’est toi l’andouille,

Dans un plat de nouilles,

A la sauce à la grenouille,

Mais comme le Roi

Ne le veut pas,

Ce ne sera pas toi !

Au bout de trois…

Un, deux, trois !

 

Même le perchoir lui passe sous le bec…

 

LE CORBEAU ET LE RENARD

Maître Corbeau, sur un arbre perché,
Tenait en son bec un fromage.
Maître Renard, par l’odeur alléché,
Lui tint à peu près ce langage :
Et bonjour, Monsieur du Corbeau,
Que vous êtes joli ! que vous me semblez beau !
Sans mentir, si votre ramage
Se rapporte à votre plumage,
Vous êtes le Phénix des hôtes de ces bois.
À ces mots le Corbeau ne se sent pas de joie,
Et pour montrer sa belle voix,
Il ouvre un large bec, laisse tomber sa proie.
Le Renard s’en saisit, et dit : Mon bon Monsieur,
Apprenez que tout flatteur
Vit aux dépens de celui qui l’écoute.
Cette leçon vaut bien un fromage sans doute.
Le Corbeau honteux et confus
Jura, mais un peu tard, qu’on ne l’y prendrait plus.

 

 

A noter : la cybercriminelle Annie Luraghi envoie un peu partout des lettres recommandées avec accusé de réception pour m’accuser mensongèrement de n’importe quoi…

 

https://www.francebleu.fr/infos/politique/richard-ferrand-demissionne-de-son-poste-de-ministre-de-la-cohesion-des-territoires-1497891080

Richard Ferrand démissionne de son poste de Ministre de la Cohésion des territoires

 

Par Jérôme Collin, France Bleu Breizh Izel et France Bleu lundi 19 juin 2017 à 18:51

 

Richard Ferrand ne sera resté qu'un mois au sein du gouvernement
Richard Ferrand ne sera resté qu’un mois au sein du gouvernement © Maxppp – LE TELEGRAMME

 

Richard Ferrand, réélu député du Finistère lors des élections législatives, quitte le Ministère de la Cohésion des territoires. L’annonce a été faite ce lundi, après une réunion avec Emmanuel Macron. Richard Ferrand devient président du groupe La République En Marche à l’Assemblée Nationale.

Un mois et deux jours après sa nomination au Ministère de la Cohésion des territoires, Richard Ferrand démissionne du gouvernement. Il va prendre la tête du groupe La République En Marche à l’Assemblée Nationale. Réélu député de la 6e circonscription du Finistère lors des élections législatives, Richard Ferrand siégera donc à l’hémicycle.

Richard Ferrand : trois petits tours et puis s'en va... dans AC ! Brest pixel

Depuis l’ouverture d’une enquête préliminaire portant sur ses transactions immobilières lorsqu’il était directeur des Mutuelles de Bretagne, Richard Ferrand semblait menacé au gouvernement, même si le Premier Ministre lui avait réitéré sa confiance à plusieurs reprises. Avec cette nomination comme président du groupe LREM à l’Assemblée, c’est une porte de sortie toute trouvée pour Richard Ferrand.

 

 

Trois petits tours et puis s’en va …

 

Les filles en « ie » ne te vont pas
Elles ne sont pas faites pour toi
Elles savent comment te faire plaisir
Comment faire monter ton désir
Mais tout ça te mène au délire
Les filles qui commencent en « A »
Ont un petit je ne sais quoi
Mais il ne faut pas sauter le pas
Elles te porteront au trépas
Elles ne peuvent que te faire souffrir
Jusqu’à faire palir ton sourire
Les filles en « ie » ne te valent pas
Ne te berce pas de leurs voix
Elles ne sont pas comme tu les vois
Les filles qui finissent par un  » ie »
Sont bien trop proches du mot vie
Qui rime avec le mot fini
Ne te laisse pas porter par elles
Un jour elles te couperont les ailes
Ce sont de drôles de volatiles
Leurs vies ne tiennent qu’à un seul fil
Elles ont un petit je ne sais quoi
Qui fait qu’un jour çà te perdra
Leurs prénoms les rendent difficilles
Ces filles ne sont pas des dociles
Ces filles-là ne te comprennent pas
Elles ne voient pas l’amour comme toi
Ne te couche pas dans leurs draps
Elles te disent » je t’aime » comme çà
Trois petits tours et puis s’en va
Elles vont où le vent les portera
Ces trop jolies prénoms de filles
Ont un très fort impact sur toi
Mais je t’en prie ferme les yeux
Tu ne peux qu’être malheureux
Ces filles ne sont pas comme tu veux
Cette fille qui commence par A
S’il te plait ne la revois pas
Elle ne peux pas te rendre heureux
Son prénom fini par un « ie »
Elle n’a su que gacher ta vie
Et tes larmes ne changeront pas
Tout ce qu’elle a brisé en toi
Mais ne pars, non pas comme ça
Elle ne t’a pas laissé le choix
Mais son coeur à souffert comme toi
Dis lui je t’aime une dernière fois
Trois petits tours et puis s’en va …

 

C’est confirmé, Vincent Debraize est bien « déconnologue »

Selon l’avocat de NKM, non seulement il nie, mais il se présente comme victime : c’est lui qui aurait été insulté, agressé…

La dame a dû se laisser choir et simuler un malaise exprès pour pouvoir ensuite lui en remettre une couche devant les juges…

Et pourquoi fait-elle tout ça pour lui nuire ? Simple comme bonjour : elle est jalouse de son succès à Champignolles…

Et puis c’est une paranoïaque et elle est très très très méchante…

 

http://www.bfmtv.com/police-justice/la-garde-a-vue-de-vincent-debraize-agresseur-presume-de-nkm-a-ete-prolongee-1188738.html

La garde à vue de Vincent Debraize, agresseur présumé de NKM, a été prolongée

 

18/06/2017 à 13h47
  • Newsletter BFMTV Midi

Le suspect a été placé en garde à vue samedi matin pour   »violences volontaires sur personne chargée d’une mission de service public ».

 

Nathalie Kosciusko-Morizet a été confrontée samedi après-midi à l’homme soupçonné de l’avoir agressée jeudi à Paris. L’intéressé, Vincent Debraize, maire d’un petit village de l’Eure, s’était rendu de lui-même au commissariat samedi matin, à la convocation des policiers chargés de l’enquête. Il avait été placé en garde à vue  »pour des faits de violences volontaires sur personne chargée d’une mission de service public ».

Devant la police, le suspect a nié « les faits » de violence et les accusations d’agressions verbales, a déclaré à l’AFP Xavier Autain, l’avocat de NKM.

Alors que Vincent Debraize avait indiqué vouloir s’exprimer dimanche devant la presse, dans son village de Champignolles, sa garde à vue a été prolongée de 24 heures, jusqu’à lundi matin 8h30 maximum, a fait savoir son avocat à BFMTV.

Des auditions de témoins prévues

Des auditions de témoins sont notamment prévues dimanche. Selon l’entourage de Nathalie Kosciusko-Morizet, cette dernière a « formellement reconnu » le suspect lors de la confrontation organisée par la police, rapporte Le Parisien.

Après cette agression, l’élu avait pris la fuite et était parti vers la bouche de métro la plus proche. Photographié, son visage avait été diffusé dans les médias et le parquet de Paris avait ouvert une enquête immédiatement pour « violences volontaires ».

« Il a été identifié après des témoignages et grâce à l’exploitation de la vidéo-surveillance », a expliqué une source policière à l’AFP.

Liv Audigane avec Alexandra Gonzalez
A lire aussi
  • Agression de NKM: qui est l’homme en garde à vue et que risque-t-il?

  • Après son agression, NKM souffre d’un traumatisme crânien

  • NKM est sortie de l’hôpital: « j’ai encore besoin de récupérer »

 

http://www.lejdd.fr/politique/qui-est-vincent-debraize-lhomme-suspecte-davoir-agresse-nkm-3363740

Qui est Vincent Debraize, l’homme suspecté d’avoir agressé NKM?

 

09h00 , le 18 juin 2017, modifié à 10h24 , le 18 juin 2017

L’homme à l’origine de la perte de connaissance de la candidate Nathalie Kosciusko-Morizet et qui a été placé en garde à vue s’appelle Vincent Debraize et est maire d’une petite commune de l’Eure.

Nathalie Kosciusko-Morizet est sorti de l'hôpital vendredi.

Nathalie Kosciusko-Morizet est sorti de l’hôpital vendredi. (Sipa)

 

Est-ce la défaite d’Henri Guaino, ancienne plume de Nicolas Sarkozy et candidat éliminé dès le premier tour dans la même circonscription que NKM, qui a provoqué la colère de Vincent Debraize ? Ce maire sans étiquette de la paisible commune de Champignolles dans l’Eure – 38 habitants au dernier recensement – faisait partie des 33 élus qui lui avaient apporté son parrainage. Il invite la presse devant sa mairie dimanche à midi pour expliquer son geste contre NKM… Interrogé par L’Obs, Henri Guaino a démenti, de son côté, toute proximité avec Debraize. En 2014, ce dernier s’était manifesté en lançant une pétition contre l’insécurité dans les zones rurales. Un de ses conseillers municipaux avait été victime d’une tentative de cambriolage.

Vincent Debraize a été placé en garde à vue

Vendredi soir, après son identification par la police, le quinquagénaire, qui a entamé en 2014 son deuxième mandat de maire, a répondu à la convocation des enquêteurs qui l’ont placé en garde à vue. Avant de quitter Champignolles, où il préparait les fêtes de la Saint-Jean, l’élu a expliqué à ses adjoints qu’il était l’homme recherché depuis la veille. Pour avoir agressé NKM, il est susceptible d’être poursuivi pour « violences volontaires sur personne chargée d’une mission de service », même si son avocat démentait hier soir le terme « d’agression ».

Sur les images vidéo disponibles, on voit un homme jeter ses tracts au visage de Nathalie Kosciusko-Morizet avant que la candidate LR tombe et perde connaissance. Elle sera hospitalisée une nuit en observation à l’hôpital Cochin. Un journaliste de l’AFP présent aux côtés de NKM, qui faisait campagne sur le marché de la place Maubert dans le 5e arrondissement de Paris, dit avoir clairement entendu l’homme pester « bobo de merde ». Il aurait ajouté « C’est votre faute si on a Hidalgo dimanche comme maire », lançant également : « Retournez dans l’Essonne! » Vincent Debraize a ensuite pressé le pas pour prendre le métro, pensant ne pas être reconnu… Le choc de NKM a ému la classe politique et le Premier ministre, Édouard Philippe, est venu la visiter à l’hôpital. Son adversaire de LERM qui fait la course en tête avec plus de 41 % des voix dimanche, a arrêté sa campagne. Nathalie Kosciusko-Morizet, qui s’est déclarée très secouée, n’a pas non plus terminé sa campagne. C’est sa suppléante qui a honoré ses derniers engagements. Au premier tour, NKM avait essuyé un camouflet en ne réunissant que 18,5 % des suffrages. La vague de sympathie qu’elle a suscitée aura sans doute un effet dans les urnes. Pas sûr cependant qu’elle inverse la tendance…

 

 http://www.leparisien.fr/faits-divers/un-maire-de-normandie-suspecte-de-l-agression-contre-nkm-18-06-2017-7060785.php

Un maire de Normandie suspecté de l’agression contre NKM

>Faits divers|Valérie Hacot et Benoît Hasse|18 juin 2017, 7h39|5
C'est confirmé, Vincent Debraize est bien

« LE Réveil normand » et AFP/GEOFFROY VAN DER HASSELT
1/2
Valérie Hacot et Benoît Hasse

 

Vincent Debraize, élu local normand, a été placé en garde à vue hier. Particularité : c’était l’un des rares maires à avoir parrainé Henri Guaino à la présidentielle.

Fin mai, il lançait une pétition auprès de ses administrés pour dénoncer l’insécurité dans les campagnes. Hier, Vincent Debraize, le maire sans étiquette de Champignolles, un village de 33 âmes dans l’Eure, a été placé en… garde à vue pour des faits de violences volontaires sur personnes chargées d’une mission de service public. Identifié grâce à des images de vidéosurveillance et des témoignages, ce chef d’entreprise de 54 ans est soupçonné d’avoir agressé Nathalie Kosciusko-Morizet jeudi dernier sur le marché Maubert, dans le Ve arrondissement de Paris. Hier après-midi, la candidate LR dans la 2e circonscription de Paris l’a, selon son entourage, « formellement reconnu » lors d’une confrontation organisée par les policiers.

 

 - Paris (Ve), jeudi. Vincent Debraize (photo de gauche) est soupçonné d’être l’homme qui a agressé Nathalie Kosciusko-Morizet.

 

Avant même de répondre à la convocation de la police, Vincent Debraize confiait dès vendredi soir à certains de ses administrés qu’il était bien l’auteur de l’altercation avec l’ex-ministre : « Il a passé toute la journée à Champignolles pour préparer les festivités autour de notre église qui accueille ce week-end la messe annuelle », raconte un adjoint de l’élu local. « Le soir, il a dit à des collègues qu’il devait remonter sur Paris parce qu’il était convoqué à la police. Et il leur a expliqué pourquoi », poursuit le colistier de Vincent Debraize qui avait reconnu « son » maire sur les images diffusées dans les médias. « Je ne lui ai pas demandé de comptes. Cela ne me regarde pas. » Selon l’avocat de NKM, le maire n’a pas reconnu les faits durant sa garde à vue hier.

Vincent Debraize figure parmi les 33 élus qui ont accordé leur parrainage à Henri Guaino pour la présidentielle. L’ancienne plume de Nicolas Sarkozy, député sortant des Yvelines où il ne se représentait pas, était un des concurrents de NKM dans cette circonscription. Eliminé dès le premier tour, il s’était insurgé contre des électeurs « bobos », « à vomir ». Jeudi dernier, le maire de Champignolles — qui avait qualifié NKM de « bobo de merde » en lui renvoyant ses tracts au visage — aurait-il été inspiré par Henri Guaino ? « Je ne connais pas ce monsieur. Je l’ai rencontré une fois avec mes équipes durant la campagne des législatives », balaie Guaino, joint hier au téléphone. Ajoutant qu’il « condamne la violence en politique, même si, en l’état, on ne sait pas encore ce qui s’est passé » et récuse toute responsabilité : « J’ai bien le droit de dire que je n’aime pas les bobos ! Ceux qui veulent me faire porter le chapeau dans cette affaire iront devant les tribunaux. »

A LIRE AUSSI
> Guaino estime que ses électeurs «sont à vomir» et quitte la politique

Les proches de la candidate dénoncent en tout cas le climat de violence qui a régné durant la campagne. « On a passé notre temps à dire que nos dissidents (NDLR : les deux candidats de droite, Henri Guaino et Jean-Pierre Lecoq, le maire du VIe arrondissement) étaient dans la violence permanente », assure un des conseillers de l’ex-ministre de l’Ecologie. De quoi faire sortir de ses gonds Guaino : « Cette campagne n’a pas été violente. La dernière fois que j’ai croisé NKM, pour la Fête des mères, je lui ai offert une rose. Ce genre de remarque est pitoyable et mensongère. Si on en est là pour émouvoir l’opinion, on est vraiment mal parti. »

En mauvaise posture à la veille du second tour — elle est largement devancée par Gilles Le Gendre, le candidat En Marche ! —, NKM ne se rendra pas au bureau de vote aujourd’hui : « Elle a un traumatisme crânien, elle est astreinte au repos », précise un soutien. Lorsqu’ils ont recueilli la déposition de la candidate jeudi, les policiers lui ont ainsi fait une procuration afin qu’elle puisse tout de même voter. Elle ne participera pas non plus à la soirée électorale.

A Champignolles, les proches de Vincent Debraize comptent encore sur lui aujourd’hui pour qu’il tienne le seul bureau de vote de la ville. Ils risquent d’être déçus… Hier soir sa garde à vue a été prolongée.

 

Jets d’oeufs, enfarinages…

Du jet de farine à la gifle, plusieurs politiques ont été victimes d’agressions pendant leur campagne.

28 mai 2017 : un verre d’eau sur El Khomri. Un militant d’ultragauche est arrêté à Paris après avoir jeté un verre d’eau sur l’ex-ministre du Travail Myriam El Khomri, dont la loi a fait l’objet d’une vive contestation. Il doit être jugé en octobre pour « violences avec arme par destination ».

6 avril 2017 : Fillon enfariné. François Fillon, candidat les Républicains à la présidentielle, est victime d’un jet de farine par deux hommes de 25 et 28 ans, dont l’un est fiché S, alors qu’il traverse la foule pour prononcer un discours lors d’un meeting, à Strasbourg.

29 mars 2017 : agressions à Rennes. Deux élus LR, Bertrand Plouvier et Amélie Dhalluin, sont agressés dans un café de Rennes, lors d’une réunion de soutien à François Fillon, par un groupuscule qui les traite de « fachos » et les arrose d’urine et de soupe de poisson.

1er mars 2017 : un oeuf pour Macron. Emmanuel Macron, alors candidat, reçoit un oeuf sur le crâne lors de sa visite au Salon de l’agriculture. « Cela fait partie du folklore », estime-t-il.

18 janvier 2017 : Valls giflé. Un jeune homme de 18 ans tente de gifler l’ex-Premier ministre Manuel Valls, candidat à la primaire organisée par le PS en vue de la présidentielle, alors que ce dernier serre des mains à Lamballe (Côtes-d’Armor).

22 décembre 2016 : Valls enfariné. Manuel Valls est enfariné par un opposant, à l’entrée d’un café de Strasbourg, lors d’un déplacement de campagne.

 

Le Parisien

Vincent Debraize, maire de Champignolles : encore un « déconnologue » ?

La presse nous apprend aujourd’hui que l’individu qui a agressé Nathalie Kosciusko-Morizet jeudi serait chef d’entreprise à Paris. Quelques clics nous permettent très rapidement de découvrir qu’il a en fait dirigé deux sociétés qui sont actuellement radiées et n’ont pas employé plus d’un ou deux salariés. Il faisait du marketing dans le domaine médical.

Par ailleurs, il est maire d’une commune qui ne compte que 41 habitants.

Elle s’appelle Champignolles et pourrait bien, comme la bande de « déconnologues » du malade mental extrêmement dangereux Pascal Edouard Cyprien Luraghi, vouer un culte à la morille.

Ainsi ses habitants se sont-ils plaints durant au moins cinquante ans d’un « pillage » qui aurait consisté en un transfert d’une statue de leur église vers celle de la commune voisine à une époque où les deux municipalités avaient été réunies.

Comme de bien entendu, leur maire nie les faits qui lui sont reprochés avec un bel aplomb, alors qu’en attestent bien des témoins et des images.

 

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2017/06/17/01016-20170617ARTFIG00069-un-homme-interpelle-apres-l-agression-de-nathalie-kosciusko-morizet.php

Le maire d’une commune de l’Eure entendu après l’agression de Nathalie Kosciusko-Morizet

 

  • Par lefigaro.fr
  • Mis à jour le 18/06/2017 à 12:59
  • Publié le 17/06/2017 à 13:21

VIDÉO – Vincent Debraize s’est présenté de lui-même samedi matin à la police judiciaire de Paris, répondant à la convocation des enquêteurs. Confronté à la candidate LR aux législatives à Paris, il a nié les faits selon l’avocat de la victime.

Maire sans étiquette de la petite commune de Champignolles dans l’Eure, Vincent Debraize est soupçonné d’avoir agressé jeudi Nathalie Kosciusko-Morizet sur un marché parisien, selon franceinfo. Le suspect a été placé en garde à vue à 8h30, précise à l’AFP une source proche du dossier «pour des faits de violences volontaires sur personne chargée d’une mission de service public». Né en 1962, le quinquagénaire s’est présenté de lui-même samedi matin à la police judiciaire de Paris, répondant à la convocation des enquêteurs.

» Lire aussi – Après son agression sur un marché, NKM est sortie de l’hôpital

La candidate LR aux législatives à Paris a été confrontée dans l’après-midi de ce samedi à l’homme soupçonné de l’avoir agressée, qui «a nié les faits» devant la police, selon Xavier Autain, l’avocat de NKM. «C’est une agression grave sur une élue de la République et j’espère une réponse de l’institution judiciaire à la hauteur», a-t-il poursuivi.

Selon l’adjoint du maire de Champignolles, Jean-Louis Hermier, contacté par France Bleu Normandie, Vincent Debraize «n’est pas un homme violent». «Ça aurait été quelqu’un de banal, ça n’aurait pas pris autant d’ampleur», explique l’élu, qui regrette néanmoins que le suspect «ait fait ça». «Ça m’a surpris parce qu’au village on a jamais eu de problème», a-t-il précisé avant d’ajouter: «Depuis ce matin tout le monde nous appelle. Il faut arrêter, il y a plus grave que ça».

Chef d’une entreprise de communication établie à Paris dans le IXe arrondissement, selon différentes sources, Vincent Debraize ne vient dans la petite commune de l’Eure que le week-end, où il tient alors sa permanence, a déclaré son adjoint. Il a été élu en 2008 et réélu en 2014 dans ce village de 41 habitants situé à une trentaine de kilomètres d’Evreux.

Vincent Debraize avait parrainé la candidature de Henri Guaino à l’élection présidentielle, qui était aussi candidat aux législatives dans la même circonscription parisienne que l’ancienne ministre de l’Écologie de Nicolas Sarkozy. Après sa défaite au soir du premier tour, Henri Guaino avait lancé une violente charge contre les «bobos parisiens» sur BFMTV.

«Ce monsieur n’est ni un ami, ni un proche, ni un membre de mon équipe de campagne», a déclaré l’ancien conseiller spécial de Nicolas Sarkozy, à L’Obs. Henri Guaino réfute toute responsabilité «directe ou indirecte» dans cette agression. «Je l’ai simplement croisé [le suspect, NDLR] pendant la campagne des législatives», précise-t-il, avant de lâcher: «Tous ceux qui diront le contraire devront en répondre devant les tribunaux. Je ne laisserai pas salir ma réputation».

Dès jeudi, Henri Guaino avait adressé ses voeux de rétablissement à Nathalie Kosciusko-Morizet sur Twitter.

De nombreuses réactions politiques de soutien

Jeudi, la candidate LR-UDI dans la 2e circonscription de Paris avait perdu connaissance, après avoir été insultée par un homme, qui lui a jeté ses tracts au visage sur un marché du Ve arrondissement. L’agresseur, pantalon beige et chemise à carreaux, avait pris la fuite en marchant et lâché au passage: «C’est votre faute si on a Hidalgo aujourd’hui comme maire». Ajoutant: «Retournez dans l’Essonne!», département dont NKM est députée sortante. Il s’était engouffré dans une bouche de métro poursuivi par un membre de l’équipe de campagne de la candidate. Bousculée par un passant, Nathalie Kosciusko-Morizet avait chuté et perdu connaissance pendant plusieurs minutes avant d’être transportée à l’hôpital.

Nathalie Kosciusko Morizet est sortie vendredi en début d’après-midi de l’hôpital Cochin après avoir subi des examens et être restée en observation toute la nuit. Elle souffrait d’un traumatisme crânien bénin et son équipe de campagne la disait «très choquée». «Je vais mieux. J’ai besoin encore de quelque temps pour récupérer», a-t-elle déclaré à sa sortie, remerciant le personnel de l’hôpital et les personnes qui lui ont apporté leur soutien. «En particulier le premier ministre qui s’est déplacé, et le président de la République, qui m’a envoyé un message.»

Les réactions politiques avaient afflué de tous bords. Son adversaire, en ballottage favorable face à elle, avait suspendu sa campagne. «Je suis navré d’apprendre l’altercation et le malaise dont NKM a été victime, avait déclaré Gilles Le Gendre. Je lui souhaite de se rétablir très vite.»

En fin d’après-midi vendredi, plus d’une centaine de personnes s’étaient rassemblées sur les lieux de l’agression pour «dénoncer un acte odieux et inacceptable» et manifester «contre la violence en politique». La candidate, via sa suppléante Dominique Stoppa-Lyonnet, a là encore tenu à remercier «du fond du cœur» les participants.

(Avec AFP)

» Législatives: En marche! va-t-il tout écraser dimanche?

 

 

http://dirigeants.bfmtv.com/Vincent-DEBRAIZE-4668642/

Vincent DEBRAIZE

Vincent DEBRAIZE est né le 4 septembre 1962. Vincent DEBRAIZE est gérant de l’entreprise Alkade Distribution qui a été créée en 2007. Le chiffre d’affaires de la société n’est pas communiqué.

Vincent DEBRAIZE est également mandataire de 1 autre société :

Alkade

M Vincent DEBRAIZE, complétez votre profil

Mandats de Vincent DEBRAIZE

Vincent DEBRAIZE est Gérant

Adresse 50 RUE CONDORCET 75009 PARIS 9

Capital 4 000 €

APE 7311Z / Activités des agences de publicité

CA N.C.

Effectif 1

Résultat N.C.

Dirigeants 1


Vincent DEBRAIZE est Gérant

Adresse 233 RUE DU FAUBOURG SAINT HONORE 75008 PARIS 8

Capital 1 000 €

APE 7739Z / Location et location-bail d’autres machines, équipements et biens matériels n.c.a.

CA N.C.

Effectif 1

Résultat N.C.

Dirigeants 1

 

http://www.verif.com/societe/ALKADE-442804761/

ALKADE

Fiche entreprise : chiffres d’affaires, bilan et résultat

75009 PARIS 9

Entreprise radiée

Informations générales sur ALKADE

ALKADE, SARL au capital de 4 000€, a débuté son activité en juillet 2002.

Vincent DEBRAIZE est gérant de la société ALKADE. Le siège social de cette entreprise est actuellement situé 50 rue Condorcet – 75009 Paris 9

ALKADE évolue sur le secteur d’activité : Publicité et études de marché

Raison sociale ALKADE
Sigle
Enseigne
Chiffre d’affaires 2006 442 086 € + de détails
Documents légaux 2 Documents légaux + de détails
Dirigeants 1 dirigeant(s) + de détails
Adresse
50 RUE CONDORCET
75009   PARIS 9 Voir la carte

Téléphone

Afficher le téléphone
Fax
Forme juridique SARL
Date de création Créée le 03/07/2002
Derniers statuts à jour + de détails
Capital Social 4 000 €
SIREN 442 804 761
SIRET 442 804 761 00017

Numéro de TVA

Obtenir le numéro de TVA intracommunautaire
Code APE / NAF 7311Z / Activités des agences de publicité

Dirigeant – ALKADE

Gérant M DEBRAIZE Vincent

 

http://www.societe.com/societe/alkade-distribution-501474431.html

ALKADE DISTRIBUTION

Société : 501474431

Fiche entreprise : chiffres d’affaires, bilan et résultat

Entreprise radiée le 01-07-2016233 RUE DU FAUBOURG SAINT HONORE75008 PARIS

FRANCE

Présentation de la société ALKADE DISTRIBUTION

ALKADE DISTRIBUTION, société à responsabilité limitée a été en activité pendant 8 ans.
Localisée à PARIS 8 (75008), elle était spécialisée dans le secteur d’activité de la location et location-bail d’autres machines, équipements et biens matériels n.c.a.. Son effectif est compris entre 1 et 2 salariés.

Societe.com ne recense aucun établissement actif et 1 événement notable depuis un an.

Christine ZENOU, était liquidateur de la société ALKADE DISTRIBUTION.

La société ALKADE DISTRIBUTION a été radiée le 1 juillet 2016.

Renseignements juridiques

Statut Entreprise radiée du RCS le 01-07-2016
Dénomination ALKADE DISTRIBUTION
Adresse ALKADE DISTRIBUTION, 233 RUE DU FAUBOURG SAINT HONORE 75008 PARIS
SIREN 501 474 431
SIRET (siege) 50147443100027
Activité (Code NAF ou APE) Location et location-bail d’autres machines, équipements et biens matériels n.c.a. (7739Z)
Forme juridique Société à responsabilité limitée
Date immatriculation RCS 13-12-2007 Voir les statuts constitutifs
Date de dernière mise à jour 08-07-2016 Voir les derniers statuts publiés
Tranche d’effectif 1 à 2 salariés
Capital social 1 000,00 €

Vincent Debraize, maire de Champignolles : encore un

Les 2 dirigeants de la société ALKADE DISTRIBUTION

Dirigeants mandataires de ALKADE DISTRIBUTION :

Mandataires de type : Liquidateur

Anciens dirigeants mandataires de ALKADE DISTRIBUTION :

Du 30-01-2013
Au 12-02-2016
M Vincent DEBRAIZE En savoir plus

 

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Champignolles_(Eure)

Champignolles (Eure)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Champignolles.
Champignolles
L'église Saint-Gilles-Saint-Loup.
L’église Saint-Gilles-Saint-Loup.
Blason de Champignolles
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Eure
Arrondissement Évreux
Canton Breteuil
Intercommunalité Communauté de communes Normandie Sud Eure
Maire
Mandat
Vincent Debraize
2014-2020
Code postal 27330
Code commune 27143
Démographie
Gentilé Champignollais
Population
municipale
38 hab. (2014)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 57′ 18″ nord, 0° 45′ 37″ est
Altitude Min. 127 m – Max. 183 m
Superficie 2,62 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France

City locator 14.svg
Champignolles
modifier Consultez la documentation du modèle

Champignolles est une commune française située dans le département de l’Eure et la région Normandie.

Sommaire

Géographie

Ce village du Pays d’Ouche1 est situé en bordure de la rive droite de la Risle, au pied d’un coteau très pentu (30 m de dénivellation sur 66 m de distance à proximité du bourg)2. Il est bordé par la forêt de Conches à l’est, et la superficie de son territoire est inférieure à celles des villages voisins excepté La Ferrière-sur-Risle (0,2 km2).

« La commune de Champignolles, et plus précisément le bourg central, siège administratif des lieux, se présente comme l’espace rural rêvé. Tous les paramètres de la ruralité sont réunis, la topographie du site qui protège une vaste vallée ouverte où se déroule la Risle, les coteaux encadrés de bois, de futaies et de taillis, les maisons bien rangées aux proportions vernaculaires construites en pans de bois, silex et pierre.

Ce qui frappe avant tout, c’est la préservation tranquille du site, aucune perturbation liée à la dispense ou à l’intrusion de constructions en décalage avec l’esprit du lieu. La route qui descend à flanc de coteau depuis la départementale, se déroule au travers de la forêt. Le virage brutal découvre la première maison et la perspective sur le fond du vallon.

L’organisation du front bâti se répartit de part et d’autre de cette voie sans accotement. La mairie et l’église, puis quelques maisons amorcent le tissu. De l’autre côté de la voie une succession de maisons construites à l’alignement en long pan ou en pignon. Au départ du vallon, la route bifurque en deux branches et conduit d’une part vers le fond du tableau et d’autre part remonte à flanc de coteau vers le second hameau. Entre ces deux points, l’espace a été protégé de toute construction.

Ce point précis est le lieu où le peintre posera son chevalet. Depuis le fond de vallée la vision échelonnée du village montre une composition très fine de l’espace3. »

Champignolles est entouré de champs et de prés enclos, conquis sur la forêt et posés sur des levées de pierres, portant des haies ou des rangées d’arbres qui témoignent d’une culture bocagère visant à contrer la dégradation de l’humus et l’érosion des sols lœssiques. Malgré les opérations d’aménagement foncier rural, les 262 hectares de la commune sont encore partagés en 221 parcelles dont beaucoup sont retournées à la nature, constituant un véritable « corridor biologique » favorisant la biodiversité. Champignolles est située dans une zone de biodiversité forte et appartient au pays Risle Charentonne dont l’un des quatre objectifs est de valoriser les ressources patrimoniales pour sauvegarder le cadre de vie et mettre en valeur l’image du Pays. Champignolles figure à l’inventaire de deux zones naturelles d’intérêt écologique (ZNIEFF) de type I et II et fait partie du dispositif Natura 2000 Risle, Guiel, Charentonne dont l’objectif est la restauration et la préservation de sites écologiques, dits remarquables du fait des habitats et espèces qu’ils abritent.

Communes limitrophes

Lieux-dits et écarts :

La Croix Saint-Gilles, la Fatinière, la Hungerie, le Manet.

Toponymie

Le nom du village est attesté sous la forme latinisée Campenolis vers 11555,6,7, Champignolum en 12208. Il s’agit d’un dérivé de CAMPANEOLA, du bas latin campania, plaine, au sens probable de « petite plaine »9,10. Ce genre de formation toponymique est médiéval.

Il y a homonymie avec Campagnolles (Calvados, Campeingnolles en 1198) et Campigneulles (Pas-de-Calais, Campanioles en 1100) qui représentent des formes du nord de la ligne Joret, alors que les Champagnolles (17), Champignelles (89), Champigneulles (54), représentent les formes du nom au sud de cette ligne.

Démographie

En 1790, Champignolles faisait partie du canton de la Ferrière (district de Verneuil), et comptait alors 210 habitants. Par la suite, le village connait un constant dépeuplement jusqu’en 1970 où il reste moins de 20 habitants dans le village, avec quelques remontées en 1820, 1835, 1850, 1857 et 1946.

Champignolles a toujours eu une population restreinte, et a longtemps été la commune la moins peuplée de Normandie11. En 1801, Champignolles, qui appartient désormais au canton de Rugles, ne compte plus que 175 habitants. Sous le Concordat, en 1801, elle aurait été réunie avec la Vieille-Lyre. Un procès-verbal de 1808 décrit le transfert d’une statue de Saint-Gilles de l’église de Champignolles à celle de la Vieille-Lyre en raison de cette réunion : « Ceci ne plut guère aux habitants, qui reprochaient encore à la Vieille-Lyre ce « pillage » 50 ans plus tard…12 »

En 1830, elle compte 180 habitants. Entre 1790 et 1850, le village a perdu plus de 50 % de sa population, contrairement à ses voisins qui ont vu leur population augmenter, à l’exception d’Ambenay, de Bois-Normand-près-Lyre, de la Neuve-Lyre, de Saint-Antonin-de-Sommaire et de la Vieille-Lyre qui eux aussi ont perdu en population, mais dans une moindre proportion (7 à 16 %). aux mêmes dates, l’actuel canton de Rugles a gagné 440 habitants. De son côté, le département de l’Eure a augmenté sa population, jusqu’en 184013.

Les chiffres du recensement de 1836 montrent que la part la plus importante des activités des habitants de Champignolles est tournée vers le textile (54 fileuses et 2 tisserands). Les révolutions techniques et industrielles et de la conversion d’une grande partie de la Normandie à l’élevage au cours du XIXe siècle et du déclin des systèmes hydrauliques et de l’éclatement des systèmes valléens pourraient donc être la raison de cet exode.

En 1853, une nouvelle tentative de réunion est tentée par le Préfet. Les habitants de Champignolles la rejettent : « Considérant enfin cette inimitié formelle qui existe entre nous et les habitants de la Vieille-Lyre depuis notre réunion […] qui a été faite malgré nous, que notre église a été entièrement pillée par ces derniers12 ».

Le 18 décembre 1867, le Conseil départemental prononce la réunion avec la Ferrière-sur-Risle. Apparemment, cette réunion fut de courte durée. La commune apparaît autonome dans tous les documents ultérieurs.

L’évolution du nombre d’habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du 1er janvier 2009, les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d’un recensement qui repose désormais sur une collecte d’information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d’une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation14. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 200415,Note 1.

En 2014, la commune comptait 38 habitants, en diminution de -2,56 % par rapport à 2009 (Eure : 2,59 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
203 170 170 175 180 157 127 130 104
           Évolution de la population  [modifier], suite (1)
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
110 113 109 82 70 63 71 66 53
           Évolution de la population  [modifier], suite (2)
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
50 34 42 30 34 32 31 45 33
           Évolution de la population  [modifier], suite (3)
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
26 17 19 20 27 28 30 39 38
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu’en 199916 puis Insee à partir de 200617.)
Histogramme de l’évolution démographique

fc0bb14604cba506b34c5974edc2a34f dans Folie

Histoire

Les nombreux monuments mégalithes, encore visibles, parsèment d’une façon assez régulière la campagne normande, notamment, à quelques kilomètres de Champignolles : le dolmen de Rugles à Ambenay et le menhir de Neaufles-Auvergny. La découverte d’une hache de pierre « très grossièrement polie », l’outil emblématique des premiers défrichements, signalée par la Société Normande d’Études Préhistoriques (SNEP)18, témoignent d’une implantation humaine à Champignolles dès le Néolithique, l’âge de la pierre nouvelle, qui est considéré comme la période des débuts de l’agriculture. Ils montrent, à l’évidence, un peuplement à cette époque reculée.

La romanisation de la région qui va devenir la Normandie, passe par la construction de routes romaines et par une politique d’urbanisation. Une voie romaine, qui permettait de relier Lisieux à Dreux et dont le tracé correspondrait19 à l’actuelle route de la Barre-en-Ouche (D833) et à la route de Guernanville (D45) passe à la Vieille-Lyre, à proximité de Champignolles. Dans le Pays d’Ouche, à la frontière du Pays d’Auge, à vingt kilomètres de Champignolles, le village de Broglie, d’origine celtique, est situé au carrefour des voies romaines, des routes du sel et du fer.

Située sur la rive droite de la Risle, la paroisse de Champignolles a probablement été fondée durant le haut Moyen Âge, mais le lieu est occupée par l’Homme depuis des temps beaucoup plus reculés.

Champignolles est devenue possession des seigneurs de Tosny vers la moitié du XIIe siècle, puis, à partir de 1202, de Robert Ier de Courtenay, cousin germain de Philippe Auguste.

Héraldique

Blason Champignolles.svg
Les armes de la ville se blasonnent ainsi :coupé : au 1) de sinople à la biche couchée regardant au naturel, onglée d’argent, au 2) d’or à la roue de moulin de sable ; à la fasce de cinq fusées de gueules brochant sur la partition. 

Politique et administration

200px-Mairie_de_Champignolles_%28Eure%29 dans Insolent - Insolite
Mairie de Champignolles
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1792 Jacques Bucaille Premier maire Meunier
François Bucaille Fermier
1936 Wenger  ?  ?
1983 2001 Claude Poulain Sans étiquette Éleveur
2001 2003 Guy Bernard Sans étiquette  ?
2003 2008 Jean-Michel Raynaud Sans étiquette Enseignant
2008 en cours Vincent Debraize Sans étiquette Cadre du secteur privé
Les données manquantes sont à compléter.

Lieux et monuments

Église Saint-Gilles–Saint-Loup (XIIe et XVIe siècles)

L’église paroissiale Saint-Gilles – Saint-Loup est représentative de l’architecture médiévale normande. Le site de l’église, le cimetière et le lierre sont d’ailleurs inscrits à l’inventaire supplémentaire des sites depuis le 22 avril 1932.

L’église se présente en terrasse, au bas de la route en pente qui plonge sur le dévers de la colline et rejoint la Risle. Des arbres entourent son cimetière clos d’un muret d’époque.

Sa construction, vraisemblablement initiée dans la première moitié du XIIe siècle, commença, pour progresser d’abord à l’est, puis au nord et au sud, par le chevet en blocage de silex et grison surmonté d’un beffroi carré et recouvert d’essentes, à flèche polygonale.

Sa charpente médiévale utilise les techniques de construction navale en carène. Cette charpente de chêne est en excellent état de conservation. Sur son piedouche, la console supporte tous les éléments décoratifs : girouette, boule représentant la sphère céleste et coq, symbole du reniement de saint Pierre.

L’équarrissage de ses bois vraisemblablement employés verts, la nature de certains assemblages, sa voûte en merrain monochrome, ses piliers cannelés sur chacune de leur face jusqu’à la base des doubleaux qui scandent le berceau brisé de la voûte et sa lancette ébrasée, suivent un style que l’on retrouve dans un assez grand nombre d’églises d’Angleterre.

La seconde campagne de construction a lieu probablement au début du XIIIe siècle. Elle conduit à la construction de l’abside, du transept, du chœur et de la croisée en reprenant le même parti que celui de la nef avec des distinctions qui s’observent notamment à l’extérieur (contreforts primitifs sans ressauts).

L’autre ou les autres campagnes de construction ont lieu au début et milieu du XVIe siècle. Un porche en charpente à sablières moulurées du XVIe est érigé. Il donne accès à l’église par une porte en plis de serviette (refaite au XVIIIe siècle). La sacristie avec sa lancette est également bâtie. Une chapelle carrée en silex est ajoutée au début du XVIe siècle, à l’extrémité orientale de la nef, au sud. Elle est habilement appareillée avec un pignon en damier noir et blanc, de silex gris et de craie avec angles et baies en pierre, et contrefort en grès. La fenêtre du pignon, « flamboyante et lancéolée, de grand style et sans doute œuvre d’un savant architecte bien loin des tâcherons »20 est en tiers-point et à meneau. Il possède un remplage et des moulures gothiques. Le gable du pignon, couronné par un fleuron circulaire et une croix antéfixe décorée de festons gothiques, offre un échiquier de silex taillés et de pierres disposées en damier. Les rampants sont en pierre, flanqués de deux acrotères : des lions ou mâtins chevelés et rampants, tourné à dextre, vers la lumière.

L’église est consacrée à saint Gilles, représenté en ermite avec la biche pour attribut, et à saint Loup représenté en archevêque mitré tenant la crosse ou la croix à deux traverses.

À l’intérieur, un tronc de six pieds est percé de huit bouches à liards : présomption de pèlerinage à Saint-Gilles, à Saint-Loup (saint Gilles et saint Loup sont réputés guérir de la peur) ou étape vers le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle par la Via Podiensis[Quoi ?] (Conches -> Le Puy 577 km, Saint-Jacques 1 333 km).

Un haut-relief représente la Transfiguration (classé MH, au titre objet le 10 juin 1907) avec ses statues de style maniériste, en pierres polychromes du XVIe siècle. Il figure le Christ, Moïse, Élie, saint Jacques, saint Pierre et saint Jean. Certains éléments particuliers du corps de chacun des personnages sont déformés : tête, yeux, mains… pour intensifier la stupéfaction des Apôtres à la vue de la blancheur éblouissante de Jésus : […] « Jésus, prenant avec lui Pierre, Jacques et Jean, alla sur la montagne pour prier. Or, tandis qu’il priait, l’aspect de son visage changea, ses vêtements devinrent d’une blancheur éblouissante, et voici que deux hommes parlaient avec lui. C’étaient Moïse et Elle, qui, apparus dans la gloire, parlaient de son départ, qui allait s’accomplir à Jérusalem. Pierre et ses compagnons étaient lourds de sommeil. Mais, restés éveillés, ils virent sa gloire et les deux hommes qui se tenaient là avec lui »21[…].

La poutre de gloire qui sépare la nef du chœur (le Christ en croix, la Vierge et saint Jean sont en bois polychrome du XVIe siècle), qui montrent la Victoire du christianisme sur le judaïsme et l’antijudaïsme de la chrétienté du Moyen Âge[réf. nécessaire].

Près de l’entrée, à droite, se situe un bénitier en grès datant du XVe siècle. Sur le mur de gauche, une inscription est datée de 1621 : « Ici gist la personne de Pierre de la Croix lequel deceda le jour Saint Vincent Mil sis cens vint et une vous qui ceci lize pries Dieu pour les trepasses ». Au nord, les fonts baptismaux octogonaux sont rehaussés d’une margelle (pierre du XVe siècle). Le coq du clocher y est posé : il a été descendu en 1985. Plus loin, à droite, une Vierge à l’Enfant en bois polychrome date du XVIIe siècle.

Une seconde statue de Vierge à l’Enfant, en pierre polychrome, est datée du XIVe siècle (classée MH au titre objet le 10 juin 1907). La Vierge est couronnée, légèrement hanchée, vêtue d’un manteau qui finit en plis et dont le bord se replie comme un tablier. Elle tient le bâton fleuri dans la main droite et porte à gauche l’Enfant vêtu d’une chemise et tenant un oiseau dans ses mains. Cette statue répond au canon du gothique rayonnant (début du XIVe siècle jusqu’en 1380).

Elle est décorée à l’origine de nombreux éclats d’émail de plique-à-jour. Les émaux de plique employés dans l’orfèvrerie de prestige s’échangeaient au prix de l’or ce qui explique sans doute la disparition22 de toutes les plaquettes qui parsèment la surface de cette Vierge à l’Enfant.

Dans le chœur, un autel en bois du XIXe siècle peint en faux marbre est décoré sur le devant de deux vases de fleurs encadrant un écusson avec la colombe du Saint Esprit. Le tabernacle est en bois polychrome, avec une statuette du Christ glorieux de style, avec une inscription Ecce Panis Angelorum du XVIIe siècle. Le tableau du XIXe siècle (restauré), au-dessus de l’autel, représente le Sacré Cœur.

Dans la littérature

Champignolles est l’un des très rares villages de l’Eure qui a conservé son authenticité à travers ses bâtiments anciens et ses paysages.

Lorsque Champignolles est évoqué, ce sont généralement sa douceur de vivre et à ses paysages qui sont signalés[pas clair]. Elle est chantée par Jean de La Varende qui fait du Pays d’Ouche le lieu privilégié de ses œuvres : « Voici les grâces secrètes de cette contrée. Le petit fleuve s’accoude à gauche sur une forte colline chargée d’arbres, mais cerne, à droite, une haute et lente moquette qui s’exhausse vers le Sud. L’eau l’entoure d’un trait pur et chantant23. »

Dans Promenades poétiques, Philippe Delerm la décrit ainsi : « Eh bien Champignolles existe, je l’ai rencontré, et me demande comment j’avais pu l’ignorer aussi longtemps. […] il me semble qu’il y a là comme un bout du monde, assez d’espace et de secret pour enclore la vie24. »

Personnalités liées à la commune

Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue !

Faits divers

Le 17 juin 2017, Vincent Debraize, le maire de la commune, est placé en garde à vue pour des faits de violences volontaires sur personne chargée d’une mission de service public. Identifié après des témoignages et grâce à l’exploitation de la vidéo-surveillance, il est soupçonné d’avoir insulté puis agressé deux jours auparavant Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate dans la deuxième circonscription de Paris alors que celle-ci, en campagne pour son élection tractait sur le marché de la place Maubert. Il avait ensuite pris la fuite25,26.

Notes et références

Notes

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l’ensemble des communes.

Références

  1. « Le pays d’Ouche » [archive], sur Atlas des paysages de la Haute-Normandie (consulté le 28 février 2017).
  2. Géoportail [archive]IGN.
  3. Service départemental de l’Architecture et du Patrimoine de l’Eure, Champignolles, avis de l’ABF sur l’ouverture à l’urbanisation de terrains, certificat d’urbanisme n° 14305L0013, mars 2006.
  4. « Géoportail (IGN), couche « Communes 2016 » activée » [archive].
  5. François de Beaurepaire (préf. Marcel Baudot), Les Noms des communes et anciennes paroisses de l’Eure, Paris, A. et J. Picard, 1981, 221 p. (ISBN 2-7084-0067-3, OCLC 9675154), p. 88 (ANS 1968).
  6. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France Librairie Droz, Genève 1990. p. 314.
  7. Dans une charte datée de 1155, Raoul de Tosny confirme les donations faites par son père, Roger de Tosny, aux moines de Notre-Dame de l’Estrée à Muzy, et qu’il maintient et autorise les coutumes de tous ceux qui habitent ses terres. Cartulaire de l’abbaye Notre-Dame de l’Estrée, Archives départementales de l’Eure (Evreux Cedex), H 0319, original, in Répertoire des cartulaires médiévaux et modernes. Paul Bertrand, Institut de Recherche et d’Histoire des Textes, 2006. Ædilis, Publications scientifiques, 3.
  8. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Librairie Guénégaud, Paris, 1979. p. 137.
  9. François de Beaurepaire, op. cit.
  10. Ernest Nègre, op. cit.
  11. Aujourd’hui il semblerait que ce soit Le Mesnil-Durdent qui compte 24 habitants
  12. a et b Archives départementales de l’Eure.
  13. Source : École des hautes études en sciences sociales (EHESS), en partenariat avec la Bibliothèque nationale de France (BNF), le Centre national de la recherche scientifique (CNRS), le Laboratoire de Démographie historique (LDH) et l’Institut national d’études démographiques (INED).
  14. L’organisation du recensement [archive], sur le site de l’Insee.
  15. Calendrier départemental des recensements [archive], sur le site de l’Insee [archive]
  16. Des villages de Cassini aux communes d’aujourd’hui [archive] sur le site de l’École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee – Populations légales de la commune pour les années 2006 [archive]2007 [archive] 2008 [archive] 2009 [archive] 2010 [archive] 2011 [archive]2012 [archive]2013 [archive]2014 [archive] .
  18. À la page 13 de son bulletin de 1903, imprimé par Ancelle fils à Évreux.
  19. Selon l’historien local Laurent Ridel.
  20. Jean de La Varende, Les Promenades, Champignolles, La Nation française, le 2 mai 1957.
  21. (Évangile selon saint Luc, 9, 28-33).
  22. Un recueil des travaux de la Société libre d’agriculture, sciences, arts et belles-lettres de l’Eure de 1844 signale […] : « que trop souvent on est obligé de négliger les offres ou de refuser les donations faute d’un local… […] Bernay néglige les débris du passé… […]. Monsieur Chassant signale aussi la vente d’émaux intéressants consentie par l’Église de la Vieille Lyre. »
  23. La Nation française no 82 / 2 mai 1957 / Les Promenades / Champignolles.
  24. Promenades poétiques, Champignolles / De France, ou d’Angleterre, novembre 1993
  25. lefigaro.fr, « Un homme interpellé après l’agression de Nathalie Kosciusko-Morizet », Le Figaro,‎ 17 juin 2017 (ISSN 0182-5852, lire en ligne [archive])
  26. « Qui est Vincent Debraize, maire dans l’Eure, en garde à vue après l’agression de NKM sur un marché | Derniéres Nouvelles » [archive], sur world-302.fr.planethoster.net (consulté le 17 juin 2017)

Voir aussi

Articles connexes

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes

 

Richard Ferrand ou le serpent qui se mord la queue…

Après l’incendie d’une tour à Londres, il demande un état des lieux des risques en France.

Et ensuite, que va-t-il faire ? Guillotiner les ingénieurs qui auraient fait de mauvais choix ou des calculs forcément délirants ? Mais ce ne sont pas eux les décideurs, ils sont toujours soumis aux diktats d’hommes et de femmes politiques qui tendent à préférer à leurs arguments ceux de « lettrés » comme le sont par exemple les deux psychopathes et cybercriminels Pascal Edouard Cyprien Luraghi de Puy-l’Evêque et Jean Marc Donnadieu de Béziers, aussi membrés qu’Henri Désiré Landru, comme ils se plaisent l’un et l’autre à s’en vanter publiquement.

 

http://www.huffingtonpost.fr/2017/06/18/apres-lincendie-dune-tour-a-londres-richard-ferrand-demande-un-etat-des-lieux_a_22486591/

Après l’incendie d’une tour à Londres, Richard Ferrand demande un état des lieux des risques en France

 

Un rapport sur la réglementation face au risque incendie doit être remis au ministre de la Cohésion des territoires dans dix jours.

 

18/06/2017 10:51 CEST | Actualisé il y a 35 minutes
  • Rédaction du HuffPost
Richard Ferrand ou le serpent qui se mord la queue... dans AC ! Brest http%3A%2F%2Fo.aolcdn.com%2Fhss%2Fstorage%2Fmidas%2F2062808eb9e79db9c469a4aa503929bc%2F205388498%2F000_PH044

AFP
Le ministre de la Cohésion des territoires Richard Ferrand à Châteaulin, dans le Finistère, le 11 juin.

 

POLITIQUE – Les images du terrible incendie de la tour Grenfell à Londres ont marqué les esprits. Samedi 17 juin, trois jours après le drame qui a fait au moins 30 morts (28 personnes sont également présumées mortes) dans la capitale britannique,Richard Ferrand a demandé un état des lieux de la réglementation en vigueur en France face au risque d’incendie.

Le ministre de la Cohésion des territoires, soupçonné dans une affaire immobilière pour laquelle une enquête préliminaire a été ouverte, « a demandé au Centre scientifique et technique du bâtiment » (affilié au ministère de la Transition écologique et solidaire) de « lui remettre un rapport d’ici dix jours » sur « la réglementation ‘sécurité incendie’ en France ». Il sera question d’analyser les dispositifs « de prévention, de détection et d’évacuation ».

La France propose son aide au Royaume-Uni

La propagation des flammes sur la tour Grenfell de Londres, un immeuble de logements sociaux de 24 étages, aurait été favorisé par le revêtement installé l’an dernier sur la façade. Selon le Times, le recours à ce revêtement est proscrit aux États-Unis pour les immeubles dépassant 12 mètres de haut.

Des dizaines de personnes ont manifesté vendredi à Londres, reprochant aux autorités locales d’avoir ignoré pendant des années les cris d’alerte concernant la sécurité du bâtiment et le danger d’incendie, parce qu’ils provenaient d’une population majoritairement modeste. Nombre d’entre eux ont affirmé qu’il n’y avait pas d’issue de secours, pas d’extincteur, pas d’alarmes incendie.

Richard Ferrand a par ailleurs indiqué avoir proposé au Royaume-Uni l’aide de la France « pour concourir à l’expertise de l’identification des causes de l’incendie et des facteurs de propagation ».

Lire aussi :

58 personnes disparues dans l’incendie de Londres présumées mortes

Les images de l’énorme incendie qui a dévasté la Grenfell Tower

L’incendie de Londres pourrait-il avoir lieu en France ?

Adele réconforte les personnes touchées par l’incendie

Pour suivre les dernières actualités en direct sur Le HuffPost, cliquez ici

Tous les matins, recevez gratuitement la newsletter du HuffPost

Retrouvez-nous sur notre page Facebook

 

Des singularités de la « justice » brestoise

Depuis le début des années 2000, les magistrats brestois manifestent objectivement une haine assez exceptionnelle, véritablement CRIMINELLE, à l’égard de toute ma famille.

Ils lui reprochent par dessus tout d’être composée d’honnêtes ingénieurs d’origine bretonne.

Les ingénieurs sont certes globalement haïs dans tous les tribunaux français, mais particulièrement celui de Brest, et curieusement, encore bien plus lorsqu’ils sont d’origine bretonne : leur « faute » d’être ingénieurs, déjà totalement insupportable pour les Français et autres individus méprisant les Bretons, rend les magistrats brestois carrément hystériques, comme s’ils avaient pour mission de veiller à ce que le Breton soit toujours soumis ou inférieur en tout au Français et à ses amis étrangers.

L’intégrité sans faille qui nous caractérise ne plaide pas non plus en notre faveur auprès de ces fonctionnaires dont nous ne sommes pas les seuls à nous plaindre, loin de là.

A vrai dire, ils paraissent prendre beaucoup de plaisir à casser la population locale.

Pour mieux appréhender les singularités de cette « justice » brestoise, quelques rappels historiques s’imposent.

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/S%C3%A9n%C3%A9chauss%C3%A9es_de_la_Bretagne

Sénéchaussées de la Bretagne

Les sénéchaussées de la Bretagne sont les sénéchaussées qui ont été créées à partir des institutions ducales de la province pour couvrir l’intégralité de son territoire comme juridictions royales de base. Environ quarante à leur création en 1551 par l’édit de création des présidiaux, elles sont vingt-six à la fin de l’Ancien Régime. Bien que leurs médiocres conditions d’exercice en limitent la portée, elles se distinguent notamment par une compétence étendue par rapport aux autres sénéchaussées du royaume.

Sommaire

Historiographie

Si la plupart des sénéchaussées bretonnes ont vécu près de 250 ans, les archives qui ont été transmises aux Archives départementales sont loin d’embrasser toute cette durée : elles se limitent au XVIIIe siècle avec dans quelques cas, une antériorité au XVIIe. Ceci explique en partie la méconnaissance de ces sénéchaussées encore en 2007 et avertit de la nécessité d’une critique des travaux qui nécessairement sont privés d’une base homogène. Le très conséquent fonds du parlement de Bretagne, du même âge que les sénéchaussées, peut parfois constituer un recours.

Formation et nature des sénéchaussées

Avant 1535 : les sénéchaux ducaux

Les sénéchaussées – toutes créées sur la même base en 1551 – ont imposé leur homogénéité de nature légale à un ensemble complexe de juridictions qui avaient pris chacune une physionomie propre au long des siècles, dans leur géographie, leur organisation, leurs relations et subordinations. Cette homogénéité s’est traduite par la perte d’attributions non judiciaires, notamment de nature fiscale, mais aussi militaire. Par un processus semblable, si ces juridictions avaient à leur tête un « sénéchal », celui-ci avait un statut et des prérogatives différents de ceux qui tout en ayant un titre de même nom, seront exclusivement des juges à partir de 1551, quitte à cumuler des charges. Le sénéchal du premier genre n’était pas l’officier supérieure d’une sénéchaussée, mais d’un bailliage au nom variable, souvent d’une « châtellenie », etc. « Le terme de sénéchaussée n’était pas inconnu en Bretagne, mais il restait d’usage peu courant et ne saurait être employé sans définition préalable de la réalité qu’il recouvrait. »1.

Les listes de sénéchaux dressées par Marcel Planiol permettent une récapitulation des juridictions assez importantes et stables pour avoir été pourvues d’un sénéchal depuis le Moyen Âge, à commencer par le duché dans son ensemble avec les sénéchaux de Bretagne, au nombre de huit uniquement pour la période 1177-12412.

Il n’y avait donc pas de « bailli » à la tête des bailliages, ce terme désignant en Bretagne le second juge, auquel il est d’ailleurs préféré en pays gallo le mot alloué.

Des textes généraux à la réalité provinciale

Une vingtaine de sénéchaussées n’eurent d’existence qu’entre leurs créations en 1551 et l’édit d’union des juridictions royales de 1565 (édit de Châteaubriant en vertu des lettres patentes données à Troyes le 19 mars 1564) supprimant 25 sièges. Même celui-ci ne fut que partiellement appliqué : les sénéchaussées d’Antrain, Bazouges, Chateaulin, Concarneau, Dol, Hédé, Jugon, Lanmeur, Saint-Aubin-du-Cormier et Saint-Pol-de-Léon se maintinrent jusqu’à la Révolution, sauf celle de Lanmeur réunie à celle de Morlaix en 17553.

Les sénéchaussées d’Antrain et de Bazouges devraient du point de vue de leur compétence être considérées comme des barres royales3.

Hors des sénéchaussées présidiales mieux dotées en personnel, un examen des différentes sénéchaussées a montré que le nombre de magistrats est au mieux de quatre, pendant que les textes parlent d’un minimum d’une dizaine de conseillers. De plus, autre différence, le sénéchal n’agit pas par l’intermédiaire d’un lieutenant général et autre alloué, il est effectivement présent au siège et partage les dossiers avec les autres magistrats. Selon J. Trévédy, il y aurait une différence notable entre le sénéchal en Bretagne et dans le reste du royaume.

Engagement du domaine royal

Bien que théoriquement inaliènable, le domaine royal a subi pour des raisons financières une aliénation de fait, en principe temporaire et ne mettant pas en cause l’autorité du roi sur la terre. Ainsi, en Bretagne, la régie d’une grande partie du domaine a été concédée par engagement au duc de Penthièvre (en 1698, 1716, 1757), le reste à d’autres seigneurs ou en 1759 aux États de Bretagne. Ceci n’a pas été sans conséquence sur l’activité de chaque juridiction royale, l’exercice matériel de la justice (greffes, prisons, etc) étant compris dans le patrimoine concerné par cet engagement.

Attributions juridictionnelles

Ordinairement, sur la totalité de leur ressort, les sénéchaussées sont essentiellement vouées au jugement des causes d’appel. En Bretagne, l’absence presque complète de prévôtés4 telles que définies par l’édit Crémieux de 1536 a induit une extension de la compétence de base : une compétence administrative (police) et la connaissance des affaires civiles en première instance s’ajoutent aux causes en appel. Les sénéchaussées auraient du seulement juger les appels émanant des prévôtés, outre celles émanant des justices seigneuriales ; en l’absence de prévôté, elles doivent connaitre les affaires en première instance ainsi que tout ce qui relève de la juridiction volontaire. Cette activité de justice ordinaire (à l’opposé des rares cas royaux) est ainsi l’activité dominante de toute sénéchaussée non présidiale.

Ainsi, dans cette province, la sénéchaussée est le premier degré dans la hiérarchie des juridictions royales, leurs appels étant portés selon les cas, devant la sénéchaussée présidiale ou devant le parlement de Bretagne. Les prévôtés ayant été supprimées en principe dans tout le royaume en avril 1749, la singularité bretonne s’atténue ultérieurement.

Comme les autres sénéchaussées françaises, les sénéchaussées de Bretagne ont la connaissance exclusive des cas royaux, ceux qui touchent particulièrement le roi, son autorité, les finances, l’ordre public, etc.

Compétence administrative

Cet ordre de compétence suit en Bretagne ce qui s’est pratiqué ailleurs. Ainsi, les registres paroissiaux étaient visés chaque année par le sénéchal, et selon la période, un des deux exemplaires était conservé dans les archives du greffe.

Compétence réglementaire

À l’instar des parlements précisant les ordonnances royales par leurs arrêts de règlement d’intérêt général mais de portée locale, les sénéchaussées rendent des sentences réglementaires. Jouant le même rôle qu’au sein du parlement concernant les arrêts de règlement, le procureur du roi est à l’initiative de la plupart de ces arrêts, donnant ses conclusions pour les autres requises essentiellement par des communautés (villes, confréries, etc.). La sénéchaussée est encadrée dans ce domaine comme dans les autres par le parlement.

Numériquement, cette production est modeste par rapport à celle du parlement : Séverine Debordes cite le chiffre de 1200 arrêts de règlement en comparaison des 360 ordonnances qu’elle a dénombrées pour la même période (1700 à 1789) pour les seize juridictions ayant conservé leur pouvoir de police5. Sur le même ensemble, la police des denrées (vivres) représente selon la même étude, 30,3 % des sentences réglementaires ; trois autres objets en suscitent une dizaine de pourcent (salubrité 19 %, sûreté publique 15 %, voirie 11 %) ; les domaines restants se situant tous autour de 5 % (incendies, religion, justice, pauvres, mœurs, …)6.

Dans 36 % des cas, les sentences ne donnent pas l’origine juridique de leur contenu, sinon il s’agit d’abord d’anciennes ordonnances (25 %), d’arrêts de règlement (16 %), d’édits (3 %), les cas restant étant plus complexes, la coutume de Bretagne n’étant prise en compte qu’en dessous de 0,6 %7.

Pour une plus grande efficacité, les sentences pouvaient être homologuées par le parlement, parfois plusieurs années après ; elles prenaient alors valeur d’arrêt de règlement applicable au-delà de la circonscription d’origine.

Compétence de police

L’édit d’octobre 1699 devait ôter à toutes les juridictions royales les matières de police par la création d’officiers indépendants (lieutenant général de police). La mise en œuvre de cet édit a connu un destin particulier dans chaque juridiction : plus ou moins rapidement, l’inefficacité de ce dispositif a entraîné le rachat de ces charges, soit par la ville-siège soit par la juridiction (ou plutôt par leurs magistrats). Les variations d’activité de cet officier ont nécessairement influé sur l’activité de chaque sénéchaussée…

Compétences judiciaires

L’étendue des compétences d’une sénéchaussée est étroitement dépendant du statut de la terre concernée, d’une maison l’autre, en commençant par la position de la terre par rapport au domaine royal et ses variétés. Connaissant la diversité des conditions (droit de la propriété, justice basse, moyenne ou haute, etc), ceci confère a priori à l’assise territoriale de toute sénéchaussée une grande hétérogénéité.

On distingue sommairement du point de vue de l’assise territoriale :

  • un ressort large, comme partie du Royaume et régi par les prérogatives de la Couronne ; c’est la circonscription judiciaire, l’emprise maximale du pouvoir de la juridiction, elle-même contenant le ressort restreint et ses nuances ;
  • un ressort restreint, celui des terres dont le roi est le seigneur, avec des vassaux ou non.

Le ressort large

Dans le ressort large, la compétence est la plus restreinte. C’est la compétence spécifique des sénéchaussées : cas royaux et causes d’appel, sauf exceptions concernant de grands seigneurs. Ainsi les appels des procès jugés dans les seigneuries des Rohan, la principauté de Lamballe, la sénéchaussée de Guingamp, sont portés devant le parlement de Bretagne.

Autre exception, les affaires concernant les mineurs (tutelle, curatelle, …) sont jugées en appel au parlement afin d’éviter un degré de juridiction (omissio medio).

Le ressort restreint

L’étendue du ressort restreint est infime par rapport à celui du ressort large. De plus, la connaissance par les juges du territoire sous ce statut est habituellement très médiocre, ce qui facilite les empiètements commis par les agents des justices seigneuriales et les contestations qui peuvent en résulter. Pourtant, surtout en raison du traitement assez lucratif des affaires civiles et de leur nombre, surtout sur le proche fief, le ressort restreint contribue nettement à la valeur des charges de magistrature.

Dans le ressort restreint, la sénéchaussée est le premier degré de juridiction au-dessus de tout justiciable et elle a logiquement une compétence équivalente à celle des seigneurs hauts justiciers, c’est-à-dire maximale.

Le ressort restreint est lui-même loin d’être homogène et on y distingue le domaine royal sous-inféodé (au Moyen Âge) et le proche fief du roi (et donc de la sénéchaussée), celui-ci étant ce qui reste finalement directement comme entière propriété du roi et soumis à sa seule autorité.

  • Sur le domaine sous-inféodé, les compétences dépendent du degré du droit de justice de la seigneurie directement mouvante du roi :
    • haute justice : compétence minimale comme sur le reste du ressort large, à laquelle s’ajoute les droits de tout seigneur, selon la coutume : ; réception des aveux, foi et hommage ; convocation des seigneurs hauts justiciers aux plaids généraux ; saisie féodale.
    • moyenne justice : au criminel, les délits susceptibles d’une amende supérieure à trois livres.
    • basse justice  : compétences liées à la moyenne justice (succession des bâtards ; confection d’inventaire ; création de notaire ; règlement sur les mesures, la police et taxe des denrées ; connaissance des délits n’emportant que des peines pécuniaires) et à la haute justice (crimes emportant des peines capitales et corporelles ; droit d’épaves ; confiscations de biens).
    • seigneurie sans justice : rare, compétences associées à la haute justice3.

Dans tous les cas, Poullain du Parc rappelle que la sénéchaussée est l’instance compétente les affaires personnelles du seigneur, étrangères à la féodalité.

  • Sur le proche fief : toutes les compétences tant contentieuses que non-contentieuses de l’ordre de la haute justice. « Ces compétences civiles composent, quantitativement,la majeure partie de l’activité judiciaire des sièges royaux »3.

Les sénéchaussées simples et présidiales

La Bretagne était divisée au XIIIe siècle en huit baillies dont, deux cents ans plus tard, on retrouve une correspondance avec les ressorts des présidiaux selon l’édit de leur création8 : Nantes, Léon, Penthièvre, Ploërmel, Quimper, Rennes, Tréguier, Vannes. Ces baillies avaient elles-mêmes des limites comparables à celles des comtés aux Xe et XIe siècle.

Présidial de Quimper

Cette circonscription correspond à la baillie de Cornouaille et à celle de Léon, exceptée la sénéchaussée de Quimperlé qui fut rattachée au présidial de Ploërmel8.

  • Sénéchaussée de Gourin : réunie à la sénéchaussée de Quimper, provisoirement et avec des aléas selon J. Trévédy ; proche fief composé de parties de Gourin, Langonnet, Le Fouet, Quiscriff, Lanencjean!, Leuchan ; 1 prisonnier civil et 2 prisonniers criminels annuellement ;
  • Juridictions de brève durée  :
    • Sénéchaussée de Beuzec-cap-Caval ; – de Beuzec Cap-sizun ; d’après l’édit de 1565 ; réunies à la sénéchaussée de Quimper en 1565.
    • Sénéchaussée de Duault ; – du Huelgoat ; – de Landeleau : selon l’édit de 1551 ; réunies à la sénéchaussée de Carhaix en 1565.
    • Sénéchaussées de Conq - ; de Fouesnant ; – de Rosporden, selon l’édit de 1551, mais qui n’en ferait qu’une selon J. Trévédy comme exprimant « la seigneurie ducale dont le siège était à Concarneau », en tout cas réunie(s) à la sénéchaussée de Quimper en 1565 ; fusion avortée puisque vingt ans plus tard, le présidial demande la réunion. Voir Sénéchaussée de Concarneau.
    • Sénéchaussée de Saint-Pol-de-Léon : créée par l’édit de 1565, sans effet.
    • Sénéchaussée de Saint-Renan : selon l’édit de 1551 ; réunie à la sénéchaussée de Lesneven en 15658 ; réunie à la sénéchaussée de Brest par lettres patentes de juillet 1681. Voir Sénéchaussée de Brest et Saint-Renan.

Présidial de Nantes

Cette circonscription correspond à la seule baillie de Nantes au XIIIe siècle8.

  • Sénéchaussée royale de Nantes et présidial :

La sénéchaussée royale de Nantes étendait son ressort sur tout le comté nantais, excepté :

  • la sénéchaussée de Guérande ;
  • les sièges royaux de Touffou, Loyaux, Le Gâvre qui disparaîtront en octobre 1565 ;
  • la baronnie de Châteaubriant (relevant de la sénéchaussée de Rennes) ;
  • les justices seigneuriales ressortissant nuement du parlement de Bretagne : les régaires de l’évêché, érigé en novembre 1581.
    La sénéchaussée fut pratiquement absorbée par le présidial, sous le nom de Cour de Nantes, que les chefs de l’une ou l’aure de ces juridictions présidaient alternativement11.
  • Juridictions de brève durée : sénéchaussée de Loyaux (paroisse de Fresnay) ; – de Touffou (paroisse du Bignon) ; – du Gavre : selon l’édit de 1551 ; unies au présidial de Nantes par l’édit de 1565.

Présidial de Rennes

Cette circonscription correspond aux baillies de Penthièvre, de Rennes et de Tréguier au XIIIe siècle exceptée la sénéchaussée de Lanmeur attribuée au présidial de Quimper8.

  • Sénéchaussée présidiale de Rennes : « La plus grande partie des documents des XVIe et XVIIe siècles a été détruite par l’incendie de Rennes en 1720. »13. Dans ce qui a été conservée, la distinction entre les archives du présidial et celles de la sénéchaussée n’est pas nette.
  • Sénéchaussée de Dinan : 90 justices seigneuriales ; petit proche fief ; 1 prisonnier civil et 4 prisonniers criminels annuellement ;
  • Sénéchaussée de Fougères : 35 justices seigneuriales ; proche fief très vaste ; 40 prisonniers civils et 15 à 20 prisonniers criminels annuellement ; 45 paroisses en 1789 ; 15 mètres linéaires d’archives [3B 16-395]13.
  • Sénéchaussée de Hédé : réunion à la sénéchaussée de Rennes par l’édit de 1565 non effective ; 11 grandes justices seigneuriales ; grand proche fief ; 30 prisonniers civils ou criminels « en huit ans avant que les prisons ne tombent » ; 22 paroisses en 1789 ; 13 mètres linéaires d’archives [3B 396-862]13.
  • Sénéchaussée de Jugon : réunie à la sénéchaussée de Dinan en 1565, puis rétablie ; 34 justices seigneuriales ; aucun prisonnier civil et 1 prisonnier criminel en dix ans ;
  • Sénéchaussée de Lanmeur : créée par l’édit de 1551 ; réunie à la sénéchaussée de Morlaix (présidial de Quimper) en 1565, mais en fait seulement en 1755.
  • Sénéchaussée de Lannion : proche fief considérable ; fonds homogène de 1605 à 1790 ; 5 prisonniers civils annuellement et 40 prisonniers criminels « depuis les dix dernières années » ;
  • Sénéchaussée de Saint-Aubin-du-Cormier : réunion à la sénéchaussée de Rennes par l’édit de 1565 non effective ; 3 justices seigneuriales ; proche fief dont la majeure partie est couvertes de landes et forêts ; 6 prisonniers civils en dix ans et aucun prisonnier criminel annuellement ; 16 paroisses en 1789 ; 4,5 mètres linéaires d’archives [3B 863-1095]13.
  • Sénéchaussée de Saint-Brieuc : selon l’édit de création de 1551, mais la ville ne devint siège que dans les années 1580, non sans péripéties8 ; 26 justices seigneuriales ; « proche fief peu étendu à cause de la juridiction des régaires » ; 2 prisonniers civils et 20 prisonniers criminels annuellement.
  • Sénéchaussée d’Antrain : réunion à la sénéchaussée de Fougères par l’édit de 1565 non effective ; 13 justices seigneuriales ; proche fief très petit ; 12 à 15 prisonniers civils et 7 à 8 prisonniers criminels annuellement ; 7 paroisses en 1789 avec un lieutenant, un greffier et le procureur du roi, très peu d’archives subsistantes (« malmenées par les événements révolutionnaires »)13.
  • Sénéchaussée de Bazouges : réunion à la sénéchaussée de Fougères par l’édit de 1565 non effective ; 2 ou 3 prisonniers civils annuellement et 6 ou 7 prisonniers criminels en dix ans ; 11 à 13 justices seigneuriales ; proche fief très petit ; 17 paroisses en 1789, même situation que la juridiction d’Antrain.
  • Juridictions de brève durée :
    • Sénéchaussée du pays Goëllo (siège à St-Brieuc à partir de 1565) ;
    • Sénéchaussée de Cesson (près Saint-Brieuc) : selon l’édit de 1551 ; seulement une partie de la paroisse… ; réunie à la sénéchaussée de Goëllo en 1565.
    • Sénéchaussée de Dol : créée selon l’édit de 1565, sans suite…
    • Sénéchaussée de Saint-Malo : créée par l’édit de 1565 ; uniquement la ville et la trève Saint-Servan, moins tout ce qui relève des régaires8. N’aurait jamais réellement existé.

Présidial de Vannes

Cette circonscription correspond à la baillie de Ploërmel du XIIIe siècle et à celle de Vannes excepté le secteur de Redon ainsi que pour la baillie de Ploërmel, les cantons de Montauban et Montfort qui sont attribués au présidial de Rennes8.

  • Sénéchaussée présidiale de Vannes :
  • Sénéchaussée d’Auray : connaît les appels de la juridiction royale de Belle-Île après la cession de l’île au roi en 1719 ; les prisonniers sont envoyés à Vannes ; trois justices seigneuriales, proche fief consistant la paroisse de Saint Gildas et Saint Goustan, paroisse de Quiberon, Erdeven, Betz, Plouharnel, petite partie des paroisses de Baden, Pluneret, Plumergat, Brech, Lardaulle!, Landevient!, Locoual Mendon, Plumer, Crach et Locmariaquer.
  • Sénéchaussée d’Hennebont : 13 justices seigneuriales ; proche fief dans douze paroisses ; 4 prisonniers civils et 12 prisonniers criminels (« du fait des mendiants ») annuellement ;
  • Sénéchaussée de Sarzeau ou de Rhuys : deux justices seigneuriales ; petit proche fief ; 24 prisonniers civils et 11 prisonniers criminels en dix ans ;
  • Juridictions de brève durée :
    • Sénéchaussée de Muzillac : selon l’édit de 1551 ; unie au présidial de Vannes par l’édit de 1565.
    • Sénéchaussée de Ploërmel : présidial selon l’édit de 1551 avec Theix (Thaiz) et Quimperlé comme sénéchaussées simples, réuni à celui de Vannes en août 1552. Il se composait de deux cents paroisses, relevant de quatre évêchés, selon J. Trévédy ; 45 justices seigneuriales ;
    • Sénéchaussée de Rhuys : trois paroisses ; unie au présidial de Vannes par l’édit de 1565, puis rétablie… (Cf. Sarzeau)

Voir aussi

Sources

  • J. Trévédy, Organisation judiciaire de la Bretagne avant 1790, dans « Revue historique de droit », t. XVII, 1893.
  • Séverine Debordes-Lissillour, Les sénéchaussées royales de Bretagne, Presses universitaires de Rennes, 2006.
  • Guide des Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, tome I, 1994, p. 137-144.
  • René Giffard, Étude sur les présidiaux bretons, 1661-1791, Paris, 1904.

Bibliographie

  • Raymond Delaporte, La Sénéchaussée de Châteauneuf-du-Faou, Le Huelgoat et Landeleau et les juridictions seigneuriales du ressort, Paris, 1905, 240 p.

Notes et références

  • Sauf mention explicite, les données chiffrées concernent le XVIIIe siècle.
  1. J. Kerhervé, L’état breton au XIVe et XVe siècles, 1987
  2. Marcel Planiol, Histoire des institutions de la Bretagne, T. III, p. 431.
  3. a, b, c et d Séverine Debordes-Lissillour, Les sénéchaussées royales de Bretagne, Presses universitaires de Rennes, 2006.
  4. Prévôté de Nantes, de Rennes, et prévôté de Lannion durant une dizaine d’années
  5. Les sénéchaussées royales de Bretagne, p. 284.
  6. Les sénéchaussées royales de Bretagne, p. 277.
  7. Les sénéchaussées royales de Bretagne, p. 289.
  8. a, b, c, d, e, f, g, h et i J. Trévédy, Organisation judiciaire de la Bretagne avant 1790, 1893.
  9. Jacques Charpy, Guide des archives du Finistère
  10. a, b, c, d, e, f, g, h et i Guide des archives du Finistère, Quimper, 1973. (Les juridictions y sont dénommées Cour royale et non sénéchaussée).
  11. Guide des archives de la Loire-Atlantique, Tome I, Nantes, 1962. (p. 42)
  12. * Guide des archives de la Loire-Atlantique, Tome I, Nantes, 1962
  13. a, b, c, d et e Guide des Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, tome I, 1994, p. 137-144.

 

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Saint-Renan

Saint-Renan

image illustrant une commune du Finistère
Cet article est une ébauche concernant une commune du Finistère.Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.
Saint-Renan
Deux des plus vieilles bâtisses du centre-ville de Saint-Renan, en 2010.
Deux des plus vieilles bâtisses du centre-ville de Saint-Renan, en 2010.
Blason de Saint-Renan
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Finistère
Arrondissement Brest
Canton Saint-Renan (chef-lieu)
Intercommunalité Pays d’Iroise
Maire
Mandat
Gilles Mounier
2014-2020
Code postal 29290
Code commune 29260
Démographie
Gentilé Renanais
Population
municipale
8 026 hab. (2014)
Densité 603 hab./km2
Population
aire urbaine
43 267 hab.
Géographie
Coordonnées 48° 25′ 54″ nord, 4° 37′ 14″ ouest
Altitude Min. 27 m – Max. 95 m
Superficie 13,31 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France

City locator 14.svg
Saint-Renan
Liens
Site web Site officiel de la ville de Saint-Renan [archive]
modifier Consultez la documentation du modèle

Saint-Renan [sɛ̃ʁnɑ̃] est une commune du département du Finistère, dans la région Bretagne, en France, située à une quinzaine de kilomètres au nord-ouest de Brest.

Sommaire

Géographie

Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue !

Communes limitrophes

Toponymie

Attestée sous le nom Santus Ronanus Lutosus (Saint-Renan de la Boue) au XIIIe siècle. Cette distinction « de la boue » est liée à la morphologie ancienne du territoire composée de prairies marécageuses, actuellement le lac de Ty-Colo.

Le nom breton de la commune est Lokournan.

Saint-Renan tient son nom d’un ermite irlandais, saint Ronan venu évangéliser la région au Ve siècle, qui aurait d’abord vécu à Saint-Renan avant d’aller s’installer à Locronan.

Histoire

Moyen Âge

Alors que Brest n’est encore qu’un petit village, la ville de Saint-Renan va se développer tout au long du Moyen Âge.

En 1276, le duc de Bretagne y établit une cour de justice sous la dénomination de barre ducale de Saint-Renan et Brest1.

Du XVe au XVIIIe siècle

Après le rattachement de la Bretagne à la France, Saint-Renan devient un chef-lieu de sénéchaussée, dont l’administration civile et militaire, qui est assurée par un sénéchal, s’étend sur 37 paroisses environnantes.

En 1681, Louis XIV transfère la cour de justice à Brest, ce qui entraîne une régression économique de la ville.

L’hôpital Saint-Yves de Saint-Renan est ainsi décrit à l’époque de Louis XIV : C’est « une maisonnette couverte d’ardoises consistant en une cuisine où il y a un lit pour une servante (…), n’en peut mettre davantage, deux armoires, une table, un coffre et à l’étage une petite chambre avec six couchettes pour les femmes et les filles, un galetas au-dessus pour le bois. Au pied oriental de ladite maison : une chapelle dédiée à saint Yves et au-dessus une chambre séparée en deux parties, lesquelles sont remplies de six couchettes pour les hommes »2.

En 1759, une ordonnance de Louis XV ordonne à la paroisse de Saint-Renan de fournir 3 hommes et de payer 19 livres pour « la dépense annuelle de la garde-côte de Bretagne »3.

Jean-Baptiste Ogée décrit ainsi Saint-Renan en 1778 :

« Saint-Renan ; gros bourg, dans un fond ; à 12 lieues un quart de Saint-Pol-de-Léon, son évêché ; à 50 lieues de Rennes et à 3 lieues de Brest, sa subdélégation et son ressort? Cette paroisse relève du Roi et compte 1 000 communiants 4; la cure est présentée par l’Évêque. Trois grandes routes aboutissent au bourg. Le territoire est abondant en grains et fourrages : les chevaux qu’on y élève sont forts et vigoureux. (…)5 »

Dans la suite de ce même texte Jean-Baptiste Ogée fait des confusions entre Saint-Renan et Locronan, plaçant notamment à tort la forêt de Névet à Saint-Renan alors qu’elle se trouve près de Locronan.

Le XIXe siècle

A. Marteville et P. Varin, continuateurs d’Ogée décrivent ainsi Saint-Renan en 1845 :

« Saint-Renan : petite ville, commune formée de l’ancienne paroisse du même nom, aujourd’hui cure de 2e classe, chef-lieu de perception, résidence d’une brigade de gendarmerie, bureau d’enregistrement, bureau de poste. (…) Selon M. de Fréminville, il y avait à Saint-Renan une église du XIIIe siècle, dont le portail subsistait encore en 1832. L’église paroissiale est moderne. Il y a une chapelle dans le bas de la ville, à l’hospice. (…) Saint-Renan et Locronan ont une complète analogie de nom (…) [Saint-Renan] est nommée dans le Léonnais « Loc-Ronan-ar-Fancq » pour la distinguer de l’autre localité. (…) La ville forme à elle seule la commune, et ne compte pas plus de trois ou quatre exploitations rurales. Il y a foire le deuxième samedi de janvier et le premier de mai, les troisièmes mercredi de juin, juillet, septembre et novembre. Marché le samedi. Géologie : constitution granitique. On parle le breton.6 »

Le XXe siècle

Les querelles liées à la laïcité

La congrégation des Filles de la Croix avait implanté une école pour filles à Saint-Renan7. En 1903, l’établissement de Saint-Renan comptait 155 élèves dont 13 chambrières, 4 demi-pensionnaires et 6 pensionnaires8 lors de sa fermeture en vertu de la loi sur les congrégations.

La Première Guerre mondiale

Le monument aux morts de Saint-Renan porte les noms de 73 soldats morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale. Parmi eux, trois (Henry Bouvet de La Maisonneuve9, François Lannuzel10, Eugène Le Gall11) ont été décorés de la Croix de guerre et de la Médaille militaire ; Henri Le Chuiton12 a reçu la Croix de guerre. Outre François Lannuzel et Henri Le Chuiton, six autres marins (Jean L’Hostis, Joseph Martin, Jean Mével, Ernest Mingam, Joseph Ropars, Yves Trent) sont disparus en mer ; un autre marin (Francis Chuiton) est décédé à Patras (Grèce) à bord du Bambara. Un soldat (Jean Pochard) a été tué à l’ennemi à Zocchi (Italie), les autres sont décédés sur le sol français13.

Louis Marie Dujardin (né le 17 mai 1885 à Saint-Renan, décédé le 21 avril 1969 à Saint-Renan), médecin et photographe, a laissé 457 clichés pris pendant la Première Guerre mondiale illustrant la vie quotidienne des soldats à l’arrière du front. Ces photographies se trouvent désormais aux Archives départementales du Finistère14.

La Seconde Guerre mondiale

Le monument aux morts de Saint-Renan porte les noms de 44 personnes mortes pour la France pendant la Seconde Guerre mondiale13.

L’après-Seconde-Guerre-mondiale

Sept soldats (Marcel Calvez, Joseph Cleach, Jean Cloarec, Jean Le Borgne, Goulven Perrot et deux autres) originaires de Saint-Renan sont morts pendant la Guerre d’Indochine et trois (Daniel Gourvennec, Michel Le Hir, Jean Lorvan) pendant la Guerre d’Algérie13.

La modification des limites communales en 1955

Par décret du 25 mai 195515, des portions de territoire dépendant des communes de Plouzané, Plouarzel et Milizac sont rattachées à la commune de Saint-Renan :
« Art 1er : Les villages16 de :
1° Quillimerrien, Trévisquin-Bian, Trévisquin-Bras, Kérastang, Kernévézic, Kérarguen, le Poteau, Mespaul, Kéravel et Pontavennec, dépendant actuellement de la commune de Plouzané (canton de Saint-Renan, arrondissement de Brest, département du Finistère) ;
2° Penhoat, Kéradraon, Kergozan, Douric, Kéravel, Kerborzoc, Manoir-de-Kerborzoc, Lanven, Bout-du-Pont et Kerzu-Vian, dépendant actuellement de la commune de Milizac (canton de Plabennec, mêmes arrondissement et département) ;
3° Pont-du-Château, dépendant actuellement de la commune de Plouarzel (canton de Saint-Renan, mêmes arrondissement et département),
tels qu’ils sont représentés par les lignes continues roses, jaunes et vertes sur le plan annexé au présent décret, sont rattachés à la commune de Saint-Renan (canton de Saint-Renan, mêmes arrondissement et département). »

L’exploitation de l’étain entre 1960 et 1975

Entre 1960 et 1975, grâce à la découverte d’importants gisements de minerai dans les marais qui bordent la rivière l’Ildut, Saint-Renan devint la capitale européenne de l’étain. Les gisements alluvionnaires de cassitérite, un minerai stannifère, furent exploités par la COMIREN (Compagnie des Mines de Saint-Renan) à l’aide d’une drague suceuse à désagrégation placée sur un ponton flottant (plus de 5 200 tonnes de concentrés à 74 % d’étain ont été produits)17.

Article détaillé : Compagnie minière de Saint-Renan.

Les trous creusés pour l’exploitation de l’étain seront ensuite remplis par l’eau de la rivière, créant six lacs, dénommés, d’amont en aval : lac de Pontavennec, lac de Ty Colo, lac de la Comiren (du nom de la Compagnie minière de Saint-Renan), lac de Tréoualen ou de la Laverie, lac de Poulinoc et lac de Lannéon18.

Politique et administration

Tendances politiques et résultats

Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue !

Liste des maires

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 2014 Bernard Foricher DVD
mars 2014 en cours Gilles Mounier DVD Ingénieur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie

Évolution démographique

D’après le recensement Insee de 2007, Saint-Renan compte 7 292 habitants (soit une augmentation de 7 % par rapport à 1999). La commune occupe le 1 314e rang au niveau national, alors qu’elle était au 1 344e en 1999, et le 19e au niveau départemental sur 283 communes.

L’évolution du nombre d’habitants est connue à travers les recensements de la population effectués à Saint-Renan depuis 1793. Le maximum de la population a été atteint 2007 avec 7 292 habitants.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
886 908 841 1 043 1 074 1 094 1 027 1 010 1 282
           Évolution de la population  [modifier], suite (1)
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 246 1 241 1 277 1 307 1 497 1 569 1 758 1 806 1 815
           Évolution de la population  [modifier], suite (2)
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 954 2 087 2 218 2 172 2 158 2 099 2 188 2 860 2 682
           Évolution de la population  [modifier], suite (3)
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
3 077 3 488 4 550 5 542 6 576 6 818 7 341 7 815 8 026
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu’en 199919 puis Insee à partir de 200620.)

Histogramme de l’évolution démographique

Des singularités de la

Pyramide des âges

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d’un âge supérieur à 60 ans (20,3 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (24,5 %). À l’instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (52,2 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d’âge est, en 2007, la suivante :

  • 47,8 % d’hommes (0 à 14 ans = 21,5 %, 15 à 29 ans = 18,9 %, 30 à 44 ans = 21,2 %, 45 à 59 ans = 21 %, plus de 60 ans = 17,5 %) ;
  • 52,2 % de femmes (0 à 14 ans = 19,8 %, 15 à 29 ans = 17,6 %, 30 à 44 ans = 20,5 %, 45 à 59 ans = 19,2 %, plus de 60 ans = 22,9 %).
Pyramide des âges à Saint-Renan en 2007 en pourcentage21
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3
90  ans ou +
1,2
4,8
75 à 89 ans
8,4
12,4
60 à 74 ans
13,3
21,0
45 à 59 ans
19,2
21,2
30 à 44 ans
20,5
18,9
15 à 29 ans
17,6
21,5
0 à 14 ans
19,8
Pyramide des âges du département du Finistère en 2007 en pourcentage22
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3
90  ans ou +
1,2
6,7
75 à 89 ans
11,6
13,6
60 à 74 ans
15,3
21,4
45 à 59 ans
20,2
20,8
30 à 44 ans
18,9
18,4
15 à 29 ans
16,1
18,7
0 à 14 ans
16,7

Langue bretonne

À la rentrée 2016, 175 élèves étaient scolarisés à l’école Diwan et dans les filières bilingues catholiques (soit 13,9 % des enfants de la commune inscrits dans le primaire)23.

Tourisme

Les maisons anciennes du XVe et XVIe siècles, situées sur la place du vieux marché, offrent des attraits historiques et architecturaux à la ville.

Son marché du samedi est l’occasion de déguster les produits locaux, comme la tomme aux algues de Molène.

Les plans d’eau de la commune représentent un potentiel non négligeable mais sont à ce jour faiblement exploités pour le tourisme et les loisirs. Néanmoins, en mai 2011, un téléski nautique a été installé sur le lac de Ty-Colo, à l’entrée est de la ville24.

Par la construction de nombreux lotissements, la ville a doublé sa population en quarante ans. Elle est aujourd’hui une commune « péri-urbaine » de Brest. Cette petite ville rurale et commerçante est devenue en quelques décennies une commune pavillonnaire. Par sa situation géographique (à 20 minutes du centre ville de Brest, et à 1/4 d’heure des plages) ainsi que ses équipements publics (scolaires, sportifs et administratifs) et commerciaux, elle attire de nombreux actifs travaillant sur Brest.

Monuments

  • 90px-Monument_aux_Morts_-_St_Renan-29 dans Corruption

    Monument aux morts de 1914-1918.

  •  dans Crime

    Église Notre-Dame-de-Liesse.

Événements

  • Tous les deux ans s’y déroule une grande fête médiévale. Le centre historique de Saint-Renan se pare alors de magnifiques oriflammes et autres écussons afin d’accueillir la grande fête médiévale et ses 30 000 spectateurs. Jusqu’en 2007, cette grande fête avait lieu tous les ans. La 14e édition « Les métiers » a eu lieu les 18 et 19 juillet 201525.
  • Le marché de la ville est un des plus réputés du Finistère. Il se déroule tous les samedis à partir de 8 h du matin.
  • Les vendredis durant la période estivale se déroulent des concerts gratuits sur la place du Vieux Marché organisés par l’association Les Vendredis branchés.

Personnalités liées à la commune

Notes et références

  1. Jean Kerhervé, Anne-Françoise Pérès, Bernard Tanguy, Les biens de la Couronne dans la sénéchaussée de Brest et Saint-Renan, d’après le rentier de 1544, Institut culturel de Bretagne, 1984.
  2. Louis Dujardin, « Un petit hôpital de Basse-Bretagne du XVIIe siècle à nos jours. L’hôpital de Monsieur Saint-Yves à Saint-Renan », SAF, 1938
  3. > »Ordonnance… portant imposition pour la dépense annuelle de la garde-côte de Bretagne », 1759, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k97412315/f8.image.r=Plovan [archive]
  4. Personnes en âge de communier
  5. Jean-Baptiste Ogée, « Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne », 1778, consultable https://archive.org/details/dictionnairehist04og [archive]
  6. A. Marteville et P. Varin, « Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne », tome II, 1845, consultable https://books.google.fr/books?id=9o8DAAAAYAAJ&printsec=frontcover&dq=bibliogroup:%22Dictionnaire+historique+et+g%C3%A9ographique+de+la+province+de+Bretagne%22&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwiz0veKyf3TAhXEvRQKHd4yC60Q6AEIJjAA#v=onepage&q&f=false [archive]
  7. Cette congrégation possédait deux autres établissements dans le Finistère à Quimper et à Lambézellec
  8. Bulletin des Congrégations, 1903, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5756350v/f10.image.r=Lamb%C3%A9zellec.langFR [archive]
  9. Henry Bouvet de La Maisonneuve, né le 15 janvier 1886 à Saint-Renan, sergent au 219e régiment d’infanterie, tué à l’ennemi le 7 septembre 1914 dans le bois de Montrolles à Saint-Soupplets (Seine-et-Marne)
  10. François Lannuzel, né le 7 février 1892 à Saint-Renan, quartier-maître canonnier, mort lors du naufrage du cuirassé Suffren torpillé par le sous-marin allemand U-52 le 26 novembre 1916 au large de Lisbonne
  11. Eugène Le Gall, né le 22 février 1897 à Saint-Renan, soldat au 94e régiment d’infanterie, tué à l’ennemi le 16 août 1917 à Guignicourt (Aisne)
  12. Henri Le Chuiton, né le 7 février 1891 à Saint-Renan, médecin, mort en mer le 23 janvier 1918 lors du naufrage de l’aviso Drôme qui heurta une mine allemande dans le port de Marseille
  13. a, b et c Memorialgenweb.org [archive] – Saint-Renan : monument aux morts
  14. Audrey Civran, Louis Marie Dulardin, médecin photographe, revue « ArMen n° 198, janvier-février 2014 et http://www.archives-finistere.fr/le-finist%C3%A8re-dans-la-guerre-1914-1918-fonds-dujardin [archive]
  15. Journal officiel du 2 juin 1955, page 5603 [archive]
  16. Le terme village en Finistère est utilisé en lieu et place de celui de hameau. La commune (ou paroisse) comprend son bourg et ses villages.
  17. Louis Chauris, « Minéraux de Bretagne », Les éditions du Piat, 2014, [ISBN 978-2-917198-22-3]
  18. Le lac de Pontavennec est à cheval sur les communes de Saint-Renan et de Guilers ; celui de Poulinoc à cheval sur les communes de Saint-Renan et de Plouarzel et celui de Lannéon à cheval sur les communes de Plouarzel et de Lanrivoaré.
  19. Des villages de Cassini aux communes d’aujourd’hui [archive] sur le site de l’École des hautes études en sciences sociales.
  20. Fiches Insee – Populations légales de la commune pour les années 2006 [archive]2007 [archive] 2008 [archive] 2009 [archive] 2010 [archive] 2011 [archive]2012 [archive]2013 [archive]2014 [archive] .
  21. « Évolution et structure de la population à Saint-Renan en 2007 » [archive], sur le site de l’Insee [archive] (consulté le 22 novembre 2010)
  22. « Résultats du recensement de la population du Finistère en 2007 » [archive], sur le site de l’Insee [archive] (consulté le 22 novembre 2010)
  23. http://www.opab-oplb.org/98-kelenn.htm [archive]
  24. « Un téleski nautique sur le lac de Ty Colo à Saint-Renan » [archive], Ouest France, 24 mars 2011 (consulté le 24 mars 2011)
  25. « Les Médiévales » [archive]

Voir aussi

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :

 [masquer]

v · m

Communauté de communes du Pays d’Iroise

Plus de 7 000 habitants Saint-Renan
Plus de 3 500 habitants Locmaria-Plouzané · Ploudalmézeau · Plougonvelin · Milizac-Guipronvel
Moins de 3 500 habitants Brélès · Le Conquet · Île-Molène · Lampaul-Plouarzel · Lampaul-Ploudalmézeau · Landunvez · Lanildut · Lanrivoaré · Plouarzel · Ploumoguer · Plourin · Porspoder · Trébabu · Tréouergat

 

 

http://www.letelegramme.fr/finistere/brest/saint-renan-ca-vaut-le-detour-17-07-2015-10708247.php

Saint-Renan. Ça vaut le détour !

 
Publié le 17 juillet 2015
La place du Vieux-Marché est la plus typique de la commune, avec ses anciennes...

La place du Vieux-Marché est la plus typique de la commune, avec ses anciennes maisons à colombages.

 

Petite cité de caractère, Saint-Renan s’est forgé une solide réputation grâce à son marché, l’un des plus importants du Finistère, et à ses lacs, très courus des Brestois qui peuvent même y trouver un téléski nautique. Entourée par les villes de Guilers, Milizac, Lanrivoaré et Plouzané, elle a conservé quelques vestiges de l’époque médiévale.

 

Selon la légende, un ermite irlandais du nom de Ronan, venu évangéliser la région, accosta sur les rivages bretons pour y fonder une ville. Saint-Renan-des-Marais, qui doit son nom aux prés marécageux qui l’entourent alors, est né au Ve siècle et a continué à se développer tout au long du Moyen Âge. Ses marais feront de la ville, bien des siècles plus tard, la capitale européenne de l’étain, bouleversant du même coup le paysage. Des gisements exploités jusqu’à la dernière pierre, il ne reste plus que des lacs, dont celui de Ty Colo. Situées à proximité immédiate du centre-ville, ses rives sont désormais des lieux de balade pour ses habitants. Les plus aventureux peuvent même tester le téléski nautique, une attraction à sensations fortes où les initiés enchaînent les figures de wake-board sur les modules flottants. Les Renanais sont plus de 7.700 à habiter et profiter de la position de leur ville, à 20 minutes de Brest.

Un marché de caractère !

Trésors de la mer, saucisses fumées aux algues de Molène, kig-ha-farz, far et autres lichouseries sont à marchander et déguster sur l’imposant marché de Saint-Renan, l’un des plus importants du département depuis fort longtemps. L’été, les rues du bourg peuvent dépasser les 300 exposants, en toute légalité… Ce qui n’a pas toujours été le cas ! Un peu d’histoire : Saint-Renan disposait auparavant d’une cour de justice, établie en 1321 par le duc de Bretagne. Cette barre ducale, qui devient par la suite siège de la justice royale, fut transférée en 1681 à Brest, sur l’ordre de Louis XIV. Ce décret concernait aussi les foires et marchés, qui n’étaient donc plus légitimes dans la ville, au grand dam des commerçants et des villageois des alentours. Pendant huit ans, soutenus par le seigneur du Curru, les marchands, malgré les procès et les interdictions, continueront à vendre leurs produits dans le bourg, assumant la fronde avec fierté. Finalement, les marchés seront rétablis en 1689. Rendez-vous le samedi matin, tout au long de l’année, pour profiter des produits à l’étal.

Le long du parcours

La place du Vieux-Marché est emblématique de cette petite cité de caractère qui conserve quelques maisons anciennes, datant pour certaines des XVe et XVIe siècles, ornées de grotesques bariolés de couleurs, ces figures caricaturales sculptées en frise. Les promeneurs peuvent se balader dans la ville et suivre le parcours ponctué de plaques de lave émaillées frappées du blason de la ville (voir ci-contre). Placées à des points stratégiques, elles expliquent la vie d’autrefois, du lavoir de la Place-aux-Chevaux, le plus grand encore existant, ou à celui du Pont-de-Bois. On peut imaginer le quotidien des Renanaises d’antan ou s’extasier des truculents noms de rue. La rue Casse-la-Foi en est un exemple, à l’origine rue « Torefheiz », l’adaptation du breton au français a vu se glisser une petite erreur d’interprétation… Elle aurait dû s’appeler, de sa traduction littérale, « Versant de la foi », en raison de sa proximité avec la chapelle Notre-Dame-de-Liesse et de la forte inclinaison de la voie.

 

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Plouzan%C3%A9

Plouzané

20px-Confusion_colour.svg dans Folie Ne pas confondre avec la commune limitrophe de Locmaria-Plouzané.
Plouzané
Phare du Petit Minou.
Phare du Petit Minou.
Blason de Plouzané
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Finistère
Arrondissement Brest
Canton Brest-3
Intercommunalité Brest métropole
Maire
Mandat
Bernard Rioual
2014-2020
Code postal 29280
Code commune 29212
Démographie
Gentilé Plouzanéens
Population
municipale
12 263 hab. (2014en augmentation de 4.59 % par rapport à 2009)
Densité 370 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 22′ 55″ nord, 4° 37′ 17″ ouest
Altitude Min. 0 m – Max. 102 m
Superficie 33,14 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France

City locator 14.svg
Plouzané
Liens
Site web ville-plouzane.fr [archive]
modifier Consultez la documentation du modèle

Plouzané [pluzane] est une commune du département du Finistère, dans la région Bretagne, en France.

Sommaire

Géographie

Localisation

La commune est située en limite de l’agglomération de Brest, à l’ouest. Elle constitue la rive nord du goulet de Brest.

Communes limitrophes

Géologie, relief et hydrographie

La superficie de la commune est de 3 314 hectares ; son altitude varie entre 0 et 102 mètres1.

L’intérieur appartient à l’ensemble physique appelé Plateau du Léon, entaillé de profondes et parfois larges vallées. Celle de l’Aber-Ildut, démesurément élargie, est particulièrement remarquable. Autrefois, avant que le Goulet ne se soit creusé, l’Aulne et l’Élorn se déversaient vers le nord-ouest à travers la basse vallée de la Penfeld (en sens inverse du courant actuel) et la vallée de l’Aber-Ildut. C’était il y a 35 millions d’années.

Urbanisme

Morphologie urbaine

La façade maritime, d’une longueur de 9 km environ, est située sur la rade de Brest et plus précisément sur le Goulet qui relie cette rade à l’océan Atlantique. Succession de pointes (du Diable, du Minou) et d’anses plus ou moins abritées (Dellec, plage du Minou), la côte a été préservée, en grande partie, d’une urbanisation sauvage grâce à l’intérêt stratégique qu’elle représentait pour la Marine nationale. La plupart des terrains situés en bordure de mer sont propriétés de l’État.

Logement

En 2009, le nombre total de logements dans la commune était de 4 550, alors qu’il était de 4 066 en 1999I 1.

Parmi ces logements, 95,4 % étaient des résidences principales, 0,9 % des résidences secondaires et 3,7 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 83,7 % d’entre eux des maisons individuelles et pour 15,2 % des appartementsI 2.

La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants était de 78,1 %, comme en 1999 (78,0 %). La part de logements HLM loués vides (logements sociaux) était de 8,3 % contre 8,1 % en 1999I 3.

Projets d’aménagements

Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue !

Toponymie

Le nom de la localité est attesté sous les formes Ploesanaevers 13302, Ploesannay en 1407, Ploesane en 1440, Ploesané en 1481, Ploesanne, Guysane en 1544 et Guic-Sané en 16363.

Le nom en breton de la commune est Plouzane, il provient du mot breton plou signifiant paroisse et de saint Sané3.

Histoire

Héraldique

Blasonnement : De gueules à la tour d’or, ouverte au champ, ployée, accompagnée d’un microscope à dextre et d’un épi de blé à senestre ; au chef d’argent crénelé de quatre merlons meublés de trois mouchetures d’hermine de sable.

Époque moderne

Du XVe siècle et au XVIIIe siècle, la paroisse de Plouzané était, avec sa trève de Locmaria, l’une des plus riches en noblesse rurale de l’évêché de Léon. Pas moins de 41 manoirs ont existé sur le territoire de la commune.

Au XVIe siècle, Plouzané faisait partie de la sénéchaussée de Brest et Saint-Renan4.

Le hameau de Quillimerrien, bien que situé tout près du bourg de Saint-Renan, faisait partie de la commune de Plouzané jusqu’en 1955 (cf. plus bas). Il passe pour avoir été autrefois un village de cacous ou lépreux. Le village ne ressemblait à aucun autre aux alentours. Il est resté très tard « d’apparence moyenâgeuse avec ses cabanes couvertes de chaume, sa rue pavée de galets, sa croix de pierre et sa fontaine lavoir dans laquelle jamais femme des alentours n’eut oser tremper son linge »5. Les cacous exerçaient la profession de cordiers.

C’est vers 1630 que Richelieu fonde, à l’abri de la rade de Brest, un arsenal et un important port militaire. Le goulet qui sépare la rade de la mer d’Iroise doit donc être défendu. C’est Vauban qui se chargera de définir les lignes de défense. Quatre forts ont été construits sur le territoire de la commune puis modernisé et adapté à l’évolution des techniques militaires : Diable (aujourd’hui disparu), Dellec (1747), Mengant (ou Léon – 1687) et Minou (1697). En 1763, une garnison de 250 hommes occupaient le fort du Mengant, servant 42 canons.

En 1759, une ordonnance de Louis XV ordonne à la paroisse de Plouzanné [Plouzané] de fournir 59 hommes et de payer 387 livres pour « la dépense annuelle de la garde-côte de Bretagne »6.

La Révolution française

Sous la Révolution, la paroisse de Plouzané et sa trève de Locmaria résistèrent à la Constitution civile du clergé. En 1792, la messe était toujours célébrée par des prêtres insermentés, sous la protection de 40 ou 50 hommes armés. Le 14 avril, le district de Brest dut envoyer un détachement de 600 soldats pour venir à bout de la population récalcitrante.

Le XIXe siècle

En 1896, un document indique que les sœurs de l’Immaculée Conception de Saint-Méen assistaient et soignaient gratuitement les malades de Plouzané à domicile7.

Plouzané a cédé des hameaux et terres environnantes à Saint-Renan, à deux autres reprises : en novembre 1850 et en juillet 19708.

Le XXe siècle

La Belle Époque

Le 9 janvier 1903, Le Merdy, curé de Plouzané, fait partie des 31 prêtres du diocèse de Quimper dont les traitements9 sont retenus par décision du gouvernement Combes « tant qu’ils ne feront pas emploi de la langue française dans leurs instructions et l’enseignement du catéchisme » car ils utilisaient le breton10.

En 1904, un décret du gouvernement Combes, pris en vertu de la loi sur les congrégations, entraîne la fermeture de l’école congréganiste tenue par les Frères des écoles chrétiennes à Plouzané11.

La Première Guerre mondiale

L’Entre-deux-guerres

Entre juillet 1903 et octobre 1932, la vie des habitants de hameau de La Trinité était réglée sur les heures de passage (fixes) du tramway électrique qui reliait Brest au Conquet.

La Seconde Guerre mondiale

Plouzané a été libérée des Allemands par les Américains le 13 septembre 1944 après plus de 15 jours de rudes combats. Le bilan est lourd pour la commune.

L’après-Seconde-Guerre-mondiale

Rurale à l’origine, Plouzané a connu un développement exponentiel seulement à partir de 1960. En 1962, la population de Plouzané s’élevait à seulement 2 066 habitants alors qu’elle comptait 100 habitants de plus avant la Seconde Guerre mondiale. Il faut dire qu’entre-temps (décret du 25 mai 195512), elle a perdu un peu de sa superficie – et de ses habitants – au bénéfice de Saint-Renan.

C’est en effet à cette époque que s’implantèrent à proximité un établissement industriel (Thomson-CSF, devenu depuis Thales) et un centre de recherches (Cnexo, aujourd’hui devenu Ifremer). C’est également de la fin des années que datent les premiers lotissements construits à la Trinité, dans les quartiers de Keramazé et du Gonio, qui permettent l’implantation à Plouzané de nouvelles familles issues de milieux ouvriers, et en particulier de l’Arsenal.

Le tournant des années 1970 et l’émergence de Castel-Nevez

La croissance rapide de ce pôle excentré de la commune (le Bourg, avec la mairie, la Poste et l’église se trouve à environ 4 km) amenant à Plouzané une population aux aspirations en rupture avec celles du vieux Plouzané rural et tourné vers Saint-Renan, ne se fait pas sans remous.

Deux décisions vont alors profondément transformer la commune. D’une part, en 1974, Plouzané fonde, avec Brest et six autres communes périphériques, la Communauté urbaine de Brest qui fait figure de précurseur en matière d’intercommunalité. Dès lors, Plouzané se tourne résolument vers Brest. La Communauté urbaine ayant, dès sa création, bénéficié de larges compétences transférées par les communes en matière d’urbanisme et d’aménagement, la commune offrant de vastes espaces aménageables, se construit à grande vitesse. D’un point de vue institutionnel, c’est également dans les années 1970 que Plouzané quitte le canton de Saint-Renan pour constituer, avec les quartiers de l’ouest brestois, le canton de Brest-Plouzané.

Seconde grande décision: face à une commune écartelée entre les deux pôles du Bourg et de la Trinité et devant les besoins nouveaux de logements et d’infrastructures, il est décidé en 1975, de créer à mi-chemin entre ces deux pôles, un nouveau quartier central, Castel-Nevez où s’installe dès 1976 une nouvelle mairie qui accueille également la Poste et la gendarmerie et dans la foulée une école, un gymnase et le premier collège public de la commune.

De l’autre côté de la route qui relie le bourg à la Trinité est créée la zone d’activité de Mescouézel qui accueille artisans et professionnels du bâtiment principalement et le complexe sportif de Trémaïdic.

Plus tard, Castel-Nevez accueille également un centre commercial et, au cours des années 1980, lorsque parallèlement à la population municipale, les services administratifs de la commune montent en puissance, la Poste et la gendarmerie quittent leurs locaux de la mairie et se voient construire à quelques dizaines de mètres, une nouvelle Poste et une gendarmerie permettant le logement de la brigade. À la même époque, le quartier est également doté d’un centre culturel réunissant sous un même toit la bibliothèque, l’école de musique et une salle de spectacle.

Au fil des années, l’urbanisation se poursuit autour de l’axe qui irrigue les différents pôles de la commune. Le bourg et Castel-Nevez se rejoignent au début des années 2000 avec l’urbanisation du secteur de Kerbleust. Le secteur agricole entre la Trinité et Castel-Nevez quant à lui doit faire l’objet d’une opération d’aménagement sous forme d’une ZAC dite ZAC de Kerarmerrien.

Politique et administration

Tendances politiques et résultats

Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue !

Liste des maires

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1801 1830 Paul Louzaouen
1830 1865 Jean François Malaboux
1865 1888 Yves Marie Lareur
1889 1925 Jean François Lareur
1925 mars 1935 Joseph Lareur
mars 1935 mars 1971 Paul Lareur
mars 1971 mars 1977 Jacques Du Buit
mars 1977 mars 1989 Jo Melennec PS
mars 1989 mars 2001 Yvette Duval PS
mars 2001 mars 2008 Yves Pagès UDFMoDem Cardiologue
mars 2008 en cours Bernard Rioual PS Retraité

Intercommunalité

Depuis 1974, la commune est membre de la Communauté Urbaine de Brest, devenue Brest Métropole, le 1er janvier 201513.

Jumelages

Au 5 mars 2015, Plouzané est jumelée avec14 :

Ces jumelages sont gérés par l’association « Office Pour les échanges à Plouzané » (OPEP)15.

Démographie

Évolution démographique

L’évolution du nombre d’habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du 1er janvier 2009, les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d’un recensement qui repose désormais sur une collecte d’information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d’une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d’une enquête par sondage auprès d’un échantillon d’adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans16,Note 1.

En 2014, la commune comptait 12 263 habitants, en augmentation de 4,59 % par rapport à 2009 (Finistère : 1,32 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 050 2 325 2 242 2 175 2 209 2 341 2 353 2 370 2 312
           Évolution de la population  [modifier], suite (1)
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 977 2 264 2 240 2 229 2 293 2 255 2 326 2 299 2 267
           Évolution de la population  [modifier], suite (2)
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 424 2 401 2 399 2 132 2 206 2 104 2 166 2 075 2 172
           Évolution de la population  [modifier], suite (3)
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
2 026 3 002 5 167 8 845 11 400 12 045 11 742 11 928 12 263
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu’en 199917 puis Insee à partir de 200618.)

Histogramme de l’évolution démographique

ceb3eb9af8d028aef2333d88f6ab9198 dans LCR - NPA

Pyramide des âges

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d’un âge supérieur à 60 ans (17,8 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (24,5 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (51,7 % contre 48,4 % au niveau national et 48,4 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d’âge est, en 2007, la suivante :

  • 51,7 % d’hommes (0 à 14 ans = 21,8 %, 15 à 29 ans = 24,2 %, 30 à 44 ans = 17,5 %, 45 à 59 ans = 20,7 %, plus de 60 ans = 15,7 %) ;
  • 48,3 % de femmes (0 à 14 ans = 18,9 %, 15 à 29 ans = 18,3 %, 30 à 44 ans = 21,1 %, 45 à 59 ans = 21,8 %, plus de 60 ans = 20 %).
Pyramide des âges à Plouzané en 2007 en pourcentage19
Hommes Classe d’âge Femmes
0,1
90  ans ou +
0,6
3,3
75 à 89 ans
4,8
12,3
60 à 74 ans
14,6
20,7
45 à 59 ans
21,8
17,5
30 à 44 ans
21,1
24,2
15 à 29 ans
18,3
21,8
0 à 14 ans
18,9
Pyramide des âges du département du Finistère en 2007 en pourcentage20
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3
90  ans ou +
1,2
6,7
75 à 89 ans
11,6
13,6
60 à 74 ans
15,3
21,4
45 à 59 ans
20,2
20,8
30 à 44 ans
18,9
18,4
15 à 29 ans
16,1
18,7
0 à 14 ans
16,7

Enseignement

Plouzané compte environ 1 500 écoliers entre écoles maternelles et primaires. Environ un millier d’entre eux est scolarisé dans les quatre groupes scolaires publics de la commune (école du Bourg, école de Kroas-Saliou, école de Coat-Edern, école Anita-Conti – anciennement école de la Trinité), les autres étant scolarisées dans les deux écoles privées (Sainte-Anne, au Bourg et Saint-Thérèse à la Trinité).

À la rentrée 2016, 104 élèves étaient scolarisés dans la filière bilingue publique (soit 6,6 % des enfants de la commune inscrits dans le primaire)21.

La commune compte également trois collèges : les collèges publics Victoire-Daubié (Kroas-Saliou) et de Kerallan et le collège privé Saint-Michel au Bourg.

Il n’y a pas de lycée à Plouzané, les élèves de l’enseignement public en filière générale étant scolarisés au lycée Amiral-Ronarc’h de Brest. En revanche Plouzané, grâce à la présence du technopole Brest-Iroise accueille plusieurs établissements d’enseignement supérieur : IMT Atlantique (anciennement Télécom Bretagne), l’ENIB, l’ESIAB et l’IUEM.

Économie

C’est sur le territoire de la commune qu’est installé le technopôle Brest Iroise.

Culture locale et patrimoine

Lieux et monuments

De nombreux édifices anciens parsèment la commune. En plus de l’église actuelle qui date de 1779, deux chapelles anciennes se trouvent sur la commune : celle de La Trinité, qui a donné son nom à l’agglomération qui l’entoure et celle de Bodonou, dans la campagne au nord de la commune. La chapelle de Kerangoff, plus récente date du début du vingtième siècle.

Pas moins de 41 manoirs ont existé sur la commune. À ce jour, il n’en reste que six : Poncelin, Halégot (autrefois Le Halgouët), Coadénez, Kerlambars, Le Nevent et celui plus récent, de Kerangoff.

220px-Monument_aux_morts_-_Plouzan%C3%A9-29 dans Luraghi

Monument aux morts de 1914-1918.

Quatre forts ont, autrefois, été construits sur le littoral. Il s’agit des forts de la Pointe du Diable (aujourd’hui disparu), du Dellec, du Mengant et du Minou.

Parmi les fontaines de la commune, deux sont particulièrement remarquables : celle du Cloître, dite aussi de saint Sané et celle de La Trinité.

Il existe aussi une quinzaine de croix remarquables sur le territoire communal. Parmi elles, celles de Bodonnou, Kerandantec, Coadénez, Poncelin

Le monument aux morts de 1914-1918 se situe près de l’église.

La commune possède également sur son territoire un vélodrome, rue Jacques Anquetil. Construit en 1988, à l’initiative de 15 communes 22, il accueille régulièrement des compétitions23.

Langue bretonne

L’adhésion à la charte Ya d’ar brezhoneg a été votée par le Conseil municipal le 15 décembre 2008. Le 12 mars 2009 a été remis à la commune le label Ya d’ar brezhoneg de niveau 1 et le 22 mars 2013 le label de niveau 2.

Personnalités liées à la commune

Notes et références

Notes

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l’ensemble des communes.

Références

Insee

  1. LOG T1M – Évolution du nombre de logements par catégorie.
  2. LOG T2 – Catégories et types de logements.
  3. LOG T7 – Résidences principales selon le statut d’occupation.

Autres sources

  1. Répertoire géographique des communes, publié par l’Institut national de l’information géographique et forestière, [lire en ligne [archive]].
  2. Hervé Abalain, Noms de lieux bretons, Paris, Editions Jean-paul Gisserot, coll. « Universels Gisserot » (no 22), 2000, 126 p. (ISBN 978-2-877-47482-5, OCLC 44926369, lire en ligne [archive]), p. 97
  3. a et b http://www.infobretagne.com/plouzane.htm [archive]
  4. Jean Kerhervé, Anne-Françoise Perès, Bernard Tanguy, Les biens de la Couronne dans la sénéchaussée de Brest et Saint-Renan, d’après le rentier de 1544, Institut culturel de Bretagne, 1984.
  5. d’après Louis Le Guennec, 1907
  6. > »Ordonnance… portant imposition pour la dépense annuelle de la garde-côte de Bretagne », 1759, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k97412315/f8.image.r=Plovan [archive]
  7. La France charitable et prévoyante : tableaux des œuvres et institutions des départements, numéro 1, 1896, Gallica [archive]
  8. Par la loi du 28 novembre 1850, et elle a été diminuée d’un quartier rattaché à Saint-Renan par arrêté préfectoral du 29 juillet 1970 Archives du Finistère [archive]
  9. En vertu du Concordat, les prêtres étaient alors payés par l’État
  10. Journal La Croix no 6064 du 18 et 19 janvier 1903, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2199243/f1.image.r=Pouldreuzic.langFR [archive]
  11. Journal Le Radical no 194 du 12 juillet 1904, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7623019f/f3.image.r=Plouguerneau.langFR [archive]
  12. Journal du 2 juin 1955, page 5603 [archive]
  13. http://www.lagazettedescommunes.com/274559/creation-des-metropoles-de-nantes-toulouse-et-brest/ [archive]
  14. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures » [archive], sur le site du ministère des Affaires étrangères (consulté le 5 mars 2015).
  15. Les jumelages de Plouzané [archive].
  16. L’organisation du recensement [archive], sur le site de l’Insee
  17. Des villages de Cassini aux communes d’aujourd’hui [archive] sur le site de l’École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee – Populations légales de la commune pour les années 2006 [archive]2007 [archive] 2008 [archive] 2009 [archive] 2010 [archive] 2011 [archive]2012 [archive]2013 [archive]2014 [archive] .
  19. « Évolution et structure de la population à Plouzané en 2007 » [archive], sur le site de l’Insee [archive] (consulté le 22 novembre 2010)
  20. « Résultats du recensement de la population du Finistère en 2007 » [archive], sur le site de l’Insee [archive] (consulté le 22 novembre 2010)
  21. http://www.opab-oplb.org/98-kelenn.htm [archive]
  22. http://www.letelegramme.fr/local/finistere-nord/brest/ville/cyclisme-quel-avenir-pour-le-velodrome-de-plouzane-20-02-2009-257837.php [archive]
  23. Voir par exemple http://www.cotebrest.fr/2015/09/04/le-velodrome-accueille-la-coupe-de-bretagne-de-cyclisme-sur-piste/ [archive]

Voir aussi

Bibliographie

Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue !

Articles connexes

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :

 

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Ex%C3%A9cution_de_26_administrateurs_du_Finist%C3%A8re_sous_la_Terreur

Exécution de 26 administrateurs du Finistère sous la Terreur

image illustrant le Finistère image illustrant la Révolution française

Cet article est une ébauche concernant le Finistère et la Révolution française.Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Lors de la montée en puissance de la Montagne dans le gouvernement révolutionnaire, les administrateurs du conseil général du Finistère crurent pouvoir s’insurger contre la Terreur naissante. Vingt-six d’entre eux, à la suite d’un procès mené principalement à charge, furent condamnés à la peine capitale par un tribunal révolutionnaire et guillotinés à Brest le 22 mai 1794 (3 prairial an II).

Sommaire

La question du choix du chef-lieu du département

L’établissement du chef-lieu du département fut un enjeu considérable durant la Révolution1. Trois villes furent en compétition : Quimper, Landerneau et Carhaix.

« La faiblesse de cette dernière ville l’écarte sans retour ; aucune des deux autres n’est centrale, mais le plus grand nombre d’administrés, le voisinage de Brest, la surveillance qui doit toujours être active sur ce premier dépôt des forces navales du royaume ont déterminé le comité en faveur de Landerneau2 ».

La cause quimpéroise était singulièrement compromise, mais les esprits des députés de l’Assemblée constituante furent retournés par l’intervention de l’abbé Denis Bérardier.

Élu député suppléant du clergé de Paris aux États généraux de 1789, Bérardier fut appelé à siéger à la Constituante en 1790 et se servit de cette position pour défendre les intérêts de sa ville natale, dans laquelle il avait de la famille et, en tout cas un frère.

Sa plaidoirie évoquait la pauvreté cornouaillaise : « La côte de Quimper est aussi pauvre que celle de Landerneau est opulente ; vous ne pouvez donner toutes les faveurs à une même ville et, si Quimper perdait le chef-lieu, vous prononceriez sa ruine totale ». Faisant le siège des députés les plus influents, il réussit à faire triompher la cause quimpéroise « contre toute probabilité ».

La décision fut rendue en ces termes : « l’Assemblée nationale a décrété que le chef-lieu du département du Finistère resterait définitivement fixé à Quimper2 ».

La rébellion contre la Convention nationale

Mais Quimper, en se ralliant à l’insurrection fédéraliste girondine, allait provoquer sa destitution administrative temporaire donnant l’avantage à Landerneau qui était dans la mouvance immédiate de Brest, port militaire directement contrôlé par la capitale et, donc, plus en phase avec les pulsions montagnardes.

En effet, le 6 janvier 1793, certains administrateurs dénoncent à la Convention nationale « les factieux qui dominent la ville de Paris3 ».

Lorsque les Girondins furent expulsés de la Convention le 2 juin 1793, à l’instigation des Montagnards et sous la menace des canons de la Garde nationale, les administrateurs du Finistère firent lever une force de six cents hommes devant se rendre à Paris pour rétablir une république plus modérée.

Les fédérés furent battus le 13 juillet 1793 à Pacy-sur-Eure. La Convention victorieuse décréta la mise en accusation et l’arrestation des administrateurs du Finistère. Ils furent remplacés par une commission administrative de neuf membres siégeant à Landerneau3. Les trente administrateurs furent inculpés pour « avoir conspiré contre la République ».

Le procès et l’exécution

Le tribunal révolutionnaire de Brest avait été établi à « l’instar de celui de Paris, pour juger tous les citoyens accusés de délits contre la liberté du peuple, la sûreté du gouvernement républicain, l’unité et l’indivisibilité de la république, de tout vol, de dilapidation tendant à opérer son dépérissement, en un mot de tout crime contre l’intérêt national’ »4. Il ne laissait peu de temps et possibilité de défense aux accusés.

Il était composé de :

  • Pierre-Louis Ragmey, ancien avocat à Lons-le-Saulnier, nommé le 6 septembre 1793, juge au tribunal révolutionnaire de Paris, puis président du tribunal révolutionnaire de Brest établi à l’instar de celui de Paris5 ;
  • l’accusateur public Joseph Donzé-Verteuil, un ancien jésuite, né à Belfort, ancien substitut au tribunal révolutionnaire de Paris auprès de Fouquier-Tinville ;
  • le substitut Bonnet, ex-procureur au Châtelet et ancien secrétaire de Fouquier-Tinville ;
  • le greffier Cabon arrivant du tribunal révolutionnaire de Paris ;
  • l’huissier Le Lièvre arrivant du tribunal révolutionnaire de Paris.

Parmi les douze jurés :

  • Trois officiers du vaisseau l’America ;
  • Trois membres du bataillon des Montagnards de Paris dont le caporal Combar, âgé de 21 ans ;
  • Deux membres du Comité révolutionnaire de Brest.

La défense des accusés étaient assurée par :

  • les avocats Le Hir et Riou-Kersalaun

Le procès

Le 3 prairial an II (22 mai 1794), en représailles de cette fronde girondine, vingt-six administrateurs du département du Finistère étaient guillotinés à Brest, place du Château à l’époque rebaptisée : « Place du triomphe du Peuple ». Les quatre autres, absents du département au moment du procès, eurent la vie sauve3.

L’accusateur public Donzé-Verteuil tenta de justifier ces exécutions : il écrivit le 6 prairial an II, au Journal de Paris, n° 520, une lettre où on lit qu’« Avant-hier, vingt-six administrateurs du Finistère ont porté leurs têtes sur l’échafaud. Ces Messieurs voulaient donner la ci-devant Bretagne aux Anglais. »1

L’exécution

À mesure que les condamnés sortaient du tribunal, le bourreau Ance6, arrivé de Rochefort, leur faisait couper les cheveux, leur liait les mains derrière le dos et les entassait dans les charrettes. Le cortège se dirigea vers la place du château où devait avoir lieu l’exécution.

La liste des guillotinés est la suivante7,8 :

  • François Louis de Kergariou du Cosquer, ancien maréchal de camp et chevalier de Saint-Louis, né le 13 juin 1725 à Plounévez-Moëdec, arrondissement de Lannion. Il avait présidé l’administration départementale depuis les élections de 1790. Il fut le premier guillotiné9 ;
  • Yves-Joseph Le Denmat de Kervern, avocat au Parlement de Bretagne, maire de Morlaix en 1790, né en 1751 à Callac, demeurant à Morlaix, âgé de quarante-trois ans ;
  • Olivier-Jean Morvan, avocat et poète, né le 15 mai 1754 à Pont-Croix ;
  • Louis Derrien, cultivateur, illettré, premier maire de Saint-Thurien ;
  • Louis-Joseph-Marie Le Prédour, ancien notaire royal, ancien avocat au Parlement, juge au tribunal de Châteaulin, député suppléant de la Convention, né à Pleyben le 2 juillet 1758 ;
  • Mathieu Michel Marie Brichet, homme de loi et ex-procureur général syndic du département du Finistère, âgé de trente-six ans, né à Landerneau, demeurant à Quimper ;
  • Jacques Rémy Aymez, négociant, ex-secrétaire général de l’administration départementale, né à Brest, le 14 juin 1764, demeurant à Quimper ;
  • Louis Guillier du Marnay, négociant, officier municipal de Douarnenez, membre du Directoire du Finistère de 1790 à 1793 ;
  • Pierre Marie de Bergevin, homme de loi, né à Brest le 2 janvier 1750, demeurant à Lanildut, conseiller du roi, son procureur au siège de Brest10, membre de l’Heureuse Rencontre, une loge maçonnique11 ;
  • Joseph Marie Dubois, juge au tribunal12 ;
  • Thomas Bernard Doucin, avocat né en 175513 ;
  • Yves Postic, cultivateur, illettré, né le 19 juin 1754 à Keriquel, Scaër, âgé de trente-neuf ans ;
  • Antoine Cuny, ancien capitaine d’artillerie, négociant, âgé de quarante-cinq ans, né à Bordeaux, demeurant à Quimperlé ;
  • Guillaume Le Roux, marchand de toile, âgé de vingt-sept ans, né à Pleyber-Christ, domicilié à Landivisiau ;
  • Yves Daniel Kersaux, âgé de quarante-cinq ans, né et demeurant à Penmarch ;
  • Guillaume Herpeu, avocat, juge au tribunal du district de Pont-Croix, né et demeurant dans cette ville, âgé de quarante-six ans ;
  • Jean Louis Mérienne, sous-chef des vivres de la Marine à Brest, né à Fougères (Ille-et-Vilaine), demeurant à Brest (Recouvrance), âgé de trente-neuf ans ;
  • Charles François Malmanche, né à Verteuil, dans l’ancien Angoumois, âgé de quarante-six ans, chirurgien, ancien maire de Brest (1790-1791), demeurant à Lambézellec, membre de l’Heureuse Rencontre, une loge maçonnique11 ;
  • Charles François Banéat, marchand et cultivateur, né à Carhaix, y demeurant, âgé de quarante-trois ans ;
  • Jean Marie Le Pennec, homme de loi, né et domicilié à Carhaix, âgé de cinquante ans ;
  • Julien Le Thoux, juge au tribunal du district de Quimper, y demeurant, né à Nouillac, district de Pontivy, âgé de soixante-douze ans ;
  • François Marie Déniel, ancien maire de Lannilis9, marchand et cultivateur, né à Landerneau, demeurant à Lannilis, âgé de trente-six ans ;
  • Julien Moulin, militaire réformé ;
  • Yves Le Gac, homme de loi ;
  • Louis Piclet, homme de loi, juge à Pont-Croix, y demeurant, né à Locronan-du-Bois, âgé de soixante-quatre ans ;
  • Louis-Alexandre Expilly de La Poipe, Évêque constitutionnel de Quimper, né le 24 février 1742 à Brest, fut le dernier supplicié9 et donna l’absolution à chacun avant leur exécution.

On a prétendu que le guillotineur Ance arrangea ces vingt-six têtes en couronne14. Ce qui est certain c’est que l’exécution eut lieu entre six heures et sept heures du soir, et que les actes de décès avaient déjà été rédigés à cinq heures.

Mémoire

Un mausolée en granite de l’Aber-Ildut dans le cimetière Saint-Martin de Brest fut érigé en 1865 à la mémoire ces hommes15.

Bibliographie

Notes et références

  1. a et b Chapitre IX – « Suite de la mission de André Jeanbon Saint André et de Pierre-Louis Prieur (de la Marne) Mise en jugement des 26 administrateurs du Finistère Leur exécution » – Histoire de la Révolution en Bretagne, de Armand René du Châtellier – Tome III – (ISBN 2859680039)
  2. a et b http://passeport.cg29.fr/article/articleview/542/1/250/ [archive]
  3. a, b et c Christian Bolzer, « Les administrations locales issues de la Révolution », Le Lien du Centre Généalogique du Finistère, no 112,‎ décembre 2009, p. 11 (ISSN 0755-9607)
  4. Le Cabinet Historique, Tome Quinzième par Louis Paris
  5. Émile Campardon, Marie-Antoinette à la conciergerie, du 1er août au 16 octobre 1793.
  6. le nom du Domingois Hentz, guillotineur de Rochefort sous la Terreur, apparaît orthographié Ance et Anse à deux lignes de distance dans une citation du Moniteur du 14 novembre 1793
  7. http://www.infobretagne.com/brest.htm [archive]
  8. Bulletin de la Société académique de Brest [archive], Tome 1er, 1858-1860, Imprimerie Anner, Brest, 1861
  9. a, b et c http://www.animation-lannilis.org/index.php?page=francois-marie-deniel [archive]
  10. in Inventaire sommaire des Archives départementales antérieures à 1790
  11. a et b Histoire de la franc-maçonnerie en France Lettre liminaire de Me Richard Dupuy
  12. Les représentants du peuple en mission et la justice révolutionnaire par Henri Alexandre Wallon
  13. Bulletin de la Société archéologique du Finistère
  14. Histoire de la ville et du port de Brest pendant la Terreur par Prosper Jean Levot
  15. Géographie pittoresque et monumentale de la France. Gravée et imprimée par Gillot

 

Agression de Nathalie Kosciusko-Morizet : un soutien d’Henri Guaino interpellé

 

Nathalie Kosciusko-Morizet et Matthias Fekl… par CNEWS
 

Les motifs de l’agression à venir sont exposés par la future victime elle-même dans son interview de jeudi matin : tout comme moi femme ingénieur, elle se dit aussi, tout comme moi, de ce fait constructive, nécessairement indépendante, et donc, forcément, dérangeante.

Cela dit, c’est quand même aussi une femme politique.

De ce fait, elle n’a jamais vu et ne verra jamais comme moi s’exprimer sans aucune retenue toutes les haines qu’elle peut susciter.

Noter au passage l’extraordinaire hypocrisie des journalistes dans leur débat public sur la diffusion d’images de la victime à terre, évidemment choquante : ceux-là même qui avaient été les auteurs d’une campagne de dénigrements massive contre les femmes ingénieurs à la suite de la mise en accusation de Magali Guillemot pour les maltraitances ayant conduit au décès de son fils le 5 décembre 1994 estiment n’avoir pas plus de respect à lui témoigner qu’à Christine Boutin, un point c’est tout.

 

http://tempsreel.nouvelobs.com/politique/legislatives-2017/20170617.OBS0877/un-homme-interpelle-apres-l-agression-de-nathalie-kosciusko-morizet.html

Un maire d’une commune de Normandie interpellé après l’agression de NKM

 

Un maire d'une commune de Normandie interpell&eacute; apr&egrave;s l'agression de NKM

Jeudi dernier, un homme d’une cinquantaine d’années lui a pris ses tracts pour les lui envoyer au visage. ((GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP))

 

Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate dans le 2e circonscription de Paris, avait fait un malaise après l’agression d’un passant sur un marché du 5e arrondissement.

 

 

Un homme a été interpellé et placé en garde à vue samedi matin, deux jours après l’agression de Nathalie Kosciusko-Morizet sur un marché du 5ème arrondissement de Paris. Il est soupçonné d’avoir agressé jeudi la candidate LR aux législatives en campagne à Paris, qui avait perdu connaissance. Selon RTL, il s’agirait de Vincent Debraize, maire sans-étiquette de la petite commune de Champignolles, dans l’Eure. L’élu a été placé en garde à vue à 8h30 « pour des faits de violences volontaires sur personne chargée d’une mission de service public », a indiqué une source proche du dossier. L’homme, né en 1962, faisait notamment partie des 33 élus qui avaient parrainé la candidature de Henri Guaino, lors de la dernière présidentielle.

Il s’est présenté de lui-même samedi matin à la police judiciaire de Paris, répondant à la convocation des enquêteurs. Après cette altercation en présence de journalistes, l’agresseur avait pris la fuite et était parti vers la bouche de métro la plus proche. Photographié, son visage avait été diffusé dans les médias et le parquet de Paris avait ouvert une enquête immédiatement.  »Il a été identifié après des témoignages et grâce à l’exploitation de la vidéo-surveillance », a expliqué une source policière.

« Retournez dans l’Essonne ! »

Nathalie Kosciusko-Morizet, en ballottage défavorable face au candidat de la République en marche Gilles Le Gendre, distribuait des tracts sur le marché de la place Maubert dans le Ve arrondissement jeudi matin lorsqu’un homme d’une cinquantaine d’années les lui a pris pour les lui envoyer au visage, la traitant notamment de « bobo de merde », selon une journaliste de l’AFP.  »C’est votre faute si on a Hidalgo aujourd’hui comme maire » à Paris, lui a-t-il affirmé, lançant également : « Retournez dans l’Essonne ! », dont elle est actuellement députée.

Elle a alors chuté et perdu connaissance plusieurs minutes, sous une forte chaleur. Revenue à elle, elle avait été conduite, pour subir des examens, à l’hôpital Cochin où le Premier ministre Edouard Philippe lui avait rendu visite dans la journée. Durant cette journée, de nombreuses personnalités politiques de gauche comme de droite ont témoigné leur soutien à la candidate. Parmi eux, la maire PS de Paris, Anne Hidalgo, le maire LR de Bordeaux, Alain Juppé ou encore son concurrent REM au second tour de la circonscription, Gilles Le Gendre.

NKM a finalement quitté l’hôpital le lendemain à la mi-journée, assurant « aller mieux ». « J’ai besoin encore de quelque temps pour récupérer », ajoutait-elle, encore visiblement fatiguée, devant les caméras de BFM TV. Vendredi en fin d’après-midi, plus d’une centaine de personnes se sont rassemblées sur les lieux de l’agression pour « dénoncer un acte odieux et inacceptable » et manifester plus largement « contre la violence en politique ».

M.C. avec AFP

L'Obs
Législatives : Nathalie Kosciusko-Morizet hospitalisée après une agression

 

NKM, la candidate LR aux législatives a chuté et perdu momentanément connaissance après avoir été agressée par un homme. Une enquête a été ouverte.

LE MONDE | 15.06.2017 à 12h33 • Mis à jour le 15.06.2017 à 15h25

 

Nathalie Kosciusko-Morizet, quelques instants avant son agression sur un marché du cinquième arrondissement de Paris, le 15 juin.

 

Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate Les Républicains aux législatives à Paris, est tombée et a perdu connaissance plusieurs minutes jeudi 15 juin après avoir été agressée par un passant. Elle a ensuite repris connaissance et été conduite à l’hôpital Cochin.

 

Une source judiciaire a déclaré à l’Agence France-Presse qu’une enquête pour « violences volontaires » avait été ouverte.

L’ancienne ministre distribuait des tracts sur le marché de la place Maubert, dans le Varrondissement de Paris, lorsqu’un homme d’une cinquantaine d’années lui a pris les documents, et les lui a envoyé au visage, la traitant notamment de « bobo de merde ». Il est ensuite parti en courant vers la bouche de métro la plus proche. « C’est votre faute si on a Hidalgo aujourd’hui comme maire » à Paris, lui avait-il dit, lançant également : « Retournez dans l’Essonne ! », dont elle est députée actuellement.

Des nouvelles « dans les meilleurs délais »

Mme Kosciusko-Morizet, déséquilibrée, a chuté sur le sol et perdu connaissance durant plusieurs minutes, sous une forte chaleur. Les pompiers sont intervenus. Après avoir repris conscience, elle a été installée dans leur camion et transportée à l’hôpital. Son équipe a fait savoir qu’elle donnera des nouvelles de son état de santé « dans les meilleurs délais ».

Le premier ministre Edouard Philippe est allé à l’hôpital Cochin pour rendre visite à Mme Kosciusko-Morizet, a-t-on appris dans l’entourage du chef du gouvernement. « Tous mes voeux de rétablissement à mon amie Nathalie Kosciusko-Morizet. Je condamne cet acte d’une violence insupportable », a par ailleurs écrit M. Philippe sur son compte Twitter.

Mme Kosciusko-Morizet est en ballottage défavorable dans la 2circonscription de Paris, où elle affrontera dimanche au second tour le candidat de La République en marche Gilles Le Gendre. Ce dernier a annoncé sur Twitter qu’il suspendait sa campagne, après s’être dit « navré d’apprendre l’altercation et le malaise » dont l’ex-ministre a été victime. « Je lui souhaite de se rétablir très vite », a-t-il ajouté.

La maire PS de Paris Anne Hidalgo a également tenu à « témoigner à NKM de (sa) solidarité » et lui a souhaité « de se rétablir au plus vite après cette agression ». « Je condamne avec la plus grande fermeté l’agression dont a été victime NKM. C’est un acte lâche et intolérable », a-t-elle encore écrit, sur son compte Twitter.

 

http://www.lepoint.fr/legislatives/agression-de-nkm-deux-journalistes-temoignent-15-06-2017-2135644_3408.php

Agression de NKM : deux journalistes témoignent

Nadège Puljak et le photographe Geoffroy Van der Hasselt, qui couvraient ce jeudi pour l’AFP un tractage de NKM à Paris, ont assisté à l’agression.

 

Source AFP

Publié le 15/06/2017 à 18:26 | Le Point.fr
Nathalie Kosciusko-Morizet agressée à Paris. 
Nathalie Kosciusko-Morizet agressée à Paris.  © CITIZENSIDE/sadak souici / Citizenside/ CITIZENSIDE/sadak souici

 

« J’ai eu peur » pour NKM  : la journaliste politique Nadège Puljak et le photographe Geoffroy Van der Hasselt, qui couvraient ce jeudi pour l’Agence France-Presse un tractage de Nathalie Kosciusko-Morizet à Paris, décrivent l’agression de l’ancienne ministre par un passant, qui a été suivie d’une perte de connaissance de la candidate LR aux législatives. « Ça arrive assez fréquemment que des passants, des militants, s’en prennent à un candidat, de manière verbale, mais de manière aussi physique, aussi violente, moi, je n’avais jamais assisté à ça », a rapporté le photographe pigiste. « Ça faisait environ une demi-heure que NKM tractait sur le marché Maubert, sur la place du même nom dans le 5e arrondissement, et ça se passait très bien », décrit-il. « Je me tenais à une petite dizaine de mètres lorsque j’ai vu un passant, un homme d’une cinquantaine d’années, qui manifestement avait l’air assez énervé. » « Un moment donné, NKM a pris les tracts qu’elle avait en main et elle les a montrés au niveau de son visage [...] Lui les saisit, il prend les tracts de la main de NKM et fait un revers de la main avec les tracts vers le visage de Nathalie Kosciusko-Morizet », précise le photographe. « Elle, à ce moment-là, met sa main devant son visage pour se protéger et les tracts heurtant sa main de manière assez violente, elle reçoit sa propre main dans sa figure », dit-il. « Suite à quoi, elle fait un pas ou deux en arrière et elle s’effondre. Et l’agresseur a bien vu qu’elle était tombée par terre [...] et il s’en va sans courir, en marchant », explique encore le photojournaliste.

« Bobo de merde »

Nadège Puljak, journaliste du service politique de l’AFP, qui était juste à côté de la candidate LR, n’a pas vu le début de la scène, mais a en revanche entendu les propos de l’agresseur et dit avoir eu « peur » pour Nathalie Kosciusko-Morizet. « Moi, j’avais le dos tourné, je parlais à une autre personne, quand tout à coup j’entends du brouhaha, quelqu’un la traite de bobo de merde », dit-elle. « Je me retourne et je vois un grand mec costaud qui avait une liasse de tracts, qui va pour la frapper. Elle se met la main sur le visage et elle tombe. Je pensais qu’elle avait glissé, donc je me précipite pour la retenir, et là, elle m’a littéralement glissé des mains et elle est tombée par terre, inconsciente. » « J’ai eu très peur. Elle était livide, elle ne bougeait plus. J’ai essayé d’appeler les secours… Les pompiers sont venus. Peu à peu, elle a repris connaissance, ils l’ont aidée à se relever… » ajoute-t-elle. Cette journaliste politique chevronnée dit aussi n’avoir « jamais assisté » à une scène pareille.

LIRE aussi. Agression de NKM : la classe politique solidaire

 

http://www.lepoint.fr/legislatives/agressee-par-un-passant-nkm-perd-connaissance-quelques-minutes-15-06-2017-2135505_3408.php

Agression de NKM : la candidate reste à l’hôpital

VIDÉO. La candidate aux législatives à Paris a été victime d’une agression alors qu’elle distribuait des tracts jeudi matin. L’agresseur est en fuite.

 

(avec AFP)

Modifié le 15/06/2017 à 20:35 – Publié le 15/06/2017 à 11:31 | Le Point.fr

 

Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate Les Républicains aux législatives en campagne à Paris, a perdu connaissance jeudi matin après avoir été prise à partie par un passant. Une agression dénoncée par plusieurs responsables politiques et qui fait l’objet d’une enquête judiciaire. Le Premier ministre a rendu visite à la candidate à l’hôpital Cochin, où elle a été conduite par les pompiers. Elle « restera en observation » à l’hôpital la nuit prochaine, a annoncé sa directrice de campagne, Olivia Laurentjoye. « Je viens de parler quelques instants avec NKM. Elle restera en observation cette nuit [de jeudi à vendredi]. Je ne peux vous donner plus de détails sur sa situation médicale », a déclaré Olivia Laurentjoye à des journalistes devant l’hôpital Cochin. Elle a ajouté que l’équipe de NKM allait « poursuivre » la campagne pour le second tour des élections législatives, qui s’achève vendredi soir, et que les rendez-vous prévus seraient assurés par la suppléante Dominique Stoppa-Lyonnet. Une trentaine d’élus parisiens LR ont appelé à un rassemblement vendredi à 18 heures place Maubert (5e arrondissement), lieu de l’agression, pour « refuser la violence et défendre la démocratie ».

L’ancienne ministre, qui est en ballottage défavorable dans la 2e circonscription de Paris face à un candidat REM, distribuait des tracts sur le marché place Maubert dans le 5e arrondissement lorsqu’un homme d’une cinquantaine d’années les lui a pris pour les lui envoyer au visage, la traitant notamment de « bobo de merde ». NKM, cherchant à se protéger de la main et déséquilibrée, a chuté sur le sol et perdu connaissance plusieurs minutes, sous une forte chaleur. Les pompiers sont intervenus, et elle a repris connaissance. Se tenant la tête, elle a été installée dans leur camion et conduite à l’hôpital Cochin. Après cette altercation, l’homme est parti en courant vers la bouche de métro la plus proche. « C’est votre faute si on a Hidalgo aujourd’hui comme maire » à Paris, lui avait-il dit, lançant également : « Retournez dans l’Essonne ! » dont elle est députée actuellement. Un bénévole de l’équipe de NKM, Jean-Baptiste Goulard, a poursuivi dans le métro l’homme, qui est sorti à la station suivante, Cluny-La-Sorbonne (ligne 10). Il a affirmé à l’AFP avoir alors reçu des coups de sa part. L’homme a, là encore, pris la fuite. Son signalement a été donné à la police. Le parquet de Paris a ouvert une enquête pour « violences volontaires », confiée au 3e district de police judiciaire de Paris. Aucun suspect n’a encore été interpellé. Son opposant REM dans la circonscription a fait savoir dans la foulée qu’il suspendait sa campagne.

« Lâche et intolérable »

Dans un communiqué, l’équipe de NKM a promis des nouvelles de l’état de santé de la candidate « dans les meilleurs délais ». Les réactions politiques ont rapidement afflué, de tous bords. « Je condamne avec la plus grande fermeté l’agression dont a été victime @nk_m. C’est un acte lâche et intolérable », a réagi la maire PS de Paris, Anne Hidalgo, sur Twitter. « Je suis navré d’apprendre l’altercation et le malaise dont @nk_m a été victime. Je lui souhaite de se rétablir très vite », a aussi tweeté Gilles Le Gendre, son concurrent REM au second tour dans la circonscription. Également sur le réseau social, le porte-parole du gouvernement, lui-même en campagne pour sa réélection, Christophe Castaner a « condamné la violence bête et méchante et en appelle au respect de tous les candidats ». NKM a également reçu plusieurs messages de soutien de figures de son parti (Alain Juppé, Bernard Accoyer, Laurent Wauquiez), mais aussi de l’ancien Premier ministre et ministre de l’Intérieur Manuel Valls, lui aussi en campagne législative, dans l’Essonne, et du vice-président du Front national et candidat en Moselle, Florian Philippot. Avant cette distribution de tracts, l’ancienne candidate à la primaire de la droite était sur le plateau de CNews. « Moi, je l’ouvre, voilà, je l’ouvre. C’est un problème, mais je pense que les gens qui n’ont rien à dire ou les gens qui ne disent rien, mais n’en pensent pas moins ne servent à rien », avait-elle notamment déclaré.

Lire aussi : Législatives 2017 : NKM marche… seule

 

http://www.lefigaro.fr/elections/legislatives/2017/06/15/38001-20170615ARTFIG00109-agressee-sur-un-marche-nathalie-kosciusko-morizet-victime-d-un-malaise.php

Après son agression sur un marché, NKM est sortie de l’hôpital

 

  • Par 3 auteurs
  • Mis à jour le 16/06/2017 à 16:07
  • Publié le 15/06/2017 à 11:29

VIDÉO – La candidate a prononcé quelques mots à sa sortie. Elle a perdu connaissance, jeudi, après avoir été insultée par un homme, qui lui a jeté ses tracts au visage sur un marché de la 2e circonscription de Paris, où elle est candidate LR-UDI. Une enquête a été ouverte.

La campagne de second tour des élections législatives a tourné à l’aigre, jeudi, dans la 2e circonscription de Paris. La candidate LR-UDI, Nathalie Kosciusko-Morizet, a été agressée par un homme d’une cinquantaine d’années sur le marché de la place Maubert, dans le Ve arrondissement. L’homme lui a arraché ses tracts pour les lui envoyer au visage tout en l’insultant de «bobo de merde», selon un journaliste de l’AFP présent sur place.

» EN DIRECT – Législatives J-2: NKM est sortie de l’hôpital

Tombée à terre, l’ancienne ministre a fait un malaise et a perdu connaissance pendant plusieurs minutes. Les pompiers sont intervenus pour prendre en charge la candidate qui a ensuite repris connaissance. Se tenant la tête, elle a été installée dans leur camion et conduite à l’hôpital Cochin. Elle souffre d’un traumatisme crânien bénin.

Présentée par son entourage comme «très choquée», la candidate est restée en observation toute la nuit. C’est sa suppléante qui a pris le relais pour le reste de la campagne, qui se termine ce samedi à minuit. Un rassemblement sera organisé vendredi à 18 heures, place Maubert, pour lutter contre la violence.

Nathalie Kosciusko-Morizet est finalement sortie de l’hôpital vendredi en début d’après-midi. «Je vais mieux. J’ai besoin encore de quelques temps pour récupérer», a-t-elle déclaré à sa sortie, remerciant le personnel de l’hôpital et les personnes qui lui ont apporté leur soutien. «En particulier le premier ministre qui s’est déplacé hier, et le président de la République, qui m’a envoyé un message.»

La candidate fait un pas ou deux en arrière avant de s’effondrer

«Ça arrive assez fréquemment que des passants, des militants s’en prennent à un candidat, de manière verbale, mais de manière aussi physique, aussi violente, moi, je n’avais jamais assisté à ça», a rapporté un photographe pigiste de l’AFP. «Ça faisait environ une demi-heure que NKM tractait sur le marché Maubert» lorsqu’est arrivé un passant «qui manifestement avait l’air assez énervé».

«Un moment donné, NKM a pris les tracts qu’elle avait en main et elle les a montrés au niveau de son visage.» L’homme les saisit «de la main de NKM et fait un revers de la main avec les tracts vers le visage de Nathalie Kosciusko-Morizet», poursuit le photographe. «Elle, à ce moment-là, met sa main devant son visage pour se protéger et les tracts heurtant sa main de manière assez violente, elle reçoit sa propre main dans sa figure», dit-il. La candidate fait alors un pas ou deux en arrière avant de s’effondrer.

Une enquête ouverte par le parquet

L’agresseur d’une cinquantaine d’années, pantalon beige et chemise à carreaux, a pris la fuite en marchant vers le métro en lâchant: «C’est votre faute si on a Hidalgo aujourd’hui comme maire». Ajoutant: «Retournez dans l’Essonne!», département dont NKM est députée actuellement. Un bénévole de l’équipe, Jean-Baptiste Goulard, l’a poursuivi pour tenter de le rattraper. «Je suis allé le voir pour lui demander de remonter s’expliquer. Il a refusé. Quand le métro est arrivé, il est monté et il m’a poussé pour m’empêcher de le suivre. Il n’a pas réussi, parce que je suis assez corpulent», raconte-t-il au Télégramme. Le bénévole a voulu faire en sorte qu’il ne descende pas à la station Cluny. Là encore, l’agresseur y est parvenu.

La course poursuite s’est poursuivie cette fois-ci en dehors du métro en direction de Saint-Michel: l’agresseur s’en est alors pris à son poursuivant, faisant tomber ses lunettes, et profitant de l’occasion pour s’échapper. Le militant a ensuite transmis des éléments de signalement à la BAC, présente sur les lieux. Le parquet de Paris a ouvert une enquête pour «violences volontaires».

Nombreuses réactions politiques

Sur Twitter, plusieurs personnalités ont réagi. «Tous mes vœux de rétablissement à mon amie Nathalie Kosciusko-Morizet. Je condamne cet acte d’une violence insupportable», a écrit le premier ministre Edouard Philippe qui se rend au chevet de NKM à l’hôpital Cochin.

«Je condamne avec la plus grande fermeté l’agression dont a été victime Nathalie Kosciusko-Morizet. C’est un acte lâche et intolérable», a dit la maire de Paris Anne Hidalgo. «Je tiens à témoigner à NKM toute ma solidarité et lui souhaite de se rétablir au plus vite après cette agression», a-t-elle ajouté. L’ancien premier ministre Manuel Valls a adressé son «affection» à NKM tout en dénonçant une «agression intolérable que rien ne pourra justifier».

Laurent Wauquiez (LR) a exprimé son «soutien total» à la candidate. «La violence en politique n’est pas acceptable», a-t-il dit. Tandis qu’Alain Juppé a fait part de son «témoignage d’amitié et de soutien à NKM qui mène un combat courageux. Nous avons besoin d’elle. Vœu de prompt rétablissement». «Je condamne toute forme de violence en politique et j’appelle au respect des adversaires», a complété l’ancien premier ministre Jean-Pierre Raffarin.

Nathalie Kosciusko-Morizet, qui a obtenu 18,13% des voix au premier tour, est en ballottage défavorable face à un candidat LREM, Gilles Le Gendre (41,81%). Ce dernier a annoncé ce jeudi la suspension de sa campagne en signe de solidarité après l’agression de sa rivale. «Je condamne à nouveau fermement l’agression dont a été victime NKM et je suspends ma campagne électorale», a-t-il indiqué sur Twitter.

 

 


Comment les médias ont traité l’agression de NKM par Europe1fr

 

http://www.europe1.fr/emissions/le-fait-medias-du-jour/comment-les-medias-ont-traite-lagression-de-nkm-3362612

Comment les médias ont traité l’agression de NKM

12h19, le 16 juin 2017

Le fait médias du jour est une chronique de l’émission Le grand direct
diffusée le vendredi 16 juin 2017
 

La publication d’images de Nathalie Kosciusko-Morizet allongée sur le sol après son altercation avec un passant a provoqué une polémique.

Ce matin, on s’intéresse au traitement médiatique de l’agression de Nathalie Kosciusko-Morizet. Hier, la candidate aux législatives à Paris a été victime d’un malaise après une altercation avec un passant. Et de nombreux médias ont relayé les images de cette altercation. Une série de photos publiée par l’AFP qui a suscité un véritable tollé sur les réseaux sociaux. Ce matin, la question reste posée : fallait-il oui ou non diffuser ces images ? Le débat est ouvert.La scène se passe en fin de matinée, Nathalie Kosciusko-Morizet se trouve sur un marché parisien, dans le 5e arrondissement de Paris. Elle est candidate aux législatives dans la 2e circonscription de Paris. Elle est en train de distribuer des tracts, lorsqu’elle est prise à partie par un passant. Le ton monte, l’homme l’insulte. S’en suit une altercation, il pousse Nathalie Kosciusko-Morizet qui tente d’abord de se protéger avant de perdre l’équilibre. Elle chute lourdement sur le sol. Elle perd connaissance, et restera inconsciente plusieurs minutes, allongée sur le sol, avant d’être conduite à l’hôpital Cochin.Sur place, de nombreux témoins. Parmi eux, un photographe de l’AFP qui prend une série de clichés de l’altercation. Sur le premier, on y voit la candidate debout, elle fait face à son agresseur. Sur les photos suivantes, Nathalie Kosciusko-Morizet est au sol, inanimée. On la voit d’abord de dos, les jambes repliées, puis de face, les yeux mi-clos, sans connaissance.

Très rapidement, l’information se retrouve sur les chaînes info, puis dans les JT de la mi-journée. Et pour illustrer ce fait dramatique de la campagne législative, plusieurs chaînes utilisent les photos que je viens de vous décrire, mises à disposition immédiatement par l’AFP. C’est le cas de TF1 qui diffuse dans son 13 heures la première image, celle de l’altercation. BFM TV quant à elle diffuse d’abord une image zoomée de NKM, allongée, de dos. Elle ne le fera qu’une fois. Elle la diffusera ensuite avec un plan beaucoup plus élargi. Quant à France 2, elle ira plus loin : la chaîne publique fera le choix de présenter l’ensemble de la série à ses téléspectateurs.

Et ces images suscitent rapidement une très vive émotion…

Sur le fond, l’agression de NKM soulève immédiatement une vague de réactions indignées. Elle en dit long sur le climat délétère dans lequel se déroule cette campagne. Mais effectivement, et c’est ce qui nous intéresse ce matin, c’est aussi la manière de relater l’événement qui fait polémique.

De nombreux internautes s’insurgent contre la diffusion de ces images. Des images qu’ils jugent « dégradantes ». Ils sont nombreux à y voir une atteinte à la dignité humaine, ils estiment que ces clichés présentent une personnalité publique dans une situation de très grande vulnérabilité. Dans une position où elle n’est plus en mesure de maîtriser son image.

Dans un tweet, l’ancienne ministre Christiane Taubira exprime sa solidarité avec Nathalie Kosciusko-Morizet, mais aussi sa colère : « pour sa dignité, et pour la nôtre : pas d’images ! » Michel Denisot lui aussi s’est fendu d’un message sur le même registre : « Tout mon soutien à NKM. Pas d’images ».

Selon eux, l’agression de Nathalie Kosciusko-Morizet peut être relatée sans illustrations.

La question ce matin : fallait-il diffuser ces clichés ?

Du côté de l’AFP, on répond oui et on assume la publication de ces images. Un porte-parole de l’Agence France Presse explique à l’Express que Nathalie Kosciusko-Morizet est une personnalité publique, qu’elle est candidate aux législatives, qu’elle a fait un malaise et qu’elle a perdu connaissance après une agression. Des éléments qui présentent un intérêt légitime et qui justifient de relater l’information, à la fois en texte et en images. Et puis surtout, l’AFP renvoie la patate chaude aux médias qui ont fait le choix de diffuser ses photos.

A BFM TV, cette responsabilité, on l’a prise en toute conscience. Pour Céline Pigalle, directrice de la rédaction de la chaîne info, jointe ce matin, la valeur informative contenue dans ces clichés légitime leur diffusion. Ces photos aident à reconstituer un événement, elles permettent d’en comprendre la gravité.

Il faut rappeler que dans les premières minutes qui ont suivi les faits, les informations dont disposaient les rédactions faisaient état d’un simple « malaise » de la candidate. Dans un premier temps, rien ne laissait penser qu’il s’agissait d’une altercation. Ces images, elles ont donc permis de retracer le déroulement de ce qui est bel et bien une agression. Une agression avec un homme qui n’a toujours pas été retrouvé ce matin.

 

 

http://www.rtl.fr/actu/politique/nkm-agressee-je-n-ai-jamais-assiste-a-quelque-chose-de-si-violent-dit-le-photographe-7788999292

NKM agressée : « Je n’ai jamais assisté à quelque chose de si violent », dit le photographe

 

La candidate aux législatives a été violemment prise à partie tandis qu’elle tractait sur un marché jeudi 15 juin. La diffusion d’une photo d’elle au sol suscite la controverse.

 

Générique 1 Le Son de l’Image Simon Buisson
NKM agressée : « je n’ai jamais assisté à quelque chose de si violent », dit le photographe Crédit Image : GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP | Crédit Média : Simon Buisson | Durée : 02:49 | Date : 16/06/2017 La page de l’émission
Agression de Nathalie Kosciusko-Morizet : un soutien d'Henri Guaino interpellé dans AC ! Brest avatar

Simon Buisson et La rédaction numérique de RTL
publié le 16/06/2017 à 23:21

 

Une élue de la République au sol. Les images de l’agression de Nathalie Kosciusko-Morizet ont créé la polémique. Jeudi 15 juin au matin, place Maubert, dans le Ve arrondissement de Paris, la candidate aux législatives tracte sur le marché quand elle est prise à partie par un homme. NKM s’effondre. Elle reste à terre, inconsciente, des passants se précipitent. Son agresseur observe sa victime, avant de prendre la fuite.

« Tout se passe en moins d’une minute voire même en moins de trente secondes, raconte Geoffroy Van Der Hasselt de l’AFP, qui a photographié l’agression. Ça va très très vite, moi je suis assez loin donc je ne réalise pas tout de suite ce qui est en train de se passer. C’est dans un réflexe que j’ai fait les photos, et c’est après que je me rends compte que c’est grave et qu’elle reste vraiment inanimée, qu’elle est vraiment inconsciente. »

Je pense que c’est un fait d’actualité qui mérite qu’une agence comme l’AFP s’en saisisse et diffuse l’information.

Geoffroy Van Der Hasselt, photographe AFP

Partager la citation

Une question se pose : fallait-il diffuser ces images ? Très vite, les clichés se sont retrouvés sur les chaînes infos et les sites internet. Certains médias les ont même recadrés, ce qui a choqué. D’autres ont préféré les flouter. RTL.fr a fait le choix de ne pas diffuser cette photo. L’image d’illustration de cet article a d’ailleurs été prise quelques instants avant l’altercation.

« Je me suis posé la question de savoir si on en parlait, si on le diffusait. À partir du moment où c’est un personnage public dans un lieu public lors d’une réunion publique, je pense que c’est un fait d’actualité qui mérite qu’une agence comme l’AFP s’en saisisse et diffuse l’information, estime pour sa part Geoffroy Van Der Hasselt. Ensuite, chaque rédaction peut prendre la décision de diffuser cette photo-là, la photo juste avant où NKM reçoit le coup ou même encore la photo qui précède parce que je n’ai pas envoyé que ces trois photos-là, j’en ai envoyées d’autres avant et où NKM et en train de tracter sur le marché et que tout se passe bien. »

Le photographe estime par ailleurs que ces photos témoignent du climat de ces sept mois de campagne. « Même si ça arrive assez fréquemment qu’il y ait des tensions, des invectives, jamais je n’ai assisté à quelque chose de si violent. Ça montre bien la violence, la tension et la nervosité qu’il y a dans la politique actuellement« . Geoffroy Van Der Hasselt rappelle également les clichés de l’assassinat de l’ambassadeur russe en Turquie, ou encore le malaise de Christine Boutin lors d’une manifestation contre le mariage pour tous. Des photos détournées par les internautes qui à l’époque avaient fait rire l’ancienne ministre…

 

1...6263646566...150

Yin

cuy gracioso 3

Aime le potage

Avis du 3 février 2015

Ce blog a été créé le 6 janvier 2015 pour prendre le relais du Petitcoucou venant d'être suspendu sans préavis ni avertissement en milieu de journée. Ayant eu cette fonction jusqu'au 1er février 2015, il devient un doublon du Petitcoucou suite à la réouverture de ce dernier après trois semaines de suspension, et sa reprise d'activité à compter du 2 février 2015.

Sondage

Aimez-vous ce blog ?

Chargement ... Chargement ...

Calendrier

décembre 2019
L Ma Me J V S D
« nov    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

Avis

Les statistiques de ce blog sont bloquées depuis le 21 janvier 2015. Plus aucun compteur n'est incrémenté, ceux des visites du jour restent à zéro, les mises à jour ne se font plus.

Avis du 24 janvier 2015

Mes statistiques "avancées" sont de retour et font apparaître un record de visites le 21 janvier 2015 - record très modeste, mais néanmoins record pour ce blog nouveau-né. En revanche, les statistiques "basiques" sont toujours bloquées. Tout cela m'évoque bien évidemment les petites manies de Cyprien Luraghi qui n'a jamais pu supporter de voir s'envoler le nombre de mes lecteurs, qu'il surveille comme le lait sur le feu depuis la création de mon premier blog, sur Le Post, début septembre 2009.

Avis du 26 janvier 2015

Mes statistiques "basiques" sont de retour. Tout se passe normalement. Le Chinois de Thaïlande est inactif sur ce blog.

Avis du 31 janvier 2015

Mes statistiques "basiques" sont de nouveau bloquées depuis le 29 janvier.

Avis du 1er février 2015

Retour de mes statistiques "basiques".

Avis du 3 février 2015

Statistiques "basiques" de nouveau bloquées depuis le 1er février.

Avis du 6 février 2015

Mes statistiques "basiques" sont de retour. Tout fonctionne.

Avis du 11 février 2015

Mes statistiques "basiques" sont de nouveau bloquées depuis le 8 février.

Avis du 26 février 2015

Statistiques "basiques" enfin débloquées !

Avis du 27 février 2015

Statistiques "basiques" de nouveau bloquées depuis le 26 février. Ce petit jeu pourrait-il cesser ? On n'en voit pas l'intérêt... Complément de 22 h: merci de m'avoir rendu ces statistiques !

Avis du 4 mars 2015

Statistiques "basiques" de nouveau bloquées depuis le 1er mars. Merci de les débloquer et ne plus les bloquer ou les oublier en cet état à l'avenir.

Avis du 7 mars 2015

Statistiques "basiques" bien débloquées. Merci.

Avis du 25 mars 2015

Statistiques "basiques" bloquées depuis le 14 mars.

Avis du 2 avril 2015

Mes statistiques "basiques" sont de retour.

Avis du 26 avril 2015

Les statistiques "basiques" de ce blog sont encore bloquées, depuis le 10 avril 2015.

Avis du 28 avril 2015

Statistiques de retour. Merci.

Avis du 7 mai 2015

Je n'ai de nouveau plus de statistiques "basiques" depuis le 2 mai. Comme pour Petitcoucou, les statistiques "avancées" ont également disparu depuis deux jours.

Avis du 10 mai 2015

Statistiques "basiques" débloquées. Merci. Me manquent encore les statistiques "avancées".

Avis du 14 mai 2015

Toutes mes statistiques sont de retour depuis hier. Merci.

Avis du 3 octobre 2015

Les compteurs de mes statistiques avancées sont tous à zéro depuis le 1er octobre. Merci de me les rendre.

Avis du 5 octobre 2015

Statistiques "avancées" de retour ce soir. Merci.

Visiteurs en ligne

Il y a 6 visiteurs en ligne

Nombre total de visites

Messagerie

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter


#PatinoireHabbo |
Linounaty |
Cybersecuriter |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Peoplenews
| Lebilletdeleticia
| Spcialstarspcialscoopsurtou...