• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 28 mai 2016

Archives pour 28 mai, 2016

Encore un message de mon spammeur fou !

Il fait partie des deux séries de spams reprises depuis le 8 mai 2016 par mon spammeur d’habitude dont j’ai publié les précédents messages et en constitue le huitième.

Je l’ai reçu vendredi 27 mai 2016 à 13h57.

En voici le code source :

 

From - Fri May 27 16:03:41 2016

Return-Path: <>
X-Original-To: 
Delivered-To:
X-Greylist: delayed 303 seconds by postgrey-1.31 at bender; Fri, 27 May 2016 14:08:11 CEST

Received: from unknown (HELO localhost) (jjqd@clarionnet.com@217.223.80.191)
	by 113.162.51.167 with ESMTPA; Fri, 27 May 2016 19:07:06 +0700
X-Originating-IP: 217.223.80.191
From: jjqd@clarionnet.com
To: 
Subject: Get Ready! New GIANT Play is Coming
Date: Fri, 27 May 2016 18:57:10 +0700

It Has Positive Momentum Now! A Possible Runner.

Get it at: $0.09
Name: Green Hygienics Holdings, Inc
Long Term Target Price: $1.00
Symbol to buy: G-RY-N
Trading Date: Friday, May 27

It is our Momentum Monster for Today!!! It Leaps, and a new 
trade alert with momentum!

 

 

Provenances identifiables :

 

IP-Adresse: 113.162.51.167
Provider: VDC
Organisation: Vietnam Posts and Telecommunications(VNPT)
Region: Hai Phong (VN)

 

 

 

 

Pays : Vietnam

 

IP-Adresse: 217.223.80.191
Provider: Telecom Italia

 

 

Pays : Italie

Vidéosurveillance en prison : vive colère de Salah Abdeslam depuis sa cellule

Selon son avocat, ce serait la raison pour laquelle il est resté muet devant les juges d’instruction français la semaine dernière : il ne supporte pas la vidéosurveillance 24 heures sur 24 qui le perturbe et se plaint que son intimité est violée.

N’importe qui peut le comprendre, Loft Story n’est quand même pas du goût de tous.

Ce dispositif exceptionnel pose d’ailleurs des questions d’ordre légal, comme le souligne Maître Henri Leclerc, ancien président de la Ligue des droits de l’Homme, que personne n’a jamais entendu s’indigner des traitements réservés aux personnes hospitalisées en psychiatrie, qu’elles soient ou non atteintes de troubles psychiatriques.

Rappelons donc, comme le dénonce à juste titre le CGLPL (voir mon dernier article de blog de la journée de mercredi, 25 mai 2016), que le droit à l’intimité en hôpital psychiatrique est bafoué par le développement de la vidéosurveillance, voire l’installation de micros et de caméras thermiques «attentatoires à la dignité des patients», ces derniers étant de plus assez souvent astreints à vivre comme des bêtes dans des chambres dénuées de tout mobilier où ils se trouvent à l’isolement, enfermés 24 heures sur 24, sans visites ni promenades d’aucune sorte.

Les vidéos sont bien évidemment conservées et sortent des établissements psychiatriques, elles circulent notamment parmi les étudiants en médecine.

Par ailleurs, les personnes hospitalisées en psychiatrie sont très souvent des victimes de viol. Elles ont déjà subi un ou plusieurs viols physiques, et sont encore violées de diverses manières en psychiatrie.

Traiter les traumatismes résultant du viol par de nouveaux viols, est-ce bien raisonnable ?

Trop souvent, l’objectif est en réalité de garantir l’impunité aux violeurs et/ou pédophiles afin qu’ils puissent recommencer et multiplier les victimes ou futurs clients de l’HP.

C’est bon pour le développement de l’emploi dans les services publics autant que pour l’industrie pharmaceutique.

Qui s’en plaint ?

Personne, hormis quelques victimes encore capables de s’exprimer, mais dont le discours reste totalement inaudible, car l’extrême-gauche veille au grain.

 

http://www.rtl.be/info/monde/france/attentats-de-paris-vive-colere-de-salah-abdeslam-depuis-sa-cellule-821820.aspx

Attentats de Paris: vive colère de Salah Abdeslam depuis sa cellule

 

Publié le 27 mai 2016 à 15h37   |  4268  |
Attentats de Paris: vive colère de Salah Abdeslam depuis sa cellule

 

Actuellement détenu à la prison de Fleury-Mérogis (Essonne, banlieue parisienne), Salah Abdeslam ne semble pas poser de souci aux gardiens de prison. Cependant, le journal ‘Le Parisien’ révèle un épisode. A l’isolement, le dernier survivant du commando des attentats de Paris serait entré dans une colère vive en apprenant que des caméras de surveillance scrutaient ses faits et gestes 24h sur 24. « En voyant les caméras de surveillance, il est entré dans une colère noire en disant qu’on violait son intimité. Les agents ont eu quelques sueurs froides », a fait savoir une source judiciaire au journal Le Parisien.

La semaine dernière, Salah Abdeslam a refusé de parler au juge d’instruction français. Il a fait valoir son droit au silence. « Il est particulièrement perturbé de la vidéosurveillance dans sa cellule. C’est une décision politique pour rassurer l’opinion publique. Il ne supporte pas d’être surveillé 24 heures sur 24 et je crois que psychologiquement, ça lui crée une difficulté », avait indiqué alors son avocat français Frank Berton.

Rappel: qui est Salah Abdeslam?

Interpellé le 18 mars 2016 à Molenbeek, il est actuellement en détention en France. Ce Français de 26 ans, né et vivant à Bruxelles, a loué en Belgique la Polo du Bataclan et une Clio, mais aussi réservé des chambres d’hôtel dans le cadre des attentats. Il était dans le 18e arrondissement de Paris le soir des attentats, là où la Clio a ensuite été retrouvée. Il aurait convoyé les kamikazes du Stade de France et aurait été chargé d’une attaque dans le 18e, évoquée dans la revendication de l’EI, mais qui n’a jamais eu lieu.

Des empreintes de Salah Abdeslam ont été relevées en décembre dans un appartement de Schaerbeek (rue Henri Bergé) puis en mars dans une habitation de Forest (rue du Dries), là où la police a essuyé des tirs à la suite d’une perquisition. Le vendredi 18 mars, une opération de police dans la rue des Quatre Vents, à Molenbeek, a débouché sur l’interpellation de Salah Abdeslam, hébergé par une famille dans un logement communal au numéro 79. L’homme est blessé à la jambe lors de l’assaut. Le 19 mars, il est inculpé de participation à des assassinats terroristes et de participation aux activités d’une organisation terroriste.

 

http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/attentats-a-paris-la-cnil-valide-la-videosurveillance-24-heures-sur-24-imposee-a-salah-abdeslam-7783327097

Attentats à Paris : la Cnil valide la vidéosurveillance 24 heures sur 24 imposée à Salah Abdeslam

 

INFO RTL – Bien qu’exceptionnel, le dispositif est également étendu à d’autres catégories de détenus que les terroristes.

 

Vidéosurveillance en prison : vive colère de Salah Abdeslam depuis sa cellule dans Crime 7776874379_une-cellule-de-prison-totalement-devastee
Attentats à Paris la Cnil valide la vidéosurveillance 24 heures sur 24 imposée à Salah Abdeslam Crédit Image : JOHN MACDOUGALL / AFP

 

par Elisabeth Fleury , Ludovic Galtier publié le 21/05/2016 à 10:20 mis à jour le 21/05/2016 à 10:22

 

Salah Abdeslam n’a rien voulu dire devant les juges d’instruction parisiens. Le seul terroriste encore vivant des attentats du 13 novembre à Paris a invoqué son droit au silence. Selon son avocat, Franck Berton, la vidéosurveillance à laquelle est soumis Salah Abdeslam 24 heures sur 24 dans sa cellule de Fleury-Mérogis ne le rend pas coopératif. Pourtant, selon une information de RTL, ce traitement exceptionnel a été validé le 20 mai par la Commission nationale informatique et liberté (Cnil). Il a même été élargi à d’autres détenus, tous ceux dont l’évasion ou le suicide pourraient avoir un impact important sur l’ordre public, pourraient être filmés 24 heures sur 24. Exactement comme dans le cas de Salah Abdeslam.

Il sera désormais possible de filmer certains détenus 24 heures sur 24. La décision devra être exceptionnelle. Le ministre de la Justice la motivera par écrit. Mais le pas est bel et bien franchi et pas seulement pour les terroristes. La surveillance est étendue nuit et jour pendant une durée de trois mois renouvelable. Des surveillants vont donc partager sur des écrans le quotidien et l’intimité de ces hommes. Les bandes vidéos pourront même être conservées pendant un mois.

Si c’est pour éviter que les gens ne se suicident, pourquoi conserver les données ?

Maître Henri Leclerc, ancien président de la Ligue des droits de l’Homme

Maître Henri Leclerc, ancien président de la Ligue des droits de l’Homme, s’interroge sur ce « Loft » version carcéral. « Si c’est pour éviter que les gens ne se suicident, pourquoi conserver les données ? Il ne faut pas oublier que le prisonnier a droit à sa dignité et qu’il a une vie privée. C’est ce que dit la Cour européenne des droits de l’Homme ». L’avis de la Cnil permet à la chancellerie de balayer l’argument. Reste la question du coût sans doute très élevé de cette mesure. Pour l’instant, aucun chiffrage ne filtre.

avatar dans Folie
par Elisabeth Fleury

 

 

http://www.leparisien.fr/faits-divers/detenus-djihadistes-les-coulisses-du-cas-abdeslam-27-05-2016-5834293.php

Détenus djihadistes : les coulisses du cas Abdeslam

 

Thibault Raisse | 27 Mai 2016, 07h00 | MAJ : 27 Mai 2016, 16h05

Le journal flamand «Het Nieuwsblad» a diffusé une photo de Salah Abdeslam dans sa prison de Bruges.
Le journal flamand «Het Nieuwsblad» a diffusé une photo de Salah Abdeslam dans sa prison de Bruges.

Document Het Nieuwsblad

 

Une attention de tous les instants. Des rapports rédigés toutes les heures, y compris la nuit. De mémoire d’agent, jamais la surveillance d’un prisonnier n’avait autant mobilisé de ressources matérielles et humaines au sein de l’administration pénitentiaire. « Même le roi de l’évasion Antonio Ferrara n’est pas scruté d’aussi près », ironise une source bien informée.

Incarcéré dans l’immense prison de Fleury-Mérogis (Essonne) depuis bientôt un mois, Salah Abdeslam n’est définitivement pas un détenu comme les autres. « Le moindre incident durant sa détention serait vécu comme une faute difficilement pardonnable », souffle une source ministérielle.

Au ministère de la Justice, le sujet brûlant de l’incarcération du seul membre survivant connu des attaques du 13 novembre s’est ouvert dès le jour de son arrestation. Une réflexion à laquelle participe alors la direction de l’administration pénitentiaire, le cabinet du ministre Jean-Jacques Urvoas, mais aussi l’un des juges d’instruction chargé d’enquêter sur les attentats de Paris et de Saint-Denis. Deux prisons tiennent la corde pour accueillir l’ex-fugitif : Fresnes et Fleury-Mérogis. Toutes deux possèdent les quartiers d’isolement les mieux sécurisés de la région. L’arrestation de Reda Kriket, fin mars, pour un projet d’attentat et son incarcération à Fresnes, met fin à l’hésitation : impossible de réunir ces deux gros poissons dans le même établissement.

Malgré l’insécurité juridique du dispositif, la décision d’installer deux caméras de surveillance dans la cellule de 9 m² s’impose rapidement. Avant d’accueillir le prisonnier, un membre du cabinet du garde des Sceaux vient en personne visiter la cellule choisie et s’assurer que rien n’est laissé au hasard. Le mobilier a été scellé au sol, et les cellules voisines ont été vidées pour éviter toute interaction. A son arrivée, le 27 avril, Salah découvre les lieux. Tout était prévu… sauf sa réaction. « En voyant les caméras de surveillance, il est entré dans une colère noire en disant qu’on violait son intimité. Les agents ont eu quelques sueurs froides », se rappelle une source judiciaire. Son apparition entraîne huées et applaudissements mêlés du reste de la coursive. Un détenu qui l’a traité de traître a même dû être déplacé.

Depuis ce coup de sang, Salah Abdeslam est un détenu quasi modèle. Le terroriste présumé passe l’essentiel de ses journées à regarder la télé, à lire des livres religieux et à s’entretenir avec l’aumônier musulman, refusant régulièrement la promenade quotidienne — et solitaire — qui lui est proposée. Aucun incident n’a été relevé, ni à l’intérieur de sa cellule ni dans son comportement poli avec les surveillants. « La majorité des prisonniers terroristes ont une attitude tout à fait normale en détention », souligne une source syndicale. Exception à la règle : Ayoub el-Khazzani, l’assaillant du Thalys arrêté en août dernier, actuellement à Bois-d’Arcy. « Il est en boucle sur la religion, et ses propos incohérents laissent penser qu’il n’est pas tout à fait sain sur le plan psychologique », poursuit cette même source. Pour Salah Abdeslam, comme pour d’autres terroristes présumés ou condamnés, les fouilles corporelles ou à l’intérieur de la cellule sont très fréquentes.

Leur nombre sans cesse grandissant crée de nouveaux écueils. « Si d’autres arrestations d’ampleur interviennent dans les prochains mois, la question de leur affectation va poser problème », commente un habitué du monde carcéral qui note aussi que « rien n’est prévu pour les femmes ». Le cas de Mohamed Abrini, l’un des complices d’Abdeslam arrêté en Belgique, s’annonce d’ores et déjà compliqué. Promis à un transfert en France dans les prochains mois, il ne pourra logiquement pas être incarcéré à Fleury, pour éviter les contacts avec son ami, ni à Fresnes, où Reda Kriket, lui aussi proche des réseaux djihadistes belges, est emprisonné.

En savoir plus
Comment sont surveillés les détenus djihadistes
« Une pression de tous les instants »
Feu vert à la vidéo non-stop 

 

http://www.leparisien.fr/faits-divers/comment-sont-surveilles-les-detenus-djihadistes-27-05-2016-5834283.php

Comment sont surveillés les détenus djihadistes

 

TERRORISME. Ils sont moins de 300 mais focalisent l’attention. Incarcérés pour des faits de terrorisme islamiste, ils bénéficient pour certains d’un programme particulier.

Thibault Raisse | 27 Mai 2016, 07h00 | MAJ : 27 Mai 2016, 12h54

A Fleury-Mérogis (Essonne) 
A Fleury-Mérogis (Essonne)

(LP/Humberto de Oliveira.)

 

C’est un autre front, plus discret, qui s’ouvre dans la guerre contre la terreur. En France, 268 individus suspectés ou condamnés pour terrorisme islamiste — sur quelque 67 000 prisonniers — peuplent les établissements pénitentiaires.

Parmi eux, un certain Salah Abdeslam. Depuis qu’il a été remis aux autorités françaises le 27 avril, le seul survivant — connu — du commando du 13 novembre est incarcéré à la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis (Essonne), où ses faits et gestes sont scrutés. Pour la première fois depuis son transfert en France, le djihadiste avait rendez-vous la semaine dernière dans le bureau d’un des juges d’instruction en charge des investigations sur les tragédies de Paris et Saint-Denis. Il a, pour l’instant, refusé de s’expliquer. « Il se sent épié 24 heures sur 24, ça ne le met pas dans de bonnes conditions », a expliqué son avocat, Me Frank Berton, qui compte saisir le ministre de la Justice à ce sujet.

5833845_salah-prison dans LCR - NPA

Le journal flamand «Het Nieuwsblad» a diffusé une photo de Salah Abdeslam dans sa prison de Bruges.

L’apparition du chaos syrien et la multiplication des procédures contre des djihadistes français ont forcé l’administration à s’adapter à ce nouveau profil de détenu particulièrement sensible. Le défi est triple : empêcher le prosélytisme, éviter les débordements violents, et engager un processus de déradicalisation. Après des mois de tâtonnements, l’administration pénitentiaire a instauré depuis le début de l’année un programme d’incarcération dédié. Quatre établissements pilotent ce dispositif novateur qui offre 117 places : Fleury-Mérogis, Fresnes (Val-de-Marne), Osny (Val-d’Oise), et Lille-Annoeullin (Nord). Le programme se décline en trois phases : évaluation du détenu, placement en unité dédiée et, enfin, retour à une structure classique d’incarcération, le tout sous l’oeil affûté des services du renseignement pénitentiaire, qui vont prochainement intégrer la communauté du renseignement.

Des équipes pluri-disciplinaires

La première étape se déroule dans des unités d’évaluation, à Fresnes et Fleury-Mérogis. Pendant deux à huit semaines, les prisonniers sont suivis par une équipe pluridisciplinaire : éducateurs, psychologues, conseillers d’insertion et de probation… A l’issue et en fonction du résultat, ils sont orientés pendant six mois vers l’une des trois unités dédiées : Osny et Fleury accueillent les profils les plus encourageants, en proposant des cercles de parole, des activités sportives et éducatives, ainsi que des rencontres avec des experts de la société civile. Ceux jugés comme plus récalcitrants et dangereux sont dirigés vers Lille-Annoeullin, où un suivi plus individuel est proposé. Dans tous les cas, l’objectif est identique : desserrer l’emprise radicale et permettre au détenu de rejoindre une coursive normale en vue de sa réinsertion.

S’il prévoit de brasser large, ce programme ne devrait pas concerner l’ensemble des détenus terroristes. Les plus emblématiques, tels Salah Abdeslam ou Djamel Beghal, ex-membre du GIA et mentor de Chérif Kouachi, n’ont pas vocation à y être intégrés. « Ces unités dédiées ne sont pas parfaitement imperméables avec le reste de la détention : les prisonniers qui y sont affectés peuvent communiquer avec ceux qui n’y sont pas, par les fenêtres de leur cellule par exemple, critique Jean-François Forget, secrétaire national de l’Ufap, premier syndicat de surveillants. Il faut aussi garder à l’esprit qu’à l’intérieur de ces unités, les moins embrigadés pourraient au contraire se radicaliser davantage au contact de figures charismatiques. Pour nous, la solution la plus efficace réside dans la création d’une prison de très haute sécurité.

Les premiers détenus à passer par ces unités dédiées devraient en sortir durant l’été, permettant une première évaluation de l’efficacité du dispositif. En cas de succès, et pour désengorger les prisons concernées, d’autres structures de ce type pourraient voir le jour. Car la concentration des détenus terroristes dans les prisons franciliennes, liée au besoin des juges spécialisés de Paris de garder leurs suspects à proximité, commence à poser problème. « Les prisonniers appartenant aux mêmes réseaux doivent être affectés dans des prisons différentes. Or, avec l’explosion des mis en cause et l’imbrication des réseaux entre eux, cette séparation devient difficile », concède une source pénitentiaire.

Un écueil qu’il faudra là aussi dépasser. Car, si la guerre contre la terreur se joue aussi derrière les barreaux, c’est peut-être surtout là qu’elle s’y gagnera.

 

http://www.leparisien.fr/faits-divers/detenus-djihadistes-une-pression-de-tous-les-instants-27-05-2016-5834295.php

Détenus djihadistes : «Une pression de tous les instants»

 

T.R. | 27 Mai 2016, 07h00 | MAJ : 27 Mai 2016, 12h50

Fleury-Mérogis (Essonne). La gestion de ces détenus sensibles représente un défi pour les surveillants.
Fleury-Mérogis (Essonne). La gestion de ces détenus sensibles représente un défi pour les surveillants.

(LP/Olivier Arandel.)

 

Des prisonniers taiseux qui savent jouer de l’attention que leur porte l’administration. Les détenus djihadistes représentent un défi supplémentaire pour les surveillants, confrontés à une arrivée massive de cette population carcérale. A Fresnes, ils étaient une dizaine en janvier 2014.

Ils sont aujourd’hui plus de 40, constituant le deuxième contingent de France après Fleury-Mérogis (plus de 80). Or aucune formation spécifique n’est prévue pour faire face à ces détenus embrigadés, et donc souvent rétifs à toute forme d’autorité. « On est formés à détecter les comportements radicaux. Pas à réagir face à quelqu’un qui vous traite de mécréant », souffle un surveillant.

Les détenus terroristes ne sont pourtant pas les plus vindicatifs, ni les plus violents, même si les incidents existent. « On retrouve souvent des portables ou des cartes SIM dans leur cellule, comme cela a été le cas de Sid Ahmed Ghlam, ou des écrits en arabe sur des bouts de papier dont on ignore l’origine, raconte une source pénitentiaire. Mais le plus souvent, on détruit l’objet et on enterre l’affaire, car les chefs d’établissement craignent par-dessus tout la médiatisation des couacs. »

« C’est une pression de tous les instants, résume Emmanuel Gauthrin, secrétaire national de FO-Pénitentiaire. Ce sont des détenus sensibles : le moindre incident peut avoir des répercussions énormes pour les personnels. »

Certains de ces prisonniers ont fait de cette réalité un avantage. « En cas de problème, ils exigent de parler au chef d’établissement. Et ça marche, poursuit un agent francilien. Ils préemptent également certaines activités, comme des heures supplémentaires à la salle de sport, au détriment d’autres détenus moins sensibles sur le plan médiatique. » Quant aux exigences d’ordre religieux, elles sont la plupart du temps satisfaites, même au-delà de ce que prévoit la loi. « Une très large majorité refuse d’être en contact avec des surveillantes. Dans mon établissement, on a résolu le problème en affectant uniquement des agents hommes à leur contact », poursuit ce même fonctionnaire. Comme l’Ufap, FO-Pénitentiaire prône la création d’une « prison spécifique de haute sécurité » qui « seule mettrait fin aux compromissions ».

 

http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/salah-abdeslam-combien-coute-la-detention-du-terroriste-presume-7783389453

Salah Abdeslam : combien coûte la détention du terroriste présumé

 

INFO RTL – Le terroriste impliqué dans les attentats de Paris est surveillé par des caméras 24 heures sur 24.

 

7783016744_salah-abdeslam-est-incarcere-a-la-prison-de-fleury-merogis-essonne dans Luraghi
Salah Abdeslam : combien coûte la détention du terroriste présumé Crédit Image : DSK / POLICE NATIONALE / AFP Crédit Média : Elizabeth Fleury

 

par Elisabeth Fleury publié le 26/05/2016 à 12:15

 

À dispositif exceptionnel, dépenses exceptionnelles. Celui qui sera jugé pour les attentats de Paris est surveillé, 24 heures sur 24. L’administration pénitentiaire ne veut pas communiquer sur le budget que cela représente. La détention de Salah Abdeslam coûte pourtant cher.

13.000 euros ont été dépensés dans les sept caméras. L’administration pénitentiaire voit grand pour Salah Abdeslam avec deux cellules pour lui tout seul. Pour des raisons de sécurité, il devra être régulièrement déménagé de l’une à l’autre. Chacune de ces deux cellules est équipée de deux caméras. La salle de sport et la cour de promenade sont surveillées à distance. Une septième caméra est prévue dans la salle polyvalente.

Derrière les écrans, au moins un surveillant en permanence observe les images. Ils sont deux la nuit, un le matin et un autre l’après-midi. Cela représente donc un minimum de quatre agents, au total, spécialement affectés à ce visionnage de chaque instant. Salah Abdeslam n’est pas seulement le détenu le plus surveillé de France. Il est aussi le plus coûteux.


Yin

cuy gracioso 3

Aime le potage

Avis du 3 février 2015

Ce blog a été créé le 6 janvier 2015 pour prendre le relais du Petitcoucou venant d'être suspendu sans préavis ni avertissement en milieu de journée. Ayant eu cette fonction jusqu'au 1er février 2015, il devient un doublon du Petitcoucou suite à la réouverture de ce dernier après trois semaines de suspension, et sa reprise d'activité à compter du 2 février 2015.

Sondage

Aimez-vous ce blog ?

Chargement ... Chargement ...

Calendrier

mai 2016
L Ma Me J V S D
« avr   juin »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

Avis

Les statistiques de ce blog sont bloquées depuis le 21 janvier 2015. Plus aucun compteur n'est incrémenté, ceux des visites du jour restent à zéro, les mises à jour ne se font plus.

Avis du 24 janvier 2015

Mes statistiques "avancées" sont de retour et font apparaître un record de visites le 21 janvier 2015 - record très modeste, mais néanmoins record pour ce blog nouveau-né. En revanche, les statistiques "basiques" sont toujours bloquées. Tout cela m'évoque bien évidemment les petites manies de Cyprien Luraghi qui n'a jamais pu supporter de voir s'envoler le nombre de mes lecteurs, qu'il surveille comme le lait sur le feu depuis la création de mon premier blog, sur Le Post, début septembre 2009.

Avis du 26 janvier 2015

Mes statistiques "basiques" sont de retour. Tout se passe normalement. Le Chinois de Thaïlande est inactif sur ce blog.

Avis du 31 janvier 2015

Mes statistiques "basiques" sont de nouveau bloquées depuis le 29 janvier.

Avis du 1er février 2015

Retour de mes statistiques "basiques".

Avis du 3 février 2015

Statistiques "basiques" de nouveau bloquées depuis le 1er février.

Avis du 6 février 2015

Mes statistiques "basiques" sont de retour. Tout fonctionne.

Avis du 11 février 2015

Mes statistiques "basiques" sont de nouveau bloquées depuis le 8 février.

Avis du 26 février 2015

Statistiques "basiques" enfin débloquées !

Avis du 27 février 2015

Statistiques "basiques" de nouveau bloquées depuis le 26 février. Ce petit jeu pourrait-il cesser ? On n'en voit pas l'intérêt... Complément de 22 h: merci de m'avoir rendu ces statistiques !

Avis du 4 mars 2015

Statistiques "basiques" de nouveau bloquées depuis le 1er mars. Merci de les débloquer et ne plus les bloquer ou les oublier en cet état à l'avenir.

Avis du 7 mars 2015

Statistiques "basiques" bien débloquées. Merci.

Avis du 25 mars 2015

Statistiques "basiques" bloquées depuis le 14 mars.

Avis du 2 avril 2015

Mes statistiques "basiques" sont de retour.

Avis du 26 avril 2015

Les statistiques "basiques" de ce blog sont encore bloquées, depuis le 10 avril 2015.

Avis du 28 avril 2015

Statistiques de retour. Merci.

Avis du 7 mai 2015

Je n'ai de nouveau plus de statistiques "basiques" depuis le 2 mai. Comme pour Petitcoucou, les statistiques "avancées" ont également disparu depuis deux jours.

Avis du 10 mai 2015

Statistiques "basiques" débloquées. Merci. Me manquent encore les statistiques "avancées".

Avis du 14 mai 2015

Toutes mes statistiques sont de retour depuis hier. Merci.

Avis du 3 octobre 2015

Les compteurs de mes statistiques avancées sont tous à zéro depuis le 1er octobre. Merci de me les rendre.

Avis du 5 octobre 2015

Statistiques "avancées" de retour ce soir. Merci.

Visiteurs en ligne

Il y a 5 visiteurs en ligne

Nombre total de visites

Messagerie

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter


#PatinoireHabbo |
Linounaty |
Cybersecuriter |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Peoplenews
| Lebilletdeleticia
| Spcialstarspcialscoopsurtou...