Archives pour mai 2019

Le crash de Mélenchon et LFI ou comment Josette Brenterch du NPA de Brest abat tous ses amis…

… un feuilleton dont on ne se lasse pas…

 

https://actu.orange.fr/politique/apres-la-debacle-l-amorce-de-la-discorde-a-la-france-insoumise-CNT000001g4GXW/photos/le-chef-de-file-de-la-france-insoumise-jean-luc-melenchon-et-la-tete-de-liste-lfi-aux-europeennes-manon-aubry-apres-l-annonce-des-resultats-des-elections-europeennes-le-26-mai-2019-a-paris-b9c70feff36f2e48bc10b4d5127f8e52.html

Après la débâcle, l’amorce de la discorde à La France insoumise

 

Le chef de file de La France insoumise  Jean-Luc Mélenchon et la tête de liste LFI aux européennes Manon Aubry après l'annonce des résultats des élections européennes le 26 mai 2019 à Paris
Le chef de file de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon et la tête de liste LFI aux européennes Manon Aubry après l’annonce des résultats des élections européennes le 26 mai 2019 à Paris
1/2
© AFP, GEOFFROY VAN DER HASSELT

 

 

AFP, publié le mercredi 29 mai 2019 à 16h47

De premières voix discordantes s’élèvent en public, mais les principaux cadres de La France insoumise, éreintée dimanche par la division par trois de son score entre les élections présidentielle et européennes, resserrent pour l’instant les rangs autour de Jean-Luc Mélenchon.

Chez Les Républicains, autres grands perdants du scrutin de dimanche, le débat est parti sur les chapeaux de roue. Mais chez LFI, malgré un score tombé à 6,31% dimanche, loin des 19,58% de Jean-Luc Mélenchon à la présidentielle de 2017, rien n’a filtré de la réunion du groupe parlementaire du mardi matin, le principal lieu de discussion stratégique.

« Ca s’est bien passé, chacun a pu s’exprimer sur ce qu’il pensait de la campagne », se contente de dire à l’AFP le député Eric Coquerel, par ailleurs coordinateur du Parti de gauche, composante fondatrice de LFI.

La députée Clémentine Autain a pourtant ouvert le débat, dès dimanche soir puis les jours suivants: « Ce qui est en cause, c’est la ligne politique de LFI », a-t-elle attaqué dans les médias. Elle a aussi déploré « la récurrence de formulations » visant à « cliver », ainsi que « des murs » dressés « là où il aurait davantage fallu chercher à construire des passerelles ».

D’autres reproches ont surgi sur les réseaux sociaux, venant par exemple de Manon Le Bretton, responsable de l’Ecole de formation insoumise: « Épuisée par cette campagne. Pas tant par l’énergie déployée sur le terrain, que par les désaccords et alertes que j’ai exprimés en interne quant à la ligne adoptée, qui abandonnait le travail remarquable engagé en 2017″, a-t-elle tweeté. « Je pleure d’avoir eu raison, avec d’autres. »

Elle fait notamment allusion au manque de structures de décision collective sur la stratégie, qui s’est soldé par plusieurs départs. « Cet échec doit amener LFI à se régénérer » autour d’une « ligne co-construite avec les militants », résume auprès de l’AFP un candidat aux européennes.

- « Illisible » -

Selon un cadre insoumis, « ça tangue déjà » mais « rien ne se dessine clairement ». Il prévient: « Soit les dirigeants ont une réaction intelligente pour repenser le mouvement » de manière aussi démocratique que ses idéaux, « soit LFI se +cornérise+ encore plus ».

Pour l’instant, les lieutenants de M. Mélenchon sont plutôt montés au créneau pour relativiser la défaite. Le député Alexis Corbière a déploré que Clémentine Autain soit « allée à la radio avant qu’on ne se réunisse », taclant: « Ca ne sert à rien de chercher à tirer son aiguille personnelle ».

LFI n’a certes « pas su montrer à ceux qui souffrent du système que l’enjeu était tel qu’il fallait se déplacer et voter pour nous », mais « c’est une élection qui est très dure pour nous, où notre électorat populaire s’abstient considérablement », a déclaré Eric Coquerel.

« C’est du pipeau! C’était un scrutin national, un point de passage vers la présidentielle », cingle François Cocq, ancien orateur national LFI congédié d’un tweet par Jean-Luc Mélenchon en janvier, mais qui entend continuer à militer. Il critique la stratégie d’ouverture à gauche de LFI, qui a par exemple accueilli à l’automne une partie de l’aile gauche du PS: « On a préféré, en vue des élections locales à venir, retourner à la tambouille. Les municipales vont être une pagaille incroyable pour LFI qui sera illisible ».

« On n’est pas dans les guéguerres personnelles, tout le monde a le droit de s’exprimer », assure à l’AFP Muriel Ressiguier, une autre députée. Cependant, « on s’est dit qu’il ne fallait pas réagir à chaud, chacun va réfléchir ».

L’éventuel impact de la colère médiatisée de M. Mélenchon durant les perquisitions au siège de LFI en octobre? « D’habitude, ce qui se passe, c’est que tout le monde la ferme, ça ne discute pas », croit savoir un ancien du mouvement, pour qui « Mélenchon envoie bouler (toute personne critique), qu’il classe ensuite comme pas fiable ».

Même dans les troupes à la base, « l’analyse est assez pauvre », témoigne un militant nordiste qui amorce une prise de recul, critiquant des décisions « de plus en plus opportunistes » de M. Mélenchon et ses proches. Il soupire: « Les militants ont été enfermés et s’enferment eux-mêmes dans un honneur militant, donc ils obéissent ».

 

https://www.francetvinfo.fr/elections/europeennes/abandonner-le-populisme-sortir-de-la-dependance-a-melenchon-apres-les-europeennes-les-insoumis-s-interrogent-sur-leur-avenir_3464141.html

Abandonner le populisme, sortir de la dépendance à Mélenchon… Après les européennes, les « Insoumis » s’interrogent sur leur avenir

 

Avec 6,31% des voix, La France insoumise a échoué, dimanche, à s’imposer comme la troisième force politique du pays et son leader fait l’objet de nombreuses critiques en interne.

Jean-Luc Mélenchon et Manon Aubry lors d\'un discours adressé aux militants de La France insoumise, le 26 mai 2019 à Paris, au soir des élections européennes.
Jean-Luc Mélenchon et Manon Aubry lors d’un discours adressé aux militants de La France insoumise, le 26 mai 2019 à Paris, au soir des élections européennes. (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)

Elle n’a attendu que quelques heures avant de tirer la première. Dans un entretien publié lundi 27 mai par L’Obs, Clémentine Autain accuse la « ligne politique » de La France insoumise (LFI) d’être à l’origine de la débâcle survenue la veille, lors des élections européennes : avec 6,31% des voix, la formation n’a pas réussi à émerger comme la troisième force politique du pays, se retrouvant même derrière Les Républicains, affaiblis comme jamais.

Trop de « formulations » visant à « cliver », « de murs » érigés « là où il aurait davantage fallu chercher à construire des passerelles »… La députée « insoumise » de Seine-Saint-Denis ne ménage pas ses critiques, y compris contre la direction du parti, accusant en creux Jean-Luc Mélenchon de faire preuve d’autoritarisme dans le fonctionnement du mouvement.

J’ai posé la question du pluralisme et de la démocratie interne il y a plus d’un an. Cela avait été très fraîchement accueilli à l’époque. On nous avait promis des changements à l’été, un meilleur fonctionnement de l’espace politique… Mais rien n’a été fait en ce sens.Clémentine Autainà « L’Obs »

Les reproches de Clémentine Autain sonnent d’autant plus fort dans le mouvement qu’à la différence des Républicains, qui ont mis directement en cause Laurent Wauquiez dès la publication des résultats, les « Insoumis » ont serré les rangs dimanche soir. La consigne est alors de « ne pas faire d’autocritique », selon les informations du Monde. Devant des militants réunis dans un bar parisien, Jean-Luc Mélenchon concède tout juste que son camp doit « assumer [ses] responsabilités ». « C’est l’heure des combats et des caractères », lâche-t-il encore d’une voix lasse.

Malgré l’unité de façade affichée au soir des élections, la débâcle des européennes suscite pourtant de profondes interrogations sur l’évolution du mouvement.

Populisme ou gauche radicale ?

Deux camps se font face et se reprochent mutuellement d’avoir précipité l’échec de la campagne de Manon Aubry. L’un prône un retour aux fondamentaux de la campagne présidentielle, avec un discours populiste débarrassé de toute référence à la gauche – « Je pense que ces forces politiques ont été sanctionnées, balayées », a notamment estimé Alexis Corbière sur BFMTV mardi soir. En se recentrant sur le dégagisme et la mise en place d’une VIe République moins présidentielle, ce camp espère séduire les abstentionnistes et les « gilets jaunes », qui rêvent de référendum d’initiative citoyenne et de démocratie directe.

Le camp d’en face, incarné par Clémentine Autain, plaide de son côté pour un positionnement de gauche radicale assumé, avec de possibles ouvertures. « Cela suppose évidemment d’avoir des partenaires et de faire vivre le pluralisme », précise la députée à L’Obs.  »C’est exactement ce qui a été fait avec Manon Aubry [ex-porte-parole de l'ONG Oxfam, désignée tête de liste aux européennes]« , réplique froidement l’ancienne porte-parole Raquel Garrido, toujours proche du mouvement, dans une vidéo diffusée sur le site de Regards. « Fondamentalement, la ligne Autain a été mise en œuvre [et] elle a pris 6% », tâcle-t-elle.

« Ce n’est jamais le bon moment pour discuter »

Au-delà du positionnement politique, les discussions portent de plus en plus sur l’organisation du mouvement et sur l’opacité de son fonctionnement, basé sur la garde rapprochée qui entoure Jean-Luc Mélenchon. « Que ce soit la ligne ou la stratégie… Ce n’est jamais le bon endroit ou le bon moment pour discuter », résume un ancien « Insoumis », interrogé par franceinfo. « Nous sommes mis devant le fait accompli. Quand Jean-Luc a annoncé sa proposition de fédération populaire [des échanges entre militants en dehors des appareils], tous les militants de LFI et la quasi-totalité des cadres l’ont appris dans Libération.« 

Ces critiques font écho aux départs contraints ou spontanés des derniers mois. Au mois de janvier, par exemple, Jean-Luc Mélenchon annonce sur Twitter le « bannissement » de son « orateur national », François Cocq. Dans un courrier adressé à la direction, révélé par Le Monde, plusieurs cadres dénoncent alors la « brutalité » de cette annonce publique et insistent sur la nécessaire  »diversité » des personnalités  »fidèles » au programme. L’affaire renforce encore l’image d’un dirigeant retranché derrière un état-major resserré. Un reproche balayé en avril par Jean-Luc Mélenchon, dans Libération.

LFI, c’est 4 000 comités qui fonctionnent en autonomie. Le temps long est géré par le siège du mouvement, avec des campagnes nationales décidées par les adhérents. Le groupe parlementaire gère le temps court des réactions à l’actualité.Jean-Luc Mélenchonà « Libération », en avril

Le fonctionnement était déjà « vertical » au moment de la présidentielle, assure un cadre à franceinfo, tout en précisant que l’équipe du dirigeant était alors davantage étoffée : cela « offrait davantage de possibilités pour un débat contradictoire ». Lors de ces européennes, ce cercle  »s’est réduit et le fonctionnement s’est opacifié », déplore-t-il.

Les perquisitions ont eu « un impact négatif »

Ces élections ont également constitué un test sérieux pour Jean-Luc Mélenchon, après l’épisode des perquisitions d’octobre menées au siège de LFI et chez certains de ses responsables. Les images de son coup de sang avaient tourné en boucle et 59% des Français interrogés alors par l’Ifop retenaient l’adjectif « inquiétant » pour qualifier le dirigeant, soit une hausse de 21 points par rapport au mois d’avril 2017. « Une véritable rupture d’opinion », analysait l’institut de sondage, évoquant un phénomène « très rarement observé (…) s’agissant d’une personnalité politique ».

« C’était sans doute l’objectif, mais ces perquisitions ont peut-être eu un impact négatif. Cela nous a affectés collectivement », reconnaît Sergio Coronado, ex-député écologiste passé sous la bannière LFI en 2017. Un autre candidat aux européennes interrogé par franceinfo ajoute que les militants ont « senti l’onde de choc qui a suivi l’épisode, augmentée en partie par les médias ». Ceux-ci ont parfois « été confrontés à des réactions récurrentes sur le terrain, sur les marchés. Ils ont constaté que cela avait fait du tort à Jean-Luc Mélenchon », figure presque exclusive du mouvement pour de nombreux Français.

L’émergence de nouvelles personnalités prend du temps et la jeune génération incarnée par Adrien Quatennens ou Mathilde Panot peine encore à se faire un nom auprès du grand public. Un ancien cadre de LFI juge avec sévérité cette situation, accusant Jean-Luc Mélenchon d’absorber toute la lumière médiatique.

Jean-Luc Mélenchon a systématiquement tenu à l’écart les profils susceptibles de lui faire de l’ombre. Citez-moi un quinquagénaire médiatique, hormis Alexis Corbière, d’une totale loyauté ?Un ancien cadre de LFIà franceinfo

Danielle Simonnet, de son côté, estime que le dirigeant a toujours « favorisé l’émergence de nouvelles figures » dans le groupe qu’il préside à l’Assemblée. « Adrien Quatennens s’est illustré dès le début de la loi Travail, tout comme Mathilde Panot sur les questions écologistes », rappelle la coordinatrice du Parti de gauche. Suffisant ? « A l’heure actuelle, le mouvement ne repose plus que sur un groupe de 17 élus parlementaires, fait remarquer un cadre. Cela ne leur laisse pas le temps de faire vivre le mouvement. »

« Jean-Luc Mélenchon est le moteur »

Ces thèmes devraient prochainement nourrir les réflexions internes. Afin de redonner du souffle au projet, Danielle Simonnet plaide pour la création d’un « espace de coordination » entre les différentes composantes du mouvement (espaces nationaux, groupes d’action locaux…) « toutes les semaines ou tous les quinze jours ». Celui-ci pourrait par exemple accueillir des représentants des députés et eurodéputés du mouvement. « Nous l’avons toujours souhaité et cela devient plus important aujourd’hui », fait valoir l’élue parisienne. En début d’année, cet espace de dialogue avait pourtant été promis « d’ici les européennes » par Manuel Bompard, proche de Jean-Luc Mélenchon à la tête de l’équipe opérationnelle.

Pour autant, hors de question de remettre en cause la position centrale du tribun. Mais son avenir au sein de LFI pour les prochaines échéances électorales est, selon Danielle Simonnet, « une fausse question ». L’élection présidentielle « me paraît très très loin », préfère temporiser Sergio Coronado. « Mais quand on a réuni 19% [au premier tour de la présidentielle de 2017], on a selon moi des options sérieuses pour être candidat », ajoute l’ancien écologiste, alors que certains imaginent déjà le député picard François Ruffin porter les couleurs de LFI en 2022.

Les proches de Jean-Luc Mélenchon, eux, sont rapidement montés au front. « Il est quand même le moteur de ce que nous faisons, a rappelé Alexis Corbière sur BFMTV. C’est lui qui a fait émerger ce mouvement nouveau à hauteur de près de 20% [en 2017], c’est lui qui rassemble énormément de gens dans nos meetings. » « Il n’y a pas de dépendance à Jean-Luc Mélenchon, précise le cadre anonyme contacté par franceinfo. Un mouvement populiste s’appuie justement sur la figure d’un tribun : c’est théorisé et assumé. »

 

Jean-Luc Mélenchon : la débâcle…

Et voilà !

Le NPA n’existe plus, au moins à Brest où ses anciens militants se retrouvent quasiment tous à LFI, qui à son tour se fait dégager par l’électeur, la démocratie, le peuple souverain…

Conclusion : partout où ils se présentent, les assassins d’ingénieurs, Rouillan et toute sa clique terro sont massivement rejetés, la France dans son ensemble condamne leurs exactions et ne veut pas davantage de révolution communiste.

Quant au fer de lance et double astrologique Jean-Marc Donnadieu de Béziers… ne pouvant plus cacher son anxiété, il me visite maintenant plusieurs fois par jour, cinq pour la seule journée d’hier…

 

https://www.bfmtv.com/politique/apres-le-coup-de-massue-des-europeennes-les-insoumis-tentent-peniblement-d-analyser-leur-defaite-1700328.html

Après le coup de massue des européennes, les insoumis tentent d’analyser leur défaite

 

27/05/2019 à 20h36 Mis à jour le 27/05/2019 à 23h05
Jean-Luc Mélenchon et Manon Aubry, le soir des résultats des élections européennes, le 26 mai 2019

Jean-Luc Mélenchon et Manon Aubry, le soir des résultats des élections européennes, le 26 mai 2019 – AFP – Geoffroy Van der Hasselt

 

Dimanche soir, le mouvement de Jean-Luc Mélenchon a subi une véritable déroute électorale, recueillant péniblement 6,3% des suffrages. Un score qui risque d’affaiblir durablement La France insoumise au sein de la gauche.

 

Jean-Luc Mélenchon n’en est pas à sa première déconvenue politique. Sa carrière est parsemée de moments de désillusion, à la suite desquels l’ancien socialiste a pour habitude de prendre du champ, avant tout pour retrouver le moral.

Dimanche soir, aux européennes, son mouvement La France insoumise (LFI) a subi une véritable déroute électorale, n’atteignant que 6,3% des suffrages exprimés. Par rapport à l’élection présidentielle de 2017 et les 19,58% recueillis alors par Jean-Luc Mélenchon, l’écart est immense. Et ce alors que LFI s’était donné pour objectif de démontrer son hégémonie sur la gauche. Ou, du moins, sa position de force, sa cohérence idéologique et sa capacité d’entraînement populaire.

Changement de braquet

Ce lundi, la plupart des cadres insoumis ont encore du mal à réaliser ce qu’il s’est produit. La gueule de bois est palpable. Au début de la campagne, Jean-Luc Mélenchon espérait miser sur son électorat de la présidentielle, le plus massif, mais aussi le plus friable, le plus hétérogène.

En cours de route, constatant que les choses ne décollaient pas du tout, la liste conduite par Manon Aubry a changé de braquet. Désormais, il fallait viser l’électorat des dernières législatives, celles où LFI avait recueilli 11,03% des suffrages (avec plus de 50% d’abstention).

« Si on dépasse 10%, c’est bien. Si on est dessous, c’est une défaite sévère », prévenait un membre de l’entourage du chef auprès de BFMTV.

Dégagistes victimes du dégagisme

Au final, les insoumis se trouvent très largement dépassés par Europe Écologie-Les Verts, dont la liste, emmenée par Yannick Jadot, a réalisé une surprenante percée avec 13,5% des voix. Un hold-up sur une partie de l’électorat de la gauche (mais aussi du centre) qui décontenance les proches de Jean-Luc Mélenchon.

« L’électorat LFI ne s’est pas reporté sur le Rassemblement national, il s’est reporté sur les Verts, sur d’autres formations politiques. Donc ce ne sont pas des gens qui ont choisi un vote de colère, ce sont des gens qui, tout simplement, ont arrêté de voter pour nous, et ont voté pour d’autres, ou n’ont pas voté du tout », déclare l’un d’entre eux à BFMTV.

Certains viennent à se dire victimes à leur tour, après l’avoir prôné durant la campagne présidentielle, d’une forme de « dégagisme »:

« La vague nous a touchés, c’est tout. Les classes populaires, de toute évidence, on ne leur fait plus envie. On s’est polarisé sur les gilets jaunes, mais est-ce que les gilets jaunes représentent toutes les classes populaires? La réponse est non. Et tous ces gens ne se reconnaissent plus chez nous. »

« On en a fait des tonnes, avec les gilets jaunes… »

De cette perplexité ressort le clivage stratégique fondamental qui perdure au sein de La France insoumise: celui qui sépare ceux qui entendent fédérer la gauche de ceux qui veulent « fédérer le peuple ». S’ajoute à cela l’équation personnelle de Jean-Luc Mélenchon, mise à mal par l’épisode des perquisitions au siège de LFI et de sa réaction fulminante face aux enquêteurs.

Pour un historique du parti, la défaite de dimanche est une « conséquence de fautes cumulées: les perquisitions, les distances prises avec la gauche, le ‘eux et nous’, la haine plutôt que l’espoir ». Et de poursuivre son diagnostic sans concession:

« Et puis les gilets jaunes, les gilets jaunes, on en a fait des tonnes, avec les gilets jaunes… Résultat, ils ont voté à 50% pour le RN, les gilets jaunes! Perméabilité nulle. Le référendum anti-Macron, c’était surtout bon pour Le Pen. Notre formation est totalement mise à l’écart. Le maintien du mouvement se pose. »

Les démissionnaires confortés?

Ceux qui ont quitté le mouvement, dont la liste s’est allongée au fil des mois, jugent aujourd’hui leur choix plus justifié que jamais.

« C’est étonnant de voir à quel point on avait raison. Après cet effondrement de la FI, il va être très dur de remonter la pente. L’adoption de la ligne populiste, c’est ce qui nous avait permis de frôler les 20% à la présidentielle. Cette ligne-là a été abandonnée, on en voit les conséquences. À l’heure actuelle, la FI est aussi faible que la droite. C’est une défaite », constate un ancien de la maison Mélenchon.

Pour cet ex-insoumis, « tous les gains » récoltés en 2017 ont été perdus. « La structure gazeuse montre ses limites. On n’a aucun endroit pour parler », déplore-t-il, pointant du doigt la structure atypique du mouvement. Un sujet de crispation qui a, à maintes reprises, secoué LFI en interne. Récemment, ce fut à l’occasion du départ tonitruant du politologue Thomas Guénolé. À quelques jours du scrutin, le conseiller régional d’Île-de-France, Andréa Kotarac, a porté l’estocade en quittant LFI pour voter RN. Un symbole dévastateur.

Ruffin se tient à l’écart

Et maintenant, où va-t-on? Difficile d’y voir clair. Le député électron libre François Ruffin, à qui certains prêtent un conflit d’ambitions avec Jean-Luc Mélenchon, compte bien préserver son autonomie. Notamment à l’Assemblée nationale, où il planche sur divers dossiers, comme la privatisation d’Aéroports de Paris, objet d’un référendum d’initiative partagée. Son entourage assure auprès de BFMTV qu’il se tient bien à l’écart du bilan des européennes.

Un proche du mouvement résume bien l’impasse dans laquelle se trouve désormais le mouvement:

« Si on avait été à 9, 10%, c’aurait été une bonne occasion de remettre sur la table des débats qu’on n’a pas eus depuis deux ans, de changer de ligne, de faire évoluer notre offre. Mais avec 6%, qu’est-ce que tu veux faire évoluer? »

Jules Pecnard et Anne Saurat-Dubois

 

 

https://www.francetvinfo.fr/politique/la-france-insoumise/resultats-europeennes-2019-apres-la-debacle-de-lfi-clementine-autain-remet-en-cause-la-ligne-politique-du-parti_3463855.html

Résultats européennes 2019 : après la débâcle de LFI, Clémentine Autain remet en cause « la ligne politique » du parti

 

La députée de Seine-Saint-Denis est l’une des rares élus LFI à critiquer la ligne adoptée par Jean-Luc Mélenchon.

Clémentine Autain sur le plateau de France 2, le 24 janvier 2019. 

Clémentine Autain sur le plateau de France 2, le 24 janvier 2019.  (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)

 

Pour Clémentine Autain, c’est « la ligne politique » de La France insoumise « qui est en cause » après la débâcle subie par son parti lors des élections européennes. Dans une interview accordée à l’Obs (article payant), la députée de Seine-Saint-Denis tire des leçons après ce scrutin et s’en prend à Jean-Luc Mélenchon, déplorant l’accente mis sur « le ressentiment » et le « clash » depuis deux ans.

L’état d’esprit polémique et clivant a sans doute pris le dessus sur la mise en avant de notre vision du monde et de nos propositions. Or notre famille politique prospère quand elle s’appuie sur le ressort de l’espérance et non sur celui de la haine.Clémentine Autainà l’Obs

Pour Clémentine Autain, si LFI a récolté 6,31% des voix, loin des 19,58% obtenus par Jean-Luc Mélenchon au premier tour de l’élection présidentielle, c’est parce que ses électeurs « ont été désarçonnés ou mécontents de la proposition politique qu’on leur a faite ». En 2017, « on avait eu un Mélenchon rassembleur » qui « avait réussi à faire le plein au sein de la gauche radicale et à capter un électorat déçu du PS » mais « ce capital politique s’est érodé », juge-t-elle. « La séquence des perquisitions », menées en octobre au siège de LFI et au domicile de Jean-Luc Mélenchon « a évidemment pesé mais ce n’est pas le seul paramètre ».

« Des murs » plus que « des passerelles »

La parlementaire déplore « la récurrence de formulations » visant à « cliver » ainsi que les « murs » dressés « là où il aurait davantage fallu chercher à construire des passerelles ». Elle cite pour exemple le « Manifeste pour l’accueil des migrants », publié en septembre par l’hebdomadaire Politis, Mediapart et la revue Regards qu’elle co-dirige. Jean-Luc Mélenchon et  a fait le choix « d’entrer en opposition frontale avec les signataires » de ce texte, accuse-t-elle.

Cela veut-il dire que Jean-Luc Mélenchon n’est plus candidat naturel de LFI pour la présidentielle de 2022 ? « Ce n’est pas le sujet. La discussion que nous devons avoir, c’est quelle stratégie et comment on se met en mouvement pour reconstruire une perspective de transformation sociale et écologiste », répond Clémentine Autain.

Et d’ajouter : « j’ai posé la question du pluralisme et de la démocratie interne il y a plus d’un an. Cela avait été très fraîchement accueilli à l’époque. On nous avait promis des changements à l’été, un meilleur fonctionnement de l’espace politique… Mais rien n’a été fait en ce sens ».

 

 

https://www.lepoint.fr/politique/mais-ou-sont-passes-les-electeurs-de-jean-luc-melenchon-28-05-2019-2315433_20.php

Mais où sont passés les électeurs de Jean-Luc Mélenchon  ?

 

Entre démobilisation électorale et désaveu politique, la sentence infligée à La France insoumise est terrible. Simple accident ou crépuscule du mouvement ?

 

Par

Modifié le 28/05/2019 à 11:28 – Publié le 28/05/2019 à 07:31 | Le Point.fr

 

Plus qu’un doute, c’est un désaveu clair et massif. Avec seulement 6,31 % des suffrages exprimés (soit 1 428 386 votes), La France insoumise n’arrive qu’en cinquième position de ces élections européennes, derrière les listes RN, LREM-MoDem, Europe Écologie et Union droite-centre. Il s’agit là d’un coup dur à encaisser pour un mouvement politique qui aimait jusqu’alors se présenter comme la première force d’opposition à Emmanuel Macron – en dépit d’un groupe de parlementaires restreint. Même sur ses terres marseillaises, le leader de La France insoumise n’a pas su convaincre : sa liste conduite par Manon Aubry ne récolte qu’un petit 8,2 %, guère plus convaincant que son score national. Qu’est-il arrivé à La France insoumise  ? L’électorat de Jean-Luc Mélenchon se serait-il évaporé  ? Les Insoumis seraient-ils lassés  ?

Lire aussi Coignard - Mélenchon : après le gilet jaune, la veste verte !

D’après l’étude Ifop-Fiducial du 27 mai 2019, près de 53 % des électeurs de Jean-Luc Mélenchon au premier tour de la présidentielle sont restés chez eux dimanche dernier, un record de démobilisation électorale, à rebours de la forte mobilisation hexagonale. Cette démotivation des électeurs insoumis pourrait s’expliquer par la mauvaise séquence politique spectaculaire que vient de traverser Jean-Luc Mélenchon, perquisitionné dans le cadre de l’enquête sur le financement de sa campagne.

Lire aussi Plan B : ce document que Mélenchon voudrait oublier

L’électorat de Jean-Luc Mélenchon s’est transféré vers d’autres listes de gauche.

Si la passion des électeurs insoumis semble s’étioler, elle n’explique qu’en partie l’effondrement du mouvement dans les urnes, dont le score de la présidentielle de 19,58 % des suffrages exprimés a été divisé par trois (7 059 951 électeurs votant pour Jean-Luc Mélenchon au premier tour de la présidentielle). Chez les électeurs de La France insoumise de la présidentielle au premier tour, « seuls 36 % ont reconfirmé leur choix aux européennes, c’est un niveau très faible », commente Fédérico Vacas, directeur adjoint du département politique chez Ipsos. « La France insoumise n’est pas le seul parti touché par ce désaveu ; seuls 34 % des électeurs de François Fillon ont voté pour Les Républicains à ces européennes. » Pour ce spécialiste de l’opinion, il faut aussi prendre en compte l’éclatement de la gauche en quatre listes contre seulement deux lors de la présidentielle de 2017 : « Sans surprise, l’électorat de Jean-Luc Mélenchon s’est transféré vers d’autres listes de gauche. »

Lire aussi Comment Mélenchon peut invectiver impunément sur son blog

Enfin, le profil de l’électorat de La France insoumise évolue. Les jeunes, qui représentaient 30 % des voix LFI en 2017, se sont massivement transférés vers la liste écologiste menée par Yannick Jadot, arrivé en troisième position. « L’électorat de La France insoumise s’est rétréci vers son noyau dur. Les classes populaires semblent moins séduites et la liste réalise ses meilleurs scores avec les professions intermédiaires et employés », commente Fédérico Vacas. Reste que la sentence infligée à La France insoumise est terrible.

Sur le même sujet

Coignard – Mélenchon : après le gilet jaune, la veste verte !

 

 

Satanistique.blogspot.fr

Page View Activity

Date Heure Syst?me Location / Language Host Name/Web Page/Referrer
28 May 09:47:37 Chrome 74.0
Win7
1920×1080
Jean-Luc Mélenchon : la débâcle... dans AC ! Brest fr Paris,
Ile-de-France,
France / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (185.56.160.105)  

(Pas de lien r?f?rant)
27 May 13:52:55 Chrome 74.0
Win7
1920×1080
fr dans Attentats Paris,
Ile-de-France,
France / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (185.56.160.107)  

(Pas de lien r?f?rant)
27 May 13:28:44 Chrome 74.0
Win7
1920×1080
fr dans Calomnie Paris,
Ile-de-France,
France / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (185.56.160.107)  

(Pas de lien r?f?rant)
27 May 13:00:54 Chrome 74.0
Win7
1920×1080
fr dans Corruption Paris,
Ile-de-France,
France / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (185.56.160.107)  

(Pas de lien r?f?rant)
27 May 10:28:12 Chrome 74.0
Win7
1920×1080
fr dans Crime Paris,
Ile-de-France,
France / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (185.56.160.112)  

(Pas de lien r?f?rant)
27 May 04:37:01 Chrome 74.0
Win7
1920×1080
fr dans Folie Paris,
Ile-de-France,
France / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (185.56.160.108)  

(Pas de lien r?f?rant)
26 May 11:18:35 Chrome 74.0
Win7
1920×1080
fr dans LCR - NPA Paris,
Ile-de-France,
France / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (185.56.160.114)  

(Pas de lien r?f?rant)
25 May 16:48:10 Chrome 74.0
Win7
1920×1080
fr dans Le Post Paris,
Ile-de-France,
France / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (185.56.160.111)  

(Pas de lien r?f?rant)
25 May 10:31:30 Chrome 74.0
Win7
1920×1080
fr dans Luraghi Paris,
Ile-de-France,
France / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (185.56.160.111)  

(Pas de lien r?f?rant)
25 May 04:39:04 Chrome 74.0
Win7
1920×1080
fr dans NEMROD34 Paris,
Ile-de-France,
France / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (185.56.160.101)  

(Pas de lien r?f?rant)
24 May 04:40:55 Chrome 74.0
Win7
1920×1080
fr dans Pédophilie Paris,
Ile-de-France,
France / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (185.56.160.11)  

(Pas de lien r?f?rant)
23 May 15:50:12 Chrome 74.0
Win7
1920×1080
fr dans Perversité Paris,
Ile-de-France,
France / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (185.56.160.11)  

(Pas de lien r?f?rant)
23 May 11:01:54 Chrome 74.0
Win7
1920×1080
fr dans Politique Paris,
Ile-de-France,
France / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (185.56.160.11)  

(Pas de lien r?f?rant)
22 May 10:15:09 Chrome 74.0
Win7
1920×1080
fr dans Rue89 Paris,
Ile-de-France,
France / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (185.56.160.11)  

(Pas de lien r?f?rant)
22 May 04:50:06 Chrome 74.0
Win7
1920×1080
fr dans Sceptiques du Québec Paris,
Ile-de-France,
France / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (185.56.160.11)  

(Pas de lien r?f?rant)
20 May 16:08:11 Chrome 74.0
Win7
1920×1080
fr dans Ufoscepticisme Paris,
Ile-de-France,
France / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (185.56.160.11)  

(Pas de lien r?f?rant)
20 May 04:31:44 Chrome 74.0
Win7
1920×1080
fr Paris,
Ile-de-France,
France / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (185.56.160.11)  

(Pas de lien r?f?rant)
19 May 10:36:11 Chrome 74.0
Win7
1920×1080
fr Paris,
Ile-de-France,
France / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (185.56.160.11)  

(Pas de lien r?f?rant)
18 May 04:50:47 Chrome 74.0
Win7
1920×1080
fr Paris,
Ile-de-France,
France / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (185.56.160.11)  

(Pas de lien r?f?rant)
17 May 10:49:54 Chrome 74.0
Win7
1920×1080
fr Paris,
Ile-de-France,
France / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (185.56.160.22)  

17 May 10:49:36 Chrome 74.0
Win7
1920×1080
fr Paris,
Ile-de-France,
France / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (185.56.160.22)  

(Pas de lien r?f?rant)
17 May 04:55:10 Chrome 74.0
Win7
1920×1080
fr Paris,
Ile-de-France,
France / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (185.56.160.22)  

(Pas de lien r?f?rant)
16 May 18:18:26 Chrome 74.0
Win7
1920×1080
fr Paris,
Ile-de-France,
France / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (185.56.160.22)  

(Pas de lien r?f?rant)
16 May 10:48:55 Chrome 74.0
Win7
1920×1080
fr Paris,
Ile-de-France,
France / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (185.56.160.22)  

(Pas de lien r?f?rant)
15 May 10:41:05 Chrome 74.0
Win7
1920×1080
fr Paris,
Ile-de-France,
France / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (185.56.160.22)  

15 May 10:40:43 Chrome 74.0
Win7
1920×1080
fr Paris,
Ile-de-France,
France / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (185.56.160.22)  

(Pas de lien r?f?rant)
15 May 09:45:31 Chrome 74.0
Win7
1920×1080
fr Paris,
Ile-de-France,
France / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (185.56.160.22)  

(Pas de lien r?f?rant)
15 May 05:06:48 Chrome 74.0
Win7
1920×1080
fr Paris,
Ile-de-France,
France / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (185.56.160.22)  

(Pas de lien r?f?rant)
14 May 04:52:11 Chrome 74.0
Win7
1920×1080
pk Islamabad,
Pakistan / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (185.56.163.28)  

(Pas de lien r?f?rant)
13 May 10:50:33 Chrome 74.0
Win7
1920×1080
pk Islamabad,
Pakistan / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (185.56.163.28)  

(Pas de lien r?f?rant)
13 May 04:31:46 Chrome 74.0
Win7
1920×1080
pk Islamabad,
Pakistan / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (185.56.163.28)  

13 May 04:30:48 Chrome 74.0
Win7
1920×1080
pk Islamabad,
Pakistan / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (185.56.163.28)  

(Pas de lien r?f?rant)
12 May 19:35:21 Chrome 74.0
Win7
1920×1080
pk Islamabad,
Pakistan / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (185.56.163.28)  

(Pas de lien r?f?rant)
12 May 11:45:22 Chrome 74.0
Win7
1920×1080
pk Islamabad,
Pakistan / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (185.56.163.28)  

12 May 11:35:55 Chrome 74.0
Win7
1920×1080
pk Islamabad,
Pakistan / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (185.56.163.28)  

(Pas de lien r?f?rant)
11 May 16:29:35 Chrome 74.0
Win7
1920×1080
pk Islamabad,
Pakistan / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (185.56.163.28)  

(Pas de lien r?f?rant)
11 May 04:58:13 Chrome 74.0
Win7
1920×1080
us New York,
United States / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (185.56.163.193)  

10 May 12:19:23 Chrome 74.0
Win7
1920×1080
us New York,
United States / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (185.56.163.193)  

(Pas de lien r?f?rant)
10 May 10:19:31 Chrome 74.0
Win7
1920×1080
us New York,
United States / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (185.56.163.193)  

(Pas de lien r?f?rant)
10 May 10:18:41 Chrome 74.0
Win7
1920×1080
us New York,
United States / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (185.56.163.193)  

(Pas de lien r?f?rant)
10 May 05:00:03 Chrome 74.0
Win7
1920×1080
us New York,
United States / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (185.56.163.193)  

9 May 10:28:09 Chrome 74.0
Win7
1920×1080
us New York,
United States / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (185.56.163.193)  

9 May 10:24:24 Chrome 74.0
Win7
1920×1080
us New York,
United States / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (185.56.163.193)  

(Pas de lien r?f?rant)
8 May 12:50:21 Chrome 74.0
Win7
1920×1080
us New York,
United States / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (185.56.163.193)  

(Pas de lien r?f?rant)

 

Date Heure Syst?me Location / Language Host Name/Web Page/Referrer
6 May 17:25:09 Chrome 74.0
Win7
1920×1080
fr Lieuran-lès-béziers,
Languedoc-Roussillon,
France / fr-fr
Free Sas (78.220.74.62)  

https://www.google.com/

6 May 09:08:23 Chrome 74.0
Win7
1920×1080
gb Whitechapel,
Tower Hamlets,
United Kingdom / fr-fr
M247 Ltd (217.151.98.54)  

(Pas de lien r?f?rant)
4 May 10:47:06 Chrome 74.0
Win7
1920×1080
ro Bucarest,
Bucuresti,
Romania / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (185.56.162.43)  

(Pas de lien r?f?rant)

 

L’ancien riverain de Rue89 « Homere » toujours très inspiré…

On le trouve maintenant sur Twitter, comme bien d’autres, ici :

https://twitter.com/HomereHoupette/with_replies

Un exemple récent de ses aphorismes sur ce média, ce jour 22 mai 2019 à 11h28 :

 

L'ancien riverain de Rue89

 

De quoi se mêle Jean-Luc Mélenchon ?

C’est la question que posait, très fâchée, la présidente géorgienne la semaine dernière (voir ci-dessous).

C’est amusant, cette propension des deux doubles astrologiques Jean-Luc Mélenchon et Jean-Marc Donnadieu de Béziers à s’attirer les mêmes réponses…

Pour mémoire, je recolle ci-dessous une copie de mon article du 26 mai 2010 sur mon ancien blog « Un petit coucou » sur la plateforme de blogs OVERBLOG (cliquer sur l’image pour l’agrandir et lire le texte) :

 

2010-05-26 De quoi se mêle Jean-Marc Donnadieu  - Un petit coucou

 

Sachant que je publiais automatiquement toute nouvelle menace ou dénonciation calomnieuse de mes harceleurs, le pervers Jean-Marc Donnadieu m’avait envoyé par courrier électronique une copie assortie de nouvelles menaces de la dénonciation calomnieuse qu’il venait d’adresser à mon hébergeur de blog OVERBLOG.

Ainsi était-il assuré que je la publierais, ce qu’il attendait pour porter plainte contre moi pour avoir soi-disant publié un courrier électronique « privé »…

Fin décembre 2011, il expliquera dans un très long texte publié sur l’un de ses sites personnels depuis tous disparus qu’il était intervenu sur mon blog à compter du 13 avril 2010 dans le but de venir en aide à ses amis de la bande de « déconnologues » du malade mental extrêmement dangereux Pascal Edouard Cyprien Luraghi, lesquels avaient échoué le 10 avril 2010 à obtenir de mon hébergeur la suppression de mon blog, alors ouvert depuis tout juste deux semaines.

Par ailleurs, l’un d’eux, le résident thaïlandais pseudonymé « Homere », tout comme Jean-Marc Donnadieu originaire de l’Hérault, ayant notamment fréquenté l’université de Montpellier, avait déjà expliqué au mois d’octobre 2010 avoir organisé tous les harcèlements dont j’étais victime depuis le mois de février 2009 dans le but d’obtenir tout à la fois des condamnations judiciaires les plus lourdes possibles à mon encontre, mon internement psychiatrique « à vie », et bien sûr la disparition ainsi que la fin de tous mes écrits publics anonymes.

En attendant, j’étais sans cesse harcelée et provoquée par toute leur bande en délire guettant de ma part la réplique à exploiter pour me faire un procès.

Celle du 26 mai 2010 intitulée « De quoi se mêle Jean-Marc Donnadieu ? » fut donc décisive.

Mais nous ne le savions pas encore…

 

 

https://www.lejdd.fr/Politique/la-presidente-georgienne-repond-a-jean-luc-melenchon-sur-lotan-de-quoi-je-me-mele-3898705

La présidente géorgienne répond à Jean-Luc Mélenchon sur l’Otan : « De quoi je me mêle? »

 

11h56 , le 15 mai 2019

La présidente géorgienne Salomé Zourabichvili s’en est pris mardi soir au leader de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon. Celui-ci avait qualifié l’adhésion prochaine de la Géorgie à l’Otan de « provocation grossière et stupide »

 

Jean-Luc Mélenchon a qualifié l’adhésion prochaine de la Géorgie à l'Otan de "provocation grossière et stupide".

Jean-Luc Mélenchon a qualifié l’adhésion prochaine de la Géorgie à l’Otan de « provocation grossière et stupide ». (Reuters)

 

C’est une petite phrase de Jean-Luc Mélenchon qui a provoqué la colère de la présidente géorgienne Salomé Zourabichvili. Lors d’un discours samedi à Marseille, le leader de la France insoumise a qualifié l’adhésion prochaine de la Géorgie à l’Otan de « provocation grossière et stupide ». « Vous avez intérêt à avoir des députés qui ne participeront pas à l’hystérie anti-russe et pro-Otan qui sévit au Parlement européen », a-t-il également ajouté. Interrogé mardi soir par le Figaro, la présidente géorgienne a répondu vertement au chef des députés insoumis : « De quoi je me mêle? », a-t-elle lancé avant de dénoncer « un acharnement eurosceptique ».

Lire aussi - En Géorgie, une diplomate française vise la présidence

« La Russie ne nous a pas fait changer d’un iota notre direction euro-atlantique, ce n’est pas Mélenchon qui va nous faire changer », a-t-elle ajouté en marge d’un colloque sur les populismes organisé à Paris.

Moscou considère l’entrée de la Géorgie dans l’Otan comme une ingérence occidentale

Le secrétaire général de l’Otan, Jens Stoltenberg, a réaffirmé en mars dernier que la Géorgie rejoindrait l’Alliance atlantique malgré l’opposition de Moscou.  »Les 29 alliés ont clairement indiqué que la Géorgie deviendrait un membre de l’Otan. Nous allons continuer de travailler ensemble pour préparer l’adhésion de la Géorgie à l’Otan », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse commune avec le Premier ministre géorgien Mamouka Bakhtadzé à Tbilissi.

« Nous n’acceptons pas que la Russie ou n’importe quelle autre puissance puisse décider qui peut être membre » de l’Otan, a-t-il insisté.

L’éventualité d’une adhésion de Tbilissi à l’Otan, dont les 29 membres comptent plusieurs anciens pays du bloc communiste, est considérée par Moscou comme une ingérence occidentale dans sa sphère d’influence. Les dirigeants de l’Alliance atlantique avaient estimé lors d’un sommet en 2008 à Bucarest que la Géorgie avait vocation à rejoindre l’Otan mais ils n’ont jusqu’à présent pas lancé le processus d’adhésion.

L’année dernière, le Premier ministre russe Dmitri Medvedev a affirmé que l’éventuelle entrée de la Géorgie à l’Otan « pourrait provoquer un conflit terrible ».

 

Cyprien Luraghi déteste les Juifs et leur crache dessus

Il l’a dit publiquement sur Twitter hier soir, ce qui est quand même beaucoup mieux que de le dire en cachette dans les commentaires de son blog devenus privés en 2013…

Comme ça, au moins, tout le monde sait à quoi s’en tenir.

Rappelons ici que son collègue Jean-Marc Donnadieu de Béziers tient lui aussi des propos antisémites publics. J’en ai vus sur son mur Facebook depuis que je vais régulièrement voir ce qu’il y poste. Il y en avait aussi dans ses commentaires sur mon ancien blog « Un petit coucou » chez OVERBLOG, comme rapporté dans cet article du 3 septembre 2010 (cliquer sur les images pour les agrandir et lire les textes) :

 

2010-09-03 Jean-Marc Donnadieu veut ma mort - Un petit coucou

2010-09-03 Jean-Marc Donnadieu veut ma mort - Un petit coucou - 2
 

Cyprien Luraghi déteste les Juifs et leur crache dessus dans AC ! Brest FireShot%2BCapture%2B065%2B-%2B%25284%2529%2BCyprien%2BLuraghi%2Bsur%2BTwitter%2B_%2B_%2540SuperDesabused%2B%2540HomereHoupette%2BId_%2B-%2Btwitter.com

 

Les pirates s’amusent…

A peine mon précédent article était-il publié que mes statistiques de Satanistique curieusement envolées aujourd’hui durant plusieurs heures, entre mes deux dernières publications, étaient intégralement de retour :

 

Les pirates s'amusent... dans AC ! Brest FireShot%2BCapture%2B048%2B-%2BBlogger%25C2%25A0_%2BSatanistique%2B-%2BTous%2Bles%2Barticles%2B-%2Bwww.blogger.com

 

Nouveau piratage informatique contre un de mes blogs

Cette fois, il s’agit de Satanistique dont les nombres de vues par article sont tous passés à zéro sitôt après la publication de mon dernier article, dans lequel j’évoquais de précédents piratages de blogs et autres sites par la bande de cybercriminels du malade mental extrêmement dangereux Pascal Edouard Cyprien Luraghi ayant ainsi fait disparaître des preuves de leurs harcèlements à mon encontre.

En voici une preuve :

 

Nouveau piratage informatique contre un de mes blogs dans AC ! Brest FireShot%2BCapture%2B047%2B-%2BBlogger%25C2%25A0_%2BSatanistique%2B-%2BTous%2Bles%2Barticles%2B-%2Bwww.blogger.com

 

Ligue du LOL : une association féministe porte plainte à Paris

La plainte porte notamment sur de possibles entraves à la saisine de la justice réalisées par la suppression de preuves, en l’occurrence de nombreux tweets litigieux.

En ce qui concerne le modèle primitif de cette « Ligue du LOL » essentiellement composée de jeunes communiquants, à savoir la bande de « déconnologues » du mythomane, malade mental et cyberharceleur extrêmement dangereux Pascal Edouard Cyprien Luraghi, composée pour sa part de militants politiques tous extrémistes et pour la plupart militants ou sympathisants du NPA affichant une moyenne d’âge de plus de 50 ans, des suppressions de preuves ont été réalisées à plusieurs reprises par piratages informatiques des différents sites et blogs où elles se trouvaient, soit toujours à la vue du public, notamment sur Le Post ou ses archives tant que celles-ci sont restées en ligne (traces des harcèlements du chef en chef Pascal Edouard Cyprien Luraghi à mon encontre en 2009 et 2010), soit en stock hors la vue du public pour édification ultérieure de juges ou enquêteurs, notamment dans les parties privées des blogs des victimes, comme les corbeilles où étaient conservés des commentaires d’injures et de menaces non publiés, principalement ceux du très prolifique Jean-Marc Donnadieu de Béziers, dont un grand nombre avait disparu de la sorte début octobre 2010 au moment même où il adressait au procureur de la République de Brest une lettre de dénonciations calomnieuses à mon encontre tandis que son avocat Philippe Desruelles lançait à Béziers toutes ses opérations d’escroquerie au jugement contre OVERBLOG.

Mon ancien blog « Un petit coucou » chez OVERBLOG, qui n’avait été que suspendu de manière préventive le 11 juin 2013 à la suite d’une seconde condamnation inattendue d’OVERBLOG dans le cadre de nouvelles tentatives d’escroquerie au jugement de mes harceleurs, en l’occurrence, cette fois-là, Josette Brenterch du NPA de Brest, avait ainsi été entièrement supprimé par piratage informatique début septembre 2015 alors qu’un policier de Brest s’appêtait à m’interroger à la suite d’une plainte déposée à mon encontre à la gendarmerie de Puy-l’Evêque par Pascal Edouard Cyprien Luraghi au mois de mai 2015.

Il ne s’agissait encore, bien entendu, que de dénonciations calomnieuses, et son auteur craignait que je ne me défende comme OVERBLOG et moi-même l’avions déjà fait contre ses deux complices Jean-Marc Donnadieu et Josette Brenterch en exhibant notamment tous ses commentaires sur ce blog.

Aussi, il s’était publiquement réjoui de sa suppression dans les colonnes du site Rue89 peu de temps plus tard alors qu’il n’en avait été averti par aucune forme d’annonce publique.

Mais ce blog avait bien été supprimé à sa demande ou directement par lui pour m’empêcher de produire les preuves de ses harcèlements à mon encontre sur mon propre blog durant tout le temps de son activité, entre 2010 et 2013.

 

https://www.lci.fr/population/ligue-du-lol-association-feministe-prenons-la-une-saisit-le-procureur-de-paris-2121626.html

Ligue du LOL : une association féministe saisit le procureur de Paris

 

Ligue du LOL : une association féministe porte plainte à Paris dans AC ! Brest ligue-du-lol-20190211-1555-2c186b-0@1x

 

HARCÈLEMENT – Une association féministe a saisi lundi 20 mai le procureur de la République de Paris dans l’affaire de la Ligue du LOL, ce groupe constitué de journalistes et communicants parisiens – et dont plusieurs membres sont accusés de harcèlement sexiste dans les années 2000.

20 mai 11:41 – La rédaction de LCI

L’affaire de la ligue du LOL entre un peu plus dans sa phase judiciaire. Selon nos informations, le collectif féministe « Prenons la une » a saisi lundi 20 mai le procureur de la République de Paris afin que « toute la lumière soit faite sur les faits supposés de cyberharcèlement, injures à caractère sexiste, raciste ou homophobe et incitation à la haine raciale ou sexiste ». Et demandé à la ministre de la Justice Nicole Belloubet, ainsi qu’à la secrétaire d’Etat aux Droits des femmes, Marlène Schiappa, d’en faire de même.

Plusieurs licenciements

Créé à la fin des années 2000, la ligue du LOL est un groupe Facebook privé qui regroupait notamment des journalistes ou travailleurs du web, surtout parisiens. Une dizaine d’années plus tard, ces mêmes journalistes, parfois très influents, parfois rédacteurs en chef de grands médias, sont accusés d’avoir harcelé pendant ces années de nombreuses personnes. L’affaire avait fait réagir jusqu’à la secrétaire d’État à l’égalité femmes-hommes Marlène Schiappa.

En février dernier, un article de Libération – abondé ensuite par de nombreux témoignages sur Twitter – mettait au jour ces faits de harcèlement sexiste. Dans les semaines qui ont suivi ces révélations, plusieurs journalistes ont d’ailleurs été licenciés notamment Alexandre Hervaud et Vincent Glad à Libération tout comme David Doucet, rédacteur en chef web du magazine Les Inrocks, et de son adjoint François-Luc Doyez.

Suppression de preuves ?

  »Il importe de connaître le déroulé précis des événements pour savoir s’ils sont prescrits, indique le collectif Prenons la une dans un communiqué. Nous souhaitons que la suppression de nombreux messages sur les réseaux sociaux, à la suite de la révélation de l’affaire, soit étudiée, afin de savoir si cela constitue une nouvelle infraction d’entrave à la saisine de la justice. »

En février dernier, relevant le caractère raciste de certaines de ces attaques, SOS Racisme avait également effectué un signalement auprès du procureur, suite à l’affaire de la ligue du LOL. Pour l’heure, aucune enquête n’est ouverte.

La rédaction de LCI

Mis à jour : Aujourd’hui à 11:42Créé : Aujourd’hui à 11:41

 

Deux énormes incendies à Mulhouse et Bordeaux, comme à Notre-Dame le mois dernier…

 

 

 

A Mulhouse comme à Paris, des explosions ont été entendues avant l’incendie.

Et à Bordeaux, où l’incendie s’est déclaré hier soir dans un parking, il y a eu beaucoup d’explosions lors de la phase d’embrasement.

Les causes de ces incendies sont inconnues.

L’enquête à Notre-Dame a tout juste débuté et promet d’être longue.

 

https://www.nouvelobs.com/faits-divers/20190519.OBS13125/incendie-a-la-gare-de-mulhouse-8-000-m2-d-entrepots-detruits-pas-de-victime.html

Incendie à la gare de Mulhouse, 8.000 m2 d’entrepôts détruits, pas de victime

 

Le bâtiment a brûlé aux deux tiers, estime Georges Thill, chef de site au Service départemental d’incendie et de secours (Sdis) du Haut-Rhin.
Le bâtiment a brûlé aux deux tiers, estime Georges Thill, chef de site au Service départemental d’incendie et de secours (Sdis) du Haut-Rhin. (Capture « Républicain Lorrain »)

 

Une enquête a été ouverte pour déterminer l’origine de l’incendie.

 

Par L’Obs.fr avec AFP

Publié le 19 mai 2019 à 11h18

Un incendie s’est déclaré dans la nuit de samedi à dimanche près de la gare de triage de Mulhouse, ravageant 8.000 m2 d’entrepôts, sans faire de victime. Selon le « Républicain Lorrain », des explosions ont d’abord été entendues aux alentours de minuit dans le secteur, avec des projections de débris enflammés.

Les pompiers ont été alertés par « de multiples appels de riverains » vers 23H00 pour un incendie « dans un ancien entrepôt de la SNCF de 12.000 m2, loué à diverses entreprises, notamment un important dépôt de meubles », indique le lieutenant-colonel Georges Thill, chef de site au Service départemental d’incendie et de secours (Sdis) du Haut-Rhin.« Ce bâtiment a brûlé aux deux tiers, la charpente métallique s’est écroulée et tout le contenu est perdu », a-t-il ajouté.

8.000 m2 détruits par le feu

« Quand les pompiers sont arrivés, il y avait un embrasement très important », a relaté l’officier.

En tout, 8.000 m2 ont été ravagés par les flammes, pour une raison encore inconnue. « Une centaine de sapeurs-pompiers, une dizaine d’engins incendies, trois grandes échelles, quatre lances-canons et dix lances de plain-pied » ont été mobilisés toute la nuit, a détaillé le lieutenant-colonel Thill.

L’incendie, qui n’a pas fait de victime, a été maîtrisé vers 03h00 dimanche. Une vingtaine de pompiers étaient encore sur place pour éteindre les foyers résiduels et « des moyens seront engagés toute la journée », a précisé à l’AFP l’officier du Centre opérationnel d’incendie et de secours (Codis) du Haut-Rhin.

L'Obs

L’Obs.fr avec AFP

 

https://www.francetvinfo.fr/faits-divers/incendie/mulhouse-un-violent-incendie-ravage-l-entrepot-de-la-gare-de-triage_3450209.html

Mulhouse : l’incendie de l’entrepôt de la gare de triage est éteint, 8 000 m² détruits par les flammes

 

Une trentaine de pompiers sont pour autant toujours sur place et travaillent à « l’extinction des foyers résiduels ».

 

Mulhouse, dans l\'est de la France, près des frontières suisse et allemande.
Mulhouse, dans l’est de la France, près des frontières suisse et allemande. (GOOGLE MAPS)

 

L’incendie qui a ravagé 8 000 mètres carré dans l’entrepôt de la gare de triage de Mulhouse (Haut-Rhin) est dorénavant éteint, indiquent les pompiers à franceinfo dimanche 19 mai. Une trentaine de pompiers sont pour autant toujours sur place et travaillent à « l’extinction des foyers résiduels ».

L’incendie s’est déclenché vers 23 heures samedi. 8 000 m² ont été complètement détruit, sur les 12 000 que compte l’entrepôt au total. La charpente en métal s’est effondrée. Cet ancien entrepôt de la SNCF était loué à plusieurs entreprises, dont l’une qui stockait des meubles, précisent les pompiers. Une vingtaine d’habitations qui se trouvaient à proximité de l’entrepôt ont été évacuées jusqu’à 1 heure du matin.

Il n’y a aucun blessé. Une centaine de pompiers ont été mobilisés au plus fort de l’incendie.

 

https://www.sudouest.fr/2019/05/18/bordeaux-un-quartier-boucle-apres-l-incendie-du-parking-6095548-2780.php

Vidéos. Incendie au parking des Salinières à Bordeaux : une dalle « serait tombée », inquiétudes sur la structure

 

Publié le 18/05/2019 à 23h48. Mis à jour le 19/05/2019 par Florence Moreau.
Vidéos. Incendie au parking des Salinières à Bordeaux : une dalle "serait tombée", inquiétudes sur la structure
Le quartier Saint-Michel est bouclé depuis samedi soir pour permettre aux pompiers de venir à bout de l’incendie. L’épaisse fumée est visible de loin.

David Thierry

 

Un feu ravage depuis samedi soir le parking des Salinières. Le quartier est toujours bouclé ce dimanche, et le tram C est interrompu, sans doute pour au moins une semaine. D’éventuelles victimes sont recherchées.

Une fumée noire et épaisse sortie du sol, qui se voyait de très loin ce dimanche matin, une odeur âcre qui se répandait… Le secteur autour du quai des Salinières, dans le quartier Saint-Michel à Bordeaux, a été bouclé samedi soir pour permettre aux pompiers de venir à bout d’un incendie survenu dans le parking des Salinières, sur la rive gauche des quais. Un incendie qui semblait maîtrisé samedi soir, mais qui a repris de la vigueur dans la nuit et n’est toujours pas maîtrisé ce dimanche.

Le feu encore actif mais des progrès ont été réalisés

Vers midi, les équipes de pompiers dites « d’engagement longue durée » ont pénétré dans le parking, jusque-là inaccessible en raison de la chaleur et d’un doute sur la stabilité des lieux. « Elles ont mis et laissé en place des lances qui vont cracher de l’eau de façon automatique », explique le capitaine Matthieu Jomain, officier de communication du Sdis. Car le feu brûle toujours ce dimanche, avec  »un effet cocotte-minute qui fait monter la température », expliquait-il plus tôt dans la journée.

Ces lances « ont en quelque sorte ouvert la voie. Mais ce n’est pas parce qu’elles quittent les lieux que c’est fini. Désormais, d’autres pompiers vont se relayer. Nous sommes confiants mais vigilants sur la fin prochaine de l’incendie. C’est seulement après que nous pourrons faire un état des lieux ».

Recherche d’éventuelles victimes

Deux sujets d’inquiétude prédominent et ont été au coeur d’un point de situation, effectué sur place avec de la directrice de cabinet du préfet, de Jean-Louis David, adjoint au maire notamment chargé de la sécurité, de TBM et de l’architecte des bâtiments de France…  »Notre préoccupation principale est qu’il n’y ait pas de victimes à l’intérieur ».

Certains riverains ou utilisateurs font en effet état de SDF qui dorment régulièrement au chaud sur un matelas, voire d’autres – des plaintes ont été déposées – qui cassent une voiture pour y passer la nuit. « La recherche d’éventuelles victimes se fait niveau par niveau. Il n’y en a pas pour le moment. Mais c’est aussi pour cette raison aussi que nous avons fait évacuer un bâtiment samedi soir (un immeuble de quatre étages a été évacué, neuf personnes ont été relogées et 31 ont été prises en charge par la Croix rouge, NDLR). L’endroit devenait dangereux. Il y a eu beaucoup d’explosions lors de la phase d’embrasement et ce matin encore ».

Une structure fragilisée ?

Reste l’état des lieux une fois l’incendie maîtrisé. Il conditionne la reprise du trafic des tramways de la ligne C qui dessert la gare, le retour des habitants à leur domicile, la reprise de la circulation sur les quais… « On ne connaît pas encore l’étendue des dégradations », pose l’adjoint au maire. « Tant que le doute n’est pas levé, la circulation des tramways ne pourra pas reprendre, soit pas avant une semaine, le temps que les experts rendent leur rapport ».

Forts de leur expérience, les pompiers ont en effet émis des doutes sur la stabilité de la structure qui pourrait être fragilisée. « Il y a beaucoup de gravats à l’intérieur et une partie de la dalle entre le deuxième et le troisième étage serait tombée », révèle l’élu, qui ne veut pas sombrer dans le catastrophisme. « Il faut attendre pour s’assurer qu’il n’y a pas de danger ». Le marché de la place Saint-Michel est annulé pour la journée de lundi.

« Les pompiers, dont il faut souligner le travail remarquable, sont allés d’abord dans les endroits les plus profonds, au –5 et –4 pour faire leur reconnaissance », détaille Angélique Rocher-Bedjoudjou, directrice de cabinet du préfet. « C’est à cette occasion que trois sapeurs pompiers ont été intoxiqués. Ils sont désormais hors de danger. La vigilance reste de mise à l’intérieur du parking ».

Le feu localisé au niveau –3

Tout a commencé samedi soir, peu avant 20h30, au moment où les caméras de vidéosurveillance ont repéré de la fumée. Le Sdis a tout de suite envoyé de gros moyens, qui ont ensuite été renforcés. « Nous avions 32 véhicules et une petite centaine d’hommes », racontait samedi soir le lieutenant-colonel Arnaud Mendousse, officier de communication du service départemental d’incendie et de secours de la Gironde (Sdis).

Un poste de commandement avancé a été installé avec cartes des lieux, tableau blanc résumant les événements marquants, radios qui font crépiter les bilans de reconnaissance à tous les étages. C’est seulement vers 22h20 que le foyer a été localisé. « Au niveau –3, c’est une voiture qui a pris feu », révélait le lieutenant-colonel Mendousse.

Un périmètre de sécurité a été délimité pour maintenir les badauds à l’écart et éviter les inhalations de fumées crachées par l’extraction automatique. Peu avant 23 heures, les pompiers pensaient avoir maîtrisé le feu. Mais ils ont rencontré une succession de difficultés, si bien que l’incendie est resté actif.

Sud Ouest
Crédit photo : Florence Moreau

 

Tram C interrompu, sans doute au moins jusqu’à lundi

Conséquence : le quartier est toujours bouclé avec interdiction de circuler. Sur son site internet, la mairie de Bordeaux précise que « l’accès, l’usage et l’exploitation du parking des Salinières sont interdits jusqu’à la mise en sécurité totale du site ». Plusieurs rues du secteur sont inaccessibles.

Depuis le début du sinistre, samedi soir, les tramways de la ligne C sont donc neutralisés entre les stations Quinconces et gare Saint-Jean, précise TBM. Une situation qui devrait durer et un vrai problème sur cette ligne qui dessert la gare Saint-Jean et ses milliers de passagers, comme l’expliquait Jean-Louis David (lire plus haut). Des bus relais ont été mis en place.

 

https://www.francetvinfo.fr/faits-divers/incendie/bordeaux-les-pompiers-mobilises-depuis-hier-soir-dans-l-incendie-d-un-parking-souterrain_3450347.html

Bordeaux : L’incendie de parking est maîtrisé, mais pas encore éteint, un étage menace de s’effondrer

 

Un feu ravage depuis samedi soir le parking souterrain des Salinières, à Bordeaux. La sous-préfète Angélique Rocher-Bedjoudjou annonce que le feu était maîtrisé.

L\'incendie a débuté vers 20h30 samedi soir.
L’incendie a débuté vers 20h30 samedi soir. (Radio France – Charles Napoli)

 

En début d’après-midi, la sous-préfète Angélique Rocher-Bedjoudjou a annoncé que le feu était maîtrisé. « On ne peut pas exclure qu’un véhicule, à nouveau, reprenne feu, donc une surveillance constante est effectuée par les pompiers », a-t-elle précisé.

Le niveau -2 menace de s’effondrer

Le niveau -2 du parking souterrain des Salinières à Bordeaux où un incendie d’origine indéterminée est en cours depuis ce samedi soir, menace de s’effondrer sur le niveau -3, rapporte ce dimanche les pompiers à France Bleu Gironde.

L’incendie s’est produit au niveau -3 de ce parking sous-terrain, qui en compte cinq. « Nous progressons à tâtons mais c’est très difficile d’avancer tant la température est élevée : plusieurs centaines de degrés. Il y aussi un risque de toxicité lié aux fumées très important », a expliqué le capitaine Mathieu Jomain, qui s’occupe de la communication des pompiers. 370 véhicules se trouvent dans le parking et plusieurs ont pris feu sans que l’on sache ni combien, ni pourquoi pour l’instant.

Les niveaux -5 et -4 ont fait l’objet de reconnaissance. Les autres étages étaient encore trop chauds pour être inspectés ce dimanche à 13h.

Les pompiers à la recherche d’éventuelles victimes

Plus de 100 pompiers sont mobilisés ce dimanche midi. Ils continuent également de rechercher d’éventuelles victimes. Trois pompiers ont été légèrement intoxiqués par les fumées et devaient sortir de l’hôpital dans la matinée. 45 personnes qui habitent dans les appartements voisins ont été évacuées et regroupées au Palais des sports.

Un périmètre de sécurité a été mis en place autour du parking. Le tram C est interrompu entre les stations Quinconces et Gare St-Jean. Un bus relais a été mis en place. On ne sait pas encore quand le trafic pourra reprendre.

Ce n’est pas la première fois que ce parking est victime d’un incendie. Cela s’était déjà produit en 2013 puis en 2016.

 

https://fr.aleteia.org/2019/04/16/et-la-levant-la-tete-de-la-fumee-horreur-elle-assistait-a-la-messe-a-notre-dame-quand-lincendie-sest-declare/

Deux énormes incendies à Mulhouse et Bordeaux, comme à Notre-Dame le mois dernier... dans Attentats sepgray_2
« Et là, levant la tête, de la fumée. Horreur. » Un témoin présent à Notre-Dame raconte

 

Un incendie ravage Notre-Dame de Paris, 15 avril 2019.
Hélène Bodenez | 16 avril 2019

 

EXCLUSIF : Hélène Bodenez, professeur de Lettres à Paris, était à la messe à Notre-Dame lundi en fin de journée quand l’alarme incendie s’est déclenchée. Elle raconte comment elle a vécu cet évènement tragique. L’Alléluia de dimanche promet une saveur particulière.

 

Pas de messe dans ma paroisse le lundi. En prenant le 47, en ce Lundi saint, je serai rapidement à Notre-Dame. J’arrive à 18h20, un peu en retard pour la messe de 18h15 célébrée par mon ancien curé de la paroisse Saint-Lambert, le père Carrau.

L’alarme en pleine messe

La lecture vient de se terminer et j’entends le psaume 26 chanté « Le Seigneur est ma lumière et mon salut. » L’évangile de saint Jean, l’onction à Béthanie, est proclamé. L’homélie commence. Le père Carrau n’a pas eu le temps de prononcer grand-chose quand une sorte d’alarme fait entendre alternativement une sirène puis une voix très forte qui dit un message inaudible, en plusieurs langues.

Dans le chœur, la dame à côté de moi me demande si j’ai entendu comme elle « le gros bruit ». Je lui réponds par l’affirmative bien que ne sachant pas précisément d’où ça venait ni ce que cela recouvrait. Plutôt en hauteur et à gauche. Habituée aux alertes incendie en tant qu’enseignante, je me demande cependant si c’en est une. Mais les vigiles arrivent et font évacuer tout le monde. Mêmes les fidèles de la messe. Aux alentours de 18h35.

Quand nous nous retrouvons dehors, nous ne savons pas ce qu’il en est. Les vigiles non plus. Très à cheval sur les procédures, ils rembarrent vigoureusement tous ceux qui veulent passer outre. Les grilles se ferment. Puis, alors que les touristes ne peuvent plus entrer, quelques fidèles dont je suis sont autorisés à rentrer, à rejoindre le prêtre pour continuer la messe interrompue. Plus de micro. Mais des personnes derrière et autour de l’autel s’affairent bruyamment dans cette cathédrale désormais vide, silencieuse. Le père Carrau a quitté l’ambon pour être plus proche de cette poignée de fidèles et commence deux phrases pour être interrompu très très vite : des hurlements nous intiment de sortir. On sent l’affolement grave. On obtempère sur le champ ; nous sommes dehors à nouveau à la vitesse de l’éclair. Incendie, attentat ? On déguerpit sans demander son reste.

La fumée entre les deux tours

Dehors à nouveau. Un peu sonnée. La messe ce n’est pas pour ce soir. Et là, levant la tête, de la fumée. Horreur. Il est aux alentours de 18h50. L’incendie est déclaré. Personne autour de moi ne croit pourtant que c’est grave. Ce n’est simplement pas possible. Mais au fur et à mesure que les minutes s’écoulent la sidération est palpable, celle de tous ceux qui sont présents, la mienne évidemment énorme. Les larmes me montent aux yeux.

Les périmètres de sécurité commencent à être mis en place. Les sirènes de police et de pompier à retentir. Les policiers arrivés en renfort nous font reculer sur un ton qui ne souffre pas d’opposition. D’abord un peu, et puis quelques minutes plus tard beaucoup plus loin pour évacuer toute la foule agglutinée. Une lourde fumée sort de la petite rosace qui me fait face. Mais bientôt après la fumée, l’orange et le rouge des flammes s’élancent dans le ciel. Des flammèches commencent à voler. La flèche est atteinte. La vitesse du feu est hallucinante. Des exclamations épouvantées fusent avec des « oh non ! » poignants.

 dans LCR - NPA
FRANCOIS GUILLOT/AFP/East News

 

L’arc-en-ciel et le pompier

La zone est à libérer. D’urgence. Je décide de ne pas rester. Je pars au moment où la grande échelle des pompiers de trente mètres lance enfin de sa lance sur les quatre-vingt-dix mètres de hauteur l’eau tant espérée. Un arc-en-ciel se forme dans les éclaboussures d’eau. Au cœur du malheur, toujours ces petits signes… Depuis le déluge, nous savons qu’il est le signe de l’alliance indéfectible de Dieu et de son peuple.

En ce début de semaine sainte 2019, après le « Hosanna au plus des Cieux » des Rameaux d’hier, à deux jours de la messe chrismale, Pâques se profile décidément dans une épreuve toujours plus lourde et qui paraît n’avoir pas de fin. L’Alléluia de dimanche promet une saveur particulière.

En images : l’incendie de Notre-Dame de Paris

 

 

 

 
https://fr.sputniknews.com/france/201905161041137012-notre-dame-enquete-incendie-mois/

La cathédrale Notre-Dame de Paris après l'incendie, en avril 2019

Où en est l’enquête un mois après l’incendie de Notre-Dame?

 

© Sputnik . Oxana Bobrovitch

France

17:04 16.05.2019(mis à jour 17:08 16.05.2019) URL courte
26233

 

Un mois après l’incendie de Notre-Dame, on reste dans l’ignorance de ce qui l’a causé. La piste accidentelle est toujours retenue, et les enquêteurs ont isolé trois hypothèses de départ de feu, indique Euronews. Le projet de restauration n’est pas encore choisi et le gouvernement enjoint les architectes à laisser libre cours à leur imagination.

Un mois s’est écoulé depuis l’incendie qui a ravagé une partie de Notre-Dame de Paris. L’enquête est ouverte, mais les causes du sinistre demeurent encore inconnues, indique Euronews.

 

Les enquêteurs continuent à privilégier la piste d’un départ de feu accidentel. Trois hypothèses sont avancées actuellement, la première supposant que des ouvriers auraient violé l’interdiction de fumer sur le chantier, où plusieurs mégots ont été retrouvés après l’incendie, selon le Canard enchaîné.

La deuxième porte sur un éventuel court-circuit qui aurait pu se produire dans les ascenseurs installés pour les travaux de réfection. Enfin, un scénario incluant les cloches électrifiées est également pris en considération.

L’enquête en cours est aussi censée définir les raisons pour lesquelles l’incendie n’a été détecté que vingt-trois minutes après la première alerte.

Les coûts des dégâts causés par l’incendie restent imprécis à défaut d’un diagnostic complet, a déclaré le ministre de la Culture, Franck Riester. La charpente en bois et la flèche complètement détruites, des architectes proposent des projets de reconstruction aussi classiques qu’innovants.

Aucun projet n’a été choisi pour le moment et l’appel à des solutions constructives est toujours valable:

«Il est bien trop tôt pour conclure, c’est le moment du débat. Profitons de cet élan créatif, on voit que jaillissent partout des idées formidables, parfois saugrenues, mais aussi extraordinaires. Laissons la créativité s’emparer de nos compatriotes, faisons un beau débat architectural, et c’est un beau débat, et le moment venu nous déciderons», a affirmé le ministre.

 

900 millions d’euros de promesses de dons ont été récoltés depuis le lancement de la souscription nationale. L’un des organismes collecteurs, la Fondation pour le patrimoine, a pris la décision d’arrêter la collecte de fonds et d’en créer une autre pour aider à sauver et reconstituer des sites français dans un état déplorable, a précisé Euronews.

 

Nouvelles déconvenues pour Jean-Luc Mélenchon

Pareil pour son double astrologique Jean-Marc Donnadieu de Béziers, donc, mais ce dernier se garde bien de le dire à son public…

 

https://www.lepoint.fr/politique/europeennes-un-elu-france-insoumise-appelle-a-voter-rassemblement-national-14-05-2019-2312603_20.php

Européennes : un élu Insoumis appelle à voter Rassemblement national

 

Andrea Kotarac, conseiller régional LFI, va quitter son parti et voter pour le Rassemblement national le 26 mai prochain. Il veut « faire barrage » à Macron.

 

Source AFP

Modifié le 15/05/2019 à 06:09 – Publié le 14/05/2019 à 21:06 | Le Point.fr
Andrea Kotarac a annonce qu'il ne comptait pas rejoindre le parti de Marine Le Pen.
Andrea Kotarac a annoncé qu’il ne comptait pas rejoindre le parti de Marine Le Pen.© JOEL PHILIPPON / MAXPPP / PHOTOPQR/LE PROGRES/MAXPPP

Coup de tonnerre pour La France insoumise à moins de deux semaines des élections européennes. Un élu régional du parti de Jean-Luc Mélenchon, ancien membre de l’équipe de campagne présidentielle, a annoncé mardi qu’il quittait LFI et allait voter pour la liste du Rassemblement national aux élections européennes pour « faire barrage » à Emmanuel Macron. « Emmanuel Macron a catalysé la colère des Français (…) il y a répondu par l’arrogance, par l’insulte. Donc, j’appelle à voter pour la seule liste souverainiste, qui met en avant l’indépendance de la France et qui est la mieux à même de faire barrage à Emmanuel Macron et de faire barrage à ce rouleau compresseur antisocial », la liste de Jordan Bardella, a déclaré à BFM TV Andréa Kotarac, conseiller régional Auvergne-Rhône-Alpes.

Andrea Kotarac a dit souhaiter « faire baisser le plus bas possible le score de LREM, au niveau du charisme de Nathalie Loiseau ». Il a précisé avoir rencontré la présidente du parti d’extrême droite Marine Le Pen qui l’a « rassuré » sur les questions sociales. « Elle m’a appelé, elle m’a soutenu dans la tourmente. » « Je n’adhère pas au RN, mais le contexte politique actuel nécessite un barrage à Emmanuel Macron. Si Emmanuel Macron est en tête, il va accélérer ses réformes antisociales », a ajouté l’élu.

 

« On ne défend plus les intérêts du peuple mais ceux de la gauche (…) J’ai décidé de quitter @FranceInsoumise (…) Mélenchon n’est pas un dicateur ou Dracula (…) mais sa pensée est minoritaire au sein de LFI. » pic.twitter.com/c5aBlO5qEv

— Andréa Kotarac (@AndreaKotarac) 14 mai 2019

 

Lire aussi Édouard Philippe et ces drôles de droites

Un élu polémique

La participation de ce militant, partisan d’une ligne très souverainiste, à un forum en Crimée en avril organisé par Vladimir Poutine avait fait polémique chez LFI. « On a oublié cette pensée souverainiste, républicaine, laïque », a plaidé Andrea Kotarac. À propos de l’immigration, que combat le RN, il a dit « (préférer) que les gens vivent dignement, fièrement, chez eux sans qu’ils aient à risquer leur vie » dans un autre pays.

Le RN a salué dans un communiqué « le courage et la lucidité de cet élu réellement insoumis, qui a compris que la dynamique du RN était la seule capable de stopper la politique d’Emmanuel Macron et avec elle, la soumission de la France à la politique néfaste de l’Union européenne ».

Lire aussi Pascal Bruckner - Ce négationnisme qui échappe aux procès

« Une trahison politique »

Andrea Kotarac a précisé par la suite sur son compte Twitter qu’il allait rendre son mandat de conseiller régional. Il avait été élu en 2015 sur la liste PS/MRC/EELV/PG du socialiste Jean-Jack Queyranne et siégeait depuis au sein du groupe Rassemblement citoyen écologiste & solidaire (RCES).

Elliott Aubin, élu LFI dans le 1er arrondissement de Lyon et « ami » de longue date de Andrea Kotarac, s’est dit « abasourdi » et « sidéré » par la nouvelle, en évoquant sur Twitter « une cynique trahison politique à quelques jours d’un scrutin ».

Réaction à l’annonce d’Andréa Kotarac. pic.twitter.com/sRT03u35Nc

— Elliott Aubin (@ElliottAubin) 14 mai 2019

« Incompréhension, trahison. Condamnation absolue. On ne combat pas Macron avec le RN. On combat les deux quoi qu’il en soit », a tweeté de son côté Benoît Schneckenburger, candidat en 12e position sur la liste de LFI pour les élections européennes.

Andrea Kotarac : Incompréhension, trahison. Condamnation absolue . On ne combat pas Macron avec le RN. On combat les deux quoi qu’il en soit.

 

https://www.lepoint.fr/elections-europeennes/europeennes-nouveau-coup-dur-pour-jean-luc-melenchon-18-05-2019-2313465_2095.php

Européennes : nouveau coup dur pour Jean-Luc Mélenchon

 

CONFIDENTIEL. Henri Peña-Ruiz, l’intellectuel proche de La France insoumise, a décidé de soutenir Ian Brossat, tête de liste du Parti communiste.

 

Par

Modifié le 18/05/2019 à 17:26 – Publié le 18/05/2019 à 17:21 | Le Point.fr
Le philosophe Henri Pena-Ruiz.
Le philosophe Henri Peña-Ruiz.© IBO/SIPA

Après le départ d’Andréa Kotarac, conseiller régional LFI, qui a appelé à voter pour le RN, c’est un nouveau coup dur dont La France insoumise se serait bien passée dans la dernière ligne droite de ces élections européennes. Le philosophe Henri Peña-Ruiz, membre du Parti de gauche, et auteur du dernier cours à l’école de La France Insoumise sur la laïcité, a décidé de soutenir Ian Brossat, la tête de liste du Parti communiste, au détriment de Manon Aubry, tête de liste LFI, le parti de Jean-Luc Mélenchon.

« Je souhaite un beau succès à Ian Brossat et à sa liste pour que la France de notre regretté Jean Ferrat parle haut et fort à Bruxelles », écrit-il dans un texte de soutien que Le Point s’est procuré en exclusivité (lire encadré).

« La disparition du Parti communiste serait une catastrophe absolue »

L’intellectuel a-t-il des griefs envers LFI et Jean-Luc Mélenchon ? « Pas du tout, pas du tout. Je craignais cette réaction. Je suis toujours un compagnon de route de LFI. Mais la disparition du Parti communiste serait une catastrophe absolue », minimise-t-il. Pourtant, un de ses amis nous assure qu’il a été « très affecté » par la mise à l’écart de Charlotte Girard, militante très populaire à LFI, après que celle-ci a exprimé des réserves à l’égard de Sophia Chikirou, proche de Jean-Luc Mélenchon.

Mais il refuse de s’associer publiquement aux critiques exprimées par plusieurs cadres qui ont claqué la porte sur le manque de démocratie dans l’appareil. « S’il y a des problèmes à La France insoumise, c’est aux militants de La France insoumise de les résoudre », explique-t-il. Contactés, Manon Aubry et Manuel Bompard n’ont pas répondu à nos sollicitations.

« Ian Brossat fait honneur à la politique et au communisme »

« Ian Brossat fait honneur à la politique et au communisme. Il mène brillamment campagne en faisant le pari de l’intelligence et de la culture. Dans « communisme » il y a commun. Commun à tous les êtres humains. Au-delà des amalgames injustes qui ont tenté de disqualifier l’idéal communiste, il est grand temps de rappeler ce sens du bien commun, de l’intérêt général, et de la solidarité qu’implique la notion de communisme. Souvenons-nous du Front populaire, de la résistance au nazisme, puis de la Libération, avec l’œuvre inoubliable d’Ambroise Croizat, ministre communiste qui créa la Sécurité sociale. Oui, le Parti communiste français a joué un rôle décisif dans l’histoire de notre pays. Notamment pour promouvoir le progrès social. Aujourd’hui, face à la morgue de classe de M. Macron, et à sa politique dévastatrice pour les plus démunis, il nous faut un Parti communiste fier de son histoire, et décidé à jouer un rôle moteur dans le rassemblement des forces de progrès. Karl Marx disait que la classe ouvrière est une classe universelle en ce sens qu’en se libérant de l’exploitation capitaliste elle libère l’humanité tout entière. Transposé à l’âge de la mondialisation capitaliste, et appliqué à tous ceux qui ont à lutter contre l’injustice sociale, ce propos est d’une vive actualité. Y compris à l’échelle de l’Europe, enchaînée naguère par Jean Monnet au capitalisme et à l’atlantisme pro-américain, et qui n’est qu’une caricature de la belle idée européenne telle que l’a rêvée Victor Hugo. Le poète voulait une Europe du progrès culturel et humain, non une Europe de la concurrence libre et non faussée, qui fait du social un résidu facultatif. Le sens de la justice sociale ne doit pas se réduire au supplément d’âme d’un monde sans âme. Au Parlement européen, les élus communistes ne manqueront pas de combattre une économie dévoyée par des financiers indifférents au sort des laissés pour compte. Il est temps de refonder l’Europe sur la justice sociale et la responsabilité écologique, sans oublier la laïcité, idéal d’émancipation plus actuel que jamais. Je souhaite un beau succès à Ian Brossat et à sa liste pour que la France de notre regretté Jean Ferrat parle haut et fort à Bruxelles. » Henri Peña-Ruiz Philosophe, écrivain, maître de conférences à Sciences Po Paris.

 

1234

Yin

cuy gracioso 3

Aime le potage

Avis du 3 février 2015

Ce blog a été créé le 6 janvier 2015 pour prendre le relais du Petitcoucou venant d'être suspendu sans préavis ni avertissement en milieu de journée. Ayant eu cette fonction jusqu'au 1er février 2015, il devient un doublon du Petitcoucou suite à la réouverture de ce dernier après trois semaines de suspension, et sa reprise d'activité à compter du 2 février 2015.

Sondage

Aimez-vous ce blog ?

Chargement ... Chargement ...

Calendrier

mai 2019
L Ma Me J V S D
« avr   juin »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Avis

Les statistiques de ce blog sont bloquées depuis le 21 janvier 2015. Plus aucun compteur n'est incrémenté, ceux des visites du jour restent à zéro, les mises à jour ne se font plus.

Avis du 24 janvier 2015

Mes statistiques "avancées" sont de retour et font apparaître un record de visites le 21 janvier 2015 - record très modeste, mais néanmoins record pour ce blog nouveau-né. En revanche, les statistiques "basiques" sont toujours bloquées. Tout cela m'évoque bien évidemment les petites manies de Cyprien Luraghi qui n'a jamais pu supporter de voir s'envoler le nombre de mes lecteurs, qu'il surveille comme le lait sur le feu depuis la création de mon premier blog, sur Le Post, début septembre 2009.

Avis du 26 janvier 2015

Mes statistiques "basiques" sont de retour. Tout se passe normalement. Le Chinois de Thaïlande est inactif sur ce blog.

Avis du 31 janvier 2015

Mes statistiques "basiques" sont de nouveau bloquées depuis le 29 janvier.

Avis du 1er février 2015

Retour de mes statistiques "basiques".

Avis du 3 février 2015

Statistiques "basiques" de nouveau bloquées depuis le 1er février.

Avis du 6 février 2015

Mes statistiques "basiques" sont de retour. Tout fonctionne.

Avis du 11 février 2015

Mes statistiques "basiques" sont de nouveau bloquées depuis le 8 février.

Avis du 26 février 2015

Statistiques "basiques" enfin débloquées !

Avis du 27 février 2015

Statistiques "basiques" de nouveau bloquées depuis le 26 février. Ce petit jeu pourrait-il cesser ? On n'en voit pas l'intérêt... Complément de 22 h: merci de m'avoir rendu ces statistiques !

Avis du 4 mars 2015

Statistiques "basiques" de nouveau bloquées depuis le 1er mars. Merci de les débloquer et ne plus les bloquer ou les oublier en cet état à l'avenir.

Avis du 7 mars 2015

Statistiques "basiques" bien débloquées. Merci.

Avis du 25 mars 2015

Statistiques "basiques" bloquées depuis le 14 mars.

Avis du 2 avril 2015

Mes statistiques "basiques" sont de retour.

Avis du 26 avril 2015

Les statistiques "basiques" de ce blog sont encore bloquées, depuis le 10 avril 2015.

Avis du 28 avril 2015

Statistiques de retour. Merci.

Avis du 7 mai 2015

Je n'ai de nouveau plus de statistiques "basiques" depuis le 2 mai. Comme pour Petitcoucou, les statistiques "avancées" ont également disparu depuis deux jours.

Avis du 10 mai 2015

Statistiques "basiques" débloquées. Merci. Me manquent encore les statistiques "avancées".

Avis du 14 mai 2015

Toutes mes statistiques sont de retour depuis hier. Merci.

Avis du 3 octobre 2015

Les compteurs de mes statistiques avancées sont tous à zéro depuis le 1er octobre. Merci de me les rendre.

Avis du 5 octobre 2015

Statistiques "avancées" de retour ce soir. Merci.

Visiteurs en ligne

Il y a 13 visiteurs en ligne

Nombre total de visites

Messagerie

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter


#PatinoireHabbo |
Linounaty |
Cybersecuriter |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Peoplenews
| Lebilletdeleticia
| Spcialstarspcialscoopsurtou...