Archives pour la catégorie Corruption

Pour bien préparer la rentrée, prenez les bonnes leçons !

 

 

Affaire Benalla : durant la pause estivale, la fiction du Télégramme !

 

Feuilleton Télégramme 1

 

Cliquer sur l’image pour l’agrandir et lire le texte.

La plaisanterie est signée Yann Lorient.

Pourquoi ce choix ? Pour faire diversion ?

C’est du bresto-brestôa !

 

 

 

 

Signalons au passage que les cybercriminels qui me harcèlent depuis dix ans ont toujours tendance à prendre leurs rêves pour des réalités, puisque l’un d’eux a posté le commentaire suivant sur Satanistique le 31 juillet dernier :

 

 

Alors comme ça on s’est encore fait interner ? Et on recommence ? sur Après l’affaire Benalla, chasse aux sorcières en vue dans la haute administration
Anonyme
le 31/07/18

 

 

Inutile de le nommer, ça le ferait jouir…

Informons donc cet abruti que je n’avais pas disparu pour tout le monde, et même, que j’ai eu plus d’une fois l’occasion de me promener sous les fenêtres du prochain maire de Brest avec lequel je ne suis pas forcément en mauvais termes.

Il vaut autant qu’il le sache avant de se mettre en tête de l’inonder de courriers aussi délirants que ceux qu’a reçus François Cuillandre à mon sujet.

Qu’il sache aussi que j’ai encore à la Mairie de Brest quelques amies qui me connaissent depuis l’enfance et sont particulièrement bien placées pour y faire savoir que les prétentions de ses complices Luraghi, Brenterch et consorts me concernant sont entièrement fausses.

 

Affaire Benalla : pourquoi maintenant et pas en mai, et autres questions

La première saison de la grande série de l’été 2018 s’étant terminée en beauté avec les motions de censure de l’opposition, paraissent désormais quelques articles d’auteurs revenant sur des questions qui à ce jour restent sans réponse, à commencer par celle-ci soulevée par le Président lui-même : comment se fait-il que cette affaire ne soit pas « sortie » avant le 18 juillet 2018, ou qu’Alexandre Benalla n’ait pas été identifié plus tôt, alors que la vidéo le montrant à l’oeuvre sur la place de la Contrescarpe le 1er mai 2018 circulait depuis le début sur les réseaux sociaux, et qu’il était bien connu de toute la classe politico-médiatique française depuis plusieurs années ?

Pourquoi donc aucun politique, aucun journaliste n’a jamais rien dénoncé avant le 18 juillet 2018 ?

Auraient-ils tous continué à se taire si Le Monde n’avait ouvert le bal à cette date ?

Qu’est-ce qui brutalement aura déclenché le grand déballage à compter du 18 juillet 2018 ?

Ou qu’est-ce qui pouvait bien le retenir jusque-là ?

 

https://www.francetvinfo.fr/politique/emmanuel-macron/agression-d-un-manifestant-par-un-collaborateur-de-l-elysee/affaire-benalla-nos-reponses-aux-six-questions-les-plus-posees-pour-eclaircir-ce-dossier_2869811.html

Affaire Benalla : nos réponses aux six questions les plus posées pour éclaircir ce dossier

 

Avec l’afflux d’informations autour de l’affaire Benalla, pas facile de tout saisir. Le chef du service politique de franceinfo, Jean-Jérôme Bertolus, répond aux principales questions posées par les internautes.

 

Alexandre Benalla à côté du bus de l\'équipe de France de football à l\'aéroport Roissy-Charles de Gaulle, le 16 juillet 2018. 
Alexandre Benalla à côté du bus de l’équipe de France de football à l’aéroport Roissy-Charles de Gaulle, le 16 juillet 2018.  (THOMAS SAMSON / AFP)

Plus d’une semaine après les révélations de l’affaire Benalla mercredi 18 juillet, l’enquête ne fait que débuter et de nombreuses zones d’ombre demeurent. Conséquences politiques pour Emmanuel Macron et sa majorité, interrogations autour de l’organisation de la sécurité du président de la République, attitude de l’opposition politique, rôle de l’enquête parlementaire : le chef du service politique de franceinfo, Jean-Jérôme Bertolus, répond, vendredi 27 juillet, aux multiples questions posées par les internautes.

Quel est le parcours d’Alexandre Benalla jusqu’à l’Élysée ?

Avant d’arriver à l’Élysée, Alexandre Benalla a d’abord suivi des études de droit. Il s’est ensuite lancé dans la vie professionnelle. « Il a commencé au PS où il a été d’abord affecté à la sécurité de la maire de Lille Martine Aubry entre 2008 à 2012, puis au service d’ordre pendant la campagne de François Hollande en 2012. C’est l’ex-chef du service d’ordre du Parti socialiste, Eric Plumer, qui l’a formé aux questions de sécurité. En mars 2016, il avait tenté de lancer, sans succès, une entreprise de sécurité privée, avec Vincent Crase, également identifié dans la vidéo du 1er-Mai et mis en examen », explique Jean-Jérôme Bertolus.

La trajectoire d’Alexandre Benalla a ensuite connu une ascension aux côtés d’Emmanuel Macron. « Après la démission d’Emmanuel Macron du gouvernement, en août 2016, il devient l’un de ses gardes du corps », relate Jean-Jérôme. « Pendant la campagne présidentielle, il est directeur de la sûreté et de la sécurité du mouvement En marche. C’est Patrick Strzoda, l’actuel directeur de cabinet du Président, qui le recrute à l’Élysée ».

La question du salaire d’Alexandre Benalla est régulièrement revenue dans le débat, depuis la révélation de l’affaire. Au cours de son audition par la commission d’enquête de l’Assemblée nationale, Patrick Strzoda a démenti la rumeur d’un salaire de 10 000 euros par mois. Selon l’AFP, Alexandre Benalla touchait 6 000 euros.

Emmanuel Macron a-t-il eu recours à des agents de sécurité privés ?

« Est-ce que nous étions confrontés ni plus ni moins qu’à des barbouzes ? », s’est interrogé Yves Lefebvre, secrétaire général Unité SGP-Police Force ouvrière. Un terme qui a ensuite été repris par une partie de la classe politique. Cette question fait l’objet d’un débat.

« Selon le directeur de cabinet de l’Élysée, Alexandre Benalla était chargé de mobiliser tous les services nécessaires aux déplacements du chef de l’État en France (Élysée, Intérieur, Préfecture, etc.). Il dirigeait également une deuxième équipe de sécurité, au sein du GSPR (Groupe de sécurité de la présidence de la République) chargée de protéger la vie privée du Président », explique Jean-Jérôme Bertolus.

« Ce service était composé de dix policiers et de quatre gendarmes. C’est Alexandre Benalla qui avait recruté les hommes de ce service. Il était par ailleurs associé étroitement au projet de réorganisation de la sécurité du président. La sécurité est assurée aujourd’hui par le commandement militaire de l’Élysée, des gendarmes et par le GSPR, des policier rattachés au Service de la protection (SDLP) »

À quoi sert l’enquête parlementaire ?

Première précision : il n’y a pas une mais deux enquêtes parlementaires. La première est menée par le Sénat, la seconde par l’Assemblée nationale. « Les deux commissions tentent de faire la lumière sur d’éventuels dysfonctionnements au sein de l’Élysée et au ministère de l’Intérieur », explique Jean-Jérôme Bertolus, qui décrit les questions posées par les commissions : « Alexandre Benella a-t-il exercé ses responsabilités à l’Élysée dans les règles ou a-t-il bénéficié de passe-droits et d’avantages exorbitants compte tenu de sa proximité avec le chef de l’État ? Après les incidents du 1er-Mai, l’Élysée a-t-il tenté d’étouffer l’affaire ? Les réseaux d’Alexandre Benella révèlent-ils une police parallèle ? »

Parmi les personnes qui ont été entendues : le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb, le préfet de police de Paris Michel Delpuech, le secrétaire général de l’Élysée Alexis Kohler ou encore le directeur de cabinet de l’Élysée Patrick Strzoda.

Les deux commissions d’enquête vont tirer des conclusions des auditions qui ont été effectuées. Ce devrait être « dans les prochains jours » pour l’Assemblée nationale. En revanche, le délai est plus long pour le Sénat. « La commission d’enquête du Sénat s’est dotée de pouvoirs pour six mois. Les auditions vont se poursuivre à la rentrée », explique le chef du service politique de franceinfo.

Dans la vie parlementaire, les rapports des commissions d’enquête sont toujours très attendus et connaissent un fort retentissement car ils peuvent accabler ou au contraire blanchir le gouvernementJean-Jérôme Bertolusfranceinfo

L’une des principales demandes de l’opposition, c’est qu’Emmanuel Macron soit entendu par les commissions d’enquête. Mais il n’y a aucun moyen de contourner la Constitution pour rendre possible cette audition. « Même si une majorité de parlementaires demandaient son audition, le président pourrait toujours refuser, se fondant sur le principe de la séparation des pouvoirs entre l’exécutif et le législatif. Le président de la République n’est pas politiquement responsable devant le Parlement », relate Jean-Jérôme Bertolus.

Quelles conséquences politiques peuvent avoir cette affaire ?

Sur le plan politique, « concernant le président de la République, les éventuelles conséquences de cette affaire pourraient se traduire par un fléchissement en termes de popularité et de la confiance des Français envers lui », estime Jean-Jérôme Bertolus, du service politique de franceinfo. « À l’inverse, l’opposition, divisée et encore meurtrie par l’élection présidentielle et les législatives, pourrait retrouver de la vigueur ».

Un remaniement du gouvernement ne semble, en revanche, pas d’actualitéJean-Jérôme Bertolusfranceinfo

Cette affaire peut entraîner des démissions. « Il est possible que des membres du cabinet du président de la République quittent l’Élysée. Le président de la République a demandé une réorganisation de l’ensemble des services de l’Élysée », explique Jean-Jérôme Bertolus. Sans oublier d’éventuelles sanctions dans le cadre des enquêtes ouvertes : « Des hauts fonctionnaires de la police pourraient être sanctionnés à l’issue de l’enquête de l’IGPN (Inspection générale de la police nationale), demandée par Gérard Collomb. »

Sur le plan administratif, cette affaire Benalla devrait entraîner quelques modifications. « La sécurité du président devrait être réorganisée ».

Est-ce que les médias en font trop autour de cette affaire ?

Plusieurs internautes s’interrogent sur la place accordée à cette affaire. « Pourquoi cette affaire est croustillante pour les médias ? », demande l’un d’entre eux. « Comme toutes les affaires – Fillon, Cahuzac, financement de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2012, Karachi, Rainbow Warrior… -  la presse joue un rôle déterminant. C’est elle qui sort généralement l’affaire et explore ses ramifications », répond Jean-Jérôme Bertolus. « L’affaire Benalla intervient en plus dans un contexte de relation difficile entre la presse et Emmanuel Macron depuis le début du quinquennat. Le président de la République a d’ailleurs critiqué très vivement le déferlement médiatique ».

Un autre internaute ajoute : « N’est-ce pas un peu exagéré, toute cette affaire ? » Les réactions n’ont pas du tout été les mêmes d’un camp à l’autre. « C’est une affaire de point de vue. Emmanuel Macron a dénoncé une ‘tempête dans un verre d’eau‘. À l’inverse, Jean-Luc Mélenchon dénonce un ‘Watergate à la Française’, du nom de la célèbre affaire américaine, qui a abouti à la démission de Richard Nixon », explique le chef du service politique de franceinfo.

Cette affaire est-elle une tentative de l’opposition de bloquer le pays ?

Certains internautes se demandent si cette affaire ne sort pas à un moment opportun. Soit pour la majorité parlementaire, alors que le député LREM Thierry Solère venait d’être placé en garde à vue pour fraude fiscale. Soit pour l’opposition, afin de retarder les débats sur la réforme constitutionnelle.

Pour Jean-Jérôme Bertolus, il n’y a pas de lien avec l’affaire Solère. « Après sa garde à vue, l’enquête pour fraude fiscale et corruption se poursuit à l’encontre de Thierry Solère. Au plan politique, ce député, rallié après la présidentielle, a peu d’influence », estime le chef du service politique de franceinfo.

Même si Emmanuel Macron « s’est demandé pourquoi Alexandre Benella avait été identifié tant de temps après les faits, il n’a pas fait le lien avec le projet de réforme constitutionnelle », rappelle Jean-Jérôme Bertolus. « L’examen de ce projet a été seulement suspendu et les débats à l’Assemblée nationale devraient reprendre en septembre ou en octobre ».

 

 

Egalement à lire :

 

https://blog.causeur.fr/lavoixdenosmaitres/la-planification-de-linfo-cest-aussi-une-info-00827.html#ligne

https://www.legrandsoir.info/benalla-a-ete-confie-a-une-nounou-issue-du-gang-des-zemour.html

https://blogs.mediapart.fr/edition/la-commune-pour-un-parti-des-travailleurs/article/290718/ce-que-revele-l-affaire-benalla

http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2018/07/31/31001-20180731ARTFIG00161-general-soubelet-l-affaire-benalla-revele-l-effondrement-de-la-classe-politique.php

http://www.dedefensa.org/article/benallagate-ou-la-theorie-du-complot-de-lete

 

Après l’affaire Benalla, chasse aux sorcières en vue dans la haute administration

En revanche, l’opposition politique officielle reste inchangée, elle est vraiment trop bonne…

 

http://www.europe1.fr/politique/apres-laffaire-benalla-macron-va-t-il-instaurer-un-veritable-spoil-system-3722615

Après l’affaire Benalla, Macron va-t-il instaurer un véritable « spoil system » ?

 

17h57, le 30 juillet 2018
Après l'affaire Benalla, Macron va-t-il instaurer un véritable "spoil system" ?

Emmanuel Macron veut remanier en profondeur le sommet des administrations centrales françaises.@ Alberto PIZZOLI / AFP
 

La crise connue par l’Élysée avec l’affaire Benalla est l’occasion pour le pouvoir politique d’asseoir sa domination sur la haute administration, en plaçant des soutiens de la macronie aux postes importants.

 

C’est la leçon que veut retenir l’exécutif de l’affaire Benalla, alors que les dernières auditions de protagonistes sont menées lundi et mardi au Sénat. La séquence aurait-elle été moins périlleuse si la haute administration avait partagé les opinions et les intérêts de la majorité macroniste ? L’Élysée apparaît en tout cas déterminé à s’assurer de la fidélité des hauts fonctionnaires en temps de crise. Pour y parvenir, le président copmpte s’appuyer sur un outil importé des États-Unis, vanté par Emmanuel Macron pendant la campagne présidentielle et présenté comme une changement de paradigme dans les hautes sphères de l’État : le « spoil system ».

Une promesse de campagne. Derrière cette expression anglaise née aux États-Unis au début du 19ème siècle se cache en fait une idée plutôt simple : lorsque des dirigeants arrivent au pouvoir dans un pays, ils changent les hauts fonctionnaires pour s’assurer de leur fidélité. En France, cela regroupe les administrations centrales (le CSA, le Commissariat à l’énergie atomique ou l’université de Strasbourg, par exemple), les préfets, les ambassadeurs… Objectif : éviter de voir leurs réformes « torpillées » ou insuffisamment mises en oeuvre par des structures chargées en théorie d’appliquer concrètement la loi sur le terrain.

« Nous sommes en fait face aux limites de l’absence du ‘spoil system’. L’affaire Benalla nous l’a montré, si nous le faisons pas, cela peut se retourner contre nous », constate aujourd’hui un conseiller du président auprès du Figaro, lundi. Pour autant, cet appétit pour le « spoil system » n’est pas nouveau chez Emmanuel Macron : « Dans les deux premiers mois du quinquennat, je changerai ou confirmerai l’intégralité des postes de direction dans la fonction publique… C’est une mise sous tension de l’appareil d’Etat », promettait-il dans un entretien aux Échos, en février 2017.

Quelques départs commentés. Dans les faits, 180 hauts fonctionnaires, dont la nomination dépend du gouvernement, ont été évalués au cours de l’année 2017, pour s’assurer de l’adéquation de leurs vues avec celles de l’exécutif. Très peu de responsables ont en réalité quitté l’administration après l’arrivée au pouvoir d’Emmanuel Macron. Parmi les contre-exemples, le départ très commenté du chef d’état-major des armées, Pierre de Villiers, en juillet 2017 ou celui du Conseil supérieur des programmes, Michel Lussault, en septembre dernier. Après l’attentat de Marseille, l’Élysée a aussi limogé le préfet du Rhône, Henri-Michel Comet, pour le remplacer par un haut fonctionnaire proche de Christophe Castaner mais condamné pour avoir diffamé un Algérien et accordé des permis des construire illégaux en Corse, pointe La Tribune.

L’affaire Benalla montre surtout que la haute administration policière n’est pas alignée sur les positions de l’Élysée. Lors de son audition devant la commission d’enquête de l’Assemblée, le préfet de police Michel Delpuech s’est notamment désolidarisé de l’exécutif en renvoyant la responsabilité des agissements de l’ex-chargé de mission vers l’Élysée. Cette défiance entre la préfecture de police et la présidence pourrait donner lieu à une reprise en main de la première par la seconde, dans les semaines et les mois à venir. Le préfet Delpuech pourrait en faire les frais : il a été nommé avant le premier tour de l’élection présidentielle, en avril 2017. Emmanuel Macron n’était pas encore à l’Élysée.

« Il va falloir s’occuper » de certains hauts fonctionnaires. La plus grande crise du quinquennat jusqu’à présent est donc l’occasion d’affermir véritablement la tutelle de l’Élysée sur les administrations centrales. « Jusqu’à présent, nous nous sommes montrés plutôt conciliants », raconte un proche d’Emmanuel Macron au Figaro. « En arrivant, nous avons laissé aux hauts fonctionnaires le choix de rester travailler avec nous ou de partir si cela leur posait des problèmes. Apparemment, certains qui avaient des problèmes sont restés. Il va falloir s’en occuper. » Si l’exécutif se défendait au début du quinquennat de vouloir mener une « chasse aux sorcières » au sein des administrations centrales, le ton a bien changé au début de l’an II du quinquennat.

 

 

https://www.lejdd.fr/politique/affaire-benalla-pourquoi-macron-pourrait-quand-meme-faire-sauter-des-fusibles-3722357

Affaire Benalla : pourquoi Macron pourrait quand même faire sauter des « fusibles »

 

11h39 , le 30 juillet 2018, modifié à 11h41 , le 30 juillet 2018

Emmanuel Macron a indiqué la semaine dernière qu’il ne limogerait pas de « fusible » après l’affaire Benalla. Mais, il pourrait tout de même couper des têtes à la rentrée.

Emmanuel Macron le 26 juillet dernier à Madrid.

Emmanuel Macron le 26 juillet dernier à Madrid. (Reuters)

 

Il n’y aura pas de « fusible » mais certaines têtes pourraient tomber. Emmanuel Macron avait expliqué la semaine dernière devant les députés et les ministres de la majorité qu’il ne comptait pas « donner des têtes » à l’opinion publique. « Ce qui nous a conduit là, ce n’est pas la République des fusibles, ce n’est pas la République de la haine, celle où l’on fait trinquer un fonctionnaire ici, un collaborateur là. On ne peut pas être chef par beau temps et se soustraire lorsque le temps est difficile. S’ils veulent un responsable, il est devant vous, qu’ils viennent le chercher. Et ce responsable, il répond au peuple français et au peuple souverain », avait clamé le chef de l’Etat qui a refusé, selon les informations du JDD, de sacrifier son directeur de cabinet, Patrick Strzoda, malgré les pressions de son entourage.

Lire aussi - Comment Macron espère rebondir après l’affaire Benalla

Mais dans un passage moins remarqué de son discours, il s’était également fait plus menaçant et n’avait pas exclu d’écarter des collaborateurs ou des hauts-fonctionnaires  »après une analyse rigoureuse des responsabilités ». « Je l’ai montré par le passé », a-t-il lancé sybilin dans une allusion au limogeage du préfet du Rhône après l’attentat de Marseille en octobre dernier ou au départ du chef d’Etat-major des armées en juillet 2017 après un désaccord budgétaire.  »Lors que nous sommes encore à l’élucidation de la vérité, on ne sacrifie pas des fonctionnaires, des collaborateurs ou des ministres sur l’autel de l’émotion populaire de la démocratie d’opinion instantanée » a glissé encore Emmanuel Macron. Mais dans quelques semaines, le chef de l’Etat pourrait trancher. Et régler des comptes.

La préfecture de police dans le viseur

Selon Le Canard Enchaîné, Emmanuel Macron aurait particulièrement dans le viseur des hauts fonctionnaires de la préfecture de police : « C’est l’histoire d’un type [Benalla] qui pète les boulons, de quelques barbouzes officiant à la Préfecture de police qui tentent de profiter de la bavure pour régler des comptes [...] Les guérilleros de la PP qui ont pris l’Elysée en otage sont identifiés », aurait-il dit la semaine dernière à son entourage selon le compte-rendu du journal satirique.  »La question que vous pouvez vous poser c’est pourquoi certains l’ont sorti deux mois et demi plus tard ? [...] C’est sans doute qu’il y a des gens qui avaient intérêt à ce que cela sorte deux mois et demi plus tard », a également réagi publiquement Emmanuel Macron, sans préciser qui il visait.

Lire aussi - L’affaire Benalla va perturber la rentrée des députés

Malgré sa promesse d’instaurer un « spoil-system » à la française, Emmanuel Macron a majoritairement laissé en poste les hauts-fonctionnaires qui étaient déjà présents sous le mandat de François Hollande. « Dans les deux premiers mois du quinquennat, je changerai ou confirmerai l’intégralité des postes de direction dans la fonction publique », avait-il pourtant promis. Mais cette mansuétude pourrait ne pas durer : « Jusqu’à présent, nous nous sommes montrés plutôt conciliants. En arrivant, nous avons laissé aux hauts fonctionnaires le choix de rester travailler avec nous ou de partir si cela leur posait des problèmes. Apparemment, certains qui avaient des problèmes sont restés. Il va falloir s’en occuper », explique un proche d’Emmanuel Macron dans Le Figaro.

« Nous sommes en fait face aux limites de l’absence de ‘spoil system’. L’affaire Benalla nous l’a montré, si nous ne le faisons pas, cela peut se retourner contre nous », poursuit un autre proche. D’ores et déjà, Emmanuel Macron a chargé le secrétaire général de l’Elysée, Alexis Kohler, de plancher sur les dysfonctionnements constatés à la suite de l’affaire Benalla et sur des mesures à prendre pour les régler.

 

 

Egalement à lire :

http://www.atlantico.fr/decryptage/revolte-fonctionnaires-contre-macron-autre-lecture-affaire-benalla-eric-verhaeghe-3462268.html

5 mai 2018 : la manifestation oubliée !

 

 

 

 

Libération de Marc Granié le 5 juillet 2018 :

https://conseilnational.blogspot.com/2018/07/fin-de-laffaire-marc-granie.html

 

Je ne suis toujours pas morte !

Ce petit mot pour rassurer mes lecteurs les plus assidus, notamment celui qui tous les jours continue de guetter mes nouvelles publications, en vain depuis près de deux mois : non, je ne suis toujours pas morte, je prends du repos, c’était devenu nécessaire.

A bientôt !

Pages vues récemment

Entire Log (4 weeks)
Date Heure Système Location / Language Host Name/Web Page/Referrer
19 Jul 11:03:46 Chrome 67.0
Win7
1920×1080
Je ne suis toujours pas morte ! dans AC ! Brest pe Lima,
Peru / fr-fr
Ab Facile Sarl (185.56.163.13)  

(Pas de lien référant)
17 Jul 10:57:54 Chrome 67.0
Win7
1920×1080
pe dans Attentats Lima,
Peru / fr-fr
Ab Facile Sarl (185.56.163.13)  

(Pas de lien référant)
15 Jul 13:01:15 Chrome 67.0
Win7
1920×1080
pe dans Calomnie Lima,
Peru / fr-fr
Ab Facile Sarl (185.56.163.13)  

(Pas de lien référant)
13 Jul 10:17:49 Chrome 67.0
Win7
1920×1080
pe dans Corruption Lima,
Peru / fr-fr
Ab Facile Sarl (185.56.163.13)  

(Pas de lien référant)
13 Jul 10:16:24 Chrome 67.0
Win7
1920×1080
pe dans Crime Lima,
Peru / fr-fr
Ab Facile Sarl (185.56.163.13)  

(Pas de lien référant)
11 Jul 12:35:29 Chrome 67.0
Win7
1920×1080
pe dans Folie Lima,
Peru / fr-fr
Ab Facile Sarl (185.56.163.13)  

(Pas de lien référant)
10 Jul 12:50:12 Chrome 67.0
Win7
1920×1080
pe dans LCR - NPA Lima,
Peru / fr-fr
Ab Facile Sarl (185.56.163.13)  

(Pas de lien référant)
9 Jul 09:45:59 Chrome 67.0
Win7
1920×1080
pe dans Luraghi Lima,
Peru / fr-fr
Ab Facile Sarl (185.56.163.13)  

(Pas de lien référant)
9 Jul 09:45:46 Chrome 67.0
Win7
1920×1080
pe dans NEMROD34 Lima,
Peru / fr-fr
Ab Facile Sarl (185.56.163.13)  

(Pas de lien référant)
6 Jul 17:51:21 Google Web Preview
Unknown
1024×1024
pe dans Perversité Lima,
Peru / en-us
Ab Facile Sarl (185.56.163.13)  

6 Jul 12:28:21 Chrome 67.0
Win7
1920×1080
pe dans Politique Lima,
Peru / fr-fr
Ab Facile Sarl (185.56.163.13)  

(Pas de lien référant)
6 Jul 12:28:09 Chrome 67.0
Win7
1920×1080
pe dans Rue89 Lima,
Peru / fr-fr
Ab Facile Sarl (185.56.163.13)  

(Pas de lien référant)
5 Jul 19:02:13 Chrome 67.0
Win7
1920×1080
pe Lima,
Peru / fr-fr
Ab Facile Sarl (185.56.163.13)  

(Pas de lien référant)
5 Jul 19:01:43 Chrome 67.0
Win7
1920×1080
pe Lima,
Peru / fr-fr
Ab Facile Sarl (185.56.163.13)  

(Pas de lien référant)
4 Jul 14:51:59 Chrome 67.0
Win7
1920×1080
pe Lima,
Peru / fr-fr
Ab Facile Sarl (185.56.163.13)  

(Pas de lien référant)
3 Jul 10:51:32 Chrome 67.0
Win7
1920×1080
bs Bahamas / fr-fr Ab Facile Sarl (185.56.161.91)  

(Pas de lien référant)
3 Jul 05:19:08 Chrome 67.0
Win7
1920×1080
bs Bahamas / fr-fr Ab Facile Sarl (185.56.161.91)  

(Pas de lien référant)
2 Jul 11:13:40 Chrome 67.0
Win7
1920×1080
bs Bahamas / fr-fr Ab Facile Sarl (185.56.161.91)  

(Pas de lien référant)
2 Jul 10:59:32 Chrome 67.0
Win7
1920×1080
bs Bahamas / fr-fr Ab Facile Sarl (185.56.161.91)  

(Pas de lien référant)
29 Jun 05:15:11 Chrome 67.0
Win7
1920×1080
bs Bahamas / fr-fr Ab Facile Sarl (185.56.161.91)  

(Pas de lien référant)
28 Jun 10:15:01 Chrome 67.0
Win7
1920×1080
bs Bahamas / fr-fr Ab Facile Sarl (185.56.161.91)  

(Pas de lien référant)
27 Jun 12:10:38 Chrome 67.0
Win7
1920×1080
bs Bahamas / fr-fr Ab Facile Sarl (185.56.161.91)  

(Pas de lien référant)
25 Jun 05:00:10 Chrome 67.0
Win7
1920×1080
bs Bahamas / fr-fr Ab Facile Sarl (185.56.161.91)  

(Pas de lien référant)
24 Jun 11:58:33 Chrome 67.0
Win7
1920×1080
bs Bahamas / fr-fr Ab Facile Sarl (185.56.161.91)  

(Pas de lien référant)
22 Jun 16:32:40 Chrome 67.0
Win7
1920×1080
bs Bahamas / fr-fr Ab Facile Sarl (185.56.161.91)  

(Pas de lien référant)
21 Jun 09:00:24 Chrome 67.0
Win7
1920×1080
bs Bahamas / fr-fr Ab Facile Sarl (185.56.161.91)  

(Pas de lien référant)
20 Jun 12:12:25 Chrome 67.0
Win7
1920×1080
bs Bahamas / fr-fr Ab Facile Sarl (185.56.161.91)  

(Pas de lien référant)
20 Jun 12:12:12 Chrome 67.0
Win7
1920×1080
bs Bahamas / fr-fr Ab Facile Sarl (185.56.161.91)  

(Pas de lien référant)
Page 1 sur 1 (28 lignes)

 

Grève de postiers à Rennes : des avocats engagent un référé contre La Poste et deux syndicats

Lire ou relire mes publications du 9 avril dernier : certains postiers font bien ce qu’ils veulent de la « justice » française qui ne passera jamais par eux…

Il était grand temps que des professionnels du droit se rebiffent…

 

https://www.20minutes.fr/rennes/2275219-20180523-rennes-onze-cabinets-avocats-reclament-courrier-poste-devant-justice

Rennes: Onze cabinets d’avocats réclament leur courrier à La Poste devant la justice

 

MOBILISATION La grève des facteurs perturbe la distribution du courrier…

Camille AllainPublié le 23/05/18 à 07h05 — Mis à jour le 23/05/18 à 07h05

 

Une boîte aux lettres de La Poste, ici à Rennes.
Une boîte aux lettres de La Poste, ici à Rennes. — C. Allain / 20 Minutes

 

« Je crois que les postiers n’ont pas conscience de l’importance de certains courriers. » Avocat à Rennes, Eric Surzur est à l’origine de l’assignation en référé lancée par onze cabinets d’avocats rennais à l’encontre de La Poste et de deux syndicats de facteurs. Ce mardi, ils seront au tribunal pour réclamer « une meilleure distribution du courrier ».

Empêtrée depuis janvier dans une grève d’une partie de ses salariés, La Poste a parfois eu du mal à distribuer le courrier à Rennes, compliquant la vie des particuliers et professionnels. « Certaines procédures ne passent que par le courrier. On peut rater une expertise, une audience. Cela met en péril les droits de nos clients », explique Me Surzur.

« Sans doute d’autres moyens d’action »

Spécialisé dans le droit de la construction, l’avocat évoque des contrats « de centaines de milliers d’euros » menacés par cette grève du courrier. La suspension du mouvement jeudi soir devrait cependant permettre une amélioration du service. « Je l’espère. Je ne remets pas en question le droit de grève, mais il y a sans doute d’autres moyens d’action », estime le juriste.

Lancé en janvier, le mouvement de grève des facteurs de Rennes aura duré 132 jours. Ces derniers refusaient la mise en place d’une pause méridienne. Après de difficiles négociations, la direction a accepté que cette organisation ne soit mise en place que quatre jours sur 24.

 

 

https://www.20minutes.fr/rennes/2243003-20180326-rennes-pourquoi-facteurs-refusent-impose-pause-dejeuner

Rennes: Pourquoi des facteurs refusent qu’on leur impose une pause déjeuner

 

SOCIAL Des salariés sont en grève depuis 75 jours à Rennes…

Camille AllainPublié le 26/03/18 à 07h05 — Mis à jour le 26/03/18 à 07h05 
Un salarié gréviste de la Poste prend la parole lors de la venue du secrétaire de la CGT Philippe Martinez, le 23 mars 2018 à Rennes.
Un salarié gréviste de la Poste prend la parole lors de la venue du secrétaire de la CGT Philippe Martinez, le 23 mars 2018 à Rennes. — C. Allain / 20 Minutes

 

  • Depuis 77 jours, des facteurs sont en grève à Rennes.
  • Ils refusent la nouvelle organisation du travail qui leur impose une pause déjeuner.
  • La direction assure que la réorganisation est essentielle face à la baisse de volume du courrier.
  • Les grévistes ont reçu le soutien du patron de la CGT Philippe Martinez vendredi.

 

Ce lundi, cela fera 77 jours qu’ils sont en grève. Pour « fêter » cela, les salariés de la Poste ont reçu un soutien de poids avec la venue du secrétaire général de la CGT Philippe Martinez vendredi. « C’est bien la preuve que notre combat est regardé partout en France », estiment les grévistes. Engagés dans un bras de fer avec leur direction, les facteurs refusent la nouvelle organisation du travail qu’on leur propose. Un nouvel emploi du temps qui prévoit une pause déjeuner… Qu’ils n’arrivent pas à avaler.

« On commence à 7h le matin. On passe 3h30 à trier le courrier avant de partir le distribuer, ce qui nous prend à peu près le même temps ». A 14h, Romain (tous les prénoms ont été modifiés) a terminé sa journée et peut profiter de son après-midi. « C’est pour ça que j’ai choisi ce job. Je commence tôt mais je sais que je suis libre après », explique le facteur qui travaille à La Poste depuis 6 ans. A ses côtés, Sylvie affiche 30 ans d’expérience. « Ce rythme de travail, c’est notre qualité de vie. Parce qu’on ne vient pas à La Poste pour le salaire ». Même avec son ancienneté, Sylvie ne dépasse pas les 1.400 euros nets par mois.

« Il faut nous adapter, sans quoi le métier de facteur va disparaître »

Engagée dans une reconversion, la direction de La Poste a proposé une nouvelle organisation. Elle prévoit d’instaurer une pause méridienne de 45 minutes à tous les facteurs afin de leur permettre de déjeuner, avant de repartir travailler. « Le volume de courriers traités baisse de 6 % chaque année. Nous avons moins de tournées et des machines qui effectuent une grande partie du tri. Il faut nous adapter, sans quoi le métier de facteur va disparaître », se défend la direction.

Un tiers des facteurs bretons a accepté

Lancée en 2014, cette nouvelle organisation a déjà été déployée sur une partie du territoire breton. Un tiers des effectifs y sont déjà passés. « Et on n’entend pas de mécontentement ni chez les salariés, ni chez nos clients », ajoute la direction. Démarré à Rennes, le conflit s’est propagé à plusieurs bureaux d’Ille-et-Vilaine et perturbe fortement la distribution du courrier. 350.000 plis sont actuellement en attente dans la capitale bretonne selon la direction. Les syndicats parlent d’un million.

Cette gêne causée aux usagers, les grévistes l’assument. « On se mobilise aussi pour eux, pour que le service public garde cette qualité », explique Cédric. Le jeune salarié regrette que son employeur lui demande de plus en plus de choses, sans jamais le former. « Moi j’aime mon boulot. Mais quand on me demande de faire des relevés d’identité, de vérifier les chauffe-eau ou de veiller sur les anciens, je m’interroge ».

Les grévistes espèrent maintenant que la fronde va s’étendre à toute la France. De son côté, le patron de la CGT s’est engagé à parler à la direction du groupe. En attendant, le bras de fer se poursuit.

 

Affaire Bolloré : Poutou n’en rate pas une !

 

 

Oh le filou !

Je ne l’avais pas vu.

Pour qu’il y ait corruption d’agent public, M. Poutou, il faut un corrupteur, soit, mais aussi un agent public ayant accepté ou lui-même sollicité du corrupteur divers avantages indus en échange d’un acte illégal, vous savez, ce que font quotidiennement ou très régulièrement des fonctionnaires français corrompus, donc, que le NPA et les syndicats associés comptent dans leurs rangs et/ou défendent par tous les moyens contre leurs victimes, commettant ainsi divers crimes et délits qui à ce jour restent tous impunis.

Mais je ne vous apprends rien, c’est votre quotidien.

Et c’est pourquoi votre intervention remarquée sur CNews trouble autant.

On aurait pu s’attendre à vous voir hystérique à l’annonce de poursuites pour corruption d’agent public, mais non, pour une fois, point de manifestation ni de grève ni de violences ni d’attentat ni de tout autre complot ou assassinat, vous en êtes réjoui !

Ah oui, c’est vrai, il est ici question d’agent public « étranger ».

Quelle différence ?

Seriez-vous xénophobe, M. Poutou ?

 

https://www.20minutes.fr/arts-stars/television/2262823-20180427-video-comment-va-bollore-philippe-poutou-lache-plateau-cnews

VIDÉO. «Comment va Bolloré?», Philippe Poutou se lâche sur le plateau de «CNews»

 

BUZZ Invité de Laurence Ferrari sur CNews, Philippe Poutou a pris un malin plaisir à semer le trouble…

20 Minutes avec agence

Publié le 27/04/18 à 19h19 — Mis à jour le 27/04/18 à 19h19

 

Philippe Poutou, ancien candidat du NPA à l'élection présidentielle 2017.
Philippe Poutou, ancien candidat du NPA à l’élection présidentielle 2017. — : CHRISTOPHE SAIDI/SIPA

 

Léger malaise ce jeudi sur le plateau de CNews.  Philippe Poutou, ancien candidat à l’élection présidentielle de 2017, a demandé des nouvelles du propriétaire de la chaîne, Vincent Bolloré.

« Comment va Bolloré ? Vous avez des nouvelles ? », a demandé l’ancien candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA), s’en donnant à cœur joie. « Il est sorti de garde à vue et peut-être mis en examen ? Il n’y a plus d’immunité patronale ? »

Bolloré mis en examen

Sa plaisanterie a provoqué l’embarras sur le plateau. « La justice est indépendante, elle travaille, monsieur Poutou », a répondu Laurence Ferrari sans perdre son sang-froid. « Je n’ai pas de nouvelles. Vous n’en avez pas, vous ? »

Vincent Bolloré est actuellement au cœur d’une enquête sur l’attribution de concessions portuaires en Afrique de l’Ouest. Le propriétaire de la chaîne CNews a été mis en examen ce mercredi pour «  corruption d’agent public étranger », « complicité d’abus de confiance » et « faux et usage de faux ».

 

Caténaire sectionnée en Normandie : SUD Rail ne condamne pas, la SNCF porte plainte

No comment…

 

https://www.francetvinfo.fr/economie/transports/sncf/greve-a-la-sncf/trafic-ferroviaire-interrompu-entre-paris-et-la-normandie-a-cause-dun-acte-de-malveillance_2751445.html

Trafic ferroviaire interrompu entre Paris et la Normandie à cause d’un acte de malveillance

 

La circulation des trains est très compliquée ce lundi 14 mai entre la capitale et la Normandie. À la journée de mobilisation des cheminots s’ajoute un acte de malveillance. La SNCF va porter plainte.

 

Image d\'illustration.

Image d’illustration. (AURELIEN MORISSARD / MAXPPP)

La journée du lundi 14 mai s’annonçait déjà « très difficile » d’après la direction de la SNCF en raison d’un jour « sans trains et sans cheminots ». Il faut désormais compter aussi sur un acte de malveillance sur la ligne qui relie Paris à la Normandie.

Dans la nuit du dimanche 13 mai au lundi 14 mai, une caténaire a été sectionnée sur la voie 2 entre Pont de l’Arche et Gaillon, dans l’Eure selon France Bleu Normandie.

La direction de la SNCF affirme qu’il s’agit d’un acte de malveillance. Elle avait déjà fait part dimanche de « menaces d’exactions » et promis « une grande fermeté » en cas de dégradations. Une plainte devrait être déposée lundi 14 mai.

Reprise du trafic annoncée vers neuf heures

Le trafic ferroviaire entre Paris et la Normandie est interrompu lundi 14 mai au matin. Trois trains sont actuellement bloqués. La SNCF a lancé des travaux de réparation et envisage de dévier les trains par la voie qui n’a pas été endommagée. Elle espère une reprise du trafic aux alentours de neuf heures.

« Il n’y a aucun appel à ce type d’action » affirme la CFDT-Cheminots

Sébastien Mariani, le secrétaire général adjoint de la CFDT-Cheminots, a condamné ce lundi une action illégale. Il a rappelé à franceinfo qu’il « n’y a aucun appel à ce type d’action », « et certainement pas par la CFDT-Cheminots » a encore précisé le syndicaliste.

« Maintenant, il faudrait aussi constater que les annonces provocatrices voulues ou non maîtrisées de ce week-end sur les possibilités de privatisation partielle de la SNCF sont susceptibles aussi de créer un climat de tension » a cependant affirmé le secrétaire adjoint à franceinfo.

 

Pourquoi Josette Brenterch du NPA de Brest hait-elle tant Vincent Bolloré ?

Comme déjà dit à maintes reprises, la criminelle Josette Brenterch du NPA de Brest et ses complices, tous psychopathes, entendent être obéis en tous leurs desiderata et n’admettent pas la moindre contrariété, surtout en tout ce qui me concerne.

Or, Vincent Bolloré emploie un individu qui en 1994 aurait refusé d’accéder à leur demande de me faire assassiner par les « services ».

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Michel_Roussin

Michel Roussin

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Roussin.
image illustrant un homme politique image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un homme politique français.Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.
Michel Roussin
Illustration.
Fonctions
Ministre de la Coopération
30 mars 199312 novembre 1994
Président François Mitterrand
Premier ministre Édouard Balladur
Gouvernement Gouvernement Édouard Balladur
Prédécesseur Marcel Debarge
Successeur Bernard Debré
Député de la 3e circonscription de Paris
21 mars 19931er mai 1993
Élection Élections législatives françaises de 1993
Législature Xe législature
Prédécesseur Édouard Frédéric-Dupont
Successeur Martine Aurillac
Biographie
Date de naissance 3 mai 1939 (79 ans)
Lieu de naissance Rabat (Maroc)
Nationalité Française
Parti politique RPR
modifier Consultez la documentation du modèle

Michel Roussin, né le 3 mai 1939 à Rabat (Maroc), est un homme politique français.

Sommaire

Biographie

Officier de gendarmerie, directeur de cabinet d’Alexandre de Marenches, directeur du SDECE (maintenant DGSE) jusqu’à l’élection de François Mitterrand à la Présidence de la République en mai 1981, il est ensuite chef de cabinet puis directeur de cabinet de Jacques Chirac à la mairie de Paris et à Matignon (chef de cabinet) pendant la première cohabitation entre 1984 et 1993. Nommé ministre de la Coopération au sein du gouvernement Balladur en 1993, il démissionne l’année suivante à la suite d’une mise en examen dans l’affaire des HLM de la ville de Paris, le juge d’instruction prononcera un non-lieu.

Nommé à la présidence de SAE International, entreprise de construction dans l’orbite de la banque Paribas, Michel Roussin cumule en 1997 cette fonction avec la présidence du comité Afrique du MEDEF et la délégation de la francophonie à la mairie de Paris, avant de devenir vice-président du groupe Bolloré de 2000 à 2010. Il a créé et animé l’émission Paroles d’Afrique sur Direct 8, chaîne du groupe Bolloré, dont les premiers invités furent l’ambassadeur du Congo Brazzaville, Henri Lopès, et Louis Gardel, écrivain, scénariste de Fort Saganne ; Denis Sassou-Nguesso, président du Congo Brazzaville, fit l’objet d’un reportage au cours de cette émission1. En 2010, il quitte le groupe Bolloré pour devenir conseiller du président d’EDF, poste qu’il quitte en 2015 pour revenir chez Bolloré, chargé de la construction d’une boucle ferroviaire en Afrique de l’ouest2,3.

Son appartenance supposée à la franc-maçonnerie a été évoquée par Patrice Burnat et Christian de Villeneuve4, son affiliation supposée à la GLUA a été évoquée par Ghislaine Ottenheimer et Renaud Lecadre5.

Chronologie

Intégrité publique

Dans l’affaire des marchés publics d’Île-de-France, Michel Roussin a été condamné en première instance en octobre 2005 pour « complicité et recel de corruption » à quatre ans de prison avec sursis, 50 000 euros d’amende et cinq ans de privation des droits civiques, civils et familiaux7.

Devant le tribunal, Michel Roussin a nié avoir eu un rôle dans la corruption. Il a néanmoins admis avoir eu connaissance du dispositif de corruption au cœur du procès, une stratégie qui ne lui a pas permis d’avoir la relaxe qu’il demandait. Michel Roussin s’est refusé à évoquer le rôle éventuel de son ancien mentor, Jacques Chirac. Roussin a ensuite fait appel de cette décision mais la condamnation est confirmée le 7 novembre 20068 et son pourvoi en cassation rejeté le 20 février 20089.

Distinction

Bibliographie

      • Le gendarme de Chirac publié en avril 2006 aux éditions Albin Michel
      • Afrique majeure Éditions France-Empire
      • Sur les traces du général Berthelot, Éditions Guéna-Barley, 2013

Notes et références

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

 

 

12345...73

Yin

cuy gracioso 3

Aime le potage

Avis du 3 février 2015

Ce blog a été créé le 6 janvier 2015 pour prendre le relais du Petitcoucou venant d'être suspendu sans préavis ni avertissement en milieu de journée. Ayant eu cette fonction jusqu'au 1er février 2015, il devient un doublon du Petitcoucou suite à la réouverture de ce dernier après trois semaines de suspension, et sa reprise d'activité à compter du 2 février 2015.

Sondage

Aimez-vous ce blog ?

Chargement ... Chargement ...

Calendrier

août 2018
L Ma Me J V S D
« juil    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Avis

Les statistiques de ce blog sont bloquées depuis le 21 janvier 2015. Plus aucun compteur n'est incrémenté, ceux des visites du jour restent à zéro, les mises à jour ne se font plus.

Avis du 24 janvier 2015

Mes statistiques "avancées" sont de retour et font apparaître un record de visites le 21 janvier 2015 - record très modeste, mais néanmoins record pour ce blog nouveau-né. En revanche, les statistiques "basiques" sont toujours bloquées. Tout cela m'évoque bien évidemment les petites manies de Cyprien Luraghi qui n'a jamais pu supporter de voir s'envoler le nombre de mes lecteurs, qu'il surveille comme le lait sur le feu depuis la création de mon premier blog, sur Le Post, début septembre 2009.

Avis du 26 janvier 2015

Mes statistiques "basiques" sont de retour. Tout se passe normalement. Le Chinois de Thaïlande est inactif sur ce blog.

Avis du 31 janvier 2015

Mes statistiques "basiques" sont de nouveau bloquées depuis le 29 janvier.

Avis du 1er février 2015

Retour de mes statistiques "basiques".

Avis du 3 février 2015

Statistiques "basiques" de nouveau bloquées depuis le 1er février.

Avis du 6 février 2015

Mes statistiques "basiques" sont de retour. Tout fonctionne.

Avis du 11 février 2015

Mes statistiques "basiques" sont de nouveau bloquées depuis le 8 février.

Avis du 26 février 2015

Statistiques "basiques" enfin débloquées !

Avis du 27 février 2015

Statistiques "basiques" de nouveau bloquées depuis le 26 février. Ce petit jeu pourrait-il cesser ? On n'en voit pas l'intérêt... Complément de 22 h: merci de m'avoir rendu ces statistiques !

Avis du 4 mars 2015

Statistiques "basiques" de nouveau bloquées depuis le 1er mars. Merci de les débloquer et ne plus les bloquer ou les oublier en cet état à l'avenir.

Avis du 7 mars 2015

Statistiques "basiques" bien débloquées. Merci.

Avis du 25 mars 2015

Statistiques "basiques" bloquées depuis le 14 mars.

Avis du 2 avril 2015

Mes statistiques "basiques" sont de retour.

Avis du 26 avril 2015

Les statistiques "basiques" de ce blog sont encore bloquées, depuis le 10 avril 2015.

Avis du 28 avril 2015

Statistiques de retour. Merci.

Avis du 7 mai 2015

Je n'ai de nouveau plus de statistiques "basiques" depuis le 2 mai. Comme pour Petitcoucou, les statistiques "avancées" ont également disparu depuis deux jours.

Avis du 10 mai 2015

Statistiques "basiques" débloquées. Merci. Me manquent encore les statistiques "avancées".

Avis du 14 mai 2015

Toutes mes statistiques sont de retour depuis hier. Merci.

Avis du 3 octobre 2015

Les compteurs de mes statistiques avancées sont tous à zéro depuis le 1er octobre. Merci de me les rendre.

Avis du 5 octobre 2015

Statistiques "avancées" de retour ce soir. Merci.

Visiteurs en ligne

Il y a 1 visiteur en ligne

Nombre total de visites

Messagerie

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter


#PatinoireHabbo |
Linounaty |
Cybersecuriter |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Peoplenews
| Lebilletdeleticia
| Spcialstarspcialscoopsurtou...