Empoisonnements criminels : des enquêtes difficiles

Au printemps 2002, j’ai été victime de deux formes d’empoisonnements successifs qui ont notamment mis fin à toutes mes possibilités de retour à l’emploi.

A chaque fois que cette affaire est relancée, d’autres le sont aussi.

C’est normal. Les unes font écho aux autres.

 

http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20150127.AFP6736/grande-bretagne-demarrage-de-l-enquete-publique-sur-la-mort-de-litvinenko.html

Affaire Litvinenko: la responsabilité de Moscou au coeur des débats

Publié le 27-01-2015 à 13h52Mis à jour à 19h41

Marina Litvinenko, veuve de l'ancien espion russe Alexandre Litvinenko, à Londres le 27 janvier 2015<br />
 (c) Afp » src= »http://referentiel.nouvelobs.com/file/13649432.jpg » width= »645″ /> Marina Litvinenko, veuve de l’ancien espion russe Alexandre Litvinenko, à Londres le 27 janvier 2015 (c) Afp</div>
</div>
<div>
<aside></aside>
<aside id=

Londres (AFP) – L’éventuelle implication de Moscou dans l’empoisonnement au polonium du transfuge Alexandre Litvinenko est au coeur de l’enquête publique ouverte mardi à Londres pour tenter d’élucider le meurtre de cet ancien agent secret russe.

La mort il y a plus de huit ans à Londres d’Alexandre Litvinenko, transfuge des services de renseignements russes collaborant avec le MI6 britannique, est digne d’un roman d’espionnage.

Le 1er novembre 2006, l’ex-espion du FSB, 43 ans, a rendez-vous avec deux ex-agents russes dans un grand hôtel londonien. Il s’agit d’Andreï Lougovoï, aujourd’hui député, et de l’homme d’affaires Dmitri Kovtoun, avec lesquels il prend un thé.

Le soir même, il commence à se sentir mal avant de succomber trois semaines plus tard d’un empoisonnement au polonium-210, une substance radioactive extrêmement toxique et quasiment indétectable, devenant ainsi la première victime connue d’un « assassinat radioactif ».

Dans une lettre poignante et pleine de rage rédigée sur son lit de mort, Litvinenko accuse le président Vladimir Poutine d’avoir commandité son meurtre, une accusation que le Kremlin a toujours niée.

« Vous pouvez réussir à faire taire un homme mais le grondement des protestations du monde entier retentiront dans vos oreilles pendant le reste de votre vie, M. Poutine », a-t-il dicté aux policiers venus prendre sa déposition.

Mardi, la lecture de ces extraits a donné le ton de cette enquête publique (« enquiry »), procédure qui permet d’examiner à huis clos des documents sensibles. Elle prend le relais de l’enquête judiciaire (« inquest »), bloquée par l’impossibilité d’examiner l’éventuelle responsabilité de Moscou.

La Russie a aussi refusé d’extrader Dimitri Kovtun et Andreï Lougovoï. « Toute cette affaire est une farce », a déclaré ce dernier mardi à l’agence russe Tass. Le député a précisé qu’il n’avait pas prévu d’assister à ces auditions, que ce soit en personne ou à distance via un lien vidéo.

Dès l’ouverture de l’enquête, le magistrat instructeur Robert Owen, avait pourtant affirmé que l’implication de l’État russe serait « d’une importance centrale dans (son) investigation ». Il avait aussi déclaré « valider » la thèse basée sur des documents du gouvernement britannique « établissant au premier examen la responsabilité de l’Etat russe dans la mort » de l’opposant.

Mardi, Robin Tam, un conseiller juridique du magistrat instructeur, a révélé que Litvinenko avait probablement été la cible « non pas d’un mais de deux empoisonnements ». Selon lui, la première tentative s’était déroulée lors d’une rencontre avec les deux mêmes protagonistes, dans les locaux d’une entreprise de sécurité où des traces de polonium ont été relevées.

- Kovtun et le ‘cuisinier’ -

Toujours selon M. Tam, Dimitri Kovtun aurait confié à un ami qu’il était en possession d’un poison extrêmement cher et qu’il cherchait « un cuisinier pour l’administrer à Litvinenko. Cet « ami » doit venir témoigner à Londres.

Citant une source proche de l’enquête, le Daily Telegraph a affirmé samedi que l’agence de sécurité américaine (NSA) avait intercepté des communications entre les personnes soupçonnées d’être impliquées dans l’empoisonnement de M. Litvinenko et leur chef à Moscou, peu de temps après le décès.

Le journal avance que l’existence de ces communications constitue « une preuve centrale » qu’il s’agit d’une exécution fomentée par Moscou.

Toutefois la théorie selon laquelle Moscou aurait été derrière la mort de Litvinenko, devenu un citoyen britannique, n’est pas la seule qui circule, son travail consistant à enquêter sur le crime organisé, y compris dans d’autres pays européens comme l’Italie ou l’Espagne.

La plupart des audiences de l’enquête publique se dérouleront au cours des deux prochains mois à huis clos pour permettre le témoignage de membres des services secrets et l’examen de documents confidentiels.

« L’important est que les preuves rassemblées par la police vont être présentées et que tout le monde pourra les voir », a estimé la veuve d’Alexandre Litvinenko, Marina, dans un entretien avec l’AFP.

« C’est la dernière chose que je peux faire pour lui (…). Je dois défendre son nom et sa mémoire, a-t-elle souligné. Pour moi, c’est vraiment important d’avoir enfin une explication officielle à la mort de Sasha ».

Quelle que soit l’issue de l’enquête publique -qui sert à établir des faits sans pour autant prononcer de condamnations-, le veuve de Litvinenko dit cependant avoir peu d’espoir d’un changement d’attitude de Moscou.

 

http://orientxxi.info/lu-vu-entendu/enquete-sur-l-etrange-mort-de,0745

Enquête sur l’étrange mort de Yasser Arafat

 

A-t-il été assassiné ?

 

Il y a exactement dix ans, le 11 novembre 2004, Yasser Arafat décédait dans un hôpital de la banlieue parisienne. La thèse d’un empoisonnement commandité par Israël ne faisait aucun doute pour la direction palestinienne, ni pour la plupart des opinions arabes et militantes. Pourtant, ce n’est qu’après sept ans de silence et d’inaction qu’une enquête suisse a pu confirmer, à partir de prélèvements, la présence anormale de polonium dans ses vêtements. Mais d’autres experts, russes et français persistent à le nier. À qui profite donc le mystère persistant autour de la mort du leader historique de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) ?

Yasser Arafat n’est pas mort naturellement. «  Sa disparition soudaine, au cœur de son 77 e automne, dans un lit d’hôpital, a bien été voulue, provoquée, organisée.  » Telle est la conclusion de l’enquête minutieuse du journaliste Emmanuel Faux, qui vient de paraître dix ans après la mort du raïs, le 11 novembre 2004 à l’hôpital militaire Percy de Clamart, près de Paris.

Son livre, L’affaire Arafat, l’étrange mort du leader palestinien ne conclut pas formellement à l’empoisonnement du vieux chef, faute de preuve absolue. Ni à l’identité des exécutants et des commanditaires. Dix ans plus tard, les circonstances de la disparition d’Arafat restent l’enjeu d’une bataille de communication — et souvent de désinformation — doublée d’un combat d’experts. On attend d’ailleurs toujours, en ce 11 novembre 2014, les conclusions de l’enquête palestinienne et de celle de la justice française. Mais avec les éléments qu’il a eus en main et après une trentaine d’entretiens avec les principaux acteurs, Faux estime le dossier assez solide pour affirmer que «  l’hypothèse d’une mort provoquée est bien celle qui doit être retenue  ».

La thèse d’un empoisonnement d’Arafat n’est pas nouvelle. Pour la direction palestinienne et pour les opinions publiques arabes, elle ne fait aucun doute. Le journaliste franco-israélien Amnon Kapeliouk, biographe d’Arafat1 en était persuadé dès le début. Le jour de l’enterrement du «  vieux  » le 12 novembre, dans la cour de son quartier général à Ramallah, il disait à une journaliste française : «  ça y est, ils l’ont tué.  » Pour ce connaisseur de la région, «  ils  », c’était le gouvernement israélien, dirigé à l’époque par Ariel Sharon. Pourtant, le silence s’est installé. Il a fallu attendre sept ans et deux documentaires de la chaîne de télévision qatarie Al-Jazeera English, en juillet 2012 et en novembre 2013, pour que l’affaire soit relancée.

Le risque d’une nouvelle révolte

Pourquoi ce délai  ? Au premier abord, on pourrait se demander quel intérêt auraient les différentes parties — et surtout la direction palestinienne — à enterrer le sujet. La réponse s’impose facilement. La preuve d’un empoisonnement de Yasser Arafat risquait de déclencher une nouvelle révolte dans les territoires occupés, avec des conséquences incalculables dans le monde arabe. Elle aurait définitivement enterré le processus de paix israélo-palestinien, option toujours validée officiellement par les deux parties et par les États-Unis, même si elle est aujourd’hui moribonde.

On pourrait aussi se demander pourquoi Israël aurait eu intérêt à tuer le vieux leader. N’était-il pas réduit à l’impuissance, prisonnier dans quelques pièces de la Moukata’a, son QG de Ramallah cerné par les chars qui le bombardaient régulièrement  ? N’était-il pas qualifié tous les jours d’ «  irrelevant  »  non pertinent  ») par Sharon  ? Mais Arafat représentait encore un danger, comme symbole. Même si une bonne partie des Palestiniens lui reprochaient de les avoir entraînés dans un marché de dupes avec les accords d’Oslo, il était le drapeau vivant qui faisait tenir ensemble le peuple et ses organisations politiques. Aujourd’hui encore, des commentateurs palestiniens estiment que si Yasser Arafat avait survécu, l’éclatement politique entre l’Autorité palestinienne et le Hamas à la faveur des élections législatives de 2006 n’aurait pas eu lieu2.

Les barrages dressés pour tuer dans l’œuf la thèse de l’intoxication volontaire semblent issus d’un mauvais scénario de série télé. Les Palestiniens n’attendent pas le décès de leur leader pour réfuter la thèse de l’assassinat. Deux jours avant l’issue fatale, le négociateur Nabil Shaath réunit une conférence de presse pour annoncer : «  Les médecins ont complètement exclu l’hypothèse de l’empoisonnement. Nous pouvons donc l’écarter aussi.  » Les proches d’Arafat, à commencer par sa veuve Souha — qui se dit pourtant persuadée de l’assassinat — n’ont pas demandé d’autopsie. Il n’y aura qu’un simple rapport clinique des médecins de Percy, qui ne parvient pas à expliquer un processus foudroyant. Yasser Arafat est mort en un mois. Pris de douleurs intestinales le 12 octobre, il est évacué en France le 29 octobre. Son état se dégrade brusquement dans la nuit du 2 au 3 novembre. Il tombe dans un coma dont il ne sortira pas.

Un «  septennat de silence  »

Suit, selon l’expression d’Emmanuel Faux «  un septennat de silence  ». «  Hormis la création quasi clandestine d’une commission d’enquête en Palestine, sept ans sans action ni réaction  ». Alors que la rumeur de l’empoisonnement enfle dans tout le Proche-Orient.

Tout change en 2012 avec la diffusion du premier volet de l’enquête d’Al-Jazeera en anglais «  What killed Arafat  ?  » («  Qu’est-ce qui a tué Arafat  ?  ») . En vedette, Souha Arafat et un poison nouveau venu sur le marché secret du meurtre d’État : le polonium 210. Une substance hautement radioactive qui est supposée avoir déjà emporté un opposant russe, Alexandre Litvinenko, en 2006 à Londres. Le documentaire révèle qu’un laboratoire suisse commissionné par Souha Arafat et Al-Jazeera, l’Institut de radiophysique de Lausanne, a détecté des quantités anormales de polonium sur les vêtements du défunt. Souha Arafat porte plainte devant la justice française et demande dans la foulée l’exhumation du corps de son mari, qui aura lieu le 26 novembre 2012 à Ramallah.

Cette cérémonie lugubre et solennelle se déroule sous tension, comme le raconte de façon saisissante le médecin suisse Paul Bochud, chef de la seule équipe d’experts autorisée à descendre dans le tombeau pour opérer des prélèvements. Les deux autres délégations, la française et la russe, ont été priées de rester en surface. Elles reçoivent chacune un lot d’échantillons identiques.

De la politique dans les laboratoires

L’ «  affaire Arafat  » n’est pas terminée pour autant. Une forte dose de politique semble avoir été ajoutée aux résultats des analyses, connus fin 2013. À partir des mêmes prélèvements, les Français et les Russes ne concluent pas à l’empoisonnement, tout en ne publiant pas l’intégralité de leur rapport. Pour ces deux pays, engagés dans un rapprochement stratégique avec Israël, la raison d’État paraît avoir pris le pas sur la vérité scientifique. Les Suisses, au contraire, ouvrent leurs documents et affirment publiquement que leurs résultats «  soutiennent raisonnablement la thèse de l’empoisonnement  ». Le chef de l’équipe confirmera à Faux que les doses de polonium «  supposent forcément l’intervention d’un tiers  ». Reste l’adverbe «  raisonnablement  ». Mais le médecin confie l’avoir employé «  pour ne pas avoir l’air affirmatif à 100 % et parce que, huit ans après, une part de doute subsiste  ».

Pour compléter son enquête, l’auteur a soumis le dossier à quatre spécialistes réputés de toxicologie. Tout en respectant la prudence scientifique, chacun d’entre eux a repoussé l’hypothèse d’un décès dû à la fatigue ou à la vieillesse. Mais les interrogations médicales ne sont peut-être finalement pas les plus difficiles à résoudre, nous dit Emmanuel Faux. Selon lui, l’enquête sur la mort d’Arafat pourrait plonger dans les eaux les plus noires du conflit. Dix ans après, la mort du raïs palestinien sert de support aux luttes internes palestiniennes au moins autant qu’au conflit avec Israël. L’auteur s’interroge sur les sept ans de silence de la veuve d’Arafat et consacre un chapitre aux accusations lancées par Mahmoud Abbas, le président de l’Autorité palestinienne. Qui désigne à mots à peine couverts Mohammed Dahlan, ancien chef de la sécurité palestinienne proche des Israéliens et des Américains, soupçonné d’avoir eu une part dans la mort du drapeau vivant de la Palestine. Le poison du soupçon, lui n’a pas fini d’agir.

1Arafat l’irréductible, préface de Nelson Mandela, éditions Fayard, février 2004. —519 p.

0 commentaire à “Empoisonnements criminels : des enquêtes difficiles”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire


Yin

cuy gracioso 3

Aime le potage

Avis du 3 février 2015

Ce blog a été créé le 6 janvier 2015 pour prendre le relais du Petitcoucou venant d'être suspendu sans préavis ni avertissement en milieu de journée. Ayant eu cette fonction jusqu'au 1er février 2015, il devient un doublon du Petitcoucou suite à la réouverture de ce dernier après trois semaines de suspension, et sa reprise d'activité à compter du 2 février 2015.

Sondage

Aimez-vous ce blog ?

Chargement ... Chargement ...

Calendrier

janvier 2015
L Ma Me J V S D
    fév »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

Avis

Les statistiques de ce blog sont bloquées depuis le 21 janvier 2015. Plus aucun compteur n'est incrémenté, ceux des visites du jour restent à zéro, les mises à jour ne se font plus.

Avis du 24 janvier 2015

Mes statistiques "avancées" sont de retour et font apparaître un record de visites le 21 janvier 2015 - record très modeste, mais néanmoins record pour ce blog nouveau-né. En revanche, les statistiques "basiques" sont toujours bloquées. Tout cela m'évoque bien évidemment les petites manies de Cyprien Luraghi qui n'a jamais pu supporter de voir s'envoler le nombre de mes lecteurs, qu'il surveille comme le lait sur le feu depuis la création de mon premier blog, sur Le Post, début septembre 2009.

Avis du 26 janvier 2015

Mes statistiques "basiques" sont de retour. Tout se passe normalement. Le Chinois de Thaïlande est inactif sur ce blog.

Avis du 31 janvier 2015

Mes statistiques "basiques" sont de nouveau bloquées depuis le 29 janvier.

Avis du 1er février 2015

Retour de mes statistiques "basiques".

Avis du 3 février 2015

Statistiques "basiques" de nouveau bloquées depuis le 1er février.

Avis du 6 février 2015

Mes statistiques "basiques" sont de retour. Tout fonctionne.

Avis du 11 février 2015

Mes statistiques "basiques" sont de nouveau bloquées depuis le 8 février.

Avis du 26 février 2015

Statistiques "basiques" enfin débloquées !

Avis du 27 février 2015

Statistiques "basiques" de nouveau bloquées depuis le 26 février. Ce petit jeu pourrait-il cesser ? On n'en voit pas l'intérêt... Complément de 22 h: merci de m'avoir rendu ces statistiques !

Avis du 4 mars 2015

Statistiques "basiques" de nouveau bloquées depuis le 1er mars. Merci de les débloquer et ne plus les bloquer ou les oublier en cet état à l'avenir.

Avis du 7 mars 2015

Statistiques "basiques" bien débloquées. Merci.

Avis du 25 mars 2015

Statistiques "basiques" bloquées depuis le 14 mars.

Avis du 2 avril 2015

Mes statistiques "basiques" sont de retour.

Avis du 26 avril 2015

Les statistiques "basiques" de ce blog sont encore bloquées, depuis le 10 avril 2015.

Avis du 28 avril 2015

Statistiques de retour. Merci.

Avis du 7 mai 2015

Je n'ai de nouveau plus de statistiques "basiques" depuis le 2 mai. Comme pour Petitcoucou, les statistiques "avancées" ont également disparu depuis deux jours.

Avis du 10 mai 2015

Statistiques "basiques" débloquées. Merci. Me manquent encore les statistiques "avancées".

Avis du 14 mai 2015

Toutes mes statistiques sont de retour depuis hier. Merci.

Avis du 3 octobre 2015

Les compteurs de mes statistiques avancées sont tous à zéro depuis le 1er octobre. Merci de me les rendre.

Avis du 5 octobre 2015

Statistiques "avancées" de retour ce soir. Merci.

Visiteurs en ligne

Il y a 4 visiteurs en ligne

Nombre total de visites

Messagerie

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter


#PatinoireHabbo |
Linounaty |
Cybersecuriter |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Peoplenews
| Lebilletdeleticia
| Spcialstarspcialscoopsurtou...