Archives pour la catégorie Folie



Affaire Robert Boulin : le dossier n’est toujours pas clos…

Des gens du RPR et/ou très proches de ses têtes m’affirmaient dans les années 1990 que le SAC n’avait jamais été réellement dissout.

En fait, il n’a jamais été aussi puissant qu’après l’accès de Charles Pasqua au Ministère de l’Intérieur, à compter de l’année 1986.

Et au moins à Brest, l’on voit toujours aujourd’hui (ou au moins jusqu’à une époque récente) des magistrats organiser eux-mêmes des assassinats…

Noter qu’aucun d’entre eux n’a jusqu’à présent réagi à mes publications les concernant, et ce pour une raison très simple : ils savent pertinemment que j’ai de quoi justifier mes dires à leur sujet.

Voilà pourquoi les pervers Pascal Edouard Cyprien Luraghi, Jean-Marc Donnadieu et autres « déconnologues » perdent leur temps à leur transmettre des copies de mes textes, que de toute façon ils ont déjà, car eux aussi suivent bien tout ce que j’écris et publie…

 

https://www.francetvinfo.fr/societe/justice/recit-le-crime-a-ete-maquille-en-suicide-40-ans-apres-la-mort-du-ministre-robert-boulin-le-long-combat-de-sa-fille-pour-la-verite_3680325.html

 

Un homme lit le journal \"France Soir\", à Paris, le 30 octobre 1979, jour de l\'annonce de la mort de Robert Boulin.

 

RECIT. « Le crime a été maquillé en suicide » : 40 ans après la mort du ministre Robert Boulin, le long combat de sa fille pour la vérité

 

Tout ça est très intéressant, cela confirme les contradictions du dossier. » Fabienne Boulin Burgeat semble satisfaite, lundi 28 octobre, de la « reconstitution citoyenne » organisée avec son avocate, près de quarante ans après la mort de son père, Robert Boulin. Le 30 octobre 1979, le corps du ministre du Travail et de la Participation de Valéry Giscard d’Estaing a été retrouvé sans vie, au milieu de l’étang Rompu, une petite étendue d’eau située dans la forêt de Rambouillet (Yvelines).

Avançant à pas prudents sur les feuilles jaunies par l’automne, la fille de cet ancien résistant rappelle avec force qu’elle ne croit toujours pas à la thèse du suicide. C’est pourtant cette version qui a été retenue par la justice à travers un non-lieu rendu en 1991. L’obstinée fille de ministre, âgée de 68 ans, a obtenu la réouverture du dossier en 2015, mais les choses ne vont pas assez vite à son goût. « Je tire une sonnette d’alarme pour dire que rien ne se passe au niveau de la justice. »

Confortée par les révélations des diverses enquêtes journalistiques, Fabienne Boulin Burgeat demeure persuadée que son père a été victime de la violence politique qui s’exerçait à l’époque. « Le crime a été maquillé en suicide », assure-t-elle. Elle est bien décidée à obtenir vérité et justice, même si cela lui demande encore quarante ans.

 

Des policiers examinent les lieux près de l\'étang Rompu, dans la forêt de Rambouillet (Yvelines), le 30 octobre 1979, après la découverte du corps du ministre Robert Boulin. 

Des policiers examinent les lieux près de l’étang Rompu, dans la forêt de Rambouillet (Yvelines), le 30 octobre 1979, après la découverte du corps du ministre Robert Boulin.  (MICHEL CLEMENT / AFP)

 

« On l’a retrouvé à genoux, asphyxié, dans 60 cm d’eau »

« Monsieur Robert Boulin est mort, le ministre du Travail s’est vraisemblablement suicidé. » Il est un peu moins de 13 heures, mardi 30 octobre 1979, quand le journaliste Patrick Lecocq prononce ces mots en ouverture du journal d’Antenne 2. Rapidement, la journaliste Danièle Breem donne des précisions : « Monsieur Boulin se serait bourré de barbituriques. Il serait entré dans l’eau des étangs de Hollande et sans doute serait-il tombé, car on l’a retrouvé, à genoux, asphyxié, dans 60 centimètres d’eau. »

La version officielle de l’affaire Boulin est livrée vite, très vite. « Danièle Breem donne la version du suicide à la télévision, alors que le corps est encore sur la berge », ironise aujourd’hui Jean-Pierre Courtel, un ancien inspecteur de police du SRPJ (Service régional de police judiciaire) de Versailles, présent quand Robert Boulin a été sorti de l’eau. Cette précipitation médiatique a pu entraîner des erreurs. Le corps a en effet été repêché dans l’étang Rompu, et non dans les étangs de Hollande. « Par ailleurs, aucune trace de barbiturique n’a été retrouvée dans le corps de mon père », rappelle Fabienne Boulin Burgeat. Les analyses révèlent en revanche la présence dans le sang du maire de Libourne (Gironde) de traces de diazépam, le principe actif du Valium, un anxiolytique.

 

Fabienne Boulin Burgeat (au centre, avec des lunettes rouges) entourée de son avocate et de divers témoins, le 28 octobre 2019, lors d\'une reconstitution organisée à l\'étang Rompu, dans la forêt de Rambouillet (Yvelines).

Fabienne Boulin Burgeat (au centre, avec des lunettes rouges) entourée de son avocate et de divers témoins, le 28 octobre 2019, lors d’une reconstitution organisée à l’étang Rompu, dans la forêt de Rambouillet (Yvelines). (CLEMENT PARROT / FRANCE INFO)

 

Au fil des semaines, le récit de la mort du ministre va s’étoffer. Selon la thèse officielle, ce jour-là à 8h40, une brigade motocycliste des Yvelines découvre un homme en costume, à la surface de l’étang Rompu, en forêt de Rambouillet. Selon le rapport, le corps est à genoux dans la position du « prieur musulman », c’est-à-dire le dos tourné vers le ciel. Le cadavre flotte légèrement dans 50 centimètres d’eau. Des pompiers et des gendarmes plongeurs arrivent sur les lieux. Ils se mettent à l’eau et ramènent le corps du ministre du Travail en exercice.

Sur la terre ferme, les gendarmes reconnaissent son visage. Ils constatent que sa montre est toujours en état de marche. Les aiguilles indiquent 9h09, raconte le journaliste Benoît Collombat dans son livre Un homme à abattre : Contre-enquête sur la mort de Robert Boulin (éd. Fayard, 2007). La 305 Peugeot bleue métallisée de Robert Boulin est fermée à clé, à quelques mètres de la berge. Un papier bristol à l’en-tête du ministère du Travail se trouve sur le tableau de bord. Au recto, un message manuscrit signale que les clés de la voiture sont dans la poche droite du pantalon du ministre. Au verso, quelques mots adressés à sa famille : « Embrassez éperduement [sic] ma femme, le seul grand amour de ma vie. Courage pour les enfants. Boby. »

 

Le mot laissé par Robert Boulin sur le tableau de bord de sa voiture, découvert le 30 octobre 1979, à proximité de l\'étang Rompu (Yvelines).

Le mot laissé par Robert Boulin sur le tableau de bord de sa voiture, découvert le 30 octobre 1979, à proximité de l’étang Rompu (Yvelines). (ENVOYE SPECIAL / FRANCE 2)

 

Le style indirect pour s’adresser à sa femme et la faute d’orthographe provoqueront plus tard le trouble dans la famille de Robert Boulin. Mais dans l’immédiat, l’enquête ne traîne pas et le corps est rapidement installé dans un hélicoptère, direction l’Institut médico-légal de Paris.

Ce qui m’a étonné, c’est qu’il n’y a pas eu de constatations médico-légales faites sur le corps à sa sortie de l’eau.

Jean-Pierre Courtel, inspecteur au SRPJ de Versailles, à franceinfo

Les policiers terminent rapidement leurs investigations et concluent « à un suicide par noyade, précédé d’une forte absorption de Valium », selon les mots du dossier. Les légistes précisent que la mort est intervenue dès le lundi 29 octobre, entre 17h30 et 20 heures. Le ministre du Travail n’aurait pas supporté de voir son nom sali dans l’affaire dite de Ramatuelle. Des révélations de presse ont en effet mis en cause le maire de Libourne dans une affaire de transaction immobilière irrégulière sur un terrain dans le Var. Ainsi, pour les médias de l’époque, à l’image des journalistes de RTL, « le suicide ne fait aucun doute ».

 

Le cercueil du ministre Robert Boulin, le 3 novembre 1979, à Villandraut (Gironde).

Le cercueil du ministre Robert Boulin, le 3 novembre 1979, à Villandraut (Gironde). (REGIS DUVIGNAU / AFP)

 

« On nous manipule »

« A 9 heures du matin, Eric, mon mari, m’a appelée pour me dire qu’on venait de retrouver le corps de mon père, se souvient Fabienne Boulin Burgeat. Je suis en état de choc. On n’avait jamais imaginé ça. » Dans un premier temps, les enfants de Robert Boulin, contrairement à leur mère, se résignent à croire à la version du suicide. « On a été élevés dans l’idée du respect de l’Etat et toutes les autorités nous disaient que l’enquête avait été minutieuse », admet Fabienne Boulin Burgeat. Dans les semaines qui suivent, Bertrand Boulin écrit même un livre, Ma Vérité sur mon père (éd. Stock, 1980), dans lequel il imagine les derniers instants de son père : « Tu refermes la serrure. Les clefs tombent. Il faut aller vite à l’eau, tu tombes, tu te relèves, tu vas à l’eau, tu t’endors. »

Et puis il y a tous ces écrits attribués au ministre. Dans la corbeille à papier de son bureau à son domicile, son gendre, Eric Burgeat, retrouve dans la soirée du 29 octobre un morceau de papier où Robert Boulin annonce son intention de mettre fin à ses jours. « Les visiteurs du soir l’ont sans doute placé là », confie-t-il aujourd’hui, en égrenant la liste des personnes venues au domicile familial le soir où le ministre a disparu. Dans la semaine qui suit la mort, neuf lettres postées le même jour arrivent également au siège de plusieurs médias, chez des conseillers et des amis du ministre. La missive commence par une simple phrase – « J’ai décidé de mettre fin à mes jours » – elle se poursuit par une longue défense concernant l’affaire de Ramatuelle et se termine par quelques lignes apportant un début d’explication : « Je préfère la mort à la suspiçion [sic], encore que la vérité soit claire. »

 

Reproduction photographiée le 4 avril 2011 d\'une lettre de Robert Boulin envoyée au journal \"Sud Ouest\".

Reproduction photographiée le 4 avril 2011 d’une lettre de Robert Boulin envoyée au journal « Sud Ouest ». (JEAN-PIERRE MULLER / AFP)

 

Dans les médias, les premiers doutes apparaissent. Le sénateur Pierre Marcilhacy publie une tribune dans Le Monde intitulée « Je n’aime pas ça ». Tournée vers son chagrin, la famille n’entend pas encore ces voix qui s’interrogent. Mais difficile d’ignorer les pressions qui tombent rapidement sur les Boulin. « Achille Peretti, maire de Neuilly et membre du Conseil constitutionnel, est venu voir ma mère pour lui dire : ‘Taisez-vous ! Vous n’aimeriez pas que Bertrand [le fils Boulin] finisse comme Robert… Si vous voulez de l’argent, j’ai le feu vert’, raconte Fabienne Boulin Burgeat. Ma mère lui a dit : ‘Je sais tout ». Et il a répondu : ‘Alors faites sauter la République’. » La séquence, enregistrée, a même été diffusée au journal de 20 heures de TF1, mais depuis les bandes ont disparu.

On nous avertissait régulièrement : ‘Attention, vous êtes sur de la nitroglycérine’. Avec toutes ces pressions, on a passé dix ans à avoir peur.

Fabienne Boulin Burgeat, à franceinfo

En octobre 1980, la famille de Robert Boulin découvre les photographies prises par la police scientifique, grâce à l’intervention de leur avocat, Robert Badinter. « Quand on a vu ces photos, l’évidence, qu’on a voulu nous cacher, est remontée au grand jour. Ce visage de boxeur, ces hématomes… souffle Fabienne Boulin Burgeat. Tout est là pour montrer qu’on nous manipule, qu’on nous raconte des choses fausses. »

Pour autant, la famille met du temps à se tourner vers la justice. « On avait la trouille ! On nous menace, on trafique les freins de notre voiture, on nous envoie des faux agents des PTT… » explique la fille du ministre. Finalement, en 1983, conseillés par l’avocat Jacques Vergès, les proches de Robert Boulin déposent une plainte contre X pour « homicide volontaire ».

 

Fabienne Boulin Burgeat, le 23 octobre 2019, au milieu de ses dossiers concernant l\'affaire Boulin, dans sa maison de Ramatuelle (Var).

Fabienne Boulin Burgeat, le 23 octobre 2019, au milieu de ses dossiers concernant l’affaire Boulin, dans sa maison de Ramatuelle (Var). (CLEMENT PARROT / FRANCEINFO)

 

« Un mensonge d’état »

« Petit à petit, on s’aperçoit que tout ça n’est qu’une fiction, un mensonge d’Etat et que rien ne vient montrer qu’il s’agit d’un suicide », martèle Fabienne Boulin Burgeat. Au fil de sa contre-enquête, la fille de l’ancien ministre se forge une conviction : son père n’a pas mis fin à ses jours. Elle s’appuie sur divers éléments venus affaiblir la thèse du suicide. En 1988, le journaliste James Sarazin révèle ainsi dans L’Express l’étrange emplacement des lividités cadavériques sur le cadavre de Robert Boulin.

 

Un acteur jouant le rôle de Robert Boulin se positionne dans l\'étang Rompu (Yvelines), le 28 octobre 2019, lors d\'une reconstitution organisée par Fabienne Boulin Burgeat.

Un acteur jouant le rôle de Robert Boulin se positionne dans l’étang Rompu (Yvelines), le 28 octobre 2019, lors d’une reconstitution organisée par Fabienne Boulin Burgeat. (CLEMENT PARROT / FRANCEINFO)

 

Quand le cœur d’un individu cesse de battre, le sang est soumis à l’apesanteur et se dirige vers la partie basse du corps. Or, dans le rapport d’autopsie de 1979, les médecins sont formels : « Les lividités siègent au niveau de la face postérieure du corps. » En d’autres termes, les marbrures se situent sur le dos, et non sur le ventre. « Cela veut dire que la mort a eu lieu à un autre endroit et que le corps a été déplacé », estime le médecin légiste Michel Sapanet dans l’émission « Envoyé spécial« . « Il y a là une anomalie flagrante et on est certains qu’il y a eu une action criminelle. » Les partisans de la thèse du suicide tenteront plusieurs hypothèses comme l’intervention d’un animal qui aurait pu retourner le corps sur l’étang. Une « tentative pathétique d’explication », pour Fabienne Boulin Burgeat.

On voyait une bosse de buffle sur son dos. Les lividités cadavériques prouvaient qu’il était mort sur le dos.

Le médecin urgentiste qui a découvert le corps de Robert Boulin, à franceinfo

Par ailleurs, la seconde autopsie demandée par la justice après exhumation du corps révèle plusieurs fractures sur le visage de l’ancien ministre du général de Gaulle. « Pour nous, cela confirme qu’il a bien reçu des coups », estime sa fille. Cette nouvelle autopsie révèle aussi que la première analyse de 1979 n’était pas aboutie. Sur demande du procureur de la République, les médecins légistes n’ont pas réalisé l’examen du crâne qui aurait pu permettre de déceler la trace de coups, officiellement sur demande de la famille qui souhaitait préserver le corps. La famille assure n’avoir jamais donné de telle directive.

En outre, le corps de Robert Boulin a subi des soins d’embaumement, toujours sans l’autorisation des proches du ministre, privant la justice de renseignements précieux. Fabienne Boulin Burgeat rappelle enfin que de nombreux éléments du dossier se sont volatilisés, comme les échantillons de sang du ministre ou encore ses poumons, conservés un temps à l’Institut médico-légal de Paris. Ces derniers auraient pu permettre d’effectuer des analyses pour confirmer ou non la mort par noyade. « Ce sont des examens que l’on fait systématiquement pour toute personne SDF qui meurt dans l’eau », souligne-t-elle.

Enormément de choses ont disparu dans cette affaire. Il y a quatre ans, je suis allée chercher les pièces à conviction du dossier. Je suis arrivée avec une valise et je suis repartie avec une petite enveloppe. Tout a disparu.

Fabienne Boulin Burgeat, à franceinfo

Concernant les lettres d’adieux attribuées à Robert Boulin, sa fille croit à une manipulation. « Ce n’est pas grand-chose pour les services secrets, c’est même rien du tout, affirme-t-elle. Il y a bien l’ADN de mon père sur les enveloppes, mais pas sur les lettres. Depuis le début, on dit que l’intérieur de ce courrier a été changé. » La secrétaire de Robert Boulin au moment des faits s’étonne d’ailleurs que cette lettre de quatre pages soit tapée sur un vieux papier à lettre. « C’est n’importe quoi, c’est tapé sur du papier ‘Ministère du travail’ et nous étions ‘Ministère et du Travail et de la Participation’ », assure Armelle Montard dans « Envoyé spécial ». Au sujet des mots manuscrits retrouvés sur les lettres, elle assure par ailleurs que l’écriture de Robert Boulin était « facile à imiter ».

Enfin, plusieurs personnes, comme l’ancien Premier ministre Raymond Barre, ont raconté avoir été mis au courant au milieu de la nuit de la mort du ministre, bien avant l’heure officielle de découverte du corps. Malgré toutes ces incohérences, de nombreuses personnes croient encore à la thèse du suicide. Son ancien collaborateur Luc La Fay évoque dans L’Express l’état de nervosité du ministre le jour de sa disparition. « Il se tenait debout devant son bureau, très agité, et il a eu une sorte de crise de nerfs, affirme-t-il. Avec le recul, je pense qu’il avait déjà pris la décision de se tuer. » Pour Maxime Delsol, l’ancien garde du corps de Robert Boulin, il n’y a même pas débat. « Le ministre s’est suicidé, un point c’est tout, et tout le reste n’est que marketing pour vendre du papier », assure-t-il dans Sud Ouest.

La thèse de l’assassinat politique est une construction intellectuelle. Elle se nourrit certes des insuffisances et des incohérences de l’enquête.

Maxime Delsol, ancien garde du corps de Robert Boulin, à « Sud Ouest »

« Dans ce dossier, selon moi, il y a des personnes qui ont systématiquement menti, dont Max Delsol et Patrice Blank [conseiller presse du ministre]« , s’agace de son côté Fabienne Boulin Burgeat. « Et ce sont  les deux noms que cite la magistrate dans son ordonnance de non-lieu de 1991 pour dire que Robert Boulin était très déprimé. » En 1992, le non-lieu concernant la plainte pour homicide de la famille Boulin est confirmée par la Cour d’appel puis par la Cour de cassation. « C’était difficile car j’y ai cru, se souvient Fabienne Boulin Burgeat. On retrouvait cette chape de plomb. » Elle n’abandonne pas pour autant et tente de comprendre ce qui a pu entraîner la mort de son père.

 

De droite à gauche : le ministre du Travail, Robert Boulin, le ministre de la Justice, Alain Peyrefitte, et le ministre de l\'Intérieur, Christian Bonnet, le 4 juillet 1978, à Matignon (Paris).

De droite à gauche : le ministre du Travail, Robert Boulin, le ministre de la Justice, Alain Peyrefitte, et le ministre de l’Intérieur, Christian Bonnet, le 4 juillet 1978, à Matignon (Paris). (PAVUNIC / AFP)

 

« La vie d’un homme ne pèse pas face à l’ambition du pouvoir »

Pour tenter de trouver un sens à cette histoire, il faut se remémorer le contexte politique de la fin des années 1970, mélange des séries Baron noir et House of Cards. Dans ces années-là, la droite se déchire. Le RPR (Rassemblement pour la République) de Jacques Chirac mène une guerre ouverte au gouvernement de Raymond Barre et à l’UDF (Union pour la démocratie française) de Valéry Giscard d’Estaing. Les appétits présidentiels du maire de Paris ne sont pas étrangers à ce conflit. Les ministres RPR, dont Robert Boulin fait partie, deviennent alors un enjeu stratégique. VGE envisage même de faire du maire de Libourne son prochain Premier ministre.

Giscard avait eu le nez de sentir que s’il plaçait Boulin à Matignon, il coupait l’herbe sous le pied de Chirac.

Eric Burgeat, gendre et collaborateur de Robert Boulin, à franceinfo

Dans ce contexte, l’affaire de Ramatuelle arrive sur le bureau des rédactions parisiennes. Trois articles sortent dans Minute, Le Canard enchaîné et Le Monde. Il est reproché au ministre d’avoir acheté en 1974 un terrain dans le Var à un escroc, Henri Tournet, alors même qu’une parcelle de ce terrain avait déjà été vendu à des promoteurs normands. « J’ai acheté en 1974 un terrain dans la presqu’île de Ramatuelle par acte authentique devant notaire… et puis mon affaire est terminée », assure Robert Boulin devant le club de la presse d’Europe 1, le 21 octobre 1979, peu avant sa mort. Le ministre a beau se défendre, le poison du soupçon se répand.

 

La maison des Boulin à Ramatuelle (Var), le 23 octobre 2019.

La maison des Boulin à Ramatuelle (Var), le 23 octobre 2019. (CLEMENT PARROT / FRANCEINFO)

 

Aujourd’hui encore, Fabienne Boulin Burgeat est persuadée que cette affaire a été instrumentalisée par certains cadres du RPR. Bernard Pons, à l’époque secrétaire général du parti, confirme que les coups venaient de partout : « Toutes les turpitudes qu’il a rencontrées, cela venait autant de ses ennemis politiques que de ses amis. J’en ai été témoin. » Pour ce dernier, Robert Boulin a été tué. Selon sa fille, le ministre du Travail se serait mis en danger lors de son interview sur Europe 1, avec une phrase qui aurait pu être interprétée comme un avertissement. « J’ai l’âme et la conscience tranquille et j’ai été exemplaire. Et peut-être plus que vous ne le pensez, parce qu’il y a des choses que je ne peux pas dire ici. »

« Il est mort à cause de cette menace », estime aussi la secrétaire de Robert Boulin dans « Envoyé spécial ». « Mon père disait à ma mère : ‘Ce sont des assassins, ils nous tueront tous. Cette histoire finira mal.’ Mais il ne voulait pas se laisser faire », se souvient Fabienne Boulin Burgeat. Selon elle, son père aurait pu révéler des affaires gênantes, notamment sur le financement des partis politiques. Le jour de sa disparition, l’ancien résistant aurait sorti des dossiers du coffre-fort de son bureau, rappelle sa fille. Son frère Bertrand affirmera, en 1984, avoir vu les noms de certaines de ces chemises confidentielles : « Groupe Dassault Fonds publics alloués ; Elf Aquitaine Transactions ; Sécurité sociale Détournements ; Arabie saoudite Avions et dons. »

Il savait qu’il avait en face des gens sans scrupule et que la vie d’un homme ne pèse pas face à l’ambition du pouvoir.

Fabienne Boulin Burgeat, à franceinfo

La fille du ministre raconte également les avertissements reçus par son père par plusieurs « amis ». Jacques Douté, un ami restaurateur, affirme avoir entendu le ministre de la Justice de l’époque, Alain Peyrefitte, conseiller à son collègue : « Reste tranquille, retire tes projets, parce que ‘le grand’ est prêt à tout. » Jacques Douté assure également à Rue89 avoir reçu une confidence inquiétante de son ami trois jours avant sa mort : « Le RPR et le SAC [Service d'action civique] ont reçu des ordres pour m’assassiner. » Ce témoignage va dans le sens de celui de l’ancien ministre Jean Charbonnel qui assure, sur France Inter, que, selon lui, l’affaire Boulin est « un règlement de comptes politique ». Il affirme avoir recueilli les confidences d’un des fondateurs du SAC, Alexandre Sanguinetti, concernant les deux commanditaires de l’assassinat. Les noms de ces derniers ont été remis à la justice par la femme de Jean Charbonnel, après la mort de son mari.

Le SAC, police parallèle du mouvement gaulliste, n’est pas réputé à l’époque pour sa finesse. L’association est d’ailleurs dissoute après la tuerie d’Auriol en 1981, lors de laquelle six personnes d’une même famille sont assassinées par sa section locale de Marseille. C’est d’ailleurs un ancien barbouze du SAC qui livrera le témoignage le plus troublant sur l’affaire Boulin en 1988. Hermann Stromberg assure à L’Humanité avoir vu le ministre s’enfoncer avec des hommes dans un sous-bois de la forêt de Rambouillet pour négocier un dossier. « Ne le voyant pas revenir, nous sommes allés à sa rencontre. Il gisait, mort, au pied d’un talus. »

 

Un acteur reproduit la position du cadavre de Robert Boulin après avoir été sorti de l\'eau, le 28 octobre 2019, sur les berges de l\'étang Rompu (Yvelines).

Un acteur reproduit la position du cadavre de Robert Boulin après avoir été sorti de l’eau, le 28 octobre 2019, sur les berges de l’étang Rompu (Yvelines). (CLEMENT PARROT / FRANCEINFO)

 

« Ils veulent que je meure »

Dans la propriété familiale de Ramatuelle, celle-là même qui s’est retrouvée au cœur de l’affaire Boulin quarante ans plus tôt, Fabienne Boulin Burgeat montre l’impressionnante pile de dossiers consacrée au combat de sa vie. Accompagnée de son mari, de ses enfants et de son chien Mancha (en référence à Don Quichotte), la fille de l’ancien ministre du Travail  refuse de se laisser aller au découragement et espère toujours obtenir la vérité. « C’est un combat citoyen. Je ne peux pas accepter que mon pays dysfonctionne aussi gravement. » Elle a publié un livre en 2011, Le dormeur du Val, pour raconter sa version de l’histoire. Et en 2015, elle obtient la réouverture du dossier, après avoir porté plainte pour « arrestation, enlèvement et séquestration suivis de mort ou assassinat ».

Après quarante ans, le dossier n’est toujours pas fermé, donc ça au moins c’est une belle victoire, au moins on a celle-là.

Fabienne Boulin Burgeat, à franceinfo

Elle avoue que toutes ces années ont laissé des traces, entre les pressions subies, le sentiment d’isolement, la difficulté pour protéger ses trois enfants. Mais elle ne lâche rien. Elle a continué, même après la mort de son frère et de sa mère en quelques mois en 2002. Aujourd’hui, elle s’exaspère de ne pas voir la justice avancer plus rapidement. « Ils veulent absolument que tout le monde meure, que je meure, voilà comment cette affaire d’Etat sera enterrée », souffle-t-elle. Pour secouer l’institution judiciaire, elle a donc décidé d’organiser une reconstitution en présence de témoins de l’époque et de quelques journalistes. « Cette reconstitution sert à montrer à la justice que, quarante ans après, il ne faut plus attendre parce que les témoins encore vivants peuvent permettre d’expliquer que la thèse officielle est inepte », explique-t-elle.

 

Fabienne Boulin Burgeat près de l\'étang Rompu, le 28 octobre 2019, lors d\'une reconstitution.

Fabienne Boulin Burgeat près de l’étang Rompu, le 28 octobre 2019, lors d’une reconstitution. (CLEMENT PARROT / FRANCEINFO)

 

Fabienne Boulin Burgeat espère voir les langues se délier avec le temps. Elle est parvenue à recueillir au fil des années de nouveaux témoignages, comme celui du médecin urgentiste qui a rejoint les deux gendarmes à l’étang Rompu peu avant 9 heures le jour de la découverte du corps. « Il était là. Il avait la bouche hors de l’eau. La face, le nez, l’œil… Il était tout sanguinolent », raconte lors de la reconstitution ce médecin qui a immédiatement pensé à un règlement de comptes. « La position du corps n’était pas une position naturelle pour un mort. On aurait dit qu’il avait été transporté dans une malle. Et puis un noyé, il coule, il ne flotte pas. »

Ce médecin urgentiste, aujourd’hui âgé de 69 ans, se dit sûr de lui quand il indique l’endroit où il a aperçu le corps il y a quarante ans. Problème : l’autre témoin présent lors de la reconstitution, l’ancien inspecteur de police du SRPJ de Versailles, Jean-Pierre Courtel (aujourd’hui âgé de 76 ans), arrivé sur les lieux vers 9h10 le 30 octobre 1979, a une autre version. Les témoignages divergent sur l’emplacement de la voiture et surtout sur l’endroit où le corps a été retrouvé. « Nous avons un problème sur l’emplacement du corps, constate Marie Dosé, l’avocate de Fabienne Boulin Burgeat. Peut-être a-t-il été déplacé pour des raisons logistiques ? Par exemple, pour l’approcher de l’ambulance ? » Au-delà des hypothèses, que le temps n’a toujours pas permis de trancher, l’avocate préfère retenir une chose : « Je constate surtout qu’il est invraisemblable de se suicider ici et de cette façon. » Quarante ans après, la famille Boulin attend toujours la vérité.

Texte : Clément Parrot

 

Au tour d’Isabelle Johanny de se faire de nouveau remarquer…

N’aurait-elle rien de mieux à faire que de repartir en guerre contre le tilde breton, s’interrogent certains.

A mon avis, elle a décidé de se changer les idées alors que se déroulait à Toulouse le procès de l’alter ego féminin de son idole le malade mental extrêmement dangereux Pascal Edouard Cyprien Luraghi.

Une petite rage…

Rien de bien méchant…

Il n’y a pas à s’inquiéter, ça va lui passer et elle va tranquillement reprendre ses rédactions de faux criminels et assassinats d’ingénieurs au profit de tueurs en série et mafieux notoires.

 

 

https://www.ouest-france.fr/bretagne/carhaix-plouguer-29270/affaire-fanch-la-vice-procureure-de-brest-relance-la-machine-6582164

Affaire Fañch. La vice-procureure de Brest relance la machine

 

La vice-procureure du tribunal de Brest (Finistère) demande, dans un courrier, aux mairies de sa juridiction, de suspendre l’utilisation du « ñ », une semaine après la décision en cassation du parquet général de Rennes, autorisant le petit Fañch à garder son tilde.

 

Le petit Fañch a pu garder son tilde après la décision de la Cour de cassation, la semaine dernière.
Le petit Fañch a pu garder son tilde après la décision de la Cour de cassation, la semaine dernière. | ARCHIVES OUEST-FRANCE
Ouest-France Metig JAKEZ-VARGAS. Modifié le 25/10/2019 à 11h45 Publié le 25/10/2019 à 11h24

 

Le petit Fañch Bernard, de Rosporden (Finistère), peut, depuis le 17 octobre 2019, porter officiellement son tilde, après plus de deux années de bataille juridique. Mais rien n’est moins sûr pour les futurs Fañch, Fañchig ou Frañsez. La vice-procureure de Brest, Isabelle Johanny, demande, dans un courrier adressé à l’ensemble des mairies de sa juridiction, mardi 22 octobre 2019, de l’aviser en cas d’usage du « ñ ».

« Erreur de saisine »

« Comme vous le savez, la Cour de cassation a rejeté le pourvoi du parquet général de Rennes qui sollicitait l’interdiction d’utiliser le tilde sur le prénom de Fanch. (Sans tilde dans le texte, n.d.l.r)

Cependant, s’agissant d’un rejet « technique », en l’occurrence une erreur de saisine, la cour ne s’est pas réellement prononcée sur la possiblilté d ‘utiliser ce signe. Par conséquent,, si vous étiez confrontés à une telle demande, je vous demande d’y sursoeir et de m’en aviser. J’interoge le parquet général sur ce qu’il convient de faire et je ne manquerai pas de vous tenir infromés dans les prochains jours. (sic) »

« C’est consternant »

« Nous n’en avons donc pas encore terminé avec cette histoire du tilde, s’étonne Christian Troadec, maire de Carhaix et conseiller départemental du Finistère. C’est consternant. La justice doit pourtant bien avoir assez de travail sur des dossiers bien plus importants plutôt que de participer à cet acharnement », estime-t-il.

« Cas isolé »

Interrogé, le parquet général de Rennes affirme qu’il ne s’agit pas d’un mot d’ordre de sa part. « La décision de la Cour de cassation concerne la forme, pas le fond, répète Ronan Le Clerc, secrétaire général du parquet général de Rennes. Nous restons sur l’application de la loi. La décision de la cour d’appel de Rennes, concernant le petit Fañch Bernard, est un cas isolé. »

 

Cyprien Luraghi sur Twitter aujourd’hui

 

 

Cyprien Luraghi sur Twitter aujourd'hui dans AC ! Brest Cyprien%2BLuraghi%2Bsur%2BTwitter%2B_%2B_%2540Ludivine_Bantig%2BVous%2Besp%25C3%25A9rez%2Ben_%2B-%2Btwitter.com

 

Il est particulièrement bien placé pour évaluer tout l’intérêt ou l’efficacité du système judiciaire français, lui qui devrait être à l’ombre depuis si longtemps et poursuit encore toutes ses exactions le plus tranquillement du monde, en toute liberté…

 

Procès de la démembreuse de Toulouse : le réquisitoire me convient

Il ne cautionne aucune des exactions du malade mental extrêmement dangereux Pascal Edouard Cyprien Luraghi à mon encontre, les condamnant toutes :

https://www.ladepeche.fr/2019/10/25/direct-suivez-le-dernier-jour-du-proces-du-meurtre-du-canal-du-midi-verdict-attendu-ce-vendredi,8503804.php

En ce qui concerne Sophie Masala, elle n’a pas tué sa victime comme elle avait prévu de le faire. Le meurtre tel qu’il a été réalisé, dans une explosion de violences incontrôlée, a finalement précédé l’assassinat programmé et entraîné un changement de plan de la criminelle.

On la voit ensuite s’accrocher à son idée de suicide initiale, nettoyer le visage de sa victime avec un gant de toilette, mais rien n’y fait, ce n’est plus possible, et il lui faut quelques jours pour laisser maturer sa solution finale : le saloir à la Luraghi avec digestion des différentes parties du corps au fil du temps, mais c’est épuisant de tout ramener chez elle, et elle abandonne la majeure partie de son butin en cours de route pour n’en garder que l’essentiel, la tête, le siège de tous ces neurones qu’elle n’a jamais eus ni pu pénétrer.

Comment Cyprien Luraghi éclaire l’assassinat de Maryline Planche

Ce soir, l’audition de Sophie Masala est terminée et je n’hésite plus à parler d’assassinat, ce que je pressentais ayant été confirmé dans l’après-midi :

https://www.ladepeche.fr/2019/10/24/direct-suivez-le-quatrieme-jour-du-proces-du-meurtre-du-canal-du-midi,8501641.php

D’une part, Sophie Masala a bien accusé sa victime de ses propres fautes en les avouant en son nom après l’avoir tuée :

 

Me Boguet, partie civile, lit un long texto envoyé par l’accusée après la mort de la victime, où elle se fait passer pour Maryline évoquant une supposée homosexualité ou le vol des tickets restaurant faussement imputé à la défunte.
« Est-ce que ça n’a pas des allures d’alibi ? Elle serait encore en vie et vous ne seriez pas concerné par sa mort ? Ce n’est pas un alibi ça, si on est terre à terre ? » lance l’avocat.
« Non, pour moi, elle était en vie… »
La partie civile. L’accusée, s’assoie, lassée.
« Ce n’est pas la constitution d’un alibi tout ça ? »
« Non, je ne peux pas vous répondre ».

 

Et d’autre part, elle confirme avoir voulu la remonter chez elle :

 

« Le tronc est jeté plus loin, 4,5 km que les autres membres, pourquoi ? » poursuit David Senat, l’avocat général.

« J’ai marché sans but, je sais pas… On  peut pas être bien dans sa tête quand on a fait ça, je marche, je suis fatiguée ». »Pourquoi ne pas avoir lesté ces éléments après vos recherches sur la poussée d’Archimède ? » continue le représentant de l’accusation. »Je comptais pas les jeter dans le canal, je voulais les enterrer chez moi ».

« Vous pensiez qu’il y avait la place chez vous ? ».

« Oui si vous creusez… Je voulais que Maryline soit à côté de moi, j »ai pas cherché à savoir si c’était bien ou pas bien, je voulais pas la laisser seule… »

 

L’avocat général termine son interrogatoire et s’étonne : « mais vous la laissez agoniser, se putréfier, vous la démembrer, vous la jeter au canal et vous dites à la fin « c’est un être humain il faut que je la garde près de moi » ?
« Même son pire ennemi on lui garde une sépulture ».
« Et le canal du midi c’est une sépulture ? »
« J’ai pas eu la force de remontrer tout chez moi » répond Sophie Masala.
« Le canal ce n »est pas plutôt une volonté d’échapper aux poursuites, que l’on ne retrouve pas Maryline ? »
« Non, non ».
« Pourquoi ne pas l’avoir laissée dans l’appartement Maryline Planche ? ».
« Je sais pas ».
« La tête est à dix centimètres sous le sable, au pied de votre balcon, pourquoi si près ? »
« Je peux pas vous répondre, elle était à côté de moi… »

 

Maryline Planche est sa chose, elle entend avoir sur elle tout pouvoir, notamment celui de lui faire dire ce qui l’arrange, mais doit en passer par son assassinat pour l’obtenir. Le texto n’est pas rédigé dans le but de fournir un alibi à la tueuse, c’est le but même de son crime, qui a bien été prémédité comme le laissent supposer les recherches sur le domicile de la victime un mois plus tôt (voir article ci-dessous).

Le malade mental extrêmement dangereux Pascal Edouard Cyprien Luraghi, dont la personnalité est si semblable à celle de Sophie Masala, se comporte de même avec moi – comme également avec ses autres victimes.

Il a cherché à me faire assassiner de multiples manières pour pouvoir ensuite tranquillement publier toute sa version fantasmagorique de ma « biographie » et me faire dire tout ce qui lui chantait sans que je ne sois plus là à le déranger en le contredisant à tout instant.

Ses autres victimes et moi-même sommes ses « personnages », c’est ainsi qu’il nous qualifie dans plusieurs de ses écrits publics, ceux où il s’étale sur les « romans » où il nous met en scène comme cela l’arrange pour se valoriser à nos dépens, après avoir dit-il « étudié » nos « fonctionnements » respectifs  – il emploie bien les mêmes mots que Sophie Masala à propos de sa victime Maryline Planche -, en usant en ce qui le concerne de moyens frauduleux tels piratages informatiques et écoutes illégales.

Le pervers narcissique se nourrit de ses victimes, qu’il s’approprie entièrement.

Le « Konducator » autoproclamé Pascal Edouard Cyprien Luraghi et ses complices « déconnologues » l’ont toujours exprimé à leur manière on ne peut plus clairement (voir ci-dessous à titre d’exemple un extrait de leur blog principal ICI-BLOG du mois d’octobre 2010).

 

https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/proces-demembreuse-toulouse-ce-qu-ont-raconte-telephone-ordinateur-accusee-1740117.html

Procès de la “démembreuse” de Toulouse : ce qu’ont raconté le téléphone et l’ordinateur de l’accusée

 

L'avocat général David Sénat et maître Laurent Boguet, avocat de la famille de la victime. / © Luc Perillat/Drawmyevents
L’avocat général David Sénat et maître Laurent Boguet, avocat de la famille de la victime. / © Luc Perillat/Drawmyevents

 

Mardi 22 octobre 2019, au deuxième jour du procès de Sophie Masala poursuivie pour le meurtre de sa collègue Maryline Planche, des experts en informatique et téléphonie en ont dit – presque – autant que les enquêteurs.

Par Marie Martin Publié le 23/10/2019 à 11:51 Mis à jour le 23/10/2019 à 21:21

Il était un temps, en cours d’assises, où les seules preuves étaient humaines (les témoins) ou biologiques (ADN). Désormais, il y a le numérique.Mardi 22 octobre 2019, deux experts en informatique et téléphonie sont passés à la barre, devant la cour d’assises de la Haute-Garonne. Et ils en ont dit beaucoup.Leur mission : analyser l’ordinateur et le téléphone de l’accusée.

Que dit l’analyse du smartphone de Maryline Planche ? Trois déclarations d’amour à l’adresse de Sophie Masala dont on sait aujourd’hui qu’ils sont inventés et fabriqués par l’accusée. Par SMS. Après la mort de sa victime.

Mais qu’en est-il de l’ordinateur de l’accusée ? La navigation sur internet indique que Sophie Masala, outre ses consultations de sites « poour adultes », a fait des recherches multipliées sur la résidence de Maryline Planche, sa victime. Et ce, un mois avant les faits.

Puis, après le meurtre, elle rentre à des dizaines de reprises le nom de Maryline Planche dans un moteur de recherche. Avant de se renseigner sur les thèmes suivants : « Tout corps plongé dans un liquide », « Nécrose », « Archimède pour les nuls », « SMS masqué », « J’ai renversé du Destop sur ma peau ».

Par la suite, elle fait des recherches pour un voyage en Corse. « J’avais l’intention de faire croire que Maryline y partait. Pour continuer à gagner du temps« , explique, un peu confuse, Sophie Masala à la cour.

Ce que dit son smartphone est tout aussi troublant. Elle rentre sur le moteur de recherche des phrases comme : « Pourquoi je gâche toujours tout ? », « Géolocalisation SMS », « Kleptomanie », « Tickets resto », « Faute lourde et indemnisation Pôle Emploi », « résidence sous vidoéo-surveillance », « comment chasser des odeurs de viande avariée? ». Et pour finir, « Commissariat Minimes ».

Tout le déroulement d’une affaire, à travers un téléphone et un ordinateur…

 

cyp répond à 91906
Le 17 octobre 2010 à 20:52 | Permalien
Dans le saloir des caves de la Maison de l’Horreur©, on les conserve…
Répondre
91910alain pacifique répond à91907
Le 17 octobre 2010 à 21:00 |Permalien
t’as intérêt à bien le faire dégorger et longtemps, sinon c’est inmangeable.
Répondre
91912cyp répond à91910
Le 17 octobre 2010 à 21:04 |Permalien
Je sais pas ce qu’il raconte comme conneries celui-là, mais te fais pas de mouron : le tonneau de dégorgement est bien garni de gros sel de Dombasle.
Aucun miasme n’y résiste.
Répondre
91916alain pacifique répond à91912
Le 17 octobre 2010 à 21:27 |Permalien
ça me donne faim tout ça. à tout’ !
Répondre
91917cyp répond à91916
Le 17 octobre 2010 à 21:33 |Permalien
J’ai tout bouffé le jambon de Quicouine, par contre. Faut pas m’en vouloir : la surveillance du salage de trolls velus est une tâche physiquement épuisante.
Mais il reste de la poitrine de Pipirella fumée, si ça te tente…
[et bon app' et l'amitié à tout ton petit gang familial!]
Répondre
91918ginkoland répond à91917
Le 17 octobre 2010 à 21:42 |Permalien
la cervelle de Jexiste aussi ?
A 190 de QI ça fait du volume !
Répondre
91919cyp répond à91918
Le 17 octobre 2010 à 21:47 |Permalien
250 de CUI… pas 190.
C’est elle qui dit qu’elle a un CUI de 250, et comme faut pas la contrarier, hé ben on n’y revient pas, nonmais© !
Répondre
91920ginkoland répond à91919
Le 17 octobre 2010 à 22:04 |Permalien
En saumure c’est très bon la cervelle de Jexomil©

Répondre
91921cyp répond à91920
Le 17 octobre 2010 à 22:06 |Permalien
Et celle de Béaouane, elle est bonne en Saussure ?
Répondre
91922ginkoland répond à91921
Le 17 octobre 2010 à 22:21 |Permalien
Accompagné d’une compote d’idées toutes faites c’est excellent…
Répondre
91923cyp répond à91922
Le 17 octobre 2010 à 22:28 |Permalien
Un plat de roi digne de Louis XV et des agapes de sa loge maçonnique !
Répondre

91934Mon-Al répond à91920
Le 17 octobre 2010 à 23:45 |Permalien
La cervelle de jex à la Grenobloise, au beurre noir, des câpres et un filet de vinaigre … au moins il servirait à quelque chose :-)
Répondre
91936cyp répond à91934
Le 17 octobre 2010 à 23:58 |Permalien
Et en prime t’es pétée aux médocs en en bouffant une tranche :-) ))
Répondre
91940Mon-Al répond à91936
Le 18 octobre 2010 à 0:04 |Permalien
Il faudrait peut-être la faire flamber alors !
Répondre
91943cyp répond à91940
Le 18 octobre 2010 à 0:22 |Permalien
Ouaip, c’est souhaitable…

 

Direct : « A ce moment-là, il faut salir, je suis coupable », suivez l’audition de Sophie Masala…

Cela se trouve sur le site de La Dépêche :

https://www.ladepeche.fr/2019/10/24/direct-suivez-le-quatrieme-jour-du-proces-du-meurtre-du-canal-du-midi,8501641.php

Il y a quelques moments de sincérité ou presque, quand elle dit clairement salir sa victime parce qu’elle est coupable, ce qu’ont fait aussi l’intégralité de mes harceleurs et agresseurs à mon encontre, magistrats CORROMPUS y compris, ou qu’elle déclare, confirmant en cela ce que j’expliquais hier soir :

« C’est pas de la haine, c’est un trop plein d’une vie familiale et professionnelle pas terrible, ça m’a fait du bien de taper, il fallait que ça parte, que ça sorte, je tapais sur la table, le mur ».

« Il fallait qu’elle paye la souffrance que je ressentais ».

« Oui il fallait un bouc émissaire finalement… Si ça avait été mon mari, j’aurais pu avoir cette colère contre lui, malheureusement Maryline était là, elle ne méritait pas ça. »

Elle a dit au juge : « j’en suis venue à me dire que cette femme je la déteste, cette connasse me pourrit la vie, elle ne méritait pas ça mais… » et aussi : « j’en étais arrivée à ne plus supporter de la voir ».

« Tout ça c’est après la mort, je me suis dit que c’était ça… Mais oui ça m’agaçait de voir Maryline se plaindre, j’évitais de la croiser, ça s’accumule. Mais je n’avais pas de haine, plutôt de la pitié, de la compassion, mais pas de haine. »

« La libération c’est toute la colère en moi, j’avais l’impression de vider un sac de 300 kg avec l’accumulation de toute une vie ».

En effet, elle a parlé de « libération » après les faits.

Et encore, justifiant son « amertume » à l’égard de sa victime, elle dit aujourd’hui :

« Je me sentais acculée. »

Puis elle repart dans des inventions totalement délirantes et grossièrement calomnieuses à l’égard de sa victime, laquelle est en réalité parfaitement lisse, beaucoup trop à son goût (c’est ça le problème, elle n’offre aucune prise à la manipulatrice), prétend avoir agi en état de légitime défense et s’empêtre dans tous ses mensonges à la manière d’un Luraghi, d’un Donnadieu ou d’une Brenterch, sauf que contrairement à ceux-là, elle ne se trouve pas face à des magistrats sautant de joie au plafond dès qu’ils peuvent recueillir ses « témoignages » à charge contre la femme qu’elle a tuée puis dépecée en faisant preuve d’un tel sang-froid que l’on peut se demander si c’était bien la première fois qu’elle « gérait » ce genre de situation…

Comme elle a frappé sa victime avec une bouteille de rosé qu’elle aurait trouvée sur la table, la préméditation du crime a été exclue.

Pour ma part, je ne suis pas du tout certaine que ce soit juste. En fait, rien ne s’est passé comme elle l’avait prévu. Que faisait-elle chez sa victime ? Elle a fouillé, dit-elle. Que cherchait-elle ? Ni ses clés ni les dossiers retrouvés sur place, c’est à peu près certain, elle affabule à propos des unes comme des autres. C’est elle qui a volé ces dossiers quand leur disparition a été constatée et les a amenés chez sa victime ce jour-là, peut-être dans l’idée de la tuer, de maquiller son crime en suicide et d’accréditer cette version-là du décès de sa collègue. Elle accuse sa victime de « magouilles ». Le pervers narcissique accuse toujours mensongèrement ses victimes de faits dont il se rend lui-même réellement coupable. Les cybercriminels et harceleurs Pascal Edouard Cyprien Luraghi, Jean-Marc Donnadieu, Josette Brenterch et autres « déconnologues » m’accusent bien mensongèrement de les harceler…

Sa collègue étant morte, Sophie Masala peut l’accuser mensongèrement de n’importe quoi, notamment des vols et autres possibles magouilles auxquelles elle se livre déjà ou qu’elle envisage de commettre dans un bref délai dans l’association où elle travaille, plutôt que de replonger dans la prostitution, ce qu’elle doit aussi envisager, n’ayant probablement que ces deux options-là pour se procurer l’argent dont elle estime avoir besoin et qu’elle n’a pas.

En assassinant Maryline Planche, elle fait d’une pierre deux coups : elle se débarrasse d’un témoin gênant et trouve une coupable à désigner pour ses propres fautes, ses vols de tickets restaurants et autres.

D’où provient la bouteille de rosé avec laquelle elle a frappé sa victime ? Maryline Planche s’offrait-elle réellement ce genre de plaisir en solitaire, comme le prétend sa meurtrière ? Elle ne recevait jamais chez elle et ses proches ne parlent que d’une passion pour la pâtisserie.

Là, je ne peux m’empêcher de penser que trois semaines après l’assassinat de Patricia Bouchon en février 2011, un ingénieur faisant partie de mes correspondants informatiques et que Jean-Marc Donnadieu s’était brutalement mis à menacer fin février 2011 a lui aussi été assassiné selon ses amis ayant retrouvé son cadavre chez lui quelques jours plus tard. Ils l’ont en fait trouvé pendu, mais parlent d’une scène de crime grossièrement maquillée en suicide avec des bouteilles vides jonchant le sol et laissant croire que le présumé suicidé était alcoolique, ce qui n’était pas le cas.

Sophie Masala aurait-t-elle imaginé le même genre de suicide pour sa victime ? Coupable de vols de dossiers et autres, elle s’alcoolisait, prenait des médicaments et aurait décidé d’en finir…

Son appel au secours en petite tenue sur son palier a sans doute précipité la fin de Maryline Planche, provoquant la volée de coups qu’elle a reçue avec la bouteille de rosé, avant d’être probablement étranglée, peut-être comme prévu. Mais comment faire croire à un suicide quand le visage est tellement amoché que personne ne sera trompé ? Il ne reste alors qu’à faire disparaître le corps.

Sophie Masala le découpe et le désarticule comme une pièce de viande, sans aucun état d’âme, ce n’est pour elle qu’un exercice technique et physique ne posant pas trop de problèmes à l’habituée des salles de musculation qu’elle est. La perverse narcissique n’a toujours vu sa proie que comme un objet, cela ne change pas après sa mort.

Pourquoi a-t-elle enterré sa tête tout près de son propre balcon ?

Rappelons qu’avant de disperser les autres parties du corps le long du canal du Midi, elle semble avoir envisagé de les conserver dans un réfrigérateur ou un congélateur : c’est toujours de la viande; littéralement, elle l’aurait bien bouffée.

Elle a en tous les cas échoué à posséder sa victime. Donc, elle en conserve le corps, au moins la tête.

Ce n’est pas tout à fait un trophée. Il s’agit encore moins de laisser une trace de sa culpabilité.

 

Le procès de la « démembreuse » de Toulouse se poursuit

Ce n’est pas de chance pour David Sénat, c’est le second de ses procès qui m’intéresse. Vraiment.

Je ne reviens pas sur le premier et ne commente ici que cette affaire atterrante de meurtre suivi de dépeçage de cadavre entre collègues de travail qui est actuellement examinée par la Cour d’Assises de Toulouse.

Elle m’intéresse au plus haut point en raison des profils de la victime et de sa meurtrière, typiques de la harcelée et de la harceleuse, car étant moi-même victime de faits de harcèlement accompagnés de nombreux faits criminels dont les auteurs, pour ceux qui sont toujours en vie, ne seront probablement jamais jugés, étant donné qu’il s’agit pour l’essentiel de magistrats CORROMPUS ayant recours à des crapules comme les deux psychopathes Pascal Edouard Cyprien Luraghi de Puy-l’Evêque et Jean-Marc Donnadieu de Béziers pour leurs basses oeuvres, elle me permet d’avoir un ersatz de procès par procuration.

Les journaux locaux en rendent compte en direct et livrent sur cette affaire de nombreux détails appelant mes commentaires :

https://www.midilibre.fr/2019/10/14/la-demembreuse-du-canal-du-midi-jugee-aux-assises-suivez-le-proces-en-direct,8479478.php

https://www.ladepeche.fr/2019/10/23/direct-suivez-le-troisieme-jour-du-proces-du-meurtre-du-canal-du-midi,8499272.php

Observons pour commencer que ces directs semblent réalisés par de vrais journalistes. Il ne s’agit ni de Jean-Pierre Amarger, de Midi Libre, ni d’Hélène Sergent, de 20minutes.fr, qui acceptent l’un et l’autre de publier comme des vérités vraies toutes les inventions délirantes des deux psychopathes précités, aux personnalités très proches de celle de la « démembreuse » de Toulouse, que ces deux soi-disant « journalistes » auraient certainement présentée comme une victime de la « déséquilibrée » Maryline Planche qui la harcelait sexuellement, cachait bien son jeu et l’a obligée à la tuer pour se défendre, c’est l’évidence même, puisque c’est Sophie Masala qui le dit, une femme que tout le monde s’accorde à dire parfaitement normale, et qui d’ailleurs a conjoint et enfants tandis que l’autre est restée célibataire et sans enfant. Pour preuve du « déséquilibre » absolu de Maryline Planche : elle n’a même pas de relations sexuelles. Au contraire, sa victime Sophie Marsala s’est prostituée, c’est donc une vraie femme parfaitement normale autant pour les deux psychopathes précités que pour tous leurs complices, certains psychiatres y compris, de ceux qui estiment nécessaire d’enfermer dans leurs hôpitaux psychiatriques pour les y traiter comme des malades mentaux extrêmement dangereux des femmes qui refusent de se prostituer – cela se voit à Brest, peut-être aussi dans l’Hérault où vivent ou d’où sont originaires plusieurs de mes harceleurs, par exemple le précité Jean-Marc Donnadieu, lequel a exercé comme brancardier à l’hôpital psychiatrique de Béziers durant sept ans.

Ce dernier est tout aussi « normal » que Sophie Masala dont la soeur rapporte qu’elles ont toutes deux été abusées sexuellement par leur grand-père dans leur enfance : lui regardait des films pornographiques avec sa tata, dit-il, et est devenu à l’âge adulte adepte de pratiques échangistes et BDSM semble-t-il assez violentes tandis que son complice Pascal Edouard Cyprien Luraghi a été élevé dans une famille ouvrière de Strasbourg où régnaient également selon ses dires violences en tous genres et abus sexuels, sa tata Rollande exerçant comme prostituée. Evidemment lui aussi fasciné par la pornographie, ce prétendu « écrivain en ligne et à l’oeil depuis 2001″ est connu sur la toile, outre comme mythomane, harceleur et calomniateur, pour avoir traduit de l’anglais le journal d’une adepte américaine de pratiques BDSM et se plaît à mettre lui-même en scène dans des romans pornographiques de ses victimes de cyberharcèlements, moi en particulier. Mais c’est bien moi qui l’y ai obligée, vous dit-on, puisqu’il le dit… Même sa soeur le décrit comme mythomane… Tout comme Sophie Masala, Pascal Edouard Cyprien Luraghi, Jean-Marc Donnadieu et tous leurs complices harceleurs ne cessent de mentir et d’inventer n’importe quoi… et comme par hasard, eux aussi en veulent beaucoup à l’argent de leurs victimes…

Leur personnalité commune est celle du pervers narcissique.

C’est celle de tous les harceleurs.

Et ces gens-là tuent lorsqu’ils se sentent démasqués.

L’acharnement haineux dont a été victime Maryline Planche est d’ailleurs exactement le même que celui dont a été victime Patricia Bouchon le 14 février 2011. Les assassins de cette dernière, à savoir Pascal Edouard Cyprien Luraghi et ses complices cybercriminels, qui manifestement craignaient qu’elle ne les dénonce ou les fasse poursuivre pour toutes leurs exactions à mon encontre, comprenant notamment des piratages informatiques et tentatives d’escroquerie au jugement, ont continué à exprimer publiquement tous ensemble leur haine viscérale à son égard en multipliant jeux de mots et plaisanteries sordides à propos de toutes les violences qu’ils lui avaient fait subir quasiment tous les jours durant trois bonnes semaines après les faits.

Non, Sophie Masala n’a pas reconnu sa mère en Maryline Planche, elle ne lui reproche pas la même fausseté, elle présente tout simplement le syndrome du pervers narcissique qui projette systématiquement sur sa victime ses propres défauts et fautes : c’est de sa fausseté personnelle qu’il s’agit… après que Maryline Planche l’ait bien démasquée…

Cette dernière était certes au courant du vol de tickets restaurants, mais ce n’est pas le plus grave : elle reprochait aussi à Sophie Masala d’être une fouteuse de merde, d’être malsaine, de se mêler de la vie privée de ses collègues de travail bien au-delà de ce qui est admissible, un comportement franchement anormal et inquiétant, pas sympathique du tout.

Tous mes harceleurs ont eu eux aussi ce travers, et jamais de manière gratuite : tous avaient un plan… tout comme Sophie Masala devait en avoir un…

C’est donc elle qui est fausse, et personne d’autre.

Probablement était-elle à la recherche de moyens de pression sur ses collègues, car elle devait viser la caisse comme elle l’avait déjà fait ailleurs…

Maryline Planche a une attitude maternelle avec ses collègues de travail, elle est bienveillante, ce qui en fait pour tous les pervers narcissiques une personne forcément très stupide et naïve qu’ils pensent pouvoir manipuler très facilement. De plus, elle est handicapée, entend mal et ne voit pas grand-chose. Pour Sophie Masala, c’est l’aubaine, elle est persuadée qu’avec elle elle parviendra à ses fins sans aucune difficulté. D’où son immense déconvenue quand elle s’est rendu compte de sa bévue, la proie a priori si facile n’en étant pas une. Elle dit s’être sentie rejetée. C’est le début de la haine et de toutes les inventions calomnieuses à l’encontre de celle qu’en réalité elle n’a pas bernée.

A la décharge de l’accusée : encore une fois, je ne suis pas d’accord avec tout ce qui se dit à son procès, il n’appartenait pas à son mari de compenser ou de rattraper tous les défauts ou manquements de son enfance et de son éducation, ni de juger si oui ou non des soins psychiatriques étaient nécessaires et susceptibles de prévenir ou d’empêcher de survenir ce qui s’est produit, ce n’est pas de son ressort, il a lui-même ses faiblesses et se trouve manifestement de tout temps dépassé par la situation; en revanche, c’était bien le rôle des premiers magistrats auxquels elle a été confrontée, à Montpellier. Or, ceux-ci l’ont condamnée sans même se soucier de la manière dont elle allait rembourser ses dettes et elle n’a rien trouvé de mieux que de se prostituer… Toutes les femmes qui ont participé ou participent toujours aux harcèlements dont j’étais ou suis toujours victime présentaient et présentent toujours cette même plaie béante : elles ont couché, se sont prostituées… et ne supportent absolument pas celles qui peuvent s’en dispenser… Ces magistrats inconséquents ont fait de Sophie Masala la bombe qui explose chez sa collègue Maryline Planche le 12 mai 2016. Au moins aussi choquant dans cette affaire : sa victime lors de cette première grosse alerte restée sans réponse appropriée n’est autre que la faculté de médecine de Montpellier, dont ni le doyen ni aucun des autres pontes ne s’est jamais inquiété de rien…

La Cour de Cassation vient tout juste de confirmer la condamnation du psychiatre en charge du schizophrène qui avait tué un étudiant à Grenoble après s’être échappé de l’hôpital psychiatrique le 12 novembre 2008 (voir ci-dessous).

Il était temps que la responsabilité de ces « médecins » si particuliers soit reconnue.

Il reste encore à responsabiliser leurs collègues magistrats.

 

 

https://actu.fr/faits-divers/demembreuse-toulouse-sophie-masala-une-femme-fragile-bascule-dans-lhorreur_28802113.html

« Démembreuse » de Toulouse : Sophie Masala, une femme fragile qui bascule dans l’horreur

 

 

La première journée du procès a été consacrée à l’étude de la personnalité de l’accusée, aînée d’une fratrie de 7 enfants, qui a grandi au sein d’un famille ouvrière.

 

Publié le 21 Oct 19 à 21:13
Le procès de la
Le tribunal de Toulouse, le 21 octobre 2019. (©AFP/ERIC CABANIS)

 

Jugée aux assises pour avoir tué, puis démembré sa collègue de travail à Toulouse en 2016, Sophie Masala a été décrite lundi 21 octobre 2019 par les experts comme une femme minée par les traumatismes durant l’enfance et dépourvue de limites.

Cette mère de famille de 55 ans est accusée de s’être introduite en mai 2016 dans l’appartement de Maryline Planche, 52 ans, de lui avoir fracassé le crâne à coups de bouteille.

Elle a ensuite coupé le corps en morceaux et les a jetés dans le Canal du Midi qui traverse Toulouse, sauf la tête qu’elle a enterrée dans un jardin public proche de son propre appartement, « car elle méritait une sépulture », dira-t-elle pendant l’instruction.

Lundi, la première journée du procès a été consacrée à l’étude de la personnalité de l’accusée, aînée d’une fratrie de 7 enfants, qui a grandi au sein d’un famille ouvrière à Valenciennes, dans le nord de la France.

Enfant, Sophie Masala est abusée par son grand-père, son père se suicide alors qu’elle a 10 ans, elle voit les amants de sa mère défiler dans l’appartement, doit s’occuper de ses six frères et sœurs et grandit dans un climat de violence conjugale. Elle est élevée dans la culture du mensonge.

De l’examen de personnalité, il ressort que Mme Masala dépense au point de s’endetter, escroque, aime les jeux d’argent. Condamnée pour détournement de fonds aux dépens de l’université de Montpellier, elle exerce la prostitution pendant plusieurs mois pour payer les dettes accumulées. Et son mari la soutient.

Lire aussi : « Démembreuse du canal » : Sophie Masala jugée pour avoir tué sa collègue de travail

« Conflit avec l’image maternelle »

Après avoir obtenu des diplômes sur le tard, elle intègre le bureau toulousain de l’Agefiph, organisme spécialisé dans l’insertion des handicapés, fin 2015, et entre rapidement en conflit avec Maryline Planche, décrite comme un employée-modèle.

Mme Masala a souffert pendant son enfance d’un manque d’affection de la part de sa mère, très absorbée par sa double vie.

Vêtue d’un tailleur noir, cheveux roux mi-longs, souvent tête baissée, Sophie Masala s’exprime peu. Elle se contente de répondre à certaines questions du président de la cour d’assises.

Vidéo. Le procès de la démembreuse du Canal du Midi débute ce lundi à Toulouse :

Pour l’experte-psychiatre, elle est « marquée par la pendaison de son père et les mauvaises relations avec sa maman ».

« Un désaccord sur l’archivage des documents, sur la position dans la structure, sur la discrétion sur sa vie privée, il y a toujours des jalousies dans un contexte professionnel, comment on en passe à cette haine si forte ? », interroge le président de la cour d’assises, David Senat.

« Elle trace des parallèles entre Maryline et sa propre mère (…) », selon l’experte.

On n’a pas d’élément pour dire qu’elle a un trouble psychique, on repère des éléments traumatiques majeurs dans l’enfance, un conflit avec l’image maternelle importante, donc une personnalité aux bases fragiles, elle n’a pas de limites. Elle présente un défaut de contrôle pulsionnel.

Lire aussi : Accusée d’avoir tué sa collègue, la « démembreuse du canal » jugée aux assises

« Fragilité psychique »

« Maryline, c’est une image d’autorité maternelle, tout l’énerve chez Maryline, souligne la psychiatre, elle ne la supporte pas comme elle ne supporte pas sa mère, car il y a des conflits qu’elle n’a pas réglés. Elle reproche à Maryline ce qu’elle reprochait à sa mère: une fausse image, une image falsifiée aux yeux des autres ».

L’expert-psychologue abonde. « Voir à 10 ans son père pendu, un suicide liée à l’inconduite de la mère, ça laisse des traces », met-il en avant. Il décrit pour sa part « une fragilité psychique », « une personnalité obsessionnelle » et relève « une absence de troubles mentaux ».

« On arrive petit à petit à l’idée fixe, à l’immense colère (…) l’image de la mère qu’on veut détruire », sentence Me Georges Catala, avocat de la famille de la victime.

Maryline Planche, célibataire sans enfants, était décrite à l’Agefiph comme consciencieuse, discrète, appréciée par sa hiérarchie, à l’attitude maternelle avec les autres employés.

« Elle reconnait les faits, mais pas l’intention d’homicide, elle est dans la culpabilité », plaide Me Pierre Dunac, avocat de Mme Masala, qui veut convaincre les jurés que le meurtre n’a pas été prémédité et mettre sa cliente à l’abri de la réclusion criminelle à perpétuité.

Si elle a pu découper le corps et le disperser aux quatre coins de Toulouse, c’est qu’elle a mis en oeuvre « des mécanismes de déni » de ce qu’elle était en train de faire, selon le psychologue.

Le verdict est attendu pour vendredi.

Lire aussi : Retour sur les lieux du crime pour la « démembreuse du canal du Midi »

Source : © 2019 AFP

 

https://www.lefigaro.fr/actualite-france/etudiant-tue-par-un-schizophrene-a-grenoble-le-pourvoi-du-psychiatre-rejete-20191022

Étudiant tué par un schizophrène à Grenoble: le pourvoi du psychiatre rejeté

 

 
La Cour de cassation a confirmé mardi la condamnation du médecin en charge de ce patient dangereux, qui avait tué en 2008 un jeune homme après s’être échappé de son hôpital psychiatrique.

Publié hier à 19:51, mis à jour il y a 5 heures
L’hôpital de Saint-Egrève, d’où s’est échappé Jean-Pierre Guillaud.
L’hôpital de Saint-Egrève, d’où s’est échappé Jean-Pierre Guillaud. PHILIPPE MERLE/AFP

 

Le 12 novembre 2008, Jean-Pierre Guillaud, un patient schizophrène, s’échappait sans difficulté du centre hospitalier de Saint-Égrève (Isère), dans lequel il était enfermé. Après avoir gagné en bus le centre de Grenoble, à une dizaine de kilomètres, il avait acheté un couteau et poignardé le premier venu: Luc Meunier, un étudiant de 26 ans. Dans cette affaire, le psychiatre Lekhraj Gujadhur a été condamné en 2016 à dix-huit mois de prison avec sursis pour homicide involontaire. Jamais un praticien hospitalier n’avait jusqu’ici été condamné pour homicide involontaire par la justice.

Dans cette affaire, le médecin, aujourd’hui âgé de 73 ans, a fait appel. Mais les juges grenoblois ont confirmé en 2018 qu’il ne s’était pas assez préoccupé du suivi de son patient, auteur de multiples agressions par le passé et souffrant d’une «psychose délirante chronique». Considérant qu’il n’y avait pas de lien de causalité entre la faute retenue et le décès du jeune étudiant, le praticien avait formé un pourvoi en cassation. Celui-ci a été rejeté mardi par les juges de la chambre criminelle, peut-on lire sur cette décision, consultée par Le Figaro.

On pose ici les bases de la responsabilité pénale d’un médecin psychiatre. Ceux-ci doivent prendre en considération la dangerosité des patients et la sécurité du public

Hervé Gerbi, avocat de la famille meunier

Dans son arrêt, la Cour de cassation confirme la décision de la cour d’appel grenobloise. Cette dernière avait conclu en mai 2018 que Lekhraj Gujadhur n’avait «pas accompli les diligences normales compte tenu de la nature de ses missions ou de ses fonctions, ses compétences ainsi que du pouvoir et des moyens dont il disposait». Une faute «caractérisée», avaient estimé les juges, pointant du doigt la mise en place d’une autorisation de sortie «sans surveillance» pour un patient considéré comme dangereux.

«Un vrai poids qui tombe»

Cet arrêt signe la fin d’un marathon judiciaire de onze ans. «La famille Meunier était en pleurs quand je leur ai annoncé la nouvelle. C’est un vrai poids qui tombe pour eux. Ils vont pouvoir faire totalement leur deuil», salue leur avocat, Hervé Gerbi, joint par téléphone. Pour le conseil de la famille, cette décision va «incontestablement» faire jurisprudence. «On pose ici les bases de la responsabilité pénale d’un médecin psychiatre. Ceux-ci doivent prendre en considération la dangerosité des patients et la sécurité du public, y compris en différant parfois des autorisations de sortie et en maintenant des personnes en hospitalisation plus longtemps lorsque cela est nécessaire», indique-t-il.

Le meurtre de Luc Meunier avait provoqué en 2008 une véritable onde de choc politique. Nicolas Sarkozy, alors président de la République, avait réclamé une réforme de la psychiatrie comportant des dispositions sur les malades dangereux, s’attirant une bronca des praticiens. L’hôpital de Saint-Égrève, relaxé en première instance, avait par la suite bénéficié de crédits pour clôturer tous ses pavillons.

 

Toulouse : la meurtrière nourrissait une « obsession haineuse » pour sa victime

C’est exactement la même que celle dont mes proches et moi-même sommes tous victimes de la part de la criminelle Josette Brenterch du NPA de Brest et de tous ses complices, dont les nuls en tout ultra CORROMPUS du TGI de Brest : ils ne supportent ni nos compétences professionnelles d’ingénieurs, qualifiées d »excellentes », ni notre intégrité sans faille.

De manière plus générale, les profils respectifs de ces deux femmes sont typiques de la harceleuse ou du harceleur et de sa victime.

Le premier ayant toujours beaucoup de choses à se reprocher ne supporte pas que l’autre apparaisse parfaite ou irréprochable.

 

https://actu17.fr/toulouse-une-femme-jugee-pour-avoir-tue-et-decoupe-sa-collegue-en-morceaux/

Toulouse : Une femme jugée pour avoir tué et découpé sa collègue en morceaux

 

Y.C.

-

21 octobre 2019, 18h41 │ MAJ : 21 octobre 2019, 22h24

Toulouse : la meurtrière nourrissait une

Sophie Masala (à gauche) est accusée d’avoir tuée Maryline Planche (à droite), avant de découper son cadavre. (DR)

 

Sophie Masala, 55 ans, est jugée depuis ce lundi par la Cour d’assises de la Haute-Garonne. Elle est accusée d’avoir tuée sa collègue, Maryline Planche, en mai 2016 à Toulouse, avant de découper son corps et d’en répandre les morceaux le long du canal du Midi.

Elle a été surnommée « la démembreuse du canal du Midi ». Son procès a débuté ce lundi devant les assises de Haute-Garonne. A la fin de l’année 2015, l’accusée, Sophe Masala, a décroché un CDI au sein de la branche toulousaine de l’Association de gestion du fonds pour l’insertion des personnes handicapées (Agefiph). Elle s’est installée dans un studio à Toulouse, tandis que son mari et ses deux enfants sont restés à Montpellier.

Durant plusieurs semaines, ses relations avec l’une de ses collègues qu’elle connaissait seulement depuis quelques mois, Maryline Planche, se sont dégradées selon elle, pour des raisons floues.

Cette dernière était conseillère et responsable de la logistique de la structure, décrite comme une « excellente professionnelle, calme et discrète », par ses collègues. A l’inverse, Sophie Masala est décrite comme « bavarde, impulsive et désordonnée » relate Le Parisien. Deux personnalités opposées. Mme Masala nourrissait une « obsession haineuse » à l’égard de sa collègue selon l’accusation.

Elle avait pénétré chez sa victime et l’attendait

Le jour où elle a été tuée, le 12 mai 2016, Maryline Planche qui était mal voyante, venait d’être opérée des yeux et sortait d’un rendez-vous chez l’ophtalmologue. Elle était en arrêt maladie. L’accusée s’est introduite dans son appartement du quartier Saint-Georges à Toulouse, sans que l’on sache à ce stade comment elle s’est procurée les clefs.

Sophie Masala a donné plusieurs versions des faits aux enquêteurs mais a fini par expliquer que la victime était rentrée chez elle et qu’une dispute avait éclaté entre elles. A l’origine du différend, des reproches au sujet de dossiers que Maryline Planche ramenait chez elle pour travailler, selon Mme Masala.

L’accusée a ensuite raconté aux enquêteurs que pour se défendre, elle avait saisi une bouteille de vin pleine et avait frappé la victime avec, au visage et à la tête.

Un voisin a toutefois raconté aux policiers qu’il avait aperçu les deux femmes sur le palier ce jour-là, alors que Maryline Planche était en culotte et en t-shirt. Cette dernière avait été tirée par les cheveux par Sophie Masala qui l’avait ramenée jusque dans l’appartement.

Après le meurtre, elle a passé un week-end en famille

Sophie Masala a découpé le corps de sa victime cinq jours après sa mort. Durant ce laps de temps, elle a passé un week-end en famille à Montpellier (Hérault) et s’est appropriée la carte bancaire et le téléphone de la défunte. L’accusée était à ce moment là, allée jusqu’à raconter que Maryline Planche, qu’elle savait morte, la harcelait sexuellement.

Le corps de la victime qui avait 53 ans, a été découpé à la scie à métaux. Sophie Masala a transporté les morceaux du cadavre à l’aide d’un chariot de supermarché, 500 mètres plus loin, jusqu’au canal du Midi. La tête avait été placée dans un sac à dos. Quelques jours plus tard, l’accusée a été interpellée et a reconnu les faits.

Les restes du corps disséminés le long des rives du Canal du Midi

Les morceaux du corps avaient été disséminés le long des rives du Canal du Midi. Sophie Masala a révélé avoir enterré la tête de la victime dans un jardinet près de son balcon, au cours de sa première audition devant le juge.

Sophie Masala avait été condamnée en 2011 pour détournement de fonds à l’université de Montpellier, où elle travaillait. Elle risque cette fois la réclusion criminelle à perpétuité. Le verdict est attendu ce vendredi.

 

Jacques Chirac et son « appétit » pour la gent féminine

Il n’est franchement pas trop tôt pour en parler !

Ce type présentait là une vraie pathologie ayant fait au moins une victime connue du public en la personne d’une secrétaire du RPR s’étant toujours refusée à lui et qui en fut gravement harcelée.

Comment peut-on gouverner ou diriger tout un pays honnêtement dans ces conditions ?

Celui qui trompe sa femme, ou toutes ses femmes, et s’en moque éperdument, trompe aussi son peuple et s’en « moque » tout autant, harcèlements et autres violences y compris.

Sans compter que les grands malades de ce genre-là se font toujours acheter par le cul.

Quid des aventures « exotiques » du Chi ?

 

https://www.gala.fr/l_actu/news_de_stars/jacques-chirac-avait-un-appetit-tous-azimuts-avec-les-femmes-cette-petite-phrase-coquine_436271

Jacques Chirac avait un “appétit tous azimuts”… avec les femmes ! Cette petite phrase coquine

 

« Un vorace doté d’un faim pathologique »

Clara Carlesimo | vendredi 11 octobre 2019 à 19h20

 

 

Dans une interview accordée au magazine ELLE, Catherine Ney raconte le rapport presque obsessionnel que Jacques Chirac entretenait avec les femmes. La journaliste, auteure de plusieurs livres sur l’ancien président de la République, file la métaphore de la nourriture pour expliquer son penchant coureur de jupons qui enchaîné les conquêtes.

 

Avec la nourriture, comme avec les femmes, Jacques Chirac avait beaucoup de mal à être rassasié. Pourtant marié à Bernadette Chodron de Courcel depuis le 16 mars 1956, l’ancien président n’a jamais perdu son goût pour la gent féminine. Durant sa vie, il a enchaîné les conquêtes fugaces comme les relations extraconjugales. Les femmes ? « Ça n’est un secret pour personne qu’il en avait le goût », plaisante la journaliste Catherine Ney, qui a écrit plusieurs livres à son sujet, dans les colonnes du magazine ELLE. Amoureux des femmes, Jacques Chirac ne s’en cachait pas vraiment. L’auteure du Dauphin et le Régent se souvient notamment d’une phrase coquine qu’il prononçait.

« Il aimait en parler, et souvent de manière un peu leste et militaire, comme lorsqu’il disait : ‘Elle a un frelon dans la culotte !’ », raconte Catherine Ney avant de rappeler que Jacques Chirac n’aimait pas les femmes que pour son plaisir personnel : « Mais il aimait s’entourer de femmes, y compris dans le travail – ce qui est plus rare -, il leur faisait confiance ». Grand séducteur, l’ancien président de la République était « un vorace doté d’une faim pathologique », explique-t-elle. A tel point qu’il a longtemps été surnommé « 10 minutes douche comprise… » Quelle que soit l’heure, il avait toujours quelque chose dans l’estomac. « Le matin, il prenait un gros petit-déjeuner, puis un casse-croûte à 11 heures, puis un gros déjeuner, un en-cas vers 17 heures, enfin un dîner arrosé de cinq ou six bières… Il avait un appétit pantagruélique qui allait de pair avec le reste, un appétit tous azimuts« , se souvient Catherine Ney dans ELLE.

« Il ne pouvait pas se passer d’elle »

Malgré ses nombreuses histoires – plus ou moins sérieuses – Jacques Chirac est resté fidèle à Bernadette jusqu’à son dernier souffle. « Il avait beaucoup d’histoires, certaines ont compté plus que d’autres, on le sait désormais. Mais Bernadette était son point fixe, décrit Catherine Ney. C’était un couple à l’ancienne. Ils s’exaspéraient mutuellement mais formaient une alliance. » Puis, comme le répétait la mère de Jacques : « Chez les Chirac, on ne divorce pas ». Un slogan que l’ex-chef d’Etat a respecté à la lettre. Pourtant, lui et son épouse avaient des quotidiens totalement différents : « Elle sortait seule le soir et se couchait tard, lui se levait tôt, détestait les dîners en ville, ils vivaient à rythmes contrariés, mais il ne pouvait se passer d’elle et l’appelait tout le temps ».

Et si l’appétit féminin de Jacques Chirac fait sourire et passionne, la journaliste tient tout de même à rappeler qu’il a aussi beaucoup compté pour la représentation de la gent féminine en politique et a permis une avancée considérable pour les droits des femmes. « C’est lui qui a nommé Michèle Alliot-Marie à la Défense, Michèle Barzach à la Santé. Marie-France Garaud a longtemps été son mentor. Il a aussi fait nommer Simone Veil. C’était au moment des débats sur l’IVG, se souvient celle qui l’a suivi pendant des années. Il s’en est fallu de peu pour que le groupe UDR ne vote pas la loi. La mesure heurtait. » A l’époque, Jacques Chirac a « accouru dans la nuit pour houspiller tout le monde (…) Sans Chirac, la loi sur l’avortement ne serait sûrement pas passée ».

 

https://www.gala.fr/l_actu/news_de_stars/il-est-fou-quand-jacques-chirac-embrassait-a-pleine-bouche-une-jeune-journaliste-a-lelysee_436277

“Il est fou” : quand Jacques Chirac embrassait “à pleine bouche” une jeune journaliste à l’Elysée

 

Une scène inattendue

Johanna Amselem | vendredi 11 octobre 2019 à 20h20

 

Dans un livre, sorti en mars 2016, César Armand et Romain Bongibault racontent un échange totalement inédit entre l’ancien président de la République, Jacques Chirac, et une journaliste présente.

 

Jacques Chirac est décédé jeudi 26 septembre 2019 à l’âge de 86 ans. Si l’ancien président de la République a laissé sa marque sur la politique française, il n’a jamais caché son côté séducteur. La photographe Bettina Rheims, qui a réalisé son portrait officiel en 1995, disait d’ailleurs de lui qu’il « aurait séduit une chèvre ». Mariée avec Bernadette Chirac depuis 1956, l’ancien locataire de l’Elysée a fréquenté d’autres femmes au cours de sa vie. A l’image de sa romance avec la journaliste Jacqueline Chabridon dont il était follement épris

Plusieurs livres sont revenus sur les romances de l’ancien président de la République et ses nombreuses aventures. Dans le livre Dans l’ombre des Présidents: Au coeur du pouvoir : les secrétaires généraux … (paru le 9 mars 2016 aux éditions Fayard), César Armand, Romain Bongibault reviennent sur le pouvoir présidentiel au quotidien. Ils livrent des scènes inédites pour le grand public. Dans cet ouvrage, les auteurs reviennent par exemple sur un événement survenu lors du mandat de Jacques Chirac. Une scène étonnante qui s’est déroulée lors de la présentation des voeux à la presse française.

« Sous ses airs de faux pudique, Jacques Chirac affiche parfois son bonheur avec plaisir. Un matin de présentation des voeux de bonne année à la presse française sous les dorures de la Salle des fêtes, il embrasse, à pleine bouche et devant tous les reporters présents, une jeune journaliste débutante. L’éditorialiste Philippe Alexandre, témoin de la scène rapporte le fou rire de l’intéressée, pas gênée du tout : ‘il est vraiment fou’« , racontent les auteurs.

 

https://www.gala.fr/l_actu/news_de_stars/jacques-chirac-seducteur-ce-surnom-peu-aimable-donne-a-ses-conquetes_435738

Jacques Chirac séducteur : ce surnom peu aimable donné à ses conquêtes

 

Un homme à femmes

Lea Cardinal | jeudi 3 octobre 2019 à 09h33

 

 

S’il est resté marié avec Bernadette pendant plus de soixante ans, Jacques Chirac a eu plusieurs conquêtes au cours de sa vie. Il leur donnait d’ailleurs un surnom peu flatteur, comme le relate Arnaud Ardoin dans son livre « Président, la nuit vient de tomber » paru en 2017.

 

Jacques Chirac était un séducteur invétéré. L’ancien président de la République, mort le 26 septembre dernier à l’âge de 86 ans, a eu de nombreuses conquêtes tout au long de sa vie… et de son mariage avec Bernadette. Dans le livre Président, la nuit vient de tomber, paru aux éditions du Cherche-Midi en 2017, le journaliste Arnaud Ardoin revient sur plusieurs anecdotes racontées par des proches ou par le personnel de Jacques Chirac.

Parmi celles que l’homme politique compte parmi ses maîtresses, « il y a les régulières, les coups de cœur, les amuse-bouches qui réussissent à franchir les cordons de sécurité pour approcher le président, d’autres qui partagent le même avion que lui et qui attendent, nues dans son espace privé, brûlantes de désir », écrit le journaliste dans l’ouvrage cité. « Amuse-bouche », un surnom peu flatteur pour évoquer les conquêtes de celui qui fut également maire de Paris.

Pour passer du temps avec ses maîtresses, Jacques Chirac pensait à tout

Si les femmes désireuses de se rapprocher de Jacques Chirac se bousculaient au portillon, ce dernier tenait à être discret. Et pour cause, il était déjà marié à une femme, Bernadette, qui a d’ailleurs longtemps supporté ses frasques sans rien dire. Cela était notamment dû à son éducation stricte et traditionaliste, comme elle l’expliquera plus tard. Pour rejoindre ses maîtresses en douce, l’ancien président de la République usait d’un stratagème bien huilé: « Il utilise régulièrement une garçonnière dans l’immeuble du 241, boulevard Saint-Germain pour satisfaire ses plaisirs avec une collaboratrice du RPR ou une jeune ambitieuse qui cherche la chaleur fugace du pouvoir », peut-on lire dans le livre Président, la nuit vient de tomber.

Face aux infidélités de son mari, Bernadette Chirac a toujours tenté de faire bonne figure. Mais elle n’était pas dupe. Loin de là. Dans un documentaire qui consacré à l’ex Première dame et diffusé sur France 2 en 2016, elle se confiait au sujet de cet époux volage : «  Les papillons tournaient autour de la lampe. Et j’en ai eu des inquiétudes et du chagrin même… Tous les hommes qui ont du pouvoir ou une très grosse fortune attirent les femmes. Au début, ça a été dur, j’ai eu beaucoup de chagrin. Puis après, je m’y suis faite. Je me suis dit que c’était la règle et qu’il fallait la subir avec autant de dignité que possible. » Pour son homme, « Bernie » semblait prête à toutes les concessions.

 

https://www.gala.fr/l_actu/news_de_stars/jacques-chirac-navait-pas-une-mais-au-moins-trois-garconnieres_436331

Jacques Chirac n’avait pas une mais au moins trois garçonnières

 

Un stratagème bien huilé

Clara Carlesimo | dimanche 13 octobre 2019 à 09h51

Jacques Chirac n’avait pas une mais au moins trois garçonnières

 

Séducteur invétéré, Jacques Chirac a parfois dû user de stratagèmes ingénieux pour retrouver ses maîtresses. Dans son livre Chirac, le président aux 5 visages, Xavier Panon raconte les rendez-vous secrets de l’ancien président de la République, qui n’avait pas qu’une seule garçonnière…

 

Un homme à femmes bien préparé. On le sait, Jacques Chirac a vécu plusieurs existences amoureuses. Son mariage avec Bernadette, durant l’année 1956, n’a pas entamé son appétit « tous azimuts » pour la gent féminine. Et pour rejoindre ses maîtresses – qu’il a compté en nombre – l’ancien président de la République, décédé jeudi 26 septembre, devait user d’un stratagème ingénieux et surtout, bien huilé. Pour organiser ses 5 à 7 comme il le souhait, Jacques Chirac possédait une garçonnière à un endroit plus que stratégique : dans un immeuble du boulevard Saint-Germain, qui abritait le siège départemental du RPR. Préparé à toute éventualité, l’ex-chef d’Etat ne s’est pas cantonné à cet appartement du Ve arrondissement parisien.

En réalité, Jacques Chirac n’avait pas qu’une garçonnière… mais bien trois, comme l’explique Xavier Panon dans son livre Chirac, le président aux 5 visages. Celle du siège de son parti donc, mais aussi un appartement loué exprès dans Paris, rue Marignan, pour rejoindre Jacqueline Chabridon. Et pour retrouver ses conquêtes dans un troisième lieu, il a même été aidé par des tiers. « A côté de ses grandes et belles histoires d’amour, ou de ses passades, Chirac a goûté à d’autres charmes plus exotiques, ici ou là, parfois dans un appartement de Neuilly, prêté par un ami de Roland Dumas », lit-on dans l’ouvrage. Pour se déplacer rejoindre l’une de ses amantes à l’époque, là aussi Jacques Chirac devait faire travailler ses méninges. Pas question pour lui de se mouvoir à la vue et au su de tous. Comme l’écrivait Renaud Revel, l’ex-président « se faisait toujours accompagner d’un minibus aux vitres teintées qui lui permettait d’abriter ses amours à la hussarde ».

Bernadette Chirac encaissait sans sourciller

Dans ces lieux secrets, connu d’une petite poignet de personne, Jacques Chirac ne s’est jamais attardé. Avec lui, que l’on surnommait « 10 minutes douche comprise », il fallait que ça aille vite, pas question que ses conquêtes traînent. « Lorsqu’il avait rendez-vous avec une femme, c’était à la minute près. Nous le déposions, et il nous donnait un horaire exact, il ne fallait surtout pas être en retard », racontait son chauffeur de l’époque dans Une histoire érotique de l’Élysée. Des rendez-vous galants de son époux, Bernadette Chirac n’a jamais été dupe. « Pendant plus de cinquante ans de frasques chiraquiennes, Bernadette a vécu sous la menace, informées des vies parallèles, sans suivre les frivolités passagères, mais veillant à limiter la casse », écrit Xavier Panon. Pendant son mariage, la mère de Claude Chirac a longtemps essayé d’éloigner les maîtresses de son mari. En vain.

Alors elle s’y est petit à petit habituée, résignée. « Cocue magnifique, à l’ancienne, elle supporte, de mauvais gré, le tempérament de son époux volage : mais elle le fait avec les respect des convenances sociales », lit-on dans Chirac, le président aux 5 visages. De toute façon, Bernadette Chirac n’avait pas le choix. Dans son esprit, la devise de sa famille se répétait sans cesse : « Chez les Chirac, on ne divorce pas ». Alors elle a encaissé sans rien dire pendant des années. « Je me suis dit que c’était la règle et qu’il fallait la subir avec autant de dignité que possible », expliquait-elle dans C à vous en 2016. Sans sourciller face au tableau de chasse de Jacques Chirac, Bernadette a toujours préféré la carte de l’humour comme lorsqu’elle s’amusait à les comparer : « Je ne connais pas toutes les maîtresses de mon mari. Mais ce qui me fait plaisir, c’est qu’elles sont devenues aussi laides que moi aujourd’hui ».

 

Affaire Dupont de Ligonnès : Cyprien Luraghi encore impliqué ?

Ses réactions sur Twitter laissent entendre qu’il n’est pas étranger au retour de cette affaire dans les médias depuis hier :

 

Affaire Dupont de Ligonnès : Cyprien Luraghi encore impliqué ? dans AC ! Brest Cyprien%2BLuraghi%2Bsur%2BTwitter%2B_%2B_%2540Mr_Tschaggatta%2BAutant%2Ble%2Bfiler%2B_%2B-%2Btwitter.com

Cyprien%2BLuraghi%2Bsur%2BTwitter%2B_%2B_%2540Rigobert_Rhino%2B%254020minutesnantes_%2B-%2Btwitter.com dans Attentats

 

Cyprien%2BLuraghi%2Bsur%2BTwitter%2B_%2B_%2540Mr_Tschaggatta%2BL%2527acide%2Bsulfuriq_%2B-%2Btwitter.com dans Calomnie

 

Cyprien%2BLuraghi%2Bsur%2BTwitter%2B_%2B_%2540Rigobert_Rhino%2B%2540SuperDesabused%2B_%2B-%2Btwitter.com dans Corruption
12345...138

Yin

cuy gracioso 3

Aime le potage

Avis du 3 février 2015

Ce blog a été créé le 6 janvier 2015 pour prendre le relais du Petitcoucou venant d'être suspendu sans préavis ni avertissement en milieu de journée. Ayant eu cette fonction jusqu'au 1er février 2015, il devient un doublon du Petitcoucou suite à la réouverture de ce dernier après trois semaines de suspension, et sa reprise d'activité à compter du 2 février 2015.

Sondage

Aimez-vous ce blog ?

Chargement ... Chargement ...

Calendrier

novembre 2019
L Ma Me J V S D
« oct    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930  

Avis

Les statistiques de ce blog sont bloquées depuis le 21 janvier 2015. Plus aucun compteur n'est incrémenté, ceux des visites du jour restent à zéro, les mises à jour ne se font plus.

Avis du 24 janvier 2015

Mes statistiques "avancées" sont de retour et font apparaître un record de visites le 21 janvier 2015 - record très modeste, mais néanmoins record pour ce blog nouveau-né. En revanche, les statistiques "basiques" sont toujours bloquées. Tout cela m'évoque bien évidemment les petites manies de Cyprien Luraghi qui n'a jamais pu supporter de voir s'envoler le nombre de mes lecteurs, qu'il surveille comme le lait sur le feu depuis la création de mon premier blog, sur Le Post, début septembre 2009.

Avis du 26 janvier 2015

Mes statistiques "basiques" sont de retour. Tout se passe normalement. Le Chinois de Thaïlande est inactif sur ce blog.

Avis du 31 janvier 2015

Mes statistiques "basiques" sont de nouveau bloquées depuis le 29 janvier.

Avis du 1er février 2015

Retour de mes statistiques "basiques".

Avis du 3 février 2015

Statistiques "basiques" de nouveau bloquées depuis le 1er février.

Avis du 6 février 2015

Mes statistiques "basiques" sont de retour. Tout fonctionne.

Avis du 11 février 2015

Mes statistiques "basiques" sont de nouveau bloquées depuis le 8 février.

Avis du 26 février 2015

Statistiques "basiques" enfin débloquées !

Avis du 27 février 2015

Statistiques "basiques" de nouveau bloquées depuis le 26 février. Ce petit jeu pourrait-il cesser ? On n'en voit pas l'intérêt... Complément de 22 h: merci de m'avoir rendu ces statistiques !

Avis du 4 mars 2015

Statistiques "basiques" de nouveau bloquées depuis le 1er mars. Merci de les débloquer et ne plus les bloquer ou les oublier en cet état à l'avenir.

Avis du 7 mars 2015

Statistiques "basiques" bien débloquées. Merci.

Avis du 25 mars 2015

Statistiques "basiques" bloquées depuis le 14 mars.

Avis du 2 avril 2015

Mes statistiques "basiques" sont de retour.

Avis du 26 avril 2015

Les statistiques "basiques" de ce blog sont encore bloquées, depuis le 10 avril 2015.

Avis du 28 avril 2015

Statistiques de retour. Merci.

Avis du 7 mai 2015

Je n'ai de nouveau plus de statistiques "basiques" depuis le 2 mai. Comme pour Petitcoucou, les statistiques "avancées" ont également disparu depuis deux jours.

Avis du 10 mai 2015

Statistiques "basiques" débloquées. Merci. Me manquent encore les statistiques "avancées".

Avis du 14 mai 2015

Toutes mes statistiques sont de retour depuis hier. Merci.

Avis du 3 octobre 2015

Les compteurs de mes statistiques avancées sont tous à zéro depuis le 1er octobre. Merci de me les rendre.

Avis du 5 octobre 2015

Statistiques "avancées" de retour ce soir. Merci.

Visiteurs en ligne

Il y a 7 visiteurs en ligne

Nombre total de visites

Messagerie

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter


#PatinoireHabbo |
Linounaty |
Cybersecuriter |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Peoplenews
| Lebilletdeleticia
| Spcialstarspcialscoopsurtou...