• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 6 juin 2016

Archives pour 6 juin, 2016

Affaire Bernard Ripert : du grand théâtre à Grenoble jeudi 2 juin 2016

Il accuse le procureur de mentir et de faire des faux et dit que la psychiatre qui l’a fait interner lui aurait avoué avoir subi des pressions.

C’est sans doute vrai.

Je ne sais ce qui se passe dans les juridictions grenobloises où je n’ai jamais mis les pieds, mais peux bien m’étendre sur celles dont je dépends, où effectivement les magistrats qui mentent et font des faux ne sont pas si rares. Dans les affaires qui me concernent, c’est même quasiment systématique. Je suis en effet confrontée à des magistrats qui ne se gênent pas pour refaire selon leurs convenances personnelles, toute ma biographie, toute l’histoire de mes différends avec Josette Brenterch et ses divers complices, notamment ceux de la bande du cyberdélinquant Pascal Edouard Cyprien Luraghi, et encore les témoignages de mes témoins, et même les certificats ou comptes rendus médicaux de mes médecins, des spécialistes réputés dont ils remettent en cause tous les diagnostics du fait qu’ils ne sont pas conformes aux prétentions de mes harceleurs concernant tout autant mon état mental que mon état physique !!!

Cela dit, en ce qui me concerne, je n’admets pas du tout que des médecins, psychiatres ou autres, puissent établir des certificats ou des diagnostics médicaux sur ordre ou sur pressions de tiers, quels qu’ils soient, autres médecins ou individus sans aucune compétence en matière médicale.

A chacun son travail, son rôle et ses responsabilités.

Je suis déjà extrêmement choquée que mes avocats ne me défendent pas ou choisissent de s’en tenir aux mensonges et inventions des magistrats brestois dont ils subissent des pressions dans les affaires qui me concernent, peu importe qu’ils me disent clairement ou non être selon eux dans l’impossibilité de contrarier ces magistrats ultra CORROMPUS.

Je n’admets pas que des médecins puissent céder à des pressions, quelles qu’elles soient, et me demande d’ailleurs à quels chantages ils peuvent bien être soumis de la part de magistrats.

Et qu’en sera-t-il bientôt en matière d’euthanasie ?

« Excusez-moi, mais je subis des pressions pour vous euthanasier quoique vous soyez encore en pleine forme. »

Pressions de qui ? de l’amant de la jeune épousée qui attend l’héritage ?

 

http://tempsreel.nouvelobs.com/justice/20160603.OBS1871/l-avocat-d-action-directe-s-insurge-contre-son-internement-en-psychiatrie.html

L’avocat d’Action directe s’insurge contre son internement en psychiatrie

 

L’avocat d’Action directe s'insurge contre son internement en psychiatrie
Bernard Ripert, avocat grenoblois, au tribunal correctionnel de Lyon, le 2 juin 2013. (JEFF PACHOUD/AFP)

 

L’avocat grenoblois avait été contraint à une hospitalisation forcée sur décision du procureur général. Il s’estime victime d’un « traitement inhumain ».

 

 

Un avocat menotté, placé en garde à vue puis interné dans un hôpital psychiatrique sur ordre du procureur de la République. La procédure est peu banale. D’autant qu’elle vise l’un des ténors du barreau de Grenoble, Bernard Ripert, qui a défendu le groupe terroriste d’extrême gauche Action directe en 1987 et en 1994. Jeudi 2 juin, alors que la Cour d’appel de Grenoble se prononçait sur la radiation de l’avocat de 65 ans, ce dernier dénonçait dans « Libération » le « traitement inhumain » qu’on lui avait infligé.

A l’origine de cette affaire : un regard de l’avocat interprété par la Cour d’appel de Grenoble comme une « intimidation d’un magistrat en vue d’influencer son comportement ». Le 13 mai, lors d’une audience devant décider de sa suspension, Maître Ripert aurait en effet dévisagé un membre de la Cour, entraînant des poursuites à son encontre. Par la suite convoqué à l’hôtel de police de Grenoble dans le cadre de cette procédure, l’homme de loi ne s’est pas présenté au rendez-vous. Les forces de police sont donc venues l’interpeller à son domicile, lundi 25 mai.

Un avocat « présentant des troubles mentaux » ?

Pendant sa garde à vue, un médecin relève que le magistrat souffre d’hypertension et recommande de l’hospitaliser au CHU de Saint-Egrève (Isère). Au sein de cet établissement, il est examiné par un psychiatre, à la demande du procureur général de Grenoble. A la suite du diagnostic du spécialiste, le procureur déclare que Maître Ripert est « une personne présentant des troubles mentaux qui nécessit[ent] son placement sous contrainte en hôpital psychiatrique ». Le patient est donc transféré mardi 24 mai à l’hôpital psychiatrique de Bassens (Savoie). Il en sort le lendemain sur décision du préfet de Savoie, qui a consulté deux autres avis médicaux déclarant le magistrat sain d’esprit.

Le sort réservé à l’avocat grenoblois suscite l’émoi dans toute la profession. Le Conseil national des barreaux (CNB) déclare  »demeurer vigilant face aux pratiques qui consistent à placer en garde à vue, menotter et interner un avocat pour des faits en relation avec l’exercice de la défense ». L’association des avocats pénalistes a, quant à elle, publié un communiqué assurant son confrère de son soutien, dès sa sortie de l’hôpital.

Une cinquantaine d’avocats étaient présents à l’audience du 2 juin pour épauler Maître Ripert. Fidèle à lui-même, ce dernier a fait une entrée très théâtrale dans la salle d’audience : arborant sur sa robe le triangle rouge duquel les nazis marquaient les résistants et les prisonniers politiques, il s’est frayé à reculons un passage à travers la foule.

Un procureur accusé de vengeance personnelle

Pendant deux heures et demie, Bernard Ripert a livré devant la Cour un réquisitoire au cours duquel il a condamné les « graves irrégularités et illégalités » des procédures engagées contre lui. Et exigé la récusation des magistrats et du procureur général de la cour. Il s’est montré particulièrement virulent contre ce dernier qu’il accuse d’avoir poussé les magistrats à le suspendre « pour satisfaire son ego et son besoin de vengeance personnelle ».

A l’issue de l’audience, la Cour a annoncé qu’elle rejetait la récusation du procureur et qu’elle refusait de se prononcer sur sa propre récusation. En soutien de son confrère, l’avocat parisien Maître Lévy a plaidé le dépaysement de l’affaire, reprochant à la cour d’appel de Grenoble d’être « partiale » : « Toutes ces décisions concourent au même but : faire taire un avocat qui dérange. »

Provocations en série

« Un avocat qui dérange », ce titre semble coller à la peau de Bernard Ripert, réputé pour son ton insolent et ses plaidoiries provocatrices. L’avocat d’Action directe est coutumier des condamnations à des sanctions disciplinaires. En 2013, il avait été suspendu pendant un an pour avoir qualifié une avocate de « roquet » et accusé un président de cour d’avoir « menti » et « triché ».

L’avocat a également été suspendu quatre mois en février dernier pour manquement déontologique : il avait injurié ses confrères ainsi qu’un directeur de prison. Le conseil régional de discipline a néanmoins relaxé grenoblois le 9 mai. Mais le parquet a fait appel, prolongeant ainsi sa suspension jusqu’au 30 juin.

Maïté Hellio

L'Obs
L’ObsJournaliste

 

http://www.liberation.fr/france/2016/06/02/interne-d-office-maitre-ripert-denonce-un-traitement-inhumain_1456909

Interné d’office, maître Ripert dénonce un «traitement inhumain»

 

 

L’avocat Bernard Ripert avant son audience au palais de justice de Grenoble le 2 juin. Photo Pablo Chignard. Hans Lucas pour Libération

L’audience de l’avocat historique d’Action directe, jugé pour manquements à la déontologie à Grenoble, a tourné au procès de la cour elle-même.

 

  • Interné d’office, maître Ripert dénonce un «traitement inhumain»

Cette audience de la cour d’appel de Grenoble restera dans les annales. Ce jeudi, elle devait examiner sur le fond les poursuites disciplinaires engagées contre l’avocat du barreau de Grenoble, Bernard Ripert, 65 ans, avocat historique d’Action directe et adepte de la défense «de rupture», virulente et provocatrice ? Elle a tourné au procès de la cour elle-même et de ses magistrats. Suspendu provisoirement par cette même cour d’appel le mois dernier, après que le conseil régional de l’ordre l’a pourtant relaxé des manquements qui lui sont reprochés, Bernard Ripert l’affirme : il risque à l’issue de ce procès d’être radié définitivement.

Dans la salle d’audience, près de 50 avocats sont là, venus de toute la France, pour soutenir leur confrère et, pour certains, plaider pour sa défense. Dans le couloir, devant la petite salle d’audience bondée, près de 150 personnes sous pression sont massées, ne pouvant entrer, scandant «procès public !» Parmi eux, Jean-Marc Rouillan, venu «soutenir son avocat». Bernard Ripert fait son entrée, fendant la foule de ses confrères… en marchant à reculons. Sur sa robe d’avocat, il porte le triangle rouge utilisé par les nazis pour marquer les prisonniers politiques et les résistants. C’est le dos tourné à la cour, et à son premier président Beynel, qu’il prend la parole, d’une voix de stentor, évoquant les rocambolesques poursuites qu’il a subies la semaine dernière dans le cadre d’une procédure pour «intimidation envers un magistrat», l’un des membres de cette cour justement… «La raison pour laquelle je vous tourne le dos, c’est qu’il m’est interdit de regarder un magistrat plus de deux secondes. Pour l’avoir fait, j’ai été violemment arrêté chez moi, placé en garde à vue puis interné en hôpital psychiatrique, décision scandaleuse et abusive.»

Le président l’assure de son «regard bienveillant, ouvert et attentif» et Ripert se retourne. Pendant deux heures et demie, il soumet la cour à un réquisitoire virulent et étayé, sans la moindre note, dénonçant les «graves irrégularités et illégalités» des procédures menées contre lui, demandant la récusation des magistrats de la cour et celle du procureur général de la cour d’appel, l’accusant d’avoir, «pour satisfaire son ego et son besoin de vengeance personnelle», poussé les magistrats de la cour d’appel à le suspendre alors même qu’une telle suspension n’est pas de leur ressort. Les dizaines de robes noires opinent du chef.

«Acceptez d’ouvrir les yeux»

Ripert dénonce «le harcèlement, les persécutions, les tortures psychologiques et le traitement inhumain» que le procureur général lui inflige. Il interroge la cour, après avoir dénoncé des «mensonges» et les «faux» du procureur contre lui : «Allez-vous encore le suivre lorsqu’il va vous demander ma radiation ? C’est lui qui doit être radié.» La foule massée dans le couloir est totalement silencieuse, à l’écoute du vieil avocat survolté.

Ripert en vient au fond : «Que me reprochez-vous ? Pourquoi m’interdisez-vous d’exercer mon métier ? Ma manière de respecter la justice et ceux qui la rendent est de plaider la vérité. Je n’ai jamais triché avec les faits, avec les lois.» Tendant un doigt accusateur vers le procureur, il assène : «Acceptez d’ouvrir les yeux : celui-là a fait, à quelques jours de son départ en retraite, une affaire personnelle de ma radiation.» Evoquant l’épisode de son internement psychiatrique, il affirme : «La psychiatre qui m’a examiné […] m’a avoué avoir subi des pressions.»

«Je demande le respect pour le procureur»

Le président du Syndicat des avocats de France (SAF), Florian Borg, soutient ensuite ces demandes de récusation : «Bernard Ripert doit profiter d’une justice impartiale, or la partialité de votre juridiction est avérée, au vu de la suspension, de la garde à vue et de l’internement qu’il a subis. La cause dépasse son cas personnel, c’est la liberté de la défense que nous suivons ici.» Le procureur répond en quelques mots : «Je n’ai aucune inimitié envers Me Ripert, je demande le respect pour le procureur», avant de déclarer les demandes de récusation «irrecevables».

Des soutiens à l'avocat Bernard Ripert devant la salle d'audience au palais de justice de Grenoble, le 02 juin.

Des soutiens à l’avocat Bernard Ripert devant la salle d’audience au palais de justice de Grenoble, jeudi. Photo Pablo Chignard. Hans Lucas pour Libération

Après une suspension de séance prolongée, la Cour annonce qu’elle rejette la récusation du procureur et qu’elle refuse de se prononcer sur sa propre récusation. Elle a remis par mail, la décision entre les mains de la Cour de cassation. Le ténor du barreau parisien, Me Levy, reprend alors la charge, plaidant le dépaysement de l’affaire : «Nous soupçonnons la cour d’appel de Grenoble d’être partiale», précise-t-il, pointant une «chaîne de décision et de responsabilités» qui a abouti à une situation qui «avilit l’institution judiciaire». Après avoir dénoncé à son tour l’illégalité de la suspension prononcée contre Ripert par cette cour et «l’infâme» traitement qui lui a été infligé pour un simple regard, il se fait solennel : «Toutes ces décisions concourent au même but : faire taire un avocat qui dérange, […] ce n’est pas un acte contre une personne, c’est un acte contre l’ensemble de ceux qui sont soumis à la justice. Il vous déplaît, monsieur le procureur, qu’un avocat trouble les audiences et gène le travail des magistrats ? Il n’a pourtant pas d’autre rôle… Nous ne sommes pas dans un régime totalitaire. Nous sommes ici pour vous exprimer notre indignation.»

François Carrel de notre correspondant à Grenoble

 

Egalement à lire :

https://blogs.mediapart.fr/patrick-cahez/blog/030616/bernard-ripert-lavocat-courageux-qui-denonce-une-justice-menacant-la-democratie


Yin

cuy gracioso 3

Aime le potage

Avis du 3 février 2015

Ce blog a été créé le 6 janvier 2015 pour prendre le relais du Petitcoucou venant d'être suspendu sans préavis ni avertissement en milieu de journée. Ayant eu cette fonction jusqu'au 1er février 2015, il devient un doublon du Petitcoucou suite à la réouverture de ce dernier après trois semaines de suspension, et sa reprise d'activité à compter du 2 février 2015.

Sondage

Aimez-vous ce blog ?

Chargement ... Chargement ...

Calendrier

juin 2016
L Ma Me J V S D
« mai   juil »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  

Avis

Les statistiques de ce blog sont bloquées depuis le 21 janvier 2015. Plus aucun compteur n'est incrémenté, ceux des visites du jour restent à zéro, les mises à jour ne se font plus.

Avis du 24 janvier 2015

Mes statistiques "avancées" sont de retour et font apparaître un record de visites le 21 janvier 2015 - record très modeste, mais néanmoins record pour ce blog nouveau-né. En revanche, les statistiques "basiques" sont toujours bloquées. Tout cela m'évoque bien évidemment les petites manies de Cyprien Luraghi qui n'a jamais pu supporter de voir s'envoler le nombre de mes lecteurs, qu'il surveille comme le lait sur le feu depuis la création de mon premier blog, sur Le Post, début septembre 2009.

Avis du 26 janvier 2015

Mes statistiques "basiques" sont de retour. Tout se passe normalement. Le Chinois de Thaïlande est inactif sur ce blog.

Avis du 31 janvier 2015

Mes statistiques "basiques" sont de nouveau bloquées depuis le 29 janvier.

Avis du 1er février 2015

Retour de mes statistiques "basiques".

Avis du 3 février 2015

Statistiques "basiques" de nouveau bloquées depuis le 1er février.

Avis du 6 février 2015

Mes statistiques "basiques" sont de retour. Tout fonctionne.

Avis du 11 février 2015

Mes statistiques "basiques" sont de nouveau bloquées depuis le 8 février.

Avis du 26 février 2015

Statistiques "basiques" enfin débloquées !

Avis du 27 février 2015

Statistiques "basiques" de nouveau bloquées depuis le 26 février. Ce petit jeu pourrait-il cesser ? On n'en voit pas l'intérêt... Complément de 22 h: merci de m'avoir rendu ces statistiques !

Avis du 4 mars 2015

Statistiques "basiques" de nouveau bloquées depuis le 1er mars. Merci de les débloquer et ne plus les bloquer ou les oublier en cet état à l'avenir.

Avis du 7 mars 2015

Statistiques "basiques" bien débloquées. Merci.

Avis du 25 mars 2015

Statistiques "basiques" bloquées depuis le 14 mars.

Avis du 2 avril 2015

Mes statistiques "basiques" sont de retour.

Avis du 26 avril 2015

Les statistiques "basiques" de ce blog sont encore bloquées, depuis le 10 avril 2015.

Avis du 28 avril 2015

Statistiques de retour. Merci.

Avis du 7 mai 2015

Je n'ai de nouveau plus de statistiques "basiques" depuis le 2 mai. Comme pour Petitcoucou, les statistiques "avancées" ont également disparu depuis deux jours.

Avis du 10 mai 2015

Statistiques "basiques" débloquées. Merci. Me manquent encore les statistiques "avancées".

Avis du 14 mai 2015

Toutes mes statistiques sont de retour depuis hier. Merci.

Avis du 3 octobre 2015

Les compteurs de mes statistiques avancées sont tous à zéro depuis le 1er octobre. Merci de me les rendre.

Avis du 5 octobre 2015

Statistiques "avancées" de retour ce soir. Merci.

Visiteurs en ligne

Il y a 2 visiteurs en ligne

Nombre total de visites

Messagerie

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter


#PatinoireHabbo |
Linounaty |
Cybersecuriter |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Peoplenews
| Lebilletdeleticia
| Spcialstarspcialscoopsurtou...