• Accueil
  • > AC ! Brest
  • > Assassinat de Marie-Michèle Calvez en 1994, plus vieux dossier criminel de Quimper


Assassinat de Marie-Michèle Calvez en 1994, plus vieux dossier criminel de Quimper

J’en avais déjà parlé sur mon ancien blog « Un petit coucou » chez OverBlog en y publiant l’article suivant, le 29 mai 2012 (cliquer sur l’image pour l’agrandir et lire le texte) :

 

2012-05-29 Affaire Marie-Michèle Calvez- le mystère reste entier - Un petit coucou

 

Ce dossier n’est toujours pas refermé, la presse locale l’a encore évoqué il y a moins de six mois (voir série d’articles ci-dessous) et un épisode de l’émission Non élucidé lui est consacré cette année (prochaine diffusion sur RMC jeudi 28 mars 2020).

Pour moi, cet assassinat a pour mobile une grosse affaire d’argent liée à la profession de la victime, qui vendait des contrats d’assurance UAP.

Son compagnon au moment des faits, un médecin généraliste prénommé Michel qu’elle fréquentait depuis environ six mois, a fait partie des premiers suspects.

Ils avaient brûlé des papiers le samedi ayant précédé son assassinat, lequel ne semble pas l’oeuvre d’amateurs qui auraient agi dans la précipitation ou la panique.

Et le soir même où le crime a été commis, ils devaient se retrouver chez lui vers 20 heures pour se rendre ensemble chez Pierre Diner, un artiste peintre auquel elle avait commandé deux tableaux.

Or, la biographe de ce peintre décédé en 2015 n’est autre que Christine Jaouen, dite Ouenja, une très vieille amie et complice du pédophile, mythomane et escroc notoire Pascal Edouard Cyprien Luraghi dont je découvre depuis peu l’existence.

Rappelons que dans les années 1990, ce dernier vivait quasi exclusivement de trafic de drogue.

Il a aussi pour vieux amis et complices des membres de l’entourage de l’ancien caïd marseillais Farid Berrahma, dit le Rotisseur (voir : https://fr.wikipedia.org/wiki/Farid_Berrahma).

Curieusement, sitôt après ma publication du 29 mai 2012 était publié en dernière page du bulletin suivant un résumé de la biographie du peintre Pierre Diner par Christine Jaouen :

https://ploneour-lanvern.bzh/wp-content/uploads/2016/07/Keleier33_juin2012.pdf

Voir aussi :

https://mobile.abp.bzh/pierre-diner-itineraires-d-un-peintre.-exposition-26784

 

 

https://www.ouest-france.fr/bretagne/ploneour-lanvern-29720/ploneour-20-ans-apres-le-meurtre-de-marie-calvez-reste-un-mystere-2830945

20 ans après, son meurtre reste un mystère

 

Le 22 septembre 1994, le corps de Marie-Michèle Calvez, était retrouvé calciné dans le coffre de sa voiture à Penmarc’h. La prime de 50 000 euros reste d’actualité.

 

Catherine Calvez, la soeur de la victime, est plus que déterminée.
Catherine Calvez, la soeur de la victime, est plus que déterminée. | BÉATRICE LE GRAND

Ouest-France Modifié le 18/09/2014 à 11h09 Publié le 18/09/2014 à 00h00

 

Le 22 septembre 1994, le corps de Marie-Michèle Calvez était retrouvé calciné dans le coffre de sa voiture, près d’une usine désaffectée, à Penmarc’h dans le Finistère. Le Pays bigouden était sous le choc. Marie, comme l’appelle sa famille, travaillait comme agent d’assurance, avait 40 ans, habitait à Plonéour, était célibataire.

Le crime n’a pas été élucidé mais l’instruction est toujours ouverte. La prime de 300 000 francs lancée par la famille en 1998 est toujours d’actualité. Elle se monte désormais à 50 000 € et pourra être versée à celui ou celle qui fournira un élément décisif pour faire avancer l’enquête.

Catherine Calvez, la sœur de la victime, est plus déterminée que jamais dans son combat. Selon l’avocat de la famille, Jean-Claude Gourvès, il y a une grosse probabilité pour que l’auteur de la mort (volontaire? involontaire?) de Marie-Michèle Calvez soit une personne de la région bigoudène. Il avait vraisemblablement un ou deux complices pour transporter le corps de Plonéour à Penmarc’h.

 

 

https://www.ouest-france.fr/bretagne/penmarch-29760/affaire-marie-calvez-un-patrimoine-detourne-est-il-lie-au-meurtre-2855181

Un patrimoine détourné est-il lié au meurtre ?

 

Dans leurs investigations sur l’assassinat de Marie Calvez commis en 1994, les enquêteurs suivent notamment la piste qui mène au détournement du patrimoine de Pierre Goenvic.

 

Marie-Michèle Calvez.
Marie-Michèle Calvez. | DR

Ouest-France Modifié le 26/09/2014 à 10h53 Publié le 26/09/2014 à 00h00

 

Marie Calvez a été retrouvée carbonisée en septembre 1994, dans le coffre de sa voiture derrière une usine désaffectée à Penmarc’h. Vingt ans après, son assassinat n’a toujours pas été élucidé.

Alors que la famille a récemment fait savoir que la prime de 50 000 euros est toujours d’actualité, les enquêteurs, pour leur part, mènent toujours plusieurs investigations. Parmi elles, la piste financière.

Le patrimoine d’un riche couple bigouden détourné

Et cette dernière pourrait les mener au patrimoine du couple bigouden Pierre et Marie-Catherine Goenvic. Couple qui a fait fortune dans l’hôtellerie et l’immoblier dans les années cinquante, et qui a notamment offert à la commune de Plonéour-Lanvern une maison de retraite qui porte leur nom.

Ce couple sans enfant avait fait une donation de biens à une parente du Pays bigouden. Après leur mort au milieu des années 60, jamais le moindre centime n’est pourtant parvenu jusqu’à cette femme, qui avait déménagé dans le sud de la France.

En se faisant passer pour elle, des proches, étrangers à cette donation, ont-ils pu détourner le patrimoine du couple Goenvic, en dupant notamment le notaire? Quarante-six ans plus tard, rien n’aurait été retrouvé.

Une spécialiste en placement de capitaux qui en savait trop ?

Marie Calvez, pour sa part, était spécialisée en placement de capitaux, chargée de prospecter le Pays bigouden au début des années 90.

Elle pourrait s’être présentée, par erreur, chez la bénéficiaire de la donation pour lui proposer des placements alors qu’elle cherchait une autre personne voisine ayant le même nom.

 « On ne peut pas exclure telle ou telle piste », commente le procureur

Savait-elle des choses sur des placements d’une famille de la région bigoudène en lien avec la famille Goenvic ? C’est une des pistes suivies par les enquêteurs qui travaillent aussi sur la piste d’un amoureux jaloux.

Le nouveau procureur de Quimper reste néanmoins très prudent : « Beaucoup d’investigations ont été faites. On ne peut pas exclure telle ou telle piste. Avec les progrès de la science, et notamment les analyses d’ADN, on peut représenter un certain nombre de scellés. »

L’ensemble de l’affaire est à retrouver dans les pages Bretagne de notre édition du jour.

 

 

https://www.ouest-france.fr/bretagne/pont-labbe-29120/les-questions-autour-de-laffaire-marie-calvez-2886569

Les questions autour de l’affaire Marie Calvez

 

Marie Calvez a été assassinée en septembre 1994. Le dossier, toujours ouvert, est suivi par la Chancellerie. Un point sur les nombreuses questions de l’affaire.

 

Marie Calve fut retrouvée assassinée en 1994. Elle avait 40 ans.
Marie Calvez fut retrouvée assassinée en 1994. Elle avait 40 ans. |

Ouest-France Noëlle COUSINIÉ. Modifié le 07/10/2014 à 03h12 Publié le 07/10/2014 à 00h00

 

Pourquoi ? Comment ?

Marie-Michèle Calvez a été retrouvée assassinée en septembre 1994. Dans quelles circonstances ?

Le 22 septembre 1994, à 3 h du matin, un marin-pêcheur voit une voiture en feu à Poulguen, derrière l’usine désaffectée de Penmarc’h, à la lisière de la commune du Guilvinec. Le corps carbonisé de Marie-Michèle Calvez (Marie pour sa famille) est découvert dans le coffre. Un témoin a entendu deux voitures arriver, une seule repartir. D’où l’hypothèse de deux complices au moins dans ce crime.

Où le crime a-t-il été commis ?

Probablement pas à Poulguen. Dans la maison de Marie Calvez, rue des Hortensias à Plonéour ? Dans la cave de sa maison que les enquêteurs ont découverte lavée ? Dans une autre maison ? Une autre commune ?

Les mobiles du crime ?

Deux hypothèses au moins existent. La piste passionnelle qui conduirait à un amoureux jaloux. Une altercation qui aurait mal tourné ? Des proches de la victime ont été entendus. Ou bien la piste financière qui serait liée au travail de démarcheuse en assurances de Marie Calvez ? Les dossiers de placements ont disparu : pour brouiller les pistes ou pour que les gendarmes ne trouvent pas certaines informations ? Aurait-on voulu faire taire Marie Calvez qui aurait percé le secret de la provenance de certains capitaux ?

Pourquoi la famille de Marie Calvez et son avocat sont-ils persuadés que le crime a été commis par une ou des personnes de la région ?

Il fallait bien connaître le coin, l’usine désaffectée, les petites routes peu fréquentées. Des chemins, accessibles en voiture en 1994, mènent à l’usine, notamment depuis la chapelle Saint-Trémeur. De la chapelle, des chemins de traverse vont au Guilvinec, à Pendreff, à Poulguen. Un crime commis ou au moins commandité par des habitués du secteur fait partie des pistes sérieusement retenues.

Pourquoi la plainte contre x déposée en 2011 puis en 2012 pour détournements de biens et usurpation d’identité orienterait -elle l’affaire vers une piste financière ?

Déposée auprès du procureur de la République par Liliane (prénom d’emprunt) donataire du richissime bigouden Pierre Goenvic, et par son époux, cette plainte contient aussi des déclarations et des éléments troublants sur l’affaire non résolue de l’assassinat de Marie Calvez. Le mobile pourrait être de faire taire une causeuse imprudente qui aurait parlé de sommes importantes détenues par une famille.

Une usurpation d’identité est-elle possible auprès d’un notaire ?

Il suffit de présenter une pièce d’identité au notaire qui n’a pas pour mission de vérifier l’authenticité des pièces. Selon les plaignants, les papiers d’identité de l’époux de Liliane ont été perdus et retrouvés quarante ans plus tard chez un membre de leur famille ! La signature ne serait pas conforme à celle de Liliane. Interrogé sur les traces d’une donation Goenvic, un notaire bigouden conseille par écrit « de lever un état hypothécaire de Pierre Goenvic qui avait beaucoup de biens. On y verra peut-être trace de cette donation ». Pierre Goenvic, propriétaire de biens dans toute la France, à Paris, dans le Midi notamment, avait certainement plusieurs notaires. Les enquêteurs financiers disposent des moyens pour réaliser ces vérifications.

Qu’est devenu le patrimoine Goenvic ?

Il n’est pas revenu à la donataire Liliane. Il pourrait être géré par une société de gestion. Liliane a fait un lien avec l’éventuel détournement des biens Goenvic quand le fisc lui a réclamé des impôts concernant des biens situés dans le nord Finistère, notamment à Plouguerneau et à Brest, dont elle ignorait l’existence.

Comment établir un lien entre le crime et le détournement de patrimoine ?

Marie Calvez était démarcheuse en assurance dans le Pays bigouden. Elle aurait pris contact avec la famille qui aurait détourné le patrimoine Goenvic et qui aurait donc eu de l’argent à placer. Cette famille d’origine modeste aurait eu soudainement un train de vie très aisé (constructions de maisons, voitures, bateau, don de plus 60 000 € à une association humanitaire !). Marie Calvez en savait-elle trop sur les placements de capitaux effectués par cette famille ? Sur la société de gestion ?

Une société de gestion, qui gérerait le patrimoine Goenvic, existerait–elle ?

La brigade financière a les moyens d’investigation sur ce point.

Des tests d’ADN ont-ils été réalisés ?

Des tests ADN auraient été réalisés sur des suspects de la piste passionnelle. L’ont-ils été sur les suspects de piste du détournement du patrimoine Goenvic ?

 

 

https://www.lemonde.fr/m-le-mag/article/2018/08/10/1994-meurtre-mysterieux-en-pays-bigouden_5341255_4500055.html

1994, meurtre mystérieux en pays bigouden

 

Dans les séries américaines, on appelle ça un « cold case ». Cet été, « M » revient sur ces affaires non élucidées. Le 22 septembre 1994, dans le Finistère, le corps carbonisé de Marie-Michèle Calvez, jeune femme sans histoires, est retrouvé dans sa voiture.

Par Yves Bordenave Publié le 10 août 2018 à 14h57 – Mis à jour le 14 août 2018 à 10h40

Temps de Lecture 13 min.

Article réservé aux abonnés

La voiture de Marie-Michèle Calvez, où le corps de la jeune femme, gisait, immolé, a été retrouvée près d’une conserverie désaffectée.
La voiture de Marie-Michèle Calvez, où le corps de la jeune femme, gisait, immolé, a été retrouvée près d’une conserverie désaffectée. Claude Prigent / PHOTOPQR/LE TELEGRAMME/MAXPPP

 

Il n’y a plus rien. Seulement une maison avec son toit de chaume, des herbes folles qui poussent ça et là dans la lande, un étroit sentier de terre aménagé pour les promeneurs et les cyclo-touristes, et cette route départementale qui longe la dune. L’océan est à deux pas, mais on ne le voit pas. Voici le lieu-dit Poulguen, à mi-chemin du Guilvinec et de Penmarch, dans le sud du Finistère. C’est ici que, dans la nuit du 21 au 22 septembre 1994, un corps calciné a été découvert, recroquevillé à l’arrière d’une Seat Ibiza incendiée.

Il était environ 3 heures du matin lorsque des marins pêcheurs de Saint-Guénolé ont donné l’alerte. Rentrant chez eux après avoir annulé leur sortie en mer en raison d’une avarie sur leur bateau, ils aperçoivent un feu qui s’élève au-dessus de l’ancienne conserverie de poissons Raphalen, que les Bigoudens appellent « l’usine kaoc’h », « l’usine à merde ».

Seul indice : la plaque minéralogique

Pompiers et gendarmes dépêchés sur les lieux du drame ne peuvent rien, sinon dresser les premiers constats. L’incendie a été déclenché volontairement, un système sophistiqué de mise à feu a favorisé la montée de température et, à ce stade, il est impossible d’identifier le cadavre carbonisé dont les dents ont éclaté sous l’effet de la chaleur. Le seul indice que les enquêteurs ont sous la main, c’est le numéro d’immatriculation du véhicule : 6865 VR 29.

Trouver son propriétaire – Marie-Michèle Calvez – n’est qu’une formalité. Celle-ci n’est pas chez elle. Elle n’a pas été vue depuis la fin d’après-midi de ce mercredi 21 septembre. Pourtant, elle devait retrouver son ami vers 20 heures, rendez-vous auquel elle n’est pas allée, sans prévenir. Depuis, elle n’a donné aucun signe de vie. Il ne faut que quelques heures supplémentaires pour confirmer les craintes : le corps calciné est bien celui de Marie-Michèle Calvez, 40 ans. Suicide ? Accident ? Meurtre ? La dépouille immolée de la victime est dans un tel état que les causes de la mort sont impossibles à établir. Mais, très vite, les circonstances ne prêtent guère aux circonspections : Marie-Michèle Calvez a été transportée nuitamment sans vie à bord de son véhicule dans cet endroit improbable que seuls les autochtones fréquentent. Elle a été assassinée.

Depuis cinq ans, cette femme dynamique, belle, indépendante et libre propose des polices d’assurance aux marins du pays. Dans son métier, c’est une championne.

Sur ce bout de terre bretonne qu’elle parcourt de village en village et de maison en maison, la quadragénaire est une personne connue. Surtout dans le milieu de la pêche, qui, en cette fin de XXe siècle, vit les dernières années de son âge d’or. Voilà maintenant cinq ans que cette femme dynamique, belle, indépendante et libre propose des polices d’assurance aux marins du pays pour le compte de l’Union des assurances de Paris (UAP). Dans son métier, c’est une championne. Commerciale redoutable, elle figure parmi les dix meilleurs vendeurs nationaux de la compagnie et impose une vie dure à son concurrent de la société GAN, auquel elle ne laisse que des miettes. « Il fallait passer avant Marie, sinon c’était râpé », dit-il d’elle.

La suite est réservée aux abonnés

 

 
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/qui-a-tue-marie-michele-calvez-7794594234

Qui a tué Marie-Michèle Calvez ?

 

REPLAY – L’une des affaires criminelles les plus énigmatiques de ces 25 dernières années, dans le Finistère.

L'Heure du Crime - Pradel L’heure du crime Jacques Pradel iTunes RSS

Qui a tué Marie Michele Calvez Crédit Média : Jacques Pradel | Durée : 43:33 | Date : 30/08/2018 La page de l’émission

Jacques Pradel

Jacques Pradel et Emilien Vinee

publié le 30/08/2018 à 21:00

 

L’édito de Jacques Pradel

 

Dans la nuit du 21 au 22 septembre 1994, à 3h10 du matin, deux marins pêcheurs préviennent les gendarmes qu’une voiture brûle sur un terrain vague, derrière les bâtiments en ruine d’une usine désaffectée, au bord de la route côtière, entre Penmarc’h et le Guilvinec. A l’arrière de la voiture, on retrouve le corps calciné de sa propriétaire. Elle s’appelle Marie-Michèle Calvez. Elle est agent d’assurance pour la compagnie UAP.

Malgré près de 25 ans d’enquête, et une prime de 50.000 euros promise par la famille de la victime, cette affaire demeure un mystère. Le dossier n’a pas été classé par la justice. L’instruction est donc toujours ouverte. Nous revenons sur l’ensemble de cette affaire mystérieuse avec mes invités.

Vous pouvez à tout moment soumettre une affaire à Jacques Pradel. Laissez votre message avec les principales informations nécessaires à l’équipe de l’émission pour programmer, peut-être prochainement, ce fait-divers dans L’Heure du Crime.

Nos invités

Yves Bordenave, journaliste au Monde, il a signé un  papier dans « M le magazine du Monde » le 10 août dernier: « 1994, meurtre mystérieux en pays Bigouden », Catherine Calvez, la sœur cadette de Marie-Michèle, qui continue à espérer aboutir un jour à la vérité. Nous la retrouverons dans un instant en compagnie de son avocat, Me Jean- Claude Gourvès du barreau de Quimper, avocat de la famille de Marie-Michèle Calvez.

 

 

https://www.letelegramme.fr/bretagne/affaire-calvez-25-ans-apres-la-page-n-est-pas-tournee-08-10-2019-12403566.php

Publié le 08 octobre 2019 à 20h00 Modifié le 09 octobre 2019 à 06h14
 
Affaire Calvez. 25 ans après, « la page n’est pas tournée » [Vidéo] 
Le 22 septembre 1994, une voiture calcinée est retrouvée au lieu-dit Poulguen entre le Guilvinec et Penmarc’h. Le corps de Marie-Michèle Calvez est découvert à l’intérieur.

Le 22 septembre 1994, une voiture calcinée est retrouvée au lieu-dit Poulguen entre le Guilvinec et Penmarc’h. Le corps de Marie-Michèle Calvez est découvert à l’intérieur. (Télégramme/Claude Prigent)

 

Lecture : 3 minutes

 

Le 22 septembre 1994, sur la route côtière entre Penmarc’h et Le Guilvinec, le corps carbonisé de Marie-Michèle Calvez était retrouvé dans sa voiture. 25 ans plus tard, ce meurtre reste un mystère. Le dossier est toujours en instruction au tribunal de Quimper. La sœur de la victime, Catherine Calvez, ne désarme pas.

 

Qui a tué Marie-Michèle Calvez ? 25 ans plus tard, son meurtre reste une énigme. Inacceptable pour sa sœur cadette Catherine qui ne baisse pas les bras. « Je ne lâcherai pas le morceau, c’est devenu le but de ma vie », confie-t-elle avant d’adresser un message à l’assassin de sa sœur : « La page n’est pas tournée ». En pays bigouden, la simple évocation du prénom de la victime provoque l’émoi. Ce « cold case » est resté dans toutes les mémoires. Comment oublier cette nuit du 21 au 22 septembre 1994 ?

Deux hommes ont mis le feu à la voiture

Flashback. Vers 3 h du matin, l’alerte est donnée par des marins pêcheurs de Saint-Guénolé. De la fumée s’échappe à proximité de l’ancienne conserverie de poissons Raphalen. Le bâtiment est situé entre Penmarc’h et Le Guilvinec, au lieu-dit Poulguen. Sur place, gendarmes et pompiers découvrent un véhicule en feu. Il est trop tard. C’est la Seat Ibiza de Marie-Michèle Calvez. Dans le coffre, on retrouve son corps calciné. D’après les premières constatations, l’incendie est volontaire et le dispositif de mise à feu est élaboré. Impossible de déterminer la cause de la mort tant le cadavre est abîmé. L’enquête s’annonce compliquée. Elle le sera. Première certitude : Marie-Michèle était déjà décédée lors de l’apparition des premières flammes. Seconde certitude : deux hommes et deux voitures ont été entendus sur place. Cette information émane du témoignage d’une personne dont la maison se situe à quelques dizaines de mètres de la scène de crime.

 

Affaire Calvez. 25 ans après, « la page n’est pas tournée » [Vidéo]

Marie-Michèle Calvez avait 40 ans lors de son meurtre en 1994. Photo d’archives (DR)

 

Une femme séduisante, indépendante et sans histoire

Qui était Marie-Michèle Calvez ? En 1994, elle a 40 ans et vit seule dans un pavillon au 13, rue des Hortensias, à Plonéour-Lanvern, sa commune natale. La Bigoudène est une démarcheuse en assurance réputée pour son efficacité. C’est une femme séduisante, indépendante et sans histoire. Qui aurait pu lui en vouloir ? Rapidement, un suspect est dans le viseur : son compagnon de l’époque, un médecin généraliste du coin. Placé en garde à vue, il fut mis hors de cause. Un voisin, ami d’enfance de Marie-Michèle, est également entendu. Lui aussi sera relâché. Reste l’hypothèse d’un crime commis par des marins pêcheurs des Sables-d’Olonne, en bringue chez les Bigoudens. Abandonnée aussi. « Ce n’est pas un crime de rôdeur. L’auteur est quelqu’un qui est proche de Marie-Michèle », assène, avec conviction, Catherine Calvez, qui vit aujourd’hui à Brest.

Une récompense de 50 000 €

Toutes les pistes ont-elles été étudiées ? Peut-être pas. Le dossier criminel est encore ouvert au tribunal de grande instance de Quimper. Des motifs d’espoir sont bien réels. « Un nouveau juge d’instruction a été nommé. Il s’inscrit dans la durée », indique Me Jean-Claude Gourvès. L’avocat de Catherine Calvez, depuis le début de l’affaire, reste « à l’affût du moindre nouvel élément ». À sa demande, les deux enquêteurs de l’époque ont été récemment entendus par le juge d’instruction. Un rebondissement est-il encore possible ? « On y croit », confie l’avocat. En 1998, pour relancer l’affaire, une somme de 50 000 € (300 000 francs à l’époque) avait été débloquée par la famille de la victime pour récompenser toute personne apportant un renseignement capital pour l’enquête. Cette prime est toujours en vigueur.

 

0 commentaire à “Assassinat de Marie-Michèle Calvez en 1994, plus vieux dossier criminel de Quimper”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire


Yin

cuy gracioso 3

Aime le potage

Avis du 3 février 2015

Ce blog a été créé le 6 janvier 2015 pour prendre le relais du Petitcoucou venant d'être suspendu sans préavis ni avertissement en milieu de journée. Ayant eu cette fonction jusqu'au 1er février 2015, il devient un doublon du Petitcoucou suite à la réouverture de ce dernier après trois semaines de suspension, et sa reprise d'activité à compter du 2 février 2015.

Sondage

Aimez-vous ce blog ?

Chargement ... Chargement ...

Calendrier

mars 2020
L Ma Me J V S D
« fév   avr »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

Avis

Les statistiques de ce blog sont bloquées depuis le 21 janvier 2015. Plus aucun compteur n'est incrémenté, ceux des visites du jour restent à zéro, les mises à jour ne se font plus.

Avis du 24 janvier 2015

Mes statistiques "avancées" sont de retour et font apparaître un record de visites le 21 janvier 2015 - record très modeste, mais néanmoins record pour ce blog nouveau-né. En revanche, les statistiques "basiques" sont toujours bloquées. Tout cela m'évoque bien évidemment les petites manies de Cyprien Luraghi qui n'a jamais pu supporter de voir s'envoler le nombre de mes lecteurs, qu'il surveille comme le lait sur le feu depuis la création de mon premier blog, sur Le Post, début septembre 2009.

Avis du 26 janvier 2015

Mes statistiques "basiques" sont de retour. Tout se passe normalement. Le Chinois de Thaïlande est inactif sur ce blog.

Avis du 31 janvier 2015

Mes statistiques "basiques" sont de nouveau bloquées depuis le 29 janvier.

Avis du 1er février 2015

Retour de mes statistiques "basiques".

Avis du 3 février 2015

Statistiques "basiques" de nouveau bloquées depuis le 1er février.

Avis du 6 février 2015

Mes statistiques "basiques" sont de retour. Tout fonctionne.

Avis du 11 février 2015

Mes statistiques "basiques" sont de nouveau bloquées depuis le 8 février.

Avis du 26 février 2015

Statistiques "basiques" enfin débloquées !

Avis du 27 février 2015

Statistiques "basiques" de nouveau bloquées depuis le 26 février. Ce petit jeu pourrait-il cesser ? On n'en voit pas l'intérêt... Complément de 22 h: merci de m'avoir rendu ces statistiques !

Avis du 4 mars 2015

Statistiques "basiques" de nouveau bloquées depuis le 1er mars. Merci de les débloquer et ne plus les bloquer ou les oublier en cet état à l'avenir.

Avis du 7 mars 2015

Statistiques "basiques" bien débloquées. Merci.

Avis du 25 mars 2015

Statistiques "basiques" bloquées depuis le 14 mars.

Avis du 2 avril 2015

Mes statistiques "basiques" sont de retour.

Avis du 26 avril 2015

Les statistiques "basiques" de ce blog sont encore bloquées, depuis le 10 avril 2015.

Avis du 28 avril 2015

Statistiques de retour. Merci.

Avis du 7 mai 2015

Je n'ai de nouveau plus de statistiques "basiques" depuis le 2 mai. Comme pour Petitcoucou, les statistiques "avancées" ont également disparu depuis deux jours.

Avis du 10 mai 2015

Statistiques "basiques" débloquées. Merci. Me manquent encore les statistiques "avancées".

Avis du 14 mai 2015

Toutes mes statistiques sont de retour depuis hier. Merci.

Avis du 3 octobre 2015

Les compteurs de mes statistiques avancées sont tous à zéro depuis le 1er octobre. Merci de me les rendre.

Avis du 5 octobre 2015

Statistiques "avancées" de retour ce soir. Merci.

Visiteurs en ligne

Il y a 6 visiteurs en ligne

Nombre total de visites

Messagerie

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter


#PatinoireHabbo |
Linounaty |
Cybersecuriter |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Peoplenews
| Lebilletdeleticia
| Spcialstarspcialscoopsurtou...