• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 22 janvier 2015

Archives pour 22 janvier, 2015

Les frères Kouachi ont fait de réguliers séjours dans l’Hérault

Il est curieux de constater que les journalistes étrangers semblent plus enclins que leurs homologues français à enquêter sur les auteurs des attentats de ces derniers jours sur un terrain qui n’est pourtant pas le leur.

L’hebdomadaire allemand Der Spiegel a ainsi publié un reportage sur l’adolescence des frères Kouachi, ponctuée de réguliers séjours à La Grande-Motte, dans l’Hérault, à 16km au sud de Lunel et 25 km à l’est de Montpellier.

Seuls deux journaux français ont relayé cette information.

 

http://www.midilibre.fr/2015/01/19/quand-les-freres-kouachi-passaient-leurs-vacances-a-la-grande-motte,1112855.php

Quand les frères Kouachi passaient leurs vacances à La Grande-Motte

il y a 2 jours  MIDI LIBRE
Quand les frères Kouachi passaient leurs vacances à La Grande-Motte

Cherif au bord d’une piscine à La Grande-Motte.

D ans sa dernière édition datée du 17 janvier le grand hebdomadaire allemand Der Spiegel (900 000 exemplaires) rapporte que les deux frères Kouachi auteurs de l’attentat contre Charlie Hebdo sont venus passer régulièrement leurs vacances dans l’Hérault et plus particulièrement dans la station balnéaire de La Grande-Motte.

Le très sérieux journal qui a dépéché en France pas moins de 11 reporters sur le sol tricolore a retrouvé l’éducatrice qui s’est occupé des frères Kouachi durant plus de six ans entre 1994 et 2000 en Corrèze. Suzanne, de son nom d’emprunt,  raconte comment elle encadrait les deux frères dans le centre d’éducation de Treignac (Correze). Aujourd’hui, elle avoue à nos confrères avoir un sentiment de culpabilité et les avoir reconnus « grâce à leurs yeux. »

« Tous les étés nous partions au bord de la Méditerranée à La Grande-Motte » confie t-elle encore au magazine allemand avant de montrer en image Cherif au bord d’une piscine à La Grande-Motte. Le jeune Kouachi a alors 13 ans. Le centre de Treignac qui dépend de la fondation Pompidou encadrait à l’époque environ 70 enfants de 7 à 18 ans.

 

http://www.lepopulaire.fr/limousin/actualite/departement/correze/2015/01/08/charlie-hebdo-les-freres-kouachi-accueillis-a-treignac-entre-1994-et-2000_11283305.html

08/01/15 – 13h32

Charlie Hebdo : les frères Kouachi scolarisés durant six ans en Corrèze

 

fondation pompidou école hôtelière  - Agnès GAUDIN . fondation pompidou école hôtelière – Agnès GAUDIN .
C’étaient deux jeunes sans histoires. Les frères Chérif et Saïd Kouachi, soupçonnés d’être les auteurs de l’attentat contre le Charlie Hebdo, hier à Paris, ont été accueillis dans leur jeunesse, pendant six ans par le Centre des Monédières, appartenant à la Fondation Claude-Pompidou à Treignac.
Patrick Fournier, chef du service éducatif  de l’établissement les a bien connus. « Ils ont passé six ans de leur vie dans notre établissement, accompagnés d’une petite sœur et d’un frère. Cette fratrie nous a été confiée en 1994  par les services sociaux de Paris parce qu’elle vivait dans une famille vulnérable. Ils sont partis de Treignac en 2000. »Patrick Fournier n’en revient toujours pas : « On est tous choqué par l’affaire et parce qu’on connait ces jeunes. On a du mal à s’imaginer que ces gamins qui ont été parfaitement intégrés (ils jouaient au foot dans les clubs locaux) puissent comme ça délibérément tuer. On a du mal à y croire. Durant leur parcours chez nous, ils n’ont jamais posé de problème de comportement. Ils étaient scolarisés. Saïd Kouachi a passé son CAP et son BEPC d’hôtellerie chez nous. Il était tout à fait prêt à rentrer dans la vie socio-professionnelle.

 

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2015/01/20/01016-20150120ARTFIG00187-les-freres-kouachi-des-enfants-heureux-l-ete-a-la-grande-motte.php

Les frères Kouachi : des enfants heureux l’été à la Grande Motte

    • Par lefigaro.fr
    • Mis à jour le 21/01/2015 à 13:07
    • Publié le 20/01/2015 à 12:14
Le <i>Spiegel </i>a publié une photo de Chérif Kouachi en vacances à la Grande Motte en 1994.

Au début des années 1990, les frères Kouachi passaient leurs étés au bord de la Méditerranée et étaient de  «bons enfants», selon leur éducatrice de l’époque.

La presse étrangère enquête massivement sur les attaques qui ont frappé la France entre le 7 et le 9 janvier. Alors que le New York Times a publié une vaste investigation sur l’itinéraire des frères Kouachi, auteurs de l’attaque à Charlie Hebdo, ces dix dernières années, Der Spiegel, qui a dépêché en France onze reporters, a retrouvé l’éducatrice qui s’est occupée des frères Kouachi durant plus de six ans entre 1994 et 2000 en Corrèze. L’hebdomadaire allemand publie des photos de leur jeunesse, et notamment un cliché de vacances à La Grande Motte.

La photo a été prise durant l’été 1994. Chérif et Saïd Kouachi sont alors âgés respectivement de 12 et 14 ans et ont une mère malade. Ils sont envoyés en Corrèze, au Centre des Monédières, un centre d’accueil financé par la Fondation Claude Pompidou. Ce centre deviendra leur seul foyer lorsque leur mère mourra (leur père est décédé quelques années auparavant). C’est dans le cadre de ce centre qu’ils sont allés passer des vacances au bord de la Méditerranée. Le Spiegel a retrouvé «Suzanne» qui a été leur éducatrice référente durant de nombreuses années. Elle raconte à l’hebdomadaire allemand avoir tout d’abord cru à une «erreur» en entendant leur nom cité comme auteurs des attentats contre Charlie Hebdo. Une ambiguïté levée immédiatement lorsque les photos furent publiées dans les médias: l’éducatrice a tout de suite reconnu «leurs yeux». «Quel cauchemar», commente-t-elle. «C’étaient de bons enfants». Et de raconter les vacances au bord de la Méditerranée, chaque été. Chérif était son favori, un «coquin», «qui n’a jamais rien fait de grave»: «je ne pouvais pas me mettre en colère contre lui». L’éducatrice dit aujourd’hui ressentir un sentiment de culpabilité.

 

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2015/01/09/01016-20150109ARTFIG00041-les-freres-kouachi-des-gamins-inoffensifs-qui-ont-passe-six-ans-en-correze.php

Les frères Kouachi : des «gamins inoffensifs» qui ont passé six ans en Corrèze

    • Par Eugénie Bastié
    • Mis à jour le 21/01/2015 à 13:05
    • Publié le 09/01/2015 à 08:40
Les frères Kouachi ont fait de réguliers séjours dans l'Hérault dans Attentats PHO2bbdae28-97d1-11e4-a1d4-039b03f34ee1-805x453

 

De 1994 à 2000, Chérif et Saïd Kouachi ont séjourné dans un centre éducatif à Treignac en Corrèze. Le responsable éducatif décrit des «gamins innoffensifs».

«Deux jeunes sans histoire», c’est ainsi que sont décrits Chérif et Saïd Kouachi par l’éducateur du Centre des Monédières, à Treignac en Corrèze, où les deux jeunes ont séjournés de 1994 à 2000. Ce centre, appartenant à la fondation Claude-Pompidou, est une Maison d’enfants à caractère social (MECS). Ce genre d’établissements est spécialisé dans l’accueil de mineurs, placés là par la Protection judiciaire de la jeunesse, l’Aide sociale à l’enfance ou par le juge pour enfants.

C’est en 1994, alors qu’ils ont alors 12 et 14 ans, que les enfants sont placés dans ce centre, car leur mère, malade, ne peut s’occuper d’eux. Celle-ci décède en 1995, et les jeunes resteront alors dans l’établissement pendant 6 ans.

Des «gamins inoffensifs»

«On est tous choqué par l’affaire et parce qu’on connait ces jeunes. On a du mal à s’imaginer que ces gamins qui ont été parfaitement intégrés puissent comme ça délibérément tuer.» confie Patrick Fournier, chef du service éducatif au journal local Le Populaire, qui décrit les deux frères comme des «gamins inoffensifs».

Sur RTL, il affirme que les enfants «joyeux, sympas» ne lui ont jamais posé le moindre problème, «ni violences, ni fugues» et n’ont jamais eu «la moindre revendication religieuse». Ils étaient «scolarisés» jouaient aux clubs de foot locaux, Saïd voulait même être footballeur professionnel. L’ainé des frères avait passé dans le centre son CAP et son BEPC d’hôtellerie et était «tout à fait prêt à rentrer dans la vie professionnelle».

Quant à Chérif Kouachi , il était «courtois, gentil et sérieux dans son travail» témoigne pour sa part une responsable d’agence de travail temporaire sur le média israélien i-24 news, précisant tout de même que les policiers se renseignaient régulièrement sur lui. Alors âgé de 29 ans, il a travaillé pendant 4 mois comme vendeur de poissons dans une grande surface.

C’est en arrivant à Paris en 2001 que les deux frères se seraient radicalisés.

 

http://www.i24news.tv/fr/actu/international/europe/57053-150108-attaque-charlie-hebdo-le-parcours-des-freres-kouachi

Exclu i24news: « Chérif Kouachi était un employé sérieux et toujours courtois »

Le principal suspect dans l’attaque de Charlie Hebdo était surveillé par les services de police en 2011

V.Breschi/V.Lefai, vl/abm (AFP)V.Breschi/V.Lefai, vl/abm (AFP) »Chérif Kouachi et Saïd Kouachi, les suspects de l’attentat de Charlie Hebdo »

« Chérif Kouachi était courtois, gentil et sérieux dans son travail », a raconté une responsable d’agence de travail temporaire à i24news, précisant cependant que la police se renseignait régulièrement sur lui.

Le suspect dans l’attentat contre le siège de Charlie Hebdo, alors âgé de 29 ans, a travaillé pendant 4 mois (de novembre 2011 à mars 2012) comme vendeur de poissons dans des grandes surfaces.

« Il s’est très bien comporté, son contrat a même été prolongé », explique encore la responsable jeudi soir.

« Néanmoins, les services de police effectuaient des contrôles réguliers sur sa personne, interrogeant différents employés et vérifiant ses papiers (…) à l’époque les policiers nous parlaient de contrôle de routine, mais maintenant, je comprends qu’il était surveillé », confie-t-elle.

Kouachi lié à l’Etat islamique?

Un membre franco-tunisien de l’Etat islamique (Daech), qui a récemment revendiqué l’assassinat de deux opposants laïques tunisiens, faisait partie au début des années 2000 avec Chérif Kouachi, principal suspect dans le massacre de Charlie Hebdo, de la « filière des Buttes-Chaumont » à Paris, a dit jeudi à l’AFP le chercheur Jean-Pierre Filiu.

« Il s’appelle Boubaker al-Hakim et représente le lien entre les frères Kouachi et Daech », a ajouté Jean-Pierre Filiu, l’un des meilleurs connaisseurs de la mouvance islamiste radicale. « Il est impossible qu’une opération de l’ampleur de celle qui a provoqué ce massacre à Charlie Hebdo n’ait pas été commanditée par Daech, la maison-mère ».

« Al-Hakim n’est certainement pas très élevé dans la hiérarchie de Daech, mais il a quand même déjà à son tableau de chasse deux ‘infidèles’, c’est-à-dire les opposants tunisiens Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi, dont il a revendiqué les assassinats, depuis la Syrie où il mène le djihad », a-t-il ajouté.

En décembre 2014, dans une vidéo tournée en Syrie, Boubaker al-Hakim, colosse à la longue barbe, pointait la caméra du doigt et affirmait « C’est nous qui avons tué Belaïd et Barhmi », assassinés en 2013 dans la capitale tunisienne. Il exhortait ensuite les Tunisiens à prendre les armes, déclarant le pays « terre de jihad ».

Né en 1983 à Paris, Boubaker al-Hakim a grandi, comme Chérif Kouachi, dans le 19ème arrondissement de Paris. Arrêté en Syrie où il était parti pour tenter de rejoindre le djihad anti-américain en Irak, il a été condamné en France en 2008 à sept ans de prison, une peine plus sévère que celle infligée à « l’émir » auto-proclamé de la bande des Buttes-Chaumont, Farid Benyettou.

« Apprenti-djihadiste »

Les médias français avaient dressé le portait du suspect Chérif Kouachi dès 2005 notamment sur France 3 et Libération​, qui était à l’époque un apprenti-djihadiste.

Le reportage de France 3 ci-dessous fait état de la radicalisation de Chérif Kouachi (entre 1H05 et 1H07).

Né en novembre 1982 dans le Xe arrondissement de Paris, de nationalité française, surnommé Abou Issen, Chérif Kouachi qui est orphelin dès l’enfance de ses deux parents immigrés d’Algérie, est élevé dans un foyer à Rennes.

​Il intègre plus tard ce qui a été appelé « la filière des Buttes-Chaumont », qui visait, sous l’autorité de « l’émir » Farid Benyettou, à envoyer des djihadistes rejoindre en Irak les rangs de la branche irakienne d’al-Qaïda, dirigée à l’époque par Abou Moussab al Zarkaoui.

Benyettou a eu une influence considérable sur de nombreux jeunes Français musulmans d’origine africaine et maghrébine. Au total, il aura réussi à convertir à l’islam radical une cinquantaine d’entre eux.

Selon l’article publié par Libération à l’époque, le fragile Kouachi, soucieux de ne pas passer pour un lâche, songe à une hypothétique vengeance contre un commerce juif qui l’avait « viré ».

AFPAFP »Le GIPN procède à l’arrestation d’un présumé islamiste radical en France »

Interpellé juste avant de s’envoler à destination de la Syrie, puis de l’Irak où il comptait combattre les troupes américaines, Kouachi est jugé en 2008 et condamné à trois ans de prison, dont 18 mois avec sursis.

Son avocat de l’époque, Me Vincent Ollivier, explique à Libération se souvenir d’un « apprenti looser, d’un livreur à casquette qui fumait du haschich et livrait des pizzas pour acheter sa drogue. Un gamin paumé qui ne savait pas quoi faire de sa vie et qui, du jour au lendemain, à rencontrer des gens qui lui ont donné l’impression d’être important ».

Et l’avocat de poursuivre : « Chérif Kouachi ne cesse de remercier la justice de l’avoir mis en prison. Depuis, une boule a disparu de son ventre ». En 2005, la tentation du Djihad avait bien failli le transformer « en chair à canon », commente l’auteur de l’article Patricia Tourancheau.

Deux ans plus tard, son nom a été cité dans le projet de tentative de faire évader de prison l’islamiste Smaïn Aït Ali Belkacem, ancien membre du Groupe islamique armé algérien (GIA), condamné en 2002 à la réclusion criminelle à perpétuité pour avoir commis l’attentat à la station RER Musée d’Orsay en octobre 1995 à Paris (30 blessés).

Chérif Kouachi était notamment soupçonné d’être proche de Djamel Beghal, une autre figure de l’islam radical français, qui a purgé dix ans de prison pour la préparation d’attentats, avec lequel il était soupçonné d’avoir participé à des entraînements.

Après avoir été mis en examen dans cette affaire, il a toutefois bénéficié d’un non-lieu.

« Armé et dangereux »

Capture d'écran YoutubeCapture d’écran Youtube »Chérif Kouachi dans un reportage sur France 3 en 2005″

Crâne rasé et ovale, bouc clairsemé sur la photographie diffusée par la police, Chérif Kouachi est susceptible d’être « armé et dangereux », tout comme son frère Said, né en septembre 1980 également dans le Xe arrondissement parisien.

Ce dernier, lui aussi de nationalité française, apparaît sur l’appel à témoins les yeux marrons, de courts cheveux bruns et un collier de barbe peu fourni.

Les deux frères sont soupçonnés d’être les auteurs de la tuerie à Charlie Hebdo, qui a fait douze morts mercredi en fin de matinée. La carte d’identité de Saïd Kouachi avait été retrouvée dans la voiture abandonnée porte de Pantin.

Dans un premier avis de recherche diffusé en début de soirée auprès des forces de l’ordre figurait le nom d’un troisième suspect, Mourad Hamyd, 18 ans. Ce dernier est le beau-frère de Chérif Kouachi. Il était soupçonné d’avoir aidé les tireurs. Un témoin avait fait état de la présence d’un troisième complice dans la voiture au moment de la fuite.

Il s’est rendu mercredi en fin de soirée à la police à Charleville-Mézières, dans les Ardennes, « après avoir vu que son nom circulait sur les réseaux sociaux », a expliqué à l’AFP une source proche du dossier.

Des internautes se présentant comme ses camarades de classe avaient auparavant affirmé sur Twitter que Mourad Hamyd était en cours avec eux au lycée au moment de l’attaque, utilisant le hastag #MouradHamydInnocent.

i24news avec AFP

Sébastien Sarron a été placé en détention à Nantes le 14 janvier 2015

http://france3-regions.francetvinfo.fr/pays-de-la-loire/2015/01/14/drame-du-marche-de-noel-de-nantes-le-chauffard-sera-ecroue-cet-apres-midi-632454.html

Drame du marché de Noël de Nantes : le chauffard a été écroué cet après-midi

Sébastien Sarron, le conducteur de la camionnette folle du marché de Noël a été placé en détention à la maison d’arrêt de Nantes ce mercredi après-midi.

  • Par Claude Bouchet
  • Publié le 14/01/2015 | 11:49, mis à jour le 14/01/2015 | 17:27
La voiture a terminé sa course sur les stands du marché de Noël place Royale à Nantes. © JACQUES SAYAGH / MAXPPP
© JACQUES SAYAGH / MAXPPP La voiture a terminé sa course sur les stands du marché de Noël place Royale à Nantes.
Sébastien Sarron, qui avait été mis en examen pour assassinat et tentative d’assassinat avait été placé sous écrou en milieu médical la semaine dernière. La mesure d’hospitalisation le concernant, a donc été partiellement levée. Selon nos informations, Il a été conduit cet après-midi, vers 13h15 à la maison d’arrêt de Nantes. Par ailleurs, il continuera de à recevoir des soins après son incarcération.Compte tenu de son état de santé, il n’a toujours pas été entendu, ni par la police, ni par le juge d’instruction.

Le 22 décembre dernier, en lançant, ivre, sa voiture sur la foule du marché de Noël, il avait tué un jeune homme et blessé dix passants.

 

http://www.sudouest.fr/2015/01/14/drame-de-nantes-le-chauffard-charentais-maritime-ecroue-a-la-maison-d-arret-1796714-1531.php

Drame de Nantes : le chauffard charentais-maritime écroué à la maison d’arrêt

Sébastien Sarron a quitté l’hôpital psychiatrique. Il n’a pour l’heure fait aucune déclaration

Drame de Nantes : le chauffard charentais-maritime écroué à la maison d'arrêt

Sébastien Sarron avait foncé sur la foule au marché de Noël de Nantes le 22 décembre. © Photo

AFP

Le conducteur charentais-maritime qui a fauché 10 piétons, dont un mortellement, sur le marché de Noël le 22 décembre à Nantes, a quitté l’hôpital psychiatrique et a été placé en détention à la maison d’arrêt.

Sébastien Sarron, placé sous écrou en milieu médical vendredi après sa mise en examen pour assassinat et tentatives d’assassinats, a été  placé en détention provisoire à la maison d’arrêt de Nantes ce mercredi matin.

Le parquet de Nantes précise qu’une expertise psychiatrique et une expertise psychologique vont être ordonnées dans le cadre de l’information judiciaire.

« La mesure d’hospitalisation d’office a été levée par le préfet, après l’accord des médecins. Il se retrouve donc en détention », précise une source judiciaire. « Il n’a fait aucune déclaration sur les faits ».

Le 22 décembre, ivre, l’automobiliste originaire de Berneuil, au sud de Saintes, avait percuté la foule avec une fourgonnette blanche, en plein centre de Nantes, avant de se blesser sérieusement en s’assénant plusieurs coups de couteau. Il avait été hospitalisé aux urgences, puis en réanimation au CHU de Nantes, sous surveillance policière, avant d’être interné d’office en psychiatrie le 31 décembre, son état ne lui permettant pas d’être entendu par les enquêteurs.

Les prélèvements sanguins avaient révélé un taux de 1,80 g d’alcool par litre de sang, soit près de quatre fois la limite autorisée.
Un des piétons fauchés, Virgile, 25 ans, avait succombé le lendemain à ses blessures.

Un carnet avait été retrouvé à bord de la voiture après l’agression, dans lequel le conducteur disait « sa haine de la société » et évoquait « un risque d’être tué par les services secrets », avait expliqué le procureur de la République de Nantes, Brigitte Lamy. Il y affirmait aussi que « sa famille le dénigrait sur internet », avait précisé le procureur, ajoutant qu’il avait porté plainte le 12 décembre contre sa famille.

 

http://www.presseocean.fr/actualite/nantes-drame-de-noel-le-suspect-avait-passe-lapres-midi-en-centre-ville-20-01-2015-146639

Nantes Drame de Noël : le suspect avait passé l’après-midi en centre-ville

0 21.01.2015 06:00
Sébastien Sarron a été placé en détention à Nantes le 14 janvier 2015 dans Crime photo-1421776469-345850

Avant de foncer dans la foule, le suspect a passé l’après-midi du côté de Gloriette à Nantes

Photo PO-RB

Sébastien Sarron, le conducteur de la camionnette, a passé l’après-midi à Nantes, avant de foncer sur la foule.

Les enquêteurs cherchent toujours à déterminer à quel moment précis Sébastien Sarron, le conducteur de la fourgonnette, est arrivé à Nantes. Ils ignorent toujours quand il a quitté sa maison de Berneuil, en Charente-Maritime, pour parcourir les 250 km qui le séparaient de Nantes, où il n’avait aucune attache.

Ils sont cependant certains, désormais, que le suspect se trouvait sur le parking Gloriette dès 14 h. Des tickets d’horodateur, retrouvés dans sa voiture, en attestent. Il s’y trouvait même encore à 16 h 30.

Le suspect, en effet, est retourné payer un autre ticket, valable jusqu’à 18 h. Pendant plus de quatre heures donc, il est resté dans les environs de la place Royale. Mais qu’a-t-il fait pendant ce temps ? Est-il resté dans sa voiture à boire des bières ? A-t-il écrit dans le fameux carnet retrouvé à ses côtés ? Est-il allé dans un bar voisin ou s’est-il baladé dans les rues ?

Une autre découverte leur pose question…

Lire la suite dans Presse Océan ce mercredi 21 janvier

 

http://www.20minutes.fr/nantes/1522187-20150121-drame-marche-noel-conducteur-camionnette-passe-apres-midi-centre-ville

FAITS DIVERS Le conducteur de la fourgonnette qui avait foncé dans la foule le 22 décembre à Nantes tuant un jeune homme, était stationné en centre-ville depuis le début de l’après-midi et aurait bu dans son véhicule…

Drame du marché de Noël: Le conducteur de la camionnette avait passé l’après-midi en centre-ville

 

La camionette qui a fauché une dizaine de personnes sur le marché de Noël de Nantes le 22 décembre 2014.

La camionette qui a fauché une dizaine de personnes sur le marché de Noël de Nantes le 22 décembre 2014. – Laetitia Notarianni/AP/SIPA

Frederic Brenon

    • Créé le 21.01.2015 à 12:11
    • Mis à jour le 21.01.2015 à 12:23
  • Mots-clés

Sébastien Sarron, le conducteur de la camionnette qui avait foncé sur la foule du marché de Noël de Nantes le 22 décembre vers 19h, avait passé l’après-midi en centre-ville, révèle ce mercredi Presse Océan. Des tickets d’horodateur attestent en effet de sa présence dès 14h sur le parking de la Petite-Hollande.

Les enquêteurs, qui tentent toujours de reconstituer la chronologie des faits, ont également retrouvé dans la voiture du suspect quelques bouteilles de bières vides. Mais l’individu, qui avait un taux d’alcoolémie de 1,8g/litre de sang juste après le drame place Royale, a peut-être consommé de l’alcool ailleurs.

Seuls deux appels téléphoniques en 6 mois

Le profil d’isolement social de l’homme âgé de 37 ans, originaire de Berneuil en Charente-Maritime, se confirme également: seuls deux appels auraient transité par son téléphone portable les six derniers mois, toujours selon Presse Océan.

Après plusieurs jours passés au CHU pour soigner les blessures qu’il s’était infligées, puis en service psychiatrique en raison de sa fragilité mentale, Sébastien Sarron a été placé en détention provisoire à la maison d’arrêt de Nantes en fin de semaine dernière. Il est mis en examen pour assassinat et tentative d’assassinats.

L’attaque du 22 décembre a blessé 9 personnes et entraîné la mort d’un jeune homme de 25 ans, Virgile, originaire du Landreau.


Yin

cuy gracioso 3

Aime le potage

Avis du 3 février 2015

Ce blog a été créé le 6 janvier 2015 pour prendre le relais du Petitcoucou venant d'être suspendu sans préavis ni avertissement en milieu de journée. Ayant eu cette fonction jusqu'au 1er février 2015, il devient un doublon du Petitcoucou suite à la réouverture de ce dernier après trois semaines de suspension, et sa reprise d'activité à compter du 2 février 2015.

Sondage

Aimez-vous ce blog ?

Chargement ... Chargement ...

Calendrier

janvier 2015
L Ma Me J V S D
    fév »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

Avis

Les statistiques de ce blog sont bloquées depuis le 21 janvier 2015. Plus aucun compteur n'est incrémenté, ceux des visites du jour restent à zéro, les mises à jour ne se font plus.

Avis du 24 janvier 2015

Mes statistiques "avancées" sont de retour et font apparaître un record de visites le 21 janvier 2015 - record très modeste, mais néanmoins record pour ce blog nouveau-né. En revanche, les statistiques "basiques" sont toujours bloquées. Tout cela m'évoque bien évidemment les petites manies de Cyprien Luraghi qui n'a jamais pu supporter de voir s'envoler le nombre de mes lecteurs, qu'il surveille comme le lait sur le feu depuis la création de mon premier blog, sur Le Post, début septembre 2009.

Avis du 26 janvier 2015

Mes statistiques "basiques" sont de retour. Tout se passe normalement. Le Chinois de Thaïlande est inactif sur ce blog.

Avis du 31 janvier 2015

Mes statistiques "basiques" sont de nouveau bloquées depuis le 29 janvier.

Avis du 1er février 2015

Retour de mes statistiques "basiques".

Avis du 3 février 2015

Statistiques "basiques" de nouveau bloquées depuis le 1er février.

Avis du 6 février 2015

Mes statistiques "basiques" sont de retour. Tout fonctionne.

Avis du 11 février 2015

Mes statistiques "basiques" sont de nouveau bloquées depuis le 8 février.

Avis du 26 février 2015

Statistiques "basiques" enfin débloquées !

Avis du 27 février 2015

Statistiques "basiques" de nouveau bloquées depuis le 26 février. Ce petit jeu pourrait-il cesser ? On n'en voit pas l'intérêt... Complément de 22 h: merci de m'avoir rendu ces statistiques !

Avis du 4 mars 2015

Statistiques "basiques" de nouveau bloquées depuis le 1er mars. Merci de les débloquer et ne plus les bloquer ou les oublier en cet état à l'avenir.

Avis du 7 mars 2015

Statistiques "basiques" bien débloquées. Merci.

Avis du 25 mars 2015

Statistiques "basiques" bloquées depuis le 14 mars.

Avis du 2 avril 2015

Mes statistiques "basiques" sont de retour.

Avis du 26 avril 2015

Les statistiques "basiques" de ce blog sont encore bloquées, depuis le 10 avril 2015.

Avis du 28 avril 2015

Statistiques de retour. Merci.

Avis du 7 mai 2015

Je n'ai de nouveau plus de statistiques "basiques" depuis le 2 mai. Comme pour Petitcoucou, les statistiques "avancées" ont également disparu depuis deux jours.

Avis du 10 mai 2015

Statistiques "basiques" débloquées. Merci. Me manquent encore les statistiques "avancées".

Avis du 14 mai 2015

Toutes mes statistiques sont de retour depuis hier. Merci.

Avis du 3 octobre 2015

Les compteurs de mes statistiques avancées sont tous à zéro depuis le 1er octobre. Merci de me les rendre.

Avis du 5 octobre 2015

Statistiques "avancées" de retour ce soir. Merci.

Visiteurs en ligne

Il y a 3 visiteurs en ligne

Nombre total de visites

Messagerie

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter


#PatinoireHabbo |
Linounaty |
Cybersecuriter |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Peoplenews
| Lebilletdeleticia
| Spcialstarspcialscoopsurtou...