• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 30 mars 2015

Archives pour 30 mars, 2015

Crash de Barcelonnette : un nouveau scandale pour les Laboratoires Servier ?

Le secret médical n’étant pas respecté par tous, les noms d’un neuroleptique et d’un antidépresseur par lesquels le copilote de l’Airbus A320 Andreas Lubitz aurait été traité par le passé ou très récemment ont été divulgués durant le week-end.

Or, l’antidépresseur est une molécule des laboratoires Servier vendue sous le nom commercial de Valdoxan dont le rapport bénéfices / risques est sujet à caution et l’un des effets secondaires connus est précisément une baisse de l’acuité visuelle comme celle pour laquelle le jeune pilote avait récemment consulté.

Une mauvaise nouvelle supplémentaire pour les professionnels du médicament français déjà sur la sellette avec l’affaire du Mediator débutée à la suite d’une alerte de la Brestoise Irène Frachon en 2008, ainsi que des conflits d’intérêts qui viennent tout juste d’être révélés par une enquête de Mediapart…

Rappelons que Servier est le premier groupe pharmaceutique français indépendant et le deuxième groupe pharmaceutique français au niveau mondial. Il est présent dans 140 pays et compte plus de 20 000 employés.

 

http://www.europe1.fr/faits-divers/crash-de-l-a320-le-copilote-avait-deja-perdu-30-d-acuite-visuelle-2413591

Crash de l’A320 : Lubitz avait perdu 30% d’acuité visuelle

Publié à 08h47, le 30 mars 2015, Modifié à 10h26, le 30 mars 2015

Crash de l'A320 : Lubitz avait perdu 30% d'acuité visuelle

© CApture d’écran Facebook
europe 1

Par Chloé Triomphe, envoyée spéciale à Düsseldorf, avec Chloé Pilorget-Rezzouk

 

Le copilote de l’Airbus A320 de la Germanwings était atteint d’une maladie oculaire qui compromettait sa carrière de pilote.

 

Près d’une semaine après le crash de l’Airbus A320 dans les Alpes-de-Haute-Provence, l’enquête progresse sur le profil d’Andreas Lubitz, le copilote ayant délibérément activé la descente de l’avion. Et il y a maintenant deux pistes qui intéressent les enquêteurs sur la santé du jeune homme. La plus récente, c’est cette maladie des yeux – plus précisément de la rétine – qui mettait en jeu sa carrière.

Une échéance à haut risque. De source proche de l’enquête, cette maladie lui avait déjà fait perdre presque 30% de ses capacités visuelles. Une donnée cruciale, puisqu’une échéance se rapprochait dangereusement d’Andreas Lubitz. En juin prochain, cet Allemand de 28 ans aurait dû faire renouveler sa licence de pilote par son employeur, la Germanwings, tests médicaux à l’appui. Avec le risque de se faire recaler et de perdre son précieux sésame de pilote. Un terrible compte à rebours s’était donc peut-être lancé dans la tête du copilote, car cette échéance représentait potentiellement la fin de sa carrière.

Un antidépresseur avec des conséquences sur la vue. L’autre piste que continuent de creuser les enquêteurs, c’est son état psychique. En perquisitionnant chez Andreas Lubitz, ils ont ainsi saisi son dernier arrêt maladie pour dépression, qu’il avait caché à son employeur. Ils ont aussi retrouvé des ordonnances pour de antidépresseurs dont un médicament qui entrainerait justement une perte de l’acuité visuelle.

Avec ce type de traitement, « il peut y avoir des troubles de l’accommodation. On risque de voir un peu flou et avoir du mal à passer d’un objet proche à un objet lointain », explique au micro d’Europe 1 le professeur Jean-François Bergmann, spécialisé en pharmacologie. « Si l’on regarde à travers le cockpit l’horizon et qu’après l’on regarde les boutons devant soi, il peut y avoir un défaut d’accommodation », poursuit-il.

Des enregistrements en guise de journal intime. Enfin, dernière pièce versée à la procédure, les enquêteurs ont mis la main sur des enregistrements au domicile d’Andreas Lubitz. Dans ceux-ci, le copilote se confie, comme dans un journal intime. Il y parle de sa souffrance et de sa pression au travail.

>> LIRE AUSSI – Crash de l’A320 : un pilote néerlandais avait « prédit » le drame

>> LIRE AUSSI – Dépression, problèmes de vue : le lourd dossier médical d’Andreas Lubitz

>> LIRE AUSSI – Crash de l’A320 : ce qu’il s’est passé dans le cockpit

>> LIRE AUSSI – Crash de l’A320 : « Ouvre cette foutue porte! » a crié le commandant

 

http://www.europe1.fr/faits-divers/le-lourd-dossier-medical-d-andreas-lubitz-copilote-de-l-a320-2412879

 

Publié à 13h21, le 29 mars 2015, Modifié à 09h56, le 30 mars 2015

Dépression, problèmes de vue : le lourd dossier médical d'Andreas Lubitz

© FOTO TEAM MUELLER / AFP
europe 1

Par Jean-Jacques Héry avec Chloé Pilorget-Rezzouk

 

Le copilote souffrait d’un important déficit de la vue. Un handicap susceptible de lui coûter sa carrière et qui pourrait être à l’origine de sa dépression.

 

Six jours après le crash de l’Airbus A320, qui aurait été volontairement provoqué par Andreas Lubitz, les révélations sur le dossier médical du copilote s’accumulent. En plus d’avoir dissimulé à son employeur Germanwings qu’il était en arrêt de travail le jour du crash, Andreas Lubitz, atteint d’une grave dépression, avait de sérieux problèmes de vue.

Une vision déjà fortement atteinte. C’est le New York Times qui a révélé, samedi, que le copilote de 28 ans suivait un traitement médical pour des problèmes oculaires avec des symptômes qui ne pouvaient qu’empirer au fil du temps. D’après Le Figaro, le jeune homme à l’origine du crash ayant causé la mort des 150 passagers et membres d’équipage, avait déjà perdu 30% de ses facultés visuelles.

Andreas Lubitz, qui a consulté dans un centre hospitalier de Düsseldorf en février et ce mois-ci (pour la dernière fois le 10 mars), l’a peut-être fait à cause de cette déficience visuelle. Si l’établissement avait déclaré qu’Andreas Lubitz n’a pas été soigné dans ses services pour une dépression, il a précisé que le jeune homme avait subi des examens – sans toutefois en dévoiler plus en raison du secret médical.

Des problèmes oculaires pouvant compromettre sa carrière. En tout cas, le jeune homme a dissimulé la situation à son employeur, la compagnie aérienne low cost de Lufthansa, comme il l’a fait pour ses problèmes psychiatriques et pour son arrêt de travail le jour du drame. Car même si les pilotes de ligne n’ont pas besoin d’avoir une vision absolument parfaite, Andreas Lubitz avait sans doute compris que ses problèmes oculaires l’empêcherait un jour de rejoindre la Lufthansa pour voler sur des longs courriers, un rêve qu’il poursuivait depuis l’enfance. Cela pourrait être l’une des causes de sa grave dépression et du mal-être décrit ses derniers jours par ceux qui le côtoyaient.

Un état dépressif connu de tous. Dans sa ville d’origine, Montabaur, l’état dépressif du jeune homme était connu de tous. « Ici on sait que, l’année dernière, il avait fait une dépression. Mais je ne connais pas la raison exacte. Je sais juste qu’il s’est passé quelque chose et qu’il a été suspendu », a témoigné David au micro d’Europe 1 avant d’ajouter qu’Andreas Lubitz avait « à un moment donné [...] reçu la nouvelle comme quoi, puisqu’il était dépressif, il ne pouvait pas voler, il ne pouvait pas exercer son métier ». Auditionnée par la police allemande, la petite amie d’Andreas a confirmé qu’il traversait bien une grave dépression. D’après Le Parisien, le jeune copilote souffrait notamment, dès 2010, de troubles anxieux généralisés, souvent appelés « TAG », « une angoisse excessive, qui affecte l’ensemble du quotidien, et s’étale sur plusieurs mois ».

Crash de l'A320 : le copilote a voulu détruire l'avion

© CApture d’écran Facebook

« En proie à des cauchemars ». Dans le quotidien allemand Bild, une ex-compagne d’Andreas, hôtesse de l’air de 26 ans, s’est confiée sur l’état psychologique du jeune homme : « Je l’ai quitté parce qu’il était tourmenté et avait trop de problèmes personnels ». « Pendant les discussions, il craquait et me criait dessus [...] La nuit, il se réveillait et criait ‘Nous tombons’ », en proie à des cauchemars. Mais celle qui a partagé la vie d’Andreas Lubitz durant cinq mois n’oublie pas non plus qu’il était « gentil et ouvert » pendant les vols, « très doux » en privé, « quelqu’un qui avait besoin d’amour ».

D’après elle, si Andreas Lubitz « a fait ça », c’est d’ailleurs « parce qu’il a compris qu’à cause de ses problèmes de santé, son grand rêve d’un emploi à la Lufthansa, comme capitaine et comme pilote de long courrier était pratiquement impossible ». Le travail semblait obséder Andreas Lubitz, passionné de vol depuis tout petit. « Nous avons toujours beaucoup parlé du travail, et là, il devenait quelqu’un d’autre, il s’énervait à propos des conditions de travail », a rapporté la jeune femme qui a également fait une révélation glaçante : « Il a planifié depuis longtemps de commettre un acte odieux. Un jour, il a dit : ‘je vais faire quelque chose qui changera le système. Alors, tout le monde connaîtra mon nom ».

Des soins psychiatriques lors de sa formation. Lors de sa formation au centre de pilotage de la Lufthansa, Andreas Lubitz avait été placé en établissement psychiatrique. C’est ce qu’a révélé le dossier médical du copilote, selon Bild. En 2009, victime d’attaques de peur et de crises de panique, il a dû interrompre son apprentissage durant six mois. Pendant cette formation, le jeune homme avait été jugé à plusieurs reprises incapable de voler car trop faible psychologiquement.

Un turn-over qui empêche de détecter un changement d’attitude. Mais comment le copilote de l’A320 a-t-il pu cacher son état de santé à son employeur et ses collègues, malgré tous les tests effectués par les pilotes pendant leur formation ? Dieter, ancien collègue du commandant de bord de l’A320, fournit une explication : « C’est possible de cacher un problème psychiatrique puisque tous les jours les pilotes changent d’équipe. Quand vous avez 500 pilotes différents, avec le jeu des rotations, un jour vous volez avec le commandant Miller et deux jours après vous vous retrouvez avec le pilote Schmidtt. Vous ne passez pas assez de temps ensemble pour vous dire à un moment ‘tiens, par rapport à la dernière fois où je l’ai vu, il y a quelque chose d’étrange ». Vous ne pouvez pas juger l’évolution du comportement de votre partenaire de vol », a-t-il avancé.

>> LIRE AUSSI – Crash de l’A320 : le copilote a voulu détruire l’avion

>> LIRE AUSSI – Crash de l’A320 : Germanwings retire une pub embarrassante

>> LIRE AUSSI – « Lubitz est venu se tuer dans un endroit qu’il connaissait bien »

>> LIRE AUSSI – Crash de l’A320 : ce qu’il s’est passé dans le cockpit

 

http://www.jim.fr/en_direct/pro_societe/e-docs/andreas_lubitz_aurait_ete_traite_par_un_neuroleptique_atypique__151268/document_actu_pro.phtml

Publié le 30/03/2015
Andreas Lubitz aurait été traité par un neuroleptique atypique

 

Crash de Barcelonnette : un nouveau scandale pour les Laboratoires Servier ? dans Corruption carac_photo_1

Berlin, le lundi 30 mars 2015 – Les révélations ont continué à se multiplier sur Andreas Lubitz, responsable du crash de l’A320 de Germanwings mardi dernier. De nombreux journaux ont notamment souhaité en connaître plus sur le traitement que suivait le copilote. Selon le Parisien ce matin et plusieurs journaux allemands, Andreas Lubitz s’était vu prescrire de un antipsychotique atypique l’olanzapine (Zyprexa) et un antidépresseur l’agomélatine (Valdoxan). Aujourd’hui, les psychiatres observent que sans aucun doute un tel traitement est totalement incompatible avec le pilotage d’un avion (ces deux médicaments font d’ailleurs l’objet d’une contre-indication en ce qui concerne la conduite automobile). Par ailleurs, la prescription d’ olanzapine (qui est indiquée dans le traitement de la schizophrénie, de certains épisodes maniaques et parfois en prévention des récidives d’épisode maniaque) confirme que le diagnostic porté par les prescripteurs n’était pas celui de simple dépression comme la presse le laissait entendre en fin de semaine.

Le secret médical en débat

Il ne fait aucun doute que la révélation des noms des médicaments qui constituaient le traitement (depuis combien de temps ?) d’Andreas Lubitz relancera en Allemagne et ailleurs le débat autour de la question de la levée du secret médical. Ces derniers jours en effet, beaucoup se sont exprimés outre-Rhin mais aussi en Suisse et en France pour que soient précisés les cas dans lesquels un médecin sera autorisé (et même « contraint ») de signaler l’état de santé de son patient soit à la médecine du travail, soit directement à son employeur. En Suisse, certains établissent un parallèle avec les obligations qui existent déjà dans le cas des patients conducteurs devant faire l’objet de contrôles spécifiques pour pouvoir continuer à être autorisés à conduire une voiture.

Détection systématique des psychotropes ?

Au-delà des discussions sur la levée du secret médical, la mise en évidence d’un traitement lourd (et donc d’un diagnostic), incompatible avec la pratique du pilotage délivré à Andreas Lubitz, sera l’occasion encore une fois de s’interroger sur les limites, voire les failles du suivi des pilotes. Ces derniers sont on le sait soumis tous les six mois (en dehors des contrôles inopinés) à un dépistage de leur consommation de drogue et d’alcool. Dans quelle mesure ne serait-il pas opportun d’inclure des médicaments psychotropes dans cette liste ? Pour certains spécialistes, il ne faut cependant pas se leurrer quant à l’efficacité absolue d’une telle mesure. « Il est impossible de détecter l’ensemble des psychotropes pris par les pilotes par des examens biologiques sanguins ou urinaires » remarque ainsi dans le Parisien, le docteur Jean-François Paris, qui dirige le centre d’expertise médical d’Air France du personnel navigant.

Aurélie Haroche

 

http://www.arretsurimages.net/breves/2015-03-27/Labos-et-experts-du-medicament-ouverture-d-une-enquete-id18753

Labos et experts du médicament : ouverture d’une enquête

Par la rédaction le 27/03/2015 – 12h15

Des gendarmes du médicament payés par les labos ? Mediapart a révélé que plusieurs membres de la commission de transparence, chargée d’évaluer l’efficacité d’un médicament pour déterminer son remboursement par la Sécu, ont cumulé leurs fonctions avec le rôle de consultants… des labos pharmaceutiques dont ils étaient censés contrôler les produits. La Haute autorité de la santé vient de saisir le procureur.

Pendant des années, des experts hauts placés, membres de plusieurs commissions chargées de contrôler le marché du médicament, ont été payés comme consultants par les labos. C’est ce qu’a découvert Mediapart : « Gilles Bouvenot (président de la commission de la transparence de 2003 à 2014), Bernard Avouac (président de la commission de la transparence de 1989 à 1998), Jean-Pierre Reynier (vice-président de la commission d’autorisation de mise sur le marché de 1994 à 2002 et membre du conseil d’administration de l’agence européenne du médicament), Christian Jacquot (membre de la commission d’autorisation de mise sur le marché de 1996 à 2012), Renée-Liliane Dreiser (ancienne experte auprès de la commission de la transparence) et quelques autres, [ont] mené sans jamais les déclarer des activités rémunérées de consultants », énumère le site.

Labo
Deux commissions sont touchées par ce conflit d’intérêts majeur : la commission de mise sur le marché du médicament joue un rôle clé pour autoriser la mise en en vente d’un médicament en France. La commission de la transparence évalue, elle, l’efficacité d’un médicament (appelé « service médical rendu ») et donne un avis sur la possibilité pour un médicament d’être remboursé par la Sécurité sociale. Autant dire que « l’avis de la commission peut peser jusqu’à plusieurs centaines de millions d’euros : sans remboursement, un médicament ne fera pas carrière », rappelle Mediapart.

Ce groupe d’experts rencontrait les cadres des labos à Marseille avant la mise sur le marché d’un médicament pour bétonner leur dossier. « Payer ce groupe de consultants ne garantissait pas une décision favorable, précise Mediapart. Les laboratoires le savaient. Ils espéraient juste que le regard de la commission soit plus bienveillant à leur égard. Sans garantie aucune ». Contactés par le site d’information, tous ont plus moins reconnu les faits en tentant de minimiser les conflits d’intérêts.

A la suite de la publication de l’enquête de Mediapart, la Haute autorité de santé (HAS), dont dépend les deux commissions, a saisi le procureur de la République. « Si les faits rapportés sont exacts, ils sont inacceptables, et même d’une extrême gravité, a estimé la ministre de la santé, Marisol Touraine. La transparence est une condition essentielle de la confiance dans notre système de santé ».

L’affaire est d’autant plus embarrassante pour la Haute autorité de santé qu’un autre ancien vice-président de la commission de la transparence, Jacques Massol, vient d’être mis en cause. Cette fois, c’est dans l’affaire du Mediator : il a été mis en examen pour « participation illégale d’un agent d’une administration publique dans une entreprise précédemment contrôlée » et pour « prise illégale d’intérêts ». Vice-président de la commission de la transparence entre 2003 et 2008, il a signé un contrat de consultant avec le laboratoire Servier quelques mois après avoir quitté ses fonctions, alors qu’il était censé attendre au moins trois ans avant de travailler pour un labo sous son contrôle.

 

http://www.huffingtonpost.fr/2014/05/14/affaire-mediator-laboratoires-servier-scandale-chronologie_n_5326108.html

Mediator: chronologie d’un scandale

Le HuffPost/AFP
Publication: 14/05/2014 23h19 CEST Mis à jour: 14/05/2014 23h19 CEST
MEDIATOR

MEDIATOR – Décédé ce mercredi 16 avril, Jacques Servier n’assistera pas à son procès, celui du scandale du Mediator, qui aura lieu en 2015. Retour en dates sur l’un des plus grands scandales sanitaires français.

LIRE AUSSI : Jacques Servier est mort

  • 1976: commercialisation du Mediator (benfluorex) des laboratoires Servier, autorisé en 1974, anti-diabétique largement détourné comme coupe-faim.
  • - 1998: l’Agence du médicament est alertée par trois professeurs de médecine sur les risques du Mediator comme coupe-faim.
  • 1999: avis négatif de la Commission de transparence du médicament.
  • 2003-2004: retrait en Espagne et en Italie.
  • 2006: la Haute Autorité de Santé souligne les dangers du Mediator, remboursé à 65%.
  • 2007: l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) recommande de ne pas le prescrire comme coupe-faim.
  • 2008: alerte d’une pneumologue de Brest, Irène Frachon, sur les risques cardiaques.
  • 30 novembre 2009: retrait du Mediator pour risques de valvulopathie. Cinq millions de malades l’ont utilisé.

2010

  • 15 novembre: selon l’Afssaps, le Mediator a fait au moins 500 morts en 33 ans, 1.000 à 2.000 morts selon une autre estimation le 18 décembre.
  • 16 novembre: le ministre de la Santé Xavier Bertrand recommande aux patients de consulter et saisit l’Inspection générale des affaires sociales (Igas).
  • 23 novembre: premières plaintes.
  • 14 décembre: création d’une mission d’information parlementaire.
  • 24 décembre: Bertrand promet une « prise en charge intégrale par l’assurance maladie ».

2011

  • 5 janvier: Jacques Servier (président de Servier): « le Mediator, ce n’est que trois morts ».
  • 8 janvier: Servier: « le Mediator a pu présenter un vrai risque pour certains patients ».
  • 15 janvier: le retrait du marché aurait pu intervenir « dix ans plus tôt », « incompréhensible inertie » des autorités de pharmacovigilance (Igas).
  • 24 janvier: Servier est « prêt » à participer à un fonds d’indemnisation.
  • 10 février: Servier propose une première dotation de 20 millions d’euros à un fonds d’indemnisation.
  • 18 février: ouverture de deux informations judiciaires contre X à Paris pour « tromperie aggravée et prise illégale d’intérêt » et « homicides involontaires ». Plus de 300 plaintes, y compris de l’assurance-maladie, de la Mutualité française et de l’UFC-Que Choisir.
  • 21 mars: plainte d’une victime contre l’Afssaps.
  • 6 avril: Bertrand annonce un fonds public d’indemnisation avant l’été pour « toutes les victimes du Mediator, sans distinctions » et assure que Servier « paiera ». Le fonds est créé le 4 août.
  • 15 juin: la Cour de cassation s’oppose au regroupement des procédures à Paris, demandé par le ministère de la Justice.
  • 5 août: le parquet de Paris élargit son enquête à des faits d’ »escroquerie », suivant la plainte en février de la Sécurité sociale qui a chiffré à 1,2 milliard d’euros le préjudice lié aux remboursements du médicament.
  • 6 septembre: Servier affirme que l’AMM a été obtenue sans fraude en 1973.
  • 21 septembre: Jacques Servier et cinq sociétés du groupe sont mis en examen pour tromperie et escroquerie.
  • 26 septembre: le premier procès pénal de Jacques Servier et du laboratoire est fixé au 14 mai à Nanterre.
  • 27 octobre: la Cour de cassation suspend jusqu’en décembre l’instruction en cours à Paris dans l’attente que soit réglée une nouvelle demande de regroupement de toutes les procédures à Paris. Le 14 décembre, cette demande est rejetée.
  • 19 décembre: le Parlement adopte définitivement la réforme du contrôle des médicaments.
  • 30 décembre: création de l’Agence de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) qui remplace l’Afssaps.

2012

  • Février: selon une étude publiée dans la revue scientifique internationale Pharmacoepidemiology & Drug Safety, le Mediator a « probablement » causé 3.100 hospitalisations et au moins 1.300 morts entre 1976 et 2009 en France.
  • 2 février: plusieurs perquisitions menées au siège de l’Agence du médicament (Afssaps) à Saint-Denis et aux domiciles de plusieurs responsables de l’Agence.
  • 13 mars: huit employés des laboratoires Servier, des assistantes comme des cadres, entendus dans les locaux de la police à Nanterre sur des destructions présumées de documents relatifs à l’affaire.
  • 15 mars: le procureur de Paris déclare espérer la clôture de l’enquête par les juges d’instruction sur le volet tromperie de l’affaire d’ici la fin de l’année.
  • 14 mai: ouverture à Nanterre du premier procès pénal pour tromperie aggravée contre Servier.

21 mai: Le procès est renvoyé à une date ultérieure. Le tribunal a retenu une QPC (question prioritaire de constitutionnalité) portant sur la coexistence entre plusieurs procédures portant sur les mêmes faits.

2013

  • 19 mars: mise en examen de l’Agence du médicament pour « homicides et blessures involontaires ». L’enquête porte sur le fait négligé les alertes sur la dangerosité du médicament de 1995 à 2009.
  • 12 avril : Des experts judiciaires estiment que le Mediator pourrait avoir causé entre 1300 et 1800 morts.
  • 27 avril: L’ex-sénatrice UMP Marie-Thérèse Hermange et le numéro deux de Servier, Jean-Philippe Seta, sont mis en examen. En cause: un rapport sénatorial dans lequel ils seraient intervenus.
  • 29 avril: L’ex pharmacien des laboratoires Servier, Alain Le Ridant, est mis en examen pour « tromperie et escroquerie ».
  • 30 avril: le Fonds public d’indemnisation pour les victimes du Mediator rend 152 avis favorables sur les 7.935 demandes déposées auprès de cet organisme.
  • 21 mai: Reprise du procès du Mediator. Jacques Servier quitte la salle quelques heures après le début pour raisons médicales.
  • 31 mai: La présidente du tribunal correctionnel de Nanterre Isabelle Prévost-Desprez, qui juge l’affaire du Mediator, annonce qu’elle renvoie le procès au 15 mai 2014 afin d’obtenir des « suppléments d’information ».
  • Juin 2013: 2 des 8 magistrats de la section santé publique du parquet sont affectés uniquement au dossier du Mediator afin d’en accélérer la procédure.
  • 20 novembre: Une transaction est trouvée entre les laboratoires Servier et une victime. La patiente, qui réclamait 350.000 euros retire sa plainte. D’autres transactions sont en cours.

2014

  • 16 janvier: Le procureur de Paris tranche sur la coexistence de deux procédures portant sur les mêmes faits. Il autorise la tenue, dans les plus brefs délais, d’un grand procès du Mediator regroupant tous les protagonistes du scandale.
  • 20 mars: Nicolas Demorand, ex directeur de la publication de Libération est relaxé pour son edito datant de septembre 2011 sur le Mediator. Il avait été poursuivi pour diffamation.
  • 27 mars Dominique Maraninchi quitte son poste de directeur général de l’Agence nationale de sécurité du médicament. Il symbolise l’opération « mains propres » de l’agence après la révélation du scandale du Mediator.
  • 16 avril: Mort de Jacques Servier
  • 14 mai: Le nouveau président des Laboratoires Servier annonce vouloir assumer ses responsabilité et se dit prêt à indemniser l’ensemble des victimes.

Le grand procès du Mediator devrait avoir lieu en 2015, à moins bien sûr que les victimes ne retirent leur plainte.

 

http://www.usinenouvelle.com/article/jacques-servier-60-ans-de-carriere-en-six-chiffres.N256351

Jacques Servier, 60 ans de carrière en six chiffres

Par  – Publié le 17 avril 2014, à 14h33

Servier procès pénal Nanterre
© Martin Bureau – AFP

  Le président et fondateur des laboratoires pharmaceutiques Servier est décédé le 16 avril à l’âge de 93 ans. Au milieu des années 50, Jacques Servier a créé un groupe pharmaceutique devenu un véritable empire industriel… au prix de scandales sanitaires retentissants. Retour en six chiffres sur sa carrière.

32 ans

C’est à cet âge que Jacques Servier reprend l’affaire familiale en 1954, une entreprise pharmaceutique qui fabrique du sirop, située à Orléans. Fort de son doctorat obtenu à la Faculté de Médecine et de Pharmacie de Paris, il transforme la société en laboratoire en misant déjà beaucoup sur la recherche et l’innovation.

18 médicaments

C’est le nombre de médicaments que Jacques Servier a inscrit au portefeuille de son groupe, principalement dans les neurosciences, la cancérologie et les pathologies cardiovasculaires : Arcalion (sulbutiamine), Coveram (périndopril /amlopidine), Coversyl (perindopril), Daflon (hespéridine), Diamicron (gliclazide), Fludex LP (indapamide), Hyperium (rilménidine), Locabiotal (fusafungine), Muphoran (fotémustine), Pneumorel (fenspiride), Preterax et Bipreterax (perindopril/indapamide), Procoralan (ivabradine), Protelos (ranélate de strontium), Stablon (tianeptine), Trivastal (piribédil), Valdoxan (agomélatine) et Vastarel (trimétazidine).

3 filiales

C’est le nombre de filiales de médicaments génériques rachetées par Jacques Servier pour assurer au groupe un relais de croissance : Biogaran en France, Egis en Europe de l’Est et Pharlab au Brésil.

21 000 employés

C’est le nombre d’employés du groupe Servier aujourd’hui, dont 3 000 dédiés à la R&D. Au début de l’aventure, Jacques Servier n’était entouré que d’une petite dizaine de collaborateurs.

850 millions de boîtes

C’est le nombre de boîtes de médicaments vendues par le groupe Servier depuis ses débuts, dont 7 millions de boîtes de Mediator. Un an après la création de son laboratoire, en 1955, le jeune industriel lançait déjà ses deux premiers médicaments.

2 scandales

C’est le nombre de scandales sanitaires qui ont émaillé la carrière de Jacques Servier. L’Isoméride d’abord, utilisé comme coupe-faim dans les années 80, a été soupçonné d’entraîner une hypertension artérielle pulmonaire et a été retiré du marché en 1997. En 2010, les laboratoires Servier ont été condamnés à verser 210 000 euros de dommages et intérêts à une patiente traitée par ce médicament.

Le Mediator ensuite, le médicament de Servier prescrit dans le traitement du diabète de type 2 mais également utilisé comme coupe-faim par des millions de patients entre 1976 et 2009. Retiré du marché fin 2009, il est soupçonné d’avoir causé entre 1 300 et 1 800 décès suite à des complications cardiaques. La procédure judiciaire concernant l’affaire Mediator devrait prendre fin lors d’un grand procès en 2015.

Elodie Vallerey

 

http://www.lexpress.fr/actualite/societe/sante/les-cinq-autres-medicaments-servier-sur-la-sellette_1034452.html

Les cinq autres médicaments Servier sur la sellette

Par L’Express.fr, publié le 28/09/2011 à 07:30 , mis à jour le 29/03/2015 à 19:54

Après le Mediator, le Protelos, le Vastarel ou encore le Valdoxan – commercialisés par les laboratoires Servier – sont menacés d’être retirés du marché.

 

Protelos

Ce traitement prescrit contre l’ostéoporose, autorisé en 2004, peut provoquer des effets secondaires graves. Il vient de voir ses indications de remboursement restreintes par arrêté ministériel. Le 30 septembre, le directeur de l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé se prononcera sur une éventuelle suspension de son utilisation ou sur une restriction de ses indications.

Vastarel

Parmi les 30 produits les plus vendus en officine, ce traitement de problèmes cardio-vasculaires s’est révélé, après trente ans d’utilisation, sans risque mais totalement inefficace. Sa commercialisation devrait être suspendue d’ici à la fin de l’année.

Valdoxan

Cet antidépresseur a été placé sous surveillance renforcée depuis sa commercialisation, en 2010. Un premier bilan doit être dressé avant la fin de l’année.

Stablon

Cet antidépresseur, commercialisé depuis la fin des années 1980, a été placé sous surveillance renforcée, tout comme le

Trivastal (traitement neuropsychiatrique).

Un point sera fait d’ici à la fin de l’année.

 

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2011/12/19/01016-20111219ARTFIG00390-la-grande-generosite-de-servier-envers-un-expert.php

La grande générosité de Servier envers un expert

    • Par Anne Jouan
    • Mis à jour le 19/12/2011 à 17:16
    • Publié le 19/12/2011 à 15:51

INFO LE FIGARO – Le Pr Jean-Michel Alexandre, ancien directeur de l’évaluation des médicaments en France, a reçu près d’1,2 million d’euros de la part des laboratoires Servier entre 2001 et 2009.

Selon nos informations, entre 2001 et 2009, le Pr Jean-Michel Alexandre a reçu près d’1,2 million d’euros de la part des laboratoires Servier. Ce professeur de pharmacologie a été l’un des hommes les plus influents en matière de médicament en France de 1980 à 2000.

De 1985 à 1993, il a été président de la commission d’autorisation de mise sur le marché à l’Agence du médicament (aujourd’hui Afssaps), puis directeur de l’évaluation des médicaments de 1993 à 2000, et enfin, président du comité des médicaments de 1995 à 2000 avant de devenir, et ce sans délai de carence, consultant pour l’industrie pharmaceutique.

A des postes importants aux moments clés du Mediator

Le nom de cet expert était connu uniquement dans le milieu médical jusqu’à ce qu’en janvier dernier, le rapport de l’Inspection générale des affaires sociales (Igas) pointe du doigt ses responsabilités dans le dossier du Mediator.

Il faut dire qu’il était en poste à des dates clés de l’histoire du médicament. Notamment en 1995, lorsque l’Afssaps décidait de mettre fin à la vente du Mediator dans les préparations magistrales (les mélanges réalisés par les pharmaciens) mais, pour des raisons jusqu’à présent inexpliquées, pas à la vente en comprimés.

Entre 1995 et 2000, tous les coupe-faim ont été retirés du marché, à l’exception du Mediator. L’Igas estime que la direction de l’évaluation des médicaments -dont le directeur était Jean-Michel Alexandre- a manqué l’occasion de le suspendre alors même que la Direction générale de la santé l’interdisait dans les préparations magistrales parce qu’elle le considérait comme un coupe-faim. Lors de son audition au Sénat le 26 avril dernier, le Pr Alexandre a estimé que le Mediator «aurait pu être retiré en 2005». Autrement dit, quand il n’était plus en poste à l’Agence.

Une rémunération forfaitaire

Du 29 octobre 2001 au 4 septembre 2009, il a facturé 1 163 188 euros à Servier, via une filiale dénommée CRIS (centre de recherche international pour la santé). En paiement des services rendus, Jean-Michel Alexandre a perçu une rémunération forfaitaire payée sur présentation de facture accompagnée d’un rapport trimestriel.

Sa mission consistait, selon les demandes de Jacques Servier, à analyser des dossiers touchant à l’efficacité des médicaments en développement ou déjà mis sur le marché. Il s’agit notamment de Vastarel, Protelos, Valdoxan et Procoralan.

Ironie de l’histoire, pour le Vastarel (prescrit contre les vertiges et les acouphènes), accusé d’avoir des effets indésirables sur le plan neurologiques, l’Afssaps a saisi l’agence européenne du médicament pour une éventuelle suspension de commercialisation. L’avis est attendu pour début 2012. Le Protelos (prescrit contre ostéoporose) fait depuis octobre l’objet d’une réévaluation en France et l’Afssaps a demandé aux médecins de restreindre sa prescription. Le ministère de la Santé a par ailleurs revu ses conditions de remboursement. Le Valdoxan (un antidépresseur) a été placé par l’Afssaps sous surveillance renforcée et a vu son efficacité qualifiée de «modeste» par la Haute autorité de santé.

Des montants importants en provenance des laboratoires Servier

Sans compter qu’une surveillance hépatique est nécessaire pour les patients traités par Valdoxan. Enfin Procoralan (precrit contre l’angine de poitrine) est également placé sous surveillance renforcée par l’Afssaps depuis janvier dernier.

Interrogé sur d’éventuels conflits d’intérêts lors de son audition au Sénat, le Pr Alexandre répondait: «J’ai travaillé (après avoir quitté l’Agence fin 2000, NDLR) comme consultant scientifique indépendant en disant ce que j’avais à dire, sans promouvoir ni les intérêts d’une firme, ni un médicament, pour 30 à 40 laboratoires dans le monde. D’ailleurs je pourrais plus facilement citer les firmes pour lesquelles je n’ai pas travaillé que celles sur les dossiers desquelles je me suis penché». Sauf que si Jean-Michel Alexandre a effectivement travaillé pour Sanofi, Novartis ou encore Wyeth, il oublie de préciser que les montants les plus importants qu’il a reçus proviennent des laboratoires Servier.

 

http://www.lemonde.fr/sante/article/2012/10/19/mise-en-garde-contre-un-medicament-antidepresseur-du-laboratoire-servier_1778150_1651302.html

Mise en garde contre un médicament antidépresseur du laboratoire Servier

Le Monde.fr avec AFP | 19.10.2012 à 12h59

L’agence du médicament, l’ANSM, met en garde contre le risque d’atteinte hépatique potentiellement grave associé à la prise de l’antidépresseur Valdoxan, commercialisé par le laboratoire Servier. « Plusieurs cas graves d’hépatoxicité ont été rapportés sous Valdoxan (agomélatine) depuis sa commercialisation en 2009, dont six cas d’insuffisance hépatique », indique l’ANSM dans une lettre envoyée aux professionnels de santé et rendue publique vendredi 19 octobre.

L’agence du médicament rappelle que des contrôles de la fonction hépatique doivent être effectués régulièrement chez tous les patients traités par Valdoxan et qu’ils doivent être informés sur les symptômes suggérant une atteinte hépatique. Le Valdoxan est indiqué dans le traitement des épisodes dépressifs majeurs (c’est-à-dire caractérisés) chez l’adulte.

UN MÉDICAMENT SOUS SURVEILLANCE RENFORCÉE

Le risque hépatique est connu depuis son autorisation de mise sur le marché, mais des études cliniques récentes ont conduit l’Agence européenne du médicament et l’ANSM à renforcer les mises en garde et à proposer des contrôles supplémentaires de la fonction hépatique, en particulier lors d’une augmentation de la posologie.

Le Valdoxan fait déjà partie d’une liste de 30 médicaments placés « sous surveillance renforcée » l’an dernier par l’agence du médicament. La revue indépendante de pharmacologie Prescrire s’est toujours montrée très critique vis-à-vis du Valdoxan, estimant notamment en 2010 que « le rapport bénéfices-risques de l’agomélatine est défavorable dans la dépression » et que sept essais n’ont pas « montré d’efficacité clinique tangible ».

Les laboratoires Servier sont actuellement impliqués dans le scandale du Mediator, un médicament destiné aux diabétiques en surpoids mais souvent prescrit comme coupe-faim, soupçonné d’avoir provoqué la mort d’au moins 500 personnes en trente ans, voire 1 320 à 2 000 selon d’autres estimations.

 

http://www.rtbf.be/info/societe/detail_l-antidepresseur-agomelatine-contre-indique-au-dessus-de-75-ans?id=8353936

L’antidépresseur agomélatine contre-indiqué au-dessus de 75 ans

SOCIETE | vendredi 12 septembre 2014 à 14h47

L’antidépresseur agomélatine commercialisé sous le nom de Valdoxan (laboratoire Servier), en Belgique, devrait être contre-indiqué chez les personnes de plus de 75 ans en raison de risques « sévères » pour le foie, a annoncé vendredi l’Agence européenne du médicament (EMA). En Belgique, la mise en vente de l’antidépresseur est déjà assortie de plusieurs conditions strictes imposées par le médecin traitant, dans le cadre du plan obligatoire de minimisation des risques, a fait savoir l’Agence fédérale des médicaments et des produits de santé (AFMPS). Une décision finale sera prise au niveau européen entre le 22 et le 25 septembre.

Le comité pour l’évaluation des risques en matière de pharmacovigilance (Prac) de l’EMA a préconisé vendredi un renforcement des mises en garde sur les notices de ces médicaments. En particulier, il devrait être clairement indiqué que la fonction hépatique du patient doit être testée avant et pendant toute la durée d’un traitement avec cet antidépresseur.

Cette décision a été prise après l’examen de données cumulées sur les « risques hépatiques sévères » pour les personnes qui prennent ce médicament dans le cadre d’une procédure normale d’examen. En Belgique, le Valdoxan suit un programme de gestion des risques afin de prévenir un maximum les conséquences liées à la prise de ce médicament, indique l’AFMPS.

Les médecins prescrivant du Valdoxan doivent notamment informer leurs patients des risques que peut entraîner la prise de l’antidépresseur, mais ils doivent aussi « effectuer un contrôle de la fonction hépatique chez tous les patients à l’instauration du traitement et périodiquement après environ trois semaines, six semaines (fin de la phase aiguë), douze et vingt-quatre semaines (fin de la phase d’entretien)« , peut-on lire dans le plan de gestion des risques en Belgique publié en décembre 2013 par l’AFMPS.

L’EMA prendra une décision formelle et finale dans ce dossier dans le cadre d’un autre comité prévu entre le 22 et 25 septembre. En cas de consensus, la décision du comité sera directement implémentée dans les Etats membres européens.

Belga

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Agom%C3%A9latine

Agomélatine

Agomélatine
Agomélatine
Identification
Nom UICPA N-[2-(7-méthoxynaphthalén-1-yl)éthyl]acétamide
No CAS 138112-76-2
Code ATC N06AX22
PubChem 82148
SMILES
InChI
Propriétés chimiques
Formule brute C15H17NO2  [Isomères]
Masse molaire1 243,301 ± 0,014 g/mol
C 74,05 %, H 7,04 %, N 5,76 %, O 13,15 %,
Écotoxicologie
DL50 > 1 g·kg-1(souris, oral)2
Données pharmacocinétiques
Biodisponibilité <5 %3
Métabolisme hépatique (90 % CYP1A2;10 % CYP2C9)
Demi-vie d’élim. < 2 h
Considérations thérapeutiques
Voie d’administration orale
Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

L’agomélatine (commercialisée sous les noms de Valdoxan, Melitor et Thymanax) est un antidépresseur mélatoninergique.
Elle est utilisée dans le traitement des états dépressifs chez l’adulte.

Sommaire

Historique

L’agomélatine a été développée par les Laboratoires Servier dans les années 1990 et 2000. Le brevet a été déposé en 19904.
Les Laboratoires Servier déposent une première demande d’AMM en mars 2005. En novembre 2006, le Comité européen des médicaments à usage humain juge que l’efficacité n’a été suffisamment démontrée à travers les essais cliniques ; En revanche, il n’émet aucune réserve sur les potentiels effets secondaires5 qu’il juge gérables. En septembre 2007, Servier soumet un nouveau dossier, auquel ont été incluses de nouvelles études. Le produit obtient son AMM en février 20096, et est progressivement commercialisé dans les pays de l’Union européenne et dans le reste du monde.

En mars 2006, Novartis acquiert les droits pour développer et commercialiser le produit aux États-Unis7, mais abandonne le développement pour ce marché en octobre 20118.

Depuis 2009, l’agomélatine fait l’objet d’un plan européen de gestion des risques et d’une surveillance renforcée par les agences du médicament9.

Le 26 septembre 2014, suite à une réévaluation de routine, l’agence européenne du médicament (EMA) a confirmé le rapport bénéfice-risque positif du médicament, tout en renforçant les mesures du suivi hépatique10.

Mécanisme d’action

L’agomélatine agit en agoniste des récepteurs mélatoninergiques 1 et 2, et en antagoniste des récepteurs de sérotonine 2C11. Elle n’a pas d’effet sur la recapture de monoamine et aucune affinité pour les récepteurs adrénergiques alpha et bêta, histaminergiques, cholinergiques, dopaminergiques et de benzodiazépines.
L’agomélatine resynchronise les rythmes circadiens (l’horloge biologique liée au jour et la nuit) par son action sur les récepteurs à la mélatonine et les récepteurs 5HT2c. Elle augmente les taux de noradrénaline et de dopamine dans le cortex frontal, sans affecter les taux de sérotonine. Le produit a montré son efficacité dans différents modèles de dépression.

Clinique

Le programme de développement clinique a inclus 7900 patients. Parmi les 10 études conduites par rapport à un placebo, chez des patients souffrant d’épisodes dépressifs majeurs, six ont démontré une évolution positive de la dépression, déterminée par le score HAM-D17 (une échelle qui permet d’évaluer l’état dépressif sur 17 paramètres). Chez les patients au stade dépressif plus sévère (HAM-D initial supérieur ou égal à 25), l’efficacité de l’agomélatine a été démontrée dans toutes les études par rapport à un placebo.

L’efficacité de l’agomélatine a également été recherchée par rapport à des traitements existants : 6 études sur les 7 diligentées ont montré une efficacité significative de l’agomélatine. Parmi elles, 2 études étaient des études de supériorité et 4 des études de non-infériorité par rapport à la sertraline12, l’escitalopram, la fluoxetine, la venlafaxine et la duloxetine. L’agomélatine semble également efficace pour prévenir les rechutes : celles-ci étaient moins nombreuses (22%) chez les patients traités, que chez ceux sous placebo (47%) sur six mois de suivi. Cette molécule agit sur le sommeil en raccourcissant le délai d’endormissement, en allongeant la période de sommeil profond. Ces observations sont corrélées avec le retour des patients qui confirment une amélioration de leur sommeil dès la première semaine de traitement.

L’agomélatine a moins d’effets sur la sexualité que les inhibiteurs de recapture de la sérotonine et n’entraîne pas de phénomène de manque (pas de phénomène de sevrage, et possibilité d’arrêt n’importe quand), ni de prise de poids13.

Indications

L’agomélatine est utilisée dans le traitement des états dépressifs (dépression) chez l’adulte.
Un dosage des transaminases est nécessaire avant la mise en route du traitement et au cours du traitement.
Elle n’a pas été testée sur les enfants et les adolescents, raison pour laquelle elle ne peut pas leur être prescrite. De même, elle n’a pas été suffisamment testée sur les personnes âgées, et les médecins sont invités à être prudents avant de la prescrire aux patients de plus de 65 ans.

Effets secondaires

Suivi hépatique

Un suivi hépatique régulier est nécessaire afin de détecter au plus tôt une éventuelle hausse des enzymes ALAT et ASAT, qui pourrait dégénérer en hépatite14. Le 12 octobre 2012, Les Laboratoires Servier envoient d’ailleurs aux médecins et pharmaciens une lettre d’information rappelant l’importance de ce suivi hépatique15,16. En concertation avec l’Agence Européenne du Médicament, les modalités de suivi des patients traités par Valdoxan ont été modifiées: le médecin doit désormais prescrire des examens sanguins afin de vérifier le bon fonctionnement du foie au début, puis périodiquement pendant le traitement. Sur la base de cette évaluation, il décidera si le traitement par Valdoxan doit être interrompu ou pas17. Cette information a ensuite été diffusée sur le site de l’ANSM à partir du 18 octobre 201218.

Depuis la dernière réévaluation du médicament par les autorités européennes10, le CHMP a demandé le renforcement des modalités de prescription de ce médicament :

  • Un premier bilan hépatique doit être effectué avant l’instauration du traitement.
  • Des bilans supplémentaires doivent ensuite être effectués à 3, 6, 12 et 24 semaines.
  • Toute augmentation de plus de 3 fois des transaminases doit conduire à l’arrêt du traitement.
  • Les patients doivent être sensibilisés sur la survenue de symptômes pouvant laisser entendre une atteinte hépatique, et doivent alors arrêter le traitement et consulter un médecin.

Autres effets secondaires

Effets les plus fréquents (1 à 10% des patients)

  • Hyperhidrose
  • Douleur abdominale
  • Nausée
  • Vomissement
  • Diarrhée
  • Constipation
  • Douleurs au dos
  • Fatigue
  • Élévation des taux d’enzymes hépatiques
  • Vertiges
  • Somnolence
  • Insomnie
  • Migraine
  • Anxiété

Effets peu fréquents (moins de 1% des patients)

  • Parasthésie
  • Vision floue
  • Eczéma
  • Prurit
  • Urticaire
  • Agitation
  • Irritabilité
  • agitation psychomotrice
  • Agressivité
  • Cauchemars
  • Rêves vifs

Effets rares

  • Hépatites, insuffisances hépatique et jaunice
  • Manie et hypomanies
  • Pensées et comportements suicidaires
  • Hallucinations
  • Rash
  • Œdème facial et angioedème
  • Variation du poids

Ce médicament ne doit pas être utilisé :

  • chez les patients souffrant d’insuffisance hépatique, car le produit est métabolisé par le foie ;
  • en même temps que des inhibiteurs du cytochrome P450 1A2, comme la fluvoxamine ou la ciprofloxacine.

Dans les premières semaines de traitement, l’activation des récepteurs mélatoninergiques peut entraîner des troubles (somnolence, insomnie, fatigue) qui s’estompent progressivement14.

Opinions d’experts

Les avis sur le Valdoxan divergent au sein de la communauté médicale, le consensus étant qu’il s’agit d’un produit à réserver à certains patients, en seconde intention19 ou pour les patients souffrant de troubles du sommeil20.

La principale critique qui était formulée, y compris par les autorités, est que Servier n’a pas publié toutes les essais cliniques. En 2013, pour la revue Prescrire, les bénéfices n’ont pas été démontrés et « la balance bénéfices-risques de l’agomélatine est nettement défavorable »9.

Cependant, une analyse publiée en mars 2014, prenant en compte ces essais non-publiés, confirme l’efficacité de l’agomélatine21.

Lors de la dernière réévaluation de ce médicament, le 26 septembre 2014, les autorités de santé européennes ont réaffirmé le rapport bénéfice / risque positif de l’agomélatine10.

Notes et références

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 » [archive], sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. United States Patent Document. Vol. #5318994
  3. http://www.emea.europa.eu/ [archive]
  4. Nouveaux dérivés à structure naphtalénique . Demande de brevet FR 2658818 du 27.02.1990 [archive]
  5. Questions and answers on the recommendation for the refusal of the marketing authorization for Valdoxan/Thymanax, http://www.ema.europa.eu/docs/en_GB/document_library/Summary_of_opinion_-_Initial_authorisation/human/000656/WC500089538.pdf [archive]
  6. VALDOXAN® (AGOMELATINE), A NOVEL ANTIDEPRESSANT, RECEIVES EUROPEAN MARKETING AUTHORISATION [archive]
  7. Servier and Novartis sign licensing agreement for agomelatine, a novel treatment for depression [archive]
  8. SCRIP: Novartis drops future blockbuster agomelatine [archive]
  9. a et b « Agomélatine : bilan des effets indésirables » Rev Prescrire 2013 ; 33 (351) : 26-28. [archive]
  10. a, b et c EMA confirms positive benefit-risk for antidepressant Valdoxan/Thymanax (agomelatine) http://www.ema.europa.eu/docs/en_GB/document_library/Press_release/2014/09/WC500173636.pdf [archive]
  11. Racagni G, Riva MA, Molteni R, Musazzi L et al. Mode of action of agomelatine: synergy between melatonergic and 5-HT2C receptors [archive], World J Biol Psychiatry, 2011;12:574-87
  12. (en) Kasper S, Hajak G, Wulff K, Hoogendijk WJ, Montejo AL, Smeraldi E, Rybakowski JK, Quera-Salva MA, Wirz-Justice AM, Picarel-Blanchot F, Baylé FJ, « Efficacy of the novel antidepressant agomelatine on the circadian rest-activity cycle and depressive and anxiety symptoms in patients with major depressive disorder: a randomized, double-blind comparison with sertraline », J Clin Psychiatry, vol. 71, no 2,‎ février 2010, p. 109–20 (PMID 20193645, DOI 10.4088/JCP.09m05347blu)
  13. EPAR – Product Information – European Medicine Agency http://www.ema.europa.eu/ema/index.jsp?curl=pages/medicines/human/medicines/000915/human_med_001123.jsp&mid=WC0b01ac058001d124 [archive]
  14. a et b Valdoxan, Santé AZ http://sante-az.aufeminin.com/w/sante/m3943305/medicaments/valdoxan.html [archive]
  15. http://www.servier.fr/content/information-sur-valdoxan-pour-les-professionnels-de-santé [archive]
  16. http://www.leparisien.fr/laparisienne/sante/antidepresseur-valdoxan-de-servier-attention-au-risque-hepatique-19-10-2012-2250675.php [archive]
  17. http://www.servier.fr/content/information-sur-valdoxan-pour-les-patients [archive]
  18. http://ansm.sante.fr/S-informer/Actualite/Valdoxan-agomelatine-Information-importante-de-pharmacovigilance-relative-au-risque-d-hepatotoxicite-Lettre-aux-professionnels-de-sante [archive]
  19. (en) Pae CU, « Agomelatine: a new option for treatment of depression? », Expert opinion on pharmacotherapy, vol. 15,‎ mars 2014, p. 443-447 (PMID 24397553, DOI 10.1517/14656566.2014.877889, lire en ligne [archive])
  20. (en) Huang KL, Lu WC, Wang YY, Hu GC, Lu CH, Lee WY, Hsu CC, « Comparison of agomelatine and selective serotonin reuptake inhibitors/serotonin-norepinephrine reuptake inhibitors in major depressive disorder: A meta-analysis of head-to-head randomized clinical trials », The Australian and New Zealand journal of psychiatry,‎ mars 2014 (PMID 24604920, lire en ligne [archive])
  21. (en) Taylor D, Sparshatt A, Varma S, Olofinjana O, « Antidepressant efficacy of agomelatine: meta-analysis of published and unpublished studies », British medical journal,‎ mars 2014 (PMID 24647162, DOI 10.1136/bmj.g1888, lire en ligne [archive])

Liens externes


Yin

cuy gracioso 3

Aime le potage

Avis du 3 février 2015

Ce blog a été créé le 6 janvier 2015 pour prendre le relais du Petitcoucou venant d'être suspendu sans préavis ni avertissement en milieu de journée. Ayant eu cette fonction jusqu'au 1er février 2015, il devient un doublon du Petitcoucou suite à la réouverture de ce dernier après trois semaines de suspension, et sa reprise d'activité à compter du 2 février 2015.

Sondage

Aimez-vous ce blog ?

Chargement ... Chargement ...

Calendrier

mars 2015
L Ma Me J V S D
« fév   avr »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

Avis

Les statistiques de ce blog sont bloquées depuis le 21 janvier 2015. Plus aucun compteur n'est incrémenté, ceux des visites du jour restent à zéro, les mises à jour ne se font plus.

Avis du 24 janvier 2015

Mes statistiques "avancées" sont de retour et font apparaître un record de visites le 21 janvier 2015 - record très modeste, mais néanmoins record pour ce blog nouveau-né. En revanche, les statistiques "basiques" sont toujours bloquées. Tout cela m'évoque bien évidemment les petites manies de Cyprien Luraghi qui n'a jamais pu supporter de voir s'envoler le nombre de mes lecteurs, qu'il surveille comme le lait sur le feu depuis la création de mon premier blog, sur Le Post, début septembre 2009.

Avis du 26 janvier 2015

Mes statistiques "basiques" sont de retour. Tout se passe normalement. Le Chinois de Thaïlande est inactif sur ce blog.

Avis du 31 janvier 2015

Mes statistiques "basiques" sont de nouveau bloquées depuis le 29 janvier.

Avis du 1er février 2015

Retour de mes statistiques "basiques".

Avis du 3 février 2015

Statistiques "basiques" de nouveau bloquées depuis le 1er février.

Avis du 6 février 2015

Mes statistiques "basiques" sont de retour. Tout fonctionne.

Avis du 11 février 2015

Mes statistiques "basiques" sont de nouveau bloquées depuis le 8 février.

Avis du 26 février 2015

Statistiques "basiques" enfin débloquées !

Avis du 27 février 2015

Statistiques "basiques" de nouveau bloquées depuis le 26 février. Ce petit jeu pourrait-il cesser ? On n'en voit pas l'intérêt... Complément de 22 h: merci de m'avoir rendu ces statistiques !

Avis du 4 mars 2015

Statistiques "basiques" de nouveau bloquées depuis le 1er mars. Merci de les débloquer et ne plus les bloquer ou les oublier en cet état à l'avenir.

Avis du 7 mars 2015

Statistiques "basiques" bien débloquées. Merci.

Avis du 25 mars 2015

Statistiques "basiques" bloquées depuis le 14 mars.

Avis du 2 avril 2015

Mes statistiques "basiques" sont de retour.

Avis du 26 avril 2015

Les statistiques "basiques" de ce blog sont encore bloquées, depuis le 10 avril 2015.

Avis du 28 avril 2015

Statistiques de retour. Merci.

Avis du 7 mai 2015

Je n'ai de nouveau plus de statistiques "basiques" depuis le 2 mai. Comme pour Petitcoucou, les statistiques "avancées" ont également disparu depuis deux jours.

Avis du 10 mai 2015

Statistiques "basiques" débloquées. Merci. Me manquent encore les statistiques "avancées".

Avis du 14 mai 2015

Toutes mes statistiques sont de retour depuis hier. Merci.

Avis du 3 octobre 2015

Les compteurs de mes statistiques avancées sont tous à zéro depuis le 1er octobre. Merci de me les rendre.

Avis du 5 octobre 2015

Statistiques "avancées" de retour ce soir. Merci.

Visiteurs en ligne

Il y a 2 visiteurs en ligne

Nombre total de visites

Messagerie

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter


#PatinoireHabbo |
Linounaty |
Cybersecuriter |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Peoplenews
| Lebilletdeleticia
| Spcialstarspcialscoopsurtou...