Archives pour la catégorie Rue89



Pourquoi Cyprien Luraghi ne va plus dans l’Himalaya

 

 

 

 

 

 

Il l’a dit lui-même dans un de ses billets de blog le 28 juillet 2019 comme dans ses commentaires récents sur Twitter : l’« insipide modernité » avance dans les montagnes comme ailleurs (voir : http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/17/quand-cyprien-luraghi-faisait-du-tourisme-sexuel-dans-lhimalaya/), et avec elle son flot d’humanitaires, d’enseignants et d’enquêteurs en tous genres, même de la police française…

Résultat : tandis que l’illettrisme et l’ignorance reculent chez leurs proies d’habitude, la traque aux prédateurs sexuels s’organise, mettant en danger ces derniers comme ils ne le sont pas encore dans le Lot, en France, où le trafiquant de drogue, pirate informatique et pédophile notoire Pascal Edouard Cyprien Luraghi a élu domicile voici une trentaine d’années et n’a jamais été inquiété pour aucune de ses nombreuses activités illicites.

 

 

https://www.francetvinfo.fr/monde/asie/seisme-au-nepal/video-envoye-special-nepal-la-traque-des-touristes-sexuels_1600167.html

VIDEO. Envoyé spécial. Népal : la traque des touristes sexuels

 

Frappé l’an dernier par un terrible séisme, le Népal fait face à un afflux de pédophiles. Enquête sur le travail des membres d’une ONG en première ligne dans la traque des prédateurs d’enfants.

 

Frappé l’an dernier par un séisme, le Népal fait face à un afflux de pédophiles venus du monde entier. Une centaine d’entre eux se rendraient régulièrement dans ce petit pays montagneux, grimés en travailleurs humanitaires, pour cibler les nombreux enfants des rues. Face à ces prédateurs, la police locale est peu ou pas formée. Les ONG sont en première ligne. Pendant huit mois, « Envoyé spécial » a suivi le travail d’une femme, Sulakshana Rana, et d’une cellule anti-pédophiles particulièrement efficace. Filatures, tournages en caméra cachée, recueil de témoignages… pour la première fois, le magazine a pu filmer, dans les rues de Katmandou, la traque et l’arrestation de plusieurs Français déjà condamnés par le passé.

Des ressortissants français arrêtés

Avec le commissaire Grossir, un policier français, « Envoyé spécial » a également enquêté sur la façon dont les pédophiles s’échangent des photos de jeunes Népalais sur internet. Le travail du commissaire Grossir a conduit à l’arrestation de 12 Français en trois ans dans la région. Enquête sur la nouvelle destination de prédilection des prédateurs d’enfants.

Un reportage de Camille Le Pomellec, Sébastien Sega.

 

 

https://www.lepoint.fr/monde/au-coeur-d-une-caste-d-intouchables-episode-1-17-08-2015-1957195_24.php#xtmc=lamoureux-nepal&xtnp=1&xtcr=3

Au coeur d’une caste d’intouchables, épisode 1

 

Pendant des siècles, les femmes badis du Népal ont dansé pour les rois, avant de basculer dans le commerce du sexe. Notre reporter les a rencontrées.

 

Par

Modifié le 14/09/2015 à 17:51 – Publié le 17/08/2015 à 12:19 | Le Point.fr
Communaute badie de Tulsipur, dans le district de Dang.
Communauté badie de Tulsipur, dans le district de Dang.   © Le Point/ Nathalie Lamoureux

 

Nuit sans charme, froide et humide, au pied du Toit du monde. Des chiens qui traînent leur misère, des bus qui fument. Le pschitt des cocottes à dal bhat (plat local).

 

Pourquoi Cyprien Luraghi ne va plus dans l'Himalaya dans Attentats 1955838lpw-1955847-jpg_3054937
Mina Badi, ancienne prostituée, elle rêvait d’un mariage et d’une maison.    © Nathalie Lamoureux Le Point

 

Mina attend dans l’arrière-salle d’un hôtel blafard, où tous les sentiments sont gris, les mots d’amours, rares. Elle resserre doucement un châle autour de ses épaules. Ses yeux sourient. Puis, sans fioriture, elle raconte : « J’ai commencé avant les règles, à dix ans peut-être. Personne ne m’a forcée. Pour manger », mime-t-elle avec sa main. Puis elle reprend sèchement en levant les yeux vers l’ancienne trappe qui desservait les étages. «Les filles se plaçaient contre un mur de la pièce. Les hommes, de l’autre côté. La musique aidant, ils n’avaient plus qu’à choisir. » Comme dans les années 1960, dans les dancings au Groenland.

« Il y avait des beaux, des gentils, des moches, des vulgaires, surtout de hautes castes, des Brahmanes, des Chetris, mais aussi des Magars… Certains venaient à cheval, d’autres, en grosse voiture. » À 17 ans, Mina succombe au charme d’un de ses clients, et tombe enceinte. « Je l’aimais, il me donnait un peu d’argent. Je savais que je ne trouverais pas d’autres hommes et je me suis accrochée à lui. Mais sa femme l’a su et ne l’a plus lâché. J’ai recommencé avec le sexe pour nourrir mon enfant », poursuit-elle. Quelques années plus tard, Mina revoit son client et donne naissance à un second garçon. Elle rêve secrètement d’un mariage et d’une maison. Ses désirs se réalisent, mais sans cohabitation véritable.

L’arbre qui cache la forêt

L’histoire de Mina n’est pas un cas isolé, c’est l’arbre qui cache la forêt. La jeune femme appartient à la communauté badie et, pendant des décennies, les femmes de cette caste d’intouchables ont vendu leurs charmes pour survivre. La communauté badie, estimée à 38 603 habitants, forme l’une des vingt-cinq sous-castes du Népal, la plus basse sur l’échelle de l’intouchabilité, dont on n’accepte ni l’eau, ni la nourriture, ni le contact, ni la proximité. Difficile de saisir, du point de vue de la dualité pur-impur, qui structure la hiérarchie des castes, théorisée par Louis Dumont, comment un Brahmane, qui vit dans l’angoisse de la souillure, puisse copuler avec une intouchable. Sauf à penser que la purification par aspersion d’eau suffit à laver ses écarts et que sa moralité s’arrête au pied du lit. « Les Kamis sont là pour travailler le métal, les Damais pour coudre des habits, les Sarkis pour fabriquer des chaussures, les Badis pour fournir des plaisirs sexuels », explique le sociologue Thomas Cox.

 

1955838lpw-1955851-jpg_3054938 dans Calomnie
Les désirs de Mina se réalisent mais sans cohabitation véritable.   © Nathalie Lamoureux Le Point

 

« Traiter ces femmes comme autre chose que des objets sexuels est, pour les Brahmanes, les Chetris et les Thakuris (1), une violation des règles de la caste qui porte atteinte au statut social de l’individu supérieur », analyse encore le sociologue.

La réalité est plus complexe. Si les Badis sont intouchables, c’est parce qu’ils fabriquent des tambours, conçus à partir d’éléments organiques. Leur fonction dans l’ordre socio-brahmanique est de divertir, lors des festivals et des mariages, pas de fournir des services sexuels. Par ailleurs, des enfants illégitimes sont nés de ces relations et des mariages intercastes, encouragés notamment par les maoïstes, ont favorisé ce que l’hindouisme rejette par-dessus tout : le mélange des individus. Mais, encore une fois, valeurs, croyances et moralité s’arrêtent au pied du lit…

1) Thakuri, caste royale, descendant des Rajput, rois du Rajasthan, juste en dessous des Chetris (guerriers) dans l’ordre socio-brahmanique.

 

https://www.lepoint.fr/monde/nepal-au-coeur-d-une-caste-d-intouchables-episode-2-24-08-2015-1958868_24.php#xtmc=lamoureux-nepal&xtnp=1&xtcr=2

Népal : au cœur d’une caste d’intouchables, épisode 2

 

Intouchables, mais pourtant à vendre ou à louer… Au cœur du Népal, chez les Badis, la prostitution est une « tradition ». Reportage.

 

Par

Modifié le 14/09/2015 à 17:50 – Publié le 24/08/2015 à 17:42 | Le Point.fr
Communaute Badi a Lantee dans le district de Salyan. Rassemblement des habitants du village.
Communauté Badi à Lantee dans le district de Salyan. Rassemblement des habitants du village.   © Le Point/ Nathalie Lamoureux

 

Salyan est la terre ancestrale des Badis, dont l’histoire est aussi nébuleuse que celle du Népal ancien. Les scientifiques pensent que les Badis sont venus dans l’ouest du pays depuis l’Inde, vraisemblablement au XIVe siècle. Leur territoire est éclaté en une poussière de petits royaumes, dirigés par des dynasties belliqueuses. Le roi fait appel à des troupes d’artistes pour le divertir, les Badis, déformation de baadak qui signifie joueur de musique. Au fil du temps, les seigneurs usent de leur prestige aristocratique sur le beau sexe. Le roi peut pratiquer ce qu’il interdit, les règles de caste ne s’appliquent pas à sa personne. Cependant, les alliances et naissances qui en découlent, reprouvées par les codes brahmaniques, embarrassent la noblesse, et les Brahmanes ne sont pas toujours disposés à imaginer un artifice de généalogie pour introduire les rejetons dans une caste enviée.

Hors castes et exclus du palais

Les Badis sont donc exclus des palais et poursuivent leurs activités dans la rue. Comme tous les hors-caste, certains travaillaient pour un patron, le bista, et recevaient, en échange, du grain. Après la chute du régime Rana, les notables de l’ouest du Népal perdirent leur pouvoir économique et ne purent continuer à assumer le patronage des Badis, qui, pour survivre, entamèrent une vie de débauche. Le phénomène sera facilité au milieu des années 60 par l’ouverture de nouveaux accès routiers – grâce aux programmes d’éradication de la malaria – vers les villes de la plaine du Terai, ouvrant ainsi un large marché pour le commerce du sexe. Parallèlement, l’émergence de la radio et de la télévision réduisit, de façon drastique, la demande en divertissements traditionnels.

 

1961869lpw-1961885-jpg_3054924 dans Corruption
Bahadur Guma Badi et son épouse. Bien que sa vie matérielle se soit améliorée, son statut de basse caste n’a pas changé. Lantee dans le district de Salyan.    © Nathalie Lamoureux Le Point

 

Des huttes de chaume et d’argile

Salyan, sur les premiers reliefs himalayens, est leur terre ancestrale. Dans la brume matinale, les bus Tata multicolores y tracent des courbes vertigineuses, la porte ouverte aux quatre vents. Arrêt en fanfare à Lantee, petit paradis pour aventurier solitaire, aux maisonnettes bleu et ocre, entouré de champs de blé vert, de moutarde et de forêts. « C’est la première fois que l’on voit des Occidentaux », lance Bahadur Guma Badi, dit le « brave ». De la bravoure, il en a fallu à ses ancêtres pour traverser les montagnes fragiles, peu habitées, chahutées par les rivières en crue, les glissements de terrain. « Ma famille cherchait une rivière pour pêcher, car nous n’avions pas le droit de posséder des terres. On vendait des tambours. On mendiait auprès des hautes-castes. »

Les Badis vivaient dans des huttes de chaume et d’argile. Des villages leur étaient affectés. « Mais les villageois nous persécutaient. De fait, nous sommes devenus des nomades. Personne ne voulait nous approcher. Puis mes fils sont partis travailler en Inde, mes filles se sont prostituées. J’ai acheté une terre à un privé. Nous avons vécu sans l’aide de personne. » Bahadur vend des fruits et des légumes sur le marché, élève des porcs. « C’est plus rentable que de cultiver des champs. Un porcelet rapporte 5 000 roupies pièce [50 euros] », dit-il fièrement.

 

1961869lpw-1961890-jpg_3054925 dans Crime
Salyan, le fief historique des Badis, caste de troubadours venue d’Inde au14ème.   © Nathalie Lamoureux Le Point

 

La famille, pilier de la prostitution

Le soleil peine à élever sa torche jaune. Des hommes, rassemblés autour d’un feu, sirotent par goulées bruyantes du dudh cya brûlant (thé au lait). Des enfants, impatients de se faire photographier, s’agitent dans le dédale de maisons de terre serrées les unes contre les autres. « Il est arrivé que des clients éméchés se trompent de maison et violent les filles d’à côté », raconte Geni Badi. Elle a 14 ans lorsque sa mère lui apprend les rudiments du métier. « Elle-même avait appris de sa mère. Mais la première fois fut très dure. J’avais mal, je pleurais, j’étais effrayée. »

Les familles sont de solides piliers dans la prostitution. Elles prospectent les clients, négocient les tarifs, et dissuadent leurs filles de se marier. Les parents autorisent le mariage seulement après avoir obtenu une compensation du futur époux correspondant à la perte de revenu occasionnée. Celles qui contreviennent aux règles de la caste sont obligées de s’enfuir, avec leur compagnon. Le premier rapport sexuel est très prisé. La fille offerte a le statut de déesse. « On peut toucher entre 5 000 et 10 000 roupies [50 à 100 euros] », précise Gina. Il s’accompagne, comme pour un mariage traditionnel hindou, d’un rituel, arrangé par la mère et appelé nathuni kholne. La fille est maquillée et habillée avec de jolis vêtements. Elle porte un gros bijou (bulaki) qui relie le nez à l’oreille. Le plus offrant a le droit d’ouvrir le bulaki, de la déflorer.

Aujourd’hui, là où la prostitution persiste, la vente du corps se banalise. La fille accepte simplement de perdre sa virginité. « L’hiver, je descendais à pied dans le Terai, reprend Gina. Là, il y avait beaucoup d’hommes, des militaires, des chauffeurs. Je les interpellais dans la rue. Mais ce n’était pas des oranges que je vendais. » Gina vit seule, sans enfants. Sa vie s’est améliorée, dit-elle. « On peut trouver de l’argent en vendant des fruits, du poisson, en faisant pousser des champignons, en cassant des cailloux. Pour un camion plein, on reçoit 1 500 roupies (15 euros). » L’équivalent d’une dizaine de passes. « Plus jamais je ne voudrais refaire ça. »

Une loi sur l’intouchabilité en 2001

Dans les foyers, qui tournent avec l’argent de la prostitution – où prédomine le modèle patriarcal –, les femmes ont souvent plus de pouvoir. Mais quand la prostitution cesse ou devient gênante, l’hégémonie masculine se reconfigure. La relative autonomie des femmes Badis les rend plus vulnérables aux viols. Les histoires qui circulent racontent comment une jeune fille Dalit a été violée, battue et promenée dans le village, comment telle autre a été enlevée et vendue à des particuliers. « Ma sœur se prostituait, raconte Sirzana Malla, 27 ans. Un jour, un homme est venu à la maison. Puis, quand il est parti, mon père m’a enfermée pendant un mois dans une pièce. Il me disait que les autres garçons ne devaient pas me voir. Je ne comprenais pas. Le jour du mariage, j’ai su. Mon père m’avait donnée à un Thakuri. J’avais douze ans, il en avait 30 ans. »

Aujourd’hui, cette alliance lui confère une certaine position dans la communauté, mais à quel prix. Le regard baissé, malgré l’émotion qui l’envahit, elle poursuit. « Il me battait, buvait, allait voir d’autres filles. Puis nous avons eu deux enfants et il s’est calmé. Mais ma belle-famille ne veut pas me recevoir car je suis de caste inférieure. » Elle s’interrompt brusquement. Deux hommes hautains traversent le village, marquent une pause, font mine de s’intéresser à la discussion, envoient de grands sourires mielleux, puis repartent en direction de la rivière. « Bahun [brahmane en nepali], lâche-telle, discrètement. Nos relations se sont améliorées. On n’a plus à laver nos verres dans les tea-shop, mais ils viennent toujours brûler leurs morts en face de nos maisons. » La loi sur l’intouchabilité ne date que de 2001.

 

1961869lpw-1961894-jpg_3054926 dans Folie
Sirzana Malla, 27, mariée de force à 12 ans, à un homme de haute-caste. Sa belle famille refuse toujours de la recevoir.    © Nathalie Lamoureux Le Point

 

https://www.lepoint.fr/monde/nepal-au-coeur-d-une-caste-d-intouchables-episode-3-04-09-2015-1961899_24.php#xtmc=lamoureux-nepal&xtnp=1&xtcr=1

Népal : au cœur d’une caste d’intouchables, épisode 3

 

La prostitution, stigmate ou norme sociale  ? Au cœur du Népal, chez les Badis, où la prostitution est une « tradition ». Reportage.

 

Par

Modifié le 14/09/2015 à 17:49 – Publié le 04/09/2015 à 10:50 | Le Point.fr
Sunita Badi, 17 ans, mariee, un enfant. Traditionnellement, les filles sont mariees jeunes. C'est parfois un moyen pour eviter qu'elles ne se prostituent.
Sunita Badi, 17 ans, mariée, un enfant. Traditionnellement, les filles sont mariées jeunes. C’est parfois un moyen pour éviter qu’elles ne se prostituent.   © Le Point/ Nathalie Lamoureux

 

La prostitution est une pratique complexe, produit de significations particulières en fonction des cultures. « Les frontières qui séparent intérêts et sentiments, contraintes et plaisirs, égalité et domination sont ténues », analysent les chercheurs de l’École des hautes études en sciences sociales (EHSS) (1).

Le sexe pour s’émanciper

On peut penser que les femmes badis ont, à travers les transactions sexuelles, cherché à construire les conditions sociales de leur émancipation, sans pour autant acquérir toujours valorisation et dignité aux yeux des hommes. Les mariages intercastes, se pratiquant souvent hors du cercle familial, leur ont donné un moyen d’exister socialement, de fonder une famille, tout en échappant à la dépendance de la belle-famille, qui, si elle les avait acceptées, les aurait cantonnées dans des rôles de bonnes à tout faire : servir le mari, le nourrir, entretenir sa fertilité, assurer l’engendrement, nettoyer l’étable, couper les fourrages, aller chercher l’eau au puits…. Rien ne dit, néanmoins, qu’au sein du foyer distant, la femme ne retrouve pas le statut social de la femme dans la société népalaise en général, « qui n’est pas celui d’une très grande liberté, dans les premières années qui suivent le mariage, et ce quel que soit le rang social, même les plus élevés, explique Rémi Bordes, anthropologue au Centre d’études himalayennes. Ce n’est qu’ensuite, lorsque les femmes auront eu plusieurs enfants et pris un peu d’âge, qu’elles seront mieux considérées. Pour ce qui est de l’aisance économique, rien n’interdit à une femme de monter une petite affaire pour dégager du revenu, ou d’y aider son mari, et les femmes badis s’associent sans doute assez facilement à leurs époux dans ce genre de projet, voire elles le choisissent aussi selon ce critère, lorsqu’elles savent que cela sera possible. »

 

2012433lpw-2014571-jpg_3054914 dans LCR - NPA
Bina et Parbati Badi, anciennes prostituées, àTulsipur. « La prostitution est interdite, on n’a plus de job. Qu’est ce qu’on fait ? »   © Nathalie Lamoureux Le Point

 

Le trottoir, ma fille

Le soleil cogne les bas-reliefs qui entourent Tulsipur, ville du Sud-Ouest, à trois heures au sud de Salyan, déglinguée, comme après un tremblement de terre. La poussière s’infiltre dans la bouche, les narines. La sécheresse est à son apogée. Il y a dix ans, le site était un vaste bordel à ciel ouvert, où convergeaient les prostituées originaires des pahad, les montagnes. Quelques familles ont pu y acheter des terres et construire de belles maisons. Gopal Nepali, comptable pour DMEK, association de défense des femmes dalit, égrène  : « Ici vivait une fille avec deux enfants. Elle a rencontré un homme français. Elle vit là-bas. Là, la femme possède trois maisons, dont deux à Katmandou. » L’intéressée, Sabrita Nepali, intriguée par cette visite impromptue, accepte de nous rencontrer. Rayonnante, elle porte fièrement le sindur, cette poudre de vermillon tracée sur la raie des cheveux, marque des femmes mariées. Dans la culture hindoue, toute femme qui n’est pas une épouse (veuve incluse) est suspecte. Très tôt, sa mère lui trace son destin. Le trottoir, ma fille. « Les hommes étaient saouls, violents. Ils me battaient, parfois ne payaient pas. J’étais la risée des autres filles. » Sa mère écoute, sans rien dire. Le calvaire de Sabrita prend fin au bout de trois ans. Elle rencontre un homme avec lequel elle s’engage dans des relations suivies, « un ingénieur chetri, qui trouve du travail aux USA. Il m’envoyait 5 000, parfois 8 000 euros. » Elle semble heureuse. « On n’aurait pas eu tout ça. Qu’est-ce que je pouvais faire d’autre, je suis illettrée. » Son sourire se dissipe. « Quand j’y repense, tous ces hommes, on a envie de leur dire que ce sont des cochons. »

 

2012433lpw-2014573-jpg_3054915 dans Le Post
© Nathalie Lamoureux Le Point

 

La prostitution, une norme

Les témoignages récoltés permettent de nuancer les conclusions de Thomas Cox, qui les a étudiées pendant dix ans et qui écrivait dans les années 2000  : « Il n’y a pas de stigmate de la prostitution dans la société badi. Au contraire, c’est une norme. C’est précisément parce que les prostituées badis reçoivent des soutiens psychologiques des autres membres de la communauté qu’elles ne sont pas traumatisées, comme les prostituées dans les autres sociétés. » Gopal Nepali, titulaire d’un master en sociologie, dénonce lui aussi cette vision réductrice et humiliante. « C’est un stigmate qui souille toute la communauté. Les Badis ne sont pas nés dans la prostitution. Et toutes les femmes ne vendent pas leur corps. » En 2013, il a publié une étude, recentrée sur leur exploitation par les puissants, et multiplie les conférences pour alerter l’opinion sur le sort des Dalit, ces « rebuts de l’ordre hindou », qui luttent pour leurs droits. L’affirmation de Cox a suscité un tollé, également parmi les chercheurs internationaux qui s’intéressent aux basses castes – et à juste titre. « En reprenant pour argent comptant le discours de façade produit par les Badis, Cox culturalise le stigmate, le fait passer pour une donnée naturelle de la société, avec sous-jacente l’idée terrifiante que toute norme instillée par la culture est bonne à partir du moment où elle est reconnue par le groupe, argumente Rémi Bordes. Imaginez ce que serait cette idée transposée à l’assassinat djihadiste  : à partir du moment où on naîtrait dans une société où il serait normal et valorisé de devenir kamikaze à l’âge de douze ans, eh bien cela n’aurait plus rien de répréhensible parce que le kamikaze et son entourage le vivraient bien. »

 

2012433lpw-2014572-jpg_3054916 dans Luraghi
© Nathalie Lamoureux Le Point

 

Des corps aliénés

Si les femmes badis, soutenues par leur famille, souffrent peut-être moins que des filles enrôlées brutalement et de force, leur corps est tout aussi aliéné. « Il n’y a certes pas de maquereau chez les Badis, pas d’agent personnel de l’exploitation des corps, mais ce qui se passe au niveau sociologique et subjectif est peut-être pire, quoique larvé. Ce qui tient lieu de maquereau, c’est l’adhésion fataliste et intériorisée à un système de valeurs et de positions sociales particulièrement impitoyables, devant lequel les Badis n’ont pas eu d’autre choix que de survivre en faisant bonne figure », poursuit Rémi Bordes.

(1) Le revenu moyen par personne est de 340 dollars par an.

 

https://www.lepoint.fr/monde/nepal-au-coeur-d-une-caste-d-intouchables-episode-3-13-09-2015-1964380_24.php#xtmc=lamoureux&xtnp=1&xtcr=1

Népal : au cœur d’une caste d’intouchables, épisode 4

 

Une reconfiguration, pas une disparition. Aujourd’hui, au Népal, la prostitution subsiste, mais ne se pratique plus au grand jour. Reportage.

 

Par

Publié le 13/09/2015 à 16:02 | Le Point.fr
Puspa Badi, 19 ans, nee d'une mere prostituee et de pere inconnu, a du batailler pour s'inscrire a l'universite. La Constitution provisoire ne prevoit pas la delivrance du certificat de citoyennete a partir du nom de la mere.
Puspa Badi, 19 ans, née d’une mère prostituée et de père inconnu, a dû batailler pour s’inscrire à l’université. La Constitution provisoire ne prévoit pas la délivrance du certificat de citoyenneté à partir du nom de la mère.    © Le Point/ Nathalie Lamoureux

 

Au Népal, peu à peu, la prostitution se reconfigure. Les programmes de prévention et de lutte contre le sida, engagés dans les années 90, ont eu pour effet de faire prendre conscience aux femmes des dangers de leur métier et des mutilations dont elles sont victimes. « Il fallait que ça s’arrête, avoue Bahadur. On ne pouvait plus continuer comme ça. Je voyais les hommes s’allonger sur mes filles. Pendant la guerre civile, les maoïstes battaient les femmes qui se vendaient pour le sexe. »

Un tournant en 2007

2007 marque un tournant. Des femmes Badis investissent, pendant 48 jours, les rues de la capitale népalaise pour réclamer la fin de la prostitution, un travail décent, des papiers pour les enfants illégitimes, et l’élimination du terme patar (prostituée) pour indiquer Badis. Le mouvement aboutit à l’établissement d’un Comité de développement. « Une révolution », exulte Rem Bahadur BK, président de Jagaran Media Center, une alliance de journalistes Dalit. Mais le projet s’empêtre dans les millefeuilles de la bureaucratie népalaise. En 2011, le gouvernement débloque finalement un million d’euros sur cinq ans, affectés à quatorze districts de l’Ouest. Les filles bénéficient de formations en esthétique et en couture, les garçons de stage de conduite. Des programmes de logement sont mis en place. Les emplois sont limités et les financements pas toujours bien répartis. « Mais on n’était plus considérés comme des sous-hommes », nuance Rem.

 

2072053lpw-2072635-jpg_3052923 dans Pédophilie
Paysan Tharu sur sa charette. © Nathalie Lamoureux Le Point

 

Des intouchables à l’école

Près de quatre cents enfants illégitimes ont été scolarisés. « Pendant longtemps, les enfants Badis n’avaient pas le droit de toucher les livres, témoigne Sitara Badi, membre du parti du Congrès. Certains sont devenus instituteurs, infirmiers, patrons, d’autres se sont engagés en politique. » Malgré les soutiens, les blessures de l’enfance sont restées douloureuses et profondes. « Le jour où quelqu’un a dit que mon père était l’instituteur du village, mon enfance s’est brisée. En classe, l’homme ne m’a plus adressé la parole. Les autres élèves m’ont traité de tous les noms », racontePuspa Badi, 19 ans. Jolie comme un cœur dans sa polaire à pois, elle rêve alors d’un tourbillon qui l’aspire hors de l’infamie. Mais sa mère se marie avec un Kami (caste des travailleurs), donne naissance à deux autres enfants, puis l’abandonne, elle et sa sœur, chez l’oncle maternel. « J’étais perdue. J’ai dû me battre pour m’inscrire à l’université. » La Constitution provisoire de 2007 ne prévoit pas de disposition permettant de donner la citoyenneté à un enfant, à partir du nom de la femme. Sans papier d’identité, on ne peut pas postuler pour un travail, passer des concours, s’inscrire à l’école. La Cour suprême a ordonné au gouvernement de régulariser les cas d’enfants nés de père inconnu, « mais son application se fait au compte-gouttes », ajoute Rem, qui blâme l’inertie et la corruption.

Juste de quoi survivre

Les reliefs ne sont plus en vue, enveloppés dans une brume épaisse. Pas une plissure, pas un creux pour heurter le regard. Des forêts, des champs de céréales, parfois des cochons énormes qui se prélassent au soleil dans l’herbe. La plaine subtropicale du Terai, immense et fertile, s’étend de chaque côté de la route fourmillante de monde. Une moto avec trois personnes sur la selle, une quatrième sur le porte-bagages et une cinquième sur le réservoir, arrive en sens inverse. Esquive parfaite du pilote, qui, très zen, frôle le pare-choc avant du minibus, et évite, de justesse, la charrette d’un paysan Tharu. Direction Kailali, à deux pas de la frontière indienne, haut lieu de la prostitution. La piste en terre s’écarte de la route et vient buter sur un pâté de maisons peu engageantes et d’immeubles qui menacent de s’effondrer. Un peu à l’écart, le gouvernement a fait construire une trentaine de maisons pour les Badis. Quatre murs en briques avec une ou deux pièces, un toit de tôle et un carré de jardin. « Juste de quoi leur permettre de survivre », ironise un observateur. Certains, malgré tout, apprécient ce peu. « On peut cultiver un potager. Avant, les gens nous disaient que ça ne pousserait jamais, car nous sommes de basses castes, explique Malla Badi. Le seul problème, il n’y a pas de travail. Et quand on en trouve, le salaire est insuffisant pour vivre décemment. Je m’en sors, car je n’ai pas d’enfants. »

 

2072053lpw-2072637-jpg_3052924 dans Perversité
District de Kailali, à la frontière indienne, foyer de prostitution.  © Nathalie Lamoureux Le Point

 

Des familles désintégrées

Elle passe en revue les habitations : « Dans celle-ci, les filles travaillent dans des maisons [comprendre de passe] à Bombay et dans le Penjab. Dans l’autre, là, aussi, elles ont emmené leurs enfants avec elles. Elles disent que c’est dur. » La maisonnée se limite aux parents et aux grands-parents. Accroupie par terre, une grand-mère sourire, aux yeux pleins de malice, couverte de bijoux, lâche : « Khane, bosne [manger, se reposer], il n’y a rien d’autre à faire ici. » Les flux migratoires et leurs drames délitent le tissu social. Les familles se désintègrent, mais aucune ne manque Dasain, fête religieuse qui célèbre la restauration de l’ordre du monde, la reconduction des vœux, des hiérarchies familiales et des contrats de toutes sortes. « Les filles reviennent avec 5 000 et 10 000 roupies en poche [50-100 euros]. Toute la famille accomplit les rites normalement », poursuit Malla. Intense moment de communication avec le sacré, avant le retour à l’enfer des bordels.

 

2072053lpw-2072639-jpg_3052925 dans Politique
Lotissement Badi dans le district de Kailali. Le gouvernement a financé la construction de maisons en dur, avec jardin. Les filles travaillent en Inde dans des bordels. © Nathalie Lamoureux Le Point

 

Des ombres au bord de l’asphalte

Le soir venu, sur les grandes artères où défilent les camions, les ombres qui bordent l’asphalte ne trompent pas. Elles cachent des visages aux histoires cabossées, nourries de miettes d’espérance. Bouche peinte en rouge, Bina témoigne sans gêne : « Je fais ça pour me payer une formation. Mes sœurs et mes frères sont en Inde. Mes parents sont âgés. » La porosité de la frontière, conséquence d’un traité datant de 1950, est dénoncée par les organisations humanitaires, ainsi que par l’État népalais, comme un facteur favorisant la traite des femmes. Les statistiques sur la prostitution, difficilement chiffrables, sont à prendre avec précaution. D’après la Fondation Scelles, qui lutte contre l’exploitation sexuelle, il y aurait des centaines de milliers de Népalaises dans les maisons de passe des métropoles indiennes, dont 100 000 rien qu’à Bombay. Quelque 50 000 exerceraient dans les restaurants dansants et salons de massage de Katmandou. Il aurait été intéressant de pousser notre enquête en Inde, mais le temps nous manquait. Le phénomène de la prostitution concerne toutes les castes et n’est plus l’apanage des Badis. Mais le regard de l’autre, lui, ne change pas.12 % de la communauté Badi s’est convertie au christianisme pour échapper au boycott économique et social, retrouver sa dignité, ainsi que des solidarités altruistes.

 

Terrorisme islamiste : de nouveaux projets déjoués en Allemagne

Entre autres, étaient programmées des attaques meurtrières visant des personnes dont au moins une faisait déjà l’objet de surveillances particulières de la part des terroristes.

Je rappelle ici fortement soupçonner que ce puisse être le cas de l’attaque de Romans-sur-Isère du 4 avril dernier, compte tenu des propos publics de l’un des commanditaires, Jean-Marc Donnadieu de Béziers, concernant des assassinats d’ingénieurs.

 

Lire ou relire à ce sujet :

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/05/attaque-terroriste-a-romans-sur-isere-samedi-4-avril-2020/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/05/pourquoi-ce-nouvel-attentat-islamiste-du-4-avril-2020-a-romans-sur-isere/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/05/retour-du-deconnologue-et-ex-riverain-homere-sur-twitter/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/05/cyprien-luraghi-a-lance-un-appel-de-fonds-le-vendredi-3-avril-2020/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/06/messages-publics-de-jean-marc-donnadieu-en-ce-debut-avril-2020/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/06/michel-piccin-est-sorti-de-son-silence-le-3-avril-2020/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/07/attentat-de-romans-sur-isere-du-4-avril-2020-premier-bilan/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/08/attentat-de-romans-sur-isere-explications-de-lassaillant/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/08/attentat-de-romans-sur-isere-ouverture-dune-information-judiciaire/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/09/ufoscepticisme-sale-temps-pour-les-menteurs-et-cela-va-continuer/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/10/attentat-de-romans-sur-isere-pas-de-revendication-pour-cause-de-confinement/

 

 

https://5minutes.rtl.lu/actu/monde/a/1502309.html

L’Allemagne déjoue des projets d’attentats islamistes

 

Auteur: AFP|Actualisé: 16.04.2020 07:21
Terrorisme islamiste : de nouveaux projets déjoués en Allemagne dans AC ! Brest

la Cour suprême fédérale à Karlsruhe, dans le sud de l’Allemagne, le 15 avril 2020 / © AFP

Les autorités allemandes ont déjoué des projets d’attentats visant des installations militaires américaines et arrêté cinq Tadjiks soupçonnés d’avoir voulu commettre ces attaques au nom de l’EI, alors que la menace islamiste reste grande en Allemagne.

Les autorités allemandes ont déjoué des projets d’attentats visant des installations militaires américaines et arrêté cinq Tadjiks soupçonnés d’avoir voulu commettre ces attaques au nom de l’EI, alors que la menace islamiste reste grande en Allemagne.

Les suspects, dont quatre ont été interpellés mercredi matin dans l’État régional de Rhénanie du Nord-Westphalie (ouest), prévoyaient également « des attaques meurtrières » contre des personnes parmi lesquelles une voix critique de l’islam qu’ils avaient commencé à espionner, a indiqué le Parquet fédéral, compétent en matière d’affaires de terrorisme.

Des perquisitions ont été menées dans plusieurs villes de la région, dont la grande ville d’Essen.

Le cinquième, identifié seulement comme Ravsan B., avait été arrêté il y a plus d’un an et se trouve depuis le 15 mars 2019 en détention préventive.

Les autres, Azizjon B., Muhammadali G., Farhodshoh K. et Sunatullokh K., doivent être présentés dans la journée à un juge de la détention.

Pour préparer la mise à exécution de leurs projets, ils étaient « en contact avec deux hauts responsables de l’EI en Syrie et en Afghanistan » qui leur fournissaient des instructions, selon la même source.

Les cinq Tadjiks ont effectué des repérages des « installations de l’armée de l’air américaine en Allemagne », précise le parquet.

« Cellule »

Ils sont « fortement soupçonnés » d’avoir rejoint en janvier 2019 le groupe EI et fondé « une cellule en Allemagne ». Ils avaient pour dessein initial de se rendre au Tadjikistan pour prendre part à des combats contre le gouvernement « dans le cadre du Jihad armé », selon le parquet.

 dans Action Directe

Des policiers masqués devant la Cour suprême fédérale à Karlsruhe, dans le sud de l’Allemagne, le 15 avril 2020 / © AFP

Après avoir abandonné ce projet, ils se sont notamment concentrés sur des cibles militaires américaines en Allemagne.

La cellule avait déjà acquis des « armes lourdes » et des munitions, ainsi que certains composants pour fabriquer des explosifs, commandés sur internet.

Ils avaient également récolté de l’argent en Allemagne, transféré ensuite à l’organisation via la Turquie.

Le premier suspect arrêté, Ravsan B., avait en outre accepté de commettre un meurtre commandité en Albanie afin de récolter 40.000 dollars US.

Bien qu’il se soit rendu là-bas avec un autre suspect, le projet avait finalement échoué et les deux hommes étaient rentrés en Allemagne.

Sur le qui-vive

Les autorités allemandes sont sur le qui-vive concernant la menace islamiste pesant sur l’Allemagne, particulièrement depuis un attentat au camion-bélier revendiqué par le groupe État islamique qui avait fait 12 morts en décembre 2016 à Berlin.

Cette attaque jihadiste est la plus meurtrière jamais commise sur le sol allemand.

Les services de sécurité allemands estiment à environ 11.000 le nombre d’islamistes radicaux dans le pays, dont 680 sont considérés comme particulièrement dangereux et capables de recourir à la violence.

Depuis décembre 2016, les autorités ont déjoué neuf tentatives d’attentat de ce type, selon des chiffres de l’Office fédéral de police criminelle.

Outre l’attaque au camion-bélier sur le marché de Noël de la capitale, l’EI a revendiqué en 2016 un meurtre au couteau à Hambourg, un attentat à la bombe à Ansbach qui avait fait 15 blessés et tué l’assaillant, ainsi qu’une attaque à la hache dans un train en Bavière (5 blessés) dont l’auteur a été abattu par la police.

Plus récemment, en novembre dernier, la police avait arrêté trois hommes à Offenbach, près de la capitale financière Francfort, soupçonnés de préparer un attentat à la bombe au nom du groupe EI.

Certains des attentats ou tentatives ont été commis par des demandeurs d’asile –un Tunisien, un Syrien et un Afghan– arrivés en Allemagne à la faveur de la crise migratoire de 2015.

La chancelière Angela Merkel avait alors ouvert les portes du pays à quelque 900.000 demandeurs d’asile surtout venus des zones de conflit de Syrie et d’Irak.

L’Allemagne abrite une importante communauté musulmane estimée officiellement à entre 4,4 et 4,7 millions (5,4% à 5,7% de la population), dont une immense majorité rejette l’islamisme.

 

Cyprien Luraghi le corbeau égal à lui-même…

C’est dans le « thread » qui suit, extrait de Twitter.

Lui qui se signale depuis la nuit des temps comme l’un des pires corbeaux qui soient, on le retrouve encore là, comme très souvent, à dénoncer de présumés « corbeaux »…

Je rappelle donc ici que dès l’année 2009 au plus tard il se met à me dénoncer partout pour des tas d’infractions inexistantes… non seulement auprès des journalistes des deux sites participatifs Rue89 et Le Post, où il me harcèle directement de 2008 à 2010 et continuera à me calomnier jusqu’à la cessation ou quasi cessation d’activité pour l’un comme pour l’autre alors que je n’y suis plus depuis l’été 2009 pour le premier et mars 2010 pour le second, mais également auprès de quantité de tiers, notamment des administrations et services publics des secteurs médical et social.

En 2010, un des premiers avocats brestois à avoir vu ses publications de cette année-là me concernant en avait été horrifié et s’était exclamé à leur lecture : « C’est pire que la Gestapo ! »

Eh oui, même si je ne peux pas trouver à Brest d’avocat qui accepte de me défendre, ils sont bien tous au courant et n’apprécient pas forcément ce que font mes harceleurs et leurs complices magistrats ultra CORROMPUS du Tribunal de Grande Instance de Brest…

En 2011, après m’avoir déjà dénoncée mensongèrement pour des faits imaginaires à sa gendarmerie, celle de Puy-l’Evêque, Cyprien Luraghi va encore plus loin en persuadant une femme qui ne me connaît pas et dont j’ignore jusqu’à l’existence d’aller me dénoncer comme scientologue extrêmement dangereuse et malfaisante au Commissariat de Police de Brest…

Je n’ai rien à voir avec l’Eglise de Scientologie ni avec aucune autre secte et n’ai jamais rien commis de tout ce dont cette femme m’a accusée mensongèrement sur suggestion du mythomane extrêmement pervers Pascal Edouard Cyprien Luraghi qui remettra ça lui-même en 2015 avec tout un lot de nouvelles dénonciations calomnieuses aussi effrayantes qu’effarantes…

Il m’a aussi dénoncée calomnieusement à de multiples reprises, non seulement auprès de mes hébergeurs de blogs, mais également à la police du net, à la CNIL, et même au maire de Brest et au sous-préfet de Brest, en plus du procureur de la République de Brest, en leur envoyant à tous des copies de ses lettres aux autres, pour les forcer à lui obéir – genre : « j’en réfère à toutes les autorités, vous voilà tous prévenus, vous n’avez pas intérêt à m’oublier »…

Quant au psychiatre dont il a tenté d’obtenir mon internement en psychiatrie, il l’a carrément harcelé à ce sujet durant plusieurs années…

 

Lire ou relire à ce sujet :

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/02/01/comment-le-cybercriminel-pascal-edouard-cyprien-luraghi-a-tente-de-me-faire-interner/

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/11/01/quand-cyprien-luraghi-pete-un-cable/

 

Voilà.

Quand une femme ingénieur dit qu’elle est ingénieur, c’est vachement grave.

Cela justifie que le malade mental extrêmement dangereux Pascal Edouard Cyprien Luraghi et toute sa clique de débiles mentaux, tel Jean-Marc Donnadieu de Béziers, la dénoncent partout mensongèrement pour des tas de faits imaginaires et tentent par tous les moyens de la faire interner en psychiatrie…

 

 
https://twitter.com/FredericBianchi/status/1248517103306575876

Thread

See new Tweets
Conversation

 

Cyprien Luraghi le corbeau égal à lui-même... dans Calomnie F1lYi6-l_bigger
Frédéric Bianchi
@FredericBianchi
Avec le confinement, la délation explose. C’est comme le compte « Fallait pas supprimer », c’est toujours pour faire le « bien » qu’on dénonce: « Les délateurs s’abrite derrière des valeurs civiques : la justice, la salubrité publique, l’intérêt général »
Translate Tweet
 dans Corruption
Avec le coronavirus, le retour des « corbeaux »
A Paris comme en province, la police reçoit des appels pour dénoncer des manquements, réels ou supposés, aux mesures de confinement. Un phénomène limité, mais révélateur des angoisses de l’époque et…
lemonde.fr
9:44 AM · Apr 10, 2020·Twitter Web App
93

Likes

F1lYi6-l_bigger dans Crime
Frédéric Bianchi
@FredericBianchi
·

Apr 10

Replying to

Une phénomène encouragé ces dernières années avec l’émergence des lanceurs d’alerte, tenants du name and shame et du full disclosure
Image
xaHi2qhg_bigger dans Folie
brokeback montaigne
@francisfrog
·

Apr 10

Replying to

possible de faire un update de votre photo de profil ? (moustache)
YlQGQyM-_bigger dans LCR - NPA
Vincent Glad
@vincentglad
·

Apr 10

Révélatrice des angoisses de l’époque et du poids du passé.
wacpeS_-_bigger dans Le Post
Cyprien Luraghi
@CyprienLuraghi
·

Apr 10

Déniché par hasard l’autre jour − pas tout neuf et heureusement un peu à l’abandon :
Image
XfWFVwbj_bigger dans Luraghi
Michel Ney
@sidounours
·

Apr 10

Replying to

« révélateur des angoisses de l’époque et du poids du passé.»
IDSpJDCa_bigger dans NEMROD34
Conrad Costals
@ConradCostals
·

Apr 10

« Révélateur des angoisses de l’époque et du poids du passé » is the new « les heures nauséabondes les plus sombres »
XfWFVwbj_bigger dans Pédophilie
Michel Ney
@sidounours
·

Apr 10

Le mythe du Français délateur mdr.
XfWFVwbj_bigger dans Perversité
Michel Ney
@sidounours
·

Apr 10

Quelqu’un s’est-il déjà attaqué à ce mythe débile, d’ailleurs ? Il sort toutes les semaines.
IDSpJDCa_bigger dans Politique
Conrad Costals
@ConradCostals
·

Apr 10

Historiquement cela a du commencer avec l’affaire de Tulle dans les années 20. Puis la défaite de 40 et la honte de l’occupation ont été un terreau pour ces tropismes qui ont été répétés jusqu’à devenir des vérités par les masochistes qui tiennent la culture depuis les années 80
XfWFVwbj_bigger dans Rue89
Michel Ney
@sidounours
·

Apr 10

Qui a vécu ailleurs en Occident sait que c’est n’importe quoi.

 

xXBbOArx_bigger
Geri&Freki
@Geri_Freki94
·

Apr 10

En bas à droite
Image
iNTBoVF2_bigger
Hamster inclusif
@HamsterFr
·

Apr 10

Replying to

Trop de bobos qui s’ennuient.
RLIhsoaR_bigger
richert
@henririchert
·

Apr 10

Replying to

La part d’ombre, cette noirceur d’âme, ce besoin de nuire aux autres sous prétexte civique ou de loyauté vis à vis d’un Etat ( là d’urgence, hier l’occupation ) sont souvent le seul exutoire des personnes mal en société en temps normal. Ici & ailleurs.
6wbXB1Af_bigger
Robert Tellez
@Rhaubaire
·

Apr 10

Replying to

ne traite que des données publiques.

Replying to

Ça marche bien à Taïwan, de plus si tu dénonces quelqu’un et qui prend une amende tu touches 10%… Bizarrement tous le monde est respectueux des règles
Replying to

Comme les LREM quand ils votent une réforme inique. Plus juste et plus humaine.
6gulLj6e_bigger
Car2Paris
@Cbellage
·

Apr 10

Replying to

à la guerre, comme à la guerre…. et là, sanitairement parlant, c’est pour le bien commun.
EsmUjnG3_bigger
santouh redha
@santouh
·

3h

La peur, l’angoisse…une pincée de racisme quelquefois…mais aucun civisme voilà, voilà on demande au personnel médical de déménager…car devenu des pestiférés, comme les lépreux du moyen âge qu’il fallait isoler…j’abuse un peu mais juste un peu
More replies
qactKErv_bigger
Nestor Penne
@NestorPenne
·

Apr 10

Replying to

Par contre, il est conseillé de dénoncer son voisin lorsqu’il y a des violences conjugales. Toujours pas compris la différence.
F1lYi6-l_bigger
Frédéric Bianchi
@FredericBianchi
·

Apr 10

Assistance à personne en danger ça
qactKErv_bigger
Nestor Penne
@NestorPenne
·

Apr 10

D’accord. Par contre aller foutre des miasmes potentiellement mortels pour d’autres personnes, c’est pas grave.
8kEg1dwH_bigger

Le Hérisson Rouge

@LeHerissonRouge
·

Apr 10

Replying to

La moindre des choses quand on parle d’un compte Twitter dans un tweet c’est de l’identifier. Cc

F1lYi6-l_bigger
Frédéric Bianchi
@FredericBianchi
·

Apr 10

C’est vrai, vous avez raison, je manque à tous mes devoirs :)
8kEg1dwH_bigger

Le Hérisson Rouge

@LeHerissonRouge
·

Apr 10

C’est pas non plus un devoir, ni une obligation. Et ça arrive d’oublier.
UEveU24j_bigger
Le cartonaute masqué
@cartonaute
·

Apr 10

Replying to

Ces gens la font ça tout le temps.
qfQ_D08O_bigger
Bagadoù Stourm breton réfractaire
@PinkiePou1
·

Apr 10

Replying to

Cyprien Luraghi le corbeau égal à lui-même... dans AC ! Brest
Mon voisin s’appelle Lévy !
Extrait du vidéokon des inconnus sur les Français et la guerre… la première fois que je l’ai vu, j’ai été pris d’un fou-rire pendant 5 bonnes minutes ! Et …
youtube.com
cAKn8yE7_bigger
Gerhart Al Hamasse
@GLamasse
·

Apr 10

Replying to

Image

 

Attentat de Romans-sur-Isère : pas de revendication pour cause de confinement ?

Deux jours avant l’attentat, j’ai enregistré sur Satanistique une visite provenant apparamment de Duhok ou Dahûk en Iraq, dans la Région autonome du Kurdistan, au nord de Mossoul (voir ci-dessous).

Par ailleurs, j’ai été victime d’une grosse attaque informatique les 28 et 29 février derniers.

Or, depuis quelques années, je me suis habituée à voir systématiquement ce genre de signaux précéder, voire annoncer des attentats islamistes en France.

Aussi, je ne suis vraiment pas convaincue que le terroriste de Romans-sur-Isère ait agi seul et de son propre chef, d’autant que j’ai bien remarqué chez les commanditaires habituels de ces tueries des mouvements qui semblent en corrélation avec son attaque, qui contrairement à ce qu’il soutient n’apparaît pas comme un « pétage de plombs » : il a quand même demandé à des personnes qu’il attaquait si elles étaient musulmanes ou non avant de les poignarder, et son état après les faits s’est avéré tout à fait compatible avec la garde à vue.

En outre, deux semaines avant l’attaque, l’Etat islamique avait appelé à poursuivre le djihad à un moment « où la sécurité et les institutions médicales ont atteint les limites de leurs capacités », a rapporté Mediapart (voir ci-dessous).

Se pose donc la question de la revendication de cet attentat du 4 avril 2020.

Je suggère que le confinement, qui touche aujourd’hui à peu près tout le monde et semble particulièrement drastique en Iraq, notamment dans le Kurdistan (voir ci-dessous), aurait pu l’empêcher.

Reste de toute façon que les organisations terroristes islamistes ne revendiquent pas systématiquement tous leurs attentats : elles peuvent craindre des représailles et/ou ne pas vouloir ou pouvoir assumer politiquement des actes particulièrement mal perçus par les populations, y compris les leurs.

Or, en cette période de pandémie, il est bien évident, d’une part, qu’elles sont elles-mêmes affaiblies par la maladie et toutes ses conséquences, et d’autre part, que les attentats terroristes et leurs auteurs suscitent encore plus de réprobation et d’hostilité qu’en temps normal, comme cela s’est bien produit au sein du barreau de Valence (voir ci-dessous).

Dans ces conditions si exceptionnelles, il n’est donc pas si surprenant que l’habituelle revendication de l’attentat fasse défaut.

Pour finir, l’hypothèse d’un assassinat ciblé commis contre l’ingénieur informaticien qui a été tué ne pouvant être écartée, je précise qu’il travaillait dans le secteur des puces RFID depuis juin 2015 comme il l’avait indiqué dans son profil sur Viadeo :

 

http://fr.viadeo.com/fr/profile/thierry.nivon

En poste chez Eliot Inovative Solutions

Précédents : Mediane-Systemes, Maya-technologies, Partialis, Decalog, Oikialog, Infologic

Précédents : Telecom Lille 1, Lycée La Saulaie

Contacts

52

Chatillon St Jean, Ile-de-France, France

En résumé

Je suis un ingénieur développement. Mes domaines de prédilection sont ceux qui nécessitent une forte expertise technique, avec acquisition rapide de connaisssances. Les domaines que je maitrise le mieux sont – C++, java, delphi, C# – Architecture logicielle orientée objet – Informatique embarquée – Cartes à puces – Connexions d’automates – Bases de données (administration et requetage) – Traitement du signal (projets personnels)

Parcours

Responsable developpement embarqué

Chez Eliot Inovative Solutions

De juin 2015 à aujourd’hui

Autour des puces RFID ISO15693 :○ Responsable du développement logiciel du système de détection de puces enfouies (C#, C, Windwos CE) ○ Développement d’outils de programmation de puces au format ISO15693 (Qt, C++) ○ Développement Web services (J2EE/Tomcat) d’intégration de données dans le « cloud » : intégration pour traçabilité et cartographie ○ Développement autour des IOT ○ Développement autour du bus de message RabbitMQ (C++/Python) ○ Collaboration sur le développement d’antennes de tags « grande profondeur » : conception et caractérisation des antennes. Rédaction et dépôt de brevet sur le sujet. ○ Développement sous Android : – Outil de gestion de tag RFID via NFC – Outil de géolocalisation en réalité augmentée (OpenGL ES 2)

 

 

Un hommage lui était rendu aujourd’hui à 16 heures à Romans-sur-Isère, ainsi qu’à Julien Vinson, l’autre victime tuée dans cette attaque au couteau.

 

Egalement à lire ou à relire :

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/05/attaque-terroriste-a-romans-sur-isere-samedi-4-avril-2020/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/05/pourquoi-ce-nouvel-attentat-islamiste-du-4-avril-2020-a-romans-sur-isere/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/05/retour-du-deconnologue-et-ex-riverain-homere-sur-twitter/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/05/cyprien-luraghi-a-lance-un-appel-de-fonds-le-vendredi-3-avril-2020/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/06/messages-publics-de-jean-marc-donnadieu-en-ce-debut-avril-2020/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/06/michel-piccin-est-sorti-de-son-silence-le-3-avril-2020/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/07/attentat-de-romans-sur-isere-du-4-avril-2020-premier-bilan/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/08/attentat-de-romans-sur-isere-explications-de-lassaillant/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/08/attentat-de-romans-sur-isere-ouverture-dune-information-judiciaire/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/09/ufoscepticisme-sale-temps-pour-les-menteurs-et-cela-va-continuer/

 

 

Satanistique.blogspot.fr

Magnify Visitor

 

Visitor Analysis & System Spec

Renvoi de recherche : https://www.google.com/ (Keywords Unavailable)
Host Name: Navigateur : Chrome 80.0
Adresse IP : OS/Platform: Win10/Desktop
Emplacement : Duhok, Dahuk, Iraq Résolution : 1366×768
Visites récurrentes : 0 Javascript : Enabled
Durée de la visite : Non applicable FAI : Almasfofa For Communication & Internet Ltd

Navigation Path

Date Heure Page web
https://www.google.com/ (Keywords Unavailable)
2 Apr 17:15:07

 

 

https://www.mediapart.fr/journal/france/050420/attentat-romans-sur-isere-l-etat-islamique-avait-appele-poursuivre-le-djihad-en-pleine-pandemie-de-covid-1

 

Attentat à Romans-sur-Isère: l’Etat islamique avait appelé à poursuivre le djihad en pleine pandémie de Covid-19

 

5 avril 2020 Par

 

Deux semaines avant l’attaque au couteau de Romans-sur-Isère qui a fait deux morts et cinq blessés, l’État islamique avait appelé à poursuivre le djihad à un moment « où la sécurité et les institutions médicales ont atteint les limites de leurs capacités ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ces derniers jours, des membres des services de renseignement ne cachaient pas leur inquiétude concernant un hypothétique attentat en pleine période de confinement. L’hypothèse est devenue réalité samedi.

 

http://www.rfi.fr/fr/moyen-orient/20200320-coronavirus-confinement-s%C3%A9v%C3%A8re-kurdistan-irakien-enrayer-propagation-virus

Confinement sévère au Kurdistan irakien pour enrayer la propagation du coronavirus

 

Publié le : 20/03/2020 – 23:29Modifié le : 20/03/2020 – 23:29

Le Kurdistan irakien, qui partage une frontière avec l'Iran, a mis au moins un confinement drastique pour tenter d'enrayer la propagation du coronavirus.
Le Kurdistan irakien, qui partage une frontière avec l’Iran, a mis au moins un confinement drastique pour tenter d’enrayer la propagation du coronavirus. REUTERS/Ari Jalal

 

Texte par : RFI

 

Face à l’épidémie du coronavirus, le monde entier se confine. C’est le cas notamment au nord de l’Irak au Kurdistan. Cette région partage une frontière avec l’Iran, l’un des trois pays les plus touchés par le Covid-19. Son territoire est donc aujourd’hui quadrillé par les forces de sécurité qui tentent de localiser au plus vite, de possible cas importés.

Asso, habite un village proche de la frontière iranienne : « Tout le monde appelle tout le monde. Il y a deux semaines, un ami m’a appelé pour me dire qu’il y avait un cas de coronavirus dans le village. Qu’il fallait trouver qui c’était. On a essayé de l’identifier pour le bien de tout le monde. Un membre des forces de sécurité m’a appelé. Pour me demander si j’avais plus d’informations. Mais franchement, je lui ai dit que je ne savais pas. »

Cet habitant du Kurdistan irakien admet que les forces de sécurité sont très sévères et que la circulation est presque à l’arrêt. « Il y a des checkpoints partout sur les principales voies des grandes villes comme Souleymanieh et sur les routes nationales qui relient une ville à une autre. Mais en même temps, un ami qui vit en Allemagne me disait que là-bas, ils ne peuvent pas faire respecter à ce point le confinement, avec autant de sévérité qu’au Kurdistan. Il disait que finalement la manière forte était peut-être la meilleure. »

Près de la frontière avec l’Iran, la peur domine

C’est par le Kurdistan irakien que passent un bon nombre de camions venus dIran. Alors que le grand voisin est l’un des pays les plus touchés par le coronavirus. Dans les grandes plaines proches de la frontière iranienne, la peur domine. La peur du virus, mais aussi la peur des forces de sécurité qui viennent armées pour escorter les cas suspects jusqu’à l’hôpital.

« Vous savez ici les gens ont l’habitude de l’usage de la force. Sans cette force, ils vont se cacher, ils n’iront pas à l’hôpital. Aujourd’hui, je vous jure les gens ont tellement peur qu’un frère pourrait dénoncer son propre frère. Une fois, ils ont soupçonné quelqu’un qui rentrait d’Iran d’être contaminé. Ils ont donné son nom, celui de toute sa famille et de tout son entourage. Personne n’est épargné », explique un villageois.

Un contrôle accru sur la population

Dans une région où les manifestations anti-gouvernementales sont violemment réprimées, une telle démonstration de force inquiète Baktyar, lui-même manifestant.

« Ces derniers jours au Kurdistan les forces de sécurité ont renforcé leur contrôle sur la population. Elles vont de plus en plus loin. Elles n’ont peut-être pas planifié cette tragédie, mais finalement ça leur permet de faire des essais pour plus tard, pour mieux contrôler la société. Cela ne fait que renforcer leur autorité.Voilà où nous en sommes. S’ils décident de s’en servir plus tard, les citoyens ne pourront pas résister. »

Pour l’heure, les habitants du Kurdistan irakien se concentrent sur la propagation du virus. Ils le savent, leurs hôpitaux sont loin d’être prêts à faire face à l’épidémie.

 

http://www.leparisien.fr/faits-divers/terroriste-presume-de-romans-les-messages-injurieux-qui-sement-l-emoi-au-barreau-de-valence-10-04-2020-8297628.php

Terroriste présumé de Romans : les messages injurieux qui sèment l’émoi au barreau de Valence

«Il peut crever.» Sur un groupe Facebook privé d’avocats du barreau de la Drome, des messages injurient ceux qui défendraient l’auteur de l’attaque sanglante au couteau à Romans. Certains assument, d’autres se disent écœurés.

 

 Un réfugié soudanais a tué deux personnes et en a blessé cinq autres à Romans-sur-Isère (Drôme), samedi 4 avril.
Un réfugié soudanais a tué deux personnes et en a blessé cinq autres à Romans-sur-Isère (Drôme), samedi 4 avril.  AFP/Jeff Pachoud

 

Par Timothée Boutry
Le 10 avril 2020 à 16h13

 

Mise en cause des confrères, remise en cause du droit à la défense, appel à laisser « crever » un suspect… C’est une discussion sur les réseaux qui sème l’émoi au sein du barreau de Valence (Drôme). Samedi 4 avril, Abdallah Ahmed-Osman, un réfugié soudanais, poignarde mortellement deux personnes et en blesse cinq autres à Romans-sur-Isère (Drôme) dans une attaque au couteau qualifiée depuis de terroriste.

Le jour même, un avocat du barreau de Valence publie ce message sur le groupe privé Facebook « Avocats Valence », visible par ses 137 membres : « A tous les connards qui veulent défendre les sous merde du type de celui qui a tué deux personnes à Romans ce matin [emoji de doigt d'honneur] continuez à vouloir mettre en avant les droits de l’homme et à déshonorer la profession. Je pèse et j’assume mes propos ».

Dans la foulée, l’homme de loi publie un second message : « J’ai dit que j’assumais mes propos et les maintenais envers ceux qui passent leur temps à se prévaloir des droits de l’homme pour défendre ces merdes qui n’ont pas le droit à la vie ». Ces propos, qui peuvent surprendre de la part d’un avocat, semblent pourtant approuvés par le bâtonnier en personne.

« J’ai été très mal compris »

Me Thierry Chauvin, bâtonnier de Valence depuis le 1er janvier, est en effet l’un des premiers à réagir au texte de son confrère avec le message suivant : « BFM m’a appelé pour connaître le nom de l’avocat que j’allais lui désigner !! (NDLR : c’est au bâtonnier qu’il appartient de désigner les avocats commis d’office dans un dossier). J’ai benoîtement répondu que nous verrions ça à la fin du confinement et encore si j’ai le temps. » Un message qui laisse entendre que le bâtonnier serait réticent à fournir à ce suspect la défense à laquelle toute personne a droit.

« J’ai été très mal compris, se défend Me Chauvin, joint par téléphone. Depuis le début du confinement, afin de protéger la santé de mes confrères, j’ai suspendu toutes les désignations. Or je savais que ce suspect, dont il est très vite apparu que les agissements pourraient être de nature terroriste, serait transféré en région parisienne. Donc quand je dis que je verrai ça à la fin si j’ai le temps, cela voulait dire si son cas relève encore de notre juridiction. Mais quand j’ai été alerté par des confrères qui ont cru que je remettais en cause son droit à être défendu, j’ai réalisé que je m’étais mal exprimé. »

Ce jour-là, le bâtonnier a également approuvé (« liké » en langage Facebook) le premier message de son confrère, celui où il traite ses congénères de « connards ». Thierry Chauvin plaide… l’ambiguïté de bouton. « Je ne suis absolument pas familier de Facebook, se défend-il. Quand on m’a dit que j’avais validé ce message, j’ai été surpris. Et puis on m’a expliqué qu’en fonction de l’endroit où on appuyait, cela pouvait générer l’approbation du message. Je découvre tout cela. Mais il était hors de question d’approuver ces propos totalement inappropriés. »

« J’ai failli pleurer en voyant ces messages »

La suite de l’échange laisse pourtant entendre que le bâtonnier n’est pas loin de partager les opinions radicales de son confrère. Car, immédiatement après son premier message, il en publie un second en évoquant, une fois encore, le suspect de l’attaque : « Il peut crever où il veut rien à… et moi aussi je pèse mes mots. » Cette fois, Me Chauvin assume. « C’est un jugement de valeur qui n’engage que moi et pas le bâtonnier. C’est une opinion tout à fait personnelle tenue dans un groupe privé. C’est peut-être un peu exagéré, mais cela montre le degré de bienveillance que j’éprouve envers ce genre d’individus. »

La mise en ligne de ces échanges ébranle en tout cas le barreau. « J’ai failli pleurer en voyant ces messages, s’indigne une avocate drômoise. Qu’un avocat et même le bâtonnier puissent tenir de tels propos, c’est hallucinant. Je ne suis pas la seule à être ulcérée. » Quant à l’auteur du message initial qui a mis le feu aux poudres, il invoque le caractère privé de la conversation. « Je m’en suis expliqué en interne. Et j’ai reçu le soutien d’un certain nombre de confrères », indique-t-il.

Abdallah Ahmed-Osman a, quant à lui, été mis en examen mercredi pour « assassinats et tentatives d’assassinats terroristes » et écroué. Il est assisté par un avocat commis d’office du barreau de Paris.

 

https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/drome/drome-romans-isere-cloches-sonneront-16h-hommage-aux-victimes-attaque-au-couteau-1814546.html

Drôme : à Romans-sur-Isère, les cloches sonneront à 16h en hommage aux victimes de l’attaque au couteau

 

Un homme a poignardé 7 personnes, dans le centre-ville de Romans, en plein confinement. / © Stéphane Marc / MAXPPP

Un homme a poignardé 7 personnes, dans le centre-ville de Romans, en plein confinement. / © Stéphane Marc / MAXPPP

 

Pour rendre hommage aux deux victimes de l’attaque du 4 avril à Romans-sur-Isère, tout en respectant le confinement, les cloches de la ville sonneront à 16 heures.

 

Par Emilie Henny

Publié le 10/04/2020 à 15:59

 

Faute de pouvoir se déplacer aux obsèques des victimes, les habitants de Romans-sur-Isère pourront se recueillir de loin. Ce vendredi 10 avril, à 16 heures, la tour Jacquemart de Romans-sur-Isère dans la Drôme sonnera le glas pour rendre hommage aux deux victimes de l’attaque du 4 avril. La mairie de la ville a rappelé que cela n’était « en aucun cas » un rassemblement. « C’est une façon pour la Ville de permettre à la population de s’associer par la pensée à la douleur des familles, en cette période de confinement qui nous interdit d’être physiquement présents.« , a-t-elle précisé.Les deux victimes seront inhumées dans la plus stricte intimité. Il s’agit de Thierry N., tué dans une boucherie où il venait s’approvisionner et Julien V., cogérant d’un café-théâtre, tué alors qu’il était sorti dans la rue pour ouvrir ses volets.

Un espace d’accompagnement mis en place

Suite à l’attaque, la Fédération France Victimes a été mobilisée par le parquet « pour intervenir auprès des secours et permettre une prise en charge rapide des familles, des choqués. » Depuis le mercredi 8 avril après-midi, l’association locale de France Victimes a ouvert un Espace d’information et d’accompagnement (EIA) au sein de la Maison de la Justice et du Droit de Romans-sur-Isère. Un accompagnement psychologique y est proposé pour les victimes et leurs proches.

Rappel des faits

Samedi 4 avril, un homme a attaqué au couteau sept personnes. Deux ont été tuées et cinq autres ont été blessées gravement en plein centre ville. Depuis, il a été arrêté et une enquête a été ouverte par le parquet antiterroriste.

 

https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/attaque-au-couteau-de-romans-la-tour-jacquemart-sonne-le-glas-en-hommage-aux-victimes-1586527875

Dossier : Attaque au couteau à Romans-sur-Isère

Attaque au couteau à Romans-sur-Isère : la tour Jacquemart sonne le glas en hommage aux victimes

 

 

Les obsèques de Thierry Nivon et Julien Vinson, tués dans l’attaque au couteau de Romans-sur-Isère, se déroulent ce vendredi à 16h. Au même moment, l’emblématique tour Jacquemart sonne le glas.

 

Quelques habitants s'arrêtent au pied de la tour Jacquemart qui sonne le glas à Romans-sur-Isère

Quelques habitants s’arrêtent au pied de la tour Jacquemart qui sonne le glas à Romans-sur-Isère © Radio France – Emmanuel Champale

 

Pour que les Romanais confinés puissent s’associer par la pensée à la peine des familles au moment des obsèques des victimes de l’attaque au couteau, la tour Jacquemart a sonné le glas ce vendredi à 16 heures.

Une vingtaine de personnes étaient éparpillées, en silence, au pied de l’emblématique monument de la ville pour rendre hommage à Thierry Nivon et Julien Vinson.

 

Quelques habitants se sont également arrêtés devant le café-théâtre La Charrette tenu par la famille Vinson. Devant l’établissement, les tables accueillant fleurs et bougies se sont multipliées depuis samedi.

 

Devant La Charrette, café théâtre que tient la famille Vinson à Romans-sur-Isère - Radio France

Devant La Charrette, café théâtre que tient la famille Vinson à Romans-sur-Isère © Radio France – Emmanuel Champale

 

D’autres encore continuent à poster des messages de soutien sur les réseaux sociaux. Comme ici, sur twitter, l’entreprise drômoise Euveka, créatrice du mannequin connecté.

à lire aussi Attaque au couteau à Romans-sur-Isère : « un hommage mais après le confinement, pour le bien de tous »

 

- - Visactu

- © Visactu

Attentat de Romans-sur-Isère : explications de l’assaillant

Il assume un passage à l’acte de type djihadiste sans en donner d’explications très convaincantes.

Par ailleurs, son statut de réfugié suscite toujours bien des questions restant sans réponse.

Par exemple : pourquoi donc aurait-il dû fuir une dictature qui semble avoir toujours parfaitement convenu à son épouse ?

 

Egalement à lire ou relire :

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/05/attaque-terroriste-a-romans-sur-isere-samedi-4-avril-2020/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/05/pourquoi-ce-nouvel-attentat-islamiste-du-4-avril-2020-a-romans-sur-isere/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/05/retour-du-deconnologue-et-ex-riverain-homere-sur-twitter/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/05/cyprien-luraghi-a-lance-un-appel-de-fonds-le-vendredi-3-avril-2020/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/06/messages-publics-de-jean-marc-donnadieu-en-ce-debut-avril-2020/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/06/michel-piccin-est-sorti-de-son-silence-le-3-avril-2020/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/07/attentat-de-romans-sur-isere-du-4-avril-2020-premier-bilan/

 

 

https://www.francetvinfo.fr/faits-divers/terrorisme/attaque-de-romans-sur-isere/attaque-au-couteau-a-romans-sur-isere-ce-que-l-assaillant-a-explique-en-garde-a-vue_3904267.html

Attaque au couteau à Romans-sur-Isère : ce que l’assaillant a expliqué en garde à vue

 

L’homme de 33 ans soupçonné d’avoir tué deux personnes samedi dans la Drôme s’est longuement confié aux enquêteurs pendant sa garde à vue.

 

L\'attaque au couteau a fait deux morts, le 4 avril 2020, à Romans-sur-Isère (Drôme). 
L’attaque au couteau a fait deux morts, le 4 avril 2020, à Romans-sur-Isère (Drôme).  (MAXPPP)

Qui est-il vraiment ? Et quelles étaient les réelles motivations de ce réfugié soudanais de 33 ans, Abdallah A.-O. ? L’assaillant au couteau, qui a tué deux personnes et en a blessé cinq autres, samedi 4 avril, à Romans-sur-Isère (Drôme), s’est longuement confié aux enquêteurs qui l’interrogent.

Son périple meurtrier est considéré comme ayant eu « pour but de troubler gravement l’ordre public par l’intimidation ou la terreur ». Le Parquet national antiterroriste (PNAT) s’est donc saisi de l’enquête. Arrivé en France en 2016, Abdallah A.-O. a obtenu le statut de réfugié l’année suivante. Il semblait avoir réussi son intégration. Salarié en CDD dans une maroquinerie, il était en passe d’obtenir un contrat à durée indéterminée. Son patron décrit comme « travailleur » le jeune homme, qui n’avait pas non plus de problèmes de voisinage et n’était pas connu des services de renseignement.

« Il avait la sensation d’être épié »

Au début de sa garde à vue, samedi, le suspect est apparu psychologiquement instable, mais son état a finalement été jugé compatible avec son audition. Le soir même, il a livré sa version pendant plus de trois heures et demie aux enquêteurs de la Sous-direction antiterroriste (SDAT) de la police judiciaire et de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI). « Il a confié que, depuis quelques jours, il se sentait mal dans sa peau. Il avait notamment la sensation d’être épié, indique-t-on dans les cercles de l’enquête. Il affirme qu’il supportait mal le confinement et de se trouver au chômage technique. »

La crainte d’être atteint du coronavirus l’aurait amené à consulter un médecin le 29 mars. Le jeune homme a justifié les agressions en indiquant qu’il cherchait à se défendre face à des gens qui lui voulaient du mal. Il a expliqué aux enquêteurs avoir « pété les plombs » mais, paradoxalement, a assumé son périple meurtrier au nom de la religion. Les enquêteurs de la SDAT et de la DGSI cherchent à savoir si ses explications confuses sont sincères ou si elles visent à égarer les investigations.

Des textes religieux, « sans grande cohérence »

Peu après les faits, les policiers antiterroristes ont saisi trois feuillets manuscrits, en français et en arabe, d’une dizaine de lignes chacun, stigmatisant la France, comparée à un « pays de mécréants », et invoquant les « combattants ». « Pas à proprement parler un testament mais plutôt des textes religieux, sans grande cohérence », souligne une source proche du dossier.

Les témoins du drame restent marqués par le regard du suspect, décrit comme « froid », et par son attitude « déterminée ». Ils se penchent sur les relations de l’assassin présumé, à commencer par ses échanges téléphoniques et numériques. Ces expertises informatiques n’ont, à ce stade, pas mis en évidence de liens avec une quelconque organisation terroriste, ni même de consultation de sites jihadistes. Pas de preuves non plus de consommation de propagande ou d’une « allégeance » à un groupe structuré.

L’homme, qui demeurait en contact téléphonique avec son épouse restée dans leur pays d’origine, disposait d’une demi-douzaine de téléphones portables, la majorité étant des modèles anciens et hors d’usage. Seul l’un d’eux, dont il a accepté de donner le code de déverrouillage, semblait actif. L’exploitation d’une clé USB n’a pas apporté davantage d’explications à son geste. Aucune trace d’antécédents psychiatriques n’a été relevée. Les expertises toxicologiques n’ont pas mis en évidence de consommation d’alcool, ni de prise de stupéfiants.

« Un profil hybride »

« Il s’agit d’un profil hybride, que nous avons déjà vu apparaître lors de l’attaque de la préfecture de police de Paris [quatre morts en octobre 2019] ou à Villejuif [un mort et deux blessés en janvier] : instable psychologiquement, quasi paranoïaque et influencé par les discours des organisations terroristes, idéologie qui les incite au passage à l’acte », résume l’une des sources proches du dossier.

Deux autres hommes, de nationalité soudanaise eux aussi, ont été placés en garde à vue. L’un d’eux a été remis en liberté lundi. Le second était toujours interrogé mardi après-midi. Celui-ci est considéré comme un témoin clé : il a en effet passé la nuit précédant l’attaque au domicile de l’auteur présumé. Il avait, dit-il, jugé utile de tenir compagnie à son ami qui ne se sentait pas bien.

Abdallah A.O. devrait être présenté au Parquet national antiterroriste mercredi, au terme de sa garde à vue. L’un des premiers actes des juges d’instruction qui hériteront de l’affaire de Romans-sur-Isère devrait consister en une expertise psychiatrique. Trois blessés se trouvent encore hospitalisés mais leurs jours ne sont plus en danger.

 

 

https://www.atlantico.fr/decryptage/3588569/attaque-a-romans-sur-isere–mais-que-faisait-abdallah-a-o-en-france–benoit-rayski

Décryptages » Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

France

05 avril 2020

© JEFF PACHOUD / AFP

Attentat de Romans-sur-Isère : explications de l'assaillant dans AC ! Brest

C’est quand même bien loin du Soudan

 

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ? 

Une réponse : il bénéficiait du droit d’asile. Une question : pourquoi bénéficiait-il du droit d’asile ?

 

Avec Benoît Rayski

 

Abdallah A.O. avait profité du droit d’asile en 2017. A cette époque le Soudan, son pays, était dirigé par un dictateur islamisé, Omar el-Bechir. Il faisait fouetter les filles qui portaient un pantalon. Et menait une guerre sans pitié contre les mécréants du sud, animistes et chrétiens.

En raison des activités d’Omar el-Bechir le Soudan avait été mis à l’index par la communauté internationale. Quiconque fuyait ce pays était donc éligible au droit d’asile. Abdallah A. O. en bénéficia donc. Bien qu’on puisse se demander (vu sa foi brûlante illustrée par quelques coups de couteau) ce qu’il avait à reprocher au dictateur islamiste qui présidait aux destinées du Soudan…

Le droit d’asile est incontestablement une belle et heureuse conquête de l’humanité. Mais il est encadré par des conditions très strictes. Et n’est en rien une rente perpétuelle. C’est une question que je pense connaître assez bien par quelqu’un qui me fut très proche.

Il avait fuit la Pologne communiste où il risquait la prison et peut-être pire. La France lui accorda très logiquement le statut de réfugié politique. Quand en 1990 la Pologne devint démocratique il perdit ce statut qui n’avait plus de raison d’être. Il fit des démarches – couronnées de succès – pour obtenir la nationalité française.

En 2019, deux ans donc après qu’Abdallah A. O. ait bénéficié du droit d’asile, Omar el-Bechir fut renversé. S’amorça alors une transition démocratique. Les pays occidentaux renouèrent avec le Soudan. Et même Trump, qui n’est pourtant pas un tendre, leva les sanctions économiques qui frappaient ce pays.

Pourquoi donc Abdallah A.O est-il toujours considéré comme un demandeur d’asile ? Sans doute parce que dans le fatras de l’administration française son dossier s’est égaré quelque part dans un tiroir poussiéreux. Sinon, et c’était légalement possible, on l’aurait remis dans un avion à destination de Khartoum.

La géographie peut aussi nous aider à mettre un peu de lumière sur son cas. Le Soudan est bordé par la Lybie, l’Egypte, l’Erythrée, l’Ethiopie, la Centrafrique, le Tchad et le Sud Soudan. La plupart de ces pays son très bienveillants avec la foi d’Abdallah A. O. Que d’efforts n’a-t-il déployés afin de parcourir des milliers de kilomètres pour s’installer dans un pays de mécréants où il avait, selon des documents trouvés chez lui, du mal à vivre. Quelques mécréants en sont morts…

 

 

https://www.aa.com.tr/fr/monde/trafic-darmes-khartoum-ferme-ses-fronti%C3%A8res-avec-la-libye-le-tchad-et-le-soudan-du-sud/903114

Trafic d’armes: Khartoum ferme ses frontières avec la Libye, le Tchad et le Soudan du Sud

 

- Selon le vice-président soudanais, 60 mille véhicules ont été introduits clandestinement dans le pays.

 

Hafawa Rebhi   | 06.09.2017

Trafic d'armes: Khartoum ferme ses frontières avec la Libye, le Tchad et le Soudan du Sud

Sudan

AA / Khartoum / Bahram Abdel Moneim

 

Le Soudan a annoncé mercredi la fermeture de ses frontières terrestres avec la Libye, le Tchad et le Soudan du Sud pour empêcher le trafic d’armes et de véhicules à quatre roues motrices.

« Nous avons fermé nos frontières avec la Libye, le Tchad et le Soudan du Sud pour empêcher le trafic d’armes et de véhicules à quatre roues motrices », a déclaré le vice-président soudanais Hassabo Mohamed Abdul Rahman, lors d’un discours adressé à une foule d’étudiants de son parti au pouvoir ; le Congrès national, à Khartoum. Le vice-président n’a pas donné des détails sur les modalités et la durée de la fermeture.

En plus des trois pays mentionnés par Abdul Rahman, le Soudan a des frontières terrestres avec l’Égypte, l’Éthiopie, l’Érythrée et la Centrafrique.

Le vice-président a révélé que, récemment, « 60 mille véhicules à quatre roues motrices au cours de la période récente ont été introduits clandestinement dans le Soudan depuis la Libye, le Tchad et le Soudan du Sud ».

« Les propriétaires des voitures trafiquées ont commis dans d’autres pays des crimes comme le meurtre, la contrebande, le blanchiment d’argent et le trafic de drogue. Interpol a récemment demandé au Soudan d’enregistrer les données des voitures trafiquées pour pouvoir démanteler les réseaux criminels impliqués » a-t-il déclaré.

Le responsable soudanais a également évoqué le plan de son gouvernement pour la confiscation et la collecte des armes à travers le pays. Selon lui, la collecte commandée et déléguée par président Omar al-Bachir, n’épargnera personne quels que soit son statut et son rang et les forces d’inspection et de désarmement disposeront d’une large marge de manœuvre pour agir en cas de résistance ou de refus.

« Malheureusement, de nombreuses tribus ont des armes lourdes, des véhicules tout-terrain et des coffres pour stocker des armes à feu ordinaires », a-t-il noté.

Le 22 août, le procureur général soudanais Omar Ahmed avait émis un décret établissant un parquet spécialisé dans la lutte contre le terrorisme et la prolifération des armes et des munitions.

Au début du même mois, le gouvernement avait lancé une campagne de collecte d’armes dans les Etats du Kordofan (Sud) et la région du Darfour (ouest).

Le 6 août, les autorités soudanaises avaient demandé aux civils qui possédaient des armes, des munitions et des véhicules non autorisés de les remettre immédiatement à l’armée ou au poste de police le plus proche.

Il n’existe aucune estimation officielle de la taille des armes dont disposent les tribus dans la région du Darfour. Des rapports non officiels évoquent toutefois des centaines de milliers d’armes, y compris des armes lourdes.

Les perturbations dans le Darfour ont conduit, ces dernières années, à la prolifération des armes entre les gangs et les tribus qui se disputent les rares sources et pâturages de la région.

 

 

https://www.jeuneafrique.com/489820/politique/le-soudan-saisit-19-tonnes-de-cannabis-au-darfour/

Le Soudan saisit 19 tonnes de cannabis au Darfour

 

05 novembre 2017 à 15h20 | Par AFP

Mis à jour le 05 novembre 2017 à 17h11

Des combattants des forces de sécurité soudanaises, à Nyala, au Darfour du Sud, le 3 mai 2015.

 

Un groupe paramilitaire soudanais progouvernemental a annoncé dimanche avoir saisi 19 tonnes de cannabis dans la région du Darfour déchirée par un conflit depuis des années, l’une des plus importantes prises de drogue au Soudan.

Les Forces de soutien rapide (FSR), un groupe controversé qui combat d’ordinaire les rebelles dans cette région de l’ouest du Soudan, a indiqué avoir saisi la semaine dernière deux véhicules bourrés de haschisch après un échange de tirs avec des trafiquants dans l’État du Darfour-Sud.

Dimanche, ces forces ont montré le cannabis saisi à des journalistes sur une base des FSR à Khartoum.

« Le 31 octobre, nos troupes ont affronté une bande de trafiquants lorsque nous leur avons tendu une embuscade », a indiqué le porte-parole de ce groupe paramilitaire Abdelrahman al-Jaali.

« Nous avons capturé leur chef (…) et saisi deux véhicules contenant 19 tonnes de haschisch », a-t-il ajouté.

L’embuscade a été tendue aux trafiquants dont les communications téléphoniques avec un autre gang à Khartoum avaient pu être interceptées. Le cannabis, a-t-il précisé, devait être acheminé vers la capitale.

Ce cannabis vient en général du Soudan du Sud ou d’Éthiopie, mais il est aussi cultivé ces temps-ci au Darfour-Sud, a indiqué le général de police Hashim Ali lors de la conférence de presse.

Les médias soudanais ont plusieurs fois ces dernières années fait état de saisie de drogues mais celle annoncée dimanche est l’une des plus importantes jamais rapportées au Soudan.

Des responsables soudanais ont reconnu une hausse du trafic et de la consommation de drogue ces dernières années, surtout chez les jeunes.

Le groupe paramilitaire à l’origine de cette prise est accusé par des ONG de violations des droits de l’Homme au Darfour et dans les États du Nil Bleu et du Kordofan-Sud.

Ces trois régions ont été pendant des années le théâtre d’intenses combats entre des forces gouvernementales et des rebelles, qui ont fait des dizaines de milliers de morts et des millions de déplacés.

 

 

https://www.illicit-trade.com/fr/2017/11/soudan-accord-lutte-drogues/

Soudan : un accord signé pour la lutte contre le traffic de drogues avec la République centrafricaine et le Soudan du Sud

 
 dans Attentats

 

Publié il y a 2 ans le 8 novembre 2017

Par

3906810232_35d3a4777c_z dans Calomnie

 

Le Soudan, dont la population est très affectée par la consommation de drogues, cherche à lutter contre leur commerce en signant avec ses voisins un accord de lutte contre les produits stupéfiants.

 

Ce mardi 7 novembre, le gouvernement soudanais a annoncé à Khartoum, sa capitale, que des discussions étaient en cours avec ses voisins du Soudan du Sud et le la Centrafrique pour signer un accord destiné à lutter contre le trafic de drogues.

Ce trafic touche fortement la population soudanaise. En juin 2013, le président, Omar Al-Bashir, ordonne la mise en place d’un Conseil national de lutte contre les drogues, espérant débarrasser son pays du fléau.

Mais en septembre de la même année, le Conseil tire la sonnette d’alarme, décriant l’augmentation faramineuse de la consommation de drogues au sein des populations, et particulièrement chez les jeunes.

Le ministre de l’intérieur, Hamid Mannan, souhaite que ce potentiel accord entre voisins mette fin à la production de drogues au sein des trois pays et qu’il limite le trafic aux frontières. La frontière sud du Darfour, région du Soudan, partagée avec la Centrafrique, est la zone principale de cultivation de cannabis du pays.

M. Mannan a réaffirmé par la même occasion son soutien inconditionnel à la Direction générale du contrôle des stupéfiants, qui lutte contre les trafiquants, qui fonctionnent majoritairement en bande organisée.

Une législation stricte, mais peu efficace

Le Soudan a des lois très strictes concernants les drogues, qu’elles soient dures ou non. La production et consommation de cannabis y sont strictement interdites, et en 1994, le pays adhère à la Convention des Nations Unies contre le trafic illicite de stupéfiants et de substances psychotropes.

Le trafic de drogues au Soudan peut être puni par la peine de mort dans certains cas, dont la récidive ou de distribution de substances illicites dans des lieux d’enseignement.

Malgré ces efforts législatifs, le Soudan demeure fortement touché par la consommation de drogues, en constante augmentation. Selon le ministère de l’intérieur, la consommation de cannabis aurait augmenté de 34% en 2013.

Dans son rapport sur les drogues de 2016, l’organisation mondiale de la santé (OMS) recense 8 hectares de cultivation et 450 tonnes de cannabis identifiés par les autorités. L’OMS explique aussi que le captagon, la « drogue des jihadistes », est fortement exportée vers le Soudan, arrivant par voie maritime depuis le Liban et la Syrie. Plus d’un million de tablettes de ce stupéfiant ont ainsi été saisies entre 2014 et 2015 lors de leur transit vers le Soudan.

Un accord passé avec les pays voisins, ainsi qu’un meilleur contrôle sur son territoire permettra peut-être au Soudan d’enfin enrayer l’épidémie de stupéfiants sur son territoire.

 

 

http://www.rfi.fr/fr/afrique/20190927-soudan-fermeture-frontieres-centrafrique-libye-securite

Le Soudan ferme ses frontières avec la Centrafrique et la Libye

 

Publié le : 27/09/2019 – 15:12Modifié le : 27/09/2019 – 22:34

 

Le Soudan est un carrefour clé pour les routes migratoires qui connectent l'Afrique de l'Est et l'Afrique de l'Ouest à la Méditerranée et à l'Europe.

Le Soudan est un carrefour clé pour les routes migratoires qui connectent l’Afrique de l’Est et l’Afrique de l’Ouest à la Méditerranée et à l’Europe. Getty Images/ Robert Caputo

 

Texte par : RFI

 

Le Soudan a ordonné la fermeture de ses frontières avec la Centrafrique et la Libye. C’est le Conseil souverain, l’organe qui dirige la transition, qui a pris cette décision en parlant de dangers économiques et sécuritaires. Les frontières de la région sont poreuses et servent depuis longtemps aux trafics de marchandises, de drogue, d’êtres humains ainsi qu’à l’immigration illégale.

Les fermetures de frontières ne sont pas rares dans cette région utilisée par les criminels, trafiquants et passeurs en tout genre. De nombreuses armes et mouvement rebelles transitent par là. Mais c’est la première fois que Khartoum prend une telle décision depuis la chute du président Omar el-Béchir en avril dernier.

Pour autant, les explications ne sont pas claires. Le Conseil souverain a parlé de véhicules ayant illégalement traversé la frontière, provoquant des dangers économiques et sécuritaires. Cette fermeture fait en tout cas suite à une réunion entre le Conseil souverain et le gouvernement régional du Darfour, région de l’ouest du Soudan en guerre depuis une quinzaine d’années.

Lutte contre le terrorisme

Pour certains, Khartoum pourrait ainsi vouloir empêcher des rebelles darfouris d’aller s’entraîner ou s’équiper dans les pays voisins. Certains ont même dans le passé rejoint des mouvements étrangers, comme celui du maréchal libyen Khalifa Haftar.

Le chercheur Cameron Hudson lui fait le lien avec un communiqué du département d’État américain paru ce jeudi et passé inaperçu. Washington avertit que des groupes terroristes sont présents au Soudan et pourraient menacer les Occidentaux. Or dans le même temps, les Soudanais poussent pour que les États-Unis retirent leur pays de la liste des nations soutenant le terrorisme, ce qui pénalise son économie.

Dans ce cas, lutter contre l’insécurité pourrait aider le Soudan à marquer des points dans ce dossier, alors que le moindre acte terroriste pourrait maintenir les sanctions pendant des années.

Frontières poreuses

Les frontières entre Soudan, Centrafrique et Libye sont poreuses depuis longtemps. Elles constituent des routes migratoires pour rejoindre la Méditerranée et l’Europe. Le Soudan servant de carrefour entre l’Afrique de l’Ouest et la Corne. Mercredi encore, les autorités ont annoncé l’arrestation d’une douzaine de trafiquants et de 120 migrants illégaux.

Les deux frontières sont aussi source de conflits tribaux. Notamment les Toubous du sud libyen contre des groupes arabes. Ou encore les fermiers de Vakaga en Centrafrique, face aux éleveurs du sud Darfour. Ces derniers ont d’ailleurs conclu un accord en juin pour mettre fin aux violences.

Trafics en tout genre

Les États ayant du mal à contrôler cette zone, propice au trafic de marchandises diverses, de drogue, mais surtout d’armes. Les rebelles centrafricains se fournissent notamment au Darfour, région de l’ouest du Soudan en proie à une guerre civile depuis une quinzaine d’années.

Les groupes armés darfouris ont d’ailleurs souvent trouvé refuge dans le sud libyen depuis que le Tchad ne les parraine plus et que le Soudan du Sud est en guerre. Selon Khartoum, au moins 1 500 rebelles ont notamment rejoint les rangs du rebelle libyen Khalifa Haftar. La Libye leur sert ainsi de base arrière où ils peuvent être payés comme des mercenaires, mais aussi s’adonner au pillage.

Enfin le Soudan craint un retour de ses extrémistes religieux qui ont notamment fui la région de Syrte où ils combattaient dans les rangs de l’organisation État islamique. C’est en partie pour ces raisons que le Soudan avait mis sur pied la force paramilitaire FSR, dont les hommes se sont souvent transformés en criminels et trafiquants.

 

Pleine Lune du 8 avril 2020 – Qui se prend pour Dieu / Dexter ?

 

 

Attentat de Romans-sur-Isère du 4 avril 2020 : premier bilan

L’affaire a déjà sa fiche dans Wikipédia (voir ci-dessous).

Le djihadiste présumé a commencé à parler en garde à vue, mais est encore atteint de trous de mémoire très opportuns dès que les questions des enquêteurs se font plus précises, notamment sur le déroulé des faits.

Une seconde garde à vue se poursuit, celle de son ami lui ayant rendu visite la veille, 3 avril 2020.

Je rappelle pour ma part observer bien des mouvements chez mes harceleurs précisément ce 3 avril 2020 :

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/05/cyprien-luraghi-a-lance-un-appel-de-fonds-le-vendredi-3-avril-2020/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/06/messages-publics-de-jean-marc-donnadieu-en-ce-debut-avril-2020/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/06/michel-piccin-est-sorti-de-son-silence-le-3-avril-2020/

Par ailleurs, les enquêteurs ont retrouvé chez le tueur pas moins de six téléphones portables.

Se serait-il lui aussi livré à du trafic de drogue ?

L’usage de téléphones multiples est en effet dans les habitudes de ces trafiquants.

On observe également que le jour même de cette attaque qui a fait deux morts, dont un ingénieur informaticien de 55 ans de Châtillon-Saint-Jean travaillant à son compte depuis le 20 décembre 2015 et venu faire ses courses dans la boucherie Breyton de Romans-sur-Isère où il a été tué, Jean-Marc Donnadieu annonçait sur Facebook qu’à peine sorti du confinement, avec son ami Michel Piccin il irait tuer encore plein de gens, notamment des ingénieurs…

Naturellement, j’en fais partie. Or, je suis moi aussi ingénieur informaticien et suis particulièrement bien placée pour savoir à quel point il hait les ingénieurs informaticiens, lui qui se prétend bien meilleur que nous en informatique sans avoir jamais reçu aucune formation dans ce domaine et n’a bien évidemment jamais percé dans ce métier faute de compétences suffisantes.

On relève encore que l’ingénieur tué samedi à Romans-sur-Isère travaillait ou a travaillé dans le médical, un secteur très concerné par la crise sanitaire actuelle et encore touché par-dessus le marché par une telle recrudescence de cyberattaques (dont une contre l’AP-HP à la date très symbolique du 22 mars 2020) que les spécialistes de la sécurité informatique ont décidé de s’organiser pour faire payer les pirates profitant de la crise du Covid-19.

S’il en était besoin, je rappelle encore une fois que mes harceleurs sont quasiment tous des pirates informatiques.

C’est notamment le cas de Jean-Marc Donnadieu et de son complice le pédophile et mythomane notoire Pascal Edouard Cyprien Luraghi.

Pour finir, est rapporté ci-dessous un rappel des principaux attentats islamistes commis en France depuis mars 2012, montrant, comme je l’ai déjà fait remarquer à plusieurs reprises, une nette régression de ces attaques à compter de l’année 2017, après le premier échec de Pascal Edouard Cyprien Luraghi à me faire condamner à Paris alors que je me défendais seule, sans avocat, et faisais ainsi pour tous ses complices islamistes et autres la démonstration qu’il leur avait toujours menti en me prétendant folle à lier et nulle en droit.

Je rappelle encore que les attaques des premières années, de 2012 à 2015, étaient à l’évidence liées à la procédure de la criminelle Josette Brenterch du NPA de Brest à mon encontre, celles de 2016 au printemps 2018, à la procédure de son complice Pascal Edouard Cyprien Luraghi à mon encontre, et celles qui ont débuté depuis, aux différentes procédures engagées ou dirigées par Jean-Marc Donnadieu à la suite de ses réglements de comptes publics des premiers mois de l’année 2018 sur Facebook avec un ufologue de Strasbourg qu’il accuse depuis de nombreuses années de l’avoir « trahi » en me communiquant des informations à son sujet, cet ensemble de nouvelles procédures nous visant l’un et l’autre.

 

Egalement à lire ou relire :

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/05/attaque-terroriste-a-romans-sur-isere-samedi-4-avril-2020/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/05/pourquoi-ce-nouvel-attentat-islamiste-du-4-avril-2020-a-romans-sur-isere/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/05/retour-du-deconnologue-et-ex-riverain-homere-sur-twitter/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/05/cyprien-luraghi-a-lance-un-appel-de-fonds-le-vendredi-3-avril-2020/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/06/messages-publics-de-jean-marc-donnadieu-en-ce-debut-avril-2020/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/06/michel-piccin-est-sorti-de-son-silence-le-3-avril-2020/

 

 

https://www.francebleu.fr/infos/societe/attaque-au-couteau-a-romans-la-deuxieme-victime-etait-de-chatillon-saint-jean-1586110129

Attaque au couteau à Romans-sur-Isère : la deuxième victime était de Châtillon-Saint-Jean

 

Dimanche 5 avril 2020 à 20:08 -

Par , France Bleu Drôme Ardèche

 

Après l’attaque au couteau à Romans-sur-Isère (Drôme) samedi, la commune de Châtillon-Saint-Jean est elle aussi sous le choc. Thierry Nivon, l’une des victimes, habitait le village. Il a été mortellement poignardé par l’assaillant alors qu’il faisait ses courses dans une boucherie.

La police scientifique s'est rendue dans la boucherie où Thierry Nivon a été tué

La police scientifique s’est rendue dans la boucherie où Thierry Nivon a été tué © Radio France – Claire Leys

 

Ce samedi, Thierry Nivon s’est rendu à Romans-sur-Isère (Drôme) pour faire de simples courses. L’homme de 55 ans a été poignardé à la boucherie Breyton, tué par l’assaillant avec un couteau appartenant au commerce. Cet homme était informaticien, il habitait à Châtillon-Saint-Jean. Dans la petite commune, les habitants sont choqués.

 

Le maire Gérard Fuhrer a rendu visite à l’épouse du défunt. Il aurait aimé pouvoir organiser un hommage pour son administré, mais le confinement empêche tout rassemblement. « Habituellement lorsqu’il y a un décès dans la commune, nous nous réunissions. C’est important de se soutenir, de se voir. Avec le coronavirus et le confinement, les malheurs s’ajoutent les uns aux autres et ce deuil est d’autant plus difficile à supporter », avoue le maire.

Des gestes de soutien, à distance

Pour témoigner de leur soutien, certains habitants ont allumé une bougie sur le rebord de leur fenêtre, d’autres ont publié des messages sur les réseaux sociaux. « Il n’y a pas que la présence physique qui compte, assure Gérard Fuhrer, on peut aussi être présent par la pensée ».

- - Visactu

- © Visactu

 

 

http://copainsdavant.linternaute.com/p/thierry-nivon-4352837

Thierry NIVON

  • CHATILLON SAINT JEAN

Parcours

Parcours scolaire

Parcours entreprise

  • INFOLOGIC  - Informaticien (Informatique)

    -  ValenceIngenieur systeme Architecture informatique

    1990 – 2006

  • VEGA SYSTEMS  - Informaticien (Informatique)

    -  Valence 2006 – 2007

  • Oikialog  - Informaticien (Informatique)

    -  LyonEncadrement technique sur des projets de sécurité informatique : Carte à puce, identifications biométriques

    2007 – 2009

  • Décalog  - Ingenieur developpemet

    -  Guilherand granges 2009 – 2010

  • GROUPAGORA  - Architecte logiciel

    -  Nimes 2010 – 2010

  • Maya-technologies

    -  Grenoble 2010 – 2012

  • MEDIANE SYSTEME

    -  Le pecqDéveloppements sur systèmes embarqués pour le medical

    2012 – maintenant

A propos

Général

  • Prénom Nom :

    Thierry NIVON

  • Vit à :

    CHATILLON SAINT JEAN, France

  • Né le :

    18 août 1965 (54 ans)

Ma vie aujourd’hui

  • Profession :

    Ingenieur Informatique/telecoms

Mes goûts et passions

Aucune information disponible

Voyages

Voyages dans le mondeJ’y suis allé

Je rêve d’y aller
J’y suis allé(e) :

 

https://www.verif.com/societe/NIVON-THIERRY-817449382/

 

 

http://www.leparisien.fr/faits-divers/attaque-de-romans-sur-isere-les-trous-de-memoire-du-suspect-et-sa-peur-du-coronavirus-06-04-2020-8294874.php

Les confidences du tueur au couteau de Romans-sur-Isère

 

Abdallah Ahmed-Osman, l’auteur de l’attaque au couteau samedi, a expliqué qu’il s’était senti « en ligne avec la religion » après avoir commis son massacre.

 

 A Romans-sur-Isère (Drôme) l’attaque au couteau d’Abdallah Ahmed-Osman a fait deux morts et cinq blessés.

A Romans-sur-Isère (Drôme) l’attaque au couteau d’Abdallah Ahmed-Osman a fait deux morts et cinq blessés.  AFP/Jeff Pachoud

 

Par Jérémie Pham-Lê
Le 6 avril 2020 à 14h54, modifié le 6 avril 2020 à 20h33
 

Abdallah Ahmed-Osman est-il un djihadiste adepte de la dissimulation ? Ou un réfugié qui a trouvé dans la violence et la religion un exutoire à son mal-être ? Trois jours après avoir semé la mort et l’effroi dans le centre-ville de Romans-sur-Isère (Drôme) avec un couteau, faisant deux morts et cinq blessés, le Soudanais de 33 ans s’est longuement livré.

Selon des sources concordantes, Ahmed-Osman a reconnu être l’auteur de l’attaque en garde à vue, oscillant entre déclarations paranoïaques, trous de mémoire et sentiment de satisfaction. Le jeune Soudanais, arrivé en France en 2016, a expliqué qu’il se sentait « épié et menacé par tout le monde » lorsqu’il est passé à l’action à Romans samedi. Il résume son massacre à un « pétage de plombs ». « En attaquant les passants, il dit qu’il a voulu se défendre et se protéger, confie un proche de l’enquête. Mais en même temps, il déclare qu’il s’est senti en ligne avec la religion une fois qu’il avait terminé. » Raison pour laquelle il psalmodiait à genoux lors de son interpellation. A certaines questions précises sur le déroulé de l’attaque, le terroriste présumé a répondu : « Je ne me souviens plus ».

VIDÉO. Romans-sur-Isère : deux morts et cinq blessés dans une attaque au couteau

Devant les enquêteurs, Ahmed-Osman a aussi décrit un certain mal-être, qu’il impute notamment au confinement. Il aurait mal vécu d’avoir été mis au chômage alors qu’il venait d’obtenir un emploi à la section maroquinerie d’une entreprise d’outillage de découpe de la Drôme. Le jeune réfugié a également raconté être allé à l’hôpital de Romans « six jours » avant l’attaque car il pensait être contaminé par le Covid-19. Le personnel soignant l’aurait renvoyé chez lui avec des médicaments, sans le tester. Avec le recul, Ahmed-Osman pense que ses symptômes relevaient surtout « de l’angoisse ». Les policiers tentaient hier de retrouver trace de cette consultation et vérifier s’il a séjourné en établissements psychiatriques, notamment à Grenoble (Isère) où il a vécu entre 2016 et 2018. Selon nos informations, des anxiolytiques ont été découverts lors de la perquisition à son appartement de Romans.

« C’est un profil proche de celui de l’auteur de l’attaque de Villejuif [le 3 janvier 2020, NDLR] avec une certaine fragilité psychologique, souligne un connaisseur du dossier. Le discours djihadiste semble avoir eu une influence sur son passage à l’acte et la religion serait l’élément déclencheur. Pour autant, il n’assume pas son appartenance à une organisation terroriste. » En garde à vue, Abdallah Ahmed-Osman s’est en effet décrit comme un musulman à la pratique modérée, respectant la prière et se rendant épisodiquement à la mosquée de Romans. « Chez le suspect, il y a un cocktail de psychiatrie, de mal-être du réfugié, de ressentiment sur sa place dans notre société et de religion, observe une source policière. En l’espèce, le confinement a sûrement joué un rôle. »

A son domicile, les enquêteurs ont saisi un tapis de prière, un coran ainsi qu’un texte manuscrit dans lequel Ahmed-Osman convoque l’imagerie djihadiste. « Je vous implore pour que nous ayons le pardon. C’est ce qu’attend tout combattant […] Je ne veux plus vivre dans ce pays de mécréant », écrit le jeune Soudanais dans un mélange de français et d’arabe. Les témoins de l’attaque ont par ailleurs décrit un assaillant « le regard hagard », « très déterminé à tuer ». A l’une des victimes, Ahmed-Osman a demandé si elle était de confession musulmane.

Aucune lettre de revendication ou d’allégeance à une organisation terroriste n’a néanmoins été retrouvée à ce jour. Les nombreux témoins interrogés – commerçants, voisins, amis et employeur du suspect – ont dit n’avoir décelé aucun signe de radicalisation mais ont décrit un homme « anxieux et dépressif » ces jours-ci, « aigri » par le confinement. Les exploitations de ses supports informatiques, en vue de retrouver éventuellement de la documentation djihadiste ou des recherches préparatoires, sont toujours en cours. En garde à vue, Abdallah Ahmed-Osman a accepté de donner les codes de son smartphone. Cinq autres téléphones de modèles très anciens ont été saisis chez lui ainsi qu’une clé USB.

Ce lundi soir, Ahmed-Osman a été transféré dans les locaux de la sous-direction antiterroriste (SDAT), co-saisie de l’enquête avec la police judiciaire de Lyon et la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine). De même qu’un ami du suspect, Mustapha A.M. Ce Soudanais de 28 ans avait été interpellé samedi dans l’immeuble du suspect à qui il rendait visite, inquiet de son état fébrile. La veille, il lui avait confié son inquiétude à l’idée d’être malade du Covid-19 et son désarroi vis-à-vis des mesures de confinement. Les deux hommes, tous deux réfugiés, se sont rencontrés il y a quelques mois à l’Agence nationale pour la formation professionnelle des adultes (AFPA) de Romans-sur-Isère, où Ahmed-Osman suivait une formation en maroquinerie. Un troisième homme, colocataire de Mustapha A-M., a été remis en liberté ce lundi après-midi.
 

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Attaque_du_4_avril_2020_%C3%A0_Romans-sur-Is%C3%A8re

Attaque du 4 avril 2020 à Romans-sur-Isère

Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Attantat de Romans-sur-Isère du 4 avril 2020 : premier bilan dans AC ! Brest 45px-Circle-icons-caution.svg
L’admissibilité de cette page est actuellement débattue.Vous êtes invité à donner votre avis sur cette page de discussion, de manière argumentée en vous aidant notamment des critères d’admissibilité ou en présentant des sources extérieures et sérieuses.Merci de ne pas retirer cet avertissement tant que la discussion n’est pas close.
Conseils d’utilisation
45px-Ambox_currentevent.svg dans Attentats
Cet article concerne un événement récent ou en cours (4 avril 2020).Ces informations peuvent manquer de recul, ne pas prendre en compte des développements récents ou changer à mesure que l’événement progresse. Le titre lui-même peut être provisoire. N’hésitez pas à l’améliorer en veillant à citer vos sources.
La dernière modification de cette page a été faite le 7 avril 2020 à 07:31.
45px-Scale_icon_white-orange.svg dans Calomnie
Cet article est lié à une affaire judiciaire en cours.Le texte peut changer fréquemment, n’est peut-être pas à jour et peut manquer de recul.Le titre et la description de l’acte concerné reposent sur la qualification juridique retenue lors de la rédaction de l’article et peuvent évoluer en même temps que celle-ci.N’hésitez pas à participer de manière neutre et objective, en citant vos sources et en n’oubliant pas que, dans nombre de systèmes judiciaires, toute personne est présumée innocente tant que sa culpabilité n’a pas été légalement et définitivement établie.
La dernière modification de cette page a été faite le 7 avril 2020 à 07:31.
Attaque du 4 avril 2020 à Romans-sur-Isère

Localisation Romans-sur-Isère, Drôme, Drapeau de la France France
Cible Civils
Coordonnées 45° 02′ 47″ nord, 5° 03′ 06″ est
Date 4 avril 2020
10h45 (UTC+2)
Type Attaque au couteau
Armes Couteau
Morts 2
Blessés 5
Auteurs Abdallah Ahmed-Osman
Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)

Attaque du 4 avril 2020 à Romans-sur-Isère
modifier Consultez la documentation du modèle

L’attaque du 4 avril 2020 est un acte terroriste au couteau perpétré en France, le 4 avril 2020, dans le centre-ville de Romans-sur-Isère durant la période de confinement en raison de la pandémie de Covid-19.

Il est le fait d’un réfugié soudanais Abdallah Ahmed-Osman rapidement interpellé après ses actes en train de prier. Durant son passage à l’acte, il tue deux passants et en blesse cinq autres, leur demandant s’ils sont de confession musulmane1.

Faits

L’attaque a lieu durant la période de confinement en raison de la pandémie de Covid-19. Le 4 avril 2020, vers 10h45, un homme rentre dans un bureau de tabac de Romans-sur-Isère et poignarde un client. Puis, il se rend dans une boulangerie et continue ses attaques. Ensuite, il poignarde des passants dans le centre ville. Il poursuit son périple meurtrier durant plusieurs minutes entre les rues Gally, Guillaume pour arriver au boulevard Dormoy. Là, il est arrêté par les équipages de police appelés. Les policiers trouvent sur lui le couteau qui a servi à l’agression ainsi qu’une carte de séjour.

Enquête

Le jour même, le Parquet national antiterroriste se saisit de l’affaire2,3. Le colocataire du suspect, un soudanais est placé en garde a vue. Puis le lendemain dans la matinée un troisième soudanais un proche du suspect est lui aussi placé en garde à vue. L’un d’eux avait vu Ahmed-Osman la veille de l’attaque, ce dernier se plaignait du confinement et avait peur d’avoir le coronavirus4.

Le Ministre de l’Intérieur Christophe Castaner se déplace le jour même des faits à Romans-sur-Isère à la rencontre du maire de la ville Marie-Hélène Thoraval, du préfet de la Drôme Hugues Toumouh, du directeur départemental de la sécurité publique Noël Fayet et du procureur de Valence Alex Perrin pour un état des lieux. Le Ministre qualifie aussitôt ce fait de « parcours terroriste » et salue le courage des équipages de police ayant intercepté Abdallah Hamed-Osman5.

Suspect

Le suspect, Abdallah Ahmed-Osman, âgé de 33 ans, est né en 1987 au Soudan est soudanais. Il a obtenu le statut de réfugié le 29 juin 2017 et un titre de séjour de dix ans cette même année6 délivré par la préfecture de l’Isère4. Il est célibataire, sans enfant et de confession musulmane7. Interrogée après l’attaque, la maire de Romans-sur-Isère Marie-Hélène Thoraval indique qu’elle ne savait pas que l’assaillant était présent sur le territoire de sa commune8. Avant de s’installer en fin d’année 2019 à Romans-sur-Isère dans un logement côte Jacquemart loué par une association, il est arrivé dans le département de la Drôme en juin 2018 et a vécu à Moras-en-Valloire7 de septembre 2018 à janvier 2020 où il avait un contrat de professionnalisation via l’Afpa de Romans dans une entreprise de maroquinerie9 dénommée Veyret Techniques Découpe où Hamed-Osman est passé d’intérim à un contrat de de CDD et devait obtenir un CDI prochainement10.

Suspicion de motivation terroriste

Le suspect aurait crié « Allah Akbar » au moment de lancer son agression. Lors de son arrestation, selon des policiers, il se serait mis à genoux et aurait récité la profession de foi des musulmans : « il n’est de Dieu que Dieu et Muhammad est son prophète »11. L’enquête retient rapidement la qualification d’attentat terroriste à caractère religieux. Le parquet anti terroriste souligne notamment que la perquisition effectuée au domicile du suspect a révélée des notes manuscrites en arabe dans lesquelles il « se plaint de vivre dans un pays de mécréants »12. Les enquêteurs mettent également la main sur cinq portables4.

Victimes

Il y a deux morts et cinq blessés13, dont deux toujours en soins intensifs au lendemain de l’attaque14.

 
Nom Situation Age Infos Sources
Thierry Nivon Décédé 55 ans Ingénieur informatique, il est tué alors qu’il faisait ses courses à la boucherie. 15,16
Julien Vinson Décédé 44 ans Copropriétaire du café-théâtre « La Charette » à Romans, il est tué devant son fils de douze ans. 16
Serge Fournier Blessé 65 ans Buraliste à Romans. Blessé et en état très grave. 16,1
Ghislaine A. Blessée 49 ans Buraliste à Romans. 16,1
Abdellak M. Blessé 59 ans Blessé dans le dos. 16,1
Jean-François S. Blessé 63 ans Travaille dans la soudure et l’électricité. Victime d’une perforation du poumon. 16,1
Emmanuelle B. Blessée 38 ans Professeure de sport, blessée à la cuisse. 16,1

Notes et références

 [masquer]

v · m
Organisations et participants présumés
Attentats
2012
2013
2015
2016
2017
2018
2019
2020
Répercussions
Articles liés

 

 

https://www.ladepeche.fr/2020/04/04/les-principaux-attentats-islamistes-en-france-depuis-janvier-2015,8833120.php

Les principaux attentats islamistes en France depuis janvier 2015

 

  • Place de la République à Paris, le 15 novembre 2015.
    Place de la République à Paris, le 15 novembre 2015. Photo AFP
Publié le 04/04/2020 à 20:43

l’essentiel

 

L’attaque survenue à Romans-sur-Isère dans la Drôme ce samedi matin s’ajoute à la longue liste des attques terroriste survenues en France depuis cinq ans.

Rappel des attentats islamistes meurtriers commis depuis 2015 en France, après que le parquet national antiterroriste s’est saisi de l’enquête sur l’attaque au couteau ayant fait deux morts et quatre blessés à Romans-sur-Isère dimanche.

Depuis janvier 2015, ces attentats, attribués ou revendiqués par la mouvance islamiste, ont fait plus de 250 morts.

 

close
volume_off

A lire aussi : Attaque au couteau de Romans-sur-Isère : ce que l’on sait de la tuerie qui a fait deux morts

2020

- 3 janvier: Nathan C., un jeune homme de 22 ans converti à l’islam depuis 2017 et atteint de troubles psychiatriques, attaque des promeneurs aux cris « d’Allah Akbar » dans un parc de Villejuif (Val-de-Marne), tuant un homme et blessant deux femmes, avant d’être abattu par la police.

2019

- 3 octobre : un informaticien travaillant à la Direction du renseignement, Mickaël Harpon, poignarde à mort trois policiers et un agent administratif dans l’enceinte de la préfecture de police de Paris, avant d’être abattu. L’enquête, confiée à des juges antiterroristes, n’a pas encore déterminé, les motivations de cet agent soupçonné de radicalisation.

2018

- 11 décembre : Chérif Chekatt, un homme de 29 ans fiché « S » pour sa radicalisation islamiste, ouvre le feu sur des passants au coeur du marché de Noël de Strasbourg et en attaque d’autres à coups de couteau: cinq morts, onze blessés. L’assaillant est abattu après deux jours de traque. Peu après l’annonce de sa mort, il est adoubé « soldat de l’Etat islamique » par l’agence de propagande de l’EI.

- 23 mars : un Français d’origine marocaine de 25 ans, Radouane Lakdim, vole une voiture à Carcassonne en tuant le passager et blessant grièvement le conducteur. Il pénètre ensuite dans un supermarché de Trèbes, revendique être un « soldat » de l’EI et tue deux personnes. L’officier de gendarmerie Arnaud Beltrame, qui s’est offert comme otage à la place d’une femme, est mortellement blessé à la gorge. Le jihadiste est abattu.

2017

- 1er octobre : un Tunisien de 29 ans, Ahmed Hanachi, tue deux jeunes femmes sur le parvis de la gare Saint-Charles à Marseille en criant « Allah Akbar », avant d’être abattu. L’attentat est revendiqué par l’EI.

- 20 avril : à Paris, un policier, Xavier Jugelé, est tué par balle et deux autres sont blessés sur les Champs-Élysées par un repris de justice de 39 ans, Karim Cheurfi, qui est abattu. L’EI revendique l’attentat.

2016

- 26 juillet : Jacques Hamel, un prêtre de Saint-Étienne-du-Rouvray (Seine-Maritime), est égorgé dans son église par deux jihadistes, Abdel Malik Petitjean et Adel Kermiche, qui sont abattus. L’assassinat est revendiqué par l’EI.

- 14 juillet : à Nice, un Tunisien de 31 ans, Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, fonce dans la foule au volant d’un camion quelques instants après le feu d’artifice, tuant 86 personnes et en blessant plus de 400. Il est tué par la police. L’attaque est revendiquée par l’EI.

- 13 juin : un policier de Magnanville (Yvelines) et sa compagne sont assassinés chez eux par un jihadiste de 25 ans. Larossi Abballa, qui avait revendiqué son action au nom de l’EI, est abattu.

2015

- 13 novembre : la France est frappée par les pires attentats de son histoire. Neuf jihadistes font 130 morts et plus de 350 blessés à Paris, dans la salle de concert du Bataclan (90 morts), aux terrasses de bars et restaurants (39 morts) et près du Stade de France (un mort). L’EI revendique les attaques.

- 26 juin : Yassin Salhi tue et décapite son patron Hervé Cornara à Chassieu (Rhône), puis tente de faire exploser l’usine de Saint-Quentin-Fallavier (Isère) en précipitant son fourgon contre des bouteilles de gaz. Il est arrêté.

- 19 avril : Sid Ahmed Ghlam, un étudiant algérien fiché S et en possession d’armes de guerre, est arrêté à Paris alors qu’il projetait d’attaquer une église de Villejuif. Il est soupçonné d’avoir tué une femme après une rencontre imprévue qui aurait contrecarré ses plans.

- 7-9 janvier : les frères Chérif et Saïd Kouachi tuent 12 personnes, le 7, au siège de l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo à Paris. Après deux jours de cavale, les deux islamistes radicaux, qui se réclament d’Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa), sont abattus. Le 8, Amedy Coulibaly tue une policière à Montrouge (Hauts-de-Seine). Le lendemain, le délinquant radicalisé qui se revendique de l’EI tue quatre otages, tous juifs, dans un supermarché casher de l’est parisien. Il est abattu dans l’assaut.

La Rédaction

 

Messages publics de Jean-Marc Donnadieu en ce début avril 2020

Pour le 1er avril, il recommence à peu près comme en 2011 (voir ci-dessous), année où il avait écrit sur le blog de son complice le pédophile et mythomane notoire Pascal Edouard Cyprien Luraghi :

 

109692

NEMROD34 répond à 109685

Le 1 avril 2011 à 11:06 | Permalien

En plus excellente nouvelle au courrier !
D’après l’avocat c’est gagné! 22 000€ pour le NEM !
un bon vikend quoi …
Je repars en thailande dès que c’est encaissé, on va se faire une bringue d’enfer !

Bon comme je vais être absent, je signale pour certaines mononeurone qu’on est le 1er avril … ;-)

 

 

En cette année 2020, il se montre de plus très excité par la question de son QI qui, à hauteur de 264 selon ses dires, dépasse à l’évidence celui de 250 qui m’a jadis été attribué de manière délirante par des personnels hospitaliers à très petits QI militant à l’extrême-gauche, à Brest.

Il s’est donc bien relancé dans une procédure quelconque contre moi et multiplie les allusions publiques à ce sujet depuis quelques temps.

En date du 2 avril, son complice Patrice Seray a des nouvelles à lui communiquer, elles sont apparemment réjouissantes pour l’un et l’autre.

Le 3 avril, il reçoit la boîte dont il a déjà été question dans cet article du 29 mars dernier :

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/03/29/effet-covid-19-deux-complices-de-cherif-chekatt-liberes-depuis-le-19-mars-2020/

Egalement à lire ou relire sur le même sujet :

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/03/31/terrorisme-le-syndicat-de-policiers-alliance-reagit-a-la-liberation-de-suspects/

Toujours le 3 avril, il poste successivement des liens menant, d’une part, vers la vidéo qu’il m’a aussi directement signalée sur mon blog le même jour comme expliqué dans cet article d’hier :

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/05/pourquoi-ce-nouvel-attentat-islamiste-du-4-avril-2020-a-romans-sur-isere/

Et d’autre part, vers cet article dont l’auteur prétend démontrer quelles sont les qualités d’un leader en période apocalyptique à partir de ce qui n’est qu’une fiction, et qui plus est américaine :

https://theconversation.com/etre-un-leader-pendant-lapocalypse-lecons-de-the-walking-dead-134618?fbclid=IwAR3O6TurJlESzgqit_SY57keP2fyZrpNKumDz7Pa9xf0ddV8DwxEBr3_WaE

Mais Jean-Marc Donnadieu, qui manque cruellement de références sérieuses, s’identifie depuis longtemps à des héros de séries américaines, comme lorsqu’il était enfant à ceux des films pornographiques qu’il regardait avec sa tata.

Il y a déjà eu Dexter comme je l’ai rappelé dans cet article du 2 avril 2020 :

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/02/jean-marc-donnadieu-veut-faire-virer-le-dr-jean-jacques-charbonier/

Lire ou relire à ce sujet :

http://petitcoucou.unblog.fr/2014/12/03/le-deconnologue-nemrod34-est-fascine-par-dexter/

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/02/07/de-la-folie-du-cybercriminel-et-terroriste-jean-marc-donnadieu-de-beziers/

Aujourd’hui, donc, c’est Rick de The Walking Dead.

Sauf qu’il s’est déjà débarrassé d’un membre de son équipe en usant de méthodes qui ne paraissent pas du tout conformes à celles de son nouveau modèle :

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/03/30/match-jean-marc-donnadieu-vs-michel-piccin-ou-quand/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/02/match-jean-marc-donnadieu-vs-michel-piccin-fait/

Et pour finir, toujours le 3 avril 2020, resurgit tout à coup sur son mur le dénommé Serje Perronnet, qu’il utilise depuis 2018 pour un procès contre une de ses cibles de longue date, un ufologue très connu de tous ceux qui s’intéressent aux OVNIs et qui réside à Strasbourg.

Ce dernier était indirectement visé par l’attentat de Cherif Chekatt de décembre 2018 alors que s’engageait le procès que Jean-Marc Donnadieu dit lui faire en dirigeant toute la procédure de Serje Perronnet à son encontre.

 

Egalement à lire ou relire :

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/05/attaque-terroriste-a-romans-sur-isere-samedi-4-avril-2020/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/05/pourquoi-ce-nouvel-attentat-islamiste-du-4-avril-2020-a-romans-sur-isere/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/05/retour-du-deconnologue-et-ex-riverain-homere-sur-twitter/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/05/cyprien-luraghi-a-lance-un-appel-de-fonds-le-vendredi-3-avril-2020/

 

 

Messages publics de Jean-Marc Donnadieu en ce début avril 2020 dans AC ! Brest Jean-marc%2BDonnadieu%2B04%2B2020%2B1-%2Bwww.facebook.com

 

Jean-marc%2BDonnadieu%2B04%2B2020%2B2%2B-%2Bwww.facebook.com dans Attentats

 

Jean-marc%2BDonnadieu%2B04%2B2020%2B3%2B-%2Bwww.facebook.com dans Calomnie

 

Jean-marc%2BDonnadieu%2B04%2B2020%2B4%2B-%2Bwww.facebook.com dans Corruption

 

Cyprien Luraghi a lancé un appel de fonds le vendredi 3 avril 2020

C’était la veille de l’attaque terroriste de Romans-sur-Isère (voir ci-dessous).

Noter que son vieux complice Homere n’a pas tardé à se rendre compte qu’il était déjà repéré après ma publication du jour qui le concerne. Il accuse à demi-mot ses followers de l’avoir trahi…

Son premier message sur Twitter sous son nouvel avatar a été posté ce matin à la première heure, à 6:34 AM · Apr 5, 2020·

Et à peine arrivé, il a recréé son réseau de base, étrangement constitué de 14 following comme les 14 cartouches contenues dans le Glock de Farid Berrahma lors de son assassinat et de 9 followers comme les 9 balles ayant assassiné ledit Farid Berrahma le 4 avril 2006 à Marseille…

 

Lire ou relire :

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/05/attaque-terroriste-a-romans-sur-isere-samedi-4-avril-2020/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/05/pourquoi-ce-nouvel-attentat-islamiste-du-4-avril-2020-a-romans-sur-isere/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/04/05/retour-du-deconnologue-et-ex-riverain-homere-sur-twitter/

 

 

Tweet

See new Tweets

Conversation

Cyprien Luraghi a lancé un appel de fonds le vendredi 3 avril 2020 dans AC ! Brest Rg85gTQ5_bigger
Monsieur Tschäggättä
@Mr_Tschaggatta
·

Apr 3

Héééé mais j’ai plein d’argent ! plus d’essence, plus de sortie, plus de bistrot, plus de flunch (snif), plus d’autoroute, juste l’essentiel… c’est donc ça qu’on appelle… faire des économies ???
fKfrM9mb_bigger dans Attentats
lamo
@ZombieLamo
·

Apr 3

Je viens de foutre 200 balles de côté, rien que pour une semaine !
wacpeS_-_bigger dans Calomnie
Cyprien Luraghi
@CyprienLuraghi
·

Apr 3

C’est l’occasion rêvée d’envoyer des sous pour le serveur de l’Icyp ;-)
fKfrM9mb_bigger dans Corruption
lamo
@ZombieLamo
·

Apr 3

ayé
wacpeS_-_bigger dans Crime
Cyprien Luraghi
@CyprienLuraghi

Replying to

and

Je viens de voir ça. Merci les amis ;-)
Translate Tweet
Image
2:32 PM · Apr 3, 2020·Twitter Web App

 

 

 

Tweet

See new Tweets

Conversation

mLSWR7u3_bigger dans Folie
Long John Silver
@merou_agile
Toujours zero cas de covid aux Kerguelen. Faut dire que je ne laisse personne debarquer, je tire a vue.
Translate Tweet
6:18 PM · Apr 5, 2020·Twitter Web App
10

Likes

wacpeS_-_bigger dans LCR - NPA
Cyprien Luraghi
@CyprienLuraghi
·

2h

Replying to

C’est grâce à la pestilence proverbiale des éléphants de mer kerguéléniens que le virus se tient à carreau.
5O2Xps4f_bigger dans Le Post
Rigobert le Claquemuré
@Rigobert_Rhino_
·

19m

Replying to

C’est con que tu aies aussi flingué celui qui venait te livrer ton clavier azerty.
8ZzCZ4FT_bigger dans Luraghi
Miss Derkins
@_D_E_F_I
·

1h

Replying to

Bonjour Mr Sylver, on a failli attendre…
8ZzCZ4FT_bigger dans NEMROD34
Miss Derkins
@_D_E_F_I
·

1h

Silver merde je pensais à Sylvester.
mLSWR7u3_bigger dans Pédophilie
Long John Silver
@merou_agile
·

57m

(chut ! Je vais finir par me faire reperer) (je suis de passage, je viens juste pour insulter Trump, souhaiter sa mort et je repars)
8ZzCZ4FT_bigger dans Perversité
Miss Derkins
@_D_E_F_I
·

16m

(on ne souhaite pas la mort des gens, c’est mal)

 

 

 

Tweet

See new Tweets

Conversation

5O2Xps4f_bigger dans Politique
Rigobert le Claquemuré
@Rigobert_Rhino_
·

21h

En France, les vieux meurent du #cornardovirus à l’hôpital. Aux USA, ils en meurent chez eux. Tant qu’à mourir, ils préfèrent éviter de dilapider leur héritage en soins médicaux pharaoniques.
Rg85gTQ5_bigger dans Rue89
Monsieur Tschäggättä
@Mr_Tschaggatta
·

20h

Ceux qui n’ont pas d’assurance santé n’ont probablement pas d’héritage non plus…
5O2Xps4f_bigger dans Sceptiques du Québec
Rigobert le Claquemuré
@Rigobert_Rhino_
·

20h

Ils peuvent avoir leur baraque, juste de quoi couvrir les frais.
Rg85gTQ5_bigger dans Ufoscepticisme
Monsieur Tschäggättä
@Mr_Tschaggatta
·

20h

Ce pays…
5O2Xps4f_bigger
Rigobert le Claquemuré
@Rigobert_Rhino_
·

20h

… de merde.
mLSWR7u3_bigger
Long John Silver
@merou_agile
Grossier personnage.
Translate Tweet
6:34 AM · Apr 5, 2020·Twitter Web App

 

 

 

Long John Silver

@merou_agile
See new Tweets

Following

CZa8n0Li_bigger
tramontagne
@torrentcielle
 » Laisse le temps impatient tuer ta douleur . Et dis-toi qu’il n’y a pas de plus grand malheur que de laisser mourir le rire dans ton cœur.  » Jacques Higelin
fKfrM9mb_bigger
lamo
@ZombieLamo
Je suis romérien, sans h.
Cyprien Luraghi a lancé un appel de fonds le vendredi 3 avril 2020 dans AC ! Brest
DameMalatrie
@DameMalatrie
h_SovgbX_bigger
inspecteur crouton
@inspecteurcrou1
Escroc
nO5UqSiA_bigger
Krisz Térik
@krisz_terik
Crétin des Alpes
ypFIBAVY_bigger
Mésozoïque
@SuperDesabused
8ZzCZ4FT_bigger
Miss Derkins
@_D_E_F_I
Zone Grise
 dans Attentats
Caporal_Pancho
@Caporal_Pancho
Choſmeur, haſbleur & cõſcentricque ſuys alcun partiſan armé De la reſforme ortograficque
5O2Xps4f_bigger
Rigobert le Claquemuré
@Rigobert_Rhino_
Éructérope Évadé du goulag en compagnie de

Ydj1Ppbo_bigger
Rebel Workers
@rebel_workers
Rebel Workers – 973
mB_m1AqZ_bigger
Spleenlancien
@Spleenlancien2
N’aime pas l’état, le capital, les confus et la purée de pois cassés.
wacpeS_-_bigger
Cyprien Luraghi
@CyprienLuraghi
En ligne et à l’œil depuis 2001.
Rg85gTQ5_bigger
Monsieur Tschäggättä
@Mr_Tschaggatta
Gora gu ta gutarrak, je mange du black metal et du Schubert au petit déjeuner. (I use arch btw)
kUuht00m_bigger
Donald J. Trump
@realDonaldTrump
45th President of the United States of America

 

 

 

Long John Silver

@merou_agile
See new Tweets

Followers

8ZzCZ4FT_bigger
Miss Derkins
@_D_E_F_I
Zone Grise
 dans Calomnie
Caporal_Pancho
@Caporal_Pancho
Choſmeur, haſbleur & cõſcentricque ſuys alcun partiſan armé De la reſforme ortograficque
ypFIBAVY_bigger
Mésozoïque
@SuperDesabused
nO5UqSiA_bigger
Krisz Térik
@krisz_terik
Crétin des Alpes
fKfrM9mb_bigger
lamo
@ZombieLamo
Je suis romérien, sans h.
Rg85gTQ5_bigger
Monsieur Tschäggättä
@Mr_Tschaggatta
Gora gu ta gutarrak, je mange du black metal et du Schubert au petit déjeuner. (I use arch btw)
mB_m1AqZ_bigger
Spleenlancien
@Spleenlancien2
N’aime pas l’état, le capital, les confus et la purée de pois cassés.
wacpeS_-_bigger
Cyprien Luraghi
@CyprienLuraghi
En ligne et à l’œil depuis 2001.
5O2Xps4f_bigger
Rigobert le Claquemuré
@Rigobert_Rhino_
Éructérope Évadé du goulag en compagnie de

 

 

Retour du « déconnologue » et ex-riverain « Homere » sur Twitter

Eh bien voilà, celui qui fin janvier 2015 se félicitait publiquement d’en avoir eu pour son argent avec les attentats de Paris des 7, 8 et 9 janvier 2015 vient de faire sa réapparition sur Twitter, il y a tout juste douze heures (voir ci-dessous).

Pour mémoire, j’indiquais dans cet article du 27 mars dernier avoir remarqué qu’il s’était encore fait virer de Twitter :

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/03/27/une-deconnologue-originaire-de-gignac-une-autre-de-biscarosse/

Rappelons donc que ce M. Georges Cortez, résident thaïlandais depuis plusieurs décennies, est originaire de l’Hérault et s’était le premier signalé comme un ami de longue date de Jean-Marc Donnadieu au printemps 2010 alors que ce dernier et ses autres complices de la bande du pédophile et mythomane notoire Pascal Edouard Cyprien Luraghi affectaient encore de ne pas se connaître…

 

 

https://twitter.com/merou_agile/with_replies

Long John Silver
14 Tweets
See new Tweets
Retour du
mLSWR7u3_200x200 dans Attentats
Long John Silver
@merou_agile
Eating peanuts and drinking beers while watching the collapse of the US under Big Moron the 1st, alias Potus the 45th.

Kerguelen Islands

Joined April 2020
Not followed by anyone you’re following

Long John Silver’s Tweets

mLSWR7u3_bigger dans Calomnie
Long John Silver
@merou_agile
·

5h

Ah mais attendez Rigobert, vous m’avez mal compris, je ne rie ni ne me moque. Je ne suis pas de ces gens à prendre tout à la rigolade, inconscients qu’il sont. Et d’ailleurs, osons le dire : nous ne sommes pas là pour rigoler !
mLSWR7u3_bigger dans Crime
Long John Silver
@merou_agile
·

5h

Bon ayé c’est reparti à raconter de tas de bêtises sur Twitter ?:-)
vOtSM8te_bigger dans Folie
Sean Hannity
@seanhannity
·

14h

Sean Hannity: Cuomo’s coronavirus failure – the real reason for New York’s ventilator shortage | Fox News .⁦

 dans LCR - NPA
Sean Hannity: Cuomo’s coronavirus failure – the real reason for New York’s ventilator shortage
Despite the Trump administration taking bold and unprecedented action to deliver needed aid to the coronavirus-infected epicenter of New York, Democratic Gov. Andrew Cuomo continues to deflect blame,…
foxnews.com
mLSWR7u3_bigger dans Le Post
Long John Silver
@merou_agile
·

10h

The swamp you wade in has been flooded by the juice pouring of the brains of the millions of idiots you have contaminated with the derelict ideas born in twisted heads of immoral Nazi-like right wing anchors like you are, Sean. Tremendous stupidity is at the core of the matter.
mLSWR7u3_bigger dans Luraghi
Long John Silver
@merou_agile
·

10h

Replying to

and

Didn’t you said with conviction few days ago that this virus was just a flu? How do you dare to keep on vomiting your stupid stances on Fox TV ? How many times did you lie, then contradict yourself, then lie again, then accuse others Don’t feel guilty looking at the death toll?
MyEPKgfM_bigger dans NEMROD34
The Daily Wire
@realDailyWire
·

22h

Joe Rogan On 2020 Election: I Would ‘Rather Vote For Trump’ Over Biden, Biden Can’t Handle Anything http://dlvr.it/RT9y2M
Image
ixLwJH9d_bigger dans Pédophilie
ALX

Flag of United States
@alx
·

14h

Bernie Sanders supporter

on Joe Biden: “I can’t Vote for that guy… I’d rather Vote for Trump than him. I don’t think he can handle anything.”

1:12
From

Benny
mLSWR7u3_bigger dans Perversité
Long John Silver
@merou_agile
·

11h

That is not easy to hear for most democrats… not ready for Bernie’s socialism ? well, then, keep on moving on with your beloved capitalism, Trump is a good capitalist, better than Biden, no doubts about it.
mLSWR7u3_bigger dans Politique
Long John Silver
@merou_agile
·

11h

Trump is indeed the best president for the USA, this country of ignorant people not trusting science even when it comes to medicine and pandemics but believing in a god that does not exist and an idiotic president. Low education and low IQs = Trump is president yeah !
5O2Xps4f_bigger dans Rue89
Rigobert le Claquemuré
@Rigobert_Rhino_
·

19h

En France, les vieux meurent du #cornardovirus à l’hôpital. Aux USA, ils en meurent chez eux. Tant qu’à mourir, ils préfèrent éviter de dilapider leur héritage en soins médicaux pharaoniques.
Show more replies
Rg85gTQ5_bigger dans Sceptiques du Québec
Monsieur Tschäggättä
@Mr_Tschaggatta
·

19h

Replying to

Ce pays…
mLSWR7u3_bigger dans Ufoscepticisme
Long John Silver
@merou_agile
·

12h

Balayez devant votre porte, monsieur le basque.
5O2Xps4f_bigger
Rigobert le Claquemuré
@Rigobert_Rhino_
·

19h

Replying to

… de merde.
mLSWR7u3_bigger
Long John Silver
@merou_agile
·

12h

Grossier personnage.

 

 

1...910111213...79

Yin

cuy gracioso 3

Aime le potage

Avis du 3 février 2015

Ce blog a été créé le 6 janvier 2015 pour prendre le relais du Petitcoucou venant d'être suspendu sans préavis ni avertissement en milieu de journée. Ayant eu cette fonction jusqu'au 1er février 2015, il devient un doublon du Petitcoucou suite à la réouverture de ce dernier après trois semaines de suspension, et sa reprise d'activité à compter du 2 février 2015.

Sondage

Aimez-vous ce blog ?

Chargement ... Chargement ...

Calendrier

juin 2024
L Ma Me J V S D
« sept    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Avis

Les statistiques de ce blog sont bloquées depuis le 21 janvier 2015. Plus aucun compteur n'est incrémenté, ceux des visites du jour restent à zéro, les mises à jour ne se font plus.

Avis du 24 janvier 2015

Mes statistiques "avancées" sont de retour et font apparaître un record de visites le 21 janvier 2015 - record très modeste, mais néanmoins record pour ce blog nouveau-né. En revanche, les statistiques "basiques" sont toujours bloquées. Tout cela m'évoque bien évidemment les petites manies de Cyprien Luraghi qui n'a jamais pu supporter de voir s'envoler le nombre de mes lecteurs, qu'il surveille comme le lait sur le feu depuis la création de mon premier blog, sur Le Post, début septembre 2009.

Avis du 26 janvier 2015

Mes statistiques "basiques" sont de retour. Tout se passe normalement. Le Chinois de Thaïlande est inactif sur ce blog.

Avis du 31 janvier 2015

Mes statistiques "basiques" sont de nouveau bloquées depuis le 29 janvier.

Avis du 1er février 2015

Retour de mes statistiques "basiques".

Avis du 3 février 2015

Statistiques "basiques" de nouveau bloquées depuis le 1er février.

Avis du 6 février 2015

Mes statistiques "basiques" sont de retour. Tout fonctionne.

Avis du 11 février 2015

Mes statistiques "basiques" sont de nouveau bloquées depuis le 8 février.

Avis du 26 février 2015

Statistiques "basiques" enfin débloquées !

Avis du 27 février 2015

Statistiques "basiques" de nouveau bloquées depuis le 26 février. Ce petit jeu pourrait-il cesser ? On n'en voit pas l'intérêt... Complément de 22 h: merci de m'avoir rendu ces statistiques !

Avis du 4 mars 2015

Statistiques "basiques" de nouveau bloquées depuis le 1er mars. Merci de les débloquer et ne plus les bloquer ou les oublier en cet état à l'avenir.

Avis du 7 mars 2015

Statistiques "basiques" bien débloquées. Merci.

Avis du 25 mars 2015

Statistiques "basiques" bloquées depuis le 14 mars.

Avis du 2 avril 2015

Mes statistiques "basiques" sont de retour.

Avis du 26 avril 2015

Les statistiques "basiques" de ce blog sont encore bloquées, depuis le 10 avril 2015.

Avis du 28 avril 2015

Statistiques de retour. Merci.

Avis du 7 mai 2015

Je n'ai de nouveau plus de statistiques "basiques" depuis le 2 mai. Comme pour Petitcoucou, les statistiques "avancées" ont également disparu depuis deux jours.

Avis du 10 mai 2015

Statistiques "basiques" débloquées. Merci. Me manquent encore les statistiques "avancées".

Avis du 14 mai 2015

Toutes mes statistiques sont de retour depuis hier. Merci.

Avis du 3 octobre 2015

Les compteurs de mes statistiques avancées sont tous à zéro depuis le 1er octobre. Merci de me les rendre.

Avis du 5 octobre 2015

Statistiques "avancées" de retour ce soir. Merci.

Visiteurs en ligne

Il y a 6 visiteurs en ligne

Nombre total de visites

Messagerie

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter


#PatinoireHabbo |
Linounaty |
Cybersecuriter |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Peoplenews
| Lebilletdeleticia
| Spcialstarspcialscoopsurtou...