• Accueil
  • > AC ! Brest
  • > La juge brestoise Muriel Corre soutient que les femmes ingénieurs sont des prostituées


La juge brestoise Muriel Corre soutient que les femmes ingénieurs sont des prostituées

Aujourd’hui étant la 41ème journée internationale des droits des femmes, je lis ou écoute toutes les annonces gouvernementales relatives à l’égalité hommes-femmes et répète qu’aucune des lois ou mesures envisagées ou existant déjà ne sera jamais efficiente tant que nous n’avons aucune justice pour les faire appliquer ou respecter.

A titre d’exemple, je vais encore donner celui de mon cas personnel, une femme ingénieur dont tous les employeurs, supérieurs hiérarchiques et clients ont toujours loué les compétences professionnelles, jusqu’au jour où l’un d’eux, un proxénète disposant aussi de quelques sociétés à l’activité en apparence légale, eut décidé de s’approprier de sa personne.

D’emblée, il m’a fait vivre l’enfer, et j’ai très vite été victime d’agressions physiques graves.

Le harcèlement moral est une infraction pénale définie et réprimée par la loi n° 2002-73 du 17 janvier 2002 dite de modernisation sociale.

A l’époque où j’ai commencé à en être victime, dans les années 1990, elle n’existait pas et personne ne parlait de l’ensemble des faits aujourd’hui connus sous ce vocable de « harcèlement moral » dans le travail, hormis dans les milieux où il était couramment pratiqué pour casser des salariés gênants, comme celui des ingénieurs informaticiens où j’évoluais.

Les professionnels du harcèlement utilisaient d’ailleurs d’autres termes que ceux de « harcèlement moral » pour décrire leurs pratiques quotidiennes, ils parlaient d’ »action psychologique ». Celle-ci était et est toujours réellement inspirée de toutes les méthodes militaires connues sous le même vocable. C’est en réalité de la torture psychologique, termes que pour ma part, en tant que victime, j’ai toujours préféré employer dans les différentes plaintes que j’ai pu déposer avant que l’expression de « harcèlement moral » ne s’impose à tous après les premières publications de Marie-France Hirigoyen à ce sujet à la fin des années 1990.

Dans la plupart des cas, à l’époque comme aujourd’hui, il s’agit, non pas de pousser le salarié à la démission pour éviter un licenciement qui serait beaucoup plus coûteux pour l’entreprise, surtout s’il est sans cause réelle et sérieuse, mais véritablement de conduire la cible jusqu’au suicide.

Le but de l’employeur qui cherche à se débarrasser d’un de ses salariés de cette manière assez radicale, puisqu’il s’agit quand même de lui donner la mort, est précisément d’éviter tous les ennuis que pourrait lui faire son employé après avoir quitté l’entreprise dans les conditions d’un licenciement injustifié ou d’une démission forcée à l’issue d’une période de harcèlement : procès prud’homal ou autre, divulgation de secrets, dénonciations pour malversations diverses, des plus légères jusqu’aux plus graves.

En ce qui me concerne, la première période des harcèlements dont j’ai été victime dans le travail n’avait ainsi absolument pas pour but de me faire quitter l’entreprise, mais au contraire de m’en empêcher, mon employeur cherchant à s’assurer de manière définitive l’exclusivité de mes services.

Il voulait une esclave de plus dans son cheptel et prévoyait notamment de m’utiliser pour commettre des crimes et délits contre la Nation, sachant que j’étais déjà bien introduite dans les milieux de la Défense nationale, ce qui n’était pas son cas.

Mais j’ai refusé d’obéir à tous ses oukases illégitimes en dépit de toutes les contraintes qu’il avait élevées autour de moi pour s’assurer que je ne puisse rien lui refuser, et dès lors, les harcèlements dont j’étais victime de sa part n’ont plus eu pour but que de me conduire au suicide pour me faire taire sur tout.

Ses exigences secondaires, comme celles relatives à la prostitution, relèvent déjà de l’ensemble des processus susceptibles de me conduire au suicide ou à une mort certaine à brève échéance.

Près de trente ans plus tard, nous en sommes toujours là.

L’action psychologique n’ayant jamais produit le plus ultime des effets escomptés, j’ai fait l’objet de multiples tentatives d’assassinat et la proxénète Josette Brenterch du NPA de Brest, relais dans cette ville du premier de mes harceleurs, continue à gérer la situation depuis l’année 1994 au moins avec l’aide de tous ses sbires de l’extrême-gauche et celle de ses complices magistrats ultra CORROMPUS du Tribunal de Grande Instance de Brest .

En 2013, la juge Muriel Corre m’avait renvoyée en correctionnelle à sa demande pour le procès dont plusieurs de ses complices cyberharceleurs avaient commencé à assurer la publicité sur la toile dès ma première mise en examen en début d’année 2012.

Alors même qu’elle me faisait poursuivre pour avoir publié quelques démentis et droits de réponse à la suite de ses campagnes de calomnies publiques nominatives ayant débuté le 19 juin 2010, lesquelles s’accompagnaient notamment de harcèlement sexuel, et par voie de conséquence, pour m’être plainte aussi de ce type de harcèlement de sa part, tout en niant toutes ses exactions à mon encontre devant les juges, Josette Brenterch continuait à me faire calomnier et harceler sexuellement par de nombreux pervers, sur la toile comme dans la « vraie vie », à telle enseigne que j’ai dû aussi porter plainte contre ceux de ses complices qui me harcelaient hors Internet.

La juge brestoise Muriel Corre a traité mes plaintes à ce sujet comme elle avait traité celles de la proxénète en chef Josette Brenterch, c’est-à-dire qu’elle a continué à soutenir l’intégralité des inventions calomnieuses de cette femme à mon encontre, et a donc rejeté mes plaintes au motif, entre autres, que j’étais bien une prostituée comme le soutenaient Josette Brenterch et ses amis harceleurs.

Elle se permettait d’ailleurs de tenter de dissuader mon avocate de me défendre en lui soutenant que j’étais bien une prostituée.

Ceci étant, comme tous ses collègues magistrats du Tribunal de Grande Instance de Brest à la suite de mes premières plaintes portant sur les difficultés que je rencontrais dans l’exercice de ma profession dans les années 1990, depuis son arrivée à Brest en 2012 la juge Muriel Corre a toujours su que ma formation et mon parcours professionnels étaient ceux d’un ingénieur d’études en informatique.

Tout comme Josette Brenterch du NPA de Brest et son complice mon harceleur primitif, elle soutient donc avec une grande constance que les femmes ingénieurs sont des prostituées.

Ses collègues de la Cour d’Appel de Rennes n’étant toujours pas d’accord avec elle, elle devra bien un jour rendre des comptes pour toutes ses décisions scandaleuses à mon encontre.

Cependant, à ce jour nous en sommes toujours là : des magistrats en exercice, notamment à Brest, et particulièrement cette juge, soutiennent que les femmes ingénieurs sont des prostituées.

Combien de temps leurs victimes vont-elles encore devoir supporter toutes leurs persécutions ?

3 commentaires à “La juge brestoise Muriel Corre soutient que les femmes ingénieurs sont des prostituées”


  1. 0 BERREGAR 4 nov 2018 à 8 h 22 min

    Je suis victime d’escroqueries en bande organisée par des officiers ministériels chargés de mission de service public abusant de leurs pouvoirs. Avec la complicité de Madame Muriel CORRE juge d’instruction au tribunal de grande instance de BREST, violant les préliminaires de la Loi n° 2000-516 du 15 juin 2000 violant l’article 593 du code de procédure pénale, avec la complicité de Monsieur Bertrand LECLERC procureur de la République de BREST de l’époque violant les articles 591 et 593 du code de procédure pénale.www.civi.fr/

    Répondre

  2. 1 BERREGAR 5 nov 2018 à 7 h 46 min

    Je suis victime d’escroqueries en bande organisée par des officiers ministériels chargés de mission de service public abusant de leurs pouvoirs. Avec la complicité de Madame Muriel CORRE juge d’instruction au tribunal de grande instance de BREST, violant les préliminaires de la Loi n° 2000-516 du 15 juin 2000 violant l’article 593 du code de procédure pénale, avec la complicité de Monsieur Bertrand LECLERC procureur de la République de BREST de l’époque violant les articles 591 et 593 du code de procédure pénale.Lien à Copier coller dans le
    navigateur http://www.civi.fr/

    Répondre

Laisser un commentaire


Yin

cuy gracioso 3

Aime le potage

Avis du 3 février 2015

Ce blog a été créé le 6 janvier 2015 pour prendre le relais du Petitcoucou venant d'être suspendu sans préavis ni avertissement en milieu de journée. Ayant eu cette fonction jusqu'au 1er février 2015, il devient un doublon du Petitcoucou suite à la réouverture de ce dernier après trois semaines de suspension, et sa reprise d'activité à compter du 2 février 2015.

Sondage

Aimez-vous ce blog ?

Chargement ... Chargement ...

Calendrier

mars 2018
L Ma Me J V S D
« fév   avr »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

Avis

Les statistiques de ce blog sont bloquées depuis le 21 janvier 2015. Plus aucun compteur n'est incrémenté, ceux des visites du jour restent à zéro, les mises à jour ne se font plus.

Avis du 24 janvier 2015

Mes statistiques "avancées" sont de retour et font apparaître un record de visites le 21 janvier 2015 - record très modeste, mais néanmoins record pour ce blog nouveau-né. En revanche, les statistiques "basiques" sont toujours bloquées. Tout cela m'évoque bien évidemment les petites manies de Cyprien Luraghi qui n'a jamais pu supporter de voir s'envoler le nombre de mes lecteurs, qu'il surveille comme le lait sur le feu depuis la création de mon premier blog, sur Le Post, début septembre 2009.

Avis du 26 janvier 2015

Mes statistiques "basiques" sont de retour. Tout se passe normalement. Le Chinois de Thaïlande est inactif sur ce blog.

Avis du 31 janvier 2015

Mes statistiques "basiques" sont de nouveau bloquées depuis le 29 janvier.

Avis du 1er février 2015

Retour de mes statistiques "basiques".

Avis du 3 février 2015

Statistiques "basiques" de nouveau bloquées depuis le 1er février.

Avis du 6 février 2015

Mes statistiques "basiques" sont de retour. Tout fonctionne.

Avis du 11 février 2015

Mes statistiques "basiques" sont de nouveau bloquées depuis le 8 février.

Avis du 26 février 2015

Statistiques "basiques" enfin débloquées !

Avis du 27 février 2015

Statistiques "basiques" de nouveau bloquées depuis le 26 février. Ce petit jeu pourrait-il cesser ? On n'en voit pas l'intérêt... Complément de 22 h: merci de m'avoir rendu ces statistiques !

Avis du 4 mars 2015

Statistiques "basiques" de nouveau bloquées depuis le 1er mars. Merci de les débloquer et ne plus les bloquer ou les oublier en cet état à l'avenir.

Avis du 7 mars 2015

Statistiques "basiques" bien débloquées. Merci.

Avis du 25 mars 2015

Statistiques "basiques" bloquées depuis le 14 mars.

Avis du 2 avril 2015

Mes statistiques "basiques" sont de retour.

Avis du 26 avril 2015

Les statistiques "basiques" de ce blog sont encore bloquées, depuis le 10 avril 2015.

Avis du 28 avril 2015

Statistiques de retour. Merci.

Avis du 7 mai 2015

Je n'ai de nouveau plus de statistiques "basiques" depuis le 2 mai. Comme pour Petitcoucou, les statistiques "avancées" ont également disparu depuis deux jours.

Avis du 10 mai 2015

Statistiques "basiques" débloquées. Merci. Me manquent encore les statistiques "avancées".

Avis du 14 mai 2015

Toutes mes statistiques sont de retour depuis hier. Merci.

Avis du 3 octobre 2015

Les compteurs de mes statistiques avancées sont tous à zéro depuis le 1er octobre. Merci de me les rendre.

Avis du 5 octobre 2015

Statistiques "avancées" de retour ce soir. Merci.

Visiteurs en ligne

Il y a 1 visiteur en ligne

Nombre total de visites

Messagerie

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter


#PatinoireHabbo |
Linounaty |
Cybersecuriter |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Peoplenews
| Lebilletdeleticia
| Spcialstarspcialscoopsurtou...