Archives pour la catégorie Attentats



L’escroc Jean-Marc Donnadieu de Béziers s’embourbe dans tous ses mensonges

Dernier état de la discussion sur le site de Midi Libre :

 

https://www.midilibre.fr/2019/04/02/tribunal-de-beziers-la-divulgation-de-la-vie-privee-sur-le-net-coute-cher,8104686.php

Les commentaires (51)
L'escroc Jean-Marc Donnadieu de Béziers s'embourbe dans tous ses mensonges dans AC ! Brest avatar
Anonyme162463 Il y a 1 jour

NEMROD34 va continuer à nier indéfiniment ce qui est établi depuis longtemps et qu’il a lui-même déjà reconnu à de multiples reprises : non, il n’a jamais été anonyme sur Internet sous ce pseudonyme-là, et oui, il a bien commis à mon encontre de multiples infractions d’atteinte à l’intimité de la vie privée tandis que je n’en avais jamais commise aucune à son encontre. Il m’a aussi énormément injuriée, calomniée et menacée.
Je pense qu’il faut maintenant resituer ses procédures abusives contre OVERBLOG dans leur contexte, qui est celui des harcèlements dont je suis victime sur Internet depuis l’année 2008 de la part d’une bande de cybercriminels que NEMROD34 a rejoints au printemps 2010, pour les aider à obtenir la suppression de mon blog chez OVERBLOG, qui les dérangeait, d’une part parce que je continuais à m’y exprimer alors qu’ils avaient réussi à me faire virer des sites Rue89 et Le Post, et d’autre part parce que j’avais commencé à y parler un peu de leurs harcèlements à mon encontre. Depuis environ un an et surtout depuis les révélations concernant la Ligue du LOL, on commence à envisager que de tels harcèlements sont répréhensibles et les victimes commencent à s’exprimer sans crainte. Jusque-là, chacune étant seule face à la meute, à chaque tentative de se manifester, il lui arrivait la même chose qu’à moi : c’est elle qui était poursuivie et/ou toujours menacée d’en subir toujours plus.

 dans Attentats
NEMROD34 Il y a 3 jours

Pour ce que ça intéresse voici l’arrêté de la cour d’appel de Montpellier où il est très clairement précisé les propos tenus par le corbeau en question (accusation de pédophilie, violences conjugales et autres): https://www.legalis.net/jurisprudences/cour-dappel-de-montpellier-3eme-ch-b-arret-du-22-mars-2017/

Et pour avoir une idée de la santé mentale du corbeau, quand je publis ceci sur mon facebook :
Balance : Vous avez la chanson « The Final Countdown » désormais dans la tête.

Ce qui n’est rien d’autre que l’horoscope du gorafi le lundi:

http://www.legorafi.fr/2019/04/01/horoscope-du-1er-avril-2019/

Cette malade mentale dont je subis les nuisances depuis maintenant plus de 9 ans pense que c’est des menaces de mort envers elle …

http://satanistique.blogspot.com/2019/04/nouvelles-menaces-de-mort-de-jean-marc.html

9 ans que je dois subir ça …

avatar dans Calomnie
Anonyme162463 Il y a 3 jours

Il n’y a jamais eu aucune accusation de pédophilie. J’avais juste posé la question d’un lien avec le réseau pédophile qui m’attaquait déjà, il s’est avéré réel. Les difficultés conjugales et de la garde du fils, c’est Nemrod lui-même qui les a apportées sur mon blog. Je n’en savais rien et aucun de mes commentateurs non plus, nous ne le connaissions pas. Et l’élément principal pour la condamnation reste la révélation de l’identité, qui n’a jamais été mon fait, puisque Nemrod révélait lui-même son identité partout où il s’exprimait sous ce pseudonyme, et depuis au moins une dizaine d’années. Il n’a en fait jamais été anonyme sous ce pseudonyme-là.
Quant aux horoscopes balance qu’il publie de temps en temps depuis quelques mois, il s’agit bien toujours de menaces à peine voilée à mon encontre : il choisit ses lignes et ne publie toujours que pour la balance, qui est mon signe.
Et je n’ai aucune maladie mentale, j’ai juste le tort d’être ingénieur alors que je n’ai toujours été qu’une femme.
Un peu d’honnêteté, SVP, M. Nemrod…

 dans Corruption
NEMROD34 Il y a 3 jours

« Il est constant et non contesté que Monsieur X. s’est adressé à diverses reprises à la société JFG Networks en vue d’obtenir la suppression des informations litigieuses avant de l’assigner devant le juge des référés.

Il est tout aussi justifié que ce n’est que le lendemain du prononcé de l’arrêt de la Cour d’appel de Montpellier que la société Overblog a supprimé les mentions faisant grief à Monsieur X.. La seule comparaison des dates permet donc de constater que les informations permettant d’identifier aisément l’appelant sont restées accessibles aux tiers pendant près de 18 mois.

La révélation à son insu de l’identité véritable de Monsieur X. sur un forum de discussion où sont utilisés des pseudonymes, associée dans les articles litigieux à des éléments vrais ou supposés de sa vie privée et à des allégations à caractère diffamatoire ou injurieux, est de nature à constituer, dès lors que les pages internet en question sont, grâce aux moteurs de recherches, aisément consultables par tous, une atteinte à l’intimité de sa vie privée. »

Voilà ce que dit la justice…

avatar dans Crime
Anonyme162463 Il y a 3 jours

Il faudrait encore rappeler que je n’ai jamais été citée dans aucune des procédures de Nemrod contre OVERBLOG et qu’il m’en a volontairement écartée pour n’être pas contredit sur les faits. OVERBLOG ne pouvait se défendre qu’en ce qui concerne ses obligations d’hébergeur, qui ont été toujours été respectées à la lettre, il ne pouvait pas se défendre sur le fond des contentieux m’opposant à Nemrod qui ne sont pas son problème, et c’est pour cette raison que le TGI de Béziers a toujours débouté Nemrod de toutes ses demandes. La cour d’appel de Montpellier s’est prononcée sur des « faits »(imaginaires) exposés par le seul Nemrod et jamais contredits au cours de la procédure du fait que je n’avais pas été citée. Est-ce que tout le monde comprend l’entourloupe ? C’est moi qu’il aurait dû assigner au tribunal, pas OVERBLOG, mais dans ce cas, ses accusations mensongères n’auraient pas fait long feu.

avatar dans Folie
Anonyme162463 Il y a 3 jours

NEMROD34 a berné la « justice » de Montpellier, pas celle de Béziers qui avait bien relevé les anomalies de sa procédure.

 dans LCR - NPA
NEMROD34 Il y a 3 jours

Béziers un juge, cour d’appel de Montpellier trois juges, deux fois …
Si c’est à votre hébergeur que je m’en suis pris c’est bien pour votre anonymat dont vous êtes si fière, et son silence total à mes signalement.
Vous avez fait tombé votre anonymat, il est même tombé via voie judiciaire, et maintenant je connait la procédure, vous aurez votre procès et serez condamné.
Vous êtes une harceleuse malade, et les vices de procédures dont vous avez profité jusque là face à d’autres de vos nombreuses victimes ne marcheront pas plus.
Prouvez tout ce dont vous m’accusez, il faudra le faire devant le tribunal, et c’est impossible vous le savez bien puisque ça n’existe pas…
Votre harcèlement et vos mensonges en revanche c’est très simple …

 dans Le Post
NEMROD34 Il y a 3 jours

« OVERBLOG ne pouvait se défendre qu’en ce qui concerne ses obligations d’hébergeur, qui ont été toujours été respectées à la lettre, il ne pouvait pas se défendre sur le fond des contentieux m’opposant à Nemrod qui ne sont pas son problème, »

C’est pour ça qu’il est précisé que votre hébergeur à enfreint ses propres Conditions Générales d’Utilisation, pour la petite histoire c’et moi même qui les ai épluché et relevé la chose …
Vous pouvez mentir autant que le vous le voulez la réalité reste là …

avatar dans Luraghi
Anonyme162463 Il y a 3 jours

C’est vous qui mentez, M. Nemrod. Vous aviez mon identité et mes coordonnées dès le début de vos harcèlements à mon encontre en 2010. C’est acté par votre audition du 12 juillet 2011 pour des faits antérieurs à janvier 2011, votre première assignation d’OVERBLOG ne remontant qu’à début mars 2011. Quant aux vices de procédures dont soi-disant j’aurais profité, ce ne sont que ceux voulus par vos complices pour leurs propres procédures. Ils ont fait du détournement de procédure, tout comme vous, d’ailleurs. Mon anonymat, c’est vous tous qui l’avez fait « tomber » comme dites en préalable à tous vos harcèlements à mon encontre, à l’aide de piratages informatiques formellement attestés par bien plus de pièces que nécessaire, et auxquels vous avez bien participé.

 dans NEMROD34
NEMROD34 Il y a 3 jours

D’ailleurs tout le monde peut constater le nombre de fois où je donne votre identité …

avatar dans Pédophilie
Anonyme162463 Il y a 3 jours

Vous répondez à côté de la question à plusieurs reprises. Les CGU d’OVERBLOG n’ont rien à voir avec les questions de fond que j’expose. Et vous avez bien publié mon identité et mes coordonnées à de nombreuses reprises sur différents site. Vous vous en êtes même justifié une fois en audition le 12 juillet 2011. L’auriez-vous donc oublié ? Soi-disant je vous aurais fait des misères à vous et vos complices pirates et harceleurs. Ce que vous avez raconté à la police était mensonger. Il reste que vous avez bien commis à mon encontre l’infraction d’atteinte à l’intimité de la vie privée résultant de la levée de mon anonymat, et pas qu’une fois, tandis que moi je ne l’ai jamais commise à votre encontre, puisque vous n’avez jamais été anonyme sous le pseudonyme de NEMROD34.

 dans Perversité
NEMROD34 Il y a 3 jours

« puisque vous n’avez jamais été anonyme sous le pseudonyme de NEMROD34″

D’accord.
Alors si là je donne votre nom et prénom, adresse, photo de votre chambre et tout et que vous accuses d’un milliers de choses horribles tout va bien parce que c’est sur internet et que donc voilà ?
Je le fais ? J’ouvres 6 blog minimum pour le faire et tout ira bien ?
Si je raconte votre vie et montre des photos de vous dans établissement hospitalier c’est bon ?
Parce que c’est sur internet, et rien ne prouve que ça ne vient pas de vous …

 dans Politique
NEMROD34 Il y a 3 jours

« Les CGU d’OVERBLOG n’ont rien à voir avec les questions de fond que j’expose.  »

Les CGU d’Over-Blog on comptées énormément, article 5.1 de leur CGU de l’époque, relisez ou faites lire par quelqu’un qui sait lire…
Il y a votre perception des choses, et il y a la réalité …
Moi la réalité je peux la prouver à le demande…

avatar dans Rue89
Anonyme162463 Il y a 3 jours

C’est quoi encore ce délire ? Des photos de moi dans un établissement hospitalier ? Où donc auriez-vous vu ça ?

avatar dans Ufoscepticisme
Anonyme162463 Il y a 3 jours

Vous admettez n’avoir jamais été anonyme sur Internet sous le pseudonyme de NEMROD34.
Voilà au moins un point qui semble tout à fait clair.
Vous admettez aussi avoir commis plusieurs atteintes à l’intimité de la vie privée à mon encontre.
Bien, on avance un peu en sériant les questions.

L'escroc Jean-Marc Donnadieu de Béziers s'embourbe dans tous ses mensonges dans AC ! Brest
NEMROD34 Il y a 3 jours

Remarques :
Vous ne m’appelez plus par mon nom et prénom ? Pourquoi ?
Vous ne m’accusez pas de meurtres, terrorisme, viols, vols, escroqueries et j’en passe ? Pourquoi ?
Même pas une petite accusation de pédophilie ?

 dans Attentats
NEMROD34 Il y a 2 jours

« Vous admettez aussi avoir commis plusieurs atteintes à l’intimité de la vie privée à mon encontre. »

Montrez nous ça …

avatar
Anonyme162463 Il y a 2 jours

Rappelez-vous, vous en avez avoué une partie en audition au commissariat de Béziers le 12 juillet 2011; il y en a eu d’autres par la suite.

Bon, au moins, là, vous admettez n’avoir jamais été anonyme sous le pseudonyme de NEMROD34. Un point à souligner.

 dans Calomnie
NEMROD34 Il y a 2 jours

L’article 29 du Code Pénal et de la loi du 29 juillet 1881 dispose que « Toute allégation ou imputation d’un fait qui porte atteinte à l’honneur ou à la considération de la personne ou du corps auquel le fait est imputé est une diffamation. La publication directe ou par voie de reproduction de cette allégation ou de cette imputation est punissable, même si elle est faite sous forme dubitative ou si elle vise une personne ou un corps non expressément nommés, mais dont l’identification est rendue possible par les termes, des discours, cris, menaces, écrits ou imprimés, placards ou affiches incriminés ».

« NEMROD34 Il y a 2 heures SIGNALER UN ABUS
« Vous admettez aussi avoir commis plusieurs atteintes à l’intimité de la vie privée à mon encontre. »

Montrez nous ça …

Anonyme162463 Il y a 39 minutes SIGNALER UN ABUS
Rappelez-vous, vous en avez avoué une partie en audition au commissariat de Béziers le 12 juillet 2011; il y en a eu d’autres par la suite.

Bon, au moins, là, vous admettez n’avoir jamais été anonyme sous le pseudonyme de NEMROD34. Un point à souligner. »

Pouvez vous démontrer ça de façon claire ?
Parce que vous continuez à m’accuser d’un tas de choses sans la moindre preuve, comme c’est relevé dans trois procès pour trois personnes différentes (vous avez bien plus de vicrimes on le sait tout les deux)…
Vous changez sans cesse de sujet pour ne pas répondre …
Les lecteurs auront un résumé de l’histoire ici, avec toutes les preuves, pas …

 dans Corruption
NEMROD34 Il y a 2 jours

« Quant aux horoscopes balance qu’il publie de temps en temps depuis quelques mois, il s’agit bien toujours de menaces à peine voilée à mon encontre : il choisit ses lignes et ne publie toujours que pour la balance, qui est mon signe. »

Et la seule personne au monde à être balance, du coup chaque horoscope fait dans le monde c’est des gens qui vous en veulent …
Soignez vous mademoiselle, c’est mieux pour tout le monde.

avatar
Anonyme162463 Il y a 2 jours

Vos délires et inventions calomnieuses à mon encontre ne seront pas publiés sur ce site dont les responsables doivent au moins connaître les lois qui leur interdisent de publier n’importe quoi.
J’ai retrouvé l’article que vous aviez fait publier sur ce site au mois de janvier 2012, il est ici :

https://www.midilibre.fr/2012/01/19/son-anonymat-n-etait-pas-respecte-sur-un-blog,445818.php

C’était le même journaliste qu’aujourd’hui et déjà à l’époque je m’étais tâtée pour une plainte en diffamation, vu qu’il rapportait dans son article de vos delires et inventions calomnieuses à mon encontre. Je lui précise au passage qu’il ne fait pas un travail sérieux. La moindre des choses, avant d’écrire et de publier, était de vérifier vos allégations. Or, il ne l’a jamais fait, ni à l’époque ni aujourd’hui. Je vois par exemple que vous prétendez au mois de janvier 2012 que je vous accuserais d’attentats terroristes, mais il n’y en a pas eu avant mars 2012. Il est évident que ceux-là se préparaient déjà au mois de janvier 2012, mais seuls les terroristes le savaient ce moment-là : vous peut-être, mais pas moi.
Cela dit, dans cet article que vous aviez fait publier à l’époque, vos nom et prénom sont bien cités avec votre pseudonyme de NEMROD34, comme dans un autre article que vous aviez fait publier à la même époque dans un média belge.
Niez-vous avoir toujours fourni vos nom, prénom et coordonnées sur tous les sites où vous vous êtes exprimés sous votre pseudonyme de NEMROD34 …

 dans Crime
NEMROD34 Il y a 2 jours

« C’est quoi encore ce délire ? Des photos de moi dans un établissement hospitalier ? Où donc auriez-vous vu ça ? »

Et les photos de votre chambre vous ne réagissez pas ?
Alors que je suis censé vous avoir mis sur écoutes, vous violer constamment et tout ?
Ce qui vous fait peur c’est une photo éventuelles de Bohars ?

avatar
Anonyme162463 Il y a 1 jour

Je vais de temps en temps à l’hôpital, comme tout le monde, pas à Bohars où je n’ai aucun parent ou ami.
Une photo volée à l’hôpital, c’est toujours possible. Dans ma chambre, par contre, non, ce n’est pas un lieu de passage, figurez-vous.

 dans Folie
NEMROD34 Il y a 1 jour

Vous avez publié des photos de votre chambre souvenez vous…
Moi je fous totalement, mais voilà vous les avez publié personne ne vous les as volé.
Pour bohars vous connaissez très bien la section psychiatrie en tant que patiente contre son grès il est vrai …

avatar
Anonyme162463 Il y a 1 jour

C’est vous qui auriez besoin de soins en psychiatrie, là, M. NEMROD.
Je n’ai jamais publié nulle part aucune photo de mon intérieur et vos délires perpétuels concernant ma soi-disant maladie mentale, tout le monde en a soupé et plus personne n’y croit depuis que je me suis défendue seule à Paris contre votre collègue cyberharceleur du LOT (il a perdu), pas même son avocat qui a lui-même soutenu en appel que je n’étais pas folle (il a encore perdu).

 dans LCR - NPA
NEMROD34 Il y a 1 jour

La notion de preuve devant la justice vous échappe totalement, et pourtant ça ramène à la réalité …
Je vous le dis depuis longtemps ça va vous faire un choc, mais c’est la réalité …

avatar
Anonyme162463 Il y a 23 heures

Oh la la, oui, les « preuves » de votre collègue cybercriminel du Lot m’ont fait un sacré choc, il n’en avait aucune pour toutes ses affabulations à mon encontre…
La sanction encourue en ce cas est bien tombée : il a perdu en 1ère instance comme en appel.
Mais dites-moi, puisque c’est effectivement votre leitmotiv depuis 2010, pourquoi n’avez-vous jamais porté plainte contre moi jusqu’à présent ?

 dans Le Post
NEMROD34 Il y a 14 heures

Parce que vous étiez anonyme comme ici, et qu’il y a bien eu plainte contre X, puis contre l’hébergeur et maintenant vous …
Et vous le savez parfaitement …

avatar
Anonyme162463 Il y a 9 heures

Vous y croyez vraiment, à toutes vos inventions ?
Rappelez-vous tous vos commentaires sur mon ancien blog « Un petit coucou » chez OVERBLOG. Au début, il était bien question de me faire « manger » sous prétexte que je me défendais contre vos dénonciations calomnieuses auprès de mon hébergeur, de faire « manger » aussi plusieurs de mes commentateurs de blog, ainsi que, bien sûr, OVERBLOG qui n’avait pas supprimé mon blog à la première dénonciation calomnieuse. Mais ce n’est pas ce qu’a fait votre avocat qui lui connaît lois et procédures sur le bout des doigts et a toujours su qu’il n’avait aucun chance de gagner en m’attaquant directement – il n’aurait pas pu gruger les juges comme il l’a fait.

 dans Luraghi
NEMROD34 Il y a 8 heures

« Au début, il était bien question de me faire « manger » sous prétexte que je me défendais contre vos dénonciations calomnieuses auprès de mon hébergeur,  »

Tellement calomnieuses que j’ai gagné les deux procès…
Vous savez que la justice est lente, patience vous serez condamné et vous pourrez au moins cette fois là vous plaindre de quelque chose qui existe…

avatar
Anonyme162463 Il y a 7 heures

Je vous parle de vos dénonciations calomnieuses primitives, celles d’avant toute publication vous concernant. Rappelez-vous, vous êtes arrivé sur mon blog au printemps 2010 pour m’injurier, me menacer et tenter d’obtenir de mon hébergeur la suppression de mon blog au motif que je n’aurais été qu’une folle diffamant des tas de gens, en fait vos amis « déconnologues », mais pas vous que je ne connaissais pas encore.

 dans NEMROD34
– Il y a 3 jours

Jean Pièrre A. C’était pas une bonne idée et pourquoi faire ?
J’ai du mal à comprendre ?

 dans Pédophilie
– Il y a 3 jours

https://www.midilibre.fr/2015/09/30/gratien-a-rejoint-le-paradis-des-gargotiers,1220355.php

 dans Perversité
Dye.DM14 Il y a 4 jours

Sacré nemrod ça ne m étonne pas de toi tu provoques laisses des photos de toi sur le trone sur le net crache sur les flics et à la première occasion tu vas déposer plainte bonne mentalité ….

avatar
Anonyme162463 Il y a 4 jours

En fait, comme il passe son temps à harceler, injurier et menacer sur la toile et hors internet, notamment avec des bandes de copains genre Ligue du LOL, il y a aussi pas mal de plaignants contre lui, dont moi. Pour l’instant, seul le Maire de Béziers l’a fait condamner, mais cela ne saurait tarder également pour la CAF dont il outrage le personnel féminin.

 dans Politique
NEMROD34 Il y a 4 jours

Et j’ai été commandé quand et pourquoi par le maire de la ville et le reste ? Il faudrait vraiment penser à se soigner, ça serait mieux pour tout le monde…

 dans Rue89
NEMROD34 Il y a 4 jours

« Anonyme162463 Il y a 17 minutes SIGNALER UN ABUS
En fait, comme il passe son temps à harceler, injurier et menacer sur la toile et hors internet »

Mon dieu je menace et harcèle sur la toile et même en dehors !
Mon Dieu!
Vous comprenez qu’il va falloir prouver ça devant un tribunal ?
Et que comme ça n’existe pas vous perdrez ?
J’ai essayé de vous l’expliquer il y a neuf ans, neufs ans …

 dans Ufoscepticisme
NEMROD34 Il y a 4 jours

Philippe rdv chez Gracien. Samedi?

avatar
Anonyme162463 Il y a 4 jours

Excusez-moi, mais vous me faites rire à jouer les outragés de la sorte, M. l’anticlérical et athée forcené…

NEMROD34 Il y a 4 jours

Dye.DM14 qui est un pseudonyme on peut se voir samedi chez gracien, ensuite on règles les comptes loin de tout le monde, tu marches ?

Dye.DM14 Il y a 4 jours

@NEMROD34

Ok mais j espère que tu n iras pas déposer plainte après , j hésite vu que déjà tu déposes plainte pour kedal …
Et il y en a eu tellement comme toi qui ont fait les kékés puis qui en suite sont allé pleurer à la police …
samedi quel heure ?

Dye.DM14 Il y a 4 jours

Et appelle moi monsieur Philippe .

Dye.DM14 Il y a 4 jours

Je les connais trop bien les procéduriers comme toi , déjà que tu déposes plainte pour kedale là tu vas demander une pension d invalidité …

Dye.DM14 Il y a 4 jours

Gracien n est plus laisse le tranquille .

NEMROD34 Il y a 3 jours

L’heure qui te va.

avatar
Anonyme162463 Il y a 5 jours

Bonjour,
Je suis l’auteur du blog visé par NEMROD34. Je tiens à préciser n’avoir jamais révélé au public son identité et ses coordonnées. Il le faisait déjà lui-même sur tous les sites où il s’exprimait sous son pseudonyme de NEMROD34, y compris le sien, et le fera aussi sur le mien. Il a toujours procédé ainsi depuis qu’il s’exprime sur le net sous ce pseudonyme et cela continue, il suffit d’aller voir sa page sur Facebook pour s’en convaincre (il l’a ouverte sous sa véritable identité, indique qu’il est NEMROD34 et y utilise le même avatar que dans ses commentaires ici-même). Quant aux autres révélations concernant sa vie privée, c’est pareil : il les avait faites lui-même dans ses commentaires sur mon blog. En fait, cet individu y était arrivé au mois d’avril 2010 non pas pour y échanger avec qui que ce soit mais uniquement pour me harceler, m’injurier, me menacer, tout en me calomniant ailleurs sur le net, sur divers sites où il a, lui, effectivement commis à mon encontre, entre autres (car il a fait bien plus, beaucoup plus), l’infraction d’atteinte à l’intimité de la vie privée en révélant au public mon identité, toutes mes coordonnées et diverses autres informations relevant de ma vie privée alors que j’étais pour ma part réellement anonyme sous le pseudonyme que j’utilisais et ne racontais pas ma vie sur le net. Il m’a ensuite toujours écartée de ses procédures contre OVERBLOG à seule fin de m’empêcher de le contredire et révéler aux juges la vérité concernant …

NEMROD34 Il y a 4 jours

Vos propos ont étés condamnés, deux fois et ils le seront encore soyez en sure.
Il vous faudra non seulement démontrer ce dont vous m’accusez mais aussi assumer ce vous écrivez sur moi qui vous laisse tranquille, moi je n’ais pas 6 blogs pour vous accuser de choses très graves (meurtres, terrorisme entre autres), je ne vous piste pas constamment sur internet et dans la vie réelle, et ça fait 9 ans que ça dure …

avatar
Anonyme162463 Il y a 4 jours

L’individu fait partie d’une bande d’extrême-gauchistes qui me pirate et m’écoute illégalement depuis onze ans pour pouvoir faire des « révélations » au public me concernant (il y a en fait énormément d’inventions calomnieuses qui se mélangent à des éléments vrais, notamment ceux de l’identité, obtenus par des moyens frauduleux). Tout cela est démontré depuis longtemps, les mobiles, objectifs et résultats sont aussi évidents quand on connaît mon passé (notamment, projets classés pour la défense nationale qui ont toujours dérangé trafiquants d’armes et islamistes). L’escroquerie contre OVERBLOG est aussi démontrée depuis longtemps. Je vous attends de pied ferme avec vos nouvelles dénonciations calomnieuses, M. Nemrod.

NEMROD34 Il y a 4 jours

La folie totale dans tout son éclat…
Pas de de soucis je vous l’ais dit il y a longtemps: vous en répondrez devant un tribunal …

Carpe Diem! Il y a 6 jours

Sauf erreur de ma part cette personne était un posteur sur ce forum qui y a échangé avec des contradicteurs – dont sur ce sujet?

NEMROD34 Il y a 5 jours

Je suis la personne en question qu’entendez vous par « était un posteur sur ce forum qui y a échangé avec des contradicteurs – dont sur ce sujet? » ?

Quand Donnadieu invoque Dieu, ça tonne…

Une mini tornade s’est abattue sur un quartier de Sauvian la nuit dernière.

Non pas Servian où se trouve la gendarmerie de proximité où le sieur Donnadieu a dû déposer plainte contre moi selon ses dires, mais bien Sauvian, également près de Béziers, au sud de la ville.

Il fut un temps où un fantôme s’amusait à le réveiller à 4h30, heure du crime de Bouloc du 14 février 2011, en rallumant brutalement son ordinateur à cette heure-là avec son à tue-tête…

Il y a deux jours, lui qui passe son temps à harceler des croyants sur la toile et ne cesse de dire à quel point il les hait, jusqu’à participer à leur assassinat avec plaisir quand l’occasion se présente, il invoquait Dieu à son secours contre moi :

 

 

Quand Donnadieu invoque Dieu, ça tonne... dans Attentats
NEMROD34 Il y a 2 jours

« Anonyme162463 Il y a 17 minutes SIGNALER UN ABUS
En fait, comme il passe son temps à harceler, injurier et menacer sur la toile et hors internet »

Mon dieu je menace et harcèle sur la toile et même en dehors !
Mon Dieu!
Vous comprenez qu’il va falloir prouver ça devant un tribunal ?
Et que comme ça n’existe pas vous perdrez ?
J’ai essayé de vous l’expliquer il y a neuf ans, neufs ans …

 

Et hop ! Voilà la réponse : une mini tornade près de chez lui…

Il fâche, vraiment, énormément.

 

https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/herault/beziers/herault-degats-apres-coup-vent-violent-sauvian-pres-beziers-1651240.html

Hérault : des dégâts après un coup de vent violent à Sauvian près de Béziers

 

le coup de vent violent à Sauvian (34) a provoqué des dégâts notamment sur les toitures des maisons / © CRID-SDIS34

le coup de vent violent à Sauvian (34) a provoqué des dégâts notamment sur les toitures des maisons / © CRID-SDIS34

 

Un coup de vent violent a provoqué des dégâts dans la commune de Sauvian près de Béziers dans l’Hérault. Cette mini tornade n’a pas fait de victimes. Une vingtaine de maisons ont été endommagées.

Par Juliette Meurin Publié le 06/04/2019 à 10:11 Mis à jour le 06/04/2019 à 12:56

C’est un coup de vent violent très localisé qui a touché un quartier de la commune de Sauvian, près de Béziers dans la nuit du vendredi 5 au samedi 6 avril. Une sorte de mini tornade qui s’est abattue sur quelques rues.

Un coup de vent violent à Sauvian près de Béziers a touché une vingtaine de maisons

Heureusement il n’y a pas de victimes.
Les dégâts sont uniquement matériels : arbres arrachés, toitures endommagées. Au total, une vingtaine de maisons ont été touchées. Environ 30 pompiers étaient sur place ce samedi matin pour sécuriser les bâtiments. Ils ont pu procéder à une reconnaissance aérienne grâce à un drône.

Un coup de vent en novembre dernier au Crès près de Montpellier avait fait des dégâts importants sans faire de victimes.

NEMROD34 n’a jamais été anonyme sur Internet

Il a toujours un peu de mal à l’admettre quand on parle de ses escroqueries au jugement contre OVERBLOG.

C’est pourtant une réalité très facile à prouver.

Jean-Marc Donnadieu de Béziers est sur Internet depuis l’année 1998.

Il a depuis lors toujours utilisé le pseudonyme NEMROD34 qui l’identifie parfaitement, puisqu’il a toujours fourni au public son identité et toutes ses coordonnées sur tous les sites où il s’exprimait sous ce pseudonyme.

Il en utilise également bien d’autres quand il veut être anonyme, par exemple pour me harceler.

Mais sous celui-là, il n’a vraiment jamais été anonyme.

Tous ceux qui le connaissent le savent.

Voyez maintenant comme il louvoie quand on parle de ses pourtant déjà multiples aveux publics à ce sujet lorsque la question de ses escroqueries au jugement contre OVERBLOG est débattue sur le site de Midi Libre, il retombe aussitôt dans son travers des années 2010 à 2013 sur mon ancien blog « Un petit coucou » chez OVERBLOG, lorsqu’il disait une chose et la reniait sitôt après, même quand je lui remettais ses propos sous le nez – c’est en fait une méthode, une vraie technique de harceleur aguerri, quasi professionnel :

 

https://www.midilibre.fr/2019/04/02/tribunal-de-beziers-la-divulgation-de-la-vie-privee-sur-le-net-coute-cher,8104686.php

 

Les commentaires (40)
NEMROD34 n'a jamais été anonyme sur Internet dans AC ! Brest
NEMROD34 Il y a 1 jour

Pour ce que ça intéresse voici l’arrêté de la cour d’appel de Montpellier où il est très clairement précisé les propos tenus par le corbeau en question (accusation de pédophilie, violences conjugales et autres): https://www.legalis.net/jurisprudences/cour-dappel-de-montpellier-3eme-ch-b-arret-du-22-mars-2017/

Et pour avoir une idée de la santé mentale du corbeau, quand je publis ceci sur mon facebook :
Balance : Vous avez la chanson « The Final Countdown » désormais dans la tête.

Ce qui n’est rien d’autre que l’horoscope du gorafi le lundi:

http://www.legorafi.fr/2019/04/01/horoscope-du-1er-avril-2019/

Cette malade mentale dont je subis les nuisances depuis maintenant plus de 9 ans pense que c’est des menaces de mort envers elle …

http://satanistique.blogspot.com/2019/04/nouvelles-menaces-de-mort-de-jean-marc.html

9 ans que je dois subir ça …

avatar dans Attentats
Anonyme162463 Il y a 1 jour

Il n’y a jamais eu aucune accusation de pédophilie. J’avais juste posé la question d’un lien avec le réseau pédophile qui m’attaquait déjà, il s’est avéré réel. Les difficultés conjugales et de la garde du fils, c’est Nemrod lui-même qui les a apportées sur mon blog. Je n’en savais rien et aucun de mes commentateurs non plus, nous ne le connaissions pas. Et l’élément principal pour la condamnation reste la révélation de l’identité, qui n’a jamais été mon fait, puisque Nemrod révélait lui-même son identité partout où il s’exprimait sous ce pseudonyme, et depuis au moins une dizaine d’années. Il n’a en fait jamais été anonyme sous ce pseudonyme-là.
Quant aux horoscopes balance qu’il publie de temps en temps depuis quelques mois, il s’agit bien toujours de menaces à peine voilée à mon encontre : il choisit ses lignes et ne publie toujours que pour la balance, qui est mon signe.
Et je n’ai aucune maladie mentale, j’ai juste le tort d’être ingénieur alors que je n’ai toujours été qu’une femme.
Un peu d’honnêteté, SVP, M. Nemrod…

 dans Calomnie
NEMROD34 Il y a 1 jour

« Il est constant et non contesté que Monsieur X. s’est adressé à diverses reprises à la société JFG Networks en vue d’obtenir la suppression des informations litigieuses avant de l’assigner devant le juge des référés.

Il est tout aussi justifié que ce n’est que le lendemain du prononcé de l’arrêt de la Cour d’appel de Montpellier que la société Overblog a supprimé les mentions faisant grief à Monsieur X.. La seule comparaison des dates permet donc de constater que les informations permettant d’identifier aisément l’appelant sont restées accessibles aux tiers pendant près de 18 mois.

La révélation à son insu de l’identité véritable de Monsieur X. sur un forum de discussion où sont utilisés des pseudonymes, associée dans les articles litigieux à des éléments vrais ou supposés de sa vie privée et à des allégations à caractère diffamatoire ou injurieux, est de nature à constituer, dès lors que les pages internet en question sont, grâce aux moteurs de recherches, aisément consultables par tous, une atteinte à l’intimité de sa vie privée. »

Voilà ce que dit la justice…

avatar dans Crime
Anonyme162463 Il y a 1 jour

Il faudrait encore rappeler que je n’ai jamais été citée dans aucune des procédures de Nemrod contre OVERBLOG et qu’il m’en a volontairement écartée pour n’être pas contredit sur les faits. OVERBLOG ne pouvait se défendre qu’en ce qui concerne ses obligations d’hébergeur, qui ont été toujours été respectées à la lettre, il ne pouvait pas se défendre sur le fond des contentieux m’opposant à Nemrod qui ne sont pas son problème, et c’est pour cette raison que le TGI de Béziers a toujours débouté Nemrod de toutes ses demandes. La cour d’appel de Montpellier s’est prononcée sur des « faits »(imaginaires) exposés par le seul Nemrod et jamais contredits au cours de la procédure du fait que je n’avais pas été citée. Est-ce que tout le monde comprend l’entourloupe ? C’est moi qu’il aurait dû assigner au tribunal, pas OVERBLOG, mais dans ce cas, ses accusations mensongères n’auraient pas fait long feu.

avatar dans Folie
Anonyme162463 Il y a 1 jour

NEMROD34 a berné la « justice » de Montpellier, pas celle de Béziers qui avait bien relevé les anomalies de sa procédure.

 dans LCR - NPA
NEMROD34 Il y a 1 jour

Béziers un juge, cour d’appel de Montpellier trois juges, deux fois …
Si c’est à votre hébergeur que je m’en suis pris c’est bien pour votre anonymat dont vous êtes si fière, et son silence total à mes signalement.
Vous avez fait tombé votre anonymat, il est même tombé via voie judiciaire, et maintenant je connait la procédure, vous aurez votre procès et serez condamné.
Vous êtes une harceleuse malade, et les vices de procédures dont vous avez profité jusque là face à d’autres de vos nombreuses victimes ne marcheront pas plus.
Prouvez tout ce dont vous m’accusez, il faudra le faire devant le tribunal, et c’est impossible vous le savez bien puisque ça n’existe pas…
Votre harcèlement et vos mensonges en revanche c’est très simple …

 dans Le Post
NEMROD34 Il y a 1 jour

« OVERBLOG ne pouvait se défendre qu’en ce qui concerne ses obligations d’hébergeur, qui ont été toujours été respectées à la lettre, il ne pouvait pas se défendre sur le fond des contentieux m’opposant à Nemrod qui ne sont pas son problème, »

C’est pour ça qu’il est précisé que votre hébergeur à enfreint ses propres Conditions Générales d’Utilisation, pour la petite histoire c’et moi même qui les ai épluché et relevé la chose …
Vous pouvez mentir autant que le vous le voulez la réalité reste là …

avatar dans Luraghi
Anonyme162463 Il y a 23 heures

C’est vous qui mentez, M. Nemrod. Vous aviez mon identité et mes coordonnées dès le début de vos harcèlements à mon encontre en 2010. C’est acté par votre audition du 12 juillet 2011 pour des faits antérieurs à janvier 2011, votre première assignation d’OVERBLOG ne remontant qu’à début mars 2011. Quant aux vices de procédures dont soi-disant j’aurais profité, ce ne sont que ceux voulus par vos complices pour leurs propres procédures. Ils ont fait du détournement de procédure, tout comme vous, d’ailleurs. Mon anonymat, c’est vous tous qui l’avez fait « tomber » comme dites en préalable à tous vos harcèlements à mon encontre, à l’aide de piratages informatiques formellement attestés par bien plus de pièces que nécessaire, et auxquels vous avez bien participé.

 dans NEMROD34
NEMROD34 Il y a 23 heures

D’ailleurs tout le monde peut constater le nombre de fois où je donne votre identité …

avatar dans Pédophilie
Anonyme162463 Il y a 22 heures

Vous répondez à côté de la question à plusieurs reprises. Les CGU d’OVERBLOG n’ont rien à voir avec les questions de fond que j’expose. Et vous avez bien publié mon identité et mes coordonnées à de nombreuses reprises sur différents site. Vous vous en êtes même justifié une fois en audition le 12 juillet 2011. L’auriez-vous donc oublié ? Soi-disant je vous aurais fait des misères à vous et vos complices pirates et harceleurs. Ce que vous avez raconté à la police était mensonger. Il reste que vous avez bien commis à mon encontre l’infraction d’atteinte à l’intimité de la vie privée résultant de la levée de mon anonymat, et pas qu’une fois, tandis que moi je ne l’ai jamais commise à votre encontre, puisque vous n’avez jamais été anonyme sous le pseudonyme de NEMROD34.

 dans Perversité
NEMROD34 Il y a 22 heures

« puisque vous n’avez jamais été anonyme sous le pseudonyme de NEMROD34″

D’accord.
Alors si là je donne votre nom et prénom, adresse, photo de votre chambre et tout et que vous accuses d’un milliers de choses horribles tout va bien parce que c’est sur internet et que donc voilà ?
Je le fais ? J’ouvres 6 blog minimum pour le faire et tout ira bien ?
Si je raconte votre vie et montre des photos de vous dans établissement hospitalier c’est bon ?
Parce que c’est sur internet, et rien ne prouve que ça ne vient pas de vous …

 dans Politique
NEMROD34 Il y a 21 heures

« Les CGU d’OVERBLOG n’ont rien à voir avec les questions de fond que j’expose.  »

Les CGU d’Over-Blog on comptées énormément, article 5.1 de leur CGU de l’époque, relisez ou faites lire par quelqu’un qui sait lire…
Il y a votre perception des choses, et il y a la réalité …
Moi la réalité je peux la prouver à le demande…

avatar dans Rue89
Anonyme162463 Il y a 21 heures

C’est quoi encore ce délire ? Des photos de moi dans un établissement hospitalier ? Où donc auriez-vous vu ça ?

avatar dans Statistiques de blog
Anonyme162463 Il y a 21 heures

Vous admettez n’avoir jamais été anonyme sur Internet sous le pseudonyme de NEMROD34.
Voilà au moins un point qui semble tout à fait clair.
Vous admettez aussi avoir commis plusieurs atteintes à l’intimité de la vie privée à mon encontre.
Bien, on avance un peu en sériant les questions.

 dans Ufoscepticisme
NEMROD34 Il y a 21 heures

Remarques :
Vous ne m’appelez plus par mon nom et prénom ? Pourquoi ?
Vous ne m’accusez pas de meurtres, terrorisme, viols, vols, escroqueries et j’en passe ? Pourquoi ?
Même pas une petite accusation de pédophilie ?

NEMROD34 n'a jamais été anonyme sur Internet dans AC ! Brest
NEMROD34 Il y a 8 heures

« Vous admettez aussi avoir commis plusieurs atteintes à l’intimité de la vie privée à mon encontre. »

Montrez nous ça …

avatar
Anonyme162463 Il y a 6 heures

Rappelez-vous, vous en avez avoué une partie en audition au commissariat de Béziers le 12 juillet 2011; il y en a eu d’autres par la suite.

Bon, au moins, là, vous admettez n’avoir jamais été anonyme sous le pseudonyme de NEMROD34. Un point à souligner.

 dans Attentats
NEMROD34 Il y a 5 heures

L’article 29 du Code Pénal et de la loi du 29 juillet 1881 dispose que « Toute allégation ou imputation d’un fait qui porte atteinte à l’honneur ou à la considération de la personne ou du corps auquel le fait est imputé est une diffamation. La publication directe ou par voie de reproduction de cette allégation ou de cette imputation est punissable, même si elle est faite sous forme dubitative ou si elle vise une personne ou un corps non expressément nommés, mais dont l’identification est rendue possible par les termes, des discours, cris, menaces, écrits ou imprimés, placards ou affiches incriminés ».

« NEMROD34 Il y a 2 heures SIGNALER UN ABUS
« Vous admettez aussi avoir commis plusieurs atteintes à l’intimité de la vie privée à mon encontre. »

Montrez nous ça …

Anonyme162463 Il y a 39 minutes SIGNALER UN ABUS
Rappelez-vous, vous en avez avoué une partie en audition au commissariat de Béziers le 12 juillet 2011; il y en a eu d’autres par la suite.

Bon, au moins, là, vous admettez n’avoir jamais été anonyme sous le pseudonyme de NEMROD34. Un point à souligner. »

Pouvez vous démontrer ça de façon claire ?
Parce que vous continuez à m’accuser d’un tas de choses sans la moindre preuve, comme c’est relevé dans trois procès pour trois personnes différentes (vous avez bien plus de vicrimes on le sait tout les deux)…
Vous changez sans cesse de sujet pour ne pas répondre …
Les lecteurs auront un résumé de l’histoire ici, avec toutes les preuves, pas …

 dans Calomnie
NEMROD34 Il y a 4 heures

« Quant aux horoscopes balance qu’il publie de temps en temps depuis quelques mois, il s’agit bien toujours de menaces à peine voilée à mon encontre : il choisit ses lignes et ne publie toujours que pour la balance, qui est mon signe. »

Et la seule personne au monde à être balance, du coup chaque horoscope fait dans le monde c’est des gens qui vous en veulent …
Soignez vous mademoiselle, c’est mieux pour tout le monde.

avatar
Anonyme162463 Il y a 4 heures

Vos délires et inventions calomnieuses à mon encontre ne seront pas publiés sur ce site dont les responsables doivent au moins connaître les lois qui leur interdisent de publier n’importe quoi.
J’ai retrouvé l’article que vous aviez fait publier sur ce site au mois de janvier 2012, il est ici :

https://www.midilibre.fr/2012/01/19/son-anonymat-n-etait-pas-respecte-sur-un-blog,445818.php

C’était le même journaliste qu’aujourd’hui et déjà à l’époque je m’étais tâtée pour une plainte en diffamation, vu qu’il rapportait dans son article de vos delires et inventions calomnieuses à mon encontre. Je lui précise au passage qu’il ne fait pas un travail sérieux. La moindre des choses, avant d’écrire et de publier, était de vérifier vos allégations. Or, il ne l’a jamais fait, ni à l’époque ni aujourd’hui. Je vois par exemple que vous prétendez au mois de janvier 2012 que je vous accuserais d’attentats terroristes, mais il n’y en a pas eu avant mars 2012. Il est évident que ceux-là se préparaient déjà au mois de janvier 2012, mais seuls les terroristes le savaient ce moment-là : vous peut-être, mais pas moi.
Cela dit, dans cet article que vous aviez fait publier à l’époque, vos nom et prénom sont bien cités avec votre pseudonyme de NEMROD34, comme dans un autre article que vous aviez fait publier à la même époque dans un média belge.
Niez-vous avoir toujours fourni vos nom, prénom et coordonnées sur tous les sites où vous vous êtes exprimés sous votre pseudonyme de NEMROD34 …

 dans Crime
– Il y a 1 jour

Jean Pièrre A. C’était pas une bonne idée et pourquoi faire ?
J’ai du mal à comprendre ?

 dans Folie
– Il y a 1 jour

https://www.midilibre.fr/2015/09/30/gratien-a-rejoint-le-paradis-des-gargotiers,1220355.php

 dans LCR - NPA
Dye.DM14 Il y a 2 jours

Sacré nemrod ça ne m étonne pas de toi tu provoques laisses des photos de toi sur le trone sur le net crache sur les flics et à la première occasion tu vas déposer plainte bonne mentalité ….

avatar
Anonyme162463 Il y a 2 jours

En fait, comme il passe son temps à harceler, injurier et menacer sur la toile et hors internet, notamment avec des bandes de copains genre Ligue du LOL, il y a aussi pas mal de plaignants contre lui, dont moi. Pour l’instant, seul le Maire de Béziers l’a fait condamner, mais cela ne saurait tarder également pour la CAF dont il outrage le personnel féminin.

 dans Le Post
NEMROD34 Il y a 2 jours

Et j’ai été commandé quand et pourquoi par le maire de la ville et le reste ? Il faudrait vraiment penser à se soigner, ça serait mieux pour tout le monde…

 dans Luraghi
NEMROD34 Il y a 2 jours

« Anonyme162463 Il y a 17 minutes SIGNALER UN ABUS
En fait, comme il passe son temps à harceler, injurier et menacer sur la toile et hors internet »

Mon dieu je menace et harcèle sur la toile et même en dehors !
Mon Dieu!
Vous comprenez qu’il va falloir prouver ça devant un tribunal ?
Et que comme ça n’existe pas vous perdrez ?
J’ai essayé de vous l’expliquer il y a neuf ans, neufs ans …

 dans NEMROD34
NEMROD34 Il y a 2 jours

Philippe rdv chez Gracien. Samedi?

avatar
Anonyme162463 Il y a 2 jours

Excusez-moi, mais vous me faites rire à jouer les outragés de la sorte, M. l’anticlérical et athée forcené…

 dans Pédophilie
NEMROD34 Il y a 1 jour

Dye.DM14 qui est un pseudonyme on peut se voir samedi chez gracien, ensuite on règles les comptes loin de tout le monde, tu marches ?

 dans Perversité
Dye.DM14 Il y a 1 jour

@NEMROD34

Ok mais j espère que tu n iras pas déposer plainte après , j hésite vu que déjà tu déposes plainte pour kedal …
Et il y en a eu tellement comme toi qui ont fait les kékés puis qui en suite sont allé pleurer à la police …
samedi quel heure ?

 dans Politique
Dye.DM14 Il y a 1 jour

Et appelle moi monsieur Philippe .

 dans Rue89
Dye.DM14 Il y a 1 jour

Je les connais trop bien les procéduriers comme toi , déjà que tu déposes plainte pour kedale là tu vas demander une pension d invalidité …

 dans Sceptiques du Québec
Dye.DM14 Il y a 1 jour

Gracien n est plus laisse le tranquille .

 dans Ufoscepticisme
NEMROD34 Il y a 1 jour

L’heure qui te va.

avatar
Anonyme162463 Il y a 3 jours

Bonjour,
Je suis l’auteur du blog visé par NEMROD34. Je tiens à préciser n’avoir jamais révélé au public son identité et ses coordonnées. Il le faisait déjà lui-même sur tous les sites où il s’exprimait sous son pseudonyme de NEMROD34, y compris le sien, et le fera aussi sur le mien. Il a toujours procédé ainsi depuis qu’il s’exprime sur le net sous ce pseudonyme et cela continue, il suffit d’aller voir sa page sur Facebook pour s’en convaincre (il l’a ouverte sous sa véritable identité, indique qu’il est NEMROD34 et y utilise le même avatar que dans ses commentaires ici-même). Quant aux autres révélations concernant sa vie privée, c’est pareil : il les avait faites lui-même dans ses commentaires sur mon blog. En fait, cet individu y était arrivé au mois d’avril 2010 non pas pour y échanger avec qui que ce soit mais uniquement pour me harceler, m’injurier, me menacer, tout en me calomniant ailleurs sur le net, sur divers sites où il a, lui, effectivement commis à mon encontre, entre autres (car il a fait bien plus, beaucoup plus), l’infraction d’atteinte à l’intimité de la vie privée en révélant au public mon identité, toutes mes coordonnées et diverses autres informations relevant de ma vie privée alors que j’étais pour ma part réellement anonyme sous le pseudonyme que j’utilisais et ne racontais pas ma vie sur le net. Il m’a ensuite toujours écartée de ses procédures contre OVERBLOG à seule fin de m’empêcher de le contredire et révéler aux juges la vérité concernant …

NEMROD34 Il y a 2 jours

Vos propos ont étés condamnés, deux fois et ils le seront encore soyez en sure.
Il vous faudra non seulement démontrer ce dont vous m’accusez mais aussi assumer ce vous écrivez sur moi qui vous laisse tranquille, moi je n’ais pas 6 blogs pour vous accuser de choses très graves (meurtres, terrorisme entre autres), je ne vous piste pas constamment sur internet et dans la vie réelle, et ça fait 9 ans que ça dure …

avatar
Anonyme162463 Il y a 2 jours

L’individu fait partie d’une bande d’extrême-gauchistes qui me pirate et m’écoute illégalement depuis onze ans pour pouvoir faire des « révélations » au public me concernant (il y a en fait énormément d’inventions calomnieuses qui se mélangent à des éléments vrais, notamment ceux de l’identité, obtenus par des moyens frauduleux). Tout cela est démontré depuis longtemps, les mobiles, objectifs et résultats sont aussi évidents quand on connaît mon passé (notamment, projets classés pour la défense nationale qui ont toujours dérangé trafiquants d’armes et islamistes). L’escroquerie contre OVERBLOG est aussi démontrée depuis longtemps. Je vous attends de pied ferme avec vos nouvelles dénonciations calomnieuses, M. Nemrod.

NEMROD34 Il y a 2 jours

La folie totale dans tout son éclat…
Pas de de soucis je vous l’ais dit il y a longtemps: vous en répondrez devant un tribunal …

Carpe Diem! Il y a 3 jours

Sauf erreur de ma part cette personne était un posteur sur ce forum qui y a échangé avec des contradicteurs – dont sur ce sujet?

NEMROD34 Il y a 3 jours

Je suis la personne en question qu’entendez vous par « était un posteur sur ce forum qui y a échangé avec des contradicteurs – dont sur ce sujet? » ?

 

Assassinat de Patricia Bouchon : il manque le témoignage de Noël Forgeard

L’avocat général David Sénat demande l’acquittement de Laurent Dejean pour défaut de preuves quoiqu’il se dise quasiment certain qu’il est bien l’assassin de Patricia Bouchon.

Selon lui, le dossier de la procédure est vide.

Il ne contiendrait donc pas le dossier assez fourni que j’avais communiqué aux enquêteurs en deux envois au mois d’octobre 2014, lequel montrait sans l’ombre d’un doute comment et pourquoi le malade mental extrêmement dangereux Pascal Edouard Cyprien Luraghi avait fait assassiner Patricia Bouchon le 14 février 2011 par un individu qui peu de temps après les faits était venu participer aux « discussions » de ses amis et complices « déconnologues » sur leur blog, sous le pseudonyme de « Marcelduchamp ». Ce dernier s’amusait autant que les autres du caractère « surréaliste » de son crime.

Qu’ils soient tous auteurs et/ou complices de l’assassinat de Patricia Bouchon le 14 février 2011 à Bouloc est une certitude absolue.

Il ne restait qu’à les identifier, interroger, perquisitionner, etc… et verser au dossier de la procédure les preuves formelles qui auraient été immanquablement retrouvées.

Cependant, cela n’a jamais été fait, probablement en raison de la CORRUPTION des magistrats brestois qui ont toujours protégé ces assassins et avaient déjà décidé de les blanchir totalement de tous leurs crimes et délits contre mes proches et moi-même, lesquels s’étendaient aussi depuis plusieurs années à tous les témoins de ces faits et comprenaient jusqu’à des actes terroristes, l’ensemble de ces crimes étant marqué par une escalade indéniable dans l’horreur : le 14 février 2011, on étrangle, trois semaines plus tard, on pend, en mars 2012, on tire sur des militaires en civil et des enfants, le 24 janvier 2013, on égorge, et en 2014, on en est déjà à décapiter à la chaîne des otages tout en préparant les tueries de masse à la mitraillette qui vont débuter en 2015…

Je suppose donc que ces magistrats ultra CORROMPUS, qui étaient déjà les auteurs de plusieurs faux criminels destinés à me discréditer totalement et permettre aux cybercriminels de la bande du malade mental extrêmement dangereux Pascal Edouard Cyprien Luraghi de poursuivre leur travail de recherche et d’identification de tous les témoins de ma vraie vie afin de les éliminer pour que sa publication ultérieure de ma soi-disant « biographie » soit un succès total, ont dissuadé les enquêteurs de Toulouse de procéder à la moindre vérification utile comme ils ont aussi toujours dissuadé mes avocats de me défendre sérieusement contre les harcèlements, campagnes de calomnies et viols quotidiens de leurs protégés.

En conséquence, hormis ses complices, personne ne peut dire aujourd’hui quelle est l’identité véritable de « Marcelduchamp », assassin de Patricia Bouchon. S’agit-il, oui ou non, de Laurent Dejean ?

Avec un peu de bonne volonté, il serait encore possible de se donner les moyens de répondre à cette question, pour peu que mon témoignage gagne en force et que je retrouve suffisamment de crédibilité pour convaincre de l’intérêt d’enquêter sur le malade mental Pascal Edouard Cyprien Luraghi et sa bande de cybercriminels dits « déconnologues ».

D’une part, j’appelle donc à témoigner contre eux tous ceux qui savent aussi bien que moi qu’ils sont effectivement un groupe de cybercriminels constitué en 2008 autour d’une cellule de riverains du site Rue89 à seule fin de harceler sur la toile quantité d’internautes anonymes ou non, qu’ils ont sévi ensemble sur les sites Rue89 et Le Post et de nombreux autres sites, violent l’intimité de la vie privée de leurs cibles par divers moyens frauduleux, les calomnient et les menacent de mort, pouvant aussi organiser contre elles des agressions physiques.

Et d’autre part, je fournis les précisions suivantes sur mon passé professionnel, que connaissent parfaitement bien les magistrats brestois et leurs complices de la LCR ou du NPA de Brest, quoique les uns et les autres accréditent systématiquement toutes les inventions calomnieuses et affabulations délirantes de mes harceleurs à mon encontre ou qu’ils en soient eux-mêmes les auteurs : ayant travaillé plusieurs années comme ingénieur d’études en informatique sur des projets importants, dont des projets classés Secret Défense et Confidentiel Défense, je précise avoir travaillé pour le dernier d’entre eux, en 1993 et 1994, dans une société dirigée par M. Noël Forgeard. C’est donc lui qui à la mi-septembre 1994 s’était trouvé dans l’obligation de rendre des comptes aux autorités militaires sur la manière dont j’étais traitée dans sa société, où j’étais quotidiennement harcelée depuis quasiment un an par des proxénètes et trafiquants d’armes infiltrés sur le projet auquel je participais, pour la Défense nationale. Les négociations du contrat Agosta s’en trouvèrent sitôt terminées et mes harceleurs, qui avaient déjà connu quelques ennuis avec la DST au cours du printemps 1994, furent virés de leurs postes avec pertes et fracas peu de temps plus tard. Leur complice Josette Brenterch de la LCR de Brest ne l’a jamais pardonné à personne, et les magistrats ultra CORROMPUS du TGI de Brest non plus.

Que M. Forgeard accepte ou non de témoigner de la réalité de mon passé professionnel et du harcèlement moral en entreprise (et plus) dont il sait que j’ai effectivement été victime importe peu : sachant que je ne manque pas d’éléments de preuves à ce sujet, que bien évidemment je me refuse à communiquer aux cybercriminels de la bande du malade mental Pascal Edouard Cyprien Luraghi, que cela ne concerne en rien, il ne me contredira jamais et cela devrait suffire à prouver à quel point je suis calomniée par les magistrats brestois dans les faux criminels qu’ils produisent à mon sujet.

Ce témoignage-là peut-il convaincre de l’intérêt d’enquêter sérieusement sur leurs protégés les cybercriminels de la bande de Cyprien Luraghi ?

Une simple perquisition chez ce malade permettrait à n’en pas douter de résoudre quantité d’affaires criminelles, dont l’assassinat de Patricia Bouchon le 14 février 2011 à Bouloc.

Plus personne ne viendrait alors proposer de cachetonner à mort le présumé coupable Laurent Dejean, bien plus probablement pour l’empêcher de livrer ses complices que pour réduire et prévenir sa dangerosité.

S’il est assez dangereux pour avoir commis le crime dont il est accusé sans qu’une maladie mentale n’en soit la cause, comme l’affirme l’expert psychiatre, alors sa place est en prison.

Quant à l’éventuelle erreur judiciaire, elle n’est pas irrémédiable en première instance.

 

https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/toulouse-proces-de-l-affaire-patricia-bouchon-l-avocat-general-requiert-1553767175

Toulouse – Procès de l’affaire Patricia Bouchon : l’avocat général requiert l’acquittement

 

jeudi 28 mars 2019 à 12:42 Par Stéphanie Mora et Vanessa Marguet, France Bleu Occitanie et France Bleu

Depuis le 14 mars 2019, la cour d’assises de Haute-Garonne juge Laurent Dejean. Un ancien plaquiste de Bouloc (nord Haute-Garonne) poursuivi pour homicide volontaire de Patricia Bouchon. Cette habitante de Bouloc également tuée alors qu’elle faisait son jogging le 14 février 2011.

 

Dernier jour d'audience avant le verdict dans ce procès de Laurent Dejean, accusé du meurtre de la joggeuse de Bouloc.

Dernier jour d’audience avant le verdict dans ce procès de Laurent Dejean, accusé du meurtre de la joggeuse de Bouloc. © Radio France – Vanessa Marguet

 

Toulouse, France

Ce jeudi est consacré aux plaidoiries des avocats et au réquisitoire de l’avocat général. Ce dernier dans une prise de parole qui a duré environ deux heures a requis l’acquittement de Laurent Dejean.

 

Assassinat de Patricia Bouchon : il manque le témoignage de Noël Forgeard dans AC ! Brest R0zB2X_5_normal

France Bleu Occitanie @bleuoccitanie

Affaire Patricia Bouchon à la Cour d’assises 31 à : l’avocat général requiert l’acquittement de l’accusé Laurent Dejean, faute de preuves suffisantes.

Voir les autres Tweets de France Bleu Occitanie

 

L’attitude de l’avocat général avait été très critiquée par la partie civile au début du procès. Christian Bouchon, le mari et sa fille Carlyne jugeaient ses interventions trop « favorables » à l’accusé. Ce matin David Sénat a précisé sa position :

« Personnellement je suis quasiment certain que c’est lui l’assassin mais il me manque la preuve ultime (…) La justice doit se départir de toute approche passionnelle. L’avocat général doit dire ce qui est juste.  » L’avocat général au procès de l’affaire Patricia Bouchon.

Le magistrat du parquet a aussi déploré une « succession d’erreurs » au début de l’enquête, « dans les deux ou trois premières semaines ». Puis il a démonté point par point les éléments à charge contre Laurent Dejean.

Les avocats de la famille Bouchon demandent « justice pour Patricia »

Les avocats de la partie civile en début d’audience se sont attachés à remettre la victime au coeur des débats.

Me Léna Baro a souligné :  » Elle aurait eu 58 ans. Elle aurait mis quelques cheveux blancs, quelques rides. Mais elle n’aurait pas perdu son sourire » et l’avocate de Carlyne Bouchon Sandra Damiano (la fille et la soeur de la victime) de poursuivre « Ce dossier n’est pas vide. Tous les éléments convergent vers une seule personne : Laurent Dejean », L’avocate martèle : « il y a peu de doutes » et Me Baro égrène :  la Clio blanche, le portrait robot très ressemblant établi par le témoin clé, la buse où le corps a été retrouvé et que peu de gens connaissaient, mais Laurent Dejean oui…

Me Stéphane Juillard, l’avocat de Christian Bouchon enchaîne et insiste sur la souffrance et le traumatisme de la famille : « Patricia ce n’est pas qu’une joggeuse ». Il évoque aussi la personnalité de l’accusé, sa schizophrénie, sa décompensation.

 » Ce garçon là, sans le cannabis il n’aurait pas déclenché cette schizophrénie et il ne serait pas là aujourd’hui à se justifier (…) il est dans le déni et le restera (…) la famille de Patricia Bouchon est sans haine ni vengeance » Me Stéphane Julliard

Me Juillard lit un poème écrit par Carlyne, un texte qui résume ce que sa maman aurait pu écrire « de là-haut » : « continue à vivre intensément chaque seconde. Continuez à être fier de ce que vous êtes ». L’avocat conclut en demandant aux jurés : « faites justice pour Patricia ! »

Le verdict sera rendu demain.

Mots-clés :

Par :

 

https://www.ladepeche.fr/2019/03/28/meurtre-de-patricia-bouchon-lavocat-general-requiert-lacquittement-de-laccuse-laurent-dejean,8096329.php

Meurtre de Patricia Bouchon, la joggeuse de Bouloc : l’acquittement requis pour l’accusé

 

  • Le procès se tient à Toulouse.
Le procès se tient à Toulouse. DDM-MICHEL VIALA
Publié le 28/03/2019 à 12:55 , mis à jour à 14:02
l’essentielLaurent Dejean, accusé du meurtre de la joggeuse de Bouloc, au nord de Toulouse, en février 2011, est jugé depuis le 14 mars devant la cour d’assises de la Haute-Garonne. L’avocat général a requis l’acquittement ce jeudi matin.

Au terme de plus de deux heures de réquisitions, l’avocat général David Sénat a demandé ce jeudi midi aux jurés de la cour d’assises de la Haute Garonne d’acquitter Laurent Dejean, 39 ans, accusé du meurtre de Patricia Bouchon, tuée le 14 février 2011 alors qu’elle faisait son jogging à Bouloc, au nord de Toulouse.

« Je ne sais pas, a-t-il exprimé.Les débats ne m’ont convaincu de rien. Ni de son innocence, ni de sa culpabilité ». Tout au long de ses réquisitions , il s’est attaché à démontrer qu’il n’existait aucune preuve dans le dossier, mais uniquement des hypothèses.

L’avocat général a pointé les « évolutions » des déclarations du témoin clé qui avait permis d’établir le portrait-robot. « Sans ce témoignage il n’y a quasiment rien dans ce dossier. Le sens de ses déclarations va dans le sens de l’identification de Laurent Dejean alors que Laurent Dejean est devenu la dernière hypothèse ». Clio grise, claire, anthracite, blanche… « ce témoignage a évolué ». Il concède : « Aujourd’hui, la possibilité qu’il soit l’auteur des faits demeure. Il est possible qu’il soit coupable mais les preuves font défaut ».

Pour l’avocat général , « le risque de l’erreur judiciaire je ne le prendrai pas et je ne prendrai pas le risque de vous le faire prendre. Les preuves de la culpabilité n’ont pas été rapportées pour le condamner. Vous devez répondre négativement à la question de la culpabilité de Laurent Dejean en l’acquittant. » Dans son requisitoire, l’avocat général a pour autant exclu, au regard du profil psychiatrique de Laurent Dejean, qu’il ressorte de la prison pour regagner la vie courante. « Il doit faire l’objet d’un suivi. Il relève de soins sans consentement (NDLR, hospitalisation d’office), c’est évident ».

« Ça fait quatre ans que je suis en prison pour rien »

Depuis la fin de l’enquête et tout au long du procès, les preuves ont manqué pour affirmer la culpabilité de Laurent Dejean. Dans une interview donnée à La Dépêche du Midi avant l’ouverture du procès, les avocats de l’accusé Mes Guy et Pierre Dubuisson rappelaient que « l’avocat général avait fini par conclure l’instruction en disant qu’à son sens il n’y a pas assez de preuves pour renvoyer Laurent Dejean devant la cour d’assises ».

Pour la défense, « Il y a des centaines de pages dans la procédure mais aucune preuve. Le portrait-robot a été fait dans des conditions particulières ».

Lors de l’ouverture du procès, Laurent Dejean s’était exprimé : « Je pense que c’est un procès un peu sensible. J’aurais aimé avoir un non-lieu. Ça fait quatre ans que je suis en prison pour rien ».

La joggeuse Patricia Bouchon avait disparu le jour de la Saint-Valentin 2011. Partie courir à 4h30 du matin, autour de Bouloc, à 25 km au nord de Toulouse, la mère de famille de 49 ans, secrétaire dans un cabinet d’avocats toulousains, n’était jamais revenue. Son corps avait été retrouvé un mois et demi plus tard, les vertèbres et le crâne enfoncés, le 29 mars 2011, à Villematier non loin du lui de sa disparition.

La diffusion d’un portrait-robot en octobre 2013, avait conduit les enquêteurs sur la piste de Laurent Denjean.

Claire Lagadic

 

http://www.leparisien.fr/faits-divers/meurtre-de-la-joggeuse-patricia-bouchon-acquittement-requis-faute-de-preuve-28-03-2019-8041524.php

Meurtre de la joggeuse Patricia Bouchon : acquittement requis faute de preuve

 

>Faits divers|Le Parisien avec AFP| 28 mars 2019, 13h03 | MAJ : 28 mars 2019, 13h22 |2
8041524_471891f2-4a73-11e9-983a-df4f404eddc3-1_1000x625 dans Attentats

Carlyne et Christian Bouchon, fille et époux de Patricia Bouchon, le 14 mars lors du procès à Toulouse. AFP/Pascal Pavani

 

Patricia Bouchon avait été tuée un matin de février 2011 à Bouloc, au nord de Toulouse.

 

L’avocat général de la cour d’assises de Haute-Garonne a requis jeudi l’acquittement de Laurent Dejean, jugé pour le meurtre de Patricia Bouchon en 2011 à Bouloc, près de Toulouse.

« Il est possible que Laurent Dejean soit coupable mais les preuves font défaut », a expliqué David Sénat. Reprenant une citation de Stefan Zweig, le procureur général a affirmé en préambule être « personnellement quasiment certain que c’est lui l’assassin mais il me manque la preuve ultime ».

« L’intime conviction n’est pas une intime émotion », a encore affirmé le magistrat, démontant méticuleusement un « dossier vide » et soulignant la « fragilité » du témoignage qui avait conduit les enquêteurs à interpeller Laurent Dejean. Exprimant ainsi ses « doutes » sur la culpabilité de l’accusé, il a donc demandé son acquittement.

LIRE AUSSI >Meurtre de Patricia Bouchon : les « bizarreries » de l’accusé

« On n’est pas surpris, on s’en doutait. On ne peut pas nier qu’il n’y ait pas de preuves évidentes de la culpabilité de Laurent Dejean mais on ne peut pas nier que tous les indices mènent à lui », a indiqué à la presse Carlyne Bouchon, la fille de la victime.

« J’espère que les jurés ne seront pas dupes et comprendront que Laurent Dejean est une personne dangereuse », a-t-elle ajouté.

La disparition de Patricia Bouchon, le jour de la Saint-Valentin 2011, avait été signalée par son mari, inquiet de ne pas la voir revenir de son jogging quotidien au petit matin.

-

Une photo non-datée de Patricia Bouchon/DR

Le corps de la mère de famille de 49 ans n’avait été retrouvé qu’un mois et demi plus tard dissimulé dans une conduite d’eau, le crâne enfoncé.

Fin 2017, l’avocat général de la chambre de l’instruction de la Cour d’appel de Toulouse avait estimé qu’il n’y avait pas, dans le dossier de plus de 40 000 pièces, les éléments nécessaires pour un renvoi devant les assises.

Ce premier réquisitoire avait cependant été ensuite infirmé par la chambre de l’instruction qui avait tranché en faveur du renvoi devant un jury populaire.

Depuis son interpellation quatre ans après les faits, Laurent Dejean un ouvrier plaquiste aujourd’hui âgé de 39 ans, schizophrène et placé sous curatelle, a constamment clamé son innocence. Jeudi après-midi le procès doit se poursuivre par la plaidoirie de la défense. Le verdict est attendu vendredi.

 

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2019/03/28/01016-20190328ARTFIG00054-meurtre-de-patricia-bouchon-le-procureur-requiert-l-acquittement-faute-de-preuve.php

Meurtre de Patricia Bouchon: le procureur requiert l’acquittement faute de preuve

 

Huit ans après la découverte du corps de la mère de famille dans un village près de Toulouse, la cour d’assises doit rendre son verdict concernant le principal suspect, Laurent Dejean, vendredi. Lors du procès, un expert psychiatrique a jugé que ce dernier, qui a toujours nié les faits, était atteint de «schizophrénie».

L’avocat général de la cour d’assises de Haute-Garonne a requis ce jeudi l’acquittement de Laurent Dejean, jugé pour le meurtre de la joggeuse Patricia Bouchon en 2011 à Bouloc, près de Toulouse. «Il est possible que Laurent Dejean soit coupable mais les preuves font défaut», a expliqué David Sénat, avant de demander l’acquittement de l’accusé. «L’intime conviction n’est pas une intime émotion», a affirmé le magistrat, démontant méticuleusement un «dossier vide» et soulignant la «fragilité» du témoignage qui avait conduit les enquêteurs à interpeller Laurent Dejean.

» LIRE AUSSI – Toulouse: ouverture du procès du meurtre de Patricia Bouchon

Le procès s’est ouvert jeudi 14 mars à la cour d’assises de Toulouse. Cette dernière doit rendre son verdict vendredi, huit ans après la découverte du corps de Patricia Bouchon, le 29 mars 2011 à Villematier (Haute-Garonne). La fille de la victime espère que «les jurés ne seront pas dupes et comprendront que Laurent Dejean est une personne dangereuse. On n’est pas surpris [par cette réquisition]. On ne peut pas nier qu’il n’y ait pas de preuves évidentes de la culpabilité de Laurent Dejean mais on ne peut pas nier que tous les indices mènent à lui».

Le 14 février 2011, la mère de famille de 49 ans sort faire son jogging avant de se rendre à son travail, dans un cabinet d’avocats toulousain. Mais ce matin-là, elle ne revient pas au domicile familial. Son mari, Christian, entreprend d’abord de la retrouver, puis donne l’alerte. Les enquêteurs retrouvent du sang, un chouchou et une boucle d’oreille lui appartenant. Le 29 mars, un chasseur découvre son corps dans une canalisation à Villematier, un village situé à une douzaine de kilomètres de son domicile de Bouloc. Ses vertèbres sont brisées, son crâne est enfoncé et son gant a été enfoncé à l’intérieur de la gorge. Les soupçons se portent vers Laurent Dejean, un ancien plaquiste. Il est placé en garde à vue en février 2014. Un témoin a rapporté avoir vu une clio de couleur claire similaire à celle du suspect dans les alentours et a pu suffisamment le décrire pour établir un portrait-robot.

Me Guy Debuisson, le conseil de Laurent Dejean, nie les faits. «De l’ADN a bien été retrouvé sur le corps, mais ce n’est pas celui de Laurent Dejean», assure-t-il. Son client est tout de même mis en examen pour «homicide volontaire» et placé en détention provisoire. Ses demandes de remises en liberté ont toujours été refusées.

Un accusé «schizophrène»

Bien que le ministère public ait toujours trouvé les éléments contre le suspect insuffisants, la chambre d’instruction a décidé de le renvoyer devant la justice. Lors du procès, l’expert psychiatre a brossé le portrait d’un accusé souffrant de «schizophrénie paranoïde» probablement accentuée par la prise de stupéfiants, cannabis et cocaïne sans donner toutefois d’éléments confortant l’accusation. «(Au moment des faits) il n’est pas dans un registre pathologique. S’il a fait quelque chose, il n’y a pas d’abolition du discernement», a tranché mercredi après-midi cet expert psychiatrique qui s’exprimait en visioconférence, affirmant ainsi que Laurent Dejean était pénalement responsable.

» LIRE AUSSI – Meurtre de Patricia Bouchon: l’obscur profil du principal suspect

«Selon l’une de ses sœurs, il était d’un caractère colérique», a rapporté un enquêteur de personnalité, détaillant, après la mort de son père, les rapports violents de Laurent Dejean avec sa mère.«Sa maman en avait peur», a confirmé l’expert psychiatre expliquant que celle-ci avait finalement décidé de lui demander de prendre un appartement seul.

Le suspect, quant à lui, a toujours nié les faits qui lui sont reprochés. «Ça fait quatre ans que je suis enfermé (en prison NDLR), mais je suis innocent», a dit l’accusé, fidèle à ses déclarations au premier jour des débats. «J’ai été choqué par la mort de Patricia Bouchon», a affirmé Laurent Dejean, qui a tout de même reconnu pendant l’instruction avoir vu la victime une ou deux fois.

Le figaro.fr
AFP agence

 

Toujours des masculinistes chez Jean-Marc Manach…

Gab est repassé le 25 mars :

 

http://bugbrother.blog.lemonde.fr/2019/02/17/david-doucet-et-la-presomption-de-culpabilite/

 

Yo bro On se sert les couilles, tous derrière toi mate. Ce soir je bois une bière à ta santé.
#SororitéMasculiniste

 

Et voilà c’est une hystérique féministe qui remplace Doucet. Comme par hasard lesbienne en plus comme si on voulait eviter tout dérapage de harcélement hétérosexuel. C une guerre à la masculinité qui a commencé. Les flaques qui travaillent encore aux inrocks, ceux qui pleuraient maman parce qu’on leur mettait un peu la pression, vont encore un peu plus rendre ce magazine de mec un rdv pour lopette. Vous inquietez pas que ca va pas durer dans six mois quand les inrocks aura perdu tous ses abonnés historiques , elle sera virée la progressiste. On va pas devenir un mag lesbien non plus, on va pas se laisser faire. On va voir si elle tient la pression de ses nouvelles responsabilités la petite, on va voir si elle va vouloir rester avec les coups de pression. Redac chef c sérieux, c pas un petit podcast de rien sur des imbécilités. Elle tiendra pas et on reprendra un mec pour ce poste. Les nanas ont rien à foutre à un poste de responsabilité dans un magazine rock de mec

 

 

Cela ne change pas, hein… J’entendais déjà les mêmes inepties dans mon entourage professionnel dans les années 1990 : « Il faudrait être fou pour confier des responsabilités à une femme ! »

C’était le fait de commerciaux aux profils psychologiques et intellectuels tout à fait similaires à ceux des deux débiles mentaux et psychopathes Pascal Edouard Cyprien Luraghi et Jean-Marc Donnadieu.

Il faudrait peut-être vous réveiller, tous les autres : ils ne se contentent pas de harceler des femmes, ils en assassinent aussi pour le plaisir…

 

A lire ou à relire :

 

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/02/11/jean-marc-donnadieu-de-beziers-son-echappee-en-solitaire-de-la-ligue-du-lol/

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/02/16/ligue-du-lol-le-journaliste-david-servenay-a-encore-perdu-une-bonne-occasion-de-se-faire-discret/

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/02/19/quand-la-ligue-du-lol-faisait-du-luraghi-pascal-edouard-cyprien/

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/02/20/ligue-du-lol-apres-les-journalistes-deux-agents-de-la-mairie-de-paris-suspendus/

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/02/21/ligue-du-lol-les-inrocks-des-harceleurs-issus-de-rue89/

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/02/21/victimes-de-la-ligue-du-lol-et-autres-harceleurs-aucun-droit-dexister-aucun-droit-a-la-vie/

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/02/26/ligue-du-lol-et-autres-jean-marc-manach-darret-sur-images-aime-beaucoup-trop-les-cyberharceleurs/

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/02/27/pascal-edouard-cyprien-luraghi-de-puy-leveque-et-jean-marc-donnadieu-de-beziers-deux-predateurs/

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/02/27/ligue-du-lol-et-autres-jean-marc-manach-defend-lindefendable/

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/02/28/ligue-du-lol-jean-marc-manach-provoque-la-colere-des-victimes-et-le-degout-des-abonnes-dasi/

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/03/01/cybercriminalite-jean-marc-manach-ou-la-comprenette-tout-a-lenvers/

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/03/02/ligue-du-lol-les-cool-kids-ont-pour-mere-une-prostituee-nommee-jean-marc-manach/

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/03/04/ligue-du-lol-deux-nouveaux-journalistes-remercies-ou-licencies-toujours-rien-sur-rue89/

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/03/05/jean-marc-manach-et-ses-gentisl-trolls-haro-sur-la-dissidence/

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/03/06/comment-cyprien-luraghi-exige-mon-exclusion-de-rue89-en-2009/

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/03/06/des-precurseurs-de-la-ligue-du-lol-sur-le-site-rue89/

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/03/07/ligue-du-lol-nouvelles-pierres-dans-le-jardin-de-jean-marc-manach-en-provenance-des-inrocks/

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/03/08/journee-de-la-femme-2019-encore-une-pierre-dans-le-jardin-de-jean-marc-manach/

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/03/08/juin-2010-pascal-edouard-cyprien-luraghi-ouvre-son-blog-tique-toc/

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/03/10/jean-marc-manach-bien-en-vue-sur-google-avec-la-ligue-du-lol/

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/03/13/jean-marc-manach-refuse-dentendre-parler-des-echecs-judiciaires-de-pascal-edouard-cyprien-luraghi/

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/03/14/sororite-masculiniste-kesako/

 

Novembre 2014 : Laurent Dejean devient l’unique meurtrier de Patricia Bouchon

J’ai communiqué aux enquêteurs l’essentiel de mes éléments sur l’assassinat de Patricia Bouchon le 14 février 2011 au mois d’octobre 2014, en deux fois, par lettres des 17 et 31 octobre 2014. Ils sont bien plus nombreux que ceux que j’ai déjà évoqués ici même et ne laissent planer aucun doute sur l’identité des principaux auteurs des faits et leurs mobiles.

Je rappelle qu’il s’agit de cyberdélinquants qui me harcèlent sur Internet depuis l’année 2008 avec des éléments de ma vie privée qu’ils obtiennent par piratages informatiques et écoutes illégales. Ils sont aussi les auteurs de campagnes de calomnies publiques absolument démentielles à mon encontre.

Cela a commencé sur le site d’information Rue89 où je me suis inscrite sous pseudonyme au mois de décembre 2007 et ai commenté anonymement quelques articles jusqu’au 31 juillet 2009, jour où j’en ai été bannie de manière définitive alors que je commentais l’affaire toute récente de l’assassinat de l’ancien audioprothésiste brestois Jean-Jacques Le Page à Plougonvelin, près de Brest, et ce pour mes commentaires sur le milieu brestois où venait de se produire le crime. Manifestement, j’étais trop bien renseignée, et cela dérangeait…

Mes harceleurs, quant à eux, y sont arrivés pour la plupart au printemps 2008.

Au départ, je n’en connais strictement aucun. A l’exception notable du malade mental extrêmement dangereux Pascal Edouard Cyprien Luraghi, ils sont de toute façon tous anonymes.

En revanche, quoique je sois moi-même toujours restée anonyme et n’aie jamais fourni à quiconque, ni par message privé, ni dans mes commentaires publics, aucun élément qui permette de m’identifier, dès le mois d’août 2008, ces personnes qui commencent tout juste à m’adresser quelques messages inamicaux et même à me traiter de « paranoïaque » ou de « folle » sont déjà très bien renseignées à mon sujet par une source qu’il m’est très facile d’identifier comme étant de la section brestoise de la LCR, étant données les réflexions totalement délirantes qui me sont faites – entre autres, je suis qualifiée par le Rennais Dominique Le Brun, alias « Charles Mouloud » sur la toile, un ancien Brestois originaire de Douarnenez, d’ »ultra-gauchiste », une étiquette fourre-tout sous laquelle se retrouvent, quels qu’ils soient et pêle-mêle, tous les concurrents et opposants de ses camarades de la LCR qui ne sont pas étiquetés à l’extrême-droite.

Je reconnais donc bien tous ses délires me concernant, ils sont ceux d’Hubert Casel de la LCR de Brest, par ailleurs époux d’une parente dont je me suis toujours demandé ce qu’elle faisait avec ces criminels, surtout en ce qui concerne tous leurs crimes contre ma famille, mais ceci est une autre question…

Il s’avèrera au mois de juin 2010 que leur source d’ »informations » me concernant était en fait la criminelle Josette Brenterch, du même groupe d’extrême-gauchistes brestois, qui m’a toujours fait surveiller illégalement par divers moyens frauduleux depuis les années 1990.

La troisième des « têtes » de ce groupe se nomme Arnaud Hell. Ils ont pour chef officiel le cégétiste d’EDF André Fichaut jusqu’à son décès le 1er juillet 2009, et depuis le syndicaliste de SUD-PTT André Garçon, un technicien de France Télécom qui leur est très utile pour toutes leurs surveillances illégales contre leurs cibles, dont tous mes proches et moi-même.

A l’automne 2014, leurs complices magistrats ultra CORROMPUS du Tribunal de Grande Instance de Brest ont déjà décidé de rendre un non-lieu dans l’affaire de toutes les infractions qu’ils commettent à notre encontre avec la bande de cyberdélinquants du malade mental extrêmement dangereux Pascal Edouard Cyprien Luraghi depuis l’année 2008. En fait, pour ces magistrats, il n’a jamais été question de poursuivre ou condamner qui que ce soit dès lors que les victimes étaient mes proches ou moi-même, ou les coupables nos harceleurs depuis plusieurs décennies. En réalité, il n’y a donc jamais eu aucune information judiciaire véritable sur aucun des faits dont nous sommes victimes depuis de très nombreuses années.

Celle menée cette fois-ci par la juge Céline Verdier avait consisté en deux auditions de la partie civile, moi, la première au mois d’octobre 2012, et la seconde au mois d’octobre 2013. Dès le mois d’octobre 2012, elle m’avait opposé – très violemment et méchamment – des déclarations – évidemment mensongères – du psychopathe et mythomane Pascal Edouard Cyprien Luraghi faites lors de son unique audition du 14 mars 2011 à la gendarmerie de Puy-L’Evêque, suite à mes premières plaintes, déposées à compter de l’année 2010. Après classement sans suite de toutes mes plaintes de 2010 et 2011, j’avais déposé le 10 février 2012 une plainte avec constitution de partie civile rédigée sans l’aide de mon avocat qui lui attendait toujours que lui soient communiqués les dossiers de mes plaintes classées sans suite et se plaignait – assez mollement – de ne rien obtenir du parquet de Brest. Les trois délinquants Pascal Edouard Cyprien Luraghi, Josette Brenterch et Jean-Marc Donnadieu ayant déjà fait quelques rapports publics à la suite de leurs auditions de 2011, nous savions qu’ils avaient menti, et j’avais par conséquent déjà porté plainte contre eux pour faux témoignages et dénonciations calomnieuses à raison de ces faits nouveaux – plainte derechef classée sans suite, sans aucune forme d’enquête préliminaire. Il était donc évident que leurs complices ultra CORROMPUS du Tribunal de Grande Instance de Brest refuseraient toujours de nous communiquer les dépositions correspondantes, attestant de manière irréfutable de ces faits de faux témoignages et dénonciations calomnieuses, au moins tant que le délai de prescription de trois ans ne serait pas dépassé. C’est effectivement ce qui s’est produit, puisque nous n’en avons jamais eu communication avant 2014, la juge Céline Verdier, qui pourtant s’appuyait dès 2012 sur ces déclarations mensongères pour m’opposer irrégulièrement des refus d’informer, ayant toujours refusé de les intégrer au dossier de l’information judiciaire jusqu’en 2014. Mon avocat n’y avait ainsi toujours aucun accès. Les seuls actes de son information judiciaire, décrétée terminée à l’été 2014, n’auront donc consisté qu’en deux auditions de la partie civile aussi nulles l’une que l’autre, mon avocat n’ayant en fait jamais eu accès à l’entier dossier de l’information judiciaire, nombre de ses pièces, pourtant essentielles, n’y ayant jamais été cotées avant l’année 2014. Encore certaines d’entre elles, sans doute les plus sensibles aux yeux de la juge, ne seront-elles cotées qu’après la fin de l’information judiciaire… En effet, mon avocat m’avait communiqué au cours de l’été 2014 l’unique entier dossier de l’information qui venait de lui être communiqué sur sa demande après que la fin de l’information judiciaire nous ait été signifiée, un premier lot de pièces ayant enfin été coté, mais pas les suivantes, que je ne découvrirai que plus d’un an plus tard, en allant consulter le dossier qui se trouvait alors au greffe de la Chambre de l’Instruction de Rennes.

Voilà donc comment travaille la juge d’instruction brestoise Celine Verdier, réputée « pugnace » – elle l’est uniquement avec les victimes et ne fait que des courbettes aux pires criminels. Il n’y a aucune justice à Brest. Nos magistrats sont bien tous CORROMPUS.

Nous venons de voir que l’information judiciaire suivie à Brest sur ma plainte avec constitution de partie civile du 10 février 2012 ne fut en fait qu’une lutte de trois bonnes années avec la juge d’instruction pour obtenir communication de dossiers de plaintes que le parquet de Brest refusait de nous communiquer depuis 2011. Il n’y a jamais eu ni enquête ni instruction.

Mais cela ne s’arrête pas là…

Fin août 2014, j’ai reçu le réquisitoire de non-lieu du procureur, signé de la faussaire notoire Isabelle Johanny, qui cette année-là s’est amusée à produire toute une collection de faux en écritures publiques en tout ce qui me concerne. Dans ses textes de plusieurs pages chacun, il n’existe quasiment pas une ligne qui ne contienne au moins un gros mensonge. C’est véritablement effrayant.

On y retrouve bien sûr toutes les affabulations délirantes de mes harceleurs à mon encontre, mais pas seulement, parce que ces idiots ont quand même reconnu une partie des faits que je leur reprochais, et qu’il s’agit de les blanchir entièrement et de me charger, moi, au maximum. Les magistrats brestois ont donc inventé sur plusieurs points essentiels de nouvelles versions des faits, en contradiction totale avec toutes celles soutenues par les différents protagonistes, les miennes, bien sûr, mais aussi celles de mes harceleurs, dont ils ont pourtant fait avec grand plaisir des témoins à charge contre moi pour tout ce qu’il leur agréait de cautionner.

Pourquoi tant de haine ?

Ces magistrats savent qui je suis et connaissent très bien tout mon parcours professionnel depuis très longtemps. Ils savent que je n’ai bien toujours exercé que comme ingénieur d’études en informatique, sur des projets importants, dont certains classés Secret Défense et Confidentiel Défense, et aussi que j’ai subi à compter des années 1990 des opérations de harcèlement moral en entreprise particulièrement graves, avec plusieurs tentatives d’assassinat. Ils en connaissent très bien les motifs auxquels ils adhèrent totalement et me reprochent donc ouvertement d’avoir toujours refusé d’obéir aux proxénètes et trafiquants d’armes qui me harcelaient. En particulier, ils me reprochent mon travail d’ingénieur concepteur sur le dernier projet classé auquel j’ai participé, en 1993 et 1994. Celui-ci satisfaisait pleinement les autorités militaires, mais pas ces magistrats CORROMPUS qui avaient pris fait et cause pour les criminels qui me harcelaient dans mon travail et partout ailleurs, en relation avec leurs complices de la LCR de Brest.

Une avocate qui m’a assistée à Brest en 2014 m’a dit être convaincue que ces magistrats, dont les comportements à mon égard et aussi à son endroit l’effrayaient autant que moi, en avaient déjà tellement fait par le passé contre mes proches et moi-même qu’ils étaient déterminés à aller jusqu’au bout de leurs entreprises criminelle à notre encontre – ils nous font assassiner les uns après les autres.

C’est ce que j’ai fini par comprendre moi aussi. Quand le malade mental Pascal Edouard Cyprien Luraghi a commencé à révéler mon identité à ses lecteurs et agiter la toile autour de mon nom au début de l’été 2010, je pensais que le juge ultra CORROMPU Raymond André, qui en avait été prévenu très tôt, pourrait, pour une fois, appuyer mes plaintes ou aller dans le même sens de son côté, compte tenu des désordres importants et particulièrement dangereux que toutes ces révélations me concernant allaient provoquer. Mais finalement, non, pas du tout. Que tout le monde puisse voir quel était son degré de CORRUPTION personnel, puisque désormais tout était public, même cela, il n’en avait que faire. Ce qui lui importait encore une fois, c’était d’anéantir complètement ce qui pouvait me rester de famille et d’ersatz de vie. Aussi, il semble avoir décidé très tôt d’utiliser le malade mental Pascal Edouard Cyprien Luraghi pour identifier tous les témoins de ses propres exactions à notre encontre, pour la plupart de simples témoins de nos vraies vies, particulièrement ceux qu’il n’a jamais eus sous son contrôle, dans la région brestoise, dans le but de pouvoir enfin les éliminer afin que la « justice » (la sienne) autant que le prétendu « écrivain » Pascal Edouard Cyprien Luraghi puissent ensuite très tranquillement substituer toutes leurs inventions calomnieuses à notre encontre à nos vraies biographies pour effacer définitivement toute trace de celles-ci, comme ce dernier l’avait annoncé à ses lecteurs dès l’année 2009. Cela concernait notamment toutes mes anciennes connaissances et anciens collègues de travail, hors Finistère. En 2004, il y avait déjà eu une grosse vague de décès suspects parmi les protagonistes des négociations controversées des contrats d’armement Agosta et Sawari II, mais ce n’était pas suffisant pour le juge ultra CORROMPU Raymond André, il restait encore de nombreux témoins gênants à identifier, afin de pouvoir les éliminer.

Ceci étant, avec le réquisitoire de non-lieu d’août 2014 et les dépositions de mes harceleurs de 2011, nous voyons apparaître un second train de motifs à la rétention totalement anormale des dossiers de plaintes classées sans suite : les magistrats ne sont pas seulement préoccupés par ma volonté déjà exprimée d’obtenir des poursuites pour faux témoignages et dénonciations calomnieuses, ils craignent également de nous voir discuter sur la base des faits qui ont été reconnus par les délinquants, soit dans le cadre de l’information judiciaire, soit au moyen d’une citation directe et du procès subséquent, c’est-à-dire un débat public qui n’aurait pas tourné à leur avantage.

C’est une chose que j’aurais pu tenter, évidemment pas à Brest ni avec un avocat brestois, puisqu’ils sont tous tenus par leur règlement intérieur d’obéir aux magistrats ultra CORROMPUS du Tribunal de Grande Instance de Brest, lesquels veulent bien me poursuivre et me condamner pour n’importe quoi, des faits imaginaires ou que je n’ai pas commis, mais certainement pas poursuivre ni condamner mes agresseurs pour les faits délictueux ou criminels dont ils se sont réellement rendus coupables à mon encontre.

Cependant, puisque je dispose encore d’un délai de trois mois pour faire des observations sur le réquisitoire de non-lieu, c’est ce que je fais alors… jusqu’au moment où je tombe sur les échanges publics de février et mars 2011 de mes harceleurs concernant à l’évidence l’assassinat de Patricia Bouchon le 14 février 2011 à Bouloc, prends par conséquent contact avec les enquêteurs de Toulouse et communique au directeur d’enquête un premier lot de pièces par lettre du 17 octobre 2014.

Et alors là, que se passe-t-il ?

Mon juge d’instruction de Brest rend aussi sec son non-lieu, le 21 octobre 2014.

Il n’a pas le droit. Il me reste encore trois semaines de délai pour faire des observations.

Son ordonnance sera finalement annulée pour ce motif.

Mais dans l’immédiat, il a tout loisir de claironner auprès des Toulousains que je suis une grosse menteuse folle à lier qui accuse ce pauvre Luraghi de n’importe quoi, alors que c’est un saint, juré craché !

Et s’il n’a jamais rien fait de mal, ni aucun de ses amis « déconnologues », évidemment on ne voit pas ce qu’ils pouvaient craindre de Patricia Bouchon, dont je maintiens qu’ils la percevaient bien comme une grosse menace de dénonciation, procès et condamnation, par rapport à mon affaire.

Mes harceleurs, violant l’intimité de ma vie privée par divers moyens tous illégaux, se seraient fait prendre ou surprendre par elle, ou peut-être un client du cabinet d’avocats où elle travaillait, ou à la demande d’un tel client, apparemment en lien avec moi, alors que surveillant illégalement l’intégralité de mes communications téléphoniques et cybernétiques, ils n’avaient pas vu ce lien ni pu prévenir quoi que ce soit, ce qui est normal, puisque qu’effectivement je n’ai jamais eu aucune relation avec elle, du moins à ma connaissance, pas plus qu’avec un avocat de Toulouse.

Il n’empêche que cette bande de malades en a toujours été tellement persuadée qu’au mois de février 2014 encore, un internaute anonyme poste sur le forum de discussion de l’émission « Non élucidé » des commentaires publics où mon nom est associé à celui de Christian Bouchon ou vient même s’y substituer. Je suis tombée dessus en 2015 et me suis naturellement empressée de les enregistrer, si bien que je les ai toujours, alors que ce fil de discussion a aujourd’hui disparu…

Nous sommes donc assimilés l’un à l’autre. Le – forcément – très très méchant Christian Bouchon serait un de mes copains. Ah… Si ce n’est pas l’employeur, dont les dossiers ont dû être examinés par les enquêteurs, alors c’est le mari… Je ne connais ni l’un ni l’autre.

En revanche, il est tout à fait possible qu’une des très nombreuses personnes que menaçait alors le malade mental extrêmement dangereux Pascal Edouard Cyprien Luraghi ait effectivement contacté un avocat à Toulouse.

C’est ce que j’explique au directeur d’enquête de Toulouse, éléments de preuves à l’appui, jusqu’au 31 octobre 2014.

Environ trois semaines plus tard, très exactement le 24 novembre 2014, il me rappelle pour m’annoncer que le meurtrier de Patricia Bouchon a été identifié et m’en parler un peu. C’est un crime de rôdeur. Il ne reste que quelques vérifications à effectuer avant que cela ne devienne public. Je campe sur mes positions et le lui dis clairement. Je ne connais pas Laurent Dejean. Il est peut-être mêlé au crime, mais pas tout seul, il y a toute la bande de « déconnologues » du malade mental extrêmement dangereux Pascal Edouard Cyprien Luraghi.

Ce dernier captant toujours toutes mes conversations téléphoniques et me voyant aussi, grâce à ses piratages informatiques, rédiger tous mes courriers quasiment en temps réel, connaît parfaitement bien tous mes échanges avec les enquêteurs de Toulouse. Etant aussi en relation avec les magistrats ultra CORROMPUS du Tribunal de Grande Instance de Brest, il en sait même toujours bien plus que moi sur mes propres affaires et n’ignore pas, naturellement, que lui et ses complices ont récemment bénéficié d’un non-lieu à Brest. Au mois de mai 2014, ma mère ayant elle aussi porté plainte contre lui, il avait décidé de disparaître de la toile jusqu’à des temps meilleurs pour lui, et a déjà fait sa réapparition sur le site Rue89 le 7 novembre 2014. Et là, le 24 novembre 2014, ne pouvant pas cacher sa joie, il explose complètement :

http://petitcoucou.unblog.fr/2014/11/28/24-novembre-2014-luraghi-explose/

L’analyse de l’activité de son comparse Jean-Marc Donnadieu de Béziers à l’époque montrait exactement les mêmes humeurs :

http://petitcoucou.unblog.fr/2014/11/28/de-lactivite-du-troll-tout-en-un-nemrod34/

Voilà, je suis très isolée face à très forte partie, il ne me reste que mes neurones pour me battre.

J’analyse, j’enregistre, je mémorise, et je balance quand cela me semble opportun.

Fusillade d’Utrecht aux Pays-Bas : la piste terroriste est confirmée

Comme d’habitude, je n’ai pas eu besoin de cette confirmation pour affirmer d’emblée de quoi il s’agissait, le jour même des faits dès leur annonce :

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/03/18/terrorisme-encore-une-attaque-de-diligence-cette-fois-aux-pays-bas/

Depuis le temps que je les ai sur le dos, je connais mes harceleurs par coeur, et pour le cas où j’aurais un peu de mal à comprendre, par-dessus le marché, ils ne manquent jamais de me faire signe…

Cela me permet d’être affirmative quand les autorités, ou les enquêteurs immédiatement appelés sur les lieux de l’attentat, ne savent pas encore de quoi il retourne.

Noter que la presse française, surtout celle de gauche, s’abstient de dire clairement à ses lecteurs qu’il s’agit bien d’un acte terroriste.

 

https://www.midilibre.fr/2019/03/20/attentat-dutrecht-une-lettre-retrouvee-dans-le-vehicule-du-presume-tireur-renforce-la-piste-terroriste,8080233.php

Attentat d’Utrecht : une lettre retrouvée dans le véhicule du présumé tireur renforce la piste terroriste

 

  • Trois personnes ont péri dans la fusillade.

    Trois personnes ont péri dans la fusillade. MAXPPP
Publié le 20/03/2019 à 19:33 / Modifié le 20/03/2019 à 19:33

 

Le parquet néerlandais « envisage sérieusement une motivation terroriste » à la fusillade qui a fait trois morts et cinq blessés lundi matin à bord d’un tramway à Utrecht, dans le centre des Pays-Bas.

Le tireur présumé, Gökmen Tanis, 37 ans, né en Turquie, a été arrêté lundi après sept heures de chasse à l’homme. Deux autres personnes sont également en détention mais leur rôle dans cette fusillade reste mal établi.

Une lettre retrouvé dans le véhicule

« Pour le moment, un motif terroriste est sérieusement envisagé », ont déclaré les procureurs mardi dans un communiqué, évoquant « la nature de la fusillade et une lettre retrouvée dans la voiture » qui a permis au suspect de prendre la fuite.

« D’autres motifs ne sont pas exclus »

« D’autres motifs ne sont pas exclus », précise toutefois le communiqué. Le suspect était déjà connu des services de police pour des affaires de droit commun. Les trois personnes qui ont péri dans la fusillade sont une jeune femme de 19 ans et deux hommes âgés de 28 et 49 ans. Trois autres personnes, âgées de 20 à 74 ans, ont été grièvement blessées.

Le parquet n’a pu établir pour l’instant de liens entre les victimes et le tireur présumé. Mahmut Tanis, un oncle de Tanis qui vit aux Pays-Bas, a déclaré à l’agence de presse turque Anadolu qu’il doutait que son neveu soit un terroriste.

C’est peut-être une affaire de coeur

« C’est peut-être une affaire de coeur », a-t-il dit, précisant qu’il ne l’avait pas vu depuis plusieurs années. Les drapeaux ont été mis en berne mardi sur les édifices publics dans tous les Pays-Bas en hommage aux victimes. D’après le journal Algemeen Dagblad, le tireur a visé une femme dans le tramway puis a tiré sur les personnes qui tentaient d’intervenir.

La fusillade a eu lieu dans le Kanaleneiland, un quartier résidentiel et habituellement calme où vivent de nombreux immigrés.

Cette fusillade est survenue trois jours après l’attaque de deux mosquées à Christchurch en Nouvelle-Zélande, dans laquelle 50 personnes ont péri.

LAURE DUCOS

 

https://www.lemonde.fr/international/article/2019/03/19/utrecht-ville-vide-apres-une-fusillade-aux-motivations-incertaines_5438141_3210.html

Pays-Bas : Utrecht, ville meurtrie par une fusillade aux motivations incertaines

 

Le « motif terroriste est pris en compte sérieusement » par les enquêteurs, même si « les autres motifs ne sont pas exclus » après le meurtre de trois personnes lundi.

Par Jean-Pierre Stroobants Publié le 19 mars 2019 à 10h19 – Mis à jour le 19 mars 2019 à 13h30

 

Fusillade d'Utrecht aux Pays-Bas : la piste terroriste est confirmée dans AC ! Brest 70f21ae_5466131-01-06

JOHN THYS / AFP

 

Beaucoup de cafés, généralement bondés, étaient fermés et les terrasses des autres étaient vides, lundi 18 mars au soir : Utrecht, d’habitude si joyeuse, jeune et pétillante, avait connu une journée de frayeur. La quatrième ville des Pays-Bas, réputée pour sa douceur de vivre, venait d’être frappée par une attaque meurtrière. « Cela a été un jour noir », a commenté le maire, Jan van Zanen.

A 10 h 45, sur la place du 24-Octobre – jour de la création des Nations unies –, à l’ouest de la cité, un homme a fait feu dans un tramway jaune et noir de la ligne 61, qui se dirigeait vers la gare centrale. Il a tué trois personnes et blessé cinq autres, dont trois grièvement. « J’ai eu l’impression qu’il visait spécialement une femme », dira un témoin. Une jeune vendeuse de 19 ans figure, en tout cas, au rang des victimes, et le tireur a visé des personnes qui voulaient porter secours à cette passagère.

Huit heures plus tard, Gökmen Tanis, 37 ans, a été appréhendé par des unités spéciales de la police dans le quartier d’Oudenoord, où il vivait. Il avait fui à bord d’une Clio rouge volée, retrouvée grâce à la vigilance d’une habitante. Deux autres personnes, dont le rôle éventuel n’a pas été précisé, ont été appréhendées, mais libérées mardi matin.

Ce que l’on sait : de la fusillade à Utrecht qui a fait trois morts

 

« Un vrai fou, un demeuré, un dealer »

 

 dans Attentats

PIROSCHKA VAN DE WOUW / REUTERS

 

Qui est le tireur, dont la photo, obtenue grâce aux caméras de surveillance du tramway, a été rapidement diffusée par la police dans le cadre d’un appel à témoins ? « Un vrai fou, un demeuré, un dealer », dit de lui l’un de ses voisins turcs. « Mais pas un terroriste, pas un religieux », affirme un autre, qui l’a connu dans sa jeunesse, quand il vivait dans le quartier populaire de Kanaleneiland. « Un gars accro aux drogues dures », volontiers provocateur, issu d’une famille désunie. En 2011, il apparaissait par hasard dans un reportage, dénigrant une journaliste qu’il traitait de « mongolienne » et de « démocrate ».

Déjà jugé pour tentative de meurtre, vol, menace sur un agent, Tanis était en liberté conditionnelle et devait de nouveau comparaître dans deux semaines pour une affaire de viol. La femme qui l’accuse a affirmé, lundi, au quotidien AD qu’il était un « psychopathe » que la police aurait eu le tort de ne pas suivre d’assez près.

Mardi matin, les réelles motivations du tireur restaient encore floues. Les enquêteurs et le parquet ont annoncé, mardi, qu’un « motif terroriste est pris en compte sérieusement » après la découverte d’une lettre dans la Clio volée. Mais « les autres motifs ne sont pas exclus, ils sont aussi l’objet d’investigations », ont-ils ajouté.

Des sources non officielles ont indiqué que des documents retrouvés à son domicile démontreraient ses sympathies pour l’islam radical et même sa volonté de « répondre » à l’attentat de Christchurch, en Nouvelle-Zélande, où un extrémiste a tué 50 personnes dans deux mosquées. Les experts en terrorisme qui se sont succédé sur les plateaux de télévision tout au long de la soirée de lundi ont tracé un portrait plus complexe du tireur, soulignant que l’un de ses deux frères aurait affiché sa sympathie pour l’organisation Etat islamique.

 

Des attentats déjoués depuis 2005

 

Le bâtiment où le tireur a été arrêté.

Le bâtiment où le tireur a été arrêté. Peter Dejong / AP

 

Toutes les activités politiques ont été suspendues dans le pays et, de la gauche à l’extrême droite, les partis se sont mis d’accord pour annuler un grand débat qui devait les réunir sur la chaîne publique lundi soir, deux jours avant les élections provinciales et sénatoriales du mercredi 20 mars. « C’est le moment d’être unis », résumait le dirigeant écologiste Jesse Klaver, appuyé par tous ses homologues, sauf un, Thierry Baudet. Le dirigeant du parti nationaliste et antieuropéen Forum pour la démocratie (FvD) a maintenu un rassemblement de ses partisans, au cours duquel il a dénoncé la politique « laxiste et naïve » de son pays en matière d’immigration et de sécurité.

S’ils n’ont pas connu de grandes vagues d’attentats, les Pays-Bas ont vécu d’autres événements dramatiques depuis l’assassinat du leader populiste Pim Fortuyn – par un défenseur de la cause environnementale –, en 2002. En 2004, le réalisateur Theo Van Gogh était poignardé par un islamiste radical qui l’accusait d’avoir offensé la religion musulmane.

En 2005, sept membres d’un autre groupe terroriste étaient appréhendés in extremis alors qu’ils s’apprêtaient à passer à l’action. En septembre 2018, les autorités indiquaient qu’un « attentat majeur » avait pu être déjoué avec, à la clé, sept arrestations. Et quelques jours plus tôt, un Afghan avait semé la panique à la gare d’Amsterdam, poignardant deux touristes américains avant d’être neutralisé par la police.

Jean-Pierre Stroobants (Utrecht, Envoyé spécial)

 

https://www.huffingtonpost.fr/2019/03/19/fusillade-dutrecht-une-lettre-accredite-le-motif-terroriste_a_23695525/

INTERNATIONAL

19/03/2019 12:04 CET | Actualisé 19/03/2019 12:55 CET

 

Fusillade d’Utrecht: Une lettre accrédite le motif terroriste

 

Lundi 18 mars, trois personnes ont été tuées après qu’un homme a ouvert le feu dans cette ville du centre des Pays-Bas.

 

  • Le HuffPost avec AFP

 

La lettre a été retrouvée dans le véhicule de Gökmen Tanis, le tireur présumé de la fusillade.

JOHN THYS via Getty Images
La lettre a été retrouvée dans le véhicule de Gökmen Tanis, le tireur présumé de la fusillade.

 

PAYS-BAS – La piste terroriste est considérée « sérieusement » au lendemain des fusillades survenues à Utrecht aux Pays-Bas, ont annoncé mardi 19 mars les enquêteurs, disant se baser notamment sur une lettre retrouvée dans la voiture du principal suspect.

Dans un communiqué commun, le parquet et la police locale ont précisé n’avoir à ce stade établi « aucun lien » préalable entre Gökmen Tanis, ce suspect de 37 ans né en Turquie et les victimes de la tuerie du tramway, qui a fait trois morts et cinq blessés lundi matin.

 

@PolitieUtrecht

Three people were killed by the shooting. The victims are a 19 y/o woman from Vianen and two men from Utrecht. They were 28 and 49 y/o. Also three people were severely injured (a woman (20) from Utrecht, a man (74) from De Meern and a woman (21) from Nieuwegein.

137 people are talking about this

 

 

Ce dernier a été arrêté lundi à l’issue d’une chasse à l’homme de huit heures. Une arme à feu a été saisie lors de son interpellation, ont précisé les enquêteurs. Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte avait affirmé qu’on ne pouvait « exclure » d’autres pistes que la motivation terroriste, notamment celle d’une dispute familiale.

« Il y a beaucoup de questions et de rumeurs », a-t-il dit lors d’une conférence de presse à La Haye. « Quel est le motif, terroriste ou autre, nous ne le savons pas encore, mais nous ne pouvons rien exclure », a-t-il ajouté. « Les autres motifs ne sont pas exclus, ils sont aussi l’objet d’investigations », ont renchéri mardi le parquet et la police.

Outre le suspect principal, deux autres hommes âgés de 23 et 27 ans étaient encore en garde à vue mardi après leur arrestation lundi soir. Aucune précision n’a été donnée sur leur degré d’implication présumé.

Une jeune femme et deux hommes tués par les balles

Dès le début de matinée, des habitants de cette ville de quelque 350.000 habitants, la quatrième des Pays-Bas, ont commencé à déposer des fleurs sur les lieux du drame en hommage aux victimes. « Je suis ici pour rendre hommage aux victimes et soutenir leurs proches », a dit à l’AFP Yvette Koetjeloozekoot, 29 ans, une habitante du quartier.

La tuerie a fait trois morts et sept blessés dont trois grièvement, selon un bilan actualisé. Les personnes décédées sont une femme de 19 ans et deux hommes de 28 et 49 ans, tous originaires de la province d’Utrecht, a-t-on appris mardi.

Au lendemain du drame, les trams roulaient à nouveau après l’interruption du service, le temps que la police scientifique achève son travail sur la scène de crime, une place très fréquentée du centre-ville. Alors que les drapeaux étaient en berne sur de nombreux bâtiments du pays, Mark Rutte a présidé une réunion de cabinet la tuerie, qui fait craindre pour la sécurité publique à la veille d’importantes élections provinciales aux Pays-Bas.

La Turquie réunit des renseignements sur le suspect

Lundi le niveau de menace terroriste avait été porté à cinq à Utrecht (son plus haut niveau), dans la foulée de l’attaque. Il avait été abaissé après l’interpellation de Gökmen Tanis. Sur cet homme déjà connu de la justice néerlandaise, considéré comme le suspect principal, les services de renseignement turcs sont en train de « rassembler des informations », a indiqué lundi soir le président turc Recep Tayyip Erdogan.

« Certains disent que (la fusillade) est un différend familial, d’autres disent que c’est un acte terroriste », a-t-il ajouté lors d’un entretien avec la chaîne de télévision turque Ulke TV. Selon la radio-télévision publique néerlandaise NOS, Gokmen Tanis avait comparu il y a deux semaines en justice aux Pays-Bas dans une affaire de viol.

Certains membres de sa famille auraient des liens avec des groupes de musulmans radicaux, mais, a précisé NOS, Gokmen Tamis est également connu pour son comportement instable depuis la séparation d’avec sa femme il y a deux ans. Des témoins de la tuerie dans le tramway ont rapporté que le tireur avait pris pour cible une femme et des personnes tentant de l’aider, selon des médias.

Écoles et mosquées avaient été fermées lundi jusqu’à l’arrestation de Gokmen Tanis par des policiers d’élite lourdement armés. L’Union européenne, les États-Unis et la Russie notamment ont exprimé leur solidarité avec les Pays-Bas.

À voir également sur Le HuffPost:

Procès de Laurent Dejean à Toulouse : il faut sauver le soldat Luraghi !

Enfin, sauver le soldat Dejean pour sauver le soldat Luraghi…

C’est quand même bien l’impression qu’on a, là… Ce serait risible si ce n’était grave – sont tous tellement prévisibles, ces ripoux…

Je rappelle qu’il y a la quasi totalité des magistrats du Finistère, également au moins un magistrat de la Cour d’Appel de Montpellier, et encore quelques autres. Ils se serrent les coudes face aux victimes.

Revenons à Laurent Dejean, que tout le monde aurait laissé croupir dans sa merde si personne ne doutait de son innocence.

On l’a déjà vu anéantir tout le travail de son avocat en quelques mots devant la Chambre de l’Instruction, et dès l’ouverture du procès, sans que personne ne le lui demande, reconnaître enfin que la Clio, c’est lui, c’est vrai… mais pas encore le reste, puisqu’il se dit toujours innocent…

Le risque qu’il casse lui-même sa belle défense en stéréophonie (ses avocats d’un côté, l’avocat général de l’autre) est bien réel, avec pour conséquence redoutée, s’il est effectivement coupable, qu’il finisse tôt ou tard par balancer Luraghi et toute sa clique, soit après sa condamnation, soit même, éventuellement, durant le procès.

Du coup, il n’a pas la parole.

Ce fut exactement la même chose pour toutes les procédures de Jean-Marc Donnadieu contre mon ancien hébergeur de blog OverBlog dans l’Hérault : il n’a jamais été présent, ni en première instance à Béziers, ni en appel à Montpellier. C’était la condition sine qua non pour que son avocat (un escroc) puisse tranquillement plaider son affaire pour le faire gagner le plus sûrement possible… et ses commanditaires avec lui… à l’aide d’arguments qui n’étaient pas du tout les siens et pour certains s’y opposaient même de manière radicale – mais il a toujours été totalement incapable d’y comprendre quoi que ce soit, et donc, il valait beaucoup mieux pour les intérêts âprement défendus avec ses minables escroqueries au jugement qu’aucun magistrat honnête ne puisse l’entendre et prendre conscience de ce qui se jouait réellement.

Sur ce, je voudrais que tous ceux qui me lisent sachent que je prends des risques en commentant ce procès comme je le fais.

J’en ai parfaitement conscience, mais bon, vu la somme de criminalité et de corruption d’un côté, les souffrances de l’autre, pour moi la pesée est vite faite et donc… je balance.

Si d’autres pouvaient en faire de même, ce serait sympa.

 

https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/haute-garonne/toulouse/proces-du-meurtrier-presume-patricia-bouchon-debut-proces-laurent-dejean-1641864.html

Procès du meurtrier présumé de Patricia Bouchon : un début de procès “sans” Laurent Dejean

 
Le procès devant la cour d'assises de Haute-Garonne de Laurent Dejean prend fin le 29 mars 2019. / © Jean-Pierre Duntze/France 3 Occitanie

Le procès devant la cour d’assises de Haute-Garonne de Laurent Dejean prend fin le 29 mars 2019. / © Jean-Pierre Duntze/France 3 Occitanie

 

Depuis le début du procès de Laurent Dejean, jugé pour le meurtre de Patricia Bouchon en 2011, les débats se déroulent sans que le prévenu ne soit sollicité. Et ce, conformément au calendrier d’audience établi par le président de la cour d’assises de Haute-Garonne.

Par Marie Martin Publié le 20/03/2019 à 15:59

5ème jour d’audience, ce mercredi 20 mars, du procès du meurtrier présumé de Patricia Bouchon et toujours pas un mot de Laurent Dejean.

A l’exception des trois phrases prononcées par lui, à la demande de la cour, le 14 mars 2019 [« J’ai passé quatre ans en prison pour rien. J’espérais un non-lieu. Mais la Clio, c’est vrai, c’est moi…], c’est silence radio dans le box des accusés.

Des dizaines de témoins (enquêteurs, collègues, amis…) sont déjà passés à la barre, pour parler des faits et de lui, mais jamais, jusqu’à maintenant, il n’a réagi verbalement à leurs propos.

Non pas qu’il n’en ait pas eu envie – il n’est certes pas démonstratif mais rien n’indique non plus son refus de parler -, il n’y a tout simplement pas été invité.
C’est le plan de déroulement de l’audience tel que l’a prévu le président de la cour. Et il s’y tient.

D’abord, les gendarmes. Les témoins. Les experts. Puis ce sera au tour de Laurent Dejean, la semaine prochaine.

Aussi, quand le témoin-clé est là, personne ne lui demande s’il reconnaît Laurent Dejean dans le box. Et l’inverse non plus.
L’ami d’enfance de l’accusé  l’accable (involontairement) par son témoignage ? Laurent Dejean ne lui répondra pas.

A une question de maître Stéphane Juillard, avocat du mari de Patricia Bouchon, ce mercredi : « Monsieur le Président, peut-être peut-on poser la question à Laurent Dejean ?« , c’est non. Très poliment mais fermement, le président explique que c’est mieux [pour l'accusé, croit-on comprendre] de consacrer une journée ou plus aux réponses de Laurent Dejean.

Cela donne des débats minutieux, qui vont dans les moindres détails, fouillés et apaisés. Mais un procès où le principal intéressé semble jusqu’à maintenant absent.

 

https://www.ladepeche.fr/2019/03/20/meurtre-de-la-joggeuse-de-bouloc-au-proces-les-amis-de-laccuse-se-succedent-a-la-barre,8080184.php

Meurtre de la joggeuse de Bouloc : « Je suis monté dans sa Clio »

Abonnés

  • Le procès aux assises du meurtrier présumé de Patricia Bouchon s'est ouvert lundi à Toulouse.
Le procès aux assises du meurtrier présumé de Patricia Bouchon s’est ouvert lundi à Toulouse. DDM – MICHEL VIALA

 

Publié le 20/03/2019 à 16:33 , mis à jour à 19:11

l’essentiel

Les amis et connaissances de Laurent Dejean, l’accusé dans le meurtre de Patricia Bouchon, le 14 février 2011 à Bouloc se sont succédé ce mercredi à la barre de la cour d’assises de la Haute-Garonne.

Laurent Dejean, accusé du meurtre de Patricia Bouchon, cette mère de famille tuée le 14 février 2011 alors qu’elle faisait un jogging nocturne à Bouloc, au nord de Toulouse, est sorti de son hébétude, hier après-midi au cinquième jour de son procès devant la cour d’assises de la Haute-Garonne. Il a exprimé son émotion à l’écoute du témoignage de l’un de ses meilleurs amis d’enfance, venu pour le soutenir. L’accusé, jusqu’alors atone, a souri à l’évocation de souvenirs. Il a versé quelques larmes et adressé des baisers lointains à cet ami, certain de son innocence, lorsqu’il a quitté la barre.

La journée avait difficilement commencé pour l’accusé avec l’audition d’un autre de ses « meilleurs amis » d’enfance. « Je suis monté dans une Clio avec lui », affirme d’emblée celui par lequel l’enquête de la section de recherches s’est tournée vers Laurent Dejean. Le « renseignement anonyme », c’est lui, avait dévoilé lundi le dernier directeur d’enquête. « Qu’est-ce qui vous conduit à aller rencontrer les gendarmes, à faire des révélations ? » interroge le président Roussel. « J’ai vu le portrait-robot et j’ai cru voir Laurent Dejean et ils recherchaient une Clio. Mais je ne le dénonce pas. »

Pêche, cueillette de champignons, courses à Toulouse… les deux garçons passent beaucoup de temps ensemble.
Questionné sur la Clio, il précise : « Elle était blanche. Je suis monté dedans cinq six fois. C’était un peu avant ce qui s’est passé, peut-être six mois avant. Pour transporter des objets chez le ferrailleur, Laurent rabattait la plage arrière. » Car, plusieurs témoins en parlent, « Laurent Dejean découpait des voitures à la hache ou à la débardeuse ».

Quelques jours avant le meurtre de Patricia Bouchon, leur amitié cesse. « Il est venu chez moi à 5 heures du matin pour me taxer des cigarettes et il a pété les plombs. Il a toqué violemment à la porte et il y avait ma mère. Je ne l’avais jamais vu comme ça ».

« Pétages de plombs »

Les « pétages de plombs » de Laurent Dejean sont sur les lèvres de tous ceux qui se succèdent à la barre de la cour d’assises mais aussi ses « pleurs » et ses « excuses » récurrentes à l’issue. Ils évoquent aussi son « changement de comportement entre 2010 et 2011 ».

D’autres, notamment deux de ses ex-compagnes, viennent en aide à l’accusé. « C’était quelqu’un de très consciencieux avec moi, il avait certaines valeurs au niveau des femmes », explique l’une d’entre elles. « Il était surprotecteur avec moi. Il était superattachant », confirme une autre. Son meilleur ami l’affirme, « il n’aurait jamais eu de violences envers les femmes ».

L’enquête encore remise en cause

L’audience de ce mercredi a été marquée par plusieurs incidents au cours desquels trois témoins ont remis en cause l’enquête. Interrogé par la défense représentée par Mes Guy et Pierre Debuisson, l’auteur du « renseignements anonyme » l’affirme, contrairement à ce qui est écrit au dossier :  »Je suis formel, je n’ai jamais dit qu’il s’était débarassé de la Clio deux trois jours après les faits ». Invité à la barre, le directeur d’enquête se défend : « Il ne faut y voir aucune suspicion, les remontées par les gendarmes de Fronton nous arrivent en bloc, peut-être avec une distorsion sur la période ».

Un peu plus tard, un témoin est formel : « Les gendarmes m’avaient mis un peu la pression en me disant que tout le monde l’avait reconnu » sur le portrait-robot.

Le dernier surprend. Il s’agit du meilleur ami de Laurent Dejean. « On m’a demandé de le faire boire pour qu’il avoue qu’il avait une Clio ».

La défense et l’avocat général prennent acte.

Claire Lagadic

 

https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/haute-garonne/toulouse/proces-du-meurtrier-presume-patricia-bouchon-je-ne-comprends-pas-qu-il-soit-accuse-1641976.html

Procès du meurtrier présumé de Patricia Bouchon : “Je ne comprends pas qu’il soit accusé”

 

Le procès devant la cour d'assises de Haute-Garonne de Laurent Dejean prend fin le 29 mars 2019. / © Jean-Pierre Duntze/France 3 Occitanie

Le procès devant la cour d’assises de Haute-Garonne de Laurent Dejean prend fin le 29 mars 2019. / © Jean-Pierre Duntze/France 3 Occitanie

 

Quelques amis de Laurent Dejean ont témoigné, mercredi 20 mars 2019, 5ème jour du procès du meurtrier présumé de Patricia Bouchon. Des témoins à décharge, pas si nombreux dans cette affaire.

Par Marie Martin Publié le 20/03/2019 à 17:54

Marjorie a 36 ans et vit désormais dans les Hautes-Pyrénées.
Avant l’affaire Patricia Bouchon, elle fait la connaissance de Laurent Dejean, dans le cadre du chantier d’insertion où il travaille. « Tout de suite, j’ai sympathisé avec lui. Il a été très protecteur avec moi. Je venais de me faire larguer après une relation de 7 ans, j’étais seule avec mes deux enfants, je n’avais pas le permis à l’époque« , explique la jeune femme.
« Il m’aidait à faire les courses, à m’occuper des enfants. J’ai repris confiance en moi« .

Les deux jeunes gens « sortent » ensemble pendant une semaine. « Une relation amoureuse, quoi ?« , demande le président. « Oh non« , répond-elle, « ce n’était pas assez long« . « Laissez-moi mes illusions !« , s’amuse celui qui mène les débats.
Pour la première depuis le début du procès, on peut voir Laurent Dejean esquisser un sourire.

Le témoin suivant détend un peu plus l’atmosphère. Valérie T. a elle aussi rencontré Laurent Dejean au chantier d’insertion. Ils se plaisent et très vite, une relation se noue. Elle va durer un peu plus d’un mois.
« Le peu que j’ai connu, c’est quelqu’un de respectueux, il avait des valeurs concernant les femmes, je ne le vois pas du tout faire ça« . Comme d’autres, elle décrit quelqu’un de travailleur et serviable. Mais elle n’a pas envie d’une relation pérenne et lui a l’air pressé de s’installer et pourquoi pas de fonder une famille. Elle rompt par SMS.

Interrogé par le président, elle reconnaît qu’une des raisons de la rupture est la consommation excessive de cannabis de Laurent Dejean. 5 ou 6 joints par jour. « J’en avais marre de cette odeur d’herbes de Provence !« .
Fou rire général.

Yannick M. amène lui aussi des sourires sur le visage fermé de Laurent Dejean. Il est son ami d’enfance et dès son arrivée à la barre, il assène, face à la cour : « C’est incompréhensible. Je ne comprends pas qu’il soit accusé, que vous le gardiez en prison depuis quatre ans. Cela me met hors de moi, j’ai pas les mots« .

Cet ami loyal décrit Laurent Dejean comme un bosseur, casanier, respectueux vis-à-vis des femmes. « Impulsif, colérique mais jamais violent« .

Le temps des proches de Laurent Dejean est presque terminé dans ce procès. Jeudi 21 mars 2019, c’est au tour des médecins légistes de soutenir leurs expertises sur les derniers moments de Patricia Bouchon…

 

Affaire Patricia Bouchon : portrait de l’accusé Laurent Dejean

Les témoignages des amis, voisins et collègues de Laurent Dejean nous en apprennent sur sa personnalité et sa situation au moment des faits.

Retenons d’abord qu’il n’a pas digéré sa séparation d’avec son ex-amie, ce qui peut lui conférer quelques affinités avec les masculinistes haïsseurs de femmes de la bande de « déconnologues » du malade mental extrêmement dangereux pascal Edouard Cyprien Luraghi.

Par ailleurs, il a beaucoup d’amis. Eux aussi.

Et tout comme eux, il est aussi consommateur de drogues : cannabis, cocaïne. Et par voie de conséquence – à moins qu’il ne s’agisse d’une cause à effet -, il est aussi caractériel.

Cependant, quelques jours avant les faits, il s’est brouillé avec son ami d’enfance qui rapporte qu’il devenait de plus en plus violent pour de simples cigarettes qu’il venait lui taxer même de nuit, à 5 heures du matin (heure de fin des discussions publiques sur les blogs Luraghi).

Il avait pourtant un emploi et se faisait aussi de l’argent en achetant et revendant des voitures, certaines au poids de ferraille après les avoir découpées chez lui (Mohamed Merah bricole aussi des voitures dans le même secteur).

Or, alors que dans ces conditions, quelques jours avant les faits il semble tellement à court d’argent qu’il ne peut plus acheter lui-même ses cigarettes, quelques temps après il décide d’arrêter de travailler. Il n’aurait donc plus besoin de son salaire.

En conséquence, j’émets l’hypothèse qu’il aurait touché comme un pactole dans l’intervalle. Lequel ? Sa rémunération pour sa participation à l’assassinat de Patricia Bouchon ?

Je rappelle ici que le commanditaire de ce crime, le psychopathe et cybercriminel Pascal Edouard Cyprien Luraghi, qui a toujours été payé pour toutes ses exactions à mon encontre, avait reçu en 2011 des sommes tellement considérables à cet effet qu’au mois de mai il décidait lui aussi d’arrêter de travailler, et de manière définitive, estimant qu’il avait désormais assez d’argent pour s’en dispenser jusqu’à la fin de ses jours.

De même, dès le début de ses harcèlements à mon encontre, en 2010, son complice Jean-Marc Donnadieu de Béziers avait vu sa situation matérielle s’améliorer nettement.

Voir ici :

http://petitcoucou.unblog.fr/2018/04/15/interdit-de-harceler-jean-marc-donnadieu-veut-se-battre/

A supposer que Laurent Dejean soit l’assassin de Patricia Bouchon, celui-là même qui vient plaisanter du crime avec ses nouveaux amis sur les blogs Luraghi à compter du 25 février 2011, il est clair qu’il s’enfonce dès lors dans la « déconnologie », cette manière de vivre du crime organisé et d’en jouir haut et fort aux dépens des « bourgeois » à la marge de notre société « capitaliste ».

 

 

https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/haute-garonne/toulouse/proces-du-meurtrier-presume-patricia-bouchon-portrait-laurent-dejean-ses-collegues-voisins-1641398.html

Procès du meurtrier présumé de Patricia Bouchon : le portrait de Laurent Dejean par ses collègues et voisins

 

Céline Pagès est secrétaire dans la dernière entreprise de Laurent Dejean. / © France 3 Occitanie

Céline Pagès est secrétaire dans la dernière entreprise de Laurent Dejean. / © France 3 Occitanie

 

Mardi 19 mars 2019, 4ème jour d’audience dans le procès de Laurent Dejean pour le meurtre de Patricia Bouchon, les collègues et voisins du prévenu sont venus à la barre pour tenter de décrire sa personnalité et ses comportements au moment des faits.

Par Marie Martin Publié le 19/03/2019 à 20:14 Mis à jour le 20/03/2019 à 08:39

Ils n’en ont pas tous le même souvenir mais un élément ressort de chacun des témoignages des anciens collègues de Laurent Dejean, c’est son caractère instable.Le jeune homme, plutôt solitaire et discret, peut se comporter de manière « normale », polie et dans la minute qui suit, se mettre en colère, crier, serrer les poings et claquer des portes.

Une « bombe à retardement« , « une cocotte-minute« , décrit un de ses anciens collègues. En 2009, il est embauché sur un chantier de réinsertion. Laurent Dejean y travaille et le « coache » durant une semaine. « Au fil du temps, je me suis aperçu qu’il était impulsif. On ne pouvait pas lui dire comment travailler, il ne supportait pas les réflexions. Un jour, ça allait. Le lendemain, il faisait la gueule, on ne pouvait pas lui adresser la parole. Il lui arrivait de menacer des gens. Et parfois, après, il s’excusait« , explique ce témoin à la barre du tribunal.

Au moment de la disparition de Patricia Bouchon, Laurent Dejean travaille dans une entreprise spécialisée de la région de Bouloc. Quelques jours après les faits, il est arrêté par un médecin. Puis il est placé en unité psychiatrique. Avant de solliciter son licenciement.
A son patron qui témoigne à la barre ce mardi, il explique : « J’ai entendu dire qu’il allait y avoir des tests ADN, je ne veux pas te créer d’ennuis« .

La secrétaire de cette même enteprise témoigne elle aussi. « Il m’a dit qu’il voulait partir pour oublier« . Elle décrit un homme « perturbé, mal à l’aise, inquiétant« . Et reconnaît dans le portrait-robot établi suite au témoignage-clé de Nicolas Gelis des troublantes similitudes avec Laurent Dejean.

Même trouble pour l’une de ses voisines, qui réside dans l’immeuble où Laurent Dejean vit à Bouloc et a tissé des liens amicaux avec lui. Le portrait-robot est très ressemblant, dit-elle. Avant d’expliquer les changements de comportement de Laurent Dejean, dans le courant de l’année 2011. Il a des crises, l’accuse de pratiquer la sorcellerie contre lui. Il lui fait peur et elle prend ses distances.
Au président de la cour d’assises de Haute-Garonne qui l’interroge, elle répond : « Oui, j’ai pensé à lui au moment des faits. Je lui ai même demandé pour plaisanter mais pas seulement s’il avait quelque chose à voir avec la disparition de Patricia Bouchon. Il m’a dit : « Arrête tes conneries !« .

Madame Nathalie P., masseur-kinésithérapeute, n’a quant à elle pas tellement envie de rire quand elle évoque sa seule et unique rencontre avec le prévenu. A l’époque, elle soigne la mère de Laurent Dejean au domicile familial, en vue d’une prochaine opération. Elle raconte qu’elle l’a vu rentrer dans la maison « râlant, invectivant sa mère, claquant des portes« . Sa patiente lui dit de ne pas s’inquiéter : « N’ayez pas peur« . Avant de lui raconter que c’est un fait habituel, et que son fills l’a déjà menacé physiquement.

Voisins, anciens collègues : les témoignages se succèdent, aucun ne plaide en faveur de l’accusé. Les détails, de plus, se répètent, troublants. Ainsi ces remarques sur la façon de conduire de Laurent Dejean : « Il conduisait comme un fou« , « Il  aimait faire crisser les pneus« , « Il arrivait en faisant des dérapages« .
Comme un écho au témoignage-clé de Nicolas Gelis, ce matin…

* Le procès de Laurent Dejean devant la cour d’assises de Haute-Garonne se tient jusqu’au 29 mars.

Les grandes dates de l’affaire Patricia Bouchon

14 février 2011 : disparition de Patricia Bouchon alors qu’elle fait un footing à Bouloc, vers 4h du matin.
15 février 2011 : découverte d’effets personnels de Patricia Bouchon et d’une importante trace de sang dans une impasse de Bouloc ; lancement d’un avis de recherches.
19 février 2011 : déposition de Nicolas Gelis qui a croisé Patricia Bouchon et une voiture suspecte le 14 février. Etablissement d’un portrait-robot.
28 février 2011 : ouverture d’une information judiciaire contre X pour homicide volontaire.
29 mars : découverte par un chasseur du corps de Patricia Bouchon à Villematier, à dix kilomètres de Bouloc.
15 octobre 2013 : à la demande de la famille, diffusion du portrait-robot établi d’après la déposition de Nicolas Gelis le 19 février 2011.
9 février 2015 :  mise en examen de Laurent Dejean (après trois gardes à vue, entre 2012 et 2015).
18 janvier 2018 : saisi par Laurent Dejean qui clame son innocence et fait appel de son renvoi devant une cour d’assises, le parquet requiert un non-lieu, en l’absence de preuve formelle.
16 février 2018 : la chambre d’instruction de la cour d’appel de Toulouse va à l’encontre de ce réquisitoire et ordonne le renvoi de Laurent Dejean devant la cour d’assises de Haute-Garonne.
14 mars 2019 : début du procès de Laurent Dejean, jugé pour meurtre.

 

A lire aussi

 

https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/haute-garonne/toulouse/proces-du-meurtrier-presume-patricia-bouchon-ces-amis-qui-accablent-laurent-dejean-1641716.html

Procès du meurtrier présumé de Patricia Bouchon : ces amis qui accablent Laurent Dejean

 

Jean-Luc de Biasi était un ami d'enfance de Laurent Dejean, son témoignage a été capital. / © France 3 Occitanie

Jean-Luc de Biasi était un ami d’enfance de Laurent Dejean, son témoignage a été capital. / © France 3 Occitanie

 

Ce mercredi 20 mars 2019, 5ème jour du procès devant la cour d’assises de Haute-Garonne de Laurent Dejean, poursuivi pour le meurtre de Patricia Bouchon en 2011, les proches du prévenu sont appelés à la barre. Parmi eux, des amis qui attestent qu’il possédait une Clio blanche au moment des faits.

Par Marie Martin Publié le 20/03/2019 à 11:56 Mis à jour le 20/03/2019 à 12:29

Il appelle Laurent Dejean son « collègue ». Mais en réalité, Jean-Luc de Biasi est un ami d’enfance du prévenu. Né en 1979, il allait à l’école à Fronton avec lui.Leur amitié a duré jusqu’au moment des faits, en 2011. « On faisait plein de choses ensemble« , explique ce témoin particulier, le premier entendu dans ce procès à être proche de l’accusé.
« On allait se balader partout, on allait à la pêche, aux champignons« . Les deux hommes consomment ensemble cannabis et cocaïne. Selon Jean-Luc de Biasi, Laurent Dejean avait beaucoup d’amis mais il ne lui connaît pas de compagne, depuis sa séparation d’avec son ex-amie, séparation que le prévenu n’aurait pas « digéré ».

Quelques jours avant la disparition de Patricia Bouchon, les deux hommes se fâchent. « On s’est embrouillé« , explique Jean-Luc de Biasi. « Il était parti dans un délire. Il était venu chez moi à 5 heures du matin pour me taxer des cigarettes. Il a pété les plombs. Il était violent, agressif, il m’a insulté. Je ne l’avais jamais vu comme ça« . Les amis se quittent et ne se reverront pas avant longtemps.

Fin 2013, le portrait-robot établi grâce au témoignage de Nicolas Gelis est diffusé. Jean-Luc de Biasi est très clair : « J’ai vu le portrait, j’ai vu Laurent« . L’ami de Laurent Dejean réfléchit quelques jours, en parle à sa mère. Et décide de se rendre à la gendarmerie de Fronton. Son témoignage est d’abord recueilli anonymement, puis les enquêteurs viennent le chercher pour l’entendre. Il n’a aucune envie d’enfoncer son ami mais se soumet volontiers aux questions.

Il évoque notamment la Clio blanche que possédait Laurent Dejean à l’époque. Il est formel : il l’a vue plusieurs fois, il est même monté dedans. Confronté au suspect, à deux reprises, il ne comprend pas son ami qui dit ne pas se souvenir d’avoir possédé un tel véhicule. « Il ne peut pas avoir oublié« , explique-t-il à la barre.

Fait plus troublant encore : cette habitude qu’avait Laurent Dejean d’acheter et de revendre des voitures, voire de les découper pour les emmener dans une entreprise de ferraille à Fronton où on le payait au poids. « Il découpait les voitures chez lui« , détaille Jean-Luc de Biasi. « Je l’ai même fait une ou deux fois avec lui. Il les découpait à la hache ou à la débardeuse. Ensuite, on mettait la ferraille dans la Clio, dont les sièges arrières étaient baissés« .

Il pense que Laurent Dejean s’est débarrasé de la Clio dans l’année 2011 mais ne sait plus à quel moment.

Interrogé par la cour sur la connaissance des environs de Bouloc par Laurent Dejean, Jean-Luc de Biasi répond que Laurent Dejean connaissait les lieux comme sa poche, « il est né et a grandi ici« . Le lieu où le corps de Patricia Bouchon a été retrouvé, un mois après sa disparition, une buse en contrebas de la « route des vins » à Villematier, « il pouvait le connaître« .

Un autre ami d’enfance, non présent ce jour mais dont les dépositions sont lues par le président, est plus formel. « C’est sûr qu’il connaissait bien le secteur car on allait en boîte de nuit pas loin et on passait en mobylette sur cette route« .
Cyril G. est entendu une première fois en 2013. Ses déclarations vont dans le même sens que les autres : Laurent Dejean était « un brave type, pas bête mais une bombe à retardement« .
Il lui connaît de nombreuses voitures, dont une Clio blanche de type commercial, sans sièges arrières.
Laurent Dejean, dans une de ses crises, a agressé verbalement la mère de Cyril, pour lui réclamer des cigarettes.

Confronté au portrait-robot, le jeune homme est catégorique : « Cela lui ressemble tout à fait« . Etait-il du genre à pleurer et à s’excuser après ces emportements* : « C’est tout Laurent« …

Dans le box des accusés, Laurent Dejean se tient les bras croisés et paraît renfrogné. Il réagit très peu, à peine quelques signes d’exaspération parfois.
Sur le banc réservé aux proches du prévenu, il n’y a personne, depuis le début du procès…

* Cette question revient régulièrement car deux témoins ont entendu un homme pleurer et dire : »Excuse-moi, excuse-moi« , le matin de la disparition de Patricia Bouchon , dans l’impasse où on a retrouvé des effets personnels de la joggeuse et une importante trace de sang.

 

A Toulouse, le procès de Laurent Dejean s’est transformé en celui des gendarmes

Le méritent-ils ?

Certes un peu, voire beaucoup, ils n’ont même pas pris la peine de procéder à un minimum de vérifications sur toutes les informations que je leur avais fournies…

Cependant, pour autant que je sache, ils travaillaient sous le contrôle d’un juge d’instruction, une information judiciaire ayant été ouverte très tôt après la découverte du crime, comme toujours en la matière, le procureur de la République suivant toujours l’affaire lui aussi.

Où sont ces magistrats ? Pourquoi ne sont-ils pas sur le grill eux aussi ?

Encore un mystère…

Venons-en aux éléments débattus en ce début de semaine.

Il s’agit essentiellement du scénario de l’attaque que proposent les gendarmes sur la base de l’unique témoignage du chauffeur livreur Nicolas Gelis, 21 ans à l’époque des faits, qui lui aussi conduisait une Renault Clio ce jour-là – ce qui fait décidément beaucoup de véhicules de ce type dans cette affaire – et des constatations effectuées dans l’impasse où ont été retrouvées des traces de sang de la victime.

Les précisions horaires et de lieu fournies par le témoin indiquent que Patricia Bouchon venait en fait tout juste de sortir de chez elle et commencer son jogging – à 4h30 – lorsqu’il l’a croisée puis s’est retrouvé face à la Clio présumée de Laurent Dejean, arrêtée moins de 300 m plus loin, donc vraiment très près du domicile de la joggeuse. Celle-ci aurait d’ailleurs pu elle aussi l’apercevoir ou la dépasser environ 2mn plus tôt si elle se trouvait déjà là, à l’arrêt, tous feux éteints, mais plafonnier allumé.

Après sa confrontation avec Nicolas Gelis, qui dit s’être arrêté sur le bas-côté de la route, son conducteur, manifestement énervé ou apeuré, aurait démarré en trombe et rejoint ou précédé la joggeuse à l’entrée de l’impasse en moins de 30 secondes… tandis que le chauffeur livreur repartait de son côté sans plus rien voir ni demander son reste… quoiqu’il ait bien jeté un oeil dans son rétroviseur puis sur l’horloge de son tableau de bord et noté l’heure : 4h33.

Laurent Dejean, si c’est bien lui, vient d’être dérangé alors qu’il se trouve à l’arrêt au milieu de la route. Il doit connaître les lieux. S’il n’est du coin, il a procédé à des repérages. Admettons qu’il décide alors d’aller se garer dans l’impasse, où il ne dérangera plus et ne sera plus dérangé. Sur ce, la joggeuse arrive et il l’agresse très brutalement et violemment. Il n’aurait peut-être pas supporté d’être dérangé deux fois de suite en si peu de temps… à moins que l’impasse n’ait été le lieu où il ne voulait surtout pas rater la joggeuse.

Il est quand même étrange d’aller commettre une agression tout juste après avoir été dévisagé par un témoin qui s’avèrera par la suite capital… surtout quand après avoir tué et massacré sa proie on a la présence d’esprit d’en prendre le corps pour aller le cacher à 12 km de distance dans un endroit où, selon la mère « dodu » (une femme médecin et soeur masculiniste de la clique des « déconnologues » du malade mental extrêmement dangereux Pascal Edouard Cyprien Luraghi), au bout d’un an il ne resterait plus aucune trace exploitable pour incriminer qui que ce soit… car elle aussi est bien impliquée dans cet assassinat… collectif… qui avait bien été programmé pour ce jour-là et pas un autre…

Cela ressemble en fait à un enlèvement dont le minutage a été prévu en fonction de l’emploi du temps de la victime, qui se sera peut-être défendue bien plus vigoureusement que ne l’imaginait a priori son agresseur. Un contrat bien plus qu’une occasion ou une pulsion, difficilement envisageables alors que le prédateur vient d’être vu et dérangé par un tiers.

Neuf jours plus tard, soit le 23 février 2011, Laurent Dejean consulte une psychiatre et en ressort avec un arrêt de travail. Il sera par la suite hospitalisé en psychiatrie sans l’avoir jamais été auparavant, ses comportements devenant délirants, du moins en apparence.

L’assassin de Patricia Bouchon déboule sur le blog Luraghi le 25 février 2011 et commence vraiment à participer aux discussions de la bande le 1er mars 2011. Il s’exprime sous pseudonyme. Il n’est absolument pas troublé par le crime, il en plaisante autant que les autres. Il est tout à fait regrettable que les gendarmes n’aient pas recherché son identité, on serait fixé depuis longtemps. S’il s’agit de Laurent Dejean, alors il a simulé la folie dans le but de pouvoir le cas échéant plaider l’irresponsabilité pénale et s’en sortir avec une privation de liberté d’une durée beaucoup plus courte que la peine encourue pour le crime commis.

 

 

https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/toulouse-proces-de-l-affaire-patricia-bouchon-certitudes-contre-incertitudes-1552940108

Toulouse – Procès de l’affaire Patricia Bouchon : certitudes contre incertitudes

 

mardi 19 mars 2019 à 5:50 Par Stéphanie Mora, France Bleu Occitanie

Difficile pour la cour d’assises d’y voir clair dans l’affaire Patricia Bouchon. Hier après l’audition de témoins qui n’ont rien vu, les jurés ont à nouveau entendu l’un des directeurs de l’enquête pour tenter de comprendre les certitudes des gendarmes. Pas toujours simple.

 

Plus de 70 témoins doivent se succéder à la barre jusqu'à la semaine prochaine.
Plus de 70 témoins doivent se succéder à la barre jusqu’à la semaine prochaine. © Radio France – Stéphanie Mora

 

Toulouse, France

Un témoin clé très attendu

La conduite de l’enquête sur le meurtre de Patricia Bouchon a de nouveau été au coeur des débats devant les assises de Haute-Garonne.  Ce lundi après-midi, la cour a entendu le témoin qui a découvert le corps, le 29 mars 2011 (plus d’un mois après la disparition), un chasseur. Et surtout, elle a réentendu l’un des directeurs de la cellule Disparition 31 sur les conclusions de l’enquête de gendarmerie. Une audition qui a une nouvelle fois donné lieu à une passe d’arme entre le militaire, la défense et l’avocat général.  Ces derniers mettant en doute la solidité du témoin clé de cette enquête. Le jeune chauffeur routier (21 ans à l’époque) qui dit avoir vu Laurent Déjean près du lieu du crime, juste avant celui-ci (le 14 février 2011) et qui a permis l’établissement d’un portrait-robot. La famille de Patricia Bouchon attend beaucoup de son audition ce mardi matin.

Les conclusions des enquêteurs

LEntre les témoins qui ne se souviennent plus très bien huit ans après, ceux qui ont changé de version au fil de leurs dépositions et cette Renault Clio de couleur claire aperçue à l’heure du meurtre mais que l’on n’a jamais retrouvée… L’avocat de Laurent Déjean passe ses journées à maugréer.

Pourtant les gendarmes de la cellule Disparition 31 ont acquis la certitude que Patricia Bouchon est dépassée par une voiture vers 4h35 ce matin-là, route de Fronton.  Que cette voiture tourne brutalement dans l’impasse où la joggeuse est morte; que l’agression est « soudaine », « violente » dira le troisième directeur d’enquête à la barre. Elle se déroule au début du chemin, là où des cheveux et des bijoux sont retrouvés. La suite est moins claire. Le corps est probablement transporté 100m plus loin vers le fond de l’impasse le temps de le charger dans la voiture. Mais quatre des six riverains ont déclaré ce lundi n’avoir rien entendu.  Le dernier couple (celui qui a entendu des cris) s’exprimera la semaine prochaine.

À cinq heures du matin, un chauffeur de bus de Tisséo qui part travailler voit une voiture type Renault au croisement. Voiture dont les phares s’éteignent à son passage.  Autre élément troublant : la veille du meurtre Laurent Déjean achète pour un peu plus de 10€ d’essence sans plomb, alors qu’il dit avoir un véhicule diesel. Il ne s’expliquera jamais sur ce point, ni sur le fait d’avoir perdu dans la même période sa carte bleue et son portable. Il consulte une psychiatre neuf jours plus tard. Il en ressort avec un arrêt de travail mais selon les gendarmes il ment sur le motif et parle d’une tendinite alors qu’il souffre de troubles mentaux. Enfin, les débats de ce lundi ont permis d’apprendre que le témoin anonyme qui a dénoncé Laurent Déjean en 2013 était son meilleur ami. Ce dernier a raconté aux enquêteurs que l’accusé s’est débarrassé d’une Clio blanche et terré chez lui après le meurtre de la joggeuse.

Le verdict est attendu le 29 mars prochain.

Mots-clés :

Par :

Stéphanie Mora

 

 

https://www.ladepeche.fr/2019/03/19/meurtre-de-la-joggeuse-de-bouloc-le-chef-denquete-sur-le-gril,8077287.php

Meurtre de la joggeuse de Bouloc : le chef d’enquête sur le gril

 

Mes Pierre et Guy Debuisson, les avocats de Laurent Dejean./ Photo DDM Michel Viala
Publié le 19/03/2019 à 07:57 , mis à jour à 10:52

l’essentiel

Le dernier chef d’enquête dans le meurtre de la joggeuse de Bouloc, Patricia Bouchon, le 14 février 2011, s’est expliqué longuement hier après-midi devant la cour d’assises de la Haute-Garonne. Il a détaillé son travail face à des avocats de la défense virulents.

«Le rôle d’un enquêteur n’est pas de tirer des hypothèses mais de faire une analyse objective de la situation à partir des constatations», tonne Me Guy Debuisson devant la cour d’assises de la Haute-Garonne. Hier, au troisième jour du procès de Laurent Dejean, 39 ans, suspect n° 1 dans le meurtre de Patricia Bouchon, une mère de famille de 49 ans tuée alors qu’elle faisait un footing nocturne, le 14 février 2011 à Bouloc au nord de Toulouse (nos éditions précédentes), le témoignage du dernier chef d’enquête a occupé la majorité des débats.

Il s’agissait notamment d’établir la façon dont le témoin clef, qui se présentera à la barre ce matin, a réalisé le portrait-robot du suspect croisé quelques minutes avant l’agression de la joggeuse, en pleine nuit, sur la route de Fronton. «Il croise d’abord Patricia Bouchon qui court normalement et ne semble pas inquiète, rapporte le gendarme. Quelques centaines de mètres plus loin, il freine brusquement pour éviter une collision avec un véhicule, une Clio première génération. Il parvient à s’arrêter, la contourne par la droite et s’arrête à hauteur du conducteur.»

Ce témoignage permet aux enquêteurs de la section de recherches d’affirmer que Patricia Bouchon se trouve à 253 mètres du chemin où elle sera agressée. Le véhicule, lui, est à 543 mètres. «Si Patricia court à 8 km/h, il lui faut 1mn53. Si elle est à 10 km/h, il lui faut 1mn31. Le véhicule, s’il roule à 80 km/h est à 24 secondes. À 90 km/h, il est à 21 secondes.»

Et de décrire un scénario de l’agression : «Elle a pu être rattrapée par le conducteur de la Clio au niveau du chemin. Ce qui nous frappe, c’est la soudaineté. L’entrée du véhicule dans le petit chemin est précipitée. Il y a un freinage brutal et, immédiatement, on retrouve des touffes de cheveux de la victime. Je pense qu’il lui a coupé la route. Je pense que l’agression est soudaine et violente».

«On vous demande une analyse objective, pas des supputations ou des analyses personnelles, s’agace Me Guy Debuisson. Je préfère un témoin visuel plutôt que quelqu’un qui fait des hypothèses derrière un bureau».

À l’analyse du dossier, l’avocat regrette la façon dont certaines questions ont été posées en garde à vue à son client à l’époque «sous curatelle». «Parce qu’au bout de quatre ans on n’a personne, le gendarme fait de Dejean le coupable idéal de manière insidieuse. Le procédé me heurte. Il est sous curatelle et on lui explique qu’il est coupable».

Le président Roussel tempère : «C’est une longue enquête de grande qualité». Droit à la barre, l’enquêteur résume le faisceau d’indices qui a conduit à Laurent Dejean et dévoile l’auteur du renseignement anonyme qui mènera Laurent Dejean en garde à vue : son meilleur ami. Pour le gendarme, au terme de l’enquête, «on a vérifié tout ce qu’il y avait à vérifier sur M. Dejean.»


Clio grise ou Clio blanche ?

Le témoin clef du procès de Laurent Dejean sera à la barre aujourd’hui, dès 9 heures, ce chauffeur-livreur qui partait au travail cette nuit-là devra fournir de nombreuses explications. Celui-là même qui a reconnu Laurent Dejean «à 90 % voire plus» lors de la reconstitution mais qui ne l’a pas désigné lors d’un tapissage, maintiendra-t-il son témoignage ?

La question cruciale de la couleur de la Clio que l’homme qu’il a croisé conduisait sera largement abordée. Claire, grise, gris anthracite… au cours de ses auditions, son témoignage a varié. Il devra le préciser aujourd’hui, 8 ans après.

Une trentaine de proches de Laurent Dejean lui attribue aussi une Clio autour de la période des faits. Mais pour eux, elle est blanche.

Les nombreuses investigations menées par les gendarmes jusqu’en 2017, en Haute-Garonne, Tarn et Tarn-et-Garonne afin de retrouver ce véhicule n’ont jamais rien donné. La fameuse Clio n’a jamais été retrouvée.

Claire Lagadic

 

 

https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/haute-garonne/toulouse/proces-du-meurtrier-presume-patricia-bouchon-temoin-ndeg1-barre-1641148.html

Procès du meurtrier présumé de Patricia Bouchon : le témoin n°1 à la barre

 

Le portrait-robot établi grâce au témoignage de Nicolas Gelis, le 19 février 2011. / © Gendarmerie nationale
Le portrait-robot établi grâce au témoignage de Nicolas Gelis, le 19 février 2011. / © Gendarmerie nationale

 

Nicolas Gelis a été longuement entendu mardi 19 mars 2019, au 4ème jour du procès de Laurent Dejean jugé pour le meurtre de Patricia Bouchon. C’est lui, ce matin du 14 février 2011, qui a croisé la joggeuse de Bouloc puis, immédiatement après, une voiture à l’arrêt, feux éteints.

Par Marie Martin Publié le 19/03/2019 à 14:49 Mis à jour le 19/03/2019 à 15:12

C’est son témoignage qui a permis d’établir le portrait-robot du suspect et donc de faire avancer l’enquête.

Nicolas Gelis, éducateur sportif en Bourgogne, doit faire appel à sa mémoire, huit ans après les faits.
Ce matin du 14 février 2011, ce jeune chauffeur-livreur quitte son domicile de Saint-Jory (Haute-Garonne) peu avant 4 heures du matin, pour rejoindre son lieu de travail à Montauban (Tarn-et-Garonne).

Il traverse Bouloc vers 4h30 et à la sortie du village, croise une femme faisant son footing. Patricia Bouchon.
Immédiatement après, il doit faire un écart pour éviter une voiture arrêtée sur la route, moteur et phares éteints, et qui « mord » sur la voie de circulation sur laquelle roule Nicolas Gelis.

Surpris, il freine, puis s’arrête sur le bas-côté, à hauteur de l’autre véhicule. Il croise le regard d’un homme qu’il décrira comme étant âgé « entre 30 et 50 ans, portant un bonnet et une barbe de quelques jours« .

Immédiatement après, l’homme redémarre en trombe. Nicolas Gelis se souvient que « la première a souffert« . Il jette un oeil dans le rétro puis sur l’horloge de son tableau de bord. Il est 4h33.

Détails importants que rapportera Nicolas Gelis : le véhicule arrêté est une Clio, le témoin est formel, il a la même. Elle est de couleur claire et les sièges arrières sont rabattus.

De ces informations, Nicolas Gelis ne fait rien dans l’immédiat : il ignore la disparition de Patricia Bouchon. Lorsque celle-ci devient une affaire médiatisée, il se rend sur les conseils de sa mère à la gendarmerie de Fronton (Haute-Garonne). On est alors le 19 février 2011, soit cinq jours après la disparition de la mère de famille.

Un portrait-robot est établi (qui ne sera diffusé que bien plus tard) et un transport sur les lieux permet de situer la « rencontre » des deux Clio. On est à quelques mètres seulement de l’impasse dans laquelle on retrouve, quelques jours seulement après la disparition de Patricia, son chouchou, une de ses boucles d’oreille et plus loin, une importante trace de sang.

Seulement voilà, de déposition en déposition, il y a (comme souvent) des imprécisions, voire des contradictions dans les déclarations de Nicolas Gelis, qu’il ne peut expliquer, huit ans après les faits. Ces « dissonances », l’avocat général et les avocats de la défense de Laurent Dejean s’en emparent.

La couleur de la voiture ? Nicolas Gelis l’a décrite comme « claire, grise puis gris anthracite« . Celle que l’on suppose avoir appartenu à Laurent Dejean était blanche.

Comment Nicolas Gelis a-t-il pu si bien décrire l’homme aperçu quelques secondes ? « J’ai une excellente mémoire visuelle« , explique-t-il à la barre, ce mardi 19 mars 2019, 4ème jour d’audience du procès de Laurent Dejean devant la cour d’assises de Haute-Garonne. « Quand je vois quelqu’un une fois, je le retiens« . De plus, il explique lors d’une de ces dernières auditions, en 2015, que le plafonnier de la voiture arrêtée était allumé. « Mais pourquoi ne l’aviez-vous pas dit avant ?« , demande maître Guy Debuisson, avocat de la défense. Nicolas Gelis ne sait que répondre. Il semble que personne ne lui ait posé la question.

Autre « faille » : Nicolas Gelis, confronté à un « tapissage » soit à la photo de 12 hommes dont Laurent Dejean, en désigne deux mais pas l’homme qui comparaît aujourd’hui devant la cour d’assises de Haute-Garonne.

L’avocat général s’étonne que lors d’une de ses dernières auditions (là encore), Nicolas Gelis parle du « regard de psychotique » du suspect. « Je ne m’en souviens pas« , explique le jeune homme.
« Vous l’avez dit, pourtant« , réplique le magistrat. Qui précise que cette description intervient, dans la chronologie de l’affaire, après l’expertise psychiatrique de Laurent Dejean et le diagnostic posé de « psychose et schizophrénie« .

» Est-ce que vous voulez dire que j’ai été influencé dans mes réponses par les enquêteurs ?« , sourit Nicolas Gelis.
L’avocat général esquive.
Mais pas maître Guy Debuisson : « Toutes les évolutions de vos déclarations vont à l’encontre de Laurent Dejean. Cela interroge. Est-ce que vous vous rendez compte de votre responsabilité ? »

Nicolas Gelis ne se laisse pas impressionner. Lui qui a expliqué plus tôt n’avoir fait à l’époque aucun lien entre la joggeuse et la Clio arrêtée est clair : il a dit ce qu’il a vu, à plusieurs reprises, entre 2011 et 2015.
Commenter aujourd’hui ses déclarations de l’époque est un exercice difficile…

* Le procès de Laurent Dejean se tient devant la cour d’assises de Haute-Garonne jusqu’au 29 mars 2019.

 

https://www.ladepeche.fr/2019/03/19/meurtre-dune-joggeuse-pres-de-toulouse-le-principal-temoin-malmene-par-les-avocats-du-suspect,8078234.php

Meurtre de la joggeuse de Bouloc : le principal témoin malmené par les avocats du suspect

 

  • Mes Pierre et Guy Debuisson, les avocats de Laurent Dejean.
Mes Pierre et Guy Debuisson, les avocats de Laurent Dejean. Photo DDM Michel Viala
Publié le 19/03/2019 à 19:09

l’essentiel

Le principal témoin au procès de Laurent Dejean, accusé du meurtre d’une joggeuse à Bouloc en février 2011, a été pressé de questions mardi devant la cour d’assises de la Haute-Garonne, la défense pointant ses « contradictions » et ses « trous de mémoire ».

Le président Guillaume Roussel a averti Nicolas Gelis dès le début de l’audience: « Vous connaissez l’enjeu de vos déclarations », lui a-t-il signifié, le témoin soulignant que l’audience se tenait 8 ans après les faits.
« Avec ma mémoire, ça va pas être facile », a-t-il déclaré avant de se lancer dans le récit de cette journée du 14 février 2011, le jour de la Saint-Valentin.
Pour « démarrer » son travail à 05H00, raconte ce livreur, il prend une petite route, croise vers 04H30 « quelqu’un qui faisait un jogging », quelque chose « d’inhabituel à cette heure-là », puis « une voiture » stationnée un peu plus loin et empiétant sur sa voie.

Nicolas Gelis répète les déclarations qu’il a faites devant la police où il s’est rendu 5 jours après les faits, sur les conseils de sa mère : il s’arrête à la hauteur de cette voiture, « la même » que la sienne, « une Clio » qui redémarre rapidement, le chauffeur « faisant hurler le moteur ».
Mais il a eu le temps de l’apercevoir et se « rappelle de la personne à l’intérieur », son « regard fuyant, un regard « de peur et de surprise ». C’est grâce à sa description que sera établi un portrait robot du suspect.
Celui-ci ne sera diffusé publiquement que 2 ans et 8 mois plus tard mais permettra toutefois d’appréhender l’accusé, grâce à un coup de fil anonyme.

Mais à quelle hauteur de la Clio s’est-il arrêté ? Ses déclarations ont varié : 7 mètres, 5m, 3m et même 1,50m. « Soyez précis, lui enjoint le président, « l’enjeu est important ».
Le plafonnier de la Clio était-il allumé ? « Je crois », dit le témoin, alors qu’il l’a affirmé mais seulement trois ans après ses premières déclarations.
La couleur de la Clio ? Grise, avait-il déclaré. Mais sur ce sujet, sa mémoire va lui jouer à nouveau des tours, puisqu’il parle ensuite d’une voiture blanche.
« Vous avez dit lors de deux auditions, à six reprises, que la Clio était grise », va tempêter plus tard un des avocats de la défense, Me Guy Debuisson. « Toutes vos déclarations évoluent à l’encontre des intérêts de M. Dejean », tonne-t-il.
L’avocat s’étonnera aussi que lorsque pendant l’instruction on présentera douze portraits de suspects au témoin, il ne reconnaisse pas parmi eux l’accusé.

Mais mardi, personne ne lui a demandé s’il reconnaissait en M. Dejean le chauffeur de la Clio.
L’audition d’autres témoins –le directeur de l’association d’insertion pour laquelle l’accusé travaillait, la secrétaire-comptable, des collègues– n’apportera pas d’éléments supplémentaires, personne ne se souvenant s’il a travaillé le jour de la disparition de Patricia Bouchon, âgée de 49 ans.
Dans le box des accusés, M. Dejean, qui a toujours clamé son innocence, semble un peu éteint et n’a eu aucune réaction pendant les débats.
Le procès doit s’achever le 29 mars. Mais il a bien failli ne pas avoir lieu : en janvier 2018, l’avocat général de la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Toulouse avait estimé qu’il n’y avait pas, dans le dossier, les éléments nécessaires pour un renvoi devant les assises. Ce réquisitoire avait été infirmé par la chambre de l’instruction.

La rédaction

 

http://www.leparisien.fr/faits-divers/meurtre-de-la-joggeuse-de-bouloc-j-ai-croise-le-regard-de-cet-homme-affirme-un-temoin-capital-19-03-2019-8035524.php

Meurtre de la joggeuse de Bouloc : «J’ai croisé le regard de cet homme», affirme un témoin capital

 

>Faits divers|Julie Rimbert, correspondante à Toulouse (Haute-Garonne)| 19 mars 2019, 19h51 | MAJ : 19 mars 2019, 19h54 |1
A Toulouse, le procès de Laurent Dejean s'est transformé en celui des gendarmes dans Attentats 8035524_f4e32736-4a76-11e9-b01c-185c2a3a32bd-1_1000x625

Unique suspect qui a toujours nié les faits, Laurent Dejean, un ancien plaquiste de 39 ans, comparait jusqu’au 29 mars devant la cour d’assises de Haute-Garonne pour le meurtre de Patricia Bouchon. AFP/Manon BILLING

 

Nicolas Gélis, chauffeur-livreur, avait permis d’établir le portrait-robot qui a mené les enquêteurs à Laurent Dejean, accusé du meurtre de Patricia Bouchon près de Toulouse en 2011.

 

Son témoignage ce mardi devant la cour d’assises de Haute-Garonne était très attendu, car il avait été au cœur de l’enquête sur le meurtre de la joggeuse Patricia Bouchon en 2011 à Bouloc. C’est lui qui avait établi le portrait-robot qui avait mené à l’accusé. Huit ans après, Nicolas Gélis, chauffeur-livreur de 21 ans à l’époque, a fait appel à sa mémoire pour raconter ce qu’il avait vu ce matin du 14 février 2011, jour de disparition de la joggeuse.

Parti avant 4 heures du matin de son domicile de Saint-Jory pour aller sur son lieu de travail à Montauban, il a traversé la commune de Bouloc vers 4h30, où il a croisé Patricia Bouchon faisant son jogging sur la route. « J’étais en retard donc je regardais l’heure, souligne cet homme aujourd’hui âgé de 29 ans, au crâne chauve et portant de petites lunettes. Immédiatement après, il y avait un véhicule arrêté sur la route, phares et moteur éteint, qui mordait ma voie de circulation. J’ai freiné et je me suis retrouvé sur le bas-côté, à hauteur du véhicule. C’était la même voiture que moi, une Clio de couleur claire. J’ai croisé le regard de cet homme âgé entre 30 et 50 ans, portant un bonnet et une barbe de quelques jours. Il a redémarré en trombe, la première a souffert ! »

Ignorant la disparition de Patricia Bouchon, c’est cinq jours après cet étrange incident que Nicolas Gélis va voir les gendarmes et réalise un portrait-robot, qui mettra les enquêteurs sur la piste de l’accusé, Laurent Dejean. Selon ce témoin, cette rencontre avec un autre véhicule a eu lieu à quelques mètres de l’impasse où la joggeuse a été agressée mortellement.

« Il est égal à lui-même face à tous les procès-verbaux »

À l’aise devant la cour d’assises, Nicolas Gélis a pourtant été mis devant les contradictions de ses déclarations qui ont évolué au cours de l’enquête. Quand l’avocat de l’accusé lui demande comment il peut aussi bien décrire un homme aperçu quelques secondes dans l’obscurité, sa réponse est assurée. « J’ai une excellente mémoire visuelle, quand je vois quelqu’un une fois, je le retiens, assure-t-il. Et j’ai précisé lors d’une audition en 2015 que le plafonnier de l’autre voiture était allumé. »

Autre incohérence pour la défense : Nicolas Gélis n’a pas reconnu Laurent Dejean sur un tapissage de douze personnes. Le témoin ne l’explique pas. Pour Guy Debuisson, l’avocat de l’accusé, qui pointe depuis le début du procès le travail des enquêteurs toujours orienté vers le seul accusé, « le problème, c’est qu’on dit que c’est un témoin avec un grand T, mais il y a pourtant des contradictions successives et l’évolution de ce dossier est toujours au détriment de Laurent Dejean. C’est un cumul qui me laisse à penser que finalement ce témoin a été influencé dans ses dépositions par les gendarmes. L’audience n’a rien apporté si ce n’est que ce témoin ne se souvient que de ce qu’il veut se souvenir et ne dit pas pourquoi il a fait certaines déclarations à certains moments. »

La famille de Patricia Bouchon porte, elle, un autre regard sur Nicolas Gélis qui lui est apparu confiant et restant sur sa version. « Je suis rassurée par cette audition parce qu’on est face à un témoin qui rapporte exactement les mêmes choses lors de ses auditions, bien sûr avec des souvenirs qui ont été altérés mais il ne change pas de version, confie Carlyne, la fille de Patricia Bouchon. Il est égal à lui-même face à tous les procès-verbaux qui ont été réalisés auparavant. Pour nous, c’est le témoin principal, celui qui a vu Laurent Dejean, quelques secondes avant la disparition de ma mère donc évidemment c’est un témoignage capital. On est rassurés car même si les souvenirs ont été occultés, son témoignage reste identique. »

 

1...2223242526...95

Yin

cuy gracioso 3

Aime le potage

Avis du 3 février 2015

Ce blog a été créé le 6 janvier 2015 pour prendre le relais du Petitcoucou venant d'être suspendu sans préavis ni avertissement en milieu de journée. Ayant eu cette fonction jusqu'au 1er février 2015, il devient un doublon du Petitcoucou suite à la réouverture de ce dernier après trois semaines de suspension, et sa reprise d'activité à compter du 2 février 2015.

Sondage

Aimez-vous ce blog ?

Chargement ... Chargement ...

Calendrier

mai 2021
L Ma Me J V S D
« avr    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Avis

Les statistiques de ce blog sont bloquées depuis le 21 janvier 2015. Plus aucun compteur n'est incrémenté, ceux des visites du jour restent à zéro, les mises à jour ne se font plus.

Avis du 24 janvier 2015

Mes statistiques "avancées" sont de retour et font apparaître un record de visites le 21 janvier 2015 - record très modeste, mais néanmoins record pour ce blog nouveau-né. En revanche, les statistiques "basiques" sont toujours bloquées. Tout cela m'évoque bien évidemment les petites manies de Cyprien Luraghi qui n'a jamais pu supporter de voir s'envoler le nombre de mes lecteurs, qu'il surveille comme le lait sur le feu depuis la création de mon premier blog, sur Le Post, début septembre 2009.

Avis du 26 janvier 2015

Mes statistiques "basiques" sont de retour. Tout se passe normalement. Le Chinois de Thaïlande est inactif sur ce blog.

Avis du 31 janvier 2015

Mes statistiques "basiques" sont de nouveau bloquées depuis le 29 janvier.

Avis du 1er février 2015

Retour de mes statistiques "basiques".

Avis du 3 février 2015

Statistiques "basiques" de nouveau bloquées depuis le 1er février.

Avis du 6 février 2015

Mes statistiques "basiques" sont de retour. Tout fonctionne.

Avis du 11 février 2015

Mes statistiques "basiques" sont de nouveau bloquées depuis le 8 février.

Avis du 26 février 2015

Statistiques "basiques" enfin débloquées !

Avis du 27 février 2015

Statistiques "basiques" de nouveau bloquées depuis le 26 février. Ce petit jeu pourrait-il cesser ? On n'en voit pas l'intérêt... Complément de 22 h: merci de m'avoir rendu ces statistiques !

Avis du 4 mars 2015

Statistiques "basiques" de nouveau bloquées depuis le 1er mars. Merci de les débloquer et ne plus les bloquer ou les oublier en cet état à l'avenir.

Avis du 7 mars 2015

Statistiques "basiques" bien débloquées. Merci.

Avis du 25 mars 2015

Statistiques "basiques" bloquées depuis le 14 mars.

Avis du 2 avril 2015

Mes statistiques "basiques" sont de retour.

Avis du 26 avril 2015

Les statistiques "basiques" de ce blog sont encore bloquées, depuis le 10 avril 2015.

Avis du 28 avril 2015

Statistiques de retour. Merci.

Avis du 7 mai 2015

Je n'ai de nouveau plus de statistiques "basiques" depuis le 2 mai. Comme pour Petitcoucou, les statistiques "avancées" ont également disparu depuis deux jours.

Avis du 10 mai 2015

Statistiques "basiques" débloquées. Merci. Me manquent encore les statistiques "avancées".

Avis du 14 mai 2015

Toutes mes statistiques sont de retour depuis hier. Merci.

Avis du 3 octobre 2015

Les compteurs de mes statistiques avancées sont tous à zéro depuis le 1er octobre. Merci de me les rendre.

Avis du 5 octobre 2015

Statistiques "avancées" de retour ce soir. Merci.

Visiteurs en ligne

Il y a 6 visiteurs en ligne

Nombre total de visites

Messagerie

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter


#PatinoireHabbo |
Linounaty |
Cybersecuriter |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Peoplenews
| Lebilletdeleticia
| Spcialstarspcialscoopsurtou...