• Accueil
  • > AC ! Brest
  • > La rue et les nazis : quand Méluche fait du Macron, c’est du chichon !


La rue et les nazis : quand Méluche fait du Macron, c’est du chichon !

Quand ce n’est pas l’un, c’est l’autre… à croire qu’ils se font concurrence avec ces assertions toutes plus choquantes les unes que les autres…

La dernière de Mélenchon est donc celle-ci : « C’est la rue qui a abattu les nazis… »

Pfff… les résistants n’ont jamais suivi le troupeau; de tous temps, ils se sont toujours cachés pour y échapper…

 

http://www.francetvinfo.fr/politique/melenchon/c-est-la-rue-qui-a-abattu-les-nazis-la-phrase-de-jean-luc-melenchon-qui-choque-la-classe-politique_2387109.html

« C’est la rue qui a abattu les nazis… » : la polémique après la phrase de Mélenchon en cinq actes

 

La phrase, prononcée samedi par le chef de file de La France insoumise lors de son discours place de la République après la manifestation contre la réforme du Code du travail, n’en finit pas de faire réagir.

 

Jean-Luc Mélenchon s\'adresse à ses partisans lors d\'un discours à Paris, le 23 septembre 2017.

Jean-Luc Mélenchon s’adresse à ses partisans lors d’un discours à Paris, le 23 septembre 2017. (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)
avatar

franceinfo avec AFPFrance Télévisions

 

Mis à jour le 24/09/2017 | 14:10
publié le 24/09/2017 | 10:51

C’était sa réponse à Emmanuel Macron. Le leader de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon a lancé « C’est la rue qui a abattu les nazis… »  lors de son discours après la manifestation contre la réforme du Code du travail, samedi à Paris. Le gouvernement a dénoncé « une faute politique » et « morale », dimanche 24 septembre, par la voix de son porte-parole Christophe Castaner, invité de  »Questions politiques » sur franceinfo. De son côté, le député des Bouches-du-Rhône assure qu’il n’a « jamais comparé le gouvernement actuel aux nazis ». Retour sur la polémique en cinq actes.

Acte 1 : Jean-Luc Mélenchon répond à Emmanuel Macron par une anaphore

Jean-Luc Mélenchon a répliqué samedi à Emmanuel Macron, pour qui « la démocratie, ce n’est pas la rue », par une anaphore.  »Monsieur le président, il vous reste à consulter l’histoire de France pour apprendre que c’est la rue qui a abattu les rois, c’est la rue qui a abattu les nazis, c’est la rue qui a protégé la République contre les généraux félons en 1962 [en réalité en 1961] (…), c’est la rue qui a obtenu la quatrième semaine de congés payés en 1968 (…), c’est la rue qui a abattu le plan Juppé (…), c’est la rue en 2006 qui a obtenu le retrait du CPE (…), c’est la rue toujours qui porte les aspirations du peuple français lorsqu’il ne peut les faire entendre autrement. »

 

Acte 2 : ministres et élus s’insurgent contre un « amalgame »

Le porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner, a aussitôt fustigé sur Twitter un amalgame entre le chef de l’Etat et les nazis.

 

De son côté, Richard Ferrand, président du groupe La République en marche à l’Assemblée, a dénoncé sur le réseau social des « amalgames délirants » et « déshonorants ». L’ancien Premier ministre Manuel Valls s’est lui aussi ému de la formule de Jean-Luc Mélenchon sur Twitter.

 

Comme le rappelle Le Parisien, ce sont les forces alliées, accompagnées par les Forces françaises de l’intérieur, qui ont permis la libération de la France, et non des manifestations. Certains ne manquent pas de le rappeller sur le réseau social, comme Jean-Pierre Denis, directeur de la rédaction de La Vie.

 

Dimanche matin, la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, a, à son tour, qualifié ces propos d’« indignes et honteux » sur Europe 1. « Comme une grande majorité de Français, j’ai été choquée, indignée qu’on puisse mettre sur le même plan les nazis, des démocrates, des républicains », a-t-elle déclaré lors du « Grand Rendez-Vous » Europe 1/Les Echos/CNews

Acte 3 : les proches du leader de La France insoumise volent à son secours

Les proches du leader de La France insoumise ont justifié ces propos sur le Huffington Post, balayant l’idée d’une comparaison entre le régime nazi et Emmanuel Macron.

« Il n’y a bien évidemment aucun parallèle. Son propos s’inscrit dans une énumération des grands moments de l’histoire de France durant lesquels la démocratie a vécu grâce au peuple », souligne Eric Coquerel, député de La France insoumise de Seine-Saint-Denis.

« Avec cette partie précise, Jean-Luc [Mélenchon] faisait référence à la Résistance et la mobilisation populaire qui a notamment permis la libération de Paris », poursuit-il. « Les Parisiens ont libéré Paris de l’occupation nazie, c’est le peuple qui l’a fait », renchérit Alexis Corbière, autre député de Seine-Saint-Denis.

Une analyse étayée par une conseillère du député des Bouches-du-Rhône auprès du Huffington Post : « Il suffit de voir les appels du Comité de libération de Paris pour comprendre », explique-t-elle, faisant suivre au magazine en ligne l’un de ses appels dans lequel on peut lire que « l’insurrection du peuple de Paris a déjà libéré de nombreux édifices de la capitale ».

Acte 4 : Jean-Luc Mélenchon dément toute comparaison et dénonce une « diversion »

« Je n’ai jamais comparé le gouvernement actuel aux nazis, cela va de soi », réagit dimanche Jean-Luc Mélenchon sur son site. Ajoutant : « Qu’un Castaner veuille le faire croire est de son niveau. Mais qu’il soit relayé pour faire du buzz dit bien le niveau d’abaissement auquel en sont rendus d’aucuns. »   »J’ai répliqué au président qui affirmait « la démocratie, ce n’est pas la rue », en lui demandant d’apprendre son histoire de France. Il y aurait vu que la démocratie vint par la rue quand celle-ci abattit les rois, chassa les nazis, créa le droit à la section syndicale, la quatrième semaine de congés payés en 1968″, précise le leader de la France Insoumise.

Le député des Bouches-du-Rhône reproche à l’entourage d’Emmanuel Macron de faire « diversion » après la manifestation contre la réforme sur le Code du travail. « Cinq mois après son élection présidentielle, le vainqueur de Mme Le Pen bute sur la volonté du peuple de ne point se laisser dépouiller de ses droits. On voit donc ses agents réduits à inventer des polémiques de diversion pour ne pas acter le constat du rapport de force », écrit-il.

Acte 5 : le gouvernement dénonce une « faute politique » et « morale »

Invité de l’émission  »Questions d’info » sur LCP-France info-Le Monde-AFP, le porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner, a maintenu sa position, dénonçant une « faute politique » et « morale » de Jean-Luc Mélenchon. Ajoutant que, selon lui, le chef de file de La France insoumise est dans « le déni de réalité » et qu’« il est dans une sorte de revanche permanente ».

 

 

0 commentaire à “La rue et les nazis : quand Méluche fait du Macron, c’est du chichon !”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire